Pages

26.6.13

JOSS x IDENTITÉ x FUTUR

Joss Whedon Explains Buffy The Vampire Slayer

J'ai parlé de Buffy la tueuse de vampires plus que de raison sur ce blog, je sais ( et je crois sincèrement ne pas en avoir terminé tellement je trouve que cette série est... est tout ce qui faut. Tout... )

J'adore Joss Whedon son créateur... Je ne vous ai pas encore parlé de Dollhouse? Je ne sais plus mais je ne crois pas... C'est une si belle série sur l'identité, une série qui désangoisse l'idée même d'introspction. Une série qui parle à tous les êtres humains qui sont en toi... Sans jugement... Comme ça.

Bon bref, je m'emballe encore.
Antonia a laissé il y a quelques temps, dans les commentaires sous une vidéo, un commentaire qui parlait du blog de Girls and geeks où il y avait un discours de Whedon à l'université de Wesleyan.
En plus de la vidéo, et c'est là que c'est cool, il y avait la traduction du dit discours par Ondine.

Avant de tout vous mettre comme ça, comme une kléptomane de l'internet, j'ai demandé à l'auteur du blog Girls and geeks et vu qu'elle a dit oui:

tadadadadada





« J’ai assisté à beaucoup de remises de diplômes. Quand j’étais assis là où vous êtes assis, l’orateur était Bill Cosby. 

Drôle de mec, Bill Cosby. Il avait été très marrant et aussi très bref, et je l’avais remercié pour ça. Il nous avait donné un conseil que j’ai gardé en tête, que beaucoup d’entre nous n’ont jamais oublié, à propos de changer le monde. Il nous avait dit « vous n’allez pas changer le monde, alors n’essayez pas »
Et c’est tout. Il n’était pas revenu là-dessus. Après, il s’était plaint d’avoir dû acheter une voiture à sa fille, et nous étions partis. 

Je me rappelle m’être dit « je crois que je peux faire mieux. Je pense pouvoir susciter un tout petit peu plus d’inspiration que lui. » 

Donc ce que je voudrais vous dire aujourd’hui, c’est que vous allez tous mourir.
C’est un très bon début de discours de remise de diplômes parce que j’imagine qu’il ne peut que s’améliorer à partir de maintenant. Ça ne peut que s’arranger, c’est très bien. Ça ne peut pas être plus déprimant. 
Vous avez, en fait, tous déjà commencé à mourir. Ne vous méprenez pas, vous avez l’air d’aller bien. Vous n’êtes que jeunesse et beauté. Vous êtes au top de votre forme. Vos corps viennent simplement de quitter le plus haut sommet de la piste de ski, et voilà maintenant qu’arrive la piste noire à bosses jusqu’à la tombe. 
Et le plus bizarre dans tout ça, c’est que votre corps veut mourir. Au niveau cellulaire, c’est ce qu’il veut. Et ce n’est probablement pas ce que vous voulez, vous. 

Je sens de grandes et nobles ambitions dans ce groupe d’étudiants. Vous voulez devenir politiciens, travailleurs sociaux. Vous voulez être artistes. L’ambition de votre corps : devenir du compost. Votre corps veut faire des bébés et retourner dans la terre pour la fertiliser. C’est tout. Ça semble être un peu contradictoire. Pas très juste. On vous dit « allez découvrir le monde ! » pile au moment où votre corps vous dit « hé, baisse d’un cran. Laisse tomber. » Et c’est contradictoire. Et c’est justement de ça dont je voudrais vous parler. 

La contradiction entre votre corps et votre esprit, entre votre esprit et vous-même. Je pense que ces contradictions et ces tensions sont le plus beau cadeau qu’on ait reçu, et avec un peu de chance, je peux vous expliquer pourquoi. 
Mais d’abord, laissez-moi préciser quand je parle de contradiction, je parle de quelque chose qui s’exprime constamment dans votre vie et votre identité, pas seulement dans votre corps, mais aussi dans votre propre esprit, par des voies que vous identifiez ou non. 

Disons qu’hypothétiquement, deux chemins se séparent dans les bois et que vous prenez le moins emprunté des deux. Une partie de vous va se dire « Regarde-moi ce chemin ! L’autre là-bas a l’air vachement mieux. Tout le monde l’emprunte. Il est goudronné et il y a des Starbucks tous les 30 mètres. Sur celui-là, il y a des orties et le corps de Robert Frost – quelqu’un aurait pu penser à le bouger de là – quelque chose ne va pas. » 

Votre esprit ne vous dit pas seulement ça, il est sur l’autre chemin, il se comporte comme s’il était sur l’autre chemin. Il fait le contraire de ce que vous êtes en train de faire. Et pour le reste de votre vie, vous ferez, à certains niveaux, le contraire – pas seulement de ce que vous êtes en train de faire – mais de ce que vous pensez être. Ça ne s’arrêtera jamais. Tout ce que vous ferez de tout votre coeur, vous en ferez le contraire. 
Et ce qu’il faut que vous fassiez, c’est respecter cela, le comprendre, l’identifier, écouter cette autre voix. C’est quelque chose de rare, mais vous avez la capacité et la responsabilité d’écouter la voix dissidente en vous, pour au moins lui donner la parole, parce que ce n’est pas seulement la clé de la conscience, mais aussi du véritable développement. Accepter sa dualité, c’est gagner son identité. 

Et l’identité est quelque chose que vous gagnez sans cesse. Ce n’est pas seulement qui vous êtes. C’est un processus dans lequel vous devez être actif. Ce n’est pas simplement imiter vos parents ou ce que vos profs vous ont enseigné. C’est vous comprendre vous-même pour devenir vous-même.

Il y a deux choses que je voudrais dire à propos de cette contradiction et de cette tension. La première, c’est qu’elle ne disparaît jamais. Si vous pensez que réussir ou régler quelque chose, qu’une carrière ou une relation fera taire cette voix, ça ne sera jamais le cas. Si vous pensez que le bonheur signifie être en paix, vous ne serez jamais heureux. 
La paix vient avec l’acceptation de cette partie de vous qui ne pourra jamais être en paix. Elle sera toujours en conflit. 
Si vous acceptez ça, les choses se passeront bien mieux. La seconde raison, c’est que si vous construisez vos identités et vos croyances sans les remettre en cause, quelqu’un d’autre le fera. 

Quelqu’un viendra vous voir, et peu importe vos croyances, vos ambitions  il les questionnera. Vous serez alors incapable de les défendre, de tenir vos position, à moins d’avoir fait ce travail vous-même avant. Vous ne me croyez pas ? Essayez de tenir debout sur une seule jambe. Vous avez besoin de voir les deux côtés. 
Maintenant, si vous le faites, est-ce que ça veut dire que vous allez changer le monde ? Ça va, j’y arrive, détendez-vous. 

Tout ce que je peux vous dire à ce stade, c’est qu’on est tous d’accord sur le fait que le monde a besoin de quelques petits changements. Je ne sais pas si vos parents vous ont parlé de ce qui est arrivé au monde mais… on l’a détruit. Je suis désolé… c’est un peu le bordel. C’est un moment difficile pour y entrer. 

Et c’est un moment étrange dans l’histoire de notre pays. Le truc avec notre pays – oh, c’est un beau pays hein, je l’aime bien –, c’est qu’il n’aime pas bien les contradiction ou les ambigüités  Il n’est pas fan de ce genre de choses. Il aime que les choses soient simples, qu’elles soient bien étiquetées – bon ou mauvais, noir ou blanc, bleu ou rouge. Nous ne sommes pas comme ça. Nous sommes bien plus intéressants que ça. 
Et la manière dont on peut commencer à comprendre le monde c’est d’avoir toutes ces contradictions en nous, de les voir chez les autres et de ne pas les juger pour cela. Pour apprendre ça, dans un monde où le débat s’est évaporé au profit des cris et de la brutalité, la meilleure chose à faire n’est pas seulement de revenir au débat honnête, mais de perdre le débat, parce que cela veut dire que vous aurez appris quelque chose et que vous aurez changé de position. 

La seule façon de comprendre votre point de vue et ses valeurs, c’est de comprendre son opposé. Ça ne veut pas dire comprendre le fou qui crache sa haine à la radio, mais comprendre les honnêtes gens qui ont besoin de l’écouter. Vous êtes liés à ces gens. Ils sont liés à lui. Vous ne pouvez pas échapper à cela. 
Ce lien est en partie une contradiction. C’est de cette tension dont je parlais. Cette tension ne réside pas dans ces deux points de vue opposés, mais dans la ligne qui les sépare et qu’ils déforment sans cesse. 
Nous devons admettre et respecter cette tension et le lien dont cette tension découle. Celui que l’on a, non seulement avec les gens que l’on aime, mais aussi avec tous les autres, même ceux qu’on ne supporte pas et dont on préfèrerait ne pas connaître l’existence. Ce lien que nous avons est une partie de ce qui nous définit La liberté n’est pas l’absence de lien. 

Les meurtres en série sont l’absence de lien. Certaines énormes compagnies d’investissements ont réussi à atteindre cette absence de lien. Mais nous, en tant qu’humains, ne pourrons jamais le faire. Nous ne sommes pas supposé le faire et nous ne devrions jamais avoir envie de le faire. 
Nous sommes tous des individus, bien sûr, mais nous sommes plus que ça. 

Alors pour en revenir à cette histoire de changer le monde, il se trouve que ce n’est même pas une question, vous n’avez pas le choix. Vous allez changer le monde, parce que vous êtes justement le monde. Vous ne traversez pas la vie, c’est la vie qui vous traverse. Vous la vivez, vous l’interprêtez, vous agissez et elle est ensuite différente. C’est ce qui se passe en permanence. Vous êtes en train de changer le monde. 
Vous le changez depuis toujours, et cela devient aujourd’hui encore plus réel qu’avant. C’est pour cela que j’ai parlé de vous et de cette tension qui réside en vous, parce que – et je ne dis pas ça de manière cliché, mais au sens littéral – vous êtes le futur. 

Une fois que vous serez venus jusque sur l’estrade et que vous en serez redescendus, vous serez le présent. Vous serez le monde brisé et l’acte même de le changer, d’une façon que vous n’avez encore jamais connue auparavant. Vous serez tant de choses, et ce que j’aurais aimé savoir et que je voudrais vous dire, c’est de ne pas seulement être vous-mêmes. Soyez toutes les facettes de vous-mêmes. Ne vous contentez pas de vivre. Soyez aussi cette autre chose liée à la mort. Soyez la vie. Vivez toutes vos vies. Comprenez-les, regardez-les, appréciez-les. Et amusez-vous. »


Bonne journée

13 commentaires

Tibo a dit…

Dollhouse... Excellente série ! Dans la catégorie Joss Whedon, je suis en train de me faire Firefly, j'étais passé à côté. C'est vraiment chouette, univers hyper original, et très très bien écrit.

Sophie MC a dit…

Merci Marie, ce texte et ce qu'il dit, c'est juste exactement comme ça que j'essaie de vivre !
Bises

Sophie

emyb a dit…

Haaa cette belle et douce dualité. 2 post en deux jours pleins de dualités... J'adore.

Anonyme a dit…

Merci, c'est justement comme ça que je vois la vie et que je continuerai à la voir.

Camille a dit…

Une pépite. Faut que je relise encore et encore.

Anonyme a dit…

ça c'est du discours. Etonnamment, ce texte m'a fait penser à une lecture très récente. Il n'y a même pas deux semaines je lisais, demian de herman hesse, c'est un roman court (moins de 200 pages)et justement le livre ne parle que de ça la dualité comme unité d'une identité. je pense que si tu ne l'a pas lu marie, ça devrait te plaire. D'ailleurs le loup des steppes et siddartha parle un peu de ça (toujours de herman hesse). en faite, j'ai plein de choses à dire car dernièrement tu as évoquée pas mal de sujet, mais je suis une piplette si je me lance je vais encore écrire un pavé et m'excuser après.

Elsa a dit…

Bonjour Marie

Si tu aimes les discours et les beaux textes inspirants sur la vie, la création, le bonheur and co je ne saurais que trop te conseiller (et aux autres lectrices) le site http://www.brainpickings.org/ qui en fait une compilation géniale!
Bon seul problème, le tout est en anglais... mais vraiment ça vaut le coup grave!

Anonyme a dit…

AAah il cite Robert Frost^^ un de mes poèmes préférés:

http://www.bartleby.com/119/1.html

Clémence L a dit…

Très beau discours. Moi quand j'ai entendu celui ci la première fois j'ai pleuré alors je me suis dit que j'allais te mettre le mien. Ce qu'il dit résonne beaucoup en moi. Je ne suis pas forcément fan du personnage mais là c 'était plus lui que le personnage public. j'espère que ça te plaira

http://www.youtube.com/watch?v=NFvasJzFR_k

MarjanePire a dit…

Encore et encore une fois Merci Marie... MERCI !

Ce texte est très juste, et tombe à pic... Alors que dernièrement j'en venais à douter... De ma perception des choses...
Au vu de l'écrasante "normativité" ... on peut dire ça ?.... Que je côtoie dans le quotidien et particulièrement au boulot...

D'ailleurs tiens j'ai une mini théorie fabriquée par moi toute seule et que je ressors à mes amies quand on boit un coup le soir, et j'ai envie de te la soumettre, c' est un questionnement au sujet des normes en quelques sortes... Parce que moi c'est un truc qui me fait flipper... Je me sens tout le temps tellement bancale...!

Bref... Je me demande souvent si la série "papa poule " ouais OK je conviens que ça peut faire tâche comme référence, mais.... Moi ce sont mes grands souvenirs de gamine ça donc papa poule, diabolo menthe, la clef sur la porte, cria ccuervos, orfeo negro et le Molière de Mnouchquine....

J'emet donc l'hypothèse que papa poule ne pourrait pas se faire aujourd'hui, parce que beaucoup trop de liberté et de bazar dans cette série la....
Et moi j'y voit la métaphore des atteintes à la liberté , aux libertés de notre actuel contemporain....

Tu me donnes ton avis , enfin si tu veux hein.....

Je me permet de t'envoyer des bises !

Marie a dit…


Tibo: Dollhouse EXCELLENTE SÉRIE DE FOU
Firefly aussi bien sûr… mais c'est Joss et Joss c'est ma passion

Sophie MC: Courage

emyb: Grave hein;-)

Camille: Je l'adore ce discours…

Anonyme: Ah non je ne l'ai pas lu. je vais regarder ça. Merci Beaucoup
Mais si t'es une piplette et que tu veux commenter vas y hein, j'adore les longs com.
Bise

Elsa: Je vais essayer mais j'ai tus le sentiment face à un texte en anglais que je suis limitée …

Anonyme: :-D Merci

Clémence L: Avec plaisir. Merci beaucoup.

MarjanePire: On peut dire ça, oui…
Tu sais quoi, ta théorie autour de Papa poule est assez juste je crois!
Peut-être même que ça pourrait valoir pour Madame est servie…
Je t'embrasse

Goelen a dit…

Bonjour Marie,

Je viens de finir de revoir les 7 saisons de Buffy et j'avais envie de relire les posts que tu avais écrit pour un site spécialisé (sur tes épisodes favoris pour chaque saison) pour relire ce que tu en disais. Mais je ne retrouve pas le lien, ou plutôt il est devenu invalide. Aurais-tu un autre lien ?

Merci !
Goelen
ps : je n'ai pas réagi car je laisse mûrir mais tes posts sur la fidélité et l'infidélité sont très intéressants, merci!

Caroline a dit…

Super intéressant !! Merci pour ce partage :)