Pages

24.12.13

NOËL

Perso ça groove moyen dans ma famille le soir de Noël...
Mais même temps, ça serait trop bien qu'on puisse manger des huîtres en moonwalkant ensemble devant la cheminée...

Alors au nom du R&B je vous souhaite un beau noël.







(parenthèse libidineuse, Dutronc c'est quand même quelque chose dans les 60's)








 (Je sais ça fait 2 Michael mais Michael c'est pas pareil)


CONTINUER LA LECTURE

LA FÊTE DE LA CHAUDASSE

rihanna-riri-smoking-black-and-white-girl-Favim.com-628742_original



(Pas sûre que je me remette un jour de cette prestation)

L’album de Beyoncé est une tuerie. 
Sincèrement les autres pop stars actuelles peuvent bien remballer leur gaule tellement elle les a mises à l’amende (le mainstream est une guerre, non?)


Je voulais vous en parler très vite alors j’ai posté le clip de Drunk in love où elle fait plutôt sa chaudasse…  Difficile de dire le contraire. 

Quelques unes, en commentaires, m’ont parlé de leur lassitude, agacement même de voir systématiquement les pop stars (Miley, Rihanna…) se balader moitié à poil pour vendre un maximum de disques. 
Marre de les voir uniquement miser sur leur corps, leur bonne bouille et leur attitude chaudasse. 
Les femmes ne sont-elles encore que ça? Ne peuvent-elles compter que sur ça? Ne sont-elles réduites qu’à faire bander les hommes? Quel discours véhiculent-elles? 

Je comprends l’agacement généralisé, je comprends sincèrement qu’on puisse trouver que ce type de démarche ne fait pas du bien à l’image de la Femme… Je peux le comprendre, mais dans le même temps je ne le partage pas toujours… Enfin pour tout vous dire, je n’y vois qu’un rapport assez relatif.

L’une d’entre vous a écrit en substance qu’elle croyait qu’elle était féministe Beyoncé  alors pourquoi tant de chaudasserie…Peut-on faire sa chaudasse tout le temps dans ses clips et être féministe?


Avant de commencer je tenais à vous préciser (mais vous allez voir ça va vite être flagrant) qu’en matière de féminisme je suis une patate. Non que je n’y accorde aucun intérêt, simplement je n’y connais rien, je ne m’y intéresse que modérément. Je ne sais pas si c’est bien ou mal (mais je crois que c’est moche de ne pas s‘y intéresser), je ne sais pas si je suis tenue d’y réfléchir, je ne sais pas si mon sexe m’oblige à être concernée, je ne sais pas encore tout ça… J’alterne entre oui, c’est mon affaire ou non, j’m’en fous vu que dans ma vie à moi, c’est pas comme si c’était le propos (mais je me trompe sûrement et le patriarcat a naturellement envahi tous les aspects de ma vie… et ça fait aussi de moi une connasse égoïste).

J’alterne parce que ce n’est pas si évident que ça et que les obligations éthiques obligeant à choisir ses combats en fonction de qui on est (dans les grandes lignes) ça me laisse assez froide. J’ai l’impression que je me dois de, mais sans passion  et donc peu de conviction.

Bref je ne sais pas…  en plus au vu de tout ce que j’en lis, des discours contradictoires, des avis qui diffèrent dans le féminisme sur la maternité, le rapport homme femme, le travail, la pornographie, la prostitution, je suis paumée. Je lis un truc je suis d’accord. Un autre différent aussi. Et puis un autre plus du tout. Je ne prête aucun crédit véritable aux opinions, notamment aux miennes (ça va loin, je me demande même comment les gens peuvent avoir un avis sur tout et surtout sur des sujets dont ils ne savent pas grand chose…) alors je change régulièrement d’avis et ne m’y fie pas vraiment… J’aimerais tout savoir pour être la plus juste possible… Mais ça je peux pas.

Le seul truc qui reste sur ce sujet, c’est le plaisir fou, l’enthousiasme que j’avais eu à lire King Kong Théorie de Despentes. J’aime beaucoup ce livre, j’aime beaucoup ce qui y est dit et étant néophyte j’y avais appris quantité de choses, elle avait vraiment élargi mes horizons. 

En fait ce que je veux c’est faire des trucs qualifiés de « pour garçons » et faire des trucs qualifiés de « pour les filles ». (aussi clichée soit la phrase que je viens d’écrire). A égalité… je veux mettre du rouge à lèvre et cracher par terre quand je fais un footing.
Je veux pas faire le ménage mais jouer à la console. 

je veux chouiner mais être la chef dans mon travail.
Comme ce qu’on dit aux garçons, je veux que tout me soit possible, tout. 
Et je veux que pour les autres ça soit pareil qu’ils soient leur tout et leur contraire, s'ils le veulent.

Je déblatère quantité de clichés je m’en excuse, ma pensée est caricaturale je le vois bien. 

Quand j’étais petite j’étais fan de 4 personnes. Michael Jordan (normal). Michael Jackson (normal, ce qui nous fait 2 Michael). Mylène Farmer (et ouais…). Madonna.

D’aussi loin que je me rappelle, Madonna a toujours misé « sur sa chaudasserie" pour vendre des disques et on peut dire que ça a marché, elle en a vendu des kilos.

Et au gré de ses concerts de ses clips, de sa vie, on a tous vu ses seins, on a tous vu son cul, on l’a tous vu mimer une masturbation sur scène, on l’a tous vu lécher son doigt, lubrique, en nous regardant, public, droit dans les yeux, on l’a tous vu balancer sa culotte, on l’a tous vu ramper sur scène en se tripotant…
Jusqu’au point ultime, la sortie de son livre Sex et de son album Erotica. Trop évidente, trop crue, un peu moins subtile, elle a commencé à lasser et à moins vendre.

Elle était déjà « chaudasserie » avant mais elle n’était devenue que ça et il y avait d’autres aspects de sa personnalités, moins «impactants » qui lui permettaient de présenter le visage d’une femme complète, plus ambivalente, une sorte de tout et son contraire que, enfant, je trouvais inspirant. 
Elle a donc réajusté tout ça.


Madonna pouvait être aussi nue qu’elle l’était, elle n’a jamais été considéré comme un cul seul. Elle n’a jamais été considéré comme l’autre, comme la femme de, comme celle qui est derrière. 

Peut-on même imaginer qu’elle aurait pu être dominée par quelqu’un d’autre qu’elle même ou qu’une personne qu’elle aurait choisie? Non, de ce point de vue, elle a toujours été considérée comme une femme « virile » (c’est le mot qu’ils lui donnaient tous, mon papi le premier).

Et on peut trouver sa démarche de mauvais goût mais qu’on la considère elle, comme une femme objet, je ne peux pas l’imaginer. Qu’elle utilise les armes du patriarcat pour vendre des disques  (faire bander / miser sur l’ultra-sexualisation ) admettons, mais tout de même, personne n’est dupe, Madonna à poil c’est parce qu’elle veut le faire pas parce qu’on la force, elle n’est pas la victime elle est le patron de tout ce qu’elle fait. Elle est la chef de sa vie, sujet ultime existant indépendamment des autres.

Mon rapport à sa musique et à son image influence nettement ce que je pense des Miley et autres Rihanna, mon « non-énervement » s’explique par ça j’imagine. 
Je les trouve parfois vulgaires… Mais pas plus qu’un paquet de mecs pour autant j’ai l’impression que si c’est une femme sa vulgarité est particulièrement impardonnable. Elle se doit, encore, de donner l’exemple pour toutes les autres. L’action de ces chanteuses devient un vecteur d’exemplarité pour la féminité occidentale toute entière. 
Je suis plus choquée par l’utilisation abusive de certains clips (de garçons) qui utilisent des femmes objectivées à outrance. Point de chaudasses dans ce cas là mais bien des jeunes filles à disposition physique de ces garçons. Et la disposition pour l’autre ça n’a strictement rien à voir avec ce dont on parle. C’est la question objet / sujet que je trouve plus au coeur de cette réflexion.

Une femme qui se tripote dans un clip je ne sais pas si ça me gêne profondément, je ne sais pas si ça me semble être un insulte faite aux femmes et à ce qu’elles ont (un corps mais pas que)… en fait je m’interroge beaucoup là-dessus, mais vu qu’il y a Madonna, je suis perdue parce que je le vois bien qu’elle n’est pas une femme comme les autres et qu’elle est un sujet absolu. Un sujet Absolu cul nu la majorité du temps. 

Bise, j’ai envie d’avoir votre avis… Mais on parle gentil hein même si vous trouvez que ce que je dis est bête, comme je n’ai pas vraiment d’avis, je suis en construction. Et la construction, c’est pas toujours très solide. 

Bon réveillon… 




CONTINUER LA LECTURE

23.12.13

AWESOME

Salut les copains, je ne peux pas vraiment poster en ce moment (mais je vais essayer au plus vite), mais dans mes méandres insomniaques, je suis tombée sur cette vidéo Ted. Et elle m'a séduite. Voilà quoi!
Si tu dors pendant que je poste, je te  déteste vu que je suis une grosse rageuse. Mais sinon dors bien quand même, qu'il y en ai au moins un de nous 2 qui soit en forme demain.






CONTINUER LA LECTURE

18.12.13

LACONIQUE MERCREDI

009

011

007



 Juste pour écouter ce son qui est vraiment cool...


... Et le nouveau Royksopp

5_016

2_036

1_039

Et regarder les photos de Frank Ocean pour BAND OF OUTSIDERS.

Laconique mercredi.

Bonne journée

030

031

019

CONTINUER LA LECTURE

17.12.13

MES 10 (OU 11) PRODUITS MAKE-UP 2013

Bon vu que je l'ai filmée le même soir, elle est sombre et peu audible (étrange parce que sur mon ordi ça va à peu près... Bon comme je connais ma voix ça doit aider!).

Je vais quand même vous lister les produits, comme ça, même si vous ne regardez pas la vidéo vous pourrez quand même savoir.



✔︎ BB Crème, ERBORIAN

✔︎ Poudre libre couleur beige, ARCANCIL

✔︎ Blush Douceur, NARS

 ✔︎ Pinceaux, REAL TECHNIQUES

✔︎ Cover stick couleur 1, SANTÉ

✔︎ Mascara Rocket Volume Express, GEMEY MAYBELLINE

✔︎ Master Drama, crayon noir, GEMEY MAYBELLINE

✔︎ Water Shadow, couleur 228, KIKO

✔︎ Nacres libres effet lumière intense, couleur taupe, YVES ROCHER

✔︎ Illuminateur Orgasm, NARS

✔︎ L'authentique de ROUGE BAISER couleur coquelicot

On sait pas, si ça se trouve le père Noël, énervé de la qualité audio et vidéo de tout ça aura l'idée de me dépanner...  Sinon, peut-être ça se loue!

Allez kiss and snow!

CONTINUER LA LECTURE

TRAILER SAISON 3 GIRLS

Ca fait déjà quasi un mois qu'on a vu ce trailer mais si ça se trouve, tu l'as pas vu. C'est en janvier que Girls revient.

Dors bien!



CONTINUER LA LECTURE

16.12.13

MES BLOGS 2013

Je découvre moins de blogs que fut un temps, la période de frénésie étant un peu terminée, du moins en ce qui me concerne.

Donc, un peu comme pour tout, je reste relativement fidèle, aucune chance que vous découvriez des blogs dans ce classement, ce sont même plutôt des "machines de guerre" de la question, mais c'est pas grave... Il se trouve qu'il sont mes préférés de loin (quand j'ai très peu de temps, c'est eux que je vais voir, le reste pouvant attendre), alors période de fêtes oblige, je leur crache mon amour à la figure.

✔︎ SUPER BY TIMAI


Mai c'est mon blog beauté préféré. Je vous en ai très souvent parlé, mais comme il reste ma préférence à moi, je le mets dans cette liste.
Ce que je préfère sur le blog ce sont les tutos et les beauty portraits, j'adore... 
C'est que le maquillage avec Mai est particulièrement décomplexant. 
Elle sait de quoi elle parle (vu que c'est quand même son travail pour de vrai) mais ça ne l'empêche pas de faire des make-up qui ressemble toujours un peu à du coloriage. 



(Je l'ai ce bleu de Nars, acheté après avoir vu cette vidéo... J'y suis jamais arrivé comme elle, alors je la regarde régulièrement et je retente... C'est pas encore ça, mais je ne perds pas espoir)


(Dernière tuto en date. J'ai une passion pour le vert en make-up. Genre des traits par ci par là, alors cette vidéo c'est du love dan mon coeur et des licornes dans mon âme!)


(La vidéo où Asami se maquille est sûrement celle que j'ai le plus regardé, je l'adore. Je la regarde blender avec toute ma concentration et j'admire le résultat subtil!)



(Danielle est très belle et puis tout ce qu'elle dit sur l'âge me plaît beaucoup, ça fait justement écho à la problématique de "vieillir" dont j'ai parlé ici il y a quelques semaines)



(Et cette vidéo de Lisa qui illustre parfaitement cette phrase "à vaincre sans péril on triomphe sans gloire". Sa joie m'avait beaucoup émue)

  ✔︎ ET POURQUOI PAS COLINE


coline bis

Le blog de Coline, c'est un peu une machine de guerre. Resta de la blogo, je l'aime de plus en plus. 
Je trouve sincèrement qu'elle maîtrise tout ce qu'elle entreprend sur son blog. Les posts mode bien sûr mais aussi les vidéos beauté que j'attends toujours impatiemment. 
Même si son blog est un truc très pro je ne le trouve jamais lisse, et c'est, pour moi, l'une de celles qui a le mieux réussi ce virage. Coline reste une vraie fille, je l'aime beaucoup, beaucoup, c'est peut-être même ma number one. Love quoi!



(Ce make-up est tellement joli... Alors ben voilà, je vous mets la vidéo)

✔︎ THE SARTORIALIST


Scott Schuman, quoi! Je ne sais pas quoi dire d'autres que ça. 
Son blog reste toujours aussi inspirant, ce mec est vraiment au-dessus des étoiles dans le streetsyle. 
Ses goûts me parlent tout particulièrement, c'est jamais vraiment de la mode, c'est autre chose. Un truc comme l'allure, la dégaine, un truc plus englobant, rien à voir avec les sapes...


the sartorialist, pluie

the sartorialist MEN : WOMEN

The sartorialist, Pete

✔︎ BALIBULLE


parka_sezane_cafe_kerouac



J'ai toujours beaucoup aimé le blog de Charlotte, mais alors depuis qu'elle est passée à cette expérience d'optimisation de son armoire, je suis fébrile à l'arrivée de ses nouveaux posts. 
C'est toujours aussi intelligent, bien écrit, drôle, distancié, agréable, j'aime tout. Elle m'inspire beaucoup. 

✔︎ SANAAK

Bannière sanaak

Le blog de Sanaa est mon blog bd préféré. De loin. J'aime tous ses posts, son ton, son humour (elle me fait hurler de rire) et puis ses goûts musicaux, j'ai découvert quantité de sons chez elle.
 Je l'aime fort même si je ne la connais pas du tout... Je suis curieuse de savoir à quoi cette jeune fille ressemble (mon côté people)


dries-van-noten-coat

Bon ben Garance je lui ai déjà consacré un post entier il y a de ça un an ou deux donc vous savez comme je l'aime
Toujours aussi classe, j'ai une préférence pour ses posts les plus persos (je suis une vieille de la blogo, je n'arrive pas à trouver très excitantes les choses plus "buisness" de la chose). Mais c'est très pro, alors tout de même, ça fait plaisir. Et puis les photos... Et puis sa nouvelle coupe de cheveux... mazette, comme tout ça est beau. Propre et beau!

audrey lombard

Son blog est maintenant fini depuis longtemps, mais que voulez vous, elle était ma préférence vestimentaire à moi. Audrey c'est vraiment la classe. Elle s'habille tellement bien. Sincèrement, je n'ai pas ses moyens, mais si je les avais j'achèterais à peu près tout ce qu'elle a. Grosse personnalité donc.
Et comme blog il n'y a plus, je fais avec ce que j'ai, son instagram.

Voilà c'était tout pour moi, c'était Marie.

Kiss and beach!

PS: Je suis assez surprise de voir à quel point les blogrolls n'existent quasiment plus dans les blogs (féminins futilo-comiques puisque là c'est le propos). Qu'on m'explique bordel, on ne s'aime plus ou quoi? 

CONTINUER LA LECTURE

15.12.13

JESSICA GRANDONI, VIDÉO DU WEEK-END À BASE DE FARDS

J'ai découvert Jessica Grandoni en lisant le post de Coline sur le bio.
En conclusion du post, elle présentait des vidéos beautés "clean" (bio, naturelles tout ça tout ça) et dedans, il y avait Jessica.

Jessica, c'est une vraie maquilleuse et elle n'utilise quasi que des produits propres et surtout (et ça, ça me parle encore plus) tout ce qu'elle fait est très joli. Même pour les choses qui ne sont pas, a priori, ma came, ça reste très agréable à regarder.

Bon là, je suis dans l'obligation d'attendre, mais les produits RMS Beauty (dont parle régulièrement Coline aussi) me donnent tout de même très envie de tout essayer... Les fards, les pots à lèvres et aussi le fameux enlumineur dont parle souvent Jessica.

Bref, j'aime vraiment ses vidéos alors même si j'imagine que vous connaissez déjà, je voulais en parler.

Et puis il y a pire que des pistes pour trouver des alternatives propres au labello shiny.

Bon dimanche







CONTINUER LA LECTURE

14.12.13

BEYONCE, THE QUEEN


Beyonce - Photoshoot 2011-05

Ce qui est bien avec Beyoncé, c'est qu'elle met tout le monde d'accord...

Le dernier album, les clips, tout, c'est fou... (Après y a Blow aussi... et Heaven... mais j'ai pas trouvé les clips...♥

 

CONTINUER LA LECTURE

12.12.13

MES 10 SOINS DE L'ANNÉE 2013

Salut les copains, cette année, pour la première fois, j'avais envie de faire le bilan (calmement) de mes préférences de l'année. Soin, make-up, sapes (sinon le féminisme ça va?), musiques et ciné.

Aujourd'hui, c'est mes préférences soin ( et comme je suis la reine du glam, j'ai rajouté aussi quelques reniflements ô combien classes... Et je m'en excuse!)

Je reviens vite avec mes produits make-up préférés.

Je t'embrasse



CONTINUER LA LECTURE

11.12.13

UN BONNET

(Ce morceau est très très cool...)

Bon les copains, je vais essayer de vous apprendre à faire un bonnet tout simple.

 Il est basique, à revers (j'ai une passion pour les bonnets à revers, les plus simples) et prend peu de temps à être tricoté.

 Comme je n'avais pas de caméra, j'ai fait de photos et je vous mets les liens des vidéos qui vous donnent accès aux "techniques" que l'on va utiliser.
je vais peut-être un peu longue. Si vous savez tricoter, mes explications risquent d'être de trop mais je suis partie en me disant que certains ne savaient pas du tout le faire...

✔︎  D'abord il vous faut:

photo 1


- Une paire d'aiguilles numéro 9
- Une paire d'aiguilles numéro 10
- Une aiguille à coudre la laine bout arrondi
- 2 pelotes de laine de taille acceptable, c'est à dire un peu grosse mais pas excessivement (ici, j'ai choisi la laine Naturelle (nommée avant Natura) en coloris dahlia, très belle, 50 % alpaga et 50% laine peignée. La Rapido de chez Phildar (plus à base d'acrylique est un bon comprimes pas trop cher pour ce bonnet mais l'effet sera plus net)

✔︎ Prenez les aiguilles 9 et montez 44 mailles

(j'ai une grosse tête, les cheveux tout ça, vous pouvez monter 40 mailles si votre tête est petite). Je vous remets la vidéo au cas où vous auriez oublié.
Ne serrez pas trop vos mailles en les montant, soyons fou, soyons laxistes, soyons désinvoltes aussi avec nos mailles.



✔︎ Pendant 10 rangs vous allez tricoter vos mailles en côtes 2/2 sur vos aiguilles 9

photo 3

(Bon j'ai oublié de photographier à la fin des côtes, d'où la photo déjà où le bonnet est plus avancé... Je débute ce genre de post, je ferai mieux la prochaine fois)

Les côtes  c'est ce qu'on appelle les bords-côtes, ce qui fait que vos manches sont plus étroites là où y a le poignet, ça rend votre laine vaguement élastique.
Comme je n'avais pas fait de vidéo montrant comment faire les côtes, je vous mets une vidéo Phildar.
En fait vous allez tricoter vos mailles de cette manière:
2 mailles à l'endroit, 2 mailles à l'envers, 2 mailles à l'endroit... jusqu'au bout. Vous devez finir votre rang avec 2 mailles envers et attaquer le rang suivant par 2 mailles endroit (l'effet vient de l'alternance).


✔︎ À la fin du dixième rang en côte, prenez une aiguille 10, et commencez à tricoter en jersey.

Ce que je fais c'est que je fais toujours des côtes en début de chaque rang, ce qui permet de rendre mon tricot plat et plus facile à tricoter (le jersey fait rouler la laine).

Donc vous prenez votre aiguille 10, vous faites:

RANG 1: une maille endroit, une maille envers (en passant le fil comme vous avez appris à le faire avec la technique des côtes, vous êtes des armes maintenant) et ensuite vous tricotez les 40 suivantes en point endroit. Les deux dernières mailles du rang, la maille 43 en maille envers et la maille 44 en maille endroit (nos côtes pour que le tricot ne tourne pas).

(J'espère être claire...)

RANG 2: vous prenez la deuxième aiguille numéro 10 et laissez les aiguilles 9, on ne va plus les utiliser.
Une maille envers, une maille endroit (vu que c'est l'autre sens et qu'on part en côtes) et les 40 mailles suivantes en mailles envers, pour faire notre fameux point jersey. Maille 43 en maille endroit, maille 44 en maille envers.

Et vous allez tricoter 28 rangs (au total en incluant les 2 premiers rangs et sans compter nos 10 rangs de côtes) en alternant cette technique.
Un rang endroit puis un rang envers puis un rang endroit, envers...


(pour faire nos rangs 1, 3, 5, 7...)


(pour les rangs 2, 4, 6, 8...)

photo 4

✔︎ Si tout va bien, on a tricoté 10 rangs en côtes 2/2 avec nos aiguilles 9, on a pris ensuite nos aiguilles 10 pour tricoter en jersey (un rang endroit, en rang envers) 28 rangs

✔︎ On va passer aux diminutions et vous allez voir c'est très simple. 

Vous tricotez votre rang 29 en tricotant 2 mailles ensemble jusqu'au bout du rang.
Mailles 1 et  2 ensemble.
3 et 4 ensemble etc.
A la fin de votre rang, et je l'adresse aux Maths Sup, Math Spé, il reste combien de mailles sur votre aiguille?
44 divisé par 2?
Voilà 22.

✔︎ Rang 30, envers de votre travail,tricotez vos 22 mailles en mailles envers 

(N'oubliez pas de faire vos côtes sur vos deux premières et deux dernières mailles de votre rang).

✔︎ Rang 31, comme au rang 29, tricotez vos mailles ensemble pour continuer à diminuer, à la fin du rang il nous reste 11 mailles.

Et c'est fini pour le tricot, on va passer maintenant au montage de votre bonnet.

✔︎ À la fin de votre 31ème rang, prenez la pelote que vous tricotiez et coupez un bon bout qui va vous permettre de bien faire la couture de votre bonnet. 


photo 1

✔︎ Mettez l'aiguille à coudre la laine comme si vous alliez coudre quelque chose. 

Je vous rappelle que votre fil est bien la continuation du fil que vous tricotiez.
Une fois le fil mis dans votre aiguille vous allez passer l'aiguille dans chaque maille toujours autour de votre aiguille numéro 10.
Passez dans chacune des 11 mailles avec votre fil et votre aiguille à coudre.

photo 2


photo 3

✔︎  À la fin du rang, vous passer dans la toute dernière maille, vous faites un noeud pour stopper votre tricot. 

Passez votre aiguille comme pour faire une boucle et repassez dans la boucle que vous venez de faire. 
Si elle est faite dans le bon sens votre mailles vont naturellement se resserrer. (aiguille mise à l'endroit dans la 11éme maille et la faire repasser par derrière... Moment salace de notre tricot, donc...) 
On peut enlever notre aiguille numéro 10 elle ne tient plus les mailles.

photo 5

✔︎ Ensuite faites se rejoindre les deux côtés et commencez à coudre les 2 parties ensemble. Le plus discret pour le faire, c'est ce qu'on appelle la couture invisible.

photo 4


photo 5
 
 

✔︎ Arrivé en bas, faites un noeuds, rentrez votre fil dans la couture que vous venez de faire 
(suffisamment haut pour que vous puissiez faire votre revers sans que le fil se voit et...)

✔︎ Taaadaaaaaaaaaa

photo-3

PS: bon ça été un peu long, un poil épique, mais vu que c'était le premier ça nécessitait vachement d'explication...

PS2: N'hésitez pas à poser toutes les questions. J'ai sûrement oublié des trucs ou pas été claire, alors n'hésitez pas.

PS3: Le prochain ça sera un pull.

Love bonne journée

CONTINUER LA LECTURE

9.12.13

CASSE-TÊTE CHINOIS

1008834_578480488864670_889784112_o

 

Bon ben je suis allée voir Casse-tête chinois de Klapisch, suite attendue (en tous cas pour moi) de L'auberge espagnole et de Les poupées russes. Et comme j'ai été déçue...

J'aime bien Cédric Klapisch et j'aime beaucoup quand il bosse avec Duris (j'étais une lycéenne amoureuse transie de Tomasi (comme une bonne partie de l'univers des filles de mon âge), le branleur assez drôle qu'il avait incarné dans Le péril jeune) et même si le personnage de Xavier était depuis toujours un peu irritant j'étais plutôt attachée à ses péripéties amicales, amoureuses et de vie.

Exactement comme les films Sex and the city, j'étais ravie de retrouver les personnages de l'histoire.

L'attachement aux personnages de fiction... Avec Carrie, Samantha, Miranda et Charlotte ça avait été pareil.
Le premier film faisait plaisir même s'il était très imparfait... Et puis il y a eu le deuxième, très au-delà de "imparfait mais sympathique"...
Le plus étrange dans ces deux films, ça a été cette manière limite qu'ils avaient eu de cracher dans la soupe... Il ne restait plus rien du propos originel.

Je me suis toujours dit que SATC aurait été une plus grande série si ces héroïnes ne s'étaient pas autant éreintées à se "caser" (sauf Samantha mais voyez-vous ce que je veux dire...).

Ce qui avait pu être perçu comme un propos progressiste et déculpabilisant pour les femmes célibataires s'est finalement muté (normal me direz-vous) en un discours ultra-normé (je ne dis pas que c'est bien ou mal, c'est simplement que le propos de base était une alternative. On était pas dans 7 à la maison. SATC c'était quelque chose qui montrait aux femmes que hors couple, il pouvait y avoir un salut et non pas que du dépit ou de l'anormalité . Un salut qu'on trouvait en plus dans les relations amicales épanouissantes qui étaient, alors, souvent réservées dans la fiction, aux hommes... Ce n'est pas que c'était mieux, c'est que c'était, enfin, autre chose. Une alternative. La question du modèle dans la fiction peut tout de même être une inspiration pour la vraie vie... Je m'égare...).

Donc, tout le propos avait été dilué dans cette norme qui ne laissait aucune chance à un contre-exemple d'exister.
Et le film de Klapisch m'y a fait repenser, parce qu'il y a un peu de ça aussi dedans...


Je vais spoiler. Beaucoup. Si vous n'avez pas vu le film et que vous souhaitez le voir, ne lisez pas la suite du post. 

SPOIL

SPOIL

SPOIl (ouais je suis relou mais sait-on jamais...)

T'arrête maintenant vu que je vais spoiler.

L'autre jour, un pote me demande ce que j'ai pensé du dernier album de Daft Punk (tu te dis quel rapport? Attends j'y arrive...).
Je lui dis que je ne l'aime pas beaucoup, malgré l'attente et l'excitation, j'avais été terriblement déçue.
Surpris, il me rétorque qu'il l'aime beaucoup et que, conseil, il vaut mieux ne jamais trop s'attendre à grand chose à propos de rien... Ca évite la déception. J'avais déjà entendu ce genre de choses... Je ne sais pas me dresser pour ça...
J'ai 6 ans ad vitam aeternam alors conséquemment, j'attends de toucher les étoiles et rien n'a encore complètement réussi à ternir mon enthousiasme...

Oublie pas le Spoil...

Ne pouvant aller contre ma nature, j'étais impatiente de voir Casse-tête chinois et étais sûre que même s'il n'allait pas être terrible terrible, il serait toujours aussi bien qu'un bon paquet de comédies françaises... Et puis Xavier, Wendy (la beauté de Wendy, spectaculaire), Isabelle et Martine... Au pire du pire, ça sera sympathique.

Et pendant une bonne partie du film ça l'était. Des trucs drôles, la gamine de Xavier et Wendy trop mignonne avec sa frange, ses t-shirts larges sur ses jupes tutus, les jambes de Cécile de France, quelques vannes de Xavier, encore les travaux (toutes les villes où ils se retrouvent sont systématiquement en travaux) ou encore cette voix-off familière...

Mais il y'avait un mélange dans les personnages qui commençait à m'irriter mais surtout à m'attrister.

Les personnages avaient mal vieilli mais dans le même temps, ils n'avaient pas grandi.

Le choix amoureux final ne m'a fait qu'une impression de dépit.

C'est l'effet que ça m'a fait et ça me paraissait très, très éloigné du propos de départ... Comme la vision plus générale du film d'ailleurs.

La quarantaine, nous dit Klapisch, c'est le réel aussi, il faut voir à être avec quelqu'un qui "nous connaît par coeur, connaît nos défauts et a autant d'enfant que nous...".
Je sais, je dois être une incorrigible naïve, mais bordel...

Ni peur ni dépit, c'est le minimum pour vivre un peu grand, non?

Allez love, peut-être vous avez aimé, mais moi... pas beaucoup.

Have a good day

CONTINUER LA LECTURE

8.12.13

VIDÉO DU WEEK END, DIMANCHE 8 DÉCEMBRE

La vidéo de ce dimanche me tient tout particulièrement à coeur.

Je suis en train de lire S'épanouir de, justement, Martin Seligman et je trouve son propos tellement riche que le voir condensé dans cette conférence me fait super plaisir.
Je pense que j'y reviendrais tellement ce que j'y lis est pertinent.

Allez love, bon dimanche!

Pour ceux que ça intéresse Martin Seligman parle dans sa conférence (et y revient sans arrêt dans son livre) du questionnaire  qui permet de cibler ses forces de caractère et de les exploiter au mieux dans sa quête du mieux-être.
Je vous mets le lien du questionnaire(aussi pour que vous puissiez voir comme c'est troublant...).




CONTINUER LA LECTURE

7.12.13

ICI C'EST PALACE

palace5


Des fois le samedi, en hiver surtout, on se la glande, alors si comme moi, t'es assez fan des histoires du Palace, d'Edwige, du gang des halles, de Pacadis et de tout ça, ce doc est fait pour toi.

La qualité visuelle est pas folle, mais c'est la seule que j'ai trouvé.
Bon samedi.







CONTINUER LA LECTURE

6.12.13

VITE FAIT

J'ai une crève d'enfoiré.
Je peux pas écrire, ma tête est dans un étau.

Mais c'était quand même  pour vous faire un bisou smack.
Je continue à boire du citron, du miel et du gingembre en attendant que ça passe.
Et je vous mets du son, histoire de ne pas se laisser trop aller à la fièvre.

Salut les copains, je vous mets des vidéos ce week-end, un doc sur le Palace et une conférence Ted.


Oui je suis d'accord, Lauryn c'est nettement mieux mais quand même c'est sympatoche!


CONTINUER LA LECTURE

3.12.13

LA PEUR DE MANQUER

nadja-auermann-by-peter-lindberg-1995-b
(Nadja Auermann par Peter Lindberg ça a quand même de la gueule)

 

 (J'adorais ce morceau très, très, très dancefloor et très efficace de Nightcrawlers... Maintenant je suis sûre que tu t'attends à ce que je ressorte un Robert Miles de derrière les fagots. Ne me tente pas!)

Bien bien, alors j'arrive quasiment au terme du premier mois de ma privation d'achat (grosso modo donc ne soyons pas tatillon. Je fais à la louche aussi, et surtout, parce qu'il faut que je vous parle de tout ça...).

Alors allons y par ordre.
Au tout début, sans sens de la mesure c'est certain, je me suis lancée dans le projet en me disant que 6 mois, c'était bien. Suffisamment pour que ça soit relou "un peu à vivre" mais pas trop pour que ça soit trop "difficile".
J'ai défini la longueur en gros, en fonction de je ne sais pas trop quoi!

J'ai commencé sans en parler sur le blog et comme pour répondre correctement à l'adage "pour vivre heureux, vivons caché" (même s'il n'a aucun rapport avec la choucroute, on est d'accord), et bien c'était trop bien.

Trop bien parce que c'était le début, enthousiasme de chien fou attaché au corps, je me réveillais tous les matins en me disant que ça allait être trop bien de ne rien acheter, que pour la première fois de ma vie, j'allais remplir la tirelire.

Tellement j'étais en confiance, je suis rentrée dans un Sephora, pour voir comment c'était.
Je suis allée renifler Habit Rouge (un de mes masculins préférés, peut-être même The One), j'ai jeté un oeil au Rouge noir de Chanel (en rouge à lèvres, que j'aurais déjà acheté si je m'étais laissée le choix). J'ai ensuite regardé s'il y avait Jicky dans les rayons (le parfum de ma vie mais je n'en ai plus... Et vu que c'est pas le moment...).
Et je suis ressortie fière comme un pinson d'en avoir rien eu à foutre d'acheté un truc chez Sephora.

nadja-auermann-by-peter-lindberg-19951

En fait ça a été jusqu'à ce que j'en parle sur le blog.

Dans l'ensemble, vous avez été hyper enthousiastes et optimistes, mais 2 ou 3 voix dissonantes ont commencé à semer le doute dans mon esprit (des voix que je ne remets pas en question, là n'est pas le propos, on peut douter de la démarche et de son "utilité". C'est plus l'aspect "doute" dans mon esprit qui m'a interloquée).

Et merde, si j'avais parlé trop vite? Et si c'était une très mauvaise idée ces 6 mois...
Le lendemain, je me réveille moins sereine, pour la première fois (bon on est d'accord ça faisait très très peu de temps, ceci expliquant peut-être cela) je me mets à envisager tout ça comme "difficile".
C'est en lisant que "c'était difficile" que ça n'était "pas judicieux" ou que "trop extrême pour être équilibré" que je me suis mise à le penser.

Exactement comme pour la clope, il parait que c'est aussi parce qu'on est sûr que c'est dur d'arrêter de fumer que c'est dur.

Je me mets à  parler de ça avec Irène (une lectrice qui lit le blog depuis longtemps).
Je lui explique de manière un peu vigoureuse que je suis en confiance, que c'est bien, que je ne comprends pas qu'on puisse me dire que c'est "déséquilibré".
Mais au vu de l'énergie que je mets à défendre tout ça, je me rends compte que mon argumentaire cloche. Trop énergique pour être honnête et surtout "en confiance".
Toujours se méfier des gens qui vous disent "moi ça va super, je suis hyper heureuse... Vraiment, c'est super, trop bien, ma vie est extraordinaire", ils en font trop alors qu'on voulait juste savoir (tout bêtement) comment ça allait... Pourquoi t'en fais des caisses si ça va? Ben ouais, c'est louche...

Et ben tout pareil quand je parle à Irène, j'en fais des caisses parce que ma confiance est un peu ébranlée.
Au fil de la discussion on en vient à parler du "manque" véritable et de la "peur de manquer" qui est tout autre chose mais qui peut nous induire en erreur.

Je réfléchis à tout ça, et me rends compte qu'elle a m'a aidé à mettre le doigt sur la vraie angoisse du réveil.
Je n'avais pas plus envie d'un nouveau truc que la veille, en revanche, le doute avait été semé dans mon esprit quant à ma capacité à y arriver sereinement.
Je ne manquais pas plus que la veille sauf que je m'étais mise à avoir peur de manquer...

Comme la clope, imaginez si on vous disait que c'était très facile d'arrêter de fumer forcément le cerveau envisagerait ça d'une manière tout à fait différente, non?
Et bien là à entendre que c'était dur j'ai commencé à y croire! (oui, on est d'accord, j'aurais pu tout aussi bien me focaliser sur les encouragements, mais que voulez-vous le terrain devait être propice).

Tout ça pour dire que je n'ai, donc, rien acheté depuis grosso modo un mois.
Et hormis la peur d'avoir envie (kassdédi Johnny t'as vu...) je n'ai rien eu envie d'acheter.

Comme pour la clope (j'en peux plus de la comparaison), pour arrêter, faut juste... Arrêter.









CONTINUER LA LECTURE

2.12.13

DÉLAVAGE

Trou

(Photo trouvée sur un Tumblr mais je ne sais plus lequel)



Parlons, si vous le voulez bien, du fait social total de la mode, j'ai nommé le jeans.

Si j'en parle si souvent, c'est que depuis le CM2 je lui porte une affection très, très particulière.
Ma mère m'a acheté mon premier 501, taille haute (à la Jacques Chirac, beau gosse) un peu délavé à mon entrée en 6ème.
De mon côté, je voulais un jeans Chevignon (le raz-de-marée mode de mon adolescence) mais ma mère n'était pas de cet avis, elle a préféré m'acheter la base.
Et évidement je n'ai porté que ça. Je ne porte d'ailleurs toujours que ça, je n'aime ni les jupes, ni les robes, ni les autres pantalons.

Au collège je comptais 2 trucs quand je m'ennuyais en cours, le nombre de mes camarades qui portaient un appareil dentaire et le nombre d'élèves qui portaient un jeans... Et c'est en comptant que j'ai compris qu'il était TOTAL ce bougre (des 85 % n'étaient pas rares).
Le jeans c'est quand même le grand gagnant qui met tout le mode à l'amende.

D'ailleurs, quand je m'ennuie, il m'arrive encore de compter le nombre de personnes qui portent un jeans et ça n'a guère bougé depuis les 90's, sauf son prix. La branchouillerie a quand même fait n'importe quoi. Les jeans à 300, 400 boules faudrait pas voir à déconner.

Depuis que je suis en mode "6 mois à ne rien acheter" (demain je ferai un point sur mon premier mois qui s'achève...), je fais le point sur les dernières choses achetées, celles que j'avais choisies et leur pertinence (ou non pertinence).

Je porte depuis 3 mois un skinny noir délavé de chez H&M acheté une trentaine d'euros.
Il est cool, il baille pas, il fait plus droit qu'autre chose et la patine est cool.
Je le porte quasiment tous les jours et je vais vous dire un truc un peu cradingue, je sais, mais l'ado que je suis, ne l'a pas encore lavé.

Je n'aime pas les jeans lavés. Ils cartonnent, sont désagréables à porter quelques jours et surtout se délavent pourris.
Alors oui, ça fait sale, oui j'ai pas honte, mais j'ai été un peu rassurée par deux éléments qui me permettent de vous en parler aujourd'hui en toute décontraction (à la fraîche):

✔︎ Un article dans le Grazia spécial Jeans qui interrogeait un collectionneur de jeans (j'ai oublié la date et le nom du mec, vous me pardonnerez mes approximations vu que le magazine est jeté) qui disait qu'il ne lavait jamais ses jeans. Attends j'ai mieux comme argument pour ma cradinguerie, il disait même qu'un jeans porté une journée avait autant de bactéries sur lui qu'un jeans porté 6 mois (ce qui fait que je suis large finalement).

✔︎ Je n'ai, dans mes tris, gardé que 6 jeans. En fait, je porte toujours les mêmes mais, au moins pour le jeans, je n'ai pas encore trouvé ma perfection.
Les APC, le New standard ou le Rescue, me semblent bien efficaces... Aussi et surtout parce que, ce que je préfère dans un jeans c'est plus sa couleur que sa coupe.
Et les vrais beaux délavages à mon goût (ce qu'il y a entre les trous du jeans qui illustre ce billet) sont rares. Là tu te dis quel rapport vu que les APC sont vendus bruts, cartonnés? C'est vrai, j'y arrive.

Je n'ai jamais vu un parfait délavage sur un jeans neuf, même quand il mime, ce gros mytho, l'aspect vieilli... Ca tombe quand même souvent à plat. Au mieux ça va à peu près, les déchirures sont tout de même trop bleues au pire, on titille l'effet «  moustaches sur mon jeans Guess, ben quoi? » qui n'est quand même pas possible.

Je me souviens qu'on me disait (i.e. ma mère qui est partout dans ce post)  qu'un jeans devait s'acheter brut, s'adapter à la forme du corps de son propriétaire et se patiner à la vie de celui qui le porte... La patine.

Je n'ai jamais vu une belle patine dans le neuf (aussi traité soit-il). La plus belle patine que j'ai vu c'est le jeans d'un de mes mecs (un 501 coupe un peu large) qu'il avait eu brut et qu'il avait porté sans trop le laver et qui s'était délavé comme ça...Ca prend du temps, mais bordel que c'est beau. Je lui ai "emprunté" le dit jeans. J'ai après pris du poids, ça n'allait plus. J'ai commencé à customiser mes vêtements (ma vingtaine artistement en recherche) je l'ai découpé, j'ai encore aujourd'hui envie de me tarter la gueule tellement ce truc était beau...

✔︎ Donc en regardant sur le site d'APC qu'est ce que je lis:

« De prime abord très rigide, le denim s’assouplit avec l’épreuve du temps et acquiert une patine à entretenir méticuleusement, pour peu qu’on suive les instructions de (non) lavage à la lettre»

dixit Jean Touitou, crasseux comme moi.

trench-jeans-apc

(Non mais regarde ce jeans... Un poil trop jauni peut-être, mais bordel, qu'il est beau. dixit Marie la crawouède!)

Donc, si je comprends bien, le jeans parfait, au délavage impeccable, a besoin d'une toile brute et de... patience...
Les APC ont l'air cool mais bien sûr je dois encore attendre, vu que c'est la dèche vu que j'ai fait ma maligne et que ben... Tu vois quoi!

EDIT: Je n'ai pas linké les deux articles de Dead Fleurette où, justement, elle nous montrait son jeans APC le jour de son achat (toile brute, cartonnée et très très inconfortable) et le même jeans 13 mois plus tard... (je vous mets les 2 photos l'une en dessous de l'autre, ça sera encore plus parlant. Merci à Marie et Ptimog pour leurs précisions.

✔︎ Premier mois


mois un


  ✔︎ Treizième mois


mois 13

Voilà, allez à demain.

PS: Je n'ai pas répondu à vos mails, désolée, compliqué la semaine dernière.

PS2: Kiss on your shoulder

CONTINUER LA LECTURE

21.11.13

GIRL

debbie-harry-1979-photo-edo-bertglio

Debbie Harry (toujours spectaculaire)





Les portraits sont de Edo Bertglio et datent de 1979


robin-wright-penn-1982-photo-edo-bertoglio

Robin Wright (canon...)


patti-astor-1979-photo-edo-bertoglio

Patti Astor


maripol-1977-photo-edo-bertglio



karin-1979-photo-edo-bertglio

Karin (parfaite. Qui est Karin, on ne sait pas, mais elle est parfaite...)

CONTINUER LA LECTURE

20.11.13

RÈGLES (ET PETITES PRÉCISIONS)

gilles-bensimon-and-elle-macpherson-the-polaroid-of-dave-restaurant-by-cheung-taic2a0waic2a080e280b2s
(Gilles Bensimon et Elle...)



(Tu as raison Anonyme, The Wilhelm Scream est très belle aussi...)

Bon, plutôt que de trop mélanger, aujourd'hui je ne vais pas vous parler de mes derniers achats et comme certains de vos commentaires me font dire qu'il faut peut-être que je vous explique un peu mieux cette "expérience", je me lance.

Certaines d'entre vous me suggéraient que ce que je faisais, dans son aspect "drastique", genre que 6 mois c'est long, que je me tire une balle dans le pied, que ça n'a pas d'intérêt, que la frustration c'est inutile quand c'est si extrême... Et que je courrais à l'échec...

Je comprends ce que vous me dites et l'ai pris avec la plus grande bienveillance (dont vous avez sincèrement fait preuve) mais je crois que je ne vous ai pas suffisamment expliqué où je voulais en venir.

✔︎ Je ne fais pas cette "expérience" parce que je sors d'une énième rechute compulsive, non pas du tout.
J'amène toujours le sujet (et Dead Fleurette aussi) en vous parlant de ma compulsion au présent, mais  en fait non, c'est un peu malhonnête, elle n'a plus rien à voir.

Après s'être exprimée à coup de sapes Marant, Jacobs, et autres trucs que je n'avais pas les moyens de me payer avec tant d'outrance, la réalité m'avait, depuis longtemps, rattrapée, et non, je n'ai plus de consommation "problématique", "handicapante" qui peut me mettre en galère de thunes.
En d'autres termes, je suis déjà dans la modération.
Sauf... Sauf quand j'ai des coups de mou.

Rien d'excessif, un rouge à lèvre me coûte moins que des bottes Isabel Marant, mais c'est le caractère systématique qui me disait de plus en plus que c'était étrange... Etrange comme le système de récompense et / ou de "béquille émotionnelle" se situe dans l'achat (pire, que ce système est valorisé, dans la presse féminine par exemple mais plus généralement dans la société dans son entier (porte ouverte, je sais). Il est abordé comme un loisir, quelque chose qui fait du bien après une dure journée de travail, il est bon, très bon de se faire plaisir... En achetant des trucs.. Comment sinon?).
L'une d'entre vous me disait justement que c'est bien aussi de se faire plaisir en s'achetant des trucs.
Oui je l'ai vu, mais le caractère "systématique" de ces récompenses là, me déprime un peu et surtout me questionne.

✔︎ Je n'aborde pas ces 6 mois en me disant que je vais me tester, voir si j'en suis capable.
Je vais vous dire un truc qui ne transparait pas forcément sur ce blog (ce n'est pas ce que je mets le plus en avant) mais je n'ai aucun doute sur ma réussite (ça fait crâneuse, mais ce n'est pas le cas du tout, c'est autre chose. Ca a à voir avec cette histoire de responsabilité, d'engagement, ces choses là me portent et mettent dans une situation qui me libère systématiquement, l'absence de choix... Oui ça peut paraître paradoxal, mais je vis comme une libération le fait d'avoir mon cerveau focus, concentré). Et je le dis sans orgueil, promis, craché.

✔︎  L'achat est une diversion pour le cerveau, il détourne le regard d'autres choses et par curiosité, je veux voir où il regarde quand je ne le divertis plus avec de chronophages achats (oui parce que qui fait peu d'achat, régulé, sait aussi qu'il va passer du temps à bien choisir, comparer, sous-peser et finalement... C'est pareil, on reste les yeux sur l'eshop. Mauvais calcul. C'est ce que la cigarette m'a appris. A contrôler sa consommation, je ne pensais qu'à elle, à la suivante, à l'attente pour y arriver... Et non, je ne m'en libérais pas...).

✔︎  Donc, putain c'est la fête de la digression, je ne fais pas une privation pour me faire du mal et échouer, du tout, je fais ça pour voir comment je vais me débrouiller pour faire sans. Il est là l'intérêt.
Je n'ai jamais manqué de rien, j'ai été choyée, j'ai appris seule (et tant bien que mal) la frustration après être allée trop loin... Et c'est ça que je veux savoir, comment je vais faire sans ça.
Comment je vais me rassurer? Comment je ferai les jours "down"? Comment mon cerveau va se sortir de cette habitude...
Les récompenses (malgré ce que j'ai pu vivre auparavant et depuis quasiment toujours) ne peuvent pas se résumer à des choses qui s'achètent et envisager cela, c'est quand même triste.


✔︎  Je ne me prive pas vraiment, aussi parce que malgré les tris et le reste, j'ai encore beaucoup de vêtements. Suffisamment pour être habillée différemment très souvent, et c'est là aussi que ça devient intéressant point de vue "mode". Continuer à désirer ce que l'on a déjà est ne pas loucher sur les herbes vertes ailleurs pour voir comment on se débrouille.
Et surtout, de mes propres goûts, j'ai tout ce que je veux.
Mon armoire n'a besoin de rien. Mes goûts stagnent et sincèrement, plus serait loin, très loin d'être nécessaire.
Je n'ai besoin de rien... Oui je sais ça fait bizarre de l'écrire!


Donc voilà comment je vais procéder sur ces 6 mois:

✔︎  Je n'achèterai ni vêtement, ni make-up, ni cosmétique ( je peux acheter livre, places de cinéma, musique, magazine, pas de souci, mais pour magazine, modérément)

✔︎  Les seules choses que je peux acheter sont (et une fois que les précédents sont terminés, obligatoirement) les choses que j'utilise au quotidien. Et sauf exception (type allergie ou autre), je dois utiliser les mêmes qu'avant. Pas de nouveauté, donc:

✔︎  Produits cheveux (shampoing, après shampoing, masque, huile ricin, coiffant)

✔︎  Gel douche

✔︎  Dentifrice

✔︎  Huile argan

✔︎  Huile démaquillante DHC

✔︎ Crème de jour: Hydrance Avène

✔︎  BB Crème Erborian

✔︎  Poudre libre Arcancil (elle est mortelle je ne sais pas si j'en ai déjà parlé)

✔︎  Crayon noir master Drama Gemey (mon amour, toujours)

✔︎  Poudre Dallas Benefit (ouais je lâche rien)

Et puis il me faudra plus de 6 mois pour user les blush et autres rouges à lèvres de ma salle de bain...

ET c'est tout.

Voilà, vous savez tout. J'espère que c'est un peu plus clair.
Je reviendrai régulièrement faire un point (aussi dans les moments où ça sera plus chaud et il y en aura, à ne pas douter), vous dirai comment j'ai fait quand je me sentais fébrile et les "armes" que mon cerveau a utilisé.

Je vous embrasse fort.

PS: Je réponds à vos commentaires sur les deux derniers posts dans la journée ♡



CONTINUER LA LECTURE

19.11.13

6 MOIS

Soleil, 6 mois

* POST RTT, tmtc



Il faut d'abord que je vous raconte. 

Il y a de ça 3 ans (je crois), on a entamé ici l'aventure qu'on avait appelé "Dead Fleurette" (du nom de l'ancêtre de ce blog, tenu par une jeune demoiselle qui, depuis, a arrêté son blog et qui avait drastiquement réduit la taille de son placard pour tenter de résoudre cette "question" qui ne trouve jamais de réponse satisfaisante, le fameux "j'ai rien à me mettre". Fleurette, elle, a décidé de répondre à cette question obsédante du placard en en prenant le contre-pied total, plutôt que d'augmenter les achats pour finalement essayer de "tout" avoir, elle a réduit son armoire pour n'en garder que les perfections. Rien d'approximatif. Et les perfections, il y en a peu).

J'avais commencé cette "expérience" en vous racontant comment j'étais devenue compulsive, comment j'étais acheteuse compulsive et comment c'était un truc bien pourri. 

Alors comme je sentais que j'allais mieux (que j'achetais moins) j'avais trouvé le "courage" (toutes proportions gardées, bien sûr) de l'aborder avec vous et d'en faire, éventuellement, une force. 

La suite vous la connaissez, c'est l'expérience Dead Fleurette (copiée donc sur la démarche du blog éponyme) une épuration de mon dressing. 
J'avais déménagé, je n'avais plus autant de place que dans mon ancien appart et j'en avais marre surtout. 
Marre d'avoir une accumulation de vêtements que je ne mettais pas, plus ou voire mis une fois. 
La compulsive que je suis avait une certaine lassitude face à ses silhouettes donc, elle achetait. Achetait. Mettait une fois, parfois deux et voilà, l'intérêt pour la dite chose s'étiolait...

Ma démarche a rencontré un certain écho puisque vous êtes nombreux et nombreuses à avoir découvert ce blog grâce à cette expérience. 

Donc, avec vous et en vidéo, on a commencé à aborder les points les plus essentiels de cette "épure":

✔︎  Réfléchir à chaque achat (rien d'approximatif ni d'irréfléchi avec un mantra "essaie toujours ce que tu dois acheter et si ce que tu portes te va mieux que ce que tu t'apprêtes à acheter, repose". Evidemment si c'est en rapport, si t'es en baggy (l'ancêtre du boyfriend, mais girlfriend de skate j'étais donc, moi j'appelle ça un baggy)  et que tu cherches à acheter un tailleur, là, pas de rapport, donc ce mantra ne fonctionne plus).

✔︎  Faire le point sur ses goûts (les distinguer de la mode et de ses variations, même si maintenant, au vu des évolutions quasi éphémères des tendances, ça me paraît très compliqué de voir ce qu'est "la mode" en 2013... C'est tellement dur que ce que j'en vois, de la mode de 2013, ça n'est que sobriété, blanc, coton, marinière, trench, cuir, perfecto... Alors oui 1 manteau rose originellement Carven, des pochettes en fourrure mais rien qui ne balaye ce qui existait déjà. Mais je me trompe peut-être!).

✔︎  Faire le point sur sa silhouette. Savoir si on préfère "être à la mode" ou "être élégante" ou les 2.

✔︎  Si fébrile je me sens, ne pas chercher la merde en allant me balader sur eshops / magasins / blogs (ouais je me tire une balle dans le pied).

✔︎ Acheter de très beaux cintres en bois pour les vêtements (mettre tout sur cintre, même ton t-shirt troué préféré en lin de chez Zara acheté en 2007 donc je te dis même pas dans quel état il est).

✔︎ Renoncer à ces vêtements de marque, parfaits auxquels on a cru  mais qu'on ne porte pas (dans mon cas, un blaser noir Ann Valérie Hash que je n'avais JAMAIS porté mais dont je n'arrivais pas à me débarrasser).

✔︎  Se faire confiance.

✔︎  S'aimer, comprendre qu'aussi belle soit cette veste, elle n'apporte rien, strictement, à notre identité et surtout qu'elle ne résoudra rien.

✔︎  Trouver de quoi remplir ses "loisirs" (le shopping n'en est plus un quand on a flirté allègrement avec l'achat compulsif) , l'oisiveté est mère de tous les vices et il faut forcément un substitut sur lequel on pourra s'appuyer.

✔︎  Rester vigilant, la compulsion peut se déplacer... des vêtements au make-up... Petite écervelée et superficielle que je suis ;-)

Voilà où on en était. 
Et ça avait marché pour moi. 
Ca avait marché aussi parce que je m'étais engagée auprès de vous c'est important la responsabilité, je vous jure, ça porte, ça aide et surtout ça permet de ne pas être seul dans un truc qui est, par nature, "isolant".

Et ça a marché longtemps, je ne vivais pas ça comme une frustration mais bien comme une libération. Mes goûts étaient arrêtés, jeans / t-shirts / blousons (cuir, jeans) / baskets (je porte d'ailleurs mes Decade d'Adidas non stop depuis 5 mois... Quasi tous les jours) / Parka ou assimilé.

Et puis il y'a eu mon truc un peu relou avec le make-up, les chaînes Youtube, les nouveautés systématiques et cette impression que l'achat à outrance était devenu une norme. 
Maintenant, c'est ça la norme, je le vivais comme un vrai problème ces achats outranciers et maintenant, partout, on avait l'air de dire que ne pas "se priver" c'est cool. Que la frustration c'est nul et qu'on ne vit qu'une fois... Je grossis le trait évidemment. 

Et puis Charlotte aka Balibulle est venue ravivée tout ça... Ca c'est l'acte 1. Charlotte s'est mise aussi à épurer son armoire, elle n'en garde que le plus beau.
Je reprends une phrase que Charlotte utilise pour parler justement du blog de Dead Fleurette : 

"Son mot d’ordre n’est pas la frustration ou la restriction, mais le plaisir de choisir, chérir et de porter, reporter et re-reporter chaque vêtement ou accessoire parce qu’il est parfait dans son genre".

Et puis, et c'est ce qui m'a achevé, mon retour en Bretagne, mes sacs toujours aussi lourds, des vêtements malgré tout importés et cette sensation que à chercher toujours la pièce idéale, j'en restais toujours en quête de quelque chose, incapable de profiter de ce que j'avais déjà.

Oui, à acheter, fouiner sur les eshops un truc encore mieux que ce qu'on possède déjà (même dans des choses ultra sobres qui sont un peu ma préférence. Un mec m'a dit il y a peu que je m'habillais toujours pareil... dans sa bouche ça sonnait comme "négligente Marie", dans la mienne ça a sonné comme un "s'il savait..." amusé) c'est surtout une manière de ne JAMAIS profité de ce que l'on a déjà. 

Et, ding ding ding, je vais tout de suite répondre à la question à 1 000 000 de $, ça ne s'arrête jamais. Aussi remplie que l'armoire puisse être, il lui manquera toujours un truc. Des trucs. 1000 trucs.

En rentrant, en rangeant mes affaires pendant très longtemps j'en ai eu de nouveau marre, ok mon armoire est plus optimum, je mets tout ce que j'ai (quoique j'ai quand même des préférences au nombre de 10 avec lesquelles je pourrais tourner pendant un mois) mais tant de t-shirts blancs parfaits ça aurait dû calmer ma quête... Sauf que non... Et ça marche aussi avec les rouges à lèvres rouges cette histoire. 

(Dieu que je suis longue...)

Me sachant nettement meilleure dans la privation totale que dans la modération, je me suis dit que j'allais tenter 6 mois sans achat. Pour jouer, pour voir comment je peur "ré-inventer" l'armoire sans rien lui insuffler de nouveau. 
Est-ce que je vais mal le vivre? (oui je sais, il y a des vrais problèmes dans la vie et ce que je viens de dire n'en fait pas du tout partie)
Sans rien acheter. Nada. 

Alors pas tout à fait, je vais vous dire quelles sont mes possibilités (ouais j'ai des règles, j'adore les règles, mon rapport au jeu (je vous ai déjà dit que le jeu est un des 5 trucs que je préfère sur Terre?).

Donc, je reviens demain pour vous donner les règles et vous montrer les dernières choses que je me suis achetées avant d'entamer ces 6 mois (ça fait une semaine que j'ai commencé, une miette donc).
Une sorte de "New-in" mais un New-in définitif... 
Pour 6 mois quoi... 

L'idée c'est de voir ce que ça donne, voir si c'est dur, voir comment fait le cerveau quand il ne peut plus aller à la facilité... 

Allez, love, à demain. 





CONTINUER LA LECTURE