Pages

19.12.12

ARGENT

wildernessfestival81-web

Photo de Vanessa Jackman


Mes posts ne sont que réactions en ce moment, vivement que cette année se termine, j'en ai assez de 2012... Même si ça a été plutôt une belle année elle est déjà un peu obsolète.

 Ce matin chez Mai ( je link toujours les mêmes personnes!) on y parle argent et blogosphère.

Je me disais que ça serait peut-être le moment d'échanger un peu avec vous aussi sur la question. Parce que j'aimerais vraiment avoir votre avis là-dessus.

Je ne gagne pas d'argent avec ce blog. Je n'en gagne pas parce que je n'ai jamais trouvé de suffisamment bonnes raisons pour en gagner. Je vais vous expliquer pourquoi.
Je ne porte aucun jugement sur rien ni personne, ce que je vais vous dire n'est basé que sur mes expérience et ressenti propres.

L'attrait immédiat que j'ai eu pour les blogs mode s'est essentiellement basé sur l'alternative qu'ils proposaient. Ce n'était pas des magazines avec toutes leurs dérives.
J'aime les magazines mais lire des blogs personnels, amateurs, gribouillés, était une vraie fraîcheur.
Enfin la mode était intégrée dans une certaine forme de réalité... Et tout ça était fait par plaisir pur.

Les blogs ont muté et certains se sont éloignés de leur postulat de base, très bien, les choses sont faites pour évoluer, changer et finalement réussir à faire de son blog son travail c'est transformer une passion en quelque chose de rentable. Ce qui est chouette ne le nions pas! Certains ont même gagné en qualité de contenu (rares mais certains y sont parvenus).

Je me suis souvent interrogée, dit que finalement je devrais le faire, que je pourrais gagner de l'argent, qu'il n'y aurait pas péril en la demeure, que ça ne changerait pas mon blog, que je pourrais être toujours aussi sincère, que je pourrais toujours poster comme je le souhaite... Que ça ne serait pas grave. C'est vrai ça ne serait pas grave.

Sauf que je savais au fond de moi que je ne pouvais pas tout avoir.
J'ai un regard très dur sur la publicité de manière générale même si je ne suis pas dupe de son influence sur mes choix ( je ne suis ni pire ni meilleure), et participer à ce que, d'une certaine manière, je méprise et trouve vulgaire (toutes proportions gardées hein...), je n'ai pas envie de le faire.

Peut-être parce que j'ai encore jamais vu de modèle qui me séduisait... Et puis j'ai surtout l'impression que la marque s'y retrouve en général plus que la bloggueuse... Ou le bloggueur!

Pourtant je me trouve conne je me dis que si j'envisageais cela plus comme un travail complémentaire (rentable donc), je pourrais peut-être aller plus loin et surtout pourrais peut-être gagner de l'argent grâce à quelque chose qui me fait vibrer. Et vibrer en gagnant de l'argent, c'est quand même cool.
Mais je sais que ça ne serait pas si simple et peut-être même que j'en ai pas si envie que ça.

J'aime n'avoir strictement aucune contrainte ici.
Je ne vais pas le nier que derrière cette volonté de liberté, il y a aussi de l'orgueil dans cette décision. C'est pas tout à fait assumé mais c'est comme si j'estimais que je pouvais être au-dessus de ça. C'est pas très beau je sais, mais ma liberté de contenus (parce que si une boîte vous fait gagner de l'argent elle peut éventuellement avoir son mot à dire sur le contenu... Ou sur la fréquence de vos posts... C'est un travail après tout, d'où la naissance de nouvelles contraintes) est une richesse folle. C'est ça que j'y gagne ici.

J'ai créé ce blog, l'ai alimenté, délaissé, re-aimé, retravaillé, c'est donc qu'il est important pour moi.
Alors y écrire ce que je veux, uniquement ce que je veux, ne vous dire que la vérité sur ce que je pense, achète ou aime, ça me va. Je ne sais pas si je réussirais à être absolument objective avec des produits que j'aurais reçus.. J'aime pas faire mal au coeur, ça me fait souvent modifier la réalité pour ne pas être trop brutale alors dire du mal de produits cadeaux, je sais pas si j'en serais capable...

Voilà, c'était pour vous donner mon point de vue...

Je vous embrasse.




CONTINUER LA LECTURE

14.12.12

PEAU / PORE

Ludivine sagnier

(Ludivine Sagnier pour Self Service, photo d'Ezra Petronio)


J'y ai pensé en deux temps... d'abord à force de lire les considérations dermiques de Mai et puis ça s'est renforcé avec un des derniers posts de Garance Doré sur la peau. Sur la peau parfaite précisément, celle sans pore apparent, sans luisance et sans la moindre aspérité.

J'ai globalement une bonne peau. J'ai eu quelques soucis ces deux dernières années, sûrement pour  chahuter mon arrogance d'adolescence... Tout n'est pas complètement rentré dans l'ordre... J'entends par là que ma peau n'est pas top tous les jours, mais quand on a eu une peau solide en toutes circonstances, on a tendance à être particulièrement exigeante, c'est mon cas mais il va falloir que je me détende, c'est justement ce dont on va parler.

Malgré les périodes fastes, j'ai toujours eu beaucoup de mal à ne pas me maquiller le teint tous les jours. Fond de teint, anti-cernes, poudre.
Je ne sais pas pourquoi mais même si ma peau était globalement bien, je ne pouvais pas m'empêcher de la rendre encore mieux... Et comme chacun sait le mieux est l'ennemi du bien.

Je ne vois pas de défauts majeurs nécessitant d'être cachés mais je ne peux pas m'empêcher de me maquiller comme si j'étais complexée du derme. Au début c'est cool et puis très vite j'ai l'étrange sensation que j'en ai trop fait, que je suis trop blushée et trop poudrée.

Parce que le fond est là, depuis que j'ai 14, 15 ans, seule la peau absolument PARFAITE trouve grâce à mes yeux. Une peau sans rougeur, pore apparent, luisance. Une peau lisse (je vous raconte pas depuis que la ridule pointe le bout de son nez, je dois négocier sévère avec mon égo... Ca n'a pas particulièrement à voir avec l'âge mais encore avec cette connasse de perfection désirée inaccessible qui m'empêche de me détendre 2 minutes et de ne pas être une psychorigide du pore).

La peau nue je trouve ça très beau sur les autres... Mais en toute sincérité, j'ai le regard biaisé sur moi par rapport à ça.

Peut-être que ça peut paraître excessif mais ça s'apparente à de la nudité pour moi, quelque chose qui me met en fragilité face au monde. J'ignore pourquoi... C'est comme si les gens qui me voyaient la peau nue regardaient à l'intérieur de moi.

Comme si je pouvais pas me présenter au monde pas parfaitement polissée  (ce qui est très relatif vu que je me maquille finalement pas tant que ça... Pas tant que ça certes, mais systématiquement tout de même) et un peu déguisée.

Pourquoi je vous en parle? Parce que le fond de teint comme un masque, c'est un peu triste tout de même, il faudrait voir à ne plus envisager les choses sous cet angle et je me suis dit que peut être, vous, vous avez trouvé des subterfuges pour arrêter de vouloir être sans aspérité... J'aimerais bien.

Je vous love.



CONTINUER LA LECTURE

11.12.12

CONDESCENDANCE ET LE GOÛT DES AUTRES

Vanessa Paradis



Et bien quelle surprise...Je ne pensais que ce post sur Booba déchaînerait des «passions» (pour le coup j'ai vraiment été très étonnée, si vous lisez mon blog, c'est quelque chose dont je parle régulièrement depuis au moins 3 ans).

Avant d'en venir au fond de ce que cela m'a inspiré, je tenais à vous raconter (encore je sais) quelque chose.

J'ai été élevée dans un milieu populaire et mes goûts en ont été conséquemment orientés. J'aime les tubes, j'aime les trucs FM, j'aime ce qui fait gigoter les pieds, tout ça c'est ma base, ce que j'ai d'abord écouté. Certes, j'ai aussi écouté très vite de la musique classique lorsque que j'étais enfant mais plutôt par hasard. Il se trouve qu'à l'époque les CD les moins chers étaient les CD de musique classique. Chopin n'est donc pas venu à moi par goût du beau mais bien contextuellement. Il était meilleur marché dans mon Auchan que le dernier REM ou Madonna.

(Tout ça vaut aussi pour le cinéma, il a d'abord été, de mon côté, ultra grand public)

La question de mes goûts (comme des vôtres je suppose d'ailleurs) ne s'est pas posée pendant très longtemps. Enfant, on ne pense pas à ce genre de choses alors ça ne compte pas.
On aime ce qu'on aime, chercher à expliquer pourquoi telle chose trouve plus grâce à nos yeux que telle autre est plutôt difficile. C'est du domaine de l'opinion et, comme pour la foi ou l'appartenance politique, c'est une chose très personnelle. Bien évidemment, les passages répétés en radio de certaines chansons ont pu avoir raison de mon objectivité et de mes préférences, mais ça je ne le savais pas encore.

Enfant mes goûts en tant que tels n'avaient pas de valeur sociale. Ils ne me définissaient pas ou en tous cas n'entraient pas en ligne de compte pour que j'appartienne à tel ou tel groupe ou que je sois perçue comme telle ou telle personne. Mes goûts c'était mes goûts ni plus, ni moins.

Adolescente mon groupe d'amis a changé, je suis devenue plus proche de gens qui appartenaient à d'autres sphères et qui avaient d'autres goûts. Des goûts plus "pointus".
Il se trouve que mes amis étaient pour la plupart musiciens ou en tous cas très intéressés par elle. Leur relation à elle était d'ailleurs clairement élitiste. De manière assumée, ils n'aimaient pas ce qui était mainstream. Si le grand public y était sensible c'était parce que c'était un truc de masse sans grande valeur et donc que ça n'était pas digne d'intérêt (les choses vont se sont nuancer évidemment).

Alors mes goûts «populasses» je les ai de moins en moins assumés avec eux.
Je me sentais nulle avec mes préférences "faciles" alors, je me suis mise à écouter des chansons (regarder des films...) seule pour être sûre que personne ne pourrait se moquer de moi.
J'avais honte de ce que j'aimais. Pas tout, certains de mes goûts passaient mieux en société que d'autres.

J'étais absolument sûre que les goûts de mes amis, connaisseurs, esthètes étaient meilleurs que les miens.
Alors j'ai essayé de changer, de faire mieux, plus propre. Ca m'a permis d'aller dans d'autres sphères et de m'intéresser de plus en plus à la musique jusqu'à aujourd'hui où elle est un des éléments les plus fondamentaux de ma vie.

J'ai vieilli, j'ai compris 2 3 trucs sur moi et les autres et puis petit à petit, les choses se sont nuancées.
En se nuançant mais aussi en gagnant confiance en moi, j'ai appris à accepter un truc, à assumer TOUS mes goûts.

Oui j'aime Booba. Oui j'aime Erik Satie. Oui j'aime Mylène Farmer depuis que je suis enfant. Oui j'aime beaucoup de groupes Hip Hop. Je vénère Kate Bush. Oui je connais 250 chansons par coeur de Gainsbourg. Oui j'écoute aussi chaque jour Nina Simone. Oui écouter Miles Davis me ravit à chaque fois.Oui je connais par cœur du Natasha St Pier, du Slai, du Julie Zenatti et du Patrick Fiori.

Mais est-ce qu'une de ces préférences est plus valable qu'une autre? Est-ce que je fais un quelconque prosélytisme? Cela est-il gênant pour mes amis ou ma famille?  Et surtout,devrais-je en avoir honte?

Un goût isolé ne définit rien ni personne, les gens sont, je l'espère, un poil plus bigarrés que ce que j'ai pu lire.
C'est une facilité intellectuelle (pour ne pas dire une paresse) que d'imaginer avoir une quelconque idée de qui est quelqu'un, sur ce qu'on croit être une "déviance de bon goût".

Revenons-en à nos moutons...
Certains trouvent que Booba est moche, vulgaire (en ce qui me concerne j'aurais dit grossier), phallocrate, traite mal les femmes, écrit mal...
Très bien, c'est votre droit le plus strict, mais ce blog c'est un point de vue, ici il ne s'agit que de mes préférences, donc l'idée de me justifier sur mes goûts comme si j'avais commis une faute (quasi morale dans le cas de Booba) me paraît vraiment inapproprié.

J'aime que vous ne soyez pas d'accord avec moi (que vous trouviez que la voix de Booba est nulle, qu'il ne vous fasse rien par exemple), vraiment je n'ai pas de souci avec ça (je ne filtre aucun commentaire ici, jamais) mais j'ai du mal à saisir la pertinence de faire comprendre à l'autre que ses préférences sont déplorables... Vraiment je ne vois pas, alors même que je ne cherche à convaincre personne et que je comprends parfaitement votre point de vue.

Pire que la non-compréhension, on a parfois frôlé la condescendance, non?

Il n'y a pas de goût supérieur. Je n'ai pas plus de hauteur morale à aimer Rohmer plutôt qu'un paquet de films très moyens de l'équipe du Splendid. L'un est plus valorisé en société que l'autre, très bien mais ça m'est égal, je ne veux plus avoir honte de ça.
Parce qu'avoir honte de ça, c'est d'une certaine manière renier qui on est. Au moins des petits bouts.

Et puis il faut se méfier parce que derrière la condescendance, pas très loin, il y a souvent du mépris de classe. Et ça, pour le coup, sans hésitation et de manière universelle, c'est quand même pas très beau.

Love

CONTINUER LA LECTURE

10.12.12

ET SI BOOBA ÉTAIT MOCHE?

BOOBA


Vous savez que j'aime Booba mais je crois que vous ne mesurez pas à quel point.
Je l'écoute tous les jours, au moins une chanson. Et ça c'est le moins du moins.
Genre ce mec est devenu dans mon coeur ce qu'était Mylène Farmer dans mon enfance.

Quand son dernier album Futur est sorti, j'ai été tout de suite déçue. Je pensais que ça serait mieux et puis après avoir bien insulté le truc, je me suis rendue compte, 2 semaines plus tard que je le connaissais déjà presque par coeur cet album... Personnalité radicale comme vous pouvez le constater.

C'est systématique. Je l'ai d'abord aimé avec Lunatic (son premier groupe) et ses deux premiers albums, mais même si je trouve que ce qu'il fait maintenant est moins bien, je ne peux pas m'empêcher de l'écouter.

La fan de base. Pas d'autres mots. Je ne vais pas essayer de convaincre les anti-Booba, tout ce que vous détestez en lui je le comprends, perso j'm'en fous, j'aime bien ses mauvais côtés aussi.

La semaine dernière, le mec passe chez Hanouna (qui me fait super marrer en passant alors que j'aurais pas parié dessus) après un live lamentable au Grand Journal, ça fait plutôt plaisir de le voir souriant et vachement à l'aise.

Il est beau. Comme toujours.
Oui parce que je suis sûre qu'un des éléments déterminants dans son succès de plus en plus populaire, c'est son physique.
A chaque fois qu'il passe à la télé et que ma mère le voit, elle frétille. Ma mère autant dire pas le coeur de cible. Ma mère n'est ni ado, ni citadine, ni même portée sur le ghetto et ses variétés.
Il est bien plus vidéogénique que plein de rappeurs (manière pudique de dire que c'est mec est une bombe). Il a certes des gros bras et plein de tatouages qui peuvent faire peur à ma mamie mais il n'a pas que ça.

C'est con mais l'autre jour en le voyant chez Hanouna, je me suis demandée si j'aimerais autant ce mec s'il était moche. Ou en tous cas pas aussi beau.
J'avais pas de réponse, enfin si une au fond de moi mais je la sentais moyen valorisante pour ma mélomanie. Un truc coincé au creux de mes préférences esthétiques qui avait bien envie de l'ouvrir mais je l'ai bâillonné, ma dignité en dépendait. Et ma liberté de penser aussi.

Je demande à Yassine "tu penses que t'aimerais autant Booba s'il était moche?".
Yassine écrase sa clope, me regarde et me dit "ben non, c'est un tout Booba et son physique en fait partie".
Nettement moins influencé par ses hormones d'hétéro, Yassine me balance le truc avec une légèreté déconcertante.

Sa théorie (à Yassine) sur le succès de Booba c'est que l'écouter c'est comme avoir une petit b°%* et en vouloir une grosse. Au sens figuré ça va sans dire.
Et c'est pas faux.

Et bien c'est terrible à dire mais oui c'est vrai j'aime les textes de Booba (de moins en moins au demeurant mais la mode dans le rap n'est plus vraiment aux textes léchés et je crois qu'il l'a plutôt bien compris) mais j'aime tout le reste. Ses gros pec' y compris, je suis lamentable, je sais. Ne me juge pas!

Pour conclure, je voulais vous donner la théorie de ma mère pour expliquer l'animosité du monde du rap à l'égard de B20. Véridique.
Donc dixit ma mère, 53 ans, si les autres rappeurs n'aiment pas Booba, "c'est parce que c'est le plus beau et qu'ils sont jaloux"...

-__-

Je te jure.
No comment je la love mais là, sur ce coup là...

Je te love aussi.

PS: Demain si tu veux on parlera de la passion de ma mamie pour Matt Pokora... Pareil je te jure... Elle dit même que c'est son chanteur préféré... Elle a 78 ans...

PS: Les 3 derniers posts sont programmés, magie technologique, alors je répondrai aux commentaires quand je rentrerai... 

CONTINUER LA LECTURE

8.12.12

SOLAAR ET CIE


mc-solaar-20040405-86




Il y a quelques semaines, Olivier Cachin a publié sur le site des Inrocks son top 10 des meilleurs albums de rap français.

Le classement a un peu fait parler de lui puisqu'en première position, il y a mis le premier album de Gyneco, Première consultation.

Ce qui m'a frappée moi dans son classement, c'est de voir à quel point Olivier Cachin a les yeux dans le retro quand il s'agit de rap français.

8 des albums cités sont des années 90. 8 c'est beaucoup, non?

Et dans les deux qui restent il y a Mauvais Oeil de Lunatic (2000) en fin de classement (lol) et l'album Entre ciment et belle étoile de Keny Arkana qui lui date de 2006...
Alors ok, il conclut avec un onzième, Orelsan et son Chant des sirènes de 2011 mais finalement c'est de la triche alors on va faire comme si le onzième comptait pas.

Bon, j'imagine que tout ça vous fait une belle jambe même si moi ça m'intéresse vachement.

C'est pas du classement dont je voulais vous parler mais plutôt de l'album qui se place en septième position, Prose Combat de MC Solaar.

Mais avant de commencer, légitimité mode oblige, regardons le clip de Séquelles (1994) avec en guest une Charlotte Gainsbourg absolument charmante avec sa tête d'enfant et ses cheveux tout courts.


Été 91 (donc très tard), je découvre Bouge de là, le premier tube de Solaar, sûrement parce qu'il devait seulement commencer à passer sur NRJ. Je ne suis pas une enfant de Nova, trop petite mais surtout trop provinciale pour ça.
J'ai finalement connu ce morceau par coeur avant d'acheter son album en K7 quelques semaines plus tard.

Le début des 90's c'est les heures de gloire de Solaar: Victime de la mode, Caroline, Qui sème le vent toussa toussa. Le mec chante avec Missy Elliott, collabore avec De La Soul, sort avec Ophélie Winter et vend des disques par kilo.

L'album Prose Combat, le deuxième, arrive en 1994.

Avant de lire l'article de Cachin, j'avais oublié à quel point j'avais aussi adoré cet album et surtout à quel point je l'avais saigné dans mon adolescence (ouais toi t'étais pas né à ce moment là, je sais).

Non parce que pour les plus jeunes d'entre vous, MC Solaar ça n'est rien qu'un chanteur has-been dans la troupe des Enfoirés, mais je vous jure, avant c'était autre chose, c'était même quelque chose. Solaar c'était pas rien, c'est le mec qui a popularisé le rap au point que même mon papi savait qu'il se passait quelque chose d'un peu nouveau du côté de la rue. Et comme en plus les rappeurs des 90's qui passaient à la télé n'avaient pas du tout l'idée de gang-bangué la France, mon papi n'était pas inquiet.

Le rap à l'époque de Solaar ça se prenait grave au sérieux, il fallait que ça soit crédible, il n'était pas question de passer pour une baltringue qui sait à peine aligner deux mots alors les textes étaient millimétrés, cohérents, avec des lectures denses avec des tas d'entrées différentes.

Et puis c'était un rap jazzy. Surtout avec un mec, le mec derrière les productions des deux premiers albums de Solaar, Jimmy Jay.

Jimmy Jay je l'aime beaucoup beaucoup. Pour les 2 premiers albums de Solaar (après de mon côté, je suis passée à autre chose et je pense que le fait de Jay ne bosse plus avec Solaar n'y était pas étranger) mais aussi pour ses Cool Sessions. Je suis retombée sur un Rapline trop drôle où on voit Solaar, Jay, les Sages Poètes de ma rue, Menelik et tout et tout. Tout au début du truc, c'est trop mignon. La vidéo est déplorable en terme de qualité, mais je vous la mets quand même.


Je vous retranscris un bout de l'interview de Menelik qui nous montre tellement que les temps ont changé:

« Faire exclusivement du rap, ça m'équilibre pas en tant qu'être humain, y a aussi un autre pôle dans ma vie, c'est les études. Je peux pas faire l'un sans l'autre ça serait dommage parce que dans le cas où l'un ne marcherait pas, il faudrait que l'autre marche. il faut toujours trouver un parachute dans la vie  »


Vous vous demandez pourquoi je vous parle de tout ça... Et bien c'est très simple, depuis plusieurs semaines, j'écoute beaucoup trop Prose Combat, les premiers morceaux des Sages Poètes de la rue, le premier album de Ménélik et toutes les Cool Sessions pour que ça soit juste une petite nostalgie de mon adolescence...

Si ça se trouve les vieux Solaar ça va être so 2013... Qui sait?

Je vous embrasse.

CONTINUER LA LECTURE

7.12.12

SO SO 2009


( Sachant qu'on a écouté cette chanson 4 fois d'affilé avec Yassine, je me suis dit qu'elle plairait peut-être à certains d'entre vous... Être là-bas, vivre là-bas, juste là-bas, toi et moi c'est pas une mauvaise idée ♥ )

So so 2009
2012. Fin 2012, à la pointe de la pointe de l'underground de la mode et du cool, le manteau en fausse-fourrure léopard. Et ouais, tu peux pas test mon sens du timing de fou... Essaie même pas!

Et comment je l'aime laisse tomber. De toutes façons, en ce qui me concerne, le motif léopard, j'en ai pas marre du tout. Alors que bon bientôt 4 ans quand même. Ca doit être mon côté Sue Ellen!


-__-

PS: Oui j'ai les Decade... Je suis joie.

CONTINUER LA LECTURE

6.12.12

LAURENCE ANYWAYS

melvil-poupaud





J'ai enfin vu le dernier film de Xavier Dolan, Laurence Anyways.

Vous savez que j'aime beaucoup ce mec, j'en ai déjà parlé ici avec beaucoup d'intensité.
J'avais un peu peur de le voir, peur d'être déçue (même si tout le monde me disait que j'allais l'adorer... D'ailleurs c'est pire quand on vous dit ça, qu'est ce que vous dites si ce n'est pas le cas? La vérité oui c'est vrai que c'est la meilleure de toutes les options, mais bon, c'est parfois délicat... Bon je vais m'arrêter c'est pas comme si c'était le sujet).

Flashback dans ma vie.

Fin des 90's, ma mère doit être partie bosser. Je suis toute seule chez moi, je zappe sur Arte et tombe sur un film.
On y voit un mec, beau, brun, un air vaguement intello alors même qu'il ne parle pas.
Il se ballade sur une plage, bretonne probablement, il marche, regarde en l'air, prend un air pénétré. Le temps se couvre, il rentre dans un petit hôtel où il a pris une chambre. Spartiate la chambre. Il prend sa guitare, gratte 2 ou 3 accords et reprend son air pénétré.
Pas un mot. Pas un échange pendant de longues minutes.
Il attend une fille qui finira par arriver et il vont parler tout le reste du film sur l'amour, la fidélité, la trahison et d'autres trucs qui n'intéressent normalement que les adolescentes.
Et Eric Rohmer. Mais Eric Rohmer est une adolescente j'en ai bien peur et c'est pour ça que je l'aime.

Le film dont je vous parle c'est Conte d'été, d'Eric Rohmer. L'acteur principal de ce film c'est Melvil Poupaud et je suis tombée  «amoureuse» de lui (aussi relou soit-il dans ce film) tout de suite.
J'ai suivi sa carrière de très près (même dans des films intellos médiocres, qu'il aimait tourner avec Elodie Bouchez) parce qu'il correspondait aux goûts de mon adolescence.

Et puis j'ai oublié, je suis passée à autre chose et la carrière de Melvil devenait plus confidentielle...
Il y a bien eu Le temps qui reste  d'Ozon dans lequel il était parfait.

Laurence Anyways (joué par Melvil Poupaud) raconte l'histoire d'un homme, professeur au lycée ou à l'université (j'arrive pas à savoir. On dirait la fac mais vu que les parents peuvent faire des pétitions contre les profs, j'ai comme un doute) amoureux fou de Fred qui lui annonce le soir de son 35ième anniversaire qu'il s'est toujours senti femme. Et qu'il veut enfin être celle qu'il est.

Dolan a eu l'idée de ce film au moment où il tournait son premier film (J'ai tué ma mère) quand un soir en rentrant en voiture, une nana de son équipe lui a confié que son amoureux lui avait fait cette même révélation. Le genre profond de son amoureux n'était pas celui qui lui avait été donné à la naissance. Et Dolan sans avoir beaucoup plus de détails a commencé à écrire le synopsis.

Ce n'est pas un film sur la transexualité. Pas que en tous cas. C'est plutôt un film d'amour. Un vrai. Laurence aime Fred (sublime, mais alors sublime Suzanne Clément) de ce côté là pas de problème, et rapidement le spectateur n'en doute pas non plus une seconde. Il l'aime elle, c'est simplement qu'il n'a pas le bon corps et qu'il ne peut pas continuer à mentir...

Mais et l'amour? Comment un couple se remet de ce genre de nouvelle? Est-ce que ça peut marcher? C'est surtout de ça dont parle ce film.

Etrangement le film m'a fait précisément le même effet que Les amours imaginaires. Il a été à retardement.

Je voulais vous montrer une scène assez étonnante avant qu'on continue. Elle m'a soufflée.
 

Je ne l'ai pas aimé tout de suite. En tous cas pas autant que je l'aurais imaginé.

Dolan, qui n'a peur de rien a quand même fait un film de 2 heures 47 si ma mémoire est bonne...
-__- (il couvre 10 années de la vie de Laurence et Fred)
Je ne dis pas que ce n'est pas justifié, non, en revanche le propos étant ce qu'il est, le regarder entièrement est un périple émotionnel mais aussi visuel important. C'est beau mais ce n'est pas que ça, c'est fort aussi.
Et il m'a fallu un peu de temps pour l'intégrer.

J'ai éteint la télé, suis allée me coucher et n'ai finalement pas cessé de penser à lui pendant plusieurs jours. Comme un amoureux qu'on avait pas vu venir.

Je l'ai reregardé, par bouts, et je sentais mon coeur qui se serrait de plus en plus, ce qui est bon signe.

Laurence Anyways est un film tellement ambitieux, imparfait c'est sûr, parfois un peu énervant, mais tellement vif, tellement cru, tellement mis en scène (je suis nulle pour décrire je sais). On se disait avec mon copain Gweltaz que ce qui est tellement fou avec le cinéma de Xavier Doaln, c'est de voir à quel point ses intentions sont fortes.
Ce mec donne tout, c'est un vrai truc perso, un truc dense, et même si certains passages m'ont moins plu que d'autres, je ne peux pas nier que la grâce de ce film est époustouflante.
Je n'ai pas vu beaucoup de choses comparables...
Et puis comme une vieille je n'avais de cesse de me demander comment ce mec, du haut de ces 23 ans pouvait avoir avoir autant de subtilité sentimentale? Comment il peut savoir à ce point ce que c'est d'aimer? Et en fait c'est moi qui suis conne, les choses n'ont rien à voir avec son âge, il faut que juste que je le répète à ma trentaine sûre d'elle.

C'est très beau. Vraiment très beau. Et puis ça joue tellement bien.

Et si on va du côté de la mode, ce film est aussi un bijou absolu, il y a tellement de looks fin 80' et 90's élaborés et mortels (sapes + coupes + make-up) .

Je voulais finir ce post déjà trop long avec quelques mots de Laurence que j'ai trouvé hyper beaux:

J'aurais pu lui écrire une chanson à la place... Ne me quitte pas ou un truc comme ça... Les belges parlent lentement mais ils ont l'esprit de synthèse.

« Où es-tu? Que portes-tu? Que fais-tu? »

Je me réveillais je me posais ces questions sur elle. Je me couchais avec les mêmes questions alors à un moment j'ai voulu les réponses. «Où es-tu? Que portes-tu? Que fais-tu?»


laurence-any



Laurence-Anyways_BO


Je vous embrasse fort.

CONTINUER LA LECTURE

2.12.12

POST LACONIQUE MAIS PAS QUE...

sofia-sanchez-mauro-mongiello

(Laura Smet par Sofia Sanchez et Mauro Mongiello)


(Un copain Facebook vient de poster ce morceau de Wiz Khalifa sur son mur, je meurs sur ce rap sucré, ma faiblesse absolue...)


Je ne connaissais pas Marie-Eve quand elle m'a envoyé un message sur Facebook pour me parler d'un blog qu'elle tenait avec une amie à elle. Par curiosité, j'ai cliqué...

Et j'ai lu les 3 premiers posts très vite. Je les ai trouvés tout de suite très jolis, la tristesse d'Hannah, son changement de vie, ses souvenirs... Son histoire... J'ai depuis lu le quatrième post et j'ai hâte de savoir le reste...


La vie singulière d'Hannah c'est l'histoire compartimentée d'un amour qui a mal tourné. Les mots de Lili Zim (son amie) me donnent très, très envie de voir comment Hannah va réussir à se redresser de son coeur écrabouillé. Et je me suis dit que peut-être ça vous plairait aussi...

 Je vous embrasse bon dimanche

CONTINUER LA LECTURE

1.12.12

NO MAKE-UP



LOVE

CONTINUER LA LECTURE

30.11.12

LE CAP DES 6 ANS

mylene-jampanoi_ellen-von-unwerth-hk-au-bon-marche-rive-gauche

(Mylène Jampanoi par Ellen Von Unwerth. La beauté de cette fille...)



(On a qu'à dire que c'est l'heure du roulage de pelle... )

Dans ma vie à moi, et dans celle de certains de mes amis, on s'est aperçu qu'en amour, le cap des 6 ans est nettement plus dur à négocier que celui tant redouté des 7. En même temps on peut pas vraiment savoir vu que celui des 7 ans, on l'a pas expérimenté, mais celui des 6, j'vous jure, il finit pas toujours bien. C'est terrible parce que personne ne nous dit jamais rien pour les 6 ans, nous on est tranquille, confiant en l'avenir en l'amour et pib, ça commence à craindre et l'usure pointe le bout de son nez et manquant de vigilance, on se laisse gagner par la facilité. On rompt, on passe à autre chose et on appréhende les 6 années qui arrivent...

Une chic fille a 6 ans. Et ça fait plusieurs semaines que j'ai quand même pas grand chose à dire ici.
J'dois faire des vidéos (dont j'ai les sujets), j'dois faire des posts dont j'ai déjà l'idée mais j'ai un mal fou à me prendre par la main et à taper des trucs sur le clavier.

Je fais ce blog sans intérêt avec un seul engagement, celui d'écrire pour moi, pour vous, pour qu'on en parle, pour essayer de faire les choses les plus gracieuses que je peux, pour continuer d'écrire, pour parler du beau, écouter de la musique.

Mais ce n'est pas mon travail, je me refuse à gagner de l'argent avec (j'avais trop peur que ça me fasse perdre le goût d'écrire ce blog). C'est pour ça que je peux pratiquer la chose avec tout le dilettantisme dont je fais souvent preuve, je n'ai pas de responsabilités au sens strict du terme.

Je veux "deleter" tous les jours ce blog mais je le fais pas.
je veux deleter parce que si j'ai plus l'envie, à quoi ça peut bien servir vu que c'est pas un travail, vu que l'internet va vite, vu que c'est sans grande importance...
Pourtant je ne delete rien. D'abord parce que je sais à quel point je suis versatile et que je peux demain regretter. Voire la minute suivante.
Mais je ne delete pas surtout parce que même si ce n'est pas une histoire d'amour ce blog, je ne me suis jamais attelée à quelque chose plus de 6 années. 6 ans et en général je passe à autre chose, je baisse les bras et n'y crois plus. Et pour une raison que je n'ai pas encore complètement compris, Une chic fille est importante pour moi, elle m'est, pour reprendre une expression nouvellement apprise, "utile".

Si ça se trouve, je peux tenir plus longtemps ce blog. Sous cette forme je ne suis pas sûre, je me lasse un peu et surtout je me sens de plus en plus limitée du sujet (entamons l'étape "thérapie de couple" qui peut peut-être sauver les meubles...).

Il faut que ce blog bouge.

Son utilité la plus forte durant ces 6 années c'est vous, vous qui me lisez.
Vous lire m'a permis de comprendre un truc fondamental. Même si je suis toute seule, derrière mon écran, sans même avoir une toute petite idée de qui vous êtes, de votre visage, de vos goûts, de votre histoire, de vos cheveux, de vos bijoux fétiches, de vos amours, de vos failles, j'ai trouvé un écho. Vous êtes mon écho.
Un véritable écho. Pas l'écho de celle qui a les mêmes goûts vestimentaires que moi, non, un truc plus fort, j'ai vu à quel point j'étais normale, à quel point il y avait des autres qui avaient su voir en moi, qui avaient senti qu'on avaient les mêmes tristesses, les mêmes joies, les mêmes interrogations et comme ça d'un coup, j'ai arrêté de me sentir absolument isolée.

Je suis pas toute seule, aussi parce que vous me lisez et même si je sais pas qui vous êtes...

Je voulais écrire ce post pour vous expliquer (ceux et celles qui me lisent depuis longtemps savent que ce sont des phases récurrentes chez moi, les humeurs changeantes...) mais aussi parce que je crois que j'ai envie de passer à un truc un peu plus "collectif".
je réfléchis à des formes, à la manière de mener ça, quoi créer. Aller plus loin. Avec toi si tu veux...

Je t'embrasse.  

CONTINUER LA LECTURE

28.11.12

POST LACONIQUE

Pauline



Pauline Croze vient de sortir son 3ème album, Le prix de l'Eden.

En fait elle l'a sorti le 22 octobre mais je viens juste de le voir, sûrement à force d'écouter Caramel (je sais, j'suis lamentablement prévisible...).

Pauline Croze je l'aime très fort. J'aimerais être une chanteuse comme elle, une qui chante très bien sans pour autant avoir l'air d'y toucher. Une qui colle des mots les uns à côté des autres sans qu'on s'attende à les voir ensemble. Et puis que ça serre le coeur.

 J'ai découvert Pauline Croze à une période un peu charnière, un truc avec plein de changements et c'était étrange de voir comme la bande originale que j'avais choisi pour ces instants là avait déterminé ma façon de prendre les choses. Dans les moments hyper nazes de ma vie, écouter Pauline Croze me permettait d'être au monde de manière plus calme... même si j'allais pas mieux, sa voix rendait ce qui se passait un peu plus beau.

 Je suis contente qu'elle revienne, et puis ma vie en avait bien besoin...




CONTINUER LA LECTURE

23.11.12

ALLO MARIE

arène 2

(La meuf qui se la raconte avec ses lunettes de soleil c'est ma mère... Qui est super canon on est d'accord... Mais qui se la crâne à mort... ♡__♡)




(Vous connaissez cette chanson de Seu Jorge? Elle est mortelle et en plus elle fait bien la nique au novembrisme...)

« - Ouais, je viens de lire ton post là avec la fille et ses baskets et c'est Americana le nom de ces baskets...
  - Ben non c'est des Decade...
  - Ah bon? Ca ressemble vachement à un modèle qui s'appelait Americana..
  - Attends je regarde! »

Hier ma mère donc! Je cherche dans Google et je tombe sur ce site avec ces baskets là, les Americana.

Adidas americana

Alors c'est pas les mêmes on est d'accord, mais elles ont une belle gueule quand même, non?

Les meilleures pompes old school sont souvent celles qu'on a envie de transformer en rollers. Les rollers à l'ancienne ça c'est vraiment classe... (Et je dis pas ça uniquement à cause de la Main Jaune dans la Boum...).



CONTINUER LA LECTURE

22.11.12

CHER DOCTEUR LOVE...

goldin_joey-and-andres

(Photo de Nan Goldin)





... Tu sais depuis que je te lis dans Grazia, je dois avouer que tu as bien remis en place mon orgueil, mes fantasmes et surtout les idées que je me faisais sur les rêves amoureux.

Laisse moi te raconter une histoire.


J'ai eu ce qu'on appelle, sentimentalement parlant, une expérience de collégienne qui a été un peu ardue.
Comme tout le monde j'avais plein d'hormones très en forme mais il se trouve que je n'étais pas une fille bankable. Les garçons s'en fichaient bien de moi.
Ca me rendait triste et puis un peu toute nulle alors pour ne pas basculer dans une aigreur trop précoce, je me suis inventée une vie.
Ca c'est sûr les mythos étaient bien rodés. Ce que je préférais c'était faire comme si certains garçons étaient un peu amoureux mais n'osaient pas me le dire.
Ca j'adorais, ça me soulageait un peu le coeur et ça me faisait pas me sentir plus nulle que mes copines.
Ce petit manège a continué un certain temps (tu peux appeler ça du "bovarysme prématuré") jusqu'à ce que je me sois convaincue de mes trucs.
Je n'avais pas d'amoureux, mais c'était plus parce que les garçons que je regardais de loin n'osaient pas me parler... Tu te marres Docteur Love hein?
Je sais que tu te marres...

Mais si je pensais comme ça Docteur Love c'est parce que si je regardais trop en face la réalité, du haut de mes 12 ans, ça allait me faire trop mal...

Un jour en feuilletant un livre pour ado, tu sais ceux qui sont sensés nous donner des réponses aux questions qu'on se pose ("pourquoi mon sein gauche pousse plus que mon sein droit?" ou " Est-ce que je peux imiter la signature de ma mère sur mon carnet de correspondance?"), je tombe sur un petit article qui disait sensiblement ce que tu nous répètes à chaque numéro de Grazia "Non le garçon qui ne dit rien, ne rappelle pas, ne regarde pas, n'est ni intimidé, ni trouillard, juste il s'en FOUT"...

-__- (Ma tête de l'époque)... 

Toutes mes aspirations amoureuses tombaient à l'eau. J'y avais cru et boum d'un coup la réalité me frittait le visage...
Alors si ce garçon que je regardais depuis 2 ans (ouais je sais ça craint... 2 ans putain) par la fenêtre à côté de ma salle de maths ne m'avait jamais calculé ça n'était pas parce qu'il se consumait d'amour pour moi... Non, il s'en fichait éperdument. Chiennasse de vie!

Je suis retournée normalement à ma vie, mais cette tendance au bovarysme ne m'a jamais vraiment quitté, j'essaie de la canaliser, je sais à quel point elle n'est pas révélatrice d'une réalité, mais elle me fait du bien. Pas qu'en amour d'ailleurs.

Si je t'écris cette lettre Docteur Love c'est parce que je trouve que ta rubrique est l'une des plus intéressantes du magazine. Des magazines féminins de manière générale. Pas la plus poétique ou la plus valorisante, mais l'une des plus utiles.

Donc Docteur Love, merci d'être franc (je parle pas que pour moi...), merci de dire que ce que les filles font (singer l'indifférence par exemple) n'a pas une signification universelle, qu'il ne suffit pas de vouloir que ça marche pour que ça marche, que les silences ne sont pas forcément de la pudeur ou que les absences ne définissent pas un questionnement profond... que la plupart du temps, les choses sont... ce qu'elles paraissent être tout simplement...


Love Docteur Love.

PS: Les filles merci pour vos mails massifs pour la participation à nos photos de vêtements en laine. Alors même que je pensais prendre tout le monde, je ne pourrai finalement pas (mais je me suis dit qu'on devrait se faire des après-midi à parler tous ensemble, comme ça zéro frustration) et j'en suis profondément désolée. La perspective de choisir me déchire un peu mais vous êtes trop nombreuses (mais mes lectrices sont plutôt bien bonnasses et ça, ça plaît au pré-pubère qui est en moi...)
Je vois ça avec Angel au plus vite et vous tiens TOUTES au courant la semaine prochaine.
Love sur vous aussi...



CONTINUER LA LECTURE

21.11.12

POST LACONIQUE

Caroline de Maigret





Quand j'ai vu cette photo dans une brève de Tendances de mode, j'ai mon petit coeur qui a battu très très vite.

Caroline de Maigret est parfaite. Parfaite pour moi.
Une tenue parfaite pour moi c'est donc 2 pièces fortes + un slim noir qui s'efface pour mieux nous montrer ce manteau (que je suppose être un Balenciaga mais si ça se trouve je me plante... Correction, Walinette me dit que c'est un Isabel Marant) et cette paire d'Adidas.

Cette saison, c'est la fête à la sneakers, j'en vois sur tous les blogs mode. Il y a de très jolis modèles. En ce qui me concerne, la basket c'est qu'importe la saison... Je ne porte que ça et des UGG.

J'ai une préférence pour les Nike, mon complexe du corn-flakes peut-être, mais il y a quelques paires d'Adidas que j'aime beaucoup.

D'abord mon premier amour de baskets, bien plus que la All Star, j'ai nommé la Stan Smith.

Je porte des Stan Smith depuis mes 11 ans (j'ai une mère fan qui a dû en porter 15 paires successives dans sa vie). J'ai toujours une paire de Stan Smith dans mes placards. C'est une des baskets les plus efficaces au monde.
Je les aime salies, comme toutes mes baskets, pliées, avec le cuir qui s'arrache par endroit et surtout blanches.

Il y a aussi la Nastase que j'aime beaucoup chez Adidas.

Et puis il y a celles de Caroline de Maigret sur cette photo. Ces pompes me rendent folle (plus que n'importe quelle paire de Choo ou de Céline).
C'est les Addidas Decade OG Mid Retro. Une réédition d'un modèle qui a plus de 25 ans.
Adidas les a ressorties en couleur originale, les lacets et les semelles un peu jaunis pour faire genre...

Depuis je suis sur internet et je traque, un 38,5 (Adidas a parfois tendance à chausser petit dans certains modèles) et pour le moment c'est tiède...

Je vous embrasse et vous dis à demain. 

CONTINUER LA LECTURE

19.11.12

BESOIN DE RIEN ENVIE DE TOI

photo



Aujourd'hui j'ai besoin de vous. Angel (mon amie et partenaire de tricot) et moi, on se relance dans l'aventure de la vente de tricot.

Après une première étape qui nous a appris plein de trucs et surtout qui a mis la lumière sur plein d'erreurs que nous faisions, on a eu envie de repartir à l'assaut (enfin genre quoi!).

Le concept va complètement changer, après avoir fait des ventes à la commande selon des modèles existants, on fait finalement demi-tour.

On va tricoter des pièces en très peu d'exemplaires (parfois qu'un seul) et on les mettra en vente (une fois fait donc) à peu près tous les mois ou tous les deux mois.
On va faire des ventes quoi. L'exemplaire sera en vente, il sera vendu et ne sera plus retricotable.

On a décidé de faire ça parce qu'on ne veut plus dépendre de fournisseurs, des arrêts de couleurs ou de laines et surtout, on veut continuer à progresser et à faire des modèles différents.

Il se trouve qu'on continuera à faire des modèles essentiellement laine et un peu d'acrylique (rapport au coût) mais qu'on va de plus en plus développer des pulls, bonnets, écharpes dans des matières plus "nobles" (100 % laine, mohair, cachemire, angora).

Alors pourquoi j'ai besoin de vous?
Et bien parce que j'ai besoin de filles pour porter nos vêtements en photo. Alors un peu comme pour la première fois, qui veut poser pour nous?

On vit en Bretagne (à côté de Lorient, dans le Morbihan donc) et on peut vous accueillir, vous faire des photos, des gâteaux et vous aurez juste à être belles...

On recherche aucun physique particulier simplement des filles avec du caractère ( j'ai lu ça une fois, je trouvais que ça faisait classe)...

Evidemment, on ne pourra pas prendre tout le monde (ça c'est dans l'hypothèse où il y aurait des tas de demandes, ce qui ne sera pas forcément le cas) et on devra choisir nos préférences...

Si ça vous dit, je vous laisse l'adresse mail où vous pouvez m'envoyer une photo (surtout votre visage) et c'est tout bon:

 coconutwool@gmail.com

Merci d'avance

Love

PS: Je réponds à tous vos commentaires sur les posts précédents au plus vite... 

CONTINUER LA LECTURE

16.11.12

LABELLO

P1090050-642x428






Pour l'accumulatrice que je suis (trop de rouge à lèvres, trop de crayons, trop de trucs qui n'ont rien à faire dans ma salle de bain...), les filles qu'on voit dans le blog d'Emily Weiss sont un fantasme. Un ultime.
Les meufs sont des bombes atomiques, le pore minime, l'oeil brillant, le khôl parfait avec 4 produits. 4 produits. Tout compris.
Toi tu pars avec 2 vanity à chaque fois que tu prévois un week-end chez ta mère, elle 4 produits. Une poche de 501 suffit à tout transporter. En plus, c'est pas comme si tes 2 vanitys te donnaient meilleure mine. Chienne de vie...

Mathilde a déjà parlé dans ce post de ces filles irréelles à 4 produits.

Bon, c'est pas pour faire ma rageuse, mais vraiment ça me met en interrogation ces salles de bain épurées...

C'est pas de ça dont je voulais vous parler. 

Regardez la photo de ce post (la salle de bain de Maria Duena Jacobs), qu'est-ce que vous voyez en haut à droite?

La très belle jeune fille a, comme de bien entendu, une poudre, un blush, un mascara et roule ma poule... Mais elle a aussi un Labello.

Oui mesdames, le Labello à la fraise?
Je vous avais déjà parlé dans un ancien post de mon amour pour le Labello à la goyave, en vrai, je les ai tous les Labellos teintés. Et tous ils sont mortels.

Je ne suis pas sûre de leur super pouvoir hydratant mais ce dont je suis sûre c'est de leur beauté sur les lèvres.
J'adore... Hormis les gloss Laura Mercier (mon amour, ma préférence), rien n'est plus joli sur mes lèvres que ces Labellos... Tous ces euros dépensés pour ça...




CONTINUER LA LECTURE

15.11.12

MACÉDOINE AU CARRÉ

J'ai un peu de mal à me remettre à poster, y a rien qui me vient... Bon j'ai appris que tout ça est souvent temporaire, mais je ne peux jamais m'empêcher de penser que ça y'est, je suis à sec de post... Alors désolée pour les rendez-vous manqués...

La semaine prochaine commenceront les vidéos tricot.

Pour aujourd'hui, une macédoine.

Comme c'est novembre, c'est pas forcément la période la plus disco pump de l'année, commençons bien, commençons remuant, commençons en dansant...


 

✔ Il y a un mois, une lectrice, Linda, me balance le lien de la chanson de Jaden Smith (le fils de qui tu sais), The Coolest... J'écoute, c'est mortel. J'avais déjà vachement aimé le morceau de sa grande soeur, Willow, Whip my hair.
Depuis que j'ai téléchargé The Cool Cafe, son "album" téléchargeable ici, je dois avouer que je trouve que ce jeune homme (très jeune) fait plaisir.

Le clip de The Coolest (où ça gigote sévère les sourcils) et celui de Find You Somewhere avec sa soeur et réalisé par sa mère... Je sais tout ça est très consanguin!






✔ En tombant sur cette photo de Mai je me suis dit que définitivement, les stickers sous les yeux, c'est vraiment trop beau...

timai


✔ Et en tombant sur cette photo de Scott Schuman, je me suis dit que vraiment, le khôl qui coule, c'est le plus beau maquillage au monde. Là pour le coup, mon discours est hyper orienté vu que je ne porte que ça et ne suis pas vraiment une fille à fards. Je suis une fille à khôl qui a dû donner sa palette Naked à sa mère parce qu'elle n'en faisait rien.

92412GreenEyes2218Web

✔ A force de trop traîner sur de Tumblr, j'ai eu ma dose de casquettes Supreme... Mais faut pas se mentir, c'est parfois encore réussi...
Ca cartonne fort fort cette saison les casquettes américaines?
J'ai vu dans une série mode (je sais plus laquelle), des bonnets New Era à pompon avec des noms d'équipes de base-ball ou assimilés... j'adore, j'ai envie d'en acheter plein.

tumblr_m930h6jjAL1qccg4fo1_1280

✔ Je suis tombée sur un site de chapeaux en cherchant un canotier (à trop regarder Les amours imaginaires de Dolan, je me suis perdue) et même si je n'ai pas trouvé le modèle que je veux (précisément celui de Nicolas (grosse personnalité Marie)), j'ai vu 2 chapeaux mortels...


2012STE1198401-7
fedora
( La beauté de ce Fedora ♥__♥)

✔ 2 photos très belles de Frank Ocean en studio... juste comme ça, parce que je l'aime... 


tumblr_m6u36padCp1qgjtr8


tumblr_m6u35eaxmN1qgjtr8


Je vous love dans le cou.



CONTINUER LA LECTURE

12.11.12

TOM KANE OU L'EXPÉRIENCE TOTALE DE L'AUTRE

kelsey-grammer-in-boss-episode-2-01-louder-than-words-4



(Ca marche toujours Karma Police pour se serrer le coeur, hein?)

J'avais envie de vous parler d'une série aujourd'hui. Un post pour elle toute seule et pas noyée dans une macédoine.

La seule série dont j'ai jamais vraiment parlé sur ce blog (vraiment je veux dire), c'est Buffy (la tueuse de vampires).
J'aime Buffy depuis ses débuts, j'aime tout d'elle et prend de haut toutes les personnes qui ne la voient que comme un teen insipide (ouais je suis une sale crâneuse).

Depuis la fin de Buffy il y a eu un gros gros paquet de séries que j'ai regardées, que j'ai aimées ou pas d'ailleurs, mais je n'en ai jamais parlé ici parce que je ne sais pas parler de ce genre de choses. Je suis nulle en analyse. La seule chose que je suis capable d'analyser ici c'est mon égo. Dans le film de Rohmer, Ma nuit chez Maud, Jean-Louis (joué par Trintignant) a cette phrase très juste et qui finalement résume parfaitement les choses: " J'ai la détestable habitude de parler de mon tout petit point de vue...". Ca c'est moi...

Mais aujourd'hui je voulais quand même parler de la série Boss.
Parce qu'elle m'a particulièrement marquée et cela sans parler d'analyse ou de plan, ou de champ, ou de contre-plongée, non rien de tout ça, je peux parler de Boss sans parler de technique.

Le mois dernier, la seconde saison de Boss (donc probablement la dernière) s'est terminée.
Après une première saison qui s'était conclut de manière absolument dingue, j'attendais beaucoup de cette deuxième.

Je l'ai trouvée de moins bonne facture, plus dissipée (après il y a bien quelques épisodes de très bonne qualité mais je parle bien d'un global), les histoires annexes m'ennuyaient la plupart du temps.
Dans le même temps, je n'aime Boss que pour une raison, une seule, Tom Kane.

Je ne vais rien spoiler, mais il faut tout de même que je vous raconte brièvement l'histoire de Boss.
C'est l'histoire du maire de Chicago, Tom Kane (joué par Kesley Grammer) qui apprend dans les premières minutes du premier épisode de la première saison qu'il est atteint de démence du corps de Lévy (une grave maladie neurologique, absolument incurable).
Kane va garder ce secret et tenter de continuer à vivre normalement sa fonction et sa vie.

Le tout premier plan c'est le visage de Kane, très gros plan (caractéristique de cette série, les plans y sont si rapprochés qu'ils en sont quasiment indécents. C'est pire qu'intime, on rentre au creux d'eux, tout près de leurs pores, ça fait une sensation très étrange pour le spectateur) qui apprend qu'il est malade. Ce que l'on voit en premier, c'est ce que ça provoque en lui.

Naturellement, sauf si t'es le fils de personne, un truc se met en place dans ton cerveau de spectateur, le sentiment d'empathie. Ce mec que tu connais pas et qui vient d'apprendre qu'il va vite mourir ça te fait quelque chose pour lui. Miskin. C'est ça la première chose que tu te dis quand tu vois Tom Kane... Miskin... (le pauvre en arabe)

Et puis la série commence, tu vois quel homme, quel père, quel maire, quel ami, quel collaborateur, quel époux, quel chef il est...
Et c'est le choc dans ton cerveau, la maladie de ce mec t'a tout de suite mis dans une forme de tendresse à son égard sauf que ce même mec est un un connard absolu.
Les premiers temps tu ne vois en lui ni morale, ni empathie (on en parlait), ni amour, ni envie, ni grandeur, ni rien de ce qui fait que les humains sont aimables.

Tom Kane est un absolu connard. Mais pas que... En tous cas pas pour moi. Yassine avec qui je regarde cette série a nettement moins de tolérance pour Kane que je n'en ai. Parce que j'aime ce personnage infiniment. Alors même qu'il me fait peur et que les choses qui le dominent sont effroyables, je l'aime.

Ce mec est mon autre. Totalement. Je fais une expérience de vie nouvelle en regardant Boss (je peux être un humain dans d'autres circonstances, je peux expérimenter ce qui ne m'est, a priori, pas expérimentable). Je m'identifie à un salaud. J'aime m'identifier à un salaud, j'aime comprendre que la question morale n'est pas définitive, qu'elle est contextuelle, j'aime comprendre les motivations de l'autre, je réussis, en regardant Kane vivre, à me mettre dans ses pompes, à le comprendre. Une empathie totale en quelque sorte, plus totale et moins dominée par le pathos qu'avait provoqué en moi le premier plan de la série lorsque j'ai appris en même temps que le personnage qu'il était condamné.

Au début ça me faisait bizarre de l'aimer autant parce que ce mec fait vraiment des choses atroces (j'imagine que les fans de Dexter sont dans le même type de problématique identification / morale). Et puis j'ai commencé à me laisser aller sur la question.

Et dans la saison 2, la seule chose qui a continué à m'intéresser c'est Tom Kane. Pas sa fille, pas sa femme, pas les autres, simplement lui, parce qu'il est intéressant d'enfin voir comment vivent les mecs comme Tom Kane et de voir si dans le fond, ils sont si différents de moi...

Je vous love, à demain, bonne journée...

PS: Même quand je parle des autres, je parle de moi :)



CONTINUER LA LECTURE

10.11.12

JOIE

-Sands-New-Mexico




Ce matin, le shuffle de mon très vieil Ipod a balancé un vieux Aha dans mon autoradio...

J'ai 20 ans, peut-être 21...
Nancy, un tout petit appart rue de la Visitation, tout près du croisement de la rue St Jean.

On est en hiver et à Nancy il a pour habitude d'être rude. Il fait nuit.

Ce soir, comme un soir sur deux, on va danser sur des vieux tubes, avec mes copains.

L'appartement transformé en dancefloor, c'est celui de Karl. Karl n'est pas son vrai prénom mais sa nette tendance aux envolées marxistes ont eu raison de notre imagination. Ca ne pouvait être que Karl et ça le restera ad vitam aeternam au moins en ce qui me concerne.
Il y a aussi Marie, une autre, mon amie, Ludo, mon amoureux et Arnaud. Et moi évidemment. 5. Petit dancefloor.

Nos soirées se résument ultra brièvement: un peu de tequila (peu pour moi vu que j'ai l'ivresse immédiate et surtout pas assez farouche pour la vivre convenablement en société), parler de cinéma, un vieux canapé enfoncé, une voisine avec une très grosse bouche qui n'avait nullement besoin de tequila pour être peu farouche, des spots qui clignotent et de la musique coincée entre 1981 et 88... On a tenté de sortir de tout ça pour titiller du Technotronic mais ça nous a moins charmé...

Ce soir avec Arnaud on parle de Ridley Scott, de Blade Runner ou d'Alien je ne sais plus et puis un peu lassés, on se dit qu'il est temps de danser.
On éteint la lumière et je mets le cd, ou peut-être c'est quelqu'un d'autre qui le fait. Avant de mettre les Pet Shop Boys, on balance Take on me de Aha. Arnaud connaît cette chanson par coeur, je le supplie de venir danser et de chanter. Il chante bien, spécifiquement cette chanson qui le rend à chaque fois très beau. J'adore. Les premières notes de synthé (ouais je sais...).

Et là d'un coup, alors que je sens mes amis tout près de moi, gigoter leurs pieds, chanter à tue-tête, se regarder avec tendresse, les spots qui clignotent je me sens transpercer par un truc fou.

Je sais pas ce que c'est. Je sais pas ce qui a provoqué ça, mais je me sens tout d'un coup tellement en place dans l'univers. Je les regarde, j'écoute, c'est comme si d'un coup mon cerveau était au maximum de ce qu'il pouvait ressentir, comme s'il était ouvert, complètement et je me sens tellement bien.

Sur du Aha, dans un appartement qui sent la bière et la tequila je fais ma toute première expérience de joie absolue. Ou de bonheur je ne sais pas trop comment ça s'appelle... Je me sens en vie comme je l'ai jamais été en tous cas.
Pourquoi là maintenant, je ne sais pas. Evidemment ça a duré quelques secondes (comment ça aurait pu durer plus? Et surtout pourquoi ça aurait duré plus?) mais ça été fulgurant. Et vraiment, vraiment inattendu...

J'ai globalement, encore aujourd'hui, les pores et le cerveau hyper sensibles... Ouais je sais un mythe s'effondre.
Alors certes ça me fait pleurer régulièrement, ça peut me péter le coeur alors même que c'est pas le propos, ça peut me faire être trop catégorique alors même que ça mériterait juste de la souplesse, mais ça n'est pas que ça...

C'est aussi être émue, au moins une fois par jour ou avoir le coeur qui bat fort sur le refrain de Take on me ou être bouleversée par le regard tendre d'un serveur dans un Buffalo Grill dans une zone industrielle (ma spécialité, je ne me l'explique pas).

Je sais pas pourquoi je vous ai raconté ça... C'est la faute au shuffle...

Je vous embrasse bon week-end, à lundi.

Edit: J'ai remodifié les commentaires, on va dire que les commentaires russo-crypto-viagraesque ne seront qu'une contre-partie, j'ai reçu trop de mails m'expliquant qu'il n'était pas possible de laisser de commentaires. 



CONTINUER LA LECTURE

9.11.12

KILO KISH

kilokish_watermelon-pic


Il y a quelques semaines j'ai découvert une nouvelle minette qui fait de la musique que j'aime de love. 
Je suis ultra prévisible et on sait tous d'avance que ça n'a strictement rien à voir avec de la folk cette histoire!

Cette fille c'est Kilo Kish, elle a déjà un tout premier EP, aka Homeschool que vous pouvez télécharger ici.

Elle a bossé son Ep avec The internet (le groupe de Syd tha kid dont on avait parlé dans cette macédoine) et clairement, même si c'est l'adjectif le plus galvaudé au monde, son son est cool...

Son premier clip officiel vient de sortir, Navy et je vous ai mis un autre morceau que j'aime bien, You're right.






Je vous souhaite un bon week-end (ouais je sais c'est tout petit post peu rédigé mais j'avais plus à faire aujourd'hui que prévu).

Lovons nous tout de même...


tumblr_mc8xl6SVOQ1qdfykp



Kilo+Kish+KiLOKiSH



F81_GENF_KiloKish_620


10.20.12_FADER__CMJD4EDIT-38

CONTINUER LA LECTURE

8.11.12

8 NOVEMBRE (CA VA J'AVAIS PAS D'IDÉE, NE ME JUGE PAS!)

tumblr_m67pf4AZLt1qccg4fo1_1280


Photo toujours trouvée sur le site Insights Rogwalker
(un jour je changerai, un jour mais pas maintenant)



Salut les copains, ça va?

Je suis désolée d'être partie comme une voleuse.

Il se trouve que mes activités professionnelles m'obligent régulièrement à m'éloigner de mon ordinateur. Je pense à chaque fois que ça va le faire, ça le fait jamais, je culpabilise, pense que je vais pouvoir poster via mon Ipad...  Sauf qu'un Ipad, c'est pas un ordi et écrire sur le tactile c'est pénible. On a qu'à même pas parler du multitâche de la chose qui est très relatifs... Et donc je poste pas.

Aujourd'hui je vous le dis, je poste quand je peux, des fois je peux pas, limitation technique, mais je vous love toujours...

Autre chose, je suis envahie de spams russo-crypto-viagraesque (ou assimilés)  dans mes commentaires et ça commence à être pire que relou (des centaines par jour) donc on aura plus la possibilité de laisser des commentaires "anonymes" sur mon blog. Je ne vous force pas à faire un compte Blogger, juste de mettre un prénom (pas besoin de mail). On essaie comme ça, si c'est trop pénible pour tout le monde, on retournera à l'ancienne version, mais si ça peut marcher comme ça, ça serait parfait!

Edit: Bon en fait je crois que je suis obligée de laisser les com en anonymes si je veux que vous laissiez des commentaires tout en vous prenant au minimum la tête... Chienne de vie...

Je vais bien j'espère que vous aussi. Je reviens demain. Craché.

Toi t'as fait quoi? 

CONTINUER LA LECTURE

27.10.12

POST LACONIQUE 10

rei-kawakubo_1

Edit: Jade précise en commentaire que les 3 volets repassent à la suite sur Arte mercredi 31 octobre à partir de 9H55 jusqu'à 12H50. Je sais tout le monde bosse mais je vous ferais dire que la technologie est dans ce cas bien sympatoche!

Ce soir à 22H30, sur Arte il y a le dernier volet de la trilogie Fashion!

Evidemment les deux premiers volets étaient mortels (Golden Eighties et Anti Fashion) alors sait-on jamais, vous les avez peut-être loupés, donc bim Replay.


Merci à mon Amande que j'aime très fort de me l'avoir me rappelée...





Je vous embrasse et vous souhaite un bon week end!

PS: Pour plus de précisions, je vous conseille le post de Geraldine et puis nous on en parlera plus tard.

PS: Le code d'intégration du premier volet ne marche pas, je vous mets donc le lien .

CONTINUER LA LECTURE