Pages

28.10.15

QUESTION D'OSEILLE

dollar-disney



S'il y a bien un truc qui a tendance à bien disfonctionner dans ma vie, c'est l'oseille.

Je suis nulle en argent.
D'ailleurs c'est pas complètement un hasard si j'ai été acheteuse compulsive parce que j'ai un rapport assez étrange avec l'argent.

J'ai cru comprendre ne pas être la seule dans cette situation mais j'aimerais quand même vous raconter comment je le vis et vois de l'intérieur et qu'on échange là-dessus parce que, bien heureusement, on est pas tous comme moi, et qu'il est possible d'avoir un rapport tranquille avec l'argent.

1)  LES DÉPENSES 

Donc je dilapide l'argent, ça on sait déjà, j'en ai longuement parler ici... J'ai acheté beaucoup de fringues, maquillage et livres (mon triptyque à moi).

Plusieurs raisons à ça: une gestion à la frustration vaguement acquise (à mon âge je sais ça craint), une condition "sociale" dont j'imaginais sortir hypothétiquement en achetant des choses chères, un désir insatiable, une estime de moi relative et un regard sur l'avenir pessimiste.

Ces 5 points m'ont fait dépenser le peu d'argent que j'avais dés la fac. Enfin quand je dis dépenser je veux plutôt dire dilapider parce que j'avais besoin de changer des trucs en moi mais aussi parce que je ne vois pas pour quelles raisons j'aurais dû garder mon argent...

Pour vous donner une idée, quand j'étais en maîtrise (Mot que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaitre) je bossais dans une boutique de fringues à Nancy. Je gagnais à l'époque, 700 euros par mois, et bien je dépensais entre 80 % et 90 % de ce que je gagnais chaque mois dans les fringues (c'était mon époque fringues) et me mettais dans des situations impossibles. Oui parce que si je bossais en plus de mes études, c'est bien que j'en avais besoin pour des vrais trucs!
Un de mes potes m'avait dit à l'époque que je devais gagner plus (était-il précurseur?) et avait évalué mes salaires futurs en fonction de mes dépenses du moment... Mais je sentais bien que si je gagnais plus ça n'aurait rien réglé, ça m'aurait juste fait dépenser plus.

Donc, ma dépense d'argent, mon gaspillage même c'était du gâchis parce que je ne croyais pas vraiment en mon avenir à ce moment là. Il n'y avait pas du tout de superficialité dans ma compulsion, du tout, ma gestion d'argent définissait parfaitement le rapport que j'avais au monde, je n'y croyais pas, n'avais donc aucune raison d'économiser ou de projeter.

(Vous connaissez tous je suppose le test du chamalow pour mesurer la capacité des individus à gérer la frustration et leur capacité à voir à long terme plutôt qu'à court terme? J'en reparlerai dans un (le) prochain post, une partie des réponses pourrait se trouver là).

Donc, mon rapport à l'argent se définit d'abord par le fait qu'il me brûle les doigts et qu'il ne soit pour moi qu'un moyen d'accéder à des plaisirs immédiats et sûrement pas de construire pour un plus grand projet dont je ne suis pas sûre du résultat et qui me demanderait des efforts, notamment dans la gestion de ma frustration.

D'ailleurs le test de 30 jours où je devais apprendre à gérer ma thune a été un échec cuisant.


2) LE GAIN


Et l'autre versant de ce rapport à la thune qui me tire balle dans le pied sur balle dans le pied, c'est que je ne sais pas en gagner et suis même plutôt gênée à cette idée.

Je bosse depuis que j'ai 16 ans, là n'est pas la question, je parle de travailler pour que ça rapporte vraiment.

Je connais des gens qui sont capables de gagner de l'argent avec n'importe quoi. Je ne porte aucun regard sur la valeur de ce qu'ils font et suis même relativement admirative face à la capacité qu'ils ont à gagner de l'argent aussi facilement.
Moi, même compétente, j'ai un rapport difficile avec ça.

Vous vous souvenez y a quelques années, avec ma pote Angel, on avait vendu des tricots.
J'adorais ça, elle aussi.
Quand il fait fallu estimer le prix, on avait un peu fait au pif parce qu'en demandant autour de nous, notamment nos potes qui créaient des trucs, on arrivait à des prix hallucinants tellement c'était cher.
On a réfléchi, on a additionné le prix des matières premières, et compter les heures à un taux horaires ridiculement bas (5 euros je crois si ma mémoire est bonne) et mis ça en vente.
J'avais reçu à l'époque beaucoup de commentaires qui me disaient que c'était hors de prix, du vol et tout...
Alors que non, on s'est payée moins cher que ce qui est légal dans ce pays mais c'était encore pas assez pour certains.
Qu'on puisse ne pas se le payer, je le comprends, je ne peux pas me payer (alors que j'en rêve depuis 4 ans) un bombardier Acné qui est bien au-dessus de mes moyens, mais là, je ne voyais pas comment on aurait pu faire moins...

Que des gens se plaignent de prix, c'est normal, tout le monde le fait plus ou moins.
Mon pote Yassine a ouvert un business de service qui fonctionne bien.
Au début il avait aussi ce genre de problèmes, les gens qui demandaient des prix moins chers ou qui faisaient les yeux ronds quand il leur disait combien ça coûtait. La compétence se paye, c'est comme ça. Je le sais mais n'arrive pas à l'intégrer pour moi.
Yassine ne volait personne, mais malgré tout, les gens réclamaient.
Il a petit à petit appris à composer avec ça et maintenant il s'en fout, mais au tout début de sa boîte quand il n'était pas tout à fait confiant dans ses compétences, il avait tendance à se vivre comme une imposture.

Et bien pour moi ça a été pareil, nos tricots, alors que je savais que ça nous prenait du temps, que si on voulait en vendre, on allait pas juste faire payer la matière première, je suis devenue de plus en plus mal à l'aise. Jusqu'à me dire que ouais, c'est vrai c'était trop cher (5 euros de l'heure bordel!) et que j'avais abusé. Marie aka la meuf qui se laisse pas faire :-)
Je ne suis pas à l'aise avec l'idée de gagner bien ma vie avec des compétences que j'ai pourtant (je ne parle pas nécessairement du tricot d'ailleurs) et suis tout à fait capable de travailler dans des tafs à très grosses responsabilités et d'être très très mal payée.

Là je refais des gilets en tricots et des pulls et j'aurais vachement aimé en revendre, parce que ça me plait, c'est un truc en plus, mais je suis encore mal à l'aise avec cette idée.

De manière très simpliste, mais peut-être un peu vrai, le rapport que l'on a à la thune en dit beaucoup sur la valeur que l'on s'octroie...
Et d'ailleurs, le fait que j'en ai jamais gagné sur ce blog est aussi lié à ça.
Bien sûr que je n'aime pas la publicité sur les blogs la plupart du temps, je la trouve assez vulgaire, et me mettre "au-dessus" de ça n'a pas qu'à voir avec une certaine morale, non, ça a aussi un rapport évident avec mon incapacité à monétiser mes compétences. C'est comme ça pour tout.


Je crois que le plus handicapant est bien mon incapacité chronique à ne pas en gagner. Vous me demandez souvent ce que je fais comme travail sur le blog et je ne vous réponds pas souvent.
Mais c'est parce que vous semblez avoir des attentes, alors que je ne peux pas vous en dire grand chose parce que c'est pas forcément intéressant.
je ne suis pas dans une réussite professionnelle qu'on pourrait qualifier de flamboyante, je fais un paquet de taf plus ou moins alimentaires, parce que justement, je ne sais pas "vendre" ce que je sais faire.

En revanche, je suis très très bonne pour aider les autres à s'optimiser et à avoir confiance en eux, mais alors moi... remballage de gaule!

Evidement que c'est un problème complexe mais comme on échange beaucoup sur le blog, et que c'est un sujet qui me tient à coeur, vous avez peut-être des pistes à me donner, des trucs qui pourraient m'aider à sortir de ce truc.

Merci en tous cas d'avoir lu jusqu'au bout ce post que j'avais envie d'écrire depuis des mois mais qui avait du mal à sortir...

Lov U sur ta joue.

35 commentaires

Anne (Micheline) a dit…

Coucou Marie !

Il est très intéressant cet article !
Moi je commence tout juste à gagner ma vie (ce qui ne m'empêchait pas de dépenser allègrement avant... hum) Ce qui a changé c'est que maintenant je culpabilise moins. Mais je culpabilise un peu quand même hein, sinon c'est pas marrant !!
Par rapport au gain, je ne me suis pas pris la tête, j'ai fait des études "sécurisantes", c'est à dire avec un métier sûr à la sortie. Et un métier plutôt bien payé. Et ça faisait partie de mes critères quand je me suis réorienté (après une fac beaucoup moins sécurisante).
Du coup je ne sais pas trop quoi te donner comme conseil... j'ai choisi une voie facile. Toi, il faut que tu inventes ta voie... Et c'est vrai que sur internet on a l'habitude de la gratuité. Mais tu pourrais faire un compte Tipeee ? Moi je préfère te donner 5€/mois que d'avoir des pubs !! C'est comme acheter un magazine après tout, et j'y trouve des trucs souvent plus intéressants que dans les magazines !

lunelo a dit…

ahahaha...pardon si je peux me permettre la question des great expectations il me semble parle de toi avant de parler des autres non? peur de decevoir, de ne pas etre a la hauteur mais aussi desir d etre mieux que mieux sans savoir forcement comment l atteindre, sensation qu on pourrait totu degommer potentiellement
et la je ne peux que faire le miroir a tort ou a raison par rapport a ce qu on avait evoqué

ça me rappelle julia cameron et liberez votre creativité quand elel dit qu un artiste a le droit de gagner de l'argent et quil faut se debarasser de la croyance negative qu idit qu un artiste est forcement/souvent/generalement maudit. Croire en sa propre VALEUR.

j ai une faible estime de moi. apres avoir travaillé dans un secteur de winners aux dents blanches ou ja vais le syndrome de l'imposteur, j'aurais tendance a retourner vers des activités alimentaires plus basiques (car le systeme winner etait aussi alimentaire mais juste mieux payéet plus tordu ) sauf que....

on peut aussi simplement te demander par curiosité, pour situer une activité par rapport a tout ce que tu evoques sur ton cheminement mental, je veux dire en comprendre un peu plus sur ta bestiole... par exemple le fait que tu partes l'été je me susi imaginée que tu avais le BAFD et que tu travaillais en centre de vacances avec les enfants mais ça ne repondait pas a que fait elle le reste du temps quand elel dit qu elel se depalce alors je me suis dit elel fait de la formation mais en quoi? curiosité quoi.
comment dire je suis la premiere a dire que nos activités ne nous definissent pas frcement surtotu qd on la deteste mais enfin elles nous definissent pourtant mais pas toujours litterallement plus par rapport a des questions de choix,de renoncement, d acceptation, d aptitude a se faire ou non plez

par exemple j'a itravaillé dans un secteur ou certaines personnes memes des inconnus hallucinnaient car ils ne m'y voyaient meme pas en termes de valeurs et ils avaient globalement raison et j ai toujours su que je ne m y epanouirais pas mais je l esperais et j a iessayé et tant pis et que je le veuille ou non ça apprend des trucs sur moi et mes croyances meme si d autres trucs sont plus obscurs. Comment s autoriser a etre soi?etre valorisé pour soi vs la persona notamemnt lorsqu on est qq1 d entier. Je ne dis pas que ma question est juste mais c est bien celle que je me pose.


c 'est interessant ça depenser l argent parce qu on a pas foi en l avenir mais tu sais c est pas pire que garder tout son argent et economiser sa vie parce qu on a u final pas non plus foi en l'avenir, encore une fois c est une histoire de balance et de travail sur nos croyances.
le chamallow a ses limites je crois. j'a iété elevé dans une famille ou l on m expliquait qu on devait garder le meilleur pour la fin sauf que parfois si on ne la prend pas a bras le corps la fin devient hypothétique et sa gratification disparait. une fille qui qui sait avait pt etre le meme pb que toi ou etais pt etre totu simplement hedoniste m a appris a ne pas differer dans la mesure quand meme je veux dire je n'ai jamais depensé l argent que je n avais pas (et quand bien meme)ça m'a aidé car comme dirait l'autre on emporte pas l argent dans la tombe.
J ai longtemps espéré mettre de l'argent de coté pour acheter un appart mais les prix ont flambé, je n'ai pas mes parents pour m aider alors je me sers desormais des mes economies pour ameliorer le quotidien. breffffff

Marie a dit…


Anne : La fac c'est clairement moins sécurisant
Oui c'est vrai qu'il faudrait sûrement que j'invente ma voie...
Merci en tous cas bise

Lunelo: Tout à fait, je dirige des colos (grosses parce que j'aime les grosses structures avec beaucoup de logistique et beaucoup d'humains... Et la gestion d'équipe étant ce que je préfère et ce pour quoi je suis la plus compétente ) et je fais de la formation le reste de l'année (bafa / bafd dans toute la france en fonction des besoins, j'ai un profil qui intéresse).
je n'aime plus l'animation depuis longtemps (c'est un domaine que je trouve limité pour 1000 raisons) mais j'aime gérer les équipes, prévoir, anticiper et surtout être à la tête (ou à la semi tête puisque mes angoisses se heurtent souvent à la réalité et à la grosse responsabilité que ça représente... et donc être adjointe même si officieusement c'est moi qui fais tout me tranquillise.
Je crois que j'y trouve une bonne dose de valorisation (puisqu'après des échecs liés à l'apprentissage j'ai acquis un certain nombre de réflexes qui fait que je suis à l'aise avec pas mal de problématiques ) et ce qui me permet d'accepter d'être peu payée (c'est lié bien sûr àa cette profession mais je pourrais gagner beaucoup mieux ma vie...)
bref, merci pour tes retours
bise

Céline a dit…

Bonjour Marie,

moi aussi j'ai une relation ambiguë avec l'argent, mais pas tout à fait comme toi. Je suis née la même année que toi, j'ai fait une grande école de commerce (Parmi le trio de tête des écoles françaises), j'imaginais qu'à 30 ans, je roulerai sur l'or... Ben en fait non, car je n'ai pas beaucoup d'ambition professionnelle, et j'ai très peur des grosses responsabilités... Du coup, je suis sous payée par rapport à mon profil mais à 36 ans, je me dis que maintenant, c'est trop tard, je ne suis pas celle qui a les dents longues, je n'ai pas confiance en moi et ça se voit. Résultat : stagnation professionnelle, mais salaire qui me permet de vivre, de rembourser un crédit immobilier et d'élever ma fille. Donc je n'ai pas autant d'argent que ce que j'avais espéré. Soit.
Par contre, j'ai très peur de l'avenir, je ne crois pas en ce monde, et du coup, moi j'économise. En début de mois. Et mon matelas n'est jamais suffisant à mes yeux. Alors que bon, ça va quoi. Mais après, avec ce qu'il me reste sur mon compte, j'ai une grosse tendance à la compulsion (fringues notamment). Donc il y a 2 aspects chez : la cigale et la fourmi... Compliqué tout ça... J'ai l'impression de ne pas être adulte du coup !
Voilà, c'est un peu brouillon mais j'avais envie de participer :)

Anonyme a dit…

Hello Marie,
Pour moi ton problème c'est que tu as apposé une couleur "morale" à l'argent. Alors que l'argent c'est neutre, c'est le bien ou le mal selon l'usage qu'on en fait.
J'ai toujours trouvé dommage que tu n'investisses pas "mieux" ton blog. Des disparitions, des parutions jamais très régulières, c'est un peu déroutant pour fidéliser le lectorat ou pour bâtir du solide.
Et c'est d'autant plus dommage que tu as un univers vraiment unique à partager. Mais pour y consacrer plus de temps il faudrait qu'il te rapporte un peu... Tu vois le lien ? En investissant plus ton blog pour le faire grandir, tu aurais sans doute été encouragée à plus écrire et peut être à terme à publier.. tu vois le lien ?
Tu as eu du flair avec tes pull, du made in france, fait main, pièce unique... (ces modèles de pull oversize sont ultra à la mode cet hiver d'ailleurs ) mais là encore tu n'es pas sorti du côté amateurisme.
T'as quand même pas arrêté parce que 2 lecteurs t'ont dit que c'est trop cher ? SERIEUSEMENT ?
Donne toi les moyens de réussir, va au delà de tes peurs de rater, tente vraiment la réussite arrête de faire juste un peu semblant d'avoir envie. Une boite c'est une vision, si tu veux monter une boite fais le bien. Après que tu te plantes, ce n'est pas très grave.
Et puis c'est bien que des gens biens gagnent de l'argent pour le faire circuler sur des valeurs solides.
Malheureusement je ne pense pas t'aider vraiment, sorry je ne veux pas te vexer, mais pour moi tu aimes trop te rouler dans tes impossibilités imaginaires ou dans tes origines modestes pour justifier tes incapacités à te lancer vraiment.... Ce n'est pas vraiment grave, cela dépend de la vie que tu veux t'offrir.
Je pense pouvoir t'écrire tout cela, parce que je suis très très libre dans ma vie prof. je me suis très souvent plantée, j'ai aussi parfois plutôt bien réussi.; en ce moment j'ai peur si tu savais, mais je sais que cette peur qui m'accompagne on peut aussi l'appeler courage cela dépend comment on la regarde.
Lance ta boite de pull c'est le moment :):)

lunelo a dit…

tout ce que tu as appris en animation est transferable a mon avis, sur de l evenemntiel solidaire, de la formation manageriale team building, de la gestion de projets.... pt etre un petit travail de mise a plat sur le papier a realiser.il y a plein de pistes a creuser que tu pourrais explorer quand tu n'es pas en goguette. a mon sens il est tout a fait normal et sain que tu trouves cette activité limitée puisqu elle l'est ;) mais c est un peu comme des graines a faire , une base bien riche

bon anonyme est un peu trashy a mon sens mais la ou je la suis et c est bien l hopital qu ise fout de la charité la peur n'est que de la peur. ou en zen la boue n'est que de la boue.
Les pulls c est une idee ou pas a toi de voir si tu reprends si tu as envie de monter une affaire car tout le monde n'a pas la fibre entreprenariale meme si c est tres a la mode en ce moment de monter sa boite.... pourquoi ne pas faire marcher ton petit rezo blogo via mai notamment et egalement demander des mini interview aux sites de memes tricoteuses pour savoir comment ils ont geré leur business model pour que cela soit viable? il y a des boites qui se sont lancés et se maintiennent c 'est donc possible j'ai une copine belge qui a acheté une barboteuse en tricot pour la naissance de sa niece une boutique situeé dans le 17eme il y en avait pour plus de 130€. tous les prix peuvent se justifier c'est juste a toi de voir ce que tu proposes,et pt etre ta clientele ne se trouve t elle pas forcement dans ton lectorat, tu pourrais faire aussi des cours de tricot et en profiter pour vendre des pulls dans des aprem salons de thé ou autre, des salons arty.... Bref la premiere question c 'est de quoi as tu envie et 2 de quo ias tu besoin pour mener a bien cette envie? besos
lunelo aka lopitalkisefou2lacharité

Anonyme a dit…

Bonjour marie,
c'est la première fois que je commente malgré de nombreuses lectures de ce blog.
Quand j'étais ado, j'avais de beaux rêves et je me voyais plus tard gagner très bien ma vie et faire des tas de voyages. Je me suis mise à cette époque une grosse pression car mes parents sont aussi un modèle de réussite en partant de rien. Et j'ai toujours rêvé de faire encore mieux. Du coup j'ai toujours eu un rapport à l'argent très trop économe. Depuis mes premiers petits jobs j'ai toujours mis de côté. Capitalisé sur mon avenir. J'ai bossé en tant que styliste et j'ai rencontré à ce moment celui qui partage ma vie. Et le rencontrer m'a fait quelque part renoncer à ces projets de vie à l'étranger, de vie ultra créative et inspirante. Quand il m'a fait comprendre que mon boulot ne me plaisait plus, il m'a poussé à ouvrir ma propre boutique. J'ai tout lâché pour me jeter dans l'inconnu, et l'incertain. car comme tout un chacun, je suis ambivalente, ultra économe, angoissée par l'échec, mais en même temps j'ai besoin de folie et de me trouver ma propre voie. Cela fait six ans que j'ai ma boutique, j'en chie un peu, même si depuis 3 ans je me fais un salaire (de pauvre, le smic j'en rêve)
Je suis heureuse de me lever le matin, mais j'ai été comme ton ami confrontée aux remarques sur mes prix de vente, dans mes créas ou les marques que je revends (à des prix que je considère raisonnables )
Au début je prenais comme un coup de poignard toutes ces remarques, cela me blessait terriblement. Je me remettais en question, mais je n'ai jamais cédé. Mon prix il est comme ça, je n'oblige personne, si je fais un prix à quelqu'un je devrais le faire pour tout le monde. Je préfère être équitable. Et quand les fins de mois sont dures je me dis qu'il faut tenir la barre. J'ai réussi aussi pendant ces années à me détacher des envies compulsives de posséder comme les autres. J'ai utilisé mon argent sciemment, avec mon mari on a une maison, un chien, un prêt. Mais en vieillissant je me suis rendue compte que souvent quand on me demande ce que je voudrais, je mets un temps fou à répondre. Je ne fais plus de listes rêvée de cadeaux, je ne suis plus en "manque". A part de beaux voyages qui créent de nouveaux souvenirs et un enfant, j'ai l'impression d'avoir touché du doigt la sérénité, même si mon présent est très différent du futur que je m'étais rêvée. J'ai encore des regrets, mais à 32 ans je me dis que tout est encore tellement possible. Mon mari est un modèle de réussite, et il me pousse à continuer.J'ai écris un bon pavé, mais voilà, un premier commentaire!

Faust a dit…

Salut Marie,

Merci pour ce post (et tous ceux d'avant en fait, je lis tout assidûment depuis des années et ne commente presque jamais, je ne sais pas trop pourquoi).
Je me questionne aussi pas mal en ce moment sur la notion d'argent, et j'ai eu un déclic il y a peu.
J'assimilais l'argent à une notion de pouvoir. Ne pas en vouloir ou le rejeter (ne pas vouloir qu'on m'aide, financièrement parlant, ne devoir rien à personne - au sens financier-) était synonyme, chez moi, d'un rejet de pouvoir (alors que j'avais vraiment le sentiment d'avoir du pouvoir sur ma vie - que je gère toute seule financièrement, comme une grande).
J'ai écrit dans un de mes carnets "L'argent donne du pouvoir. Je ne veux pas de pouvoir, donc je ne veux pas d'argent ?". C'est très lié à ce que tu dis je trouve, quantifier ses compétences, quantifier un savoir. Se sentir capable de quantifier, avoir le sentiment de valoir quelque chose (au sens propre comme au figuré).
Petit à petit, je commence à comprendre tout ça, et à m'en détacher. L'argent est un outil, simplement un outil. D'accord, il est bien plus facile de vivre quand on a de l'argent, mais il n'a de la valeur que parce que toi et moi décidons qu'il en a.
J'habite à Lyon, et j'air récemment fait changer 10 euros en gonette, future monnaie locale. Je me suis retrouvée avec quelques bouts de papier, sans aucune valeur effective, et me suis dit que voilà, l'argent n'était que du papier, qu'un outil, et qu'un outil, ça s'utilise.
Alors essaie de l'utiliser Marie, pour toi, parce que ce que tu fais, partages ici, ça vaut vraiment de l'or. J'y viens tous les jours, et si ma venue quotidienne peut améliorer ton quotidien, financièrement parlant (parce que moralement je suppose que c'est déjà le cas : avoir des lecteurs c'est super chouette j'imagine) et ba ça me ferait vachement plaisir.
Bises

Faust

Céline a dit…

Il faut que tu te dises qu'il y a un marché pour toutes les offres (ou presque) donc peu importe ce que pensent les personnes que tu ne cibles pas avec ton offre (l'exemple de tes pulls et des personnes les trouvant trop chers).

Si tu penses avec une logique de "ça semble trop cher" alors je ne fais pas, et bien il n'y aurait pas à l'heure actuelle autant de produits positionnés haut de gamme. Et je pense qu'un pull 100% fait main (et avec amour) est forcément plus cher qu'un pull fait par une machine dans une usine au Bangladesh (H&M mon amour ;) ).

Enfin bref, tout ça pour dire que si tu as envie de vendre tes pulls et qu'en face tu trouves une clientèle (même petite) alors vas-y fonce !

Et idem pour ton blog, tu as un talent d'écriture certain et tu mériterais de gagner un peu (ou beaucoup) d'argent pour ça. Au moins pour compenser ton temps investi. Personnellement je viendrais toujours te lire avec plaisir même si une pub s'affichait sur ton blog ou si tu faisais des billets sponsorisés car je saurais que la vraie Marie resteras toujours une Chic Fille ;)

Des bisous, smacks, give me 5 !
Céline

The Helalogy Blog a dit…

En lisant ton post, je ne sais même plus si je dois me considérer comme une acheteuse compulsive ou pas. Pour l'instant, je n'ai pas réussi à mettre de l'argent de coté pour une autre raison qu'acheter finalement un truc très cher...
Quand mon argent ne pars pas dans la bouffe, il part dans des fringues. Et depuis que j'ai commencé un blog mode, je me sens un peu mal parce que j'ai comme l'impression que pour se faire sa petite place, il faut plutot présenter des pièces récentes, ultra originales et qui sont encore en magasin, et non les dernieres pièces achetées dans les outlets, dans les ventes privées ou autre. Et puis il faut avoir du matos pour innover... J'aimerais vraiment que ce que j'essaie de partager sur mon blog soit lu, même si ça peut paraitre égoiste, mais j'ai l'impression que l'argent et la consommation constitue une vraie bride. Donc d'un sens si je me met a dépenser plus à un moment, ce serait limite malgré moi ... M'enfin. Merci pour ce post !

Gus a dit…

Salut Marie, je ne commenterai pas tout ton article, car tu lances différentes pistes, mais ce que je relève, c'est encore des complexes.
Cette fois, ce n'est pas un complexe physique, mais un complexe lié à ta position sociale dans le monde du travail. Je suis particulièrement frappée par ton commentaire en réponse à Lunelo. Tu te justifies et cherches à prouver la valeur de ce que fais, en insistant sur les responsabilités, la gestion d'équipes, l'importance des structures. mais pourquoi ce besoin de justification? Parce que tu sembles clairement "honteuse" de ce job.... c'est dommage, personne ne te juge, ne te raille ou ne montre de déception quant à ce que tu fais dans la vie.
Arrête de focaliser sur tes cuisses qui frottent, sur ton étiquette de travailleuse sociale.... arrête de te déprécier. Tes compétences et ta valeur se trouvent ailleurs que dans ton taff, et tu ne t'en rends mas compte. Regarde le nombre de lecteurs qui te suivent, la façon intelligente que tu as d'écrire et de réfléchir... tu exploites tes compétences, juste, ce ne sont pas elles qui te rapportent de l'argent. Et alors?

Marie a dit…


céline: ah tu es très économe… c’est marrant (enfin façon de parler) t’es tout et son contraire.
C’est cool d’avoir eu ton point de vue, merci!
Bise

Anonyme: Bon, contre toute attente (parce que le ton est un peu professoral parfois mais bon, c’est aussi le ton de mon post qui permet ça) ton commentaire m’a fait beaucoup de bien.
Oui tu as raison sous plusieurs aspects, pas tous mais la majorité.
Et oui, 5 lecteurs qui me disent ça et je doute… parce que je doute en soi et que ça me coûte de passer au-dessus de ça même si, pour le commun des mortels ça n’est rien. Je sais que c’est idiot et démesuré.
En tous cas merci parce que je sens vraiment de la bienveillance dans ce que tu dis.

Lunelo: Merci. Y a des pistes intéressantes dans ce que tu dis. Merci vraiment (et oui, c’est vrai, mon lectorat ne peut pas forcément être ma clientèle).

Anonyme: Tu as développé une vraie ambition, c’est hyper bien et surtout vachement inspirant. Merci d’avoir partagé ça ici.
Tu as bien fait de ne pas céder.
Je t’embrasse et merci pour le commentaire

Faust: Oui c’est juste un outil, j’y investis sûrement ma valeur et ma morale ce qui forcément me fait aller vers une direction pas adaptée.
Oui moralement mon blog m’apporte beaucoup.
Je t’embrasse

Céline: Oui c’est vrai tu as raison!
Merci beaucoup pour tes gentillesses

The Helagy Blog: Ah les blogs mode c’est le drame, je crois que j’ai abandonné l’idée de « blog mode » pour moi quand j’ai compris que je ne pourrais pas suivre financièrement et que j’allais trop dépenser… j’ai donc lâcher l’affaire et ai dirigé mon blog dans une autre direction


Gus: Non il ne s’agit pas de honte, je listais simplement les choses qui me plaisaient dans cette profession, je ne faisais pas de listes pour montrer que c’était valable. Je ne fais pas dus octal mêmes je comprends qu’on puisse confondre :-)
Bise

anne a dit…

salut Marie,
idem je viens ici très souvent mais je ne comment quasiment jamais, mais là ça fait écho à une conversation très récente qui m'a fait beaucoup rire et donc je me lance !
je suis un peu comme toi, j'ai été élevée dans l'idée qu'il ne fallait pas "faire sa crâneuse" et donc je suis incapable de me vendre au boulot, et l'argent a tendance à me glisser facilement entre les doigts, mais plus dans le genre je paye ma tournée que je vais faire une razzia chez H&M :)
je suis juriste en entreprise et récemment je discutais avec mon parrain dont le fils est avocat (déjà pas la même ambition) qui était atterré qu'à 30 ans passé je gagne si peu d'argent (à ses yeux) et surtout que je m'en balance complètement. je pense qu'en plus de penser que j'étais quand même pas bien débrouillarde, il a du se dire que j'étais super paresseuse de pas être capable de me vendre correctement et de m'en satisfaire au motif que ce job avait aussi en contrepartie une super qualité de vie.
Pour ma part, je suis en paix avec ça, je sais ce que je vaux, si c’est reconnu, tant mieux, si ça ne l’est pas, tant pis j’irai voir ailleurs le jour où la situation ne me satisfera plus (je l’ai déjà fait, je peux parfaitement le refaire)
Mais il est vrai qu’aujourd’hui le rapport à l’argent et au faite de savoir « en faire » est devenu une norme sociale valorisante et que tu passes un peu pour une conne quand tu dis que non toi, tu continues à faire les choses sans y penser. Faire un blog sans le valoriser comme toi, clairement aujourd’hui c’est la grosse rébellion ! après c’est dommage si c’est le cas parce que tu ne penses pas que tes écrits valent autant que les autres, parce que tu as un blog très intéressant et très bien écrit !

anne sophie a dit…

Merci de m'avoir lu, je reviendrais poser un troisième commentaire, j'avais zappé que l'on pouvait mettre son prénom. Ce qui est très bizarre c'est qu'hier soir j'ai discuté de tout cela avec ma soeur. Et le plus étonnant c'est qu'elle qui a développé un méga parcours professionnel, qui gagne très bien sa vie, elle n'est pas complètement heureuse. Il lui manque un partenaire de vie, un enfant. Et même si elle a réussit et peut s'acheter les paires de pompes qu'elle veut, partir en voyage, poser des jours ( ce que je ne pourrais jamais faire moi avec ma boutique, je vois mal mettre un petit mot genre "j'ai pris mon vendredi!) et bien on a toutes quelque chose qui nous manque. Il y a toujours un goût d'inachevé. Je pense que lorsqu'elle achète, elle achète aussi pour combler une solitude. Bref, l'argent est un révélateur et notre relation avec dicte aussi notre manière d'être ou de nous comporter.
Merci en tout cas de continuer à écrire, tu es toute aussi inspirante.
:) (seconde anonyme = anne sophie)

Maud a dit…

quand je vois le nombre de blogeuses mode qui ne se foulent pas ( juste des pauvre photos, toujours les mêmes poses, peu de texte bref c'est naze!) et qui gagnent un max d'argent avec des photos sponsorisées, je suis un peu déçu que toi avec un talent d'écriture indéniable tu te mettes autant de barrières... et d'un autre côté c'est ce côté résistance, "village gaulois" que j'aime dans ton blog. Parceque tu te poses des vraies questions de fonds sur le côté mercantiles des choses et leurs valeurs! leurs VALEURS!!! Diantre tu n'essaies pas ne vendre le denier sac à la mode qui coûte un bras mais quand même hein! il est juste PARFAIT et INDISPENSABLE!!!!
Même si je sens dans ton écriture que tu t'imposes des limites ( freins liés à ton histoire personnelle, éducation...), et je comprend tout à fait puisque je suis pareille dans un sens et que je suis atteinte par ce fameux syndrome de l'imposteur qu'un commentaire précédent à mentionné, je pense que tu as la chance incroyable d'avoir du talent. ce serait dommage de te limiter parceque des complexes et des peurs te freinent ( genre faite ce que je dis mais ce que je fais :))

Lucie a dit…

C'est dommage que tu ne considères pas tes talents comme "légitimes" (je le vois comme ça). Que ce soit le tricot, l'écriture, ta capacité en conseil, je pense que c'est qu'une question de confiance en soi de savoir qu'on mérite d'être payée pour nos talents. Confiance et valeur. Quand on s'estime on estime ce qu'on fait, ce qu'on fabrique, ce qu'on pense.
gros bisou

Anonyme a dit…

archi intéressant ce sujet de ta "valeur"!!! et celle de "ma" valeur !! bien évidemment que la valeur ne se mesure pas en argent,mais pourtant c'est dur pour mon cerveau de complètement déconnecter les 2 éléments. moi j'ai toujours souhaiter gagner de l'argent juste pour la reconnaissance ..; (dépenser l'argent, je m'en fous, je n'aime pas ça, j'ai l'impression d'être esclave des pubs qd je dépense et je déteste avoir ce sentiment). Bref je suis une pince (;)!) en revanche, j'aime gagner de l'argent, pcq l'argent c'est l'estime que mon boss me porte. J'aime être augmentée non pas pour dépenser plus, mais juste pcq c'est de la reconnaissance;… Ca craint…en me déchirant comme ça, je me dis que je suis très proche des filles qui sont les femmes de leur mec et qui ont besoin d'avoir de gros cadeaux en signe que leur mec les aime…je déteste ce genre d'approche et moi j'attends la même chose avec mon boss….c'est bizarre…il faut continuer à réfléchir….

Dali a dit…

Tu as beaucoup de talent.Tu as une belle ecriture. Tu dis des choses tres interessantes. Tu as beaucoup d'humour. Tu t'interesse à 1000 choses, mais pas de maniere superficielle. Tu as toujours un regard critique, tu poses des questions pertinentes, tu te fais aussi l'avocat du diable...
Tes choix musicaux...sont diversifiés et vraiment kiffant.
Ton style vestimentaire...simple mais avec du caractere.
Ton blog est à ton image je pense: original, personnellement marie la chic fille, mais qui sait s'adresser à une population variée.
Ton blog est une perle. Donc ton cerveau est une perle.

Coconut Wool. J'y ai acheté un pull et un bonnet. Effectivement ça m'a coûté un peu cher. Mais pas plus qu'une paire de Jordan. Sauf que mon pull et mon bonnet me tienne vraiment chaud.et personne n'a le même. En recevant mon colis je me souviens avoir eu un petit mot des créatrices. Mon seul regret est de ne pas avoir l'étiquette "Coconut Wool" dessus. Pour la posterité ;)
Marie saches que ce pull et ce bonnet sont lavés avec beaucoup de délicatesse. J'y fais très attention.

Voilà ce que je pense de ton travail.

Maintenant ce que je pense de ton dernier post:
Ca semble être un manque de confiance en toi level 1000.
Tu as clairement des capacités dans le domaine de l'ecriture, du tricot, de la mode, du management, du socio-educatif... En fait tu as tellement de choix...
Tu peux faire ce que tu veux de ta vie. Mais il faut que tu en sois convaincu pour mener à terme tes projets.
J'ai aucune confiance en moi. Peu d'estime de moi. Je donne l'impression d'être forte, de savoir ce que je veux, de ne pas me laisser marcher sur les pieds. Mais interieurement je suis tout le contraire. Il me faut beaucoup de temps pour me lancer dans un projet. Mais il me suffit d'une critique pour que tout s'effondre en moi. Un chateau de carte.
J'ai pas l'impression de valoir beaucoup. Alors je fais un métier peu valorisant (aide soignant). Ca s'étend jusque dans mes relations "amoureuses"

Je ne te connais pas. Je me trompe peut être. Mais ne te laisse pas entraver par cette fausse impression (parceque: oui tu es une chic fille et en plus tu es une jeune femme douée) Fais tout ce que tu as envie de faire pour ne rien regretter.

Kissou. Dali.

Constance a dit…

Quand j etais a la fac, j etais en decouvert
quand j etais en these, j etais en decouvert
maintenant je gagne bien ma vie, je suis en decouvert

Je n achete rien de cher.
Je m habille chez Zara et H&M, et je refuse de mettre 1000 euros dans un sac en cuir!
Mais je dilapide simplement sans compter.

C est ca qui est important pour moi, de ne pas compter.

Anne-Marie a dit…

J"apprécié énormément ton blog ferrailleurs je te remercie de me continuer à le créer....
Je pense que je l"aime en partie grâce à l'absence de pub et d'article "sponsorisé" bcp de blog mode etc m"ont vite saoulé avec leur côté "pro" qui flirte entre dévoilement d"une certaine intimité ou pensée propre et réponse immédiate que le mode consumériste....
Donc je suis super contente que ton blog soit si personnel

Par contre cela me peine que tout ton talent et finalement ce travail que tu fais ici ne te rapporte pas plus que ce soit argent ou reconnaissance ou réseau ou qqch....
Bon ca t"apporte des échanges.... mais avec le temps il me semble légitime que ça devienne plus constructif,,,,

Peut être que Tu peux faire de la pub ou des articles référence que pour des trucs que tu aimes vraiment avec un sens éthique aiguë et absolue ?!....
Devenir en qq sorte un blog mode intello pour adultes critique ....je dis n'importe quoi....
J"aime vachement tes vidéos....
J"aime beaucoup le blog de Mai et les vidéo d"ina/solange te parle .....
Je pense à un truc de niche,,,, qui soit vraiment toi sans compromis mais qui te rapporte un peu d'argent
Il y a peut être moyen ????
Une chaine fou tube intelligente et créative ???!!!! Avec de l'humour de la zik de la profondeur des bouquins des films ...et de la laine !!!...,, un concentre de TOI .....?
Je crois qu'"il faut vraiment faire avec ce que l'on est profondément....

A vrai dire le pb que tu souleves me parle....J"ai du mal à bien gagner de l'argent car je pense encore que c'est futile pas pour moi interdit impossible....
Je vais suivre l'avancée de ta réflexion avec grand intérêt.,,.
Sinon Je lis Mona Chollet grâce à toi merci !!!!
Et demain je vais écouter Christine angot ....

Des bises et pleins de merci à toi qui délivrés tant de choses intéressantes.....

Anne-Marie a dit…

Dernièrement j"ai participer à une levée de fonds pour la blogueuse bd laurel qui auto édité sa dernière bd... sur le site ullule
Elle espérait 9000 euros pour rentrer dans ses frais...elle en est à + de 150 000 !!!
Il existe donc des moyens aujourd'hui de financer un projet
Ca peut peut être être ton cas ?

Clairette a dit…

On sent avec ce poste que tu essaies d'ouvrir une porte qui coince, et je trouve ça top que tu finisses par te lancer sur ce sujet un peu douloureux sans doute. Malheureusement certains ont compris que tu avais besoin d'être rassurée alors que je l'interprète plus comme une demande d'échange d'expérience; comme toujours.
Aujourd'hui ce qui est important dans le monde pro c'est l'initiative, la créativité, l'entreprenariat. Je suis très admirative des gens qui se lancent sans donner l'impression que c'est un effort, car moi je n'y arrive pas. J'ai des idées mais aussi par manque de confiance ou de légitimité ça me bloque. Je déplore que la société se base sur ces critères à ce point, nos ancêtres étaient plus des petites mains que des entrepreneurs et personne venait leur casser les burnes, il fallait bien manger et faire vivre le foyer. On a le droit juste d'avoir moins d'ambition je pense non ? Tant que tu fais un minimum ce que tu aimes et ce que tu es, si on s'en tamponne de gagner 15000 balles par mois au final ça gêne qui, tant qu'on est en phase avec soi ? Petite anecdote au passage : aux Etats Unis cet été, on discute avec le père d'un pote ricain qui nous demande ce qu'on fait dans la vie, une pote dit qu'elle bosse pour une librairie anglaise, il lui demande en retour "et vous avez des parts?" et on a éclaté de rire. Ce n'était pas méchant, c'est juste leur système de pensée à un certain niveau je crois, l'entreprenariat est tellement normal que juste être vendeur n'est quasi inconcevable pour eux (ils avaient un certain niveau de vie je précise).
Après bcp de réflexion, j'ai décidé d'accepter qui j'étais, mon "profil" de non entrepreneuse et d'en tirer partie, pour l'instant ça me plait. On a pas tous les mêmes forces ni les même priorités. Moi ça me va bien de faire des heures de bureau et de garder mes loisirs à côté, j'en ai besoin pour mon équilibre et mon épanouissement, je serai malheureuse autrement. Ce qu'on ne dit pas, c'est que les entrepreneurs ont souvent un rythme de merde, leur vie est leur job, il faut aussi pouvoir l'accepter (je vis avec un, alors j'en sais un peu qq chose). Il me semble que tu fais ce pour quoi tu es compétente finalement, peut être qu'il te faut juste l'accepter et ne pas avoir de regret?
Merci comme toujours de lancer ces belles réflexions qui nous font du bien à tous !

État civil : Célibataire a dit…

Coucou ! Tu dis que tu fais des boulots alimentaires, mais je me demande : est-ce que tu vas toujours vers un seul domaine ? Peut-être que le simple fait de jeter un coup d’œil aux annonces qui avant ne te tentaient pas serait une bonne chose ? Certains boulots puissent ne pas sembler attirants mais ça peut aussi être une belle découverte, j'ai déjà vécu une situation pareille (mais pas par rapport au travail) et je me suis passionnée pour quelque chose qui me semblait horriblement ennuyeux au départ ! En tout cas je croise les doigts :)

Goelen a dit…

Oh comme ça me parle cet article !
J'ai le même souci pour évaluer la monétisation de mes compétences. Les évaluer tout court d'ailleurs. Je trouve ça vachement plus facile d'aider les autres à être surs de leur demande vis-à-vis de leur capacités que pour moi.

Concernant l'exemple de tes pulls et gilets à une époque, je faisais partie de ceux qui trouvaient ça vachement beau mais je n'avais pas les moyens de me l'offrir. Non pas parce que c'était surévalué (ça ne l'était pas assez) mais parce que mon salaire de l'époque ne me le permettait (et pis que j'ai du mal à mettre au-dessus de 80€ dans une fringue aussi mais c'est un autre débat).

Je crois qu'on a tellement pris l'habitude d'avoir accès à des vêtements ou autres objets neufs bradés (parce que fait par des ouvriers dans des conditions déplorables par exemple) qu'on en oublie la valeur réelle du travail. Et du coup en réagit en se disant "ah mais non c'est trop cher". Et qu'en réagissant comme ça (moi la première, je ne juge personne), on pousse certains à aller toujours vers les plus bas pour être compétitif au détriment de salaire décent et juste. Et donc d'une vie correcte, en poussant la réflexion jusqu'au bout.

J'essaie de plus en plus de me tourner vers des achats que j'appelle moi responsable, c'est-à-dire du travail de qualité à un prix juste, quitte à acheter moins.
J'essaie de m'y tenir parce qu'en plus je crois très fort au fait qu'un créateur, artisan ou tout autre salarié doit être payé pour son travail, ce qu'il vaut réellement (pas ce que l'objet ou le service vaut sur le marché).

Même si c'est difficile des fois parce ça sous-entend se priver de certaines choses. Mais bon en ai-je vraiment besoin ?

Merci Marie pour tes posts toujours justes et inspirants et pour ton blog de manière générale :-)

Anonyme a dit…

tes pulls étaient très beaux et je ne gagne pas une blinde,et je ne trouvais pas ça cher pour du fait main. Là je commence à tricoter et c'est un sacré boulot, donc 5 euros, c'est pas cher payé...
Pour t'éviter cela, propose tes créations dans des points de vente. Si tu avais posté un lien, sans dire que c'étaient tes pulls, je peux te dire que les gens auraient acheté sans se dire "je me fais racketter".
Un pull chez american vintage coûte dans les 100 euros, chez and other stories; idem, même chez asos , les acryliques coûtent 50 , voire 60... donc franchement!
le pb c'est qu'on est trop habitués à acheter du fait à la chaine par des gens mal payés et qu'on ne sait plus combien coûtent les objets.
je me suis mise au tricot pour avoir conscience de la valeur des choses et aussi pour m'offrir de belles choses qui sont hors de prix pour moi comme un gros gilet fait main. Si on se remettait à fabriquer de nos mains, on jetterait moins , on consommerait moins, et on serait conscient que tout ne tombe pas du ciel, on serait plus respectueux du travail des artisans.

LNK a dit…

Bonjour Marie,

Quand j'ai lu ton article j'ai repensée à des conversations que j'avais avec des amies sur l'argent et le salaire. On était à un moment de nos vies où on devait donner notre taux horaires et où on commençait à négocier notre salaire. Ce prix, au départ on l'a vu comme le prix qu'on VALAIT, ensuite, on l'a vu comme le prix qu'on MÉRITAIT. Enfin, on a aboutit à une autre manière de voir les choses: ce prix, ce serait celui qu'un DEMANDERAIT.

On s'est rendues compte qu'on ne gagnerait pas ce qu'on mériterait, mais ce qu'on demanderait, ce qui est complètement différent, on est d'accord.

Après ça m'avait fait repenser à ce syndrome de l'imposteur: pour me sortir de cette histoire, j'ai finit (en tous cas j'en suis là) par me dire que si j'étais là, si je gagnais ce salaire, si j'exerçais cette profession, ce n'était pas uniquement dû à la chance ou au hasard (de toute façon, je ne crois pas au hasard), mais que c'était AUSSI dû au TALENT, que d'avoir du talent, peu importe lequel et en quelle proportion, ce n'était ni une honte ni une prétention (notamment sociale).

En fait, j'ai finalement compris qu'à travers ces problématiques de gestion d'argent, il y avait autre chose. Que là où ça coinçait (en tous cas pour moi), c'est que je m'excusais d'exister.

Un pull produit 100X de manière artisanale estampillé Chanel: 700/800 euros ?
Un pull tricoté par Marie: 130 euros.
Tout le monde ne pourra et/ou ne voudra pas s'offrir l'un de ces deux pulls.
Pourtant ils vont se vendre l'un comme l'autre, j'en suis sûre.

affaire à suivre ?

Anonyme a dit…

Bonjour

Je ne partage pas tout-à-fait l'idée que l'argent est "neutre" : je comprends si ce sont nos choix, ce que nous faisons avec cet argent qui pourraient être imbibés d'une valeur morale ou non. Comme nous vivons dans une société de consommation, nous sommes définis par notre état de consommateur, et donc nos achats (ou nos non-achats) sont peut-être un des moyens les plus efficaces d'agir sur notre société.
Mais comme on a tous pris l'habitude d'être entourés d'abondance de produits peu chers, pour en revenir à ta problématique concernant les réactions des gens face au prix de tes pulls, les gens ne connaissent plus le prix réel des choses(c'est-à-dire le prix qui comprend une juste rénumération de l'ouvrier). Je vois souvent des gens scandalisés par le prix de produits "made in France" mais il ne faudrait pas oublier que, même avec une marge réduite, ce prix élevé inclut un salaire minimum, une protection sociale, une sécu, une médecine du travail, des congés payés etc... Et que tout cela coûte cher. Un produit peu cher c'est un produit fabriqué en Chine, en Inde ou au Bangladesh dans des conditions d'exploitation qui s'apparentent à une forme d'esclavage.
Là où du coup j'ai du mal avec l'idée de l'argent "neutre", c'est que, pour aller plus loin, si l'argent peut être considéré comme un outil capable de faire le bien, ou le mal, je pense qu'un système basé sur l'argent est fondamentalement inégalitaire; il engendre des rapports de pouvoir: celui qui a de l'argent a plus de pouvoir (et donc de liberté) que celui qui en a moins, et celui qui en a très peu tolère d'être asservi pour survivre.
Dans certaines sociétés de Micronésie, jusqu'au 20e siècle et l'arrivée des occidentaux, l'argent n'existait pas: ces peuples pratiquaient exclusivement l'échange d'objet contre objet, le troc quoi. Ces échanges étaient vécus comme des cadeaux, dans le sens ou c'était un honneur et un vecteur de lien social d'échanger avec quelqu'un. Ce qui est intéressant à signaler, ces que ces peuples et ceux qui ont pu fonctionner de manière similaire au cours des âges, n'ont jamais connu la guerre...
Si tu es "nulle en argent" comme tu dis, pour moi cela signifie simplement que tu n'es pas particulièrement adaptée au mode de fonctionnement de notre société, et que cela n'est un défaut seulement si tu le considères comme tel. Si tu te juges avec les critères notre société basée sur l'argent, alors tu peux te considérer comme défaillante et inadaptée. (mais on est nombreux dans ce cas-là...) C'est frustrant de ne pas être dans les premiers de la course, mais les premiers sont souvent ceux qui manquent le plus d'empathie, ont le plus de facilité à écraser les autres pour réussir...; ces personnes ont des personnalités qui se rapprochent de celles des psychopathes (ce n'est pas moi qui le dit, c'est une étude très sérieuse qui avait été menée par un psychologue qui avait étudié les profils des traders, grands dirigeants etc...) On est dans un monde où ce ne sont pas les gens altruistes et sensibles qui ont le pouvoir, et où les valeurs de générosité, d'intégrité, de remise en question, d'honnêteté, valeurs dont tu sembles plus que pourvue, ne sont pas des valeurs dominantes.

Anonyme a dit…

...Si tu essayes, avec ton blog, de rentrer dans le moule, je pense que tu risques d'y perdre beaucoup, pour la simple raison que si ton blog a autant de succès, c'est justement pour son côté "dissident". Pour moi, monétiser son blog, c'est très délicat, c'est prendre le risque qu'il devienne un moyen et non une fin. Le problème majeur des blogs qui se sont monétisés, c'est qu'il ont perdu cela même qui faisait leur intérêt (au contraire des magasines féminins), ils ont perdu leur sincérité. Devenir à la merci des exigences du lectorat devenu clientèle, des partenaires, etc, transforme les blogueurs en prestataires de services comme les autres, attaqués par leur lecteurs quand ils déçoivent, puisqu'ils deviennent eux-mêmes des produits de consommation. Savoir se vendre, cela équivaut à se prostituer. A priori on achète des objets, pas des humains. Se vendre voudrait donc dire se considérer soi-même comme un objet.

Peut-être que c'est justement la non-monétisation de ton blog qui permet des billets de qualité et attirer justement un public différent qui ne vient pas pour consommer. Peut-être que cela garantit ton indépendance et ta liberté. Peut-être que si ton blog s'était monétisé, il ressemblerait aujourd'hui à tous les autres.
Peut-être que justement, le fait d'avoir gardé ta liberté, ton indépendance, a garanti une certaine qualité dans tes écrits, qualité qui te permet d'avoir une reconnaissance, d'attirer des lecteurs qui aiment ce que tu écris et pas ce que tu vends.Tu n'as pas à rougir d'être différente, qu'au contraire tu devrais assumer ta différence et valoriser cet atout. Tu ne serais pas autant lue et appréciée si tu étais comme les autres, interchangeable. Tu critiques ce qui fait ta singularité, alors que c'est cela qui fait ta force. Si tu prends confiance en toi et que tu fais ce que tu aimes, ton talent sera reconnu à sa juste valeur (parce qu'heureusement, on a terriblement besoin de gens comme toi...) Peut-être, qu'à terme, c'est cela qui te permettra de publier un livre un jour. Certaines choses prennent du temps.
Mais les choses qui prennent du temps sont souvent les plus grandes, les plus belles...

Tessa a dit…

Anonyme n°6 est un peu dure mais elle a pas mal raison. Les gros pulls style tricotés main, (et vendus à un prix élevé) c'est la grosse tendance en ce moment, lance toi !! en plus si ça te fait envie, fonce !!

Agnès a dit…

Comme je te comprends Marie ... Parce que j'avais aussi cette gêne de 'gagner' (alors en tant que créatrice qui doit vendre sa came on va dire que c'était pas l'éclate) et puis le temps à fait son office, et j'ai appris à passer outre les commentaires dont tu parles du genre 'oh mais c'est cher dit donc'...oui c'est fait AVEC MES PETITES MAINS PAS PAR DES CHINOIS PAYES 2$ PAR MOIS. Au début ça irrite après on se rend compte que c'est vraiment une question de mentalité (et de manière plus globale d'éducation j'ai l'impression) il y a les personnes qui se rendent compte du travail que ce que tu crées représentes, et ceux qui comparent avec des grosses enseignes, au final le comportement des gens en dit plus long sur eux que sur toi.

Le seul 'conseil' que je peux te donner (à ma petite échelle) fait ce qui te plait, mets au prix qui te semble juste (je sais c'est dur de mettre des chiffres sur quelque chose qui vient de toi, mais ton travail mérite son du ! ) et essaie quelque chose si ça te trotte dans la tête depuis un moment.

PS: tu as une acheteuse potentielle :)

bisous

Estelle a dit…

Comme je commence a gagner ma vie depuis peu je me suis posé énormément de questions à ce sujet. J'ai d'abord été très frustrée de ne pas gagner autant que je l'espérais, au regard de mon niveau d'études et de mes compétences. Je me suis aussi sentie prétentieuse d'avoir espéré plus alors que plein de gens plus compétents que moi ne sont pas payés plus, et que personnellement je ne crois pas avoir besoin de plus. Je ressens aussi beaucoup le syndrome de l'imposteur depuis que je travaille à mon compte et que je ne me sens pas légitime à me faire rémunérer aux prix du marché (que je trouve indécents). Bref, beaucoup de contradictions...

Pour ce qui est de la monétisation de ton blog, moi je trouve très appréciable qu'il n'y aie pas du pub.

C'est peut être un peu hors sujet, mais en te lisant j'ai pensé au blog de Lionel Dricot, qui parle de beaucoup de choses, et entre autres choses de monétisation, du prix libre, de l'accès à la culture, etc, et dans cet article il explique pourquoi et comment il rend ses textes "payants", sans passer par la publicité :

http://ploum.net/ce-blog-est-payant/

Toi qui n'es pas à l'aise avec le fait de se faire payer, tu ne t'y reconnaitra peut-être pas, mais le propos est intéressant.
C'est aussi sur son blog que j'ai entendu parler pour la première fois du "revenu de base". Depuis je suis naïvement convaincue que ça réglerait bien des problèmes :)


Au plaisir de te lire,

Des bisous

Marie a dit…


merci pour tous vos commentaires et vos pistes de réflexion.
Anonyme (le dernier à poster en 2 fois), ton commentaire en plus d'être ultra riche m'a finalement permis de voir les choses sous un autre angle. Profondément je veux dire.
Merci sincèrement d'avoir pris du temps à commenter.

ELISE R. a dit…

Marie,

j'ai douze posts de retard au retour de mes mini vacances parisiennes... Et je ris, mais tellement. Je viens juste de me plaindre auprès de mon mec en lui disant que je trouve toujours le moyen de dépenser l'argent que je n'ai pas.
J'ai 25 ans, un bac +5 et je gagne actuellement environ 500boules par mois, pas très glorieux quoi. Mais en fait, je m'en fiche. J'ai pas d'enfant, j'ai pas de prêt, j'ai pas de voiture. Je n'ai que deux "catégories" de dépenses : les factures (loyer, élec, téléphones..) et les plaisirs. Dans les plaisirs je range à peu près tout : la bouffe (ma passion numéro un dans la vie), les fringues, les sorties (je vais au moins une fois par semaine au cinéma, au théâtre et voir des concerts, c'est beaucoup beaucoup mais je ne peux pas m'en passer)et la lecture (j'achète une tonne de livres : des romans, des bouquins de cuisine, des bouquins de photo et des livres pour enfants depuis peu...).
En somme, je n'ai aucune gène à me dire que je choisis de tout dépenser pour me faire plaisir et que je ne me retiens quasiment jamais à le faire. Bien sûr, il y a des moments difficiles, des fois où je me ronge les sangs en me disant que j'abuse. Mais je finis toujours par m'en foutre. On n'a qu'une vie, autant qu'elle soit riche en culture, en petites joies (tel un caddy bien rempli, où un passage en librairie ou une sortie de cinéma sourire aux lèvres...) plutôt qu'en fric qui sert à rien.
BISOUS !

Séverine Les joues rouges a dit…

C'est marrant Marie, je viens tout juste de lire ton article et une fois la dernière ligne lu j'ai instantanément pensé: "Enfin!"
Je veux dire, "Ah enfin elle parle de ce sujet".
C'est très étrange, mais effectivement comme tu le dis toi même tu/on parle beaucoup sur ce blog, mais tu n'avais jamais vraiment abordé ce côté là de la chose...
Et c'est VRAIMENT très intéressant!
Pardon, mon commentaire ne fait pas avancer le chmilblik, du tout, mais je voulais juste te dire que c'est super de parler de ton rapport à l'argent et à comment en gagner et "se vendre" sans pour autant "se vendre" si tu vois ce que je veux dire!!
Pas vraiment de piste pour aborder ça de façon moins chaotique vu que je suis moi même dans le questionnement par rapport à la "valeur" de ce que je crée...
Mais je pense, que de se poser la question et le verbaliser c'est déjà se rendre compte de l'état des choses et donc un pas vers plus d'harmonie,ou du moins de compréhension, non? (ouais je suis graaaave optimiste!!!)

Bon ben voilà, ça me fait penser qu'il faut que je réfléchisse à ça moi aussi...(j'ai pas une thune depuis toujours et je m'en fou mais je m'en fou, tellement que j'en viens à croire qu'il y a sans doute un petit problème avec ce relationnel "non existant" entre l'argent et moi....)

J'espère à bientôt sur ce sujet!
Bisettes


anonyme en deux fois (Cécile) a dit…

Eh ben je suis sincèrement très contente si mon pavé pas très clair a servi à quelque-chose... ;)
Merci à toi! :)