CHILDISH GAMBINO, SOBER

26.11.14

Childish-Gambino2



J'aimais déjà beaucoup son premier album Because the internet, alors quand le double projet de Childish Gambino, Kauai / STN MTN est sorti, j'ai un peu biché, on va pas se mentir.

(Ouais c'est aussi le mec d'Hannah dans le début de la saison 2 de Girls)

Et ça méritait bien un petit morceau R&B cheesy qui dégouline de sucre que ça faisait longtemps qu'on a pas écouté...




Et si vous aimez ce genre de sons, sa mixtape est téléchargeable juste  

#ASTUCESNOVEMBRISME 2

25.11.14

IMG_3991
Y a un an, j'avais posté un billet sur mes "astuces" pour lutter contrer le novembrisme (i.e. cette gentillette petite dépression de fillette que je vis au mois de novembre, mois gris, mouillé et sombre on est bien d'accord?) et j'ai eu envie d'en refaire un cette année.

Une sorte de macédoine cheesy et solaire... Et cette année, point de novembrisme à déclarer de mon côté, comme quoi, vieillir c'est aussi des trucs cool.

UPTOWN FUNK, MARK RONSON x BRUNO MARS

Ce morceau est une bombe. Le truc le plus gai de l'automne, j'ai dû l'écouter 40 fois en une journée...
Y a clairement du Michael là-dedans mais c'est "laisse tomber" efficace ♥... Mais Mark Ronson il sait faire en même temps... Normalement j'm'en tamponne le coquillard de Bruno Mars mais là...

Je vous mets le clip et la version live au Saturday Night live qui fait bien plaisir aussi.





JORGE BEN JOR, TAKE IT EASY MY BROTHER CHARLES

  Y a aun truc qui marche bien aussi, c'est la musique brésilienne (alors j'imagine qu'il y'a plein de types de musiques brésiliennes mais ce morceau de Jorge Ben Jor est quand même bien efficace pour faire sentir le soleil dans ton coeur)

 

K.FRIMPONG AND HIS CUBANO FIESTAS, KYENKYEN BI ADI M'AWU

Ouais je sais beaucoup trop de musiques, mais vu que c'est un des trucs les plus importants de ma vie, elle l'influe vachement.
Alors troisième machine de guerre de l'humeur, c'est une musique ghanéenne découverte 
sur Radiooooo (ouais je suis monomaniaque ne me juge pas!) mais qui doit être bien connue.
Et elle tue...



SACRÉE SOIRÉE, À L'ENVERS À L'ENDROIT, JEAN-PIERRE FOUCAULT

Cette toute petite vidéo de 7 secondes est une drôlerie dont je me lasse pas. 
Vous vous souvenez de Karen Cheryl? 
Je ne sais pas pourquoi je me marre autant, mais j'imagine le contexte qui fait que Foucault, au lieu d'appeler cette chanson "à l'envers à l'endroit" l'appelle Par devant par derrière... 
Une blague salace en coulisses qui a dû s'imprégner dans son esprit... 
Bref, son air blasé, sa bourde, j'adore... 



LA BRETAGNE

Ca fait maintenant 4 ans que je vis ici, dans le Morbihan précisément.
Et j'y suis bien.
Il m'arrive, régulièrement, de retourner vers "là où je suis née", à Saint-Dizier ou à Nancy et définitivement, je ne regrette rien.

Les photos qui suivent ont été prises au début du mois... De toutes façons c'est toujours beau ici (#NiaiserieOn) et la beauté, ça a un effet dingue sur le moral.

IMG_3978

IMG_3961

IMG_3979

RECOMMENCER BUFFY, THE VAMPIRE SLAYER DU TOUT DÉBUT

c0965436ec0b4e7dfd493b67bf818261_large

  Si vous me lisez depuis peu de temps, c'est une donnée que vous ignorez, je suis une très très grosse fan de la série Buffy contre les vampires.
Et si vous connaissez Buffy de loin, je vous entends pouffer. Si si, j'entends vos sarcasmes.

Mais, et je vous jure, craché sur la tête de ma mère tout ça tout ça, que c'est une GRANDE série.
Evidement, c'est daté, maintenant (mais moi je m'en fous j'adore) mais les thèmes qui y sont développés (comment devenir un adulte, la question de la responsabilité, le choix, l'amour, la solitude (ah ça...)) me parlent vraiment.
Alors ce mois de novembre je m'y suis remise.
J'ai attaqué la saison 1 (le maitre tmtc)  et même si c'est pas vraiment ma saison préférée (peut-on faire plus grand que la sixième?) je prends un plaisir fou à recommencer du début.

Au cas où, commencez Buffy si vous ne connaissez pas et que vous avez un peu de temps devant vous. Accrochez-vous un peu au début, le côté teenage est très anecdotique ça ne parle pas de ça. C'est intelligent, complexe et surtout très drôle.

Ok Madeleine pour finir.



AVOIR COURU 7 KMS (JE SAIS POUR PLEIN DE PERSONNES C'EST RIEN) AVEC LÉGÈRETÉ, AVEC LE SOURIRE, SOUS LA PLUIE ET EN PLEINE NUIT

Et je suis très fière de moi...

Bisous bonne soirée les copains. 

CONTRE L'AUTRE OU POUR SOI?

24.11.14

AntonioLopez_B_normal

(Jerry Hall par Antonio Lopez)



(Viens on danse...)

L'autre soir,  je me retrouve à parler avec des potes de tout, de la vie, de l'amour et de la norme.

Une de mes potes nous raconte qu'elle est encore sortie la semaine dernière d'un repas dominical avec papa et maman un peu lessivée. À plus de 30 ans, sans mec, sans enfant et sans envie particulière d'avoir l'un et l'autre à tout prix, les discussions  entre la salade et la tarte aux pommes sont récurrentes avec ses parents inquiets de la voir, de leur point de vue, "stagner et s'enliser dans une vie adolescente et inconséquente".

Elle s'en est tapée des repas familiaux à se justifier sur sa vie, ses choix et le reste. Et ça la soule.
Elle a beau avoir passé l'âge d'être une petite fille à sa maman, elle en a marre d'expliquer sa vie et sa non-anormalité devant les yeux incrédules de sa maman et les soupirs aimants mais suspicieux de son papa.


Enervée (et un poil bourrée) elle veut juste qu'on arrête de la juger, surtout dans son dos et qu'enfin, on la comprenne...

Il y a une dizaine d'années, j'ai vécu des transformations (relatives car finalement normales) qui m'ont fait avoir de longues, très longues discussions avec ma famille.
Elle ne me comprenait pas et trouvait que ce que je faisais était clairement pas super. Qu'elle ait ou non raison n'était absolument pas pertinent, c'est bien le truc avec l'expérience, on ne peut finalement que peu la partager avec les autres, il faut la vivre pour bien l'intégrer.
Ma famille n'avait pas raison et moi non plus, les choses étaient comme souvent plus complexes.

Mais ce qui m'avait marqué à l'époque, c'est que ma famille (autre génération, autre vie, autre expérience, autres études) quand elle s'opposait aux choix que je faisais pour ma vie professionnelle ou privée n'était pas tant contre moi que ce que j'imaginais.
Je me braquais mais après analyse de la chose, je me suis rendue compte qu'elle prêchait plutôt pour sa paroisse à elle.

Le gens peuvent évidement avoir un avis, il peut parfois vous déplaire (après c'est à voir si vous avez ou non demandé cet avis) mais il arrive parfois que cet avis ne soit pas forcément contre vous mais plutôt pour eux-mêmes.

Prenons l'exemple de cette pote.
Ses parents expriment sûrement de l'inquiétude pour leur fille quand ils lui demandent "Et le mari? Ou juste un mec, on devient moins exigent? Et les enfants? Au moins 1 bordel! Et la vie sûre où on ne s'inquiétera enfin plus pour toi?", mais il y'a d'autres enjeux que cette préoccupation là.
Comme prolonger leur vie, leur modèle dans la vie de leur fille c'est aussi confirmer leur propre choix.

Célibataire j'étais souvent (si si) titillée sur le joie d'être en couple. Le plus étrange c'était quand ces conseils venaient de personnes elles-mêmes plutôt malheureuses dans leur propre couple... Leurs conseils sonnaient un peu comme "viens te galérer comme moi histoire que je sois pas la seule dans mon traquenard parce que là, je sais plus trop". (Evidement je caricature, mais parfois ça me donnait cette impression).
Je savais qu'elles souhaitaient aussi pour moi une installation plus "classique" comme pour confirmer un peu leurs propres choix.

Mon papi et ma mamie étaient inquiets pour moi c'est vrai. Mais ils avaient aussi envie que j'aille dans leur sens à eux parce que ça aurait voulu un peu dire que j'étais de leur côté.
C'était pas tant contre moi qu'ils agissaient comme ça, mais plutôt pour eux-mêmes.

Je sais pas si vous voyez ce que je veux dire...
On a parlé de ça avec ma pote, je ne savais pas tellement si j'avais raison, mais d'avoir un jour pensé ça, ça m'avait permis d'aborder les questions autour de la "norme" avec plus de décontraction et surtout en ne me sentant plus agressée et jugée de manière systématique... Et ça, ça faisait plaisir.

Allez bisous smack, à demain. 

MACEDOINE 3546897

21.11.14

9-VOGUE-750x500


✔︎ Avant toute chose, j'ai eu un souci avec la boîte mail du blog. Si vous m'avez envoyé un mail il y a un mois jusqu'à avant-hier, je ne l'ai pas reçu, ma boîte étant pleine et je ne m'en suis même pas aperçue...
Donc, d'avance, désolée si vous avez envoyé un mail et que je ne vous ai pas répondu, je ne l'ai tout simplement pas eu.


Salut les copains, ça fait longtemps qu'on a pas fait un post fait de tout et de rien.

Donc, certains trucs que j'ai aimés ces dernières semaines.



✔︎PHOTOS RIMINI PAR CLAUDE NORI ET LE SARTORIALIST

Je sais pas si vous avez vu passer les photos de Rimini, une ville sur la côte adriatique de l'Italie, du Sartorialist, mais je les trouve mortelles.
J'ai passé de nombreux étés dans cette même ville avec ma famille (d'origine italienne) et j'ai été complètement fascinée de voir les plages de mon enfance aussi joliment mises en scène.
Je n'ai pas vécu le même Rimini que celui de Scott Schuman mais la beauté de ces photos (les 2 mecs en photo sont vraiment ouf de beauté ou c'est moi?) m'ont donné l'impression que ce qui est beau c'est vraiment le regard que l'on porte sur les choses (tu peux compter sur moi pour les enfonçage de portes ouvertes, t'inquiète!)

7914KingC9648Web

7914EdoC8655Web

70914EyesC8754Web

7914Rimini6B8262Web1

Le Rimini idéal que je voyais, c'était plutôt celui de Claude Nori. J'adore ces photos là, leur côté populaire et ces filles là...

claude nori 1


claude nori


claude_nori01


NORI-06


riccione_0

Claude-Nori-20



Nori-Claude_Rimini-1983

✔︎ RADIOOOOO 

Vous avez je pense, déjà beaucoup entendu parler du nouveau site musical Radiooooo.
Mais au cas où...
Radiooooo c'est une sorte de radio (le nom mettant finalement sur une piste sur ce coup là!) à la sélection vraiment chouette (enfin je trouve, moi tout me plait).
Le site représente une mappemonde, on y voit tous les pays. En bas de cette mappemonde, des décennies, de 1900 à maintenant.
Et donc vous choisissez une décennie et après un pays. Et c'est mortel.
Je me suis découvert une passion pour la musique angolaise et éthiopienne des 70's. Et sans cette radio et la sélection des gens qui bossent dessus, je ne suis pas sûre que j'y aurais eu accès aussi facilement.
J'aime vraiment beaucoup ce site, j'en parle à tout le monde et si vous aimez aussi découvrir des nouvelles musiques de manière un peu paresseuse (ouais la sélection a déjà été faite pour vous), ce site est pour vous (je parle comme Jacques Séguéla ou c'est moi?)



(Ouais celle-là c'est clairement pas de l'underground, mais ce qu'elle est bien)





(La beauté de cette chanson...)

✔︎ CHRISTINE AND THE QUEENS

christine_and_the_queens__le_nouveau_ph__nom__ne_pop__6512

J'arrive après la musique, c'est peu dire...
Yassine m'avait parlé il y a très longtemps d'une reprise des Paradis perdus de Christophe (l'une de mes chansons préférées au monde) par une nana. Christine and The Queens justement.
J'avais écouté la reprise sans entrain particulier. Mouais quoi! (Ce que je maintiens, je ne suis pas fan de sa reprise).
Maintenant qu'elle est est ultra connue, je décide enfin à faire mon coming-out, j'aime beaucoup ce que fait cette nana.
Donc, si y en a 2 qui, parmi vous, ne connaissaient pas encore, sait-on jamais...



✔︎ AUTRES MUSIQUES

D'autres morceaux plus ou moins connus que j'ai trouvés assez cool...












✔︎ SAPE

IMG_4131

(Le sweat Lui de la meuf de gauche des Brigitte est cool)

1AB144-834_A_36


 La peau lainée de chez Acné absolument inabordable (2300 boules, calmement) mais vraiment sublime sur laquelle je bave depuis 2 hivers en me disant que la vie est une conasse


IMG_4150

(Alors pour compenser cette injustice, j'ai acheté, à 4 euros, une magnifique chemise cru 1983 de très bon goût, sur laquelle on peut lire, en bd, les aventures d'un détective privé en anglais...)



✔︎ UNDER THE SKIN

238222

J'ai vu dernièrement sur le conseils de certains l'étrange film Under the skin de Jonathan Glazer.
Et ça m'a beaucoup plu.
Scarlett Johansson au volant d'une camionnette à la recherche d'hommes dans une Ecosse pluvieuse est étonnante.
C'est un film lent, très, contemplatif, parfois gênant, mais sincèrement je n'ai jamais vu une chose pareille.
La première partie, la plus gratuite et étrange, est celle qui m'a le plus hypnotisée.
La seconde (essentielle pour raconter une histoire de manière plus normale) m'a semble un poilu plus longue mais j'avais été tellement aspirée par la première partie que c'est plutôt normal.

Scarlett est une actrice que j'aime beaucoup, dans ce film elle est incroyable.
Et le film seul est tout aussi fascinant. Regardez la bande-annonce, vous vous ferez une vraie idée de ce film.


Voilà quoi.

Allez bisous et bon week-end, à lundi. 

MERCI LILIPUTA DEGUADALAJARA

18.11.14

Très très jolie cover de la chanson de Bob Marley

2, 3 TRUCS APPRIS

17.11.14

iselin-steiro-by-david-sims-for-vogue-paris-march-2010-8

(Photo de David Sims pour Vogue Paris)




Viens on parle d'amour. 

(Attention, racontage de vie, je préviens...)

J'ai été très jeune en couple.
Quand je dis en couple je veux dire un truc "assez sérieux et installé" qui durait des années et qui se passait à une époque où j'étais globalement la seule à l'être, mes ami(e)s étant plutôt ou dans le butinage ou dans un état d'attente.

J'avais 16 ans et cet état de couple allait durer longtemps... pas toujours avec le même amoureux, mais j'ai enchaîné 3 longues (dont 2 très longues) histoires d'amour. 
C'était confort, beau, pas toujours évident, mais j'aimais au quotidien, étais aimée et c'était une vraie chance et non une normalité à laquelle je devais m'habituer pour le reste de ma vie. La toute puissance de ma vingtaine amoureuse n'avait aucune limite et ne connaissait pas encore sa chance. 

L'amour n'avait rien d'un état exceptionnel, c'était la chose qui m'était même la plus habituelle, alors naturellement je pensais que toute ma vie serait accompagnée de cet état amoureux confortable et familier...

Sauf qu'évidement, les choses ne sont pas restées dans cet état confortable et agréable pour toujours. Et je me suis, tardivement, retrouvée célibataire. 
Je savais ce qu'était le couple mais le célibat, les mecs, la drague, ces choses là, leurs règles tacites, je n'en savais rien.  

En plus, cet état de célibat tardif (qui me rendait aussi lucide qu'une pucelle... une vieille pucelle en quelques sortes) s'est étalé dans le temps... longtemps... plusieurs années. J'ai butiné mais vraiment rien de bien sérieux.
Alors même que mes amis vivaient les installations / les apparts nouveaux à décorer/ les enfants / les Pacs / les mariages heureux / les trucs que font le grandes personnes, moi de mon côté moi je vivotais dans des états semi-adolescents / semi-inconséquents. Et c'était moi qui était devenue la fille qui butine en attendant. 

Je ne m'inquiétais pas, après tout, j'avais voulu cela, être seule, alors je n'allais pas commencer à m'en plaindre...  Et puis de toutes façons, il me suffirait de vouloir que cela s'arrête pour que ça s'arrête pour de vrai... 

Mais le temps commençait à passer sérieusement et je le vivais de plus en plus mal, me sentant en marge, comme inachevée socialement. Le célibat est un état qui doit se justifier, il n'a rien d'évident, il est suspect. Alors même que je ne m'étais jamais sentie dépendante du couple, à être légère par rapport à tout cela, lucide sur le fait qu'il ne déterminait pas ma personne, pourtant je vivais les choses de plus en plus mal. Et cette impression tenace que quelque chose clochait. 
Bien sûr, mon cerveau avait trouvé de bonnes raisons à mon célibat (il est très fort le cerveau pour rationaliser et justifier nos comportements, même les plus contradictoires et ça permet de relativiser les choses de l'intérieur) mais ça ne suffisait pas toujours.

J'ai voulu que ça s'arrête, j'ai voulu ré-avoir un amoureux et re-être amoureuse... Mais ni l'un ni l'autre ne m'arrivait. Et je me suis même parfois dit que c'était plus mon truc, que c'était fini pour moi. 
Et ça a commencé à m'inquiéter sérieusement.
Mais merde qu'est-ce qui clochait? Et surtout pourquoi ça devenait aussi important pour moi? (Oui l'importance que ça avait m'agaçait, tout allait dans ma vie, vraiment, alors pourquoi ce truc avait fini par prendre tant de place)

Je n'arrivais pas à l'aborder sur mon blog de manière simple parce qu'une toute petite partie de moi se sentait gênée de cela. Et une autre partie se sentait gênée d'être gênée par ça.

Et puis petit à petit, ça allait mieux. Ca commençait à faire un sacré temps cette histoire et puis après tout, je continuais à m'amuser, j'étais en bonne santé... Au bout du compte rien de dramatique. Et puis c'était toujours mieux que de se mettre avec quelqu'un que j'aimerai modérément pour retourner à une certaine forme de normalité. D'autant qu'il n'y avait pas mort d'homme... Et hors de question de passer encore tout ce temps à me mettre moralement des tartes dans la gueule, ça n'aidait personne.
Tant pis, c'était comme ça et j'allais y trouver mon compte.


Finalement ces années à vivre le "coeur amoureux seul" ont été, je crois, l'une des plus grandes chances que j'ai eue jusqu'à maintenant. Elles m'ont, petit à petit, libérée. Je peux être seule. Sincèrement. Je prends beaucoup de plaisir à ça, je n'ai pas peur de moi.

Je n'ai ni frère ni soeur, j'ai été élevée par une maman qui travaillait et ai passé une bonne partie de mon enfance seule. Et j'adorais ça (mon blog est d'ailleurs une extension de cette solitude là), il n'y avait aucune souffrance à être seule, j'ai trouvé ça génial.
Mais, plus tard, mes états amoureux m'ont rendu dépendante de l'amour et du couple. Le regard de l'autre amoureux m'était devenu nécessaire pour vivre sereine et comme qui dirait "complète". Sans je ne savais plus comment faire... Je ne savais plus si j'étais "aimable".

C'est rien dit comme ça, mais ça a été fondamental de reprendre mon indépendance par rapport au sentiment amoureux, d'exister, profondément, en dehors de ça.


(C'est long hein...)

Et, un jour,  je suis retombée amoureuse (c'est pour ça que je n'en parle aussi sincèrement que maintenant... oui, j'ai passé des mois à moi-même me suspecter, en tous cas à être fragile sur cette question et je n'aurais pas sur tellement argumenter).
Et ces années "seule" n'ont pas été sans conséquence.
J'éprouve aujourd'hui une joie totale à être seule. Mais aussi à ne pas l'être. Être aimée, aimer, être avec ou sans amoureux, avec ou sans ami, tous ces états différents, qui alternent, sont un luxe total je crois. J'aime autant l'un que l'autre.

J'étais dépendante de l'état amoureux et du couple (de ce que cet état disait de moi, de ma valeur), il me légitimait, d'ailleurs je ne pouvais pas m'empêcher de préciser aux gens qui me disaient "ah tu es seule..." que j'avais vécu trèèèèèèsssss (oui j'exagérais au cas où ils me prendraient pour une "ratée" de l'amour, une incassable (alors qu'être casée me parait aujourd'hui la pire chose qui pourrait m'arriver)) longtemps en couple, donc bon, je n'étais pas une de ces "vieilles filles" (quel mot horrible), non j'étais libre...

Oui je me justifiais, négligeant que le sentiment amoureux est une rareté, il ne tombe pas sur nous toutes les 22 secondes. C'est d'ailleurs l'une de ses forces.

J'envisage les choses sous un autre angle maintenant... Les choses se sont comme organisées.

Bon ça a été suffisamment long comme ça, j'en reparlerai une autre fois.

Je vous embrasse et ne parle pas de tout ça juste pour raconter ma vie (dont l'intérêt est très relatif) mais plutôt pour échanger sur cette question qu'est l'amour au centre de la vie des femmes (c'est assez souvent le cas je trouve) et de la pertinence de ce choix et de ce qu'il définit.
Et c'est aussi l'occasion pour moi de vous dévoiler cet aspect afin de, qui sait, peut-être "tranquilliser" certaines d'entre vous.



Bisous smack
 

Une Chic Fille © All rights reserved · Theme by Blog Milk · Blogger