Pages

24.6.13

LA FIDÉLITÉ?

2000_441_11



(Ce lundi sera flamboyant)

Bon je vais encore devoir partir d'une émission de télé-réalité, je sais ça craint, mais vous allez voir c'est parlant.

Je regarde ( dans ma quête du pire certains diront ) Les marseillais à CancùnJe touche le fond mais je creuse encore ouais ) . Alors pour ceux qui sont dignes et qui ne regardent pas, je vais devoir vous expliquer 2 ou 3 trucs de "l'histoire".

Dans cette émission on suit des filles et des garçons du monde ( classe ) de la nuit marseillaise. Barman, gogo, serveuse, tout ça tout ça au spring break de Cancùn. Il s'y passe pas grand chose... Il s'y passe surtout beaucoup de seins et des jeans au délavage trop compliqué pour être honnêtes.

Et dans ce groupe il y a un mec qui s'appelle Antonin.

Ce mec il pécho tout ce qui bouge... Enfin toutes les meufs qui bougent ( peut-être même celles qui bougent pas tellement il est à fond ). Il roule des pelles sans arrêt. C'est tellement de pelles que tu te dis qu'il a le syndrome de la Tourette le mec et qu'il ne peut pas s'en empêcher.
Alors que, et c'est là où ça va se préciser pour ce post ,( oui parce que j'ai dû en perdre 2 ou 3 là :-) ), ce mec a une nana. Une vraie je veux dire, une vraie amoureuse. Et il est très amoureux d'elle, ça n'empêche pas...

Alors à froid, tu te dis que non, c'est pas possible, aimer quelqu'un et sortir sa langue dés qu'il y a la moindre occasion, c'est pas crédible. Quand on aime on aime c'est tout, on regarde pas ailleurs, on s'en fout.
Ouais à froid, c'est ce que je me dis aussi, mais... Mais je regardais ce mec et à le voir ( largué par l'amoureuse qui en a marre de ces frasques, normal ) j'étais absolument convaincue qu'il l'aimait, que le reste n'avait pas d'importance...

Mais si ça n'a pas d'importance, pourquoi prendre des risques qui pourraient faire capoter ce qui est vraiment important?

Aujourd'hui, je voulais parler avec vous de couple, de fidélité et d'engagement. Et je veux aussi que vous me parliez vous, de ce que vous en pensez.

Quand on prend le truc à froid, le couple c'est à 2 et c'est fidèle. En tous cas socialement, c'est difficile d'aller vers d'autres sphères que ça... déjà que le célibat est envisagé comme une tare, alors imagine si ta préférence c'est le triolisme, t'es pire qu'hors cadre, tu gênes tout le monde.

Dans mon cas à moi...

Je n'ai jamais été fidèle par sens moral, non, quand je suis passionnément amoureuse, il se trouve que je ne vois personne d'autre. Comme quand j'ai arrête de fumer... ca ne me demande aucun effort, je ne lutte pas contre mes désirs... C'est fastoche, le reste n'a aucune espèce d'importance.

Je ne supporte pas (c'est viscéral j'ai à peu près 4 ans de ce côté là) l'idée que mon amoureux veuille embrasser, même regarder quelqu'un d'autre. Ca m'est douloureux...

Mais ça ne m'est pas douloureux par amour, c'est même tout le contraire, ça m'est douloureux par orgueil et surtout par faille. C'est le sentiment de rejet que je n'aime pas.

Dans le fond, si j'y réfléchis bien, ce qui m'importe le plus, c'est d'être la préférée.

Donc, si je suis sûre de ça, que l'autre m'aime moi plus que les autres ( j'ai 4 ans j'ai prévenu ), que je suis celle qui compte le plus, pourrais-je envisager un autre type de relation, basé sur autre chose que la fidélité absolue, garantie et intransigeante si la moindre "faute" est commise?

Je m'interroge beaucoup ces derniers temps sur cette question de la fidélité? Au-delà de son aspect "je construis la société sur un modèle plutôt marital", la fidélité a-t-elle du sens? Vraiment? L'attachement profond ne peut-il être que fidèle? L'infidélité ne peut-elle vécue que dans la souffrance?

Rien que le mot "tromper", met en lumière l'aspect amoral de cela... Embrasser, coucher avec quelqu'un d'autre ne peut avoir du lien qu'avec soi, sûrement pas avec l'autre.
L'autre n'est pas forcément concerné par ça, alors finalement pourquoi lui dire? Pourquoi devrait-il souffrir de ça?

Est-ce qu'il est possible d'envisager la relation amoureuse au-delà de la monogamie? Peut-on sortir de l'orgueil? Peut-on ne pas souffrir de ça? ( J'ai plus que des doutes mais sérieux, ça serait une vision qui pourrait être intéressante).

J'aimerais vraiment savoir ce que vous pensez de ça, mais pas qu'au sens épidermique ( genre ça me fait mal alors c'est mal ), non de manière plus profonde? Qu'est-ce qui vous gêne ou pas dans l'idée de l'infidélité?
( l'infidélité de soi ou de l'autre que l'on aime bien sûr...)

Je vous embrasse...


64 commentaires

Linette a dit…

Je me pose exactement les mêmes questions que toi (même si je n'ai pas vu les marseillais à Cancùn). :-)
Si je veux être honnête avec moi-même, je pense avoir le même sentiment par rapport à l'infidélité: ça fait mal mais plus par orgueil.
Je suis en couple depuis pas mal de temps (9 ans) et je me demande s'il est possible de vivre toute une vie sans que l'un ou l'autre ne soit tenté à un moment ou un autre d'aller voir ailleurs, ne serait-ce que pour sentir qu'il peut plaire ou pour la nouveauté.
Je sais que l'on s'aime et qu'on a envie de construire notre vie ensemble, mais parfois je me demande si une relation exclusive est vraiment réaliste.
Je ne dis pas qu'il faut papillonner à tout va, non, mais si un jour, l'un de nous rencontre quelqu'un pour qui il ou elle a une vraie attirance, alors peut-être qu'il faut accepter un "petit écart", mais la difficulté est que rien ne nous assure dans ce cas là que l'on reste "le ou la préféré(e)", non?
Bref, c'est un sujet très délicat et je suis contente que tu aies osé le lancer, car c'est un peu taboo de parler de ça en général...

Jade Cactus a dit…

Antonin, je crois que ses infidélités n'ont pas grand chose à voir avec ce qu'il est. C'est comme un gamin à qui l'on permet tout, il peut donc il fait, complètement inconscient des conséquences. Stéphanie ne lui a jamais montré que c'est grave, du coup il croit que ça ne l'est pas. (et si tu veux mon avis, ils vont se remettre ensemble dans la semaine, donc il ne comprendra toujours pas)

Sortons de cette émission :) Perso je ne m'imagine pas vivre dans un couple "libre", et c'est autant une question d'ego que de sécurité. Parce qu'une tromperie présente un risque non négligeable de rupture !
L'amant(e) est mieux, hop on change de partenaire définitivement !
Je me dis que je n'aimerais pas que ça m'arrive, surtout dans 20 ans.

Il parait qu'en vieillissant on est de plus en plus ouvert à l'idée de ne plus avoir une relation exclusive. Je me demande toujours si c'est par "maturité" ou par désillusion...

(btw je suis contente que t'en parle des marseillais, même si ça vaut pas les histoires de Jordan des Chti ^^)

isa a dit…

Alors pour l'avoir vécu et avoir soldé l'histoire par un divorce, au-delà du sentiment d'orgueil ressenti la première fois (on te jure les deux genoux à terre que ce sera la dernière mais quand c'est maladif d'aller dans le pré d'à côté, bah...). Donc au-delà de l'orgueil il y a un sentiment de trahison dont on peut difficilement se remettre, qui blesse au plus profond et fait que l'on se détache de l'autre. On en veut à mort et pour cause, (enfin quand on aime, hein), surtout quand il te dit "ouais, mais si je suis allé voir auilleurs, c'est aussi à cause de toi". Tu ne peux répondre que "oui, moi aussi je t'aime, frappe-moi". Non mais c'est hyper compliqué. A la base on entend souvent "moi, on me trompe, c'est mort, je me barre". Ouais et dans la réalité, ça se passe pas forcément comme ça, t'essaie quand même de pardonner et de raccrocher les morceaux (toujours quand tu aimes). Ensuite il faut éluder le passé et ne plus penser à "l'accident", c'est ça qui est plus raide, bien plus raide!!! Je n'apporte aucune réponse claire, j'en suis bien consciente ;-)). La bonne journée

severi27 a dit…

L'infidélité pour moi ce n'est pas naturel, ni logique. Quand on aime quelqu'un, on n'a pas envie d'aller voir ailleurs, et même si l'occasion se présente, c'est normal parce que la vie est faite de nombreuses rencontres et il est possible d'être troublée par quelqu'un d'autre, ça ne doit pas dépasser ce stade car c'est moche de cacher, mentir, se jouer de l'être aimé comme si tout était permis. L'angoisse dont tu parles quand tu es amoureuse est basée sur un manque d'estime de soi, mais dès que tu décides de faire confiance, au-delà de toutes tes pensées parasitaires ou sombres, ce ressenti disparait et tu es soulagée. Je suis en couple depuis 17 ans et n'ai jamais changé ma façon de penser.
Aujourd'hui je vais justement voir "Les beaux jours" au cinéma, avec Fanny Ardant, ça parle d'amour et d'infidélité, post bien à propos ;-)

Rouffignac a dit…

Joli sujet...
Pas les Maseillais j'ai pas regardé, pas par dignité, juste ça m'ennuie ;-)
Joli sujet la fidélité... En faite moi j'y ai beaucoup réfléchi : ça commence où l'infidélité? C'est quoi exactement qui me fait souffrir quand l'autre regarde une autre? Et c'est à partir de quand que je suis infidèle? Ma conclusion c'est que ce qui me fait souffrir c'est de perdre la connivence exclusive que j'ai avec mon compagnon... Finalement c'est pas qu'il couche ou embrasse qui me perturbe, c'est qu'il puisse partager une relation de connivence exclusive avec une autre...
Et dans l'approche de séduction, regards, sourires, plus personne d'existe sauf les deux êtres en rapport de seduction, donc je me sens exclu, donc rejeté....
Mais finalement à froid ce n'ai que de la séduction animal pour valider sa capcité d'homme à pouvoir procréer l'espèce humaine... Et tout les jours c'est avec moi qu'il partage son quotidien...
Jade cactus, oui avec l'âge on est plus souple, peut-être que c'est aussi une question d'animalité : plus besoin de procréer....
Pour conclure, pour moi la tromperie est ailleurs que dans le sexe, une relation longue par écrit via mail sans jamais s'être vu peut être plus intense qu'un soir d'égarement.... Alors on a trompé ou non par mail???

Amandine C. a dit…

Voici un article que j'ai lu hier soir en tombant dessus sur Twitter, ça donne aucune réponse à tes questions, mais c'est pas éloigné du sujet http://www.madmoizelle.com/vis-ma-vie-de-maitresse-60828

Bonne journée Marie

Aurore Gaudin a dit…

Je pense aussi que l'idée qu'il puisse avoir la même connivence qu'il a avec moi, avec une autre est ce qui me dérange le plus dans l'infidélité. Il lui donnerait des surnoms affectueux, se confierait à elle... je serais jalouse et blessée par cette intimité q'ils ont créée, plus que par l'infidélité "sexuelle" en elle même. Et le pire pour moi: je penserait à toutes les fois où il me dénigrerait, ils se moqueront de moi ensemble, il lui dirait tout ce qui ne va pas chez moi. Quand je pense à l'infidélité, voilà ce que j'imagine.

Olivia a dit…

salut Marie!la fidélité pour moi c'est sacré,un truc qui fait partit de moi je crois,pas moyen d'aller voir ailleurs quand je suis en couple,et c'est un truc auquel je ne pense même pas,pas besoin..moi je regarde les anges de la télé réalité et secret story!ouais j'avoue ça me fait 'du bien', ça m'évade de mes soucis quotidiens et me fait critiquer et me défouler!lol bonne journée Marie ♥

clue a dit…

Salut Marie

de mon côté aussi la fidélité je trouve que c'est un truc fondateur. Et c'est justement et principalement parce que c'est dur que c'est nécessaire... je m'explique : pour moi l'être infidèle crée, de son côté et pour lui-même, des relations et un univers dont l'autre est totalement exclu. Ce nouveau petit monde lui est caché. Et c'est là que le bât blesse pour moi : le mensonge, c'est le truc qui peut complètement déraciner ce qui existe de beau entre deux personnes. Et du coup, soit l'infidèle ment et cela bousille la relation même si elle continue d'exister (elle existe mais il n'y a plus de sincérité), soit l'infidèle parle de son incartade et la douleur générée par l'idée que l'autre a trompé peut déclencher une rupture.
Attention, je ne parle pas de "couple libre", je parle vraiment d'infidélité. Pour moi celle-ci n'existe pas quand le statut de départ est clair, c'est-à-dire que quand tu es dans un couple "non exclusif", il n'y a pas de "tromperie", selon moi.

Mais en réalité, pour avoir vu des couples libres au bord de l'explosion pour la dernière incartade qui a créé des sentiments, je pense que même dans ce cas, voir qqn avoir du désir pour un autre que soi, c'est archi-dur.

Et du coup, je pense que la question de la fidélité est exactement la question centrale du couple. Soit tu es fidèle et tu restes dans ton couple, soit tu ne l'es pas et tu as toutes les chances d'en sortir. ce n'est pas un jugement de valeurs, c'est un constat : l'infidélité, le désir pour un autre que celui avec lequel tu es "installé en couple", c'est pas compatible avec les bases du couple.
Je pense qu'après, tous les modèles existent pour tout le monde, et que surtout, il faut "croire". Je veux croire que mon homme et moi on restera ensemble, fidèles. Je l'espère, mais je n'en sais rien. Mais le vouloir, c'est avoir choisi son camp, je crois.

Désolée pour la longueur du post...
Des bises!
Clo

Tibo a dit…

Question sensible... Je pense comme toi que quand on aime vraiment, l'idée de tromper ne te vient même pas à l'esprit. Par contre dans notre couple on s'autorise à regarder (et à commenter :-p !!) les personnes qu'on trouve belles...

Lili Coptère a dit…

Vaste sujet... tout a été essayé en la matière, de l'infidélité contrainte au couple "libre", (Florian Zeller fait la liste des modèles possibles dans "la jouissance", il évoque Sartre et De Beauvoir qui ont inventé la notion d'"amour nécessaire" et d'"amours contingentes"...). Alors moi, je suis très sensible sur le sujet. J'ai jamais été trompée je crois, mais rien de d'imaginer que je pourrais l'être, je suis désespérée. (Rien que les vidéos de cul, ça m'a rendu folle à une époque...) Et pourtant... je sais que cette jalousie est une faiblesse, un manque d'estime de soi. Que si j'étais plus forte, que j'acceptais que l'infidélité puisse ne pas être grave, finalement je me rendrais plus attirante aux yeux de mon mec et j'aurais moins de risque qu'il m'abandonne. Eh voilà, tout le paradoxe de l'amour: plus tu laisses l'autre libre, moins il s'éloignera, plus tu es une prison pour lui, plus il voudra s'échapper.
En tous cas avec les modèles que j'ai connus... (j'ai pas connu de coureur maladif).
Mais qu'est-ce qu'il doit falloir comme force de caractère pour savoir surpasser ça!
Pour être sincère, les femmes trompées, quand elles arrivent à se relever, je les plains d'abord, mais ensuite, je les admire....

Marie a dit…

Bonjour Marie, c'est Marie,
Sujet intéressant en effet sur lequel je vais essayer de mettre mes tripes (et mes 4 ans comme toi ;)) de côté car j'ai connu l'infidélité avec mes deux ex amours. Infidélité des deux côtés : eux / moi.

Dans le monde actuel, où si tu n'as pas eu une expérience bisexuelle ou un trio, tu es considérée comme un caca (oui j'en ai fait les frais et mon ex avec qui je suis restée 10 ans était adepte des trios (oui j'ai participé, on oublie ça pue) et des rencontres extraconjugales avec des mecs (boarf jsais pas pourquoi j'ai laissé tout faire, ah si l'amour).

Je pense surtout qu'il ne faut pas accepter ce qu'on ne pourrait pas ... J'ai fait "comme si" je n'étais pas jalouse et comme si ça ne me faisait rien pendant 10 ans et bim je me suis retrouvée avec une confiance en moi plus bas que le noyau de la terre. A ce jour, je me reconstruis doucement grâce à ma pschanalyse ...

Mais moi aussi j'ai été infidèle car il m'avait dit d'aller voir ailleurs ... je l'ai fait je ne sais même pas pourquoi, maintenant je me dis que c'est parce que ma relation avec lui était toxique pour moi et que je cherchais ailleurs ? Car quand j'allais voir ailleurs, il y avait toujours cet espoir de me protéger et non pas de me faire péter la biiiiiip.

Donc en tant que personne venant d'un couple qui partait un peu dans tous les sens, où est l'intimité dans le couple ?

Je pense que l'intimité est le point central, le noyau du couple. Et pour moi, l'intimité ne passe pas juste par la complicité et l'amour, c'est aussi le sexe.

Anonyme a dit…

Je viens de lire tous vos commentaires et, pour la plupart, chacun ne voit que le cas où il est trompé mais pas celui où il/elle serait la personne qui trompe.

Je lis aussi que la fidélité est le socle du couple,...

Où je rejoins beaucoup plus vos propos, c'est au moment de la perte de confiance, des moments de connivence, d'une intimité créée entre 2 personnes.

Pour ma part, je conçois le couple comme une 3° personne, créée par les 2 membres de ce couple, mais il arrive souvent que l'un des deux, voir les deux, perdent leur identité et c'est là qu'arrive les problèmes.

De plus, il vaut voir 2 types de tromperies: il y a le one shot d'un soir, parce qu'on a rencontré qqun qui te faisait ressentir des émotions différentes ou oubliées et c'est juste pour un moment de bonheur avec un ou une inconnu(e). ma foi, ce genre de choses, il faut les garder pour soi. On parle toujours d'honnêteté mais la plupart des gens qui avouent avoir trahi leur compagnon ce sera plus pour se soulager d'un point, la véritable honnêteté aurait été de lui dire " écoute, je vais te tromper ce soir".

Pour moi, le pire est une relation amant/maîtresse qui dure, où là tu vis 2 relations en même temps, ça je ne saurais pas le faire et je ne saurais pas le tolérer.

Maintenant, la monogamie est plus une convention sociale qu'autre chose et je pense qu'un écart tous les 10 ans devrait rester pour soi et ne pas ruiner une vie construite.

Leïla a dit…

Compliqué ce sujet. Tu connais la pyramide des besoins de Maslow? Il hiérarchise les besoins par importance et quand le besoin de base est satisfait, tu passes à celui d'au dessus. Je pense que cette question d'infidélité et sa difficulté d'acceptation au sein du couple est liée au besoin de sécurité. Est-ce qu'on se sent toujours en sécurité dans un couple où l'autre va voir ailleurs?
Mais après certains couples se construisent peut-être comme ça, je ne sais pas. Je suis aujourd'hui l'autre d'un couple. Je pense que c'est un compromis dans leur couple (lui en France pour ses études, elle restait en Guadeloupe), mais vis-à-vis de nos représentations sociétales, cette situation est difficile même en tant qu'autre...

petitprunier a dit…

hey biche,

que voila un post qui appuie là où ça fait (un peu) mal ;-)

j ai tjs eu du mal avec la fidélité "physique". en gros, pour le dire plus crûment, ne toucher, ne voir, n embrasser qu un seul corps m est difficile, meme si j aime ce corps et ce qu il y a dedans, follement. meme si le sexe est flamboyant (ou réussi, ca va aussi). je suis fidèle par choix, par volonté, ça n est pas quelque chose qui va de soi pour moi. mon mec le sait. et j ai de la chance, il voit les choses plutot de la meme facon.

mes limites sont ailleurs, ni dans mes gestes ni dans mon corps. elles sont dans l amour immense que j ai pour lui, dans l idee qu une vie sans lui, ou une vie avec quelqu un d autre est inenvisageable et insupportable. dans le fait que pour aucun corps, je ne renoncerais à lui, à son amour et à notre lien.

apres, je ne suis pas quelqu un de passionné ni passionnel. j ai besoin d une relation et d un amour stable et tranquille au quotidien. je n aime pas avoir mal au ventre à chaque texto que je recois ou à chaque soir passée seule. j aime avoir confiance. je sais, c est paradoxal de dire ca, mais avoir confiance, c est savoir que l autre ne me fera pas de mal, que son amour ne me fera pas mal. c est peut etre illusoire mais c est ce qui me convient.

on en a bcp parlé ensemble. depuis quelques années, on a convenu que quoi qu il arrive, si l un ou l autre avait une aventure (et j entends par là : du sexe et rien d autre, par d attachement amoureux, pas de projets à deux), mieux valait se taire et ne pas faire subir çà à l autre. parce que pour moi comme pour lui, céder à ses instincts (là encore je ne parle pas d une hypothétique histoire d amour parallèle hein, je parle de cul puisque c est là que mon, notre pb se situe) puis venir vite se confier, s auto flageller et se lamenter sur l epaule de ton conjoint en lui demandant l absolution, c est juste décharger sa petite conscience sur quelqu un qui n a rien demandé. lui faire du mal pour apaiser sa conscience. j ai du mal avec l idee d honneteté qui primerait sur tout, y compris sur le lien fort, sur l amour que tu as pour l autre. mais ça n engage que moi bien sur, je ne juge personne (et espere tjs n etre pas jugée, mais bon ;-) )

ce qui m importe, c est que c est toujours moi qu il a envie de voir tous les jours au reveil, avec moi qu il veut vivre sa vie et en partager les moments importants. moi qu il aime. moi qui reste sa preference. comme toi finalement, sauf que l insupportable ne se situe pas au niveau des gestes.

voila... je suis desolee, je me suis largement étalée et je ne sais pas si j ai ete tres claire.

jt embrasse fort ma belle, take care

Anonyme a dit…

Pour moi, l'infidélité peut rapprocher.
En couple depuis 8 ans (c'est à dire depuis nos 18 ans), je n'avais eu que peu de relation amoureuse (famille très (trop) croyante, peu d'intimité, timidité...) et aucune expérience sexuelle.
Lui de son côté, connaissait très bien le sujet, sa réputation sulfureuse le devançant. C'est ce qui m'a attiré. Oui, je voulais franchir le cap. Il était beau, disponible, réceptif.
Mais quand je lui ai parlé de mon manque d'expérience, la culotte sur les chevilles, il m'a dit stop, prenons notre temps.
Je croyais ne pas lui plaire, lui faire peur, être difforme. Mais non, il considérait vraiment ma virginité comme un cadeau.
C'est comme ca que notre histoire a commencé. Celui que je voulais le temps d'une nuit, partage aujourd'hui ma vie, mes impôts, les traits du visage de ma fille.
Et si 8 ans plus tard je le regarde chaque matin avec les yeux remplis d'amour, c'est, j'en suis certaine, grâce à mes écarts de conduite.
Quand notre vie de couple a commencé, voir petit à petit mon studio devenir notre nid, que sa famille m'invitait pour Noel, Pâque, l'anniv de tonton André, j'ai pris peur. Vraiment. Je ne voulais pas suivre le modèle de mes parents et de leurs amis croyants: mariés à 18 ans, 1er enfant à 20 et les 3 autres dans la foulé. Non, je n'avais pas envie de ça. De connaitre que lui. Et si c'était mieux ailleurs?
J'avais besoin de plaire, de séduire, de découvrir de nouvelles choses, de nouveaux corps.
Mais je l'aimais et la seule pensé de le perdre me terrifiait.
Surtout que lui ne voyait pas du tout les choses de la même manière. Ses parents ont beaucoup souffert de l'infidélité et ont fini par en divorcer. Dés le départ il a été très clair sur le sujet en me disant que jamais il ne pardonnerait un écart.
Et il y a eu ce garçon.
Un ex amoureux, avec qui il n'y avait eu que des baisés. Mais les même gouts pour la lecture, le cinéma et surtout la musique.
Une soirée entre fille, un club sympa, de la bonne musique, un peu trop d'alcool, rien de prémédité.
C'étais physique, pour ne pas dire animale. Moi qui ne faisais que l'amour, je découvrais le sens du mot baiser.
Etrangement, je n'ai eu aucuns regrets, ni mauvaise conscience. Je suis rentré, ai retrouvé la chaleur du corps de mon homme et l'ai encore plus aimé.
Plusieurs fois.
Le même club, la même musique, le même garçon.
Ni appels, ni texto entre ces rencontres.
Un jour j'ai réalisé que je voulais la maison, le chien, le bébé avec mon homme. Et avec aucun autre. Peut être ma vie ressemblera à celle de mes parents. Mais c'est parce que je l'aurai choisi. Parce que je l'aime et que sans ces écarts je ne me rendrai peut être pas compte de la chance que j'ai.

Anonyme a dit…

Débat intéressant.
Ca fait 15 ans que je suis en couple avec le même homme (non je suis sérieuse lol!!). Au début on s'aime comme des fous, on fait l'amour tous les jours dans toutes les positions, on se jure qu'on s'aimera pour la vie et que rien ne nous séparera. On est ultra jaloux et on veut rester le ou la préférée. Puis insidieusement la routine s'installe, les enfants arrivent et abiment le "couple", même si c'est génial d'en avoir, cela devient compliqué de conserver une vis sexuelle active. Puis on vieillit et on fait sa crise, son bilan. Et là t'as envie de ton moment à toi, t'as envie de retrouver les papillons dans le ventre, t'as envie de vibrer à nouveau, toi qui te trouve éteinte à l'intérieur. Et là tu te dis "allez quoi rien qu'une fois, ça ne peut pas faire de mal" et tu plonges.
Il n'y a pas de solution miracle, je ne crois pas que ce soit possible de rester aussi longtemps ensemble sans aller voir ailleurs de temps en temps, sinon tu pètes les cables et t'es frustré.
Après, en ce qui me concerne la communication il n'y a rien de mieux, au final lui et moi on a fait notre crise, on se l'est raconté et on est passé à autre chose ensemble. On s'est rendu compte qu'on avait encore de l'amour l'un pour l'autre.
Rien n'est jamais acquis, ne jugez pas ceux qui trompent leur conjoint, on ne sait jamais ce qui se passe à l'intérieur d'un couple, les frustrations, les compromis.
Aujourd'hui je suis plus ouverte, et je ne me fais plus d'illusion. On cherche à combler un vide avec l'autre, mais ça ne marche pas comme ça. Soyons déjà fidèle à nous même, ce serait un bon début!

Anonyme Amande a dit…

Bonjour tout le monde.
Je me sens o combien concernee par ce post aussi.
J ai vecu avec celui qui est devenu le pere de ma fille une relation longue de 13 ans. Avant que notre fille naisse, je l ai trompe plusieurs fois, parce que malgre l amour immense que je lui portais, j avais toujours ce besoin irremediable de seduire, parce que je n arrivais pas a resister, parce que je trouvais qu il me negligeait (et oui il me negligeait).

Une fois devenue "parent", un peu comme certains se le disent apres un mariage, j avais decide de ne plus me laisser aller a ce travers. Et qq annees plus tard cela a recommence : parce qu il ne me regardait plus, parce qu il me renvoyait une image de moi catastrophique, que je me sentais ni plus ni moins qu un animal de companie a ses cotes (et encore un cleps tu le promenes), et aussi pour ce besoin visceral de sentir que je plaisais encore, que j etais tjr une femme et pas seulement une mere. Pourtant je n envisageais a aucun moment de le quitter ou de briser ma famille, pour moi c etait juste "vivre mon jardin secret", tant que cela restait marginal et bien cache, ca ne pouvait faire de mal a personne bien au contraire ... Je me cherchais des excuses pour cacher le malaise. Quand on me demandait ma reaction s il en avait fait de meme, je repondais que tant que je ne sachais rien, pas de probleme...

Sauf qu a ce petit jeu ou l on s arrange avec la realite et la verite, on finit par se bruler les ailes. J ai fini par tomber vraiment amoureuse d un de ces amants, et je me suis degoutee, je me suis haie tout en redecouvrant l amour et la force des sentiments avec un autre. J ai fini par comprendre et accepter (enfin accepter c est plus dur) que je ne l aimais plus, et que je n irais pas mieux tant que je vivrais dans le mensonge et les faux semblants (et dieu que j allais mal...).
J ai vu la souffrance dans ses yeux et sa detresse quand il a compris ce qui se passait et depuis un an je ne suis plus que culpabilite, alors que des annees durant cela ne m effleurait pas du tout...

Aujourd hui j ai bouleverse toute ma vie, et celle des miens pour enfin vivre dans la verite et en accord avec moi meme. C est un long et penible chemin. Je suis sans doute "une vilaine", j ai fait du mal mais quel soulagement de vivre enfin dans le vrai et le juste. J ai toujours enormement de tendresse pour mon ex, on s entend tres bien parce qu il a eu l intelligence d analyser ces dernieres annees et qu il espere peut etre encore...
En ce qui me concerne, avec l age et l experience, rien ne compte plus que d etre en accord avec soi meme et son compagnon. Je ne veux plus jamais revivre cela et etre a nouveau infidele, si je me sentais a nouveau atiree par un autre homme je me remettrais immediatement en question pour ne pas risquer de souffrir encore et de faire du mal a l autre.

Sincerement, je ne crois pas que l homme, tel que nous avons ete eduques dans nos societes, puisse trouver du salut dans l infidelite, on finit par se faire du mal apres s etre rebooste l ego avec les 1er frissons de l aventure... On pense souvent tout maitriser mais on ne joue pas indefinement avec les sentiments... Je suis assez amere et j espere que l on comprendra mon sentiment dans ce long commentaire un peu foutoir, mais je pourrais en parler des heures, etant toujours en phase de travail sur moi meme apres tout cela :-)

voila, c etait juste mon experience...

des bisous...

Anonyme Amande a dit…

Et encore merci pour ton blog, c est enorme !

Un homme pour changer a dit…

Bonjour,

après avoir lu tout ce que vous avez écris, je trouve qu'il y a peu de personnes qui peuvent dire qu'ils ont vécu les choses en fonction de ce qu'ils sont.

Certaines parlent de leur vie de famille, d'ado, d'un ex,... mais j'ai juste vu 1 commentaire (petitprunier) où j'ai trouvé quelqu'un qui avait la même façon de parler que moi et ma copine.

On peut se sentir délaissé, mais alors il faut en parler.

Pour moi, aller voir ailleurs ( et je parle toujours juste de sexe, une relation amoureuse en // je trouve ça vraiment dégueulasse et ça ne va pas avec mes valeurs) n'a rien à voir avec la personne avec qui on est.

Je suis toujours allé voir ailleurs dans mes relations, que je sois amoureux ou non, c'est tout simplement parce que j'aime partager un moment avec quelqu'un qui ne me connaît pas, qui va agir de manière spontanée, pas en sachant, par exemple, qu'il faut éviter la levrette parce que j'ai la hanche fragile ou qu'une blague sur les juifs ça me tuerait parce que mon grand père l'était.

La fidélité, pour moi, c'est de rendre heureux la personne avec qui on est, alors je fais un compromis avec ma conscience et au final,aussi bien moi que l'autre on continue notre bout de chemin ensemble.

L'inverse s'est produit, on a mis une fois les choses au point, moi je suis allé à gauche, moi à droite,... et bien ça n'a rien arrangé, moi je l'ai super mal vécu et on s'est bien mis d'accord que si un faisait un écart, qu'il garde ça pour lui et qu'il assume.
Toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire.

Enfin, je dirai que chacun vit sa relation comme il le veut mais qu'il faut chercher quelqu'un avec qui on pourra partager les choses et non qui va nous les apporter

supertimai a dit…

je pense qu'il faut être à la fois honnête et "délicat" avec l'autre. se donner à l'autre, ne veut pas dire les mêmes choses d'une personne à l'autre. pour certains, cela englobe la fidélité, pour d'autres, beaucoup moins. pour certains, l'engagement se fait à ce prix là. pour d'autre, ça passe par autre chose. je parle de prix parce que pour certains, aimer et désirer se découple parfois. on aime qn, on a construit avec cette personne, des choses fondamentales (un projet de vie, une famille), et en même temps, de temps à autre, on a envie d'aller voir ailleurs. rester fidèle quand on n'a pas envie d'aller voir ailleurs... c'est simple. la question se pose quand les choses ne vont plus de soi.
et puis il y a la notion de temporalité. être fidèle 1 an, 5 ans, 10 ans, passe encore, mais toute une vie?! tout dépend des arbitrages de chacun, on sait bien qu'une infidélité peut condamner un couple mais parfois aussi le sauver.

Marie a dit…

Hello Marie,

Je sais d'avance que ce commentaire va etre décousu mais bon...j'espère que tu m'excuseras..

Je suis jalouse (modérément) et je sais pourquoi. Parce que je n'ai pas confiance en moi. Je me dis que si il a l'occasion de "tester" une autre femme en même temps que moi il va se rendre compte à quel point je suis toute nulle (j'en ai déjà parlé avec lui, et il me dit que 2 femmes c'est pas possible à comparer mais j'ai du mal à le croire) J'ai tellement pas confiance en moi que je suis sure à 100% que s'il me trompait il prefererait l'autre et me quitterais. Je n'envisage pas l'option d'etre choisie... hum....

En même temps cette jalousie se transforme chez moi surtout en une peur de tomber dans la routine du couple et qu'on s'ennuie (lui ou moi) et du coup de succomber plus facilement aux charmes d'un(e) bel(le) inconnu(e)...
Je m'efforce donc (et c'est reciproque) de ne pas sombrer dans un couple complètement fermé qui ne sort pas séparément, qui vit reclu...
Cela fait 5 ans et pour le moment ca va... Mais je sais que rien n'est acquis et je sais aussi que la parole dans un couple est d'or (voire de diamant) tout comme le rire et le recul sur soi.

Alors au final oui la fidelité j'y crois, même si ce n'est pas simple. Et surtout parce que ca me rendrait la vie de couple impossible de me dire que la fidelité n'est pas possible, j'ai trop besoin de sécurité.

Aurore a dit…

Au-delà de la question de la fidélité, j’y vois surtout la question du « qu’est-ce qui nous pousse vers l’autre ? ». L’amour immédiat d’un corps (c’est très primaire), et dans la durée, l’amour d’une personnalité. Mais ne sommes-nous pas tout simplement amoureux de l’image que l’autre nous renvoie ?
En effet, nous sommes des êtres sociables dans la mesure où nous sommes incapables d’exister sans l’autre. Dès notre plus jeune âge, nous intégrons des groupes à travers qui nous nous construisons une personnalité. La fidélité se manifeste déjà, dans le fait de l’appartenance à un groupe social.
On tombe en amour, de nos parents, de nos amis et plus tard de nos amants. Et dans notre quête perpétuelle de connaissances toujours plus cool, plus intelligentes, j’y vois le reflet d’une autre quête, celle de l’ego, du moi intérieur. Passé, la question du sexe et du couple, cette question de la fidélité soulève une autre question : pourquoi avons-nous tant besoin du regard de l’autre pour exister?
L’infidélité, ne serait donc que la manifestation d’une quête sans fin. Celle de la construction d’un ego toujours trop fragile, qui ne cherche qu’à être consolidé à travers le regard de l’être aimé, et parfois donc la multiplication de ces regards.

Billy the Kod a dit…

Marie, je t'avais écrit un loooong commentaire, mais apparemment il était bcp trop long, du coup je te l'envois par mail, je sais pas si toi tu pourras le partager ici, mais une fois écrit ça m'embête de le garder pour moi :(

Nine a dit…

Post super intéressant... j'ai lu quelques commentaires et je me retrouve dans certains. Cest toujours rassurant de voir quon est pas la seule a 'vouloir etre la preferee', a etre jalouse ...
En ce moment je vis un truc assez dingue, assez dingue quand on le vit mais en fait c'est vieux comme le monde. En gros je suis en couple depuis 4.5 ans, je suis tres tres amoureuse de mon mec mais depuis 2 mois environ je frequente un homme qui a 17 ans de plus que moi, qui est marie et qui a deux enfants. C'est arrive un peu par hasard, on bosse ensemble et on se regardait beaucoup et puis un soir on a craque.
Le truc le plus bizarre c'est que ce n'est pas la premiere fois que je trompe mon mec, a chaque fois je me dis que ce sera la derniere parce que je me fait du mal avec l'autre. Et puis on se dit cette fois ci on va prendre les choses a la legere, on va reussir a garder le controle, puisqu'on pense betement que voir et revoir une personne, l'embrasser, la prendre dans ses bras, lui ecrire toute la journée n'engagera aucuns sentiments profonds. Et puis on se trompe, le pire a ete quand j'ai failli fondre en larme quand je l'ai entendu au telephone avec une autre fille, que j'ai vraiment eu envie de le tuer (l'amant) et qu'il m'a dit "je t'aime" la je me suis vraiment demandee comment on avait fait pour en arriver la.

bref cest toujours la meme chose, on veut séduire, on y arrive, on se sent super forte et puis ensuite on se donne et apres arrive le retour de bâton. toujours le meme schema, alors pourquoi on recommence???

Il y a t il l'une d'entre vous qui est en couple, et heureuse et qui pourtant va voir ailleurs et que ca lui plait, qu'elle aime partager des bons moments avec un autre homme? Essayez-vous de guérir de ça? De résister ?

Caroline a dit…

http://polyamour.info/definition/

Et c'est ce que je vis en ce moment, donc oui c'est possible.

Il "suffit" de dissocier amour et possessivité, et d'être avec les autres pour ce qu'ils sont et non par peur de la solitude. Chaque amour est unique et irremplaçable, c'est comme les amis mais avec la notion de désir sexuel en plus.

Quand on vient me dire que c'est immoral, je réponds que je ne vois pas en quoi c'est mal d'aimer (ou même de désirer sexuellement seulement). En tout cas je n'arrive pas à me sentir coupable, et je me sens fidèle à mes deux amoureux, il n'y a qu'eux deux et je ne vais pas voir ailleurs.

Et pour avoir été la maîtresse cachée il y a un an, je peux dire que je préfère un mec attentionné, présent quand je vais mal, qui fait l'amour à d'autres filles et leur consacre plus de tendresse qu'à moi, à un mec qui ne baise que moi et me traite mal.

Pour moi la fidélité c'est sur le plan de la présence à consacrer à ceux qu'on aime. Être absent quand on a besoin de toi, c'est inadmissible, peu importe que tu sois dans le lit de quelqu'un d'autre ou en train de regarder un match de hockey.

juriste in the city a dit…

Vraiment bravo pour ce post et je trouve que les commentaires sont tous très intelligents et délicats.
Tu as de supers lectrices et je trouve que certaines sont très courageuses et très honnêtes de dévoiler leur faille.

C'est très beau.

Quant au sujet, j'aurai beaucoup à dire mais je ne suis pas aussi courageuse que tes lectrices ...

M. a dit…

Un commentaire rapide pour te feliciter d'aborder ce sujet, en te posant ce genre de questions, l'essentiel est de tjrs rester ouvert au monde, comme tu as l'air de l'etre..

Me concernant, en couple depuis 2 ans. Libre. Qu'est ce que la tromperie? Pour moi (et mon homme), c'est de mentir, cacher des choses a l'etre que l'on aime.
Nous adorons ''jouer'' ensemble, profiter de la vie, sexe etc.

Ne nous voilons pas la face, tous les etres en ce bas monde ont des envies, des pulsions, des desirs, ce serait se voiler la face que de le nier, et en finir par souffrir, ou tout du moins ne pas profiter comme il le serait possible de tous les plaisirs de la vie, et donc d'avoir des regrets.

En somme, et pour faire court, avec l'homme que j'aime nous baisons (separement ou ensemble) avec d'autres personnes.
ET nous en parlons! Ce sont des jeux extrement excitants, car nous savons lorsque l'autre a un rdv, et lorsque l'on y est, on essaie le plus possible de tenir l'autre au courant via des sms (car comme nous nous aimons, il peut forcement y avoir des angoisses, et c'est meme plutot bon signe).

Il n'y a donc pas plus fideles que nous, dans le sens ou nous savons tout des aventures sexuelles de l'autre, c'est la double vie, les mensonges qui font la trahison!
La parole est EXTREMEMENT importante dans ces jeux, il est essentiel pour en arriver a ce stade la d'avoir une confiance absolue en son partenaire.
Ca ne s'est pas fait du jour au lendemain, mais par etapes, par tres longues discussions et matage de videos pornos, qui alimentent nos fantasmes.

J'ai 19 ans, il y a encore un an l'idee de le savoir baiser avec une autre m'etait insupportable. C'etait donc seulement moi qui allait baiser ailleurs. Et puis aujourd'hui, je lui demande de me raconter des baises avec d'autres meufs..

On s'aime d'un amour fou, et on ne va avec d'autres personnes que si cette idee excite l'autre, sinon c'est hors de question, ca ne nous excite meme pas..

En somme je dis OUI a la fidelite, mais avec une nouvelle definition de celle ci..
Ne soyez pas hypocrites avec vous memes, tout le monde a des pulsions, autant les vivre a fond en compagnie (physique ou mentale!) de LA personne qui vous fait vibrer plus que tout..
Il faut savoir dissocier le cul de l'amour, et c'est tout a fait possible!

Soyez amoureux, ayez confiance, parlez beaucoup, beaucoup, et faites vous plaisir, en en parlant, car ca fera plaisir aussi a l'autre..

Encore une fois merci Marie pour cet espace d'echange!

Anonyme a dit…

C'est horriblement anxiogène comme débat.

Je pense que ça a tout à voir avec la confiance et l'estime qu'on se porte à soi même.
Quand on a une bonne sécurité intérieure, on se dit que l'éventualité existe mais on n'a pas envie de s'en rendre malade, on ne veut pas savoir, on n'alimente pas son stress à ce sujet.

On se dit que même si ca arrive on s'en remettra. Ca existe, ce n'est pas la fin du monde, ça ne nous enlève pas notre valeur.

Et en projetant une certaine sérénité, l'autre est peut-être moins tenté d'aller voir ailleurs.

Quand on se sent faible et insécure, on vit dans la paranoia. On se déteste, donc pourquoi l'autre nous serait fidèle ? il doit être fou, ça nous pend au nez, c'est juste une question de temps. On entretient son stress, on échafaude des scénarios et on a peur de l'abandon. Parce que si l'autre nous trompe, c'est pour une seule et unique raison, c'est qu'on ne vaut rien. On veut chercher à savoir à quoi ressemble la maitresse ou l'amant auxquels on se compare sans cesse. Et on se détruit de plus en plus.

La vraie fidélité s'applique à soi même. Il faut se sentir bien avec soi même quoiqu'il advienne. On vous trompe ? Soit vous l'acceptez, soit vous rompez, mais inutile d'en savoir plus et de se torturer, ça ne nous regarde pas en fait. On s'attribue la responsabilité du comportement de l'autre alors qu'on a pas à le faire.

Il faut apprendre à se détacher à tout prix.

Lila a dit…

Hello!
Quelle reflexion !! ;-)
Quant à moi la fidélité est hyper importante !

J'accepte que l'homme de ma vie avec lequel je vis depuis plus de 15 ans regarde d'autres filles, dans le sens qu'il n'est pas aveugle ;-) Je trouve même sain qu'il trouve d'autres filles jolies, rassurant même... et là où la fidélité intervient c'est qu'il choisit chaque jour d'être avec moi et ce choix implique forcément de rester fidèle car comme tout un chacun sait :
choisir, c'est renoncer!

Et oui! on ne peut pas tout avoir, le beurre, l'argent du beurre et le baiser de la crémière ;-)

Plus sérieusement, c'est ce choix, cette décision d'être avec moi et uniquement avec moi qui rend la relation encore plus belle. Je suis unique pour lui et il l'est pour moi !
Bises et bonne journée.

Anonyme Amande a dit…

C est en effet un echange vraiment passionnant, je suis revenue lire les autres comm' depuis ce matin, et je tenais a preciser de maniere plus concise :
- ce qui m a amene a tromper : l hedonisme, le plaisir de decouvrir un autre corps, etre touchee de maniere differente par d autres mains, sans rechercher du tout l amour mais un plaisir purement charnel et des sensations forcement disparues au bout d annees de couple
- ce qui m a amene a passer a l acte : me dire que mon compagnon me nigligeait et ne me renvoyait pas une image qui me faisait du bien, alors que celle de mon amant me reboostait personnellement et reboostait parfois mon couple aussi
- ce qui s est passe et pourquoi ca peut faire mal : on a beau faire attention pour epargner l autre, dissimuler gsm, texto et emails, le jour ou malgre toutes ces precautions il le decouvre, c est un putain de retour de boomerang, et je ne te dis pas si au milieu de ca il y a des enfants...

Alors il y a peut etre 2 types d infidelite, celle arrive sans calcul, un soir d ivresse (a tous les sens du terme), que l on ne reiterera pas sauf 1 ou 2x par accident... Qui souvent remet les pendules a l heure et n amene pas a des consequences malheureuses.
Et il y a l infidelite due a une sorte d imaturite affective, beaucoup plus pernitiuese a mon avis...

Je ne me place pas du cote de celle qui peut etre "trompee", a ma connaissance ca ne m est jamais arrive, et je prefererais probablement ne rien savoir, plutot que de me torturer l esprit sur qui est l autre qui a pu faire craquer mon mec, a quoi elle ressemble, et comment il l a caresse etc... torture mentale au combien malsaine et obsedante ... Pour autant je comprends tout a fait ces couples libres (et j en connais plein !) qui ont integre cela comme un libertinage et s en servent pour etre encore mieux ensemble, tout depend de chacun :-)

Anonyme L a dit…

Bonjour Marie! Lectrice assidue de ton blog depuis 2-3 ans, je n'ai pas l'habitude de commenter, mais il faut dire qu'en ce moment tu abordes des sujets qui me parlent tout particulièrement! Après notre attirance pour les voyous, c'est l'infidélité que nous trouvons au menu d'aujourd'hui. Et je cumule, ayant un amant voyou... Je suis avec mon homme depuis plus de 10 ans maintenant, et l'amant m'est tombé dessus il y a un an environ. Ça n'était pas du tout prémédité, je n'en avais jamais ressenti le besoin. Je peux désormais en parler avec un peu de sérénité, mais ça a été dur, je me suis posé énormément de questions sur mon couple, et sur moi même. Je me sens toujours très amoureuse de mon homme, nous avons nos problèmes comme tout le monde, mais nous nous aimons très fort je n'ai aucun doute là dessus. Nous nous désirons toujours aussi, la petite flamme est toujours là. Alors quand j'ai "fauté" avec mon amant pour la 1ère fois, j'ai voulu considérer ça comme un accident de parcours, et puis basta. Mais j'ai continué, je me suis laissée emporter dans cette histoire de cul qui m'a prise aux tripes, qui m'a complètement dépassée... Et ce tourbillon émotionnel est difficile à gérer, je ne comprenais pas pourquoi je continuais cette relation clandestine alors que j'ai un homme que j'aime à la maison, j'en souffrais quelque part, mais je n'arrivais pas à m'en empêcher. Et c'est toujours le cas, sauf que je suis un peu apaisée dans ma tête par rapport à tout ça. Je reste une sale menteuse qui cache une partie de sa vie à son homme, et vous pouvez me jeter des pierres pour ça... Mais je l'aime et je lui le montre chaque jour. Et à côté j'ai mon jardin secret, qui ME fait du bien, et par ricochet NOUS fait du bien. J'ai bien envisagé ces histoires de couple libre, mais après petit sondage je me suis aperçue que mon homme n'y est pas ouvert. Parce que oui, vivant ce que je vis, j'envisage complètement qu'il puisse vivre la même chose sans cesser de m'aimer. Notre histoire c'est l'amour avec un grand A, l'amour qui dure toute la vie. Ce que je vis avec mon amant, c'est une belle histoire aussi, mais je sais que ça ne durera pas éternellement, et je vis des choses avec cet homme que je n'aurais jamais vécues avec mon conjoint, il me pousse à me dépasser, à dépasser mes limites, il révèle des parties de moi que je ne connaissais pas, et j'adore ça. Mais même si je l'apprécie beaucoup, forcément les mois passant on créé une complicité, ça reste une histoire de cul. Et oui, pour moi le cul c'est important dans la vie, je réalise avec lui des fantasmes que je n'aurais pas cru être capable de réaliser un jour. Et celui que j'ai trouvé pour m'accompagner là dedans se trouve être un autre homme que l'homme de ma vie. Soit. J'ai déjà la chance d'avoir trouvé l'homme de ma vie ET l'homme qui partage mes fantasmes les plus extravagants! Alors je pars du principe que la vie est courte, je n'ai jamais été aussi épanouie que cette dernière année, j'essaye de gérer tout ça comme je peux tant que ça me rend heureuse. Et oui je sais c'est très égoïste ce que je dis, je ne l'ai jamais dit aussi ouvertement d'ailleurs, mais mon commentaire est anonyme alors je me sens un peu la liberté de dire la vérité... C'est comme si en ce moment j'avais le beurre, l'argent du beurre et le cul de la crémière...! Et j'ai bien conscience que tout ça se retournera peut être un jour contre moi, et je sais qu'à ce moment là il ne me restera plus que mes yeux pour pleurer... Marie je t'envoie une bise et te remercie pour ces espaces d'échange (dans ma période tourmentée j'aurais aimé trouver des témoignages comme ceux que je lis ici, mais bon entre les clichés de Elle et ceux de Psychologies magazine, ça m'a pas trop aidée...!)

Anonyme a dit…

Coucou Marie,

Pour les "marseillais a Cancun" je ne connais pas mais je crains que la télé réalité soit de la pure comédie donc pas sûr que l'on sache vraiment quelle est la vie d'Antonin :)
La question de la fidélité dans un couple peut paraitre une question importante mais elle ne l'est qu'à partir du moment ou c'est une valeur importante pour une des personnes du couple. Il n'y a pas qu'une définition du couple mais bien plusieurs, certains couples choisissent de pratiquer de l'échangisme et sont très heureux et amoureux de cette façon.
Ceci dit mon avis personnel c'est que l'infidélité même consenti c'est comme la cigarette dans le fond cela reste du comportement à risque :)
Après je pense que ce qui fait la réussite d'un couple (me concernant cela fait 10 ans que nous sommes ensemble et nous sommes toujours amoureux comme au premier jour et probablement plus encore)ce sont deux choses importantes : la confiance et la communication, je trouve que l'on ne doit jamais mentir a ceux que l'on aime pour ne jamais instaurer des doutes et lorsqu'il y a un problème il faut en parler. Après comment on vit son couple c'est comme le bonheur cela reste a une partition à créer.
bizs

Sophie MC a dit…

Je suis avec mon homme depuis 11 ans et nous avons 2 enfants.
Dès le départ, je lui ai dit : "Tu fais ce que tu veux, je veux juste ne jamais être au courant".
Ce qui veut dire, ne pas le savoir, mais aussi ne pas le sentir, ne pas me douter de quelque chose : il peut me tromper tant que cela n'influe pas sur notre relation, tant qu'il n'arrête pas de m'aimer moi, tant qu'il continue à me traiter comme l'Unique.
Évidemment, ce que je lui ai dit est valable pour moi.
Je ne l'ai jamais trompé, lui, je ne sais pas, je ne crois pas, en tout cas je n'ai jamais rien senti de différent.
Et puis, en fait, je ne me pose que très rarement la question, le principal étant pour moi d'être aimée par lui comme au premier jour ; )
Bises, Marie, tu poses toujours les bonnes questions !!!

Hélène a dit…

Beaucoup de commentaires sur ce sujet sur lequel les opinions divergent mais sont hyper intéressantes.
Perso l'infidélité je ne trouve pas ça "mal", ca doit certainement être salvateur pour certains couples, même si j'ai du mal à croire qu'un couple "libre" dure: j'ai des exemples autour de moi. Il y en a souvent un des 2 qui papillonnent plus que l'autre, et ça c'est dur à vivre et souvent les sentiments s'en mêlent et on finit par tomber amoureux de quelqu'un d'autre.
Je suis en couple depuis 10 ans, (j'en ai 28) j'ai déjà eu envie d'aller voir ailleurs et lui aussi, on l'a pas fait mais je ne me sens pas frustrée. Par contre, j'aime sortir et sentir que je plais à d'autres, me dire que je pourrais aller plus loin, mais ça me suffit.
En fait, je trouve que quand on aime vraiment profondément une personne, on se donne à fond pour elle et donc on est fidèle et c'est normal. Une des lectrices écrit qu'il faut profiter de la vie et donc assouvir tous ses fantasmes. Certes, mais elle est avec un mec qui a le même discours, donc ca fonctionne. Là où le bat blesse c'est si cette vision du couple ne concerne qu'un des deux, ça va forcément mal aller. C'est sur qu'il vaut mieux vivre en accord avec soi même, avec ses envies, mais lorsqu'on est en couple, on entre dans la vie d'une autre personne, on devient en partie responsable de son bien être. Donc on ne devrait pas lui faire de mal. Théoriquement
Et puis du cul pour une soirée avec quelqu'un que tu ne connais pas et qui ne te connaît pas (sexuellement j'entends) je me dis que ça doit souvent être foireux. Non? Alors qu'avec mon mec, même quand c'est "raté" ca reste trop bien.
Bref, un commentaire un peu décousu, mais j'avais moi aussi de m'exprimer sur le sujet (même si ce serait plus sympa d'en parler "en vrai")
Bises marie et continue tes posts, c'est toujours hyper intéressant :)

lilo2 a dit…

Que l'on soit fidèle ou non, l'important est sans doute d'être en accord avec soi... si je devais être infidèle, ce serait sans doute pour combler un manque. Et mon compagnon aurait sans doute la même motivation, puisqu'on s'aime énormément. Et si cela arrivait, je préférerais ne pas le savoir !
Quand on est en couple pendant longtemps, je concois que cela puisse arriver car il y a des périodes parfois plus délicates, ou on s'éloigne l'un de l'autre. Le risque serait de tomber amoureux et de mettre en péril une belle histoire.
Il y a aussi la question de la séduction qu'il ne faut pas négliger. Ces moments ou on se cherche, ou on se frôle... qui peuvent manquer parfois quand on vit ensemble depuis longtemps et qu'on a envie de retrouver. Bref, l'infidélité me parait être une question qu'on ne peut pas trancher facilement. Chacun se débat avec ça comme il peut ! ;-)
Suffit de voir le nombre de commentaires !

Leilaa a dit…

Salut Marie,

Juste pour te remercier, vraiment, sincèrement, d'avoir abordé ici le sujet.
Je suis exactement comme toi, c'est à dire que l'idée même que mon mec puisse regarder ailleurs ou être troublé par quelqu'un me rend malade. Vraiment. Si je suis honnête avec moi et que je retire la complaisance que je peux avoirà mon égard, je veux au fond être la seule. Même pas la préférée. La seule qui compte pour lui ("4 ans inside", come tu le dis si bien). Et comme j'en ai très très honte, d'être comme ça, je refoule ça et je fais ma fille forte qui s'en fout et qui vit normalement comme toutes les filles qui s'en foutent et que ça fait marrer que leur mec mate les gonzesses sur la plage. J'aimerais bien, moi aussi, à 29 ans, être comme elles... Mais j'ai toujours pas de réponse, alors, en attendant, je refoule et lis les comms de tes lecteurs et lectrices. Et te remercie, vraiment, pour la pertinence de tes propos et la justesse de tes mots. Tu exprimes les choses mieux que je ne pourrais me les dire à moi !

Stéphanie a dit…

Je ne pense pas que ce soit uniquement une question d'orgueil.
Pour l'avoir vécu, quand la personne que tu aimes te trompe, ça remet tout en question. Il n’y a plus de confiance en l’autre (alors que pour moi c’est primordial dans une relation) mais tu perds aussi confiance en toi. Le doute s’installe partout et relancer le truc entre les deux devient périlleux. Bref, selon ma vision du couple la fidélité est un élément clé, si elle n’est plus là c’est que quelque chose de plus profond cloche.
Je ne suis pas sûre de répondre vraiment à ta question mais ce sujet me tient vraiment à cœur et j’avais envie d’apporter mon petit grain de sel ;)

Anonyme a dit…

ce post tombe à pic pour moi...est-ce un signe?
après 7 ans de relation avec mon ami il vient de m'avouer qu'il m'a avoué plusieurs fois avec des filles car il se sentait totalement délaissé par moi et il pensait que je ne l'aimais plus.
Il me dit que que tout ça c'est passé avant notre emménagement il y a 1 an et qu'il m'en a souvent souvent parlé mais que je prenais ça à la légère...
bien sûr qu'à l'heure où j’écris ce commentaire je suis effondrée par cette nouvelle:( j'ai comme l'impression que le sol s’effondre sous mes pieds sans pouvoir refaire surface...cet homme je l'aime mais je pense qu'il va être très difficile de pardonner...
Que faire ? que dire ? quelle décision prendre? je n'en ai aucunement la réponse...on avait des projets ensembles : enfant, achat d'une maison...
Tu parles marie dans ton post de cette sensation "d'être la plus aimée"...je pense et c'est ce qui me rassure c'est que c'est moi qui aime le plus...et que ce besoin purement égoiste d'aller séduire quelqu'un d'autre pour se sentir désirer...n'est pas de l'amour...
la question que je me pose c'est comment faire face? c'est toujours à la personne trompée de surmonter cette trahison et c'est d'autant plus dur que l'autre personne doit tout faire pour te redonner confiance...car vivre dans l'angoisse d'une énième tromperie n'est pas la solution...
depuis cette annonce, je fais le tout des couples autour de moi et effectivement la fidélité est réellement une denrée rare de nos jours...et j'en suis désolée..
je pense sincèrement que la fidélité peut être pardonner à condition que cela puisse faire avancer le couple...et puis personne n'est à l'abri...
Je sais plus où j'avais lu ça mais "aimer c'est renoncer à soi"...

je t'embrasse marie
merci pour ces posts toujours plus enrichissants...
cindy

Anonyme a dit…

Quand tu nous parle de ça, la référence immédiate qui me vient c'est "le supplément au voyage de Bougainville" de Diderot, un peu datée la référence, certes, mais encore tellement à propos...
Une belle réflexion sur la notion de couple, d'amour, et de liberté !
Bisous Marie :)

Camille a dit…

Je n'ai pas eu le temps de lire ce qui est écrit plus haut. J'ai simplement pu constater dans mon entourage que certains élaborent une distinction qui se veut rationnelle entre amour et désir pour vivre une union "libérée". Je n'y crois pas, même si les deux s'entendent a priori. Sinon, pour la plupart la fidélité est prônée comme une valeur morale. Pour ma part, je n'ai pas de dogme sur la fidélité, c'est une question de vécu, de parcours. Ce que je peux dire c'est que dans notre société occidentale, avec la place qu'a l'individu, ça ne peut pas marcher s'il n'y a pas un fond de fidélité, une "option fidélité". Et lorsqu'un "accident" arrive, il vaut mieux ne rien savoir, sinon ça fait trop mal. Encore que c'est une épreuve surmontable.

Zebul a dit…

Certes...Mais si tu es trompée il y a forcement un risque que tu ne sois plus la favorite.Sur ce sujet je suis ultra psychorigide, ça fait mal, c'est mal et un point c'est tout.J'ai du mal à y penser de façon calme et raisonnable.
Si la relation est basée sur un contrat moral de fidélité c'est, par conséquent, un manque de respect de tromper l'autre.
Sujet difficile et lourd d'affects...

Elena a dit…

" Sincerement, je ne crois pas que l homme, tel que nous avons ete eduques dans nos societes, puisse trouver du salut dans l infidelite " je suis totalement d'accord avec ça.
Mon 1er amant ne sachant pas s'y prendre et étant très maladroit mais nullement jaloux, il ne m'avait jamais.. posé de limites. Donc pour moi (j'avais alors environ 19 ans), la fidélité n'allait pas de soi. Ca allait de soi en tant que valeur sociétale mais pas à l'intérieur de notre couple.. J'ai fini par embrasser un autre homme mais ce n'était pas ça le plus grave : je suis tombée profondément amoureuse d'un autre, et là est sûrement la vraie infidélité. Parce que c'était de l'infidélité, alors qu'il ne s'est rien passé !

Mon copain actuel est au contraire extrêmement jaloux et on en a beaucoup parlé et il m'a posé des limites dès le début. Eh bah ça m'a fait du bien, ça m'a recadrée, ça m'a donné des repères, ça m'a aidée à m'y retrouver. Aujourd'hui je n'imagine pas une seconde faire un pas de travers avec un autre homme. Non pas parce que la fidélité est considérée comme bonne, mais parce que cela ferait terriblement du mal à mon homme, et que je l'aime tellement que l'idée même de lui faire du mal me déchire le coeur...

C'est mon expérience, pour le reste, je n'en sais rien... Mais je pense que l'honnêteté et le dialogue doivent rester des valeurs phares, quelque soient les choix du couple. Faire ses choix à deux, en somme. Les commentaires postés sont aussi inspirants que ton post, Marie.

lunelo a dit…

-"Quand on prend le truc à froid, le couple c'est à 2 et c'est fidèle"
bon alors je partirai du postulat qu'etre en couple c'est etre 2 POINT(et encore que diraient les mormons et polygames en tous genre et quid des polyamoureux?) Donc on va dire au moins 2 ;)
parce qu'on sait qu'en fonction des milieux socio culturels et des réalités historiques c'est variable

qu'est ce qui/ on trompe?

La societé au sens ou etre fidele c'etait finalement peut etre (avant tout) etre fidele a une filiation s'assurer que les genes soient perpetués et qu une traitrise foutait le jeu genetique en l'R?

avant il y avait le mariage economique/le contrat patrimonial et l'amour courtois progressivement tout a été basculé, le cul avant la romance et j'en passe, n'oublions pas que notre pensée est aussi modelée par l'epoque à laquelle nous vivons

J'ai lu femmes mal aimées , merci a la "commentateuse"qui en a parlé

elle dit que mal aimées notamment en evoquant la femme et la maitresse et lhomme (mais je suis persuadee que ce pourrait etre une femme mm si elle a des explications psy sur la maman qui est aussi l'amante de papa etc) qui a besoin des 2, triangle amoureux indivisible. En gros l'amante si elle devient la femme officielle, il ira recherche de nouveau une autre amante

-"Embrasser, coucher avec quelqu'un d'autre ne peut avoir du lien qu'avec soi, sûrement pas avec l'autre."
En es tu si sure?(je pose la question hein, pure dialectique) certains pretendent qu'aller chercher ailleurs c'etait a posteriori justement pour regler leurs pb de couple... D'autres pretendront effectivement et bien au contraire comme dans les com que delaissés ils avaient besoin de plaire, seduire,redorer leur narcissicisme blessé

et qu'en est il d'aimer alors quand pouvons nous seulement avoir la certitude d'aimer l'autre que soi et non pas un miroir de soi(e)?

-"L'autre n'est pas forcément concerné par ça, alors finalement pourquoi lui dire? Pourquoi devrait-il souffrir de ça?"
oui mais parfois il est tres concerné par ça et ça c'est quoi? cf plus haut...
il y a cette citation qui dot les chaines du mariage sont si lourdes a porter qu'il faut etre 2, parfois 3 pour les porter ou etre en couple c'est avoir des pb qu'on aurait pas tout seul....
Je ne sais pas si l'autre n'est pas concerné par ça, je ne sais pas c'est flou, je n'arrive pas a le formuler, ce n'est pas histoire de responsabilité ou de culpabilité mais je dirais que ça concerne le couple, le conjugal et l'extra xonjugal qu'on le veuille ou non qu ils s'agissent de personnes mal aimées, traversant une crise ou autre

par ailleurs on peut etre fidele sans aimer, par convention, education ou autre alors peut on aimer et etre fidele, certains dans les com disent pour eux l'importance du partage, de l'intimité

encore une fois et ça me vient souvent en tete en ce moment, il n'y a pas de regle, bien sur il y a les normes sociales d'une epoque donnée mais dans le secret de l'alcove tout est possible et nous manquons par trop souvent d ouverture d'esprit et de tolerance

je serais la 1ere a proner la fidelité mais je la rattache a la possessivité et a un animal qu'on tient en laisse façon lassie chien fidele et je sais que cette possessivité tient a mon manque de self esteem, ce n'est pas de l'amour.
il m'est arrivee une fois alors que j'etais en couple dans une histoire pourtant passionnel d'etre attirée par un autre qui n'avait strictement rien a voir. Bien sur cette attraction avait des raisons d'etre Je l'ai rangé dans un coin de ma tete pour ne pas oublier que rien n'est simple, que parfois les rencontres nous rappellent qu il faut partir tout comme qu il faut parfois rester...
alors la fidelite? pt etre a des principes:)

Sofiiia a dit…

Chère Marie et chères lectrices,
Raaaah mais intéressant ces sujet!
Ça fait bientôt 7 ans que je suis en couple et ceci depuis l'âge de 20 ans. Nous sommes très amoureux lui et moi, je pense être très épanouie dans mon couple.
En 7 ans, j'ai eu 2 fois l'envie -la vraie, tenace, qui dure des jours, des mois- de tromper mon amoureux, à chaque fois lors de longs séjours à l'étranger et les deux fois ce fut pour une personne pour qui j'ai eu un jmmense coup de cœur.
Je pense même que je suis un peu tombée amoureuse de la 2e personne. Mais tout en restant profondément amoureuse de mon chéri.

J'ai donc réalisé plusieurs choses: je ne pense pas être en danger de tromper mon amoureux pour un coup d'un soir: j'suis une grande dragueuse, j'aime plaire, mais je me connais bien et je sais me mettre les bonnes limites pour ne pas me retrouver en situation trop chaude. En faut j'ai oasis besoin de passer à l'acteur ressentir épanouie tant sexuellement que dans mon désir de séduction.

Par contre, j'ai aussi réalisé qu'il était possible d'erre très amoureuse mais d'avoir en même tempos un gros coup de cœur pour une autre personne, voire même tomber amoureuse. Et là, mon dieu c'est dur de résister à cet autre amour.J'ai franchement hésité à sauter le pas la deuxième fois. Ce d'autant plus que je vivais dans un autre pays que mon amoureux, que ce n'aurait ou être qu'une magnifique romance, il repartait vivre en Australie...
Mais finalement, j'ai supporté cette douce douleur, ce désir fou, parce que cette phrase d'un ami l'a emporté: " il n'y a rien de plus beau en amour que l'effort, parfois surhumain, de rester fidèle à son couple parce qu'on croit en lui et qu'il en vaut la peine". C'est ça que je trouve beau dans la fidélité, c'est que c'est parfois un gros effort, meme douloureux, mais que l'on est prêt faire par amour.

(Merci Marie pour tes magnifiques articles, tu es pleine de charme, de douceur et d'intelligence!)

Camille. a dit…

La question est de savoir si on se base sur un point de vue purement égoïste ou altruiste. Je m'explique: Si on perçoit le couple comme le fait de toujours penser pour deux, ou du moins essayer de combler l'autre, de le rendre heureux, de s’intéresser à son bonheur, alors on ne peut pas envisager la tromperie comme une possibilité car ce serait un obstacle au bonheur du partenaire et donc au bonheur de l'entité "couple" que l'on forme avec lui .

En revanche, on peut aussi vivre le couple comme quelque chose qui, certes, fait partie de nous, de notre vie, mais se percevoir soi-même comme existant en dehors du couple ( la vision "égoïste" ou du moins égocentrée). Dans ce cas, on n'a à coeur de faire passer ses désirs et son bien-être personnel ( son bonheur en somme) en priorité ( et non pas le bien-être de l'entité "couple"). Et là, seulement là, la "tromperie" est envisageable parce qu'on ne pense pas au mal qu'on fait à l'autre, on ne pense qu'au bien qu'on se fait à soi.

valhefar a dit…

Ahhh la fidélité, la tromperie, tout ça tout ça... J'ai toujours eu un rapport compliqué avec la fidélité et la jalousie (ça va ensemble non ?).
De nature je ne suis pas jalouse et je n'ai jamais estimé que ce soit un déshonneur suprême que d'être trompé. Je ne suis pas au 36e dessous, je ne veux pas casser la gueule de mon mec ou de la nana. J'estime juste qu'il y a mensonge et donc qu'il n'y a plus de confiance possible, et j'arrête tout, point. Pas de cri ou de larmes, juste de la déception... Mais ça pourrait être pareil dans toute autre situation où il y a du mensonge, je ne réserve pas ça à la tromperie.
Quand j'étais ado, j'étais folle amoureuse d'un garçon (je pense que je le suis toujours d'ailleurs...) mais c'était je t'aime moi non plus, on sortait ensemble quelques semaines (quand t'es ado tu comptes en semaines, voire en jour !) puis on rompait. On était une super bande de potes et, je ne m'explique pas pourquoi, j'ai plusieurs fois arrangé le coup entre mes copines et lui. Le plus fou c'était que de les voir ensemble ne me faisait pas plus mal que ça. Ce qui me faisait mal c'était juste qu'il ne m'ais pas choisi moi. Je n'en voulais ni à lui, ni à mes copines (et encore heureux puisque j'étais l’entremetteuse !)... je mourais juste d'envie d'être dans ses bras.
Est-ce que je suis fidèle ? Et bien, dans la mesure du possible, oui ! J'ai rarement trompé, et quand je l'ai fait c'était parce que mon couple battait de l'aile. Si tout va bien, on a aucune raison d'aller voir ailleurs si l'herbe est plus verte... enfin dans mon cas, c'est comme ça que ça marche ! :)

Anonyme a dit…

bonjour marie,
j'aime beaucoup tout ce que tu écris, et tu écris très bien..
Alors je suis une débutante en amour, j'ai 32ans et cela fait un an que je vois un homme plus âgé, 17ans nous séparent. Il est mon premier vrai baiser mon premier flirt mon premier amant mon premier amour, j'ai attendu d'avoir 31ans. J'étais donc vierge. Pas par choix, mon chemin c'est fait ainsi..
Il a donc eu beaucoup de relations, beaucoup.. et son grand amour qui a duré très longtemps, ils se trompaient mutuellement et se sont faits très mal..
Alors j'y pense des fois, mais très peu, on se respecte beaucoup, et je vis cette histoire en acceptant son passé, je ne conçois pas d'être malhonnête devant un amour inconditionnel. Je ne suis pas du tout possessive, ni intrusive, c'est finalement lui qui vient tout naturellement se confier à moi.
Quand on trompe dans le secret, il me semble injuste de laisser l'autre ignorant dans son amour inconditionnel, de le laisser s'y enfermer, c'est égoïste vis à vis de l'autre. Ne pas le laisser dans l'ignorance, c'est lui donner le choix, le choix de reprendre sa liberté, d'avoir le choix de reconsidérer son amour pour l'autre, de reconsidérer sa vie si il n'en avait pas eu le courage..
L'infidélité dans l'ignorance de l'autre, se dire que l'on a son amour alors à quoi bon lui faire du mal, ne pas lui dire pour garder son amour, c'est juste injuste, l'autre a le droit d'avoir le choix de savoir, et le choix de nous retirer l'amour qu'il nous portait alors..
Tromper peut aussi mettre la santé de l'autre en jeux, c'est prendre certains risques, quand on fait l'amour à quelqu'un c'est aussi faire l'amour avec toutes les personnes que l'autre a sexuellement croisé..
Comme j'étais vierge il a refait toutes les prises de sang nécessaires(il les avait déjà faites il y a trois ans et pendant ces trois ans il a été abstinent, fatigué de ses histoires passées) pour ne pas prendre de risque avec moi, sans me le dire il les a refaites pour moi, par crainte pour moi..je veux dire il y a aussi de ça dans l'infidélité, c'est faire coucher l'autre dans l'ignorance avec les maîtresses ou amants éventuels, c'est une vision un peu brutale et extrémiste c'est vrai, mais il y a un peu de ça..
Voilà il me semble que l'autre dans l'ignorance ne peut pas avoir ou faire des choix..lui enlever ça est égoïste..

(Marie continue à écrire...je te suis depuis longtemps...j'ai une vie flottante, n'arrive pas à faire de choix, à me lancer..ton blog me touche beaucoup...d'ailleurs cette histoire d'amour m'a mise face à moi-même, je fuis en général ma vie, lui a déjà fait son chemin, pas moi, je le mets face à mon avenir incertain, je ne lui permets pas de se projeter avec moi, je prends une grande claque d'avoir tout fuit jusqu'à maintenant, je n'ai jamais eu besoin de me construire pour quelqu'un, d'envisager avec et pour l'autre...je ne savais même pas ce que cela signifiait...)

Marine a dit…

Bonjour Marie,

Je sors de mon silence parce que ce post tombe pile au moment où je suis en train de revoir ma vision du couple.

J'ai 22 ans et je viens de quitter mon premier amour avec qui j'ai passé 4 ans, pour un nouveau garçon.
En 4 ans, on a vécu 2 ans ensemble, puis 2 ans séparé (genre vraiment, dans des pays différents quoi, merci Erasmus !).
Il est parti en premier, c'était l'année dernière : jalousie maladive de ma part, crises d'angoisses, ruptures sur skype, espionnages sur facebook ... la totale en somme. En fait, avec le recul je me rend compte que j'étais totalement parano, je n'avais aucune raison de m'inquiéter.
Cette année c'est moi qui suis partie (ouai, on a fait les choses bien nous, on part pas en même temps et on enchaine.)et j'ai rencontré le Nouveau garçon il y a à peine 2 mois.
Je ne suis pas vraiment amoureuse mais un peu quand même ... je suis surtout fleur bleue, en fait.
Quoi qu'il en soit j'ai envie de croire que ça peut marcher même si ça veut dire redémarrer une relation à distance. J'y croit parce que j'essaye de me convaincre que ça sera plus facile. Je me dis que quand on est pas amoureux, on peut tolérer plus de choses, au moins au début.

J'ai lu un témoignage d'une fille vivant une relation "libre". Elle disait qu'elle était jalouse, tout le temps, mais qu'elle s'était habituée à cet état et qu'il était devenu normal, que ce n'était pas si difficile de vivre avec ça.
Si on reste la préférée et qu'on le sait, qu'on est en sûre, je pense qu'on peut être heureuse.
Par contre, j'ai du mal à concevoir ce type de relation dans un contexte autre qu'à distance, mais ça se trouve ça viendra (il y a encore quelques mois, je ne pensais pas pouvoir tolérer ça, peu importe le cas.)

Après 4 ans de fidélité absolue, je me lance dans ce genre de relation. Le pire c'est que je suis grave motivée, tellement que j'ai quitté Facebook ! ;)


J'ai un peu honte d'avoir autant raconté ma vie, finalement, je ne fais absolument pas avancer le débat et je suis bien consciente qu'à 22 ans je suis encore un bébé, mais ton post m'a fait réagir. Je reviendrai dans quelques mois pour raconter comment une fidèle doublée d'une jalouse devant l'éternel a géré une relation libre.

Marine a dit…

Très intéressante cette réflexion. Effectivement il s'agit d'une question d'ego et d'expérience. Pour toi c'est le sentiment de rejet, ça met en lumière sans doute une part de ta personnalité, de ta peur; alors que pour certaine c'est une question d'orgueil de fierté, ne pas supporter d'être la seule et donc punir par la même l'homme en le quittant. Après longue réflexion là dessus je me suis crée une nouvelle doctrine de l'amour tout puissant, l'amour au dessus de ces considérations de tromperie, même si ça peut faire mal, l'essentiel c'est tout de même le vrai amour, celui qui resistera à ce genre de faille, qui passera au dessus. Au lieu d'être rabaissant (rester avec l'homme qui a trompé) je trouve ça plutôt beau, plus pur. Pourquoi sacrifier des futures années de bonheur pour son ego, sa fierté, ses peurs. Mieux vaut tenter de passer au dessus de cela, continuer à aimer car une femme ou un homme trompé sera blessé, mais n'arrêtera pas d'aimer. De plus dans la construction d'un amour solide, les bas, tel que la tromperie ne font parfois qu'aider, va voir ailleurs si j'y suis, et reviens moi si tu te rends compte que c'était sans intérêt.

Anonyme a dit…

Merci Marie pour ce blog si intéressant, et comme je l'ai lu dans certains commentaire, ça ouvre des horizons et de nouvelles pistes loin des articles formatés des magazines...

Diff de ne pas réagir ... C'est épidermique ce sujet !

Comme l'a dit precedement quelqu'un cette question dépend beaucoup du moment, de comment je me sens, si ça va au boulot, dans les relations, dans la famille... Avec moi même... Si je fais du sport et me sens bien ou pas...

Et comment va l'autre...

Et c'est constamment en mouvement...

Après il y a ce que je me dis avec la raison et ce que je ressens... Qui ne vont pas forcément dans le même sens...Non plus

Idéalement à 40 ans après 14 ou 15 ans de vie commune, 2 enfants, après avoir été trompe... Mais avoir été la préfèree (?) ... Je rêve toujours de la fidélité éternelle....pour toujours.... Un vieux truc de chevalerie ou qqch comme ça... Voir même par peur.... Par grande peur d'être abandonnée, que qqch change tout ça....

Mais c'est peut être aussi parce que pour ma part je n'assume et n'ose pas séduire...

Mais je sais qu'il y le temps... Et que quoi qu'il arrive on ne fait que passer.... Cette question touche de très près l'idée du vivant et.... De la finitude...

Hum.... Désolée je crois que je fais vraiment une déprime avec le passage à la quarantaine !....

Mais merci encore pour ton blog et merci aussi aux lectrices lecteurs .... C'est chouette de vous lire !

Nanie a dit…

Alors qu'en général je zappe ... je me suis arrêtée à regarder ces Marseillais, après la lecture de ton article.
Et .. j'aime ça. Un peu de légèreté, voir carrément de la stupidité mais aussi des bons sentiments parfois, des embrouilles aussi, de la fête, du soleil.. Ca ressemble à l’adolescence et aux années suivantes et ça fait du BIEN !
merci pour tes choix improbables ! :)

Anonyme a dit…

il faut lire "Le Zubial" d'Alexandre Jardin et aussi "L'ile des Gauchers" (:

yassine nebhi a dit…

C'est le 54 ième commentaire

Cassis a dit…

Bonjour,
Pour ma part, je lutte périodiquement contre l'envie de tromper mon copain.. Je me demande souvent combien de temps j'arriverais à resister à la tentation.

- Ce qui me donne envie de le tromper: profiter de ma jeunesse, plaire, retrouver les premiers émois, retrouver mon côté très sexuel qui s'est perdu avec le temps..
En gros, que des choses qui ont à voir avec moi et non lui (d'où le malaise de l'expression "le tromper", c'est pour moi que j'aimerais faire cela, pas par rapport à lui..)

- pourquoi je resiste: parce que je l'ai déjà fait à mon ex et je sais que l'euphorie passée, la culpabilité est étouffante et qu'il est très long de se pardonner à soi même, surtout quand on fait souffrir quelqu un que l'on aime (ne nous mentons pas, meme si on ne le dit pas, l'autre en a l'intuition s'il nous connait bien), parce que j'ai peur de ne plus avoir envie de mon mec, parce que je trouve ça immoral...


Je continue d'espérer que je tienne ! car je tiens vraiment à mon couple. Peut être ne suis je pas faite pour être en couple...

Merci pour ce débat !

Anonyme a dit…

Hello Marie,
Je suis au travail donc pas le temps de m'étendre, malgré l'envie... Mais une idée lecture qui me vient à froid, comme ça, notamment sur le polyamour (dans mon souvenir), mais pas seulement : 4e Génération de Wendy Delorme. Tu connais ?

Charlotte

Estelle a dit…

Sans vouloir raconter ma vie ... j'ai toujours eu la foi en Dieu. Ce sentiment s'est accentué il y a quelques années.

Ma vie spirituelle s'est renforcée.

J'ai rencontré l'homme qui est aujourd'hui mon mari.

Je suis très amoureuse et n'imagine pas le tromper. Bien sûr, je suis actuellement sur mon petit nuage, tout va pour le mieux alors c'est "facile" de dire cela maintenant.

Mais c'est que j'ai trouvé plus que cela. J'ai ma foi.

Le trahir (ou qu'il me trahisse) serait terrible.

Ce qui est beau dans l'amour, à mes yeux, c'est la fidélité. Homme ou femme. Dédier sa vie à quelqu'un (ce qui n'empêche nullement d'avoir la sienne), prendre soin de cette personne, s'épauler lorsque cela va mal, rire ensemble lorsque cela va bien, chercher des solutions lorsque le désir est moins fort, redécouvrir le sexe ensemble.

L'amour pour moi n'est pas de chercher des solutions ailleurs. C'est de communiquer avec son partenaire.

Exprimer ses peurs ! "Je me sens moins aimée", "Je ne me sens plus désirée"

Si l'autre ne réagit pas, bien sûr que l'on peut aller jusqu'à parler du divorce mais tromper serait me tromper moi-même. Divorcer c'est lorsqu'il n'y a plus de solution. La rupture peut être salvatrice, j'en conviens. Mais ô combien d'efforts devons-nous à notre couple et à nous-mêmes avant cela !

L'infidélité ce n'est pas que du sexe, c'est aussi baisser les bras. "Il" ne m'apporte pas cela alors je vais aller le trouver ailleurs.

C'est vouloir de la nouveauté tout en gardant la sécurité des habitudes.

C'est du mensonge.

C'est faire mal à l'autre s'il l'apprend.

C'est je crois on ne peut plus basique dans l'échelle des valeurs mais l'on se donne des excuses. "J'avais de bonnes raisons" dira-t-on.

Au contraire, je pense que ce qui est juste est évident à notre âme et que ce qui est néfaste est tout aussi évident. Nous savons ce que nous faisons, mais nous le faisons quand même. Se pourquoi je dis que tromper mon mari serait me tromper moi-même.

Ma foi m'a redonné le sens des valeurs, le sens des responsabilités et cela fait du bien !

J'ai la sensation merveilleuse de repousser ce qui est "mal" et de savourer ce qui est "bien". Ce qui est le plus impressionnant dans tout cela c'est que lorsque l'on s'engage vraiment (envers Dieu non envers un homme), repousser le mal n'est même plus difficile.

Et les fruits de nos bonnes actions, la fidélité par-exemple, sont extrêmement savoureux.

C'est une vie réellement enrichissante.

L'échelle des valeurs n'est plus la même.

Ninie Pouce a dit…

J'ai donc lu cet article et je réponds sasn avoir lu les commentaires pour ne pas me disperser.

Tu n'es pas la seule à réagir comme une enfant de 4 ans. j'aime aussi être la "préférée" même avec mes amis. Ce que j'aime dans l'idée de l'amour, c'est cette facilité à se perdre l'un dans l'autre, à accepter de faire rentrer quelqu'un dans sa vie de manière indélébile, de lui faire assez confiance pour le laisser te marquer et faire la même chose. Pour moi, ce doit être fort et partagé, sinon ça ne sert à rien.

Je ne suis pas contre "un coup de canif dans le contrat" : les hommes (et les femmes) sont faibles. Un moment de moins bien et c'est facile de se laisser emporter. L'important est d'être honnête avec soi. Rares sont les couples qui s'aiment très fort mais reste fidèle toute leur vie. J'aurais tendance à penser qu'un trompeur est un connard. Il le serait de tromper au bout de 6 mois de relation. Un peu moins au bout de 6 ans, un bébé, un labrador et un crédit.
Je ne suis pas de celles qui aiment les "unions libres". Je me sentirais trahie d'être trompée. Mais ça pourrait m'arriver de me perdre dans les bras d'un autre, qui m'a sourit alors que mon mec passe ses journées à me prendre la tête.

Je crois qu'il n'y a pas vraiment de règles, en fait, et c'est bien ça qui nous angoisse.

Anonyme a dit…

Je n'ai jamais été trompée (du moins, je l'ignore à ce jour), mais mon dernier petit ami m'a quitté pour une autre fille. Il a commencé son jeu de drague et de séduction alors que nous étions encore ensemble.
Ils se sont mit officiellement ensemble immédiatement après notre rupture.
Ce qui m'a fait le plus mal au début, c'est de le savoir désirer une autre fille alors qu'il m'avait moi, juste là. Je pense qu'on en revient au problème de l'égo, au fait de savoir qu'on ne "suffit pas", alors que diable, nous sommes aimables! Je n'étais pas parfaite, mais j'étais aimable.
Donc oui, au départ ce qui m'a rendue mal c'était cet attrait sexuel qu'il pouvait éprouver pour elle. Mais par la suite, je crois que ce n'est pas cet aspect là qui est le plus terrible. Comme dit précédemment dans les commentaires, le pire c'est vraiment cette intimité créée entre eux, les "private jokes", l'admiration qu'il peut avoir pour elle (elle est brillante....brillante)... l'aspect intellectuel en somme.

Mais ma peine est passée, je me console en me disant que rien ne dure éternellement et que le nouveau deviendra vieux un jour, et ce après avoir regardé "Take this waltz", que je te conseille Marie ;)

Grosses bises

http://l-ifini-et-au-dela.tumblr.com/ a dit…

Hello,
Viens de découvrir ce blog.

En effet, cette question doit parler à plusieurs d'entre nous et pour résumer et faire court, les mots que je choisirais sont en effet Orgeuil et Etre la Préférée

Même si cela ne se limite pas à cela, qu'il y a tout le reste du vécu dont il faut tenir compte.

Merci pour ce billet

Clara a dit…

Je pense que chacun fait comme il lui semble, mais que dans tous les cas faut que ça soit clair et être honnête. Si tu veux être fidèle et qu'avec une personne, précise-le lui, voyez si vous avez les mêmes envies, et soyez fidèles, et si tu ne veux pas, dis-le aussi, et protégez-vous par respect pour l'autre, pcq quand on va à droite et à gauche faut vraiment faire attention!
Moi je suis une âme romantique, viellote qui pense que l'amour c'est à deux et qu'à deux, que le vrai grand amour existe, qu'il y a des gens faits pour être ensemble,... Je suis heureuse depuis bientôt 3 ans avec mon Fox, je suis amoureuse et fidèle. Je ne vois pas d'autres garçons que lui, ou alors je le svois mais pas comme des garçons, je ne sais pas expliquer, en gros ils ne me font aucun effet!
Mes parents ont voulu se la jouer cool et ouverts et s'autorisaient de voir ailleurs et ça leur a causé plein de problèmes... Ils se sont blessés, éloignés, perdus et m'ont fait souffrir avec leurs conneries! Je leur en veux, et c'est une raison de plus à pourquoi je ne ferai jamais ça!
Je pense qu'on peut essayer si on est sans enfants, mais pas avec des enfants, c'est injuste, irresponsable, et ça n'engage plus que eux, l'enfant est dedans sans le vouloir...

Anonyme a dit…

Je n'ai pas lu tous les commentaires mais je voulais apporter ma petite pierre à l'édifice. Parce que je n'aime pas la jalousie, que ce soit la mienne ou celle des autres.

Et pour cela je vais citer Audren :
http://lesfessesdelacremiere.wordpress.com/2013/07/22/allez-lire-ailleurs-si-jy-suis-interviewe-par-marylin/

Les deux liens dans cet article et la plupart de son blog, définissent bien ma version de la fidélité.
C'est a dire une fidélité de paroles et d'actes plutôt qu'une fidélité de corps.

Anonyme a dit…

"Mais ça ne m'est pas douloureux par amour, c'est même tout le contraire, ça m'est douloureux par orgueil et surtout par faille. C'est le sentiment de rejet que je n'aime pas.

Dans le fond, si j'y réfléchis bien, ce qui m'importe le plus, c'est d'être la préférée."

Egosoucis bonjour ! C'est bien je crois ce même problème qui me fait le plus souffrir. Je suis exactement pareil. Qu'il regarde des profils fb de meufs, ça me rend malade, car je n'ai pas le contrôle sur ses pensées. qu'il trouve des meufs jolies, voir sûrement probablement plus que moi, ça me rend folle. Il a beau me dire qu'il n'aime que moi, que je suis la seule, et qu'il "regarde" juste et ne fera jamais rien, j'ai quand même du mal. Ce sentiment de rejet dont tu parles, combien de fois je l'ai ressenti....si fort..Je sais pas comment m'en sortir, je me pourris. [Actuellement, c'est même sexuellement que ça me pose problème. Je voulais m'informer, me comparer à ses ex, il m'a dit qu'on ne pouvait pas comparer une chose bien à une autre chose différemment bien mais que c'était parfait avec moi... et bien, ca me TUE que ça soit pas avec MOI le BEST. (dois-je consulter?)Si c'est parfait, (et je sais qu'il le pense) comment ça peut pas être mieux qu'avec les anciennes? Et ca ne me passe pas.
Je suis désolée d'avoir fait de cette réponse un petit exutoire. J'ai tant de choses à lâcher. Ceci dit, pour ne pas être totalement inutile, je te conseille de lire "Je t'aime à la philo". Je te le conseille plus que ça, même, vraiment, lis le. Des passages m'ont laissée bouche bée et c'est une mine d'or concernant la construction des morales/normes amoureuses et sexuelles.
love

Mia Gomez a dit…

Êtes-vous avoir une relation d'amour infidèle, rencontrer son mec, trouver son âme sœur, site de rencontres, histoire d'amour authentique et trouver son âme sœur. Je vais vous dire Où trouver l'amour de sa vie, Relation saine, Méthode pour trouver le bonheur dans l'amour et Meilleure approche pour trouver l'amour. Vous pouvez vérifier pour le saisir chaque opportunité dans l'amour, trouver des relation amoureuse infidèle, infidèles amour relation et avoir diverses rencontres infidèles.