Pages

25.5.09



LA VRAIE MODE... AURÉLIA...

"Ok je joue le jeu mais, je ne suis pas dupe..."





Le rendez-vous avait été pris il y a quelques jours avec Aurélia. Elle ne devait pas être la première rencontre de la Chic Fille et finalement, le sort en a décidé autrement...
Aurélia m'a invitée chez elle. C'était mieux. Pour parler ensemble. Pour parler de mode. Pour ne pas se faire servir des diabolos fraise tièdes par les serveurs très moyennement aimables de la place Stanislas ( nous, lorrains, d'adoption ou pas, tellement on est des gros malins et qu'on veut gagner du temps quand on parle, on dit place Stan... Classe hein!!!)
Je ne sais pas sur qui je vais tomber. Vous, vous savez un peu. Ma tête. Ma taille (je fais 2m32 ce qui est toujours impressionnant si on est pas prévenu). Même mon débit de parole vous avez des pistes...
Mais moi j'en sais nettement moins.
Et pourtant je n'étais pas traqueuse, il ne s'agissait pas vraiment de moi, simplement de mieux la connaître elle. Aurélia.

Rien n'avait été préparé. Je savais qu'on allait parler de mode, qu'elle allait me parler de la sienne. Il fallait que je comprenne un peu le pourquoi et le comment de sa mode à elle. Alors, pro comme je suis, j'y suis allée au feeling... Et quel feeling. Pas le mien hein, non le nôtre à Aurélia et moi.

Je rentre dans son appartement qui donne sur un panorama nancéen époustouflant... Mazette que la ville est belle vue de là-haut.
Et là je tombe sur elles.



Le monde est bien fait... La grosse Nike sa mère aussi d'ailleurs. Exactement les mêmes que les miennes et tout de suite, ça me fait plaisir...

On s'assoit. Aurélia m'accueille avec beaucoup de gentillesse et beaucoup de calories qu'elle a shoppées chez Picard. Arrosés de Marco Polo, les sucres passent mieux dans mon sang. On fera pipi 2000 fois à cause de Mariage et de ses Frères, mais qu'importe, on a su prendre des vrais risques pour la fashion.

Et vas-y pas qu'on se met à parler. De tout, de rien et du reste.
Je ne savais pas si je voulais voir son armoire, enfin si je voulais, mais il s'est trouvé que sans qu'on le contrôle vraiment, la discussion a commencé à se transformer en un événement un peu hybride... Entre la gravité et les rires. Et le thé. Et conséquemment le pipi...

Je pourrais vous parler des sacs d'Aurélia... Le Jacobs, le Dreyfuss, dernier vestige de la collection qu'elle avait entamée il y a longtemps (Dreyfuss est lorrain et était déjà bien connu par chez nous il y a un certain temps... Notamment par Aurélia...) ou des autres...




Je pourrais vous parler de sa passion pour la beauté by Laura Mercier. Aurélia m'a filé des échantillons. Plein. Elle en parle bien, j'ai découvert la philosophie du teint de la Laura (oui en lorraine, comme dans tout l'est, un prénom est nécessairement précédé d'un déterminant... Classe encore...). Oui assurément c'est bien "la philosophie du teint" que je viens de dire, on est pas chez Heidegger non plus.




Je pourrais vous parler de son blog. Celui où elle dessine. Parle. Cherche.



Ou de son amour des chaussures. Elle en a plein. La plupart avec des talons... Trop elle m'a énervée laisse tomber... Genre elle se la crânait à coup de "moi c'est en ballerines que j'ai mal aux pieds" ou de "je porte que ça, c'est beau, non?". Ben ouais que c'est beau. Quand je fais des choix radicaux en ce qui concerne mon non-port de talons, il s'agit bien d'incapacité et certainement pas de parti pris esthétique. Je le légitime comme tel mais c'est juste que je suis une grosse gogole sur 13 cms... 6 aussi d'ailleurs...

D'ailleurs piste mode qui a son importance... Mais genre grosse importance.
Aurélia chausse du 35. un vrai 35. Et les meilleures marques pour vos jolis petits petons mesdemoiselles sont:

-La Redoute
- Ash
-Cosmo bien que les modèles, dixit Aurélia, sont pas top top...
- André... je confirme grave sa mère.
- Texto...

Ou vous parler de son amour pour la country (d'où le titre sur Deezer qu'elle m'a soufflé...), de son travail d'orthophoniste, de sa robe bleue Bel Air (après vérification... Aurélia ne connait pas forcément les marques qu'elle porte. Elle ne porte que ce qu'elle aime...), de sa certitude de ne jamais porter de boyfriend, de son rapport décomplexé à la mode (les marques sont toujours calmées à coup d'objets enfantins et attachés à sa propre histoire... Bon là pour le coup je m'emballe, mais je crois qu'il s'agit d'un truc comme ça...)... Je voulais développer sur tout ça mais, Aurélia et moi on a pris le parti de parler d'autre chose. Quelque chose que nous avons vécu toutes les deux.
Je sais que j'ai déjà été longue du propos, mais l'essence même de notre rencontre se situe là, maintenant, dans les lignes qui vont suivre...

" LE COTÉ UN PEU MOCHE DU SHOPPING..."

Aurélia, 20 ans, la vie devant elle, ne se refuse rien. Sous quel prétexte après tout. Elle est toute-puissante, le monde lui appartient et elle ne veut surtout pas côtoyer la frustration dans son quotidien. Alors elle ne se pose plus de limite.

Marie, 23 ans, peut-être 24, ne se refuse rien. Elle aime se réinventer chaque jour. Elle ne s'est pas trouvée alors elle a pris le parti de s'inventer à coup de chiffons améliorés. Elle se dit que ça comblera le vide. Elle y croit à chaque fois...


Aurélia et moi, nous sommes passées par cette même épreuve. L'épreuve de l'achat. Le côté moche du shopping comme elle l'a si joliment dit.
L'achat compulsif, la consommation frénétique est un sujet rarement traité dans la blogosphère et bien peu dans la presse féminine. Le Elle de cette semaine, via un test, nous fait le coup de "nous sommes toutes addictives, et prenons le parti d'en rire...".
J'sais pas toi Aurélia, mais moi, ça m'a fait super moyennement marrer.

L'over-consommation maladive, dénuée de tout plaisir et parée du dégoût le plus profond est un phénomène bien plus fréquent qu'on veut nous le faire croire.
En tant qu'ancienne junkie, comme Aurélia, j'arrive à repérer rapidement les comportements très curieux de consommation. Par curieux j'entends très clairement "borderline".
Être acheteuse compulsive, appelons un chat un chat, c'est être dans la merde en permanence, c'est mentir à son amoureux, sa famille, c'est trouver vite un moyen d'acheter cette pièce qui nous semble tellement indispensable jusqu'à... Jusqu'à ce qu'une autre arrive dans le cerveau, 2 minutes après l'achat. Et puis une autre. Et encore une... C'est un puits sans fond... Jamais.
C'est aussi le dégoût d'acheter, la gêne de ne plus trouver de place pour tout bien plier, ranger, c'est mettre des années à s'en remettre... Du porte-monnaie et de l'ego. Ceci dit, ça laisse des séquelles quand même cette histoire de junkie...
C'est tout ça...

Aurélia va mieux. Marie va mieux aussi. Après être passées par des diètes, on se galère encore mais les choses rentrent dans l'ordre. Ça demande de la vigilance. Tout le temps et c'est pas facile à l'heure d'H&M et des blogs...
J'avais déjà parlé de ce sujet ici, mais Aurélia comme moi on a voulu en reparler. Avec ses mots à elle aussi.

Merci Aurélia.

Je vais repartir en vadrouille de vous cette semaine et je sais d'avance que ça sera différent et c'est ça qui est bon les bonasses!
Je vous embrasse...

15 commentaires

Miss Pô a dit…

Elle a vraiment l'air géniale cette rencontre et puis c'est bien aussi de parler des problèmes que peuvent engendrer la course à ma mode avec ces blogs ou chaque semaine la mode change, où il faut au moins une pièce hebdomadaire pour rester dans le coup. La vie c'est pas que ça (même si on adore les fringues et tout ce qui avec). Alors merci les filles!!

Aurore a dit…

Jolie rencontre en effet.
Merci pour le tuyau des shoes en 35 car c'est trop la galère de trouver chausures à son pied!!
POur cce qui est de l'addiction, je trouve çà essentiel d'en parler car voilà çà existe, je tomberais bien dedans des fois , à craquer ma gaine pour un put..de sac sa race à 500 euros mais je reste raisonnable .... un jour ce sac sera mien, que je me dis, quand j'aurais gagné au loto hein!!
C'est clair que les blogs , les magazines fashion et people n'aident en rien. On rêve de paillettes, de shoes à 10 000 dollars que l'on ne pourrait même pas marcher avec, de fringues de grands couturiers ou même de marques qui "paraissent" accessibles (mais un top à plus de 100 euros , çà fait mal au c... compte en banque bien sûr!!), de sacs à 15 000 dollars....et j'en passe.
Resistons les filles...!!!

Melle. Marion a dit…

Très jolie rencontre...je la vis par procuration c'est beau hihi!

Ça me donne clairement envie de faire un détour par le Nord-Est maintenant que les anglais m'ont renvoyé dans mon pays :)

Ce que je trouve le plus beau dans ces rencontres finalement c'est qu'elles vont au-delà des conversations purement modesques et je sais pas, moi ça me rassure quelque part!

La bise beautée!

Anonyme a dit…

Ouais, c est vraiment super sympa cette idee, le fait que tu ailles au devant de tes lectrices que nous rencontrons par la meme occasion !
Merci Marie de rendre la mode un peu + humaine chaque jour :-)

"L'" Amandine

MICHELLE a dit…

MOI, COMME JE NE ME SENS PAS CONCERNER PAR LA MODE ET SES DEBOIRES J'AI JUSTE AIME LA PETITE HISTOIRE: CELLE D'UNE JOLIE RENCONTRE.BISES MERCI MARIE...

ladylunna a dit…

Merci de parler d'achat compulsif de manière plus humaine, en général dans les blogs ou magazines ils en parlent de manière légère alors que c'est un cauchemar ! Je ne sais pas comment tu as fais pour t'en sortir (pourrais tu me le dire par mail stp?) en tout cas pour moi c'est une maladie. Ce mois ci j'ai pas pu m'acheter de fringues car la moitié de mes thunes devaient recouvrir le découvert du mois dernier... Heureusement que je me suis calmée mais c'est dur ! Je suis frustrée en permanence, rêve de shopping tout les soirs bref cette rencontre prouve qu'on peut parler de mode sans pour autant que cela soit (trop) futile.
Bisous

Back 2 Basics a dit…

Vraiment interessant, et une belle rencontre en effet, une fille en air force high c toujours le top :)

Marie a dit…

Miss Pô: Oui tu as raison, il fallait en remettre une toute petite couche...


Aurore: Je savais bien que le plan des chaussures en 35 allait être sympatoche! Aurélia a bien fait d'insister pour qu'on en parle...
Dés qu'on commence à aimer la mode, on devient vaguement victime des tendances.. Le principe même des tendances c'est qu'elles changent très vite, alors il faut renouveler... Et c'est là que les ennuis peuvent arriver si on est pas assez clair avec soi.
Oui résistons... Un peu au moins!

Melle.Marion: C'était le but la procuration ma beauté...
Je t'attends quand tu veux... EN même temps il est possible qu'un jour, je passe par ton chez toi.
Mais c'est où ton chez toi?
Je t'embrasse fort...

L'Amandine: Oh vas y comme c'est adorable ce que tu dis... Merci.

MICHELLE: Oui c'était une très jolie rencontre... Et pis viens on s'en fout de la mode...
Je t'embrasse aussi.

Ladylunna: ... Alors Lunna envoie moi un mail si tu veux bien (unechicfille@gmail.com) Explique moi un peu mieux les choses si tu le veux... Je n'ai pas de recette miracle, il s'agit plus d'une grosse prise de conscience (et d'être allée bien au-delà du concept hein... Bien trop loin).
Je sais que c'est dur... Je t'embrasse n'hésite pas à m'écrire.

Marie a dit…

Back 2 Basics: Grave... la Air force one est mon critère de sélection... ;-)

Noémie a dit…

Voilà je me réveille enfin!! Et oui premier com's sur ton blog qui me plaît d'ailleur beaucoup( connu sur "etpourquoipascolline" que j'occupe depuis maintenant 1an. Bref, chic fille bien évidemment..ta façon de voir les choses et ton style, j'adhère! Si tu venir un de ces jours voir la ville des ch'tis hahaha ( ce n'est pas une blague vraiment)et bien tu serais la bienvenue! Bis

Marie a dit…

Noémie: Merci beaucoup c'est très gentil... Bienvenue à toi!
Et dés que je viens par le nord, ben je ferai signe... C'est cool...

zaelle a dit…

Une belle rencontre, un bel article, un sujet grave dont tu (vous) parles (parlez) sans en faire des tonnes mais sans non plus prendre ça à la rigolade, parce que c'est vrai, tout ça, et que c'est effectivement le côté moche de ce qui ne devrait être qu'un plaisir, et qui dérape souvent en autre chose...A très vite beauté !

aurélia a dit…

bon, chui encore en retard dans les com, même cette fois...! mais j'avais la trouille de lire ton post -oui, chuis une gourdasse- que veux tu, on ne se refait pas!
c'est sûr, je me suis pas gondolée en lisant le elle, mais quand même, on devrait être flattées: regarde avec quel à (mauvais)propos la bible blogo des mag rebondit sur nos dissertations du vikende. attends, c'est limite du vol de propriété intellectuelle cette histoire! moi je dis, gloire à nous :-)
sinon, keske tu racontes bien, y a pas à dire, je maintiens tous mes compliments sur ta prose. Tiens, rien que de te lire, j'ai re-envie de faire pipi :-) (top glam' hein?)
des bisous ma belle

Anonyme a dit…

Quel est le nom de sac marc ? Merci en avance!

camille.sarazin a dit…

Extrèmement d'accord! Les consommateurs sont responsables, et j'en fait partie malheureusement, je me sens coupable d'acheter du made in China, (je regarde sur l'étiquette) mais j'arrive pas à resister! Attend j'ai que 20 euros par mois moi! Je vais pas acheter du Chanel non plus...

Sinon je voulais réagir sur les petits petons! Je fais du 34-35, eh oui parfois même le 35 est trop grand.. Et donc je suis totalement d'accord Texto, André, La redoute (mais j'aime pas acheter en ligne) c'est Good ! Mais est ce que certaines auraient d'autres marques à proposer!? Parce que mine de rien, deux magasins pour se chausser (sans compter les magasins pour enfants, tcho la honte) ça fait pas beaucoup..

Voilà, Bisous Bisous!