Pages

17.4.17

CHACUN SON RYTHME

beyonce : Ryan McGinkey


Beyoncé / Ryan McGinley



Salut la jeunesse ...


Ouais je sais, c'est impardonnable, tout ça tout ça, j'avais dit que je posterai mes trucs préférés de 2016 et je vous ai salement, très salement lâchés.

J'ai hésité à vous dire que j'arrêtais le blog au vu de mon incapacité chronique à y consacrer du temps mais en fait non j'ai pas du tout envie.

(Je vais tutoyer dans ce billet alors pour les psychorigides du vouvoiement, je suis désolée mais faudra vous y faire)

Des événements récents dans ma vie m'ont fait penser que je n'avais pas passé 10 années à vous raconter ma vie, parler des fragilités, de mes peurs, des choses que je voulais faire, de mes ambitions et de conflits internes qui m'empêchaient de les réaliser si c'était pour ne pas vous dire comment l'histoire pouvait aussi continuer !

Ma vie est pas plus importante que la tienne, mais toi et moi c'est la même.  Alors si c'est pas la grande forme, que t'as envie de baisser les bras, que tu penses que ta vie est un énorme raté, accorde-moi 2 minutes pour te raconter un truc.

Un truc qui peut-être ne changera pas ce qui se passe dans ta tête, mais qui te montrera que les choses ne sont pas pour toujours comme elles sont là maintenant.


1. 
En 10 ans de blog, la question qu'on m'aura le plus posé c'est "tu fais quoi dans la vie?"

Sans nul doute la question source de plus d'angoisse pour moi... je ne répondais pas, feignant le mystère parce que d'avance je savais que la réponse serait décevante.
Je ne faisais pas grand chose en fait, point de flamboyance professionnelle alors que tout le monde commençait à s'installer, à devenir un adulte responsable, à devenir "quelqu'un", moi je vivotais dans des tafs moitié payés et je faisais des grasses mat' de tristesse et de regret.

Engluée dans une vie bien en-dessous de mes envies profondes je regardais les années passer (les années peuvent passer vite, surtout dans l'ennui) en me demandant bien ce que j'avais foutu pour en arriver là.

Les années qui défilaient me pétrifiaient de plus en plus : 31 ans, 32 ans, 33 ... 34 ans... 35 ans...
"Putain mais Marie c'est quoi le problème?
Si rien n'est arrivé à 36 ans c'est que t'as laissé passer ta chance, tu vas continuer à vivoter comme ça sans rien réaliser... Attends t'as dit que tu voulais écrire un livre, pourquoi tu le fais pas?"

Alors j'ai essayé de l'écrire. Le premier j'avais 27 ans.
Une autre tentative quelques mois plus tard... Ca n'aboutissait jamais... Je recommençais, et je n'y arrivais pas... Et puis est-ce que vraiment j'avais un truc à raconter?

Le livre c'était un rêve, un truc qui me tenait pour ne pas m'engager mais il y'a un truc que je n'avais pas mesuré c'est que c'est dur d'écrire un livre et que je n'en étais pas capable.

Pas en soi, mais dans le mode de vie que j'avais c'était nettement au-dessus de mes compétences.
Une compétence c'est pas en truc qui existe en soi, à froid, ça doit exister quelque part, savoir si je peux ou pas écrire un livre n'est pas la seule question à se poser. La question à se poser c'est si je suis capable de l'écrire ici, là, comme ça, dans ma vie du moment.

Comme j'étais pas la dernière pour me culpabiliser j'avais extrait cette nuance (de taille) de ma pensée, parce qu'elle était limitante.
Et j'avais besoin d'un grand rêve, plus grand que moi... Sauf que ça m'angoissait tellement parce que je ne le faisais pas et que je ne pouvais plus me raccrocher à ce rêve pour justifier cette vie qui ressemblait à une vie d'attente.

Les "rêves" en ligne de mire ne disent rien de nos capacités. Voir plus grand que moi ne m'aidait pas à allait bien,  pire ça m'angoissait.

Je me méfie de plus en plus des idées simplistes que l'on peut parfois trouver dans les bouquins de développement personnel (et pourtant ça a longuement été ma passion).

Vous avez vu la saison 2 de Mr Robot ? Le personnage d'Angela résume plutôt bien la situation... Lire des bouquins, écouter des mantras pour aller bien et au fond de son coeur, être irrémédiablement triste.
C'était un peu moi ça, alors même que j'avais l'impression de tout faire pour m'en sortir (spoiler, je m'y prenais mal!).

Derrière les trucs de développement personnel se cache cette idée que tout est de notre faute et que le bonheur est à portée de main... Je ne crois pas à ça, je crois même que c'est une pensée simpliste qui n'aide personne, qui peut même être néfaste, comme tous les modes de pensées simplistes.

Si c'était aussi facile que de se répéter que tout va bien et que tout est à la portée de notre main (i.e. de notre volonté d'être heureux, lol), je pense que ça se saurait...

Ce qui m'a aidé cette année, c'est de me sentir à la bonne place et de  faire (faire, c'est le verbe important dans cette histoire) des choses que j'aime faire.

Ce qui m'a aidé c'est l'action, c'est voir qu'on peut faire les choses sûrement pas imaginer qu'on peut le faire. Après tout, qu'est-ce qu'on en sait? Et puis ces conneries de "quand on veut on peut", à part nous angoisser et nous culpabiliser, ça sert à quoi exactement?

Parole de groupie de Spinoza, ça sert à rien.
N'oublie pas que les choses sont quand même plus complexes que ce qu'on veut te faire croire, alors arrête de t'en vouloir pour un oui ou pour un non... pas parce que c'est moralement répréhensible de t'en vouloir comme ça, non, ça on s'en fout, mais surtout parce que ça ne marche pas.

T'as dû noter que se culpabiliser ne te rendait pas plus performant? C'est comme les régimes, si ça marche pas, c'est pas de ta faute c'est de la faute de la méthode.


Ce désir d'écrire un livre m'a maintenue dans une existence un peu médiocre parce que je n'avais pas besoin de me réaliser autrement, j'avais un truc plus grand que moi qui me tenait la tête tout en haut dans les étoiles.


2. 

Autre révélation qu'il faut vraiment garder en tête quand tu trouves trop vieille pour enfin entamer ta vie :


CHACUN SON RYTHME


Mon rythme est plus tardif que la plupart de mes amis, je suis une ado un peu attardée qui n'a pas pris en charge ses ambitions de réussite à bras le corps plus tôt, pour tout un tas de raison, je l'aborderais peut-être un jour, mais aussi parce que c'était pas mon moment.


Tout est est mis en case, tout. L'âge de la vie, l'âge du travail, l'âge de l'amour, l'âge du canapé 3 places et tous les autres trucs.
Mais moi, je ne trouvais jamais ma case, en permanence à côté de la plaque ...

Certes on pourrait se dire que j'ai un peu perdu de temps... mais je ne me le dis pas parce que ça ne servirait rien!

Je me retrouve dans un mode de vie qui m'est spécifique, qui me va bien et que certains qualifieront d'adolescent, mais j'assume.

Je vis avec mon meilleur copain de la vie et mon amoureux.
J'ai repris un master, je bosse, j'adore la fac, je m'y sens très bien.
Je me réalise dans ce mode de vie. Et j'ai 37 ans et je te jure que c'était pas gagné pour moi. Baisse pas les bras maintenant, tu sais pas ce qui va se passer.
Je te jure t'en sais rien... Et j'ai passé des années à me lamenter, sans une once d'optimisme mais à un moment ça a tourné.

Pendant 10 ans c'était pas toujours ça (souvent c'était pourri dans ma tête), j'étais pas super bien dans ma peau, un peu aigrie, un peu en colère, des moments étaient doux et lumineux mais je gardais au fond de mon coeur le sentiment d'un immense gâchis.

Et ben je te jure, qu'en fait c'est parfois plus nuancé la vie.
La vérité c'est que c'était pas mon moment.
Et cette loose là me fait mesurer la chance que j'aie et la chance que c'est que d'être à la bonne place.

Moi aussi (t'inquiète moi aussi je me comparais même si je savais que c'était pas très utile, je ne pouvais pas m'en empêcher!) je voyais mes copains et copines et j'avais l'impression qu'ils avaient des vies que je percevais plus abouties et mieux que la mienne (t'inquiète plein de gens  font genre alors qu'en fait c'est pas aussi bien que tu le crois) et ça me pétrifiait parfois de honte. Ouais carrément...

Garde ça en tête, chacun son rythme et arrête de te culpabiliser. Et va lire Spinoza (ou des résumés parce qu'on va pas se mentir, L'Ethique, ça fait peur et c'est dur). Ca veut pas dire que t'es responsable de rien, que c'est pas de ta faute, non.

Sors de la culpabilité (guère productive) et entre dans l'ère de la responsabilisation (à mort sa mère productive). 

Et pour reprendre les mots de mon ami Karim, "Ne "t'essentialise"pas, ne te dis pas que tu es ceci ou cela, que tu es mauvaise, nulle, incapable, ça ne sert à rien (ouais entrons dans l'ère de ce qui est efficace ou non efficace pour toi) et dis toi juste que "tu as merdé"... Et si tu as merdé, tu essaieras de ne pas merder la prochaine fois..."


Je te love 

 You and I gonna live 4ever 






26 commentaires

Sarah a dit…

J'ai 24 ans et j'ai la chance de pouvoir te lire et apprendre, de me retrouve et me sentir rassurée par tout ce que tu as pu écrire depuis le moment où je te suis et ça fait un petit moment maintenant. C'est quelque chose de grand, quand même de faire ce que tu fais.
Bonne journée :)

Dorothée a dit…

Anne-Laure a dit…


Pas besoin de psy,juste un de tes post de temps en temps qui tombe pile qd il faut,me va très bien :)

Même âge que toi, même culpabilté, même honte... les gens qui avancent autour de toi et toi qui a cette impression de faire du sur place voir de reculer...

mais comme tu dis l'herbe n'est pas plus verte ailleurs et tout ne rentre pas toujours ds une case. on peut même être assez loin de cette case mais on a qd même notre place, le droit d'être heureux.
Même si il y a qd même une p... de pression de sociale qui persiste et qui peut me mettre parfois (souvent) le flippe.
mais comme dirait france Gall "résiste"...c'est pas spinoza mais c'est pas mal qd même :)

merci marie.




Unknown a dit…

Merci beaucoup pour ce texte. J'aurais 40 ans en septembre. Ça fait des années que je tourne en rond au niveau professionnel. J'ai un homme 2 enfants un appart à crédit jusqu'à mes 60 piges... et cette tristesse cette culpabilité cette colère toujours trop présentes. Tu pourrais croire que je suis réalisée mais non. J'attends un declic. Ce putain de declic qui ne vienr jamais. Je me bats contre moi et meq névroses. Je ne suis pas là mère que je rêvais d'être ni même la femme. Perdue en route.et je tourne en rond. Et tu as tellement raison de dire que tout ne dépend pas de nos choix. J'en regrette certains, trop sûrement. Mais il y a tellement de choses que j'ai subi. Alors oui ça me plait de me dire que tout ne dépend pas de nous.

J'ai vraiment hâte de lire la suite... car la

Valérie Houdré a dit…

Oups
Tu me laisses grave sur ma faim!!!
Val

Unknown a dit…

Merci beaucoup.

Anonyme a dit…

Juste: merci. Car ton texte résonne en moi et me fais du bien♡

Anonyme a dit…

Oh punaise... j'ai été et continue à être dans l'incertitude à tâtonner et tenter de trouver ma voie à... 35ans.
Après plusieurs années passées dans le public en cdd renouvelables puis une formation avortée, je suis en quête d'une vie professionnelle épanouissant e me permettant d'avoir ces projets stables de vie personnelle"normale", enfants, maison, labrador... ahah c'est pas facile et est ce vraiment ce que je veux être "normale" !?
Merci pour ton post, très intéressant

J. a dit…

Ca fait plaisir de te relire!

Merci pour ce texte qui donne à réfléchir.

Clémence a dit…

Merci !

Ça fait bien dix ans que je te lis, ça doit être la première fois que je commente, mais aujourd'hui, après t'avoir lu le premier mot qui me viens : merci !

A trente ans, ça fait bientôt dix ans que j'ai un travail que j'ai aimé trop peu de temps, ça fait plus de cinq ans qu'il est temps que j'en parte, autant pour ma santé que pour mon moral. Et je suis enfin prête à le faire, après un bilan de compétence qui m'a recentré sur ce que j'aime réellement. Après avoir déposé quelques candidatures, je sais qu'il faut que j'étende le champ d'action, et je commençais à culpabiliser de mettre du temps à le faire. Alors que j'ai déjà fait un pas énorme (pour moi) en décidant réellement de changer de travail. Et comme de très nombreuses fois au cour de ces dix ans à te lire, ton post tombe à merveille, me déculpabilise et me rappelle que je suis sur la bonne voie.

Pauline a dit…

Coeur avec les doigts et un tendre sourire pour te dire M E R C I !

Marino a dit…

Marie, tu m'avais manqué.

Merci, merci, merci, merci pour ce post.

J'ai 24 ans, comme Sarah :), et souvent je dis que ma vie est "plate" quand je la compare aux autres, aux collègues plus âgés, aux copines de mon âge, à mes cousins, cousines... ma vie est une succession de moments de poisse, je m'y suis faite. J'ai des rêves plein la tête qui m'arrangent bien car ils sont grands et gros, trop pour moi.

Je crois que moi aussi, je vais FAIRE. Peut-être que, ça y est, l'ère de l'action est arrivée, on va essayé de pas merdé à nouveau...

Merci Marie.

Anonyme a dit…

La chic fille, c'est l'onglet sur lequel on clique régulièrement juste pour le kiffe de découvrir, un jour où on ne s'y attend pas, bam! un nouvel article.
Un très bel article, comme à chaque fois. Ce blog reste clairement mon préféré (ça fait ado prépubère de dire ça mais on s'en fout non?), c'est le seul qui me parle vraiment.
J'ai hâte de savoir la suite.
Et j'avance sur ce chemin qui me paraît être un peu le même qu'ici: la tolérance envers soi-même, c'est un très beau début.
Une très belle journée Marie!

Céline D.

mei a dit…

dis toi juste que "tu as merdé"... Et si tu as merdé, tu essaieras de ne pas merder la prochaine fois..."
cette phrase et magique et rejoins mon autre phrase de vie "ferme ta gueule et fais ce qu'il faut"

quand je ne suis pas confortable dans une situation, plutôt que de me focaliser sur ce qui ne va pas (et de me plaindre), je me demande ce qu'il faut changer et tente... ça fonctionne pas tant pis j'essaye autre chose (et j'em**** pas mon entourage avec mes craintes, mais avec des solutions possible)

lenna a dit…

hello Marie,

merci beaucoup pour ce post qui fait du bien à lire.

beau voyage pour toi, les tiens et nous tou⋅te⋅s
bises
lenna

Olivia a dit…

Salut Marie,merci pour cet article,on est pas mal à se sentir moins seuls du coup..gros bisous la belle.reviens nous très vite.Miss you!<3

Anonyme Amande a dit…

C est tres beau, et tres fort, surtout quand on te lit depuis mongtemps :-)
je vais le faire lire a mon mec qui a 47 ans est au RSA et a perdu meme la motivation de chercher du travail tellement il a honte d avoir "rate" sa vie...
Merci Marie, Keep going on !!!!

Emm. a dit…

En anglais ils ont une jolie expression pour décrire ce qui t'arrive : "to be a late bloomer". C'est chouette, et j'espère que tu vas bloomer un max.

Lelena a dit…

Bonjour Marie,
dans tes posts attachants, je ne pouvais m'empêcher de trouver qu'il y avait de l'auto sabotage. Il est plus facile d'écrire ce genre de texte, une fois qu'on l'a trouvé, sa place. Mais peut-être qu'il faudrait aller plus loin et continuer à dézinguer les idées chères au développement personnel. Comme il n'y a pas de mec idéal, il n'y a peut-être pas qu'une bonne place. Ce serait triste et ça met moins la pression. Il y aura des moments où cette place ne sera plus si bonne et des rechutes. Et ce n'est pas si grave, cela dépend beaucoup du regard que soi-même et les autres posons sur nous-mêmes, d'oser, d'essayer, malgré la peur de l'échec. Toutes les expériences, mêmes mauvaises nous apprennent quelque chose. Comme le disait Churchill dans le dernier post d'Eleonore Bridge sur le même sujet : le succès, c'est d'aller d'échec en échec sans perdre son enthousiasme. Et au détour du chemin on pourrait même s'étonner et réussir un truc qui nous tient à coeur.
Surtout ne jamais oublier que toutes les vies instagramables et parfaites ne le sont jamais complètement, cela demande beaucoup d'énergie et de mise en scène. Je te souhaite le meilleur, à toi comme à tes lectrices.
Une fille de 46 ans qui n'a toujours pas trouvé sa place.

Anonyme a dit…

Bonjour, je passe de temps en temps sur ton blog, pas assidûment, mais parfois et ce depuis longtemps. Aujourd'hui j'ai lu ton article avec un gros malaise. Pour qui? Pour quoi? Pour moi et parce que je me rend compte que j'ai l'impression que tu parles de ma vie. J'ai l'impression d'être constamment en retard. Que tout va trop vite, que hier encore j'avais 17 ans (je vais en avoir 30). C'est vrai, à 17 ans on t'embête avec le bac et ca parait tellement chiant. Mais après on t'embête avec des trucs de grand (boulot, impôt et tout le tralala).Alors je regarde mon enfance avec nostalgie et je sais que c'est pas ça qu'il faut faire (ou pas aussi souvent). J'ai l'impression d'arriver tjs en retard sur le quai de la gare, de toujours rater le coche, d'être là et d'attendre en me disant ça arrivera, plus tard, ca viendra, oui mais je ne sais pas quoi faire. Je ne sais pas de quoi j'ai envie et si j'amais j'étais tjs comme ça, si jamais il y avais des gens qui ne savait jamais ce qu'ils veulent vraiment, si je faisait partie de ce clan. Je parle surtout du côté pro.Je crois qu'il faut avoir ce fameux et tellement attendu déclic et se bouger un peu. Comme tu dis chacun son rythme et chacun son réveil. Je ne sais pas si tu liras tout ce roman. Beaucoup te dise que ça fait du bien ton article, qu'elle sont rassurées. Moi ca ne me fait pas de bien et ça ne me rassure pas du tout, bien qu'il soit bien écrit et que ca n'a rien avoir avec ton blog. C'est moi face à ma réalité et mon manque de confiance.Merci pour cet article, c'était peut-être mon moment pour que je le lise :) Des bises (d'erdeven) et pardon pour une fois je me suis égarée sur mon histoire. O

Anonyme a dit…

Si tu aimes le développement perso et la responsabilisation, mais pas la culpabilité, alors il te faut la CNV ! Perso, je suis très terre à terre, pas du tout dév perso, mais les mystères de Youtube m'ont amenés sur une chaine et j'ai vu cela :

https://www.youtube.com/watch?v=nUivlpmOs_s&t=9s

Et je sais que ça fait super "gnangnan" et pas très moderne, mais je me bouffe toute la chaine Youtube de cette fille, parce que ça me parle tellement...

Voilà, j'espère que tu trouveras pas que c'est hyper gravos :'D

Alexandra a dit…

Merci. Comme d'habitude ce post tombe à pic.
si tu le peux, n'arrête jaaaaamais ce blog !
Des bisous australiens

Une autre Marie a dit…

Chère Marie,
Merci pour ton précieux, précieux blog et tes mots qui touchent au coeur.
Je rejoins le commentaire sur la Communication Non Violente (CNV) comme super outil pour la bienveillance envers soi-même, d'abord. Isabelle Padovani est une passeuse de cette méthode, je n'ai pas toujours accroché à la forme de ses vidéos mais le fond est passionnant.
Et puis, j'ai pensé à ton article hier et aux "late bloomers" en allant voir le film "après la tempête" de Kore-Eda où la grand-mère répète que "les grands talents fleurissent tard" (j'aime cette idée de floraison tardive : j'ai trouvé ces caractères japonais, "osozaki", qui semblent correspondre à l'idée : 遅咲き )
Merci Marie, continue, à ton rythme, à ta façon, de nous partager ton chemin.

Anonyme a dit…

Bonjour Marie,

Cela faisait quelques temps que je n'avais plus visité ton blog , et là je tombe sur ton dernier spot houaaa.. c'est la première fois que je poste un commentaire.
Juste te dire merci ! parce que cela m'a fait du bien de te lire, parce c'est que je me dis que finalement il faut toujours continuer à croire que les choses peuvent changer et surtout commencer à faire...

lucille a dit…

Coucou Marie,

Je connais ton blog depuis longtemps et je ne t'ai jamais lu (il n'y a rien de péjoratif là-dedans hein, c'est que bah...je t'ai jamais lu)
Ce post tombe si bien, il m'a apporté tellement de bien-être, sérieux j'avais besoin de ça. Sans jouer la fanatique flippante, merci, vraiment.

Lucille

Marjanepire a dit…

Que ce blog est cool !
Marie tu es vraiment la copine qu'il me faut !
Je te love !...

Merci pour ce post réconfortant comme un gros pull en laine et lumineux comme une baie vitrée sur l'océan....

Allez je raconte un peu comment c'est de côté de l'écran : 45 ans ... j'ai pris un peu plus de temps que la majorité pour accéder à un diplôme (bac +5) en sciences humaines
Une (très très) fugace impression de réussite (ben oui qd même écrire 2 mémoires, aller au bout........ pas mal)
Choper rapidement quelques boulots dans ce domaine ... se rendre compte assez vite que ça ne le fait pas .... mais je m'accroche je veux que ça fonctionne "allez ça va venir....!"
Réussir encore 1 concours se caler titulaire d'un poste....
Et ruminer depuis.... que ce taf ne m'intéresse pas....
En parallèle :mariée 2 enfants.... faire quelques trucs cools, en marge...

Et l'envie toujours là, de changer de boulot, de faire un truc dans lequel je me sentirais enfin bien... a ma place compétente Et moi même....

Je sais pas trop comment trouver ça....
Si qqun a une piste j'suis preneuse

Bienveillance à tous !!!!! :-)