Pages

13.6.16

LES TRUCS QUI MARCHENT POUR MOI

Asbury-01 Joe Maloney

Photo de Joe Maloney 


Salut tout le monde, j'espère que vous allez tous bien.

Aujourd'hui, j'avais envie de vous parler des trucs que j'ai pu piocher à droite à gauche dans les bouquins de développement personnel (ou autres) et qui sont bien efficaces (en tous cas pour moi mais c'est déjà pas rien rapport que je suis pas toujours l'incarnation de la joie de vivre et du calme olympien).


SORTIR DES PENSÉES RÉPÉTITIVES QUI NE SONT NI GUILLERETTES NI TELLEMENT SYMPATHIQUES 

Alors ça c'est un peu la base.
Autour de la vingtaine j'ai commencé à avoir de pensées vachement obsédantes et qui étaient loin d'être agréables. J'ai développé aussi des comportements un peu chelou (genre TOC et dérivés) que je n'avais jamais eu auparavant.
J'ai basculé dans une tristesse assez profonde parce que j'étais persuadée que si je pensais telle ou telle chose alors ça voulait dire que j'étais comme ci ou comme ça.
J'étais sûre, convaincue du plus profond de mon coeur, que mes pensées = moi tout entière.
Si je vous en parle c'est parce que j'ai constaté autour de moi en discutant que c'était un phénomène assez courant et que la plupart des gens vivaient cela de manière très triste, sûrs qu'ils étaient de mauvaises personnes.
La méditation insiste sur ce point.
NOUS NE SOMMES PAS CE QUE NOUS PENSONS.
C'est important parce que croire l'inverse c'est crisper sa pensée et articuler toute sa personnalité sur un postulat qui n'est pas juste.
Méditer permet de prendre les pensées pour ce qu'elles sont, juste de pensées, pas quelque chose qui nous caractérise.
Méditer c'est laisser passer ces pensées et sortir de l'auto-jugement (probablement l'une des pires choses pour aller mieux).

SORTIR DU CARACTÈRE MORAL POUR ALLER VERS LE PRAGMATISME 

C'est en discutant avec Karim l'autre jour (mon ami dont je parle souvent sur le blog) que ça m'a sauté au visage.
Ma culpabilité m'empêchait d'analyser la situation avec le meilleur recul possible.
Il me l'a dit calmement "c'est pas pertinent de t'auto-flageller parce que ça ne marche pas, tu dois adopter un regard plus pragmatique sur les choses".

Brièvement, j'ai un problème TRÈS important avec le passage à l'acte. Des idées j'en ai 1000, je les construis dans ma tête (lieu de tous mes fantasmes de réussite) et ai l'impression de me faire coiffer au poteau tout le temps. Du coup je m'énerve, je m'en veux, me trouve nulle... Et suis pétrifiée de me remettre à l'action parce qu'avec moi "ça ne marche jamais...".
Si je suis pétrifiée c'est parce que j'y mets, justement, trop de "moral", j'imagine que cet échec met en lumière quelque chose de moi et je rentre dans le cycle INFERNAL (ouais tout pour les lettres capitales aujourd'hui) de la culpabilisation.
La culpabilisation est le meilleur moyen de ne pas agir.
Donc, du coup, ce que je fais, et qui fonctionne très bien (difficile de faire pire qu'avant ceci dit), c'est de ne plus envisager les choses comme si elles disaient quelque chose de moi.
En gros, le mieux c'est de sortir de l'ego et une fois qu'on sort de l'ego on peut sérieusement s'y mettre avec le cerveau moins encombré par des problématiques.
On réfléchit mieux et plus efficacement quand on est tranquilou ( le minou ) et qu'on ne se dit pas qu'on est "nul, une patate, une pastèque pourrie incapable d'y arriver alors que tout le monde réussit" (ouais le pastèque aussi est en galère).

Vous n'avez jamais remarqué à quel point on est de meilleur conseil pour les autres que pour soi.
Les ressources pour analyser les choses et trouver une solution à un problème, ont les a, il faut juste que l'ego (oui même dans la culapbilité il y a de l'ego) la mette en veilleuse pour qu'on puisse, enfin, voir la situation avec plus de pragmatisme.
Ca marche très bien pour moi et ça coûte rien d'essayer.

CIBLER LES POINTS FORTS ET NE PLUS FOCALISER SUR LES DYSFONCTIONNEMENTS

C'est en lisant S'épanouir de Martin Seligman que j'ai commencé à un peu utiliser ce système de pensée au quotidien.
J'avais surtout tendance à focaliser sur ce qui n'allait pas, ma colère, ma tristesse etc.
Seligman, penseur de la pensée positive, était d'abord un psy au sens traditionnel du terme.
Il cherchait à soigner ce qui n'allait pas chez ses patients mais constatait que lorsqu'ils étaient débarrassés de leur colère ou tristesse, certains se sentaient surtout vides.
Une patiente, raconte-t-il, savait ce qui n'allait pas quand elle est venue le voir, elle connaissait les éléments de son passé qui l'avaient conduite à se sentir si mal dans son quotidien mais ce qu'elle voulait maintenant, c'était de outils qui lui permettraient de vivre sa vie mieux.
Grossièrement, la pensée positive, c'est focaliser sur ce qui va bien et optimiser et amplifier la fréquence de nos "points forts".
C'est à contre-pied, c'est voir et amplifier ce que nous aimons et faisons bien plutôt que d'éliminer ce qui ne va pas.

Ce que j'ai trouvé particulièrement pertinent, c'est le passage sur le fait de devoir apprendre à fonctionner malgré nos tristesses et colères, c'est de trouver les ressources en nous pour vivre correctement malgré cela et ne plus être dans le fantasme d'un autre état dans lequel nous pourrions être que mieux.
Ca me fait penser à ce truc du corps idéal comme garantie de bien être.
Ok, très bien, mais si ça marche pas, si on maigrit pas et que le corps reste tel qu'il est, ça veut dire qu'on va souffrir toute sa vie... ne peut-on pas trouver des moyens à notre portée qui permettraient d'être bien et de vivre bien là, maintenant, comme ça.
Je vous conseille vivement la lecture de ce livre et vous remets en lien (je l'avais déjà fait il y a longtemps) le questionnaire pour trouver les éléments pour lesquels vous avez des aptitudes et / ou goût, c'est très intéressant (en tous cas pour moi, c'était frappant).



NOTER LES CHOSES QUI ALTERENT LE "MORAL" ET LES ÉLIMINER 


Bon c'est un peu la base mais c'est pas toujours si simple et parfois, on se sent même un peu coincé mais il faut bien à un moment donné prendre conscience des choses qui nous sont un peu "toxiques" ou qui, en tous cas, ne nous font pas du bien et de les éliminer dans la mesure du possible. 

Alors il arrive parfois que cela soit des gens autour de nous avec lesquels on a du mal à négocier et qui ne nous aident pas forcément à nous sentir bien ou à nous épanouir, pas forcément qu'ils nous soient hostiles dans les interactions, mais c'est juste que parfois ça ne marche pas. 
Je suis, de manière générale, plutôt TRÈS à l'aise mais il m'arrive d'être des interactions dans lesquelles je me sens en inconfort, et mon cerveau bloque. C'est de la faute à personne mais certaines personnes me mettent mal à l'aise, et je dois également les mettre mal. Ce n'est agréable pour personne, du coup, si c'est possible, limiter ces rencontres-là est plutôt une bonne idée. 

Autre exemple, lire des magazines féminins dans lesquels sont développé leurs litanies sur la minceur, la jeunesse, la beauté, commençaient à sérieusement miner mon moral. 
Leur objectif étant d'abord de vendre de l'espace publicitaire à une industrie qui a tout intérêt, pour continuer à gagner de l'argent, à ce que je continue à me trouver jamais assez mince, jeune ou belle c'était de plus en plus déprimant. Jamais je ne ressortais de ces lectures en me sentant bien. 
Alors je suis probablement très sensible en ce qui concerne ces questions là, mais à un moment donné, j'ai arrêté de penser que ces lectures étaient distrayantes et je les ai perçues comme un poilou hostiles. J'ai arrêté, j'ai mis du temps mais j'ai arrêté. 
Ben ça allait déjà mieux. 
Il est possible que certaines et certains soient comme moi et imaginent que le problème vient systématiquement de "eux" mais parfois non, le système est perverti et ne nous veut pas forcément du bien. Il peut être intéressant de questionner nos pratiques et de voir ce qui détériorent notre moral. 
Oui on y trouve probablement du "bien" sinon on aurait arrêté depuis longtemps, c'est sûr, mais il ne faut jamais négliger le léger masochisme qui peut nous animer. Nous sommes des petits être ambigus... 


RITUALISER AU MAXIMUM SON QUOTIDIEN 

Alors, ça peut paraître un peu con dit comme ça mais ritualiser son quotidien, comme un parent le fait avec un enfant est un excellent moyen (encore une fois pour moi) de  dépasser l'inertie et de construire un mieux être quotidien. 
Même quand c'est pas la grande forme, j'essaie au maximum de continuer à faire ce qui m'aide au quotidien à être moins anxieuse. Je vais déballer un paquet de clichés, désolée par avance mais vu que ça m'aide vraiment, ça serait dommage de ne pas en parler.
Plus vous avez une tendance à la "tristesse" et en moral en "dents de scie", plus vous avez intérêt à ritualiser votre quotidien autour de pôles qui structurent vos actions et votre pensée.
La méditation, le sport (qui est pour moi la pierre angulaire de mon "mieux-être, bien plus que la médiation), lire le soir, la marche, enfin ce que vous voulez mais tenter au maximum de faire des choses qui rendent vos journées plus agréables.
Ah oui, et surtout, continuez à faire ces choses même les jours où vous n'y croyez pas, où c'est pas la forme ou vous trouvez ça vain, même en faisant semblant, ça aide. Je vous renvoie à la conférence Ted où la nana parlait du fait de faire semblant d'être quelque chose en adoptant une posture relative à  cet état souhaité même si on y croit pas... ici 

Je vous souhaite une très bonne semaine et si vous aussi vous avez des techniques bien à vous que vous avez envie de partager, ça serait avec joie. LOVE

26 commentaires

Anonyme a dit…

Tout à fait d'accord avec toi, Marie!
Merci pour ce partage clair et enthousiasmant.
J'émets une réserve cependant ( histoire de nourrir le truc...): le fait d'évoquer l'ego comme "barrage" à une action, une pensée plus positives ne fait-il pas aussi référence à une forme de culpabilité ( à base de "je suis égocentrique, narcissique etc...)?
Toujours est-il que j'emploie plutôt le concept, le terme de "déplacement". Pour sortir d'une vision erronée , qui ne donne pas ou plus de résultat, est répétitive etc...Pour ma part, j'essaie de me "déplacer", de m'ajuster en sollicitant et en écoutant d'autres points de vue par exemple. Ou en utilisant un outil de thérapie comportementale et cognitive: genre "dans 10 ans, qu'est-ce que je penserai de la situation?".
Par exemple. Il y en a d'autres.
Comme to, je pratique une activité sportive et j'essaie de ritualiser ( bon pour les anxieux)...tout ça en cultivant la souplesse au maximum.
J'ai du mal à inscrire la méditation au quotidien...Tu es toujours sur Petit Bambou?

Anonyme a dit…

Bonjour, bon c'est un peu flippant de lire noir sur blanc autant de choses qui me correspondent, et je m'en vais apporter ma pierre à l'édifice: pour ce qui est des regrets, de la culpabilité et de tout ce qui fait que tu aurais voulu faire/etre mieux/différemment j'essaie aujourd'hui d'être bienveillante envers moi même, de me dire que j'ai fait du mieux possible sur le moment et, sans complaisance, d'arrêter de me flageller pour me concentrer sur le présent et le futur. Ressasser est vraiment un truc qui pourrit la vie, qui empêche d'avancer et qui rayonne autour de soi de manière vraiment trop négative. Idem pour les relations pourries, qu'est ce que j'ai pu me prendre la tête à me demander ce qui n'allait pas avec certaines personnes jusqu'à ce qu'un proche me dise: " si untel a un problème avec toi c'est son problème, pas le tien". Oui ça parait bête mais parfois les gens ne te veulent pas du bien, ce n'est pas forcément qu'ils sont mauvais mais certaines relations sont compliquées (notamment dans les familles) et toi tu leur renvoie malgré toi des trucs qui les agressent d'une manière ou d'une autre. Et malgré tes efforts ça ne marche pas, tu te prends la tête et tu cherche à arranger les choses, pour rien..et le jour où tu analyses le truc où tu comprends le pourquoi du comment et surtout que ce n'est pas à ta main d'améliorer tout ça eh bien c'est un sacré poids en moins!
Voilà voilà, j'espère que c'est à peu près clair (j'ai fait de mon mieux entre deux dossiers au boulot :))
Bises à tous!

Tomme Cruise a dit…

Tu sais que c'est grâce à un de tes posts il y a quelques années, que j'avais eu le déclic, moi aussi, d'arrêter de lire ces poisons de magazines féminins... (moi aussi, j'ai mis le temps - je pense plusieurs années - avant d'arrêter complètement)
La plus grosse difficulté, ce n'est pas d'arrêter ce qui nous fait du mal, finalement, je trouve. Pour moi, c'est 1. d'identifier ces trucs-là 2. de ne pas avoir peur de ce que peut être notre vie sans eux.
Dans le genre, j'ai arrêté de suivre certains comptes Twitter qui étaient super intéressants mais qui me minaient vraiment trop. On a toujours un peu peur de louper quelque chose dans ces cas-là... Mais la profusion d'internet fait que comme de toute façon on loupe toujours des trucs, un de plus ou un de moins, ma foi... Et je fais confiance aux choses importantes pour remonter à la surface (il faut juste une timeline bien équilibrée, et ça marche !)

Anonyme a dit…

Merci Marie.
C'est assez émouvant et plutôt rare de lire quelque chose écrit comme ça, uniquement pour les autres.

Lise aime la salade a dit…

Merci Marie pour toutes ces idées. Dis, tu pourrais nous filer ton top 3 de bouquins de développement personnel steplé ?

Poetic chelsea a dit…

Marie , je trouve toujours tes articles très touchants.
Je prends de l âge , comme tout le monde ...et je cultive l art du bien être depuis quelques temps . J étais en quête de l amour fou, d une réussite professionnelle , ect ..et ....finalement , je suis satisfaite surtout du temps que je prend à me faire plaisir. Des choses essentielles, non superflues et qui me font avancer . Ca passe par le dessin,la peinture, les gens intéressants qui me font avancer, des conférences , et .. et du temps pour se recentrer .et je suis heureuse .
L amour n est toujours pas là mais ce n est pas grave . Ça arrivera un jour où l autre .

Maëlle Bloret a dit…

Merci Marie! En ce moment, je me sens nulle de ne pas passer à l'action et j'entre dans le cercle vicieux culpabilité-inaction. Ça fait vraiment du bien de lire tout ça. Non seulement parce que je me sens moins seule et donc moins bête de fonctionner comme ça, mais aussi parce que tes conseils sont bien utiles :)

Je trouve intéressant de voir de plus en plus de blogs ou d'articles évoluer dans la direction d'une recherche d'acceptation de soi, ça aide à lutter contre tout ce qu'on essaie de nous faire rentrer dans le crâne...
J'ai passé une heure hier soir à me laisser happer accidentellement par des compte instagram censés être inspirants (faites plus de sport, nourrissez vous de graines et de kiwis, ayez le ventre plat!) et qui m'ont fait culpabiliser plus qu'autre chose alors que j'arrivais depuis quelque temps à être plus indulgente (voire fière de moi). Je me suis obligée à éteindre mon téléphone. Ton article tombait à pic ce matin!

Anonyme a dit…

Bonjour Marie, tu écris davantage en ce moment et c'est chouette d'avoir de tes nouvelles. Merci pour ces pistes, j'ai du pain sur la planche! Je crois que ce que j'apprécie le plus, c'est que tu es une personne qui cherche. Tu m'encourages à chercher aussi. Alors merci et bonne journée à toi!

Anna a dit…

Absolument d'accord avec tous ces conseils merci! Ton article sur les bonnes et les mauvaises personnes a fait également écho pour moi avec le débat relancé suite à cette affaire de viol par un étudiant de Stanford. Savoir zapper une vision trop manichéenne du monde, des autres et de soi, je crois que c'est aussi une des clés pour être bien. Se regarder avec bienveillance mais être aussi prêt à s'appréhender entièrement, sans filtre, sans tabou, sans peur. Et même si certaines choses sont moins évidentes et positives, je trouve cette lucidité très libératrice. A la fois parce que c'est une force, et qu'elle permet de dépasser petit à petit ses propres limites et malfonctionnements.

Nara a dit…

J'ai lu cet article l'autre jour sur Slate et j'ai pensé à toi. Une autre clé?
http://m.slate.fr/story/118467/etre-heureux-oubliez-vous

Léa a dit…

Salut Marie, tu sais quoi, je lis vraiment trés rarement les textes sur internet, en fait, t'es bien une des seules qui me donne envie d'aller jusqu'au bout des analyses que t'écris.
Et puis... c'est un peu comme quand Xavier Dolan dit que les choses qu'on propose, qu'on fabrique, qu'on fait, fonctionnent bien mieux quand elles nous ressemblent! Le message passe bien, parceque t'es pas trés loin derrière, et ça s'entend!
Et ça, par exemple, "ça marche pour moi".
Merci!

Anonyme a dit…

Manger une crêpe au sucre. A tous les coups ça marche (on va aller loin avec ça...).
Mais franchement. Quand la journée est pourrie, quand tu te sens au bout de la vie, quand c'est la misère totale... Ce magasin violet qui sent le sucre, la crêpe toute chaude, et rentrer à la maison en grignotant par petits bouts... Il doit y avoir quelque chose de surnaturel dans la pâte, parce que d'un coup, la lumière revient.

Rien à voir, mais j'ai réfléchi pas mal ces derniers temps à la blogosphère, ce que j'y cherchais il y a des années, comment ça a évolué, ce que j'y trouve aujourd'hui. Et j'en suis arrivée à cette conclusion: ce blog est le seul qui me procure toujours autant de plaisir et d'intérêt.
J'aime que ça reste simple. On évolue tous dans la vie, c'est normal, et je ne prône pas la stagnation et l'absence d'évolution, bien au contraire. Mais ce que j'aime en fait, c'est qu'au bout de toutes ces années, ce blog ne fait toujours pas partie de ceux qui ont de la paillette, de la mode, du "succès" (j'entends par là trop d'exposition et de partenariats dans tous les sens... Je ne voudrais pas que ce soit mal interprété).
J'aime que ça reste intimiste en fait, parce que les réflexions diverses et variées me parlent plus, m'atteignent plus facilement. J'aime qu'il y ait des gros mots, j'aime les "ouais" et les "t'as vu". Cette façon de parler sans chichis, qui m'attrape et me fait réfléchir à mon tour, même sur des trucs de philo ou des réflexions approfondies sur le soi, sur le "être". Cette façon de parler de "ton nombril" comme tu dis, "trop souvent" comme tu dis, mais qui ne m'a jamais agressée en fait, contrairement à d'autres sur la toile, dont l'introversion et la quête de soi me fatigue, parce que manquant trop de simplicité à mon goût. C'est justement parce que c'est sans prétention que ça me touche. C'est humble en fait. C'est ça le mot. C'est un truc tellement important à mes yeux, l'humilité. C'est "je pense à des trucs sérieux, mais je me la raconte pas en t'en parlant"... Et ça marche.

Tes textes, j'ai souvent un tas de trucs à dire après les avoir lus, mais j'ai tellement la flemme de me lancer dans un gros message (je sais... Mais on a dit que c'était naze de s'auto-flageller). Mais c'est chouette à chaque fois, ça donne un nouveau point de vue. Je les envoie aussi parfois, à mon compagnon, et il aime bien aussi, je crois.

C'est le bordel ce texte, je sais pas si le message ressort comme il faut.

Je te souhaite une belle soirée.

Céline D.

Ally a dit…

C'est dingue à quel point ce post me parle! Merci d'écrire sur ces sujets et de les creuser. C'est un travail continu pour moi d'accepter ma manière de penser (certaines caractéristiques sont de toute évidence fixes après des années) tout en dépassant ces aspects qui me nuisent. Je vais lire et relire ton article.

Cécile a dit…

Coucou Marie, d'abord merci d'avoir repris ce genre de post et les autres aussi! J'ai du rattrapage à lire pour celui-ci et les 2 ou 3 derniers mais avant je voulais partager une découverte que j'ai faite récemment et qui m'aide vraiment à "aller mieux" ou plutôt à comprendre. Ma psy m'a conseillé récemment de consulter une personne qui pratique et t'enseigne la base de l'EFT: Emotinal Freedom Technique. Alors pour décrire très rapidement c'est une méthode qui consiste en tapotant des points d'"accupressure" en évoquant ce qui coince, ce que l'on veut résoudre, cela prend en compte ce qui se passe dans notre inconscient. C'est ma petite explication mais je ne suis qu'au début de ma découverte, je suis sûre qu'en faisant des recherches vous pourrez en apprendre beaucoup plus pour savoir si cette méthode peut vous apporter quelque chose. Je ne suis pas étonnée que cette méthode me convienne car je suis sensible et réceptive à tout travail énergétique et j'ai aussi eu des séances d'acuponcture qui ont été très efficace, je pense qu'il faut tenter si besoin! Voilà mon petit témoignage, bonne journée!

little beast17 a dit…

Je voulais juste te remercier:
Je suis dans une période difficile de concours, tête dans le guidon depuis un an, fatigue et risque d’échec ... la joie quoi.

Ton billet a participé à me remonter le moral et à relativiser(avec la vidéo de durandal sur Rocky, elle tombait à pic ^^).
J'essaie de le faire au max, mais une petite piqure de rappel ça fait du bien :)

Sarah a dit…

Hello Marie! C'est vraiment agréable de se reconnaître à travers tes écrits et de lire tes conseils. Je tente justement d'appliquer des nouvelles habitudes et cet article tombe à pic, m-e-r-c-i!

PS: dans ton dernier paragraphe, tu parles de la "médiation", c'est plutôt la "méditation"? (en référence à ton dernier post vidéo), faute de frappe?

Bon week-end! :)

Claire a dit…

Coucou Marie,

comme l'ont dit plusieurs autres commentaires : merci pour ce post, et ton blog en général. Ils sont si généreux !
Alors de mon côté je renvoie modestement l'ascenseur avec deux types de "trucs" qui viennent compléter les tiens :

- faire une petite provision/liste de choses qui font plaisir pour les jours où ça va pas (cf commentaire sur la crêpe :D). On se fait une liste des choses qui nous font sentir bien, et si possible qui passent par le corps : un bain chaud, tel disque, telle conférence TED, tel chocolat chaud, tel gâteau qu'on adore à la boulangerie du coin, tel film etc. On prend vraiment la peine de l'écrire, pas juste garder ça vaguement en tête (c'est là que tout se joue), et le plus précis possible (pas juste "un gâteau" mais CE gâteau) ! Parce que quand ça va pas on est persuadé que rien ne peut nous faire sortir de notre désespoir, qui est si objectif blablabla. C'est là qu'il faut sortir sa liste et l'appliquer à la lettre, sans réfléchir, sans distance critique. Évidemment au début on se dit que ça ne marchera pas, parce que cette fois c'est un vrai problème blablablabla (on connaît tous le discours)... et évidemment au bout de 10 minutes ça va déjà mille fois mieux.

- Parfois ce ne sont pas des choses qui nous font du bien, mais des combinaisons de choses. Je vais beaucoup mieux depuis que j'ai compris qu'une journée parfaite pour moi c'était un peu d'exercice, un peu de travail (je suis étudiante), un peu de fun ou d'amour (amis etc). Les proportions varient, mais il faut au moins une pincée des trois. Les journées où je ne travaille pas, où j'ai passé la journée avec des copines par exemple, ou simplement en vacances, je me sens plutôt mal, pas complète, et c'est pareil les jours où par exemple je fais beaucoup d'exercice mais n'ai pas ouvert un bouquin. Alors que deux heures à la bibliothèque + rentrer à pied + un petit verre avec une copine le soir et à tous les coups je me couche au comble du bonheur ! C'est si simple, et pourtant longtemps j'ai voulu m'astreindre à travailler 8h par jour puis me précipiter pour rentrer en voiture, ou au contraire à marcher deux heures (sinon ça ne comptait pas) sans plus avoir le temps de travailler, ou passer des journées entières avec des amies. C'est vraiment bête à écrire, et pourtant ça a tout changé !

Merci pour tes "trucs" Marie, je vais tenter le questionnaire !

Mafalda a dit…

Je te lis depuis quelques années déjà. Je ne suis pas douée pour mettre par écrit mes pensées mais je voudrais te dire MERCI. C'est toujours toujours enrichissant de lire ton blog. MERCI!

Lucie a dit…

Merci Marie et...

... merci Tomme Cruise, Nara, Claire et...

C'est fou qu'on se rassemble dans la même direction, c'est trop chouette :)

Moi c'est ce genre de détails mis bout à bout qui me rend heureuse.

Bises

Anonyme a dit…

MERCI INFINIMENT ...

E. a dit…

Coucou Marie,

J'ai un film à te conseiller. Je pense qu'il peut te plaire.
C'est un film belge se déroulant à Bruxelles. Etant Bruxelloise, c'est ma ville en plein, et ce sont des images d'autant plus fortes. Le film : Black parle de deux gangs qui ont fait beaucoup parler d'eux à un moment donné. c'est basé sur des faits réels. Et au milieu de tout ça, pour y ajouter un peu d'amour, un couple fusionnelement dépareillé.

http://streamiz-films.com/film-streaming/film-action/9709-black-streaming.html

Bises

Anonyme a dit…

Conseils qui me parlent !! Merci pour le partage.

Je voulais ajouter aussi : ne pas hésiter à aller voir un (bon) psy. parfois on ne peut pas se sortir seul des idées négatives et du sentiment de culpabilité.
C'est ce que j'ai fait quand j'avais 18- 20 ans et ça m'a remis sur les rails de ma vie.

Anonyme a dit…

Marie!
Je commente en retard mais pour une fille qui manque gravement de confiance en elle, j'ai trouvé un bouquin pas mal à la Fnac l'autre jour : "Tu vas tout déchirer"de Jen Sincero , peut être qu'il peut te plaire!
Et un bon son moite comme tu les aimes en bonus :
https://www.youtube.com/watch?v=9lRrg5DlUu8

Grosses bises

Marie a dit…


Anonyme: Oui tu as sûrement raison (pour la culpabilité) et que c’est clairement l’un des plus grands freins. J’y travaille, j’en reparlerai :-)
La ritualisation c’est super super utile!
Oui toujours, et j’ai eu un petit passage à vide quelques jours, mais j’y suis revenue avec joie

Anonyme bis: Tu as raison le ressassement, c’est clairement pas pertinent.
Et je plussoie avec toute la suite de ton commentaire.
Je t’embrasse fort et merci d’avoir pris le temps de commenter.

Tomme Cruise: Ah ouais? C’ets cool..
Ouais c’est vrai qu’identifier c’est la première étape. des fois, on se sent mal après un truc mais c’est tellement de l’ordre du réflexe qu’on le remet même pas en question.
Twitter est relativement anxiogène, je suis d’accord avec toi…
(Je ne regarde quasiment plus les infos)

Anonyme: Merci :-)

Lise aime la salade: Oh ouais je vais y réfléchir, je le note pour un prochain billet, super idée.

Poetic Chelsea: Quelle sage réflexion. Changer de regard pour voir le monde positivement.
Si tu kiffes, c’est bien. J’avais lu qu’il fallait toujours suivre sa joie.

Maëlle Bloret: Merci Maëlle (oh non ces comptes instagram sapent tellement le moral ;-) )

Anonyme: Oui j’ai retrouvé l’envie…
Merci beaucoup, ça me touche vachement!

Anna: Exactement!
Merci pour ton commentaire.

Nara: Ouais je l’avais lu… Et je pense que c’est assez vrai, merci pour le partage!

Léa: Je suis vachement touchée, merci beaucoup pour ton commentaire Léa <3

Céline D: *__* la vie passe mieux avec une crêpe au sucre, c’est clair.
Non t’inquiète ce n’est pas mal interprété ;-)
Que tu qualifie la démarche de « humble » m’a vraiment touchée.
Merci Céline, ça me fait vraiment plaisir.
Et pis commente si tu veux, c’est bien là l’essentiel, on s’en fout du reste.
Encore merci!

Ally: Oui. Merci à toi pour ton retour. Bise

Cécile: D’accord, je ne connaissais pas, merci pour tes retours. Et du coup, tu trouves que ça agis sur toi?

little beast17: <3 Courage, j’espère que tes concours se sont bien passés.

Sarah: Oui, je me suis gourée, c’est bien la méditation, j’ai corrigé en te lisant je crois!
Merci.

Claire: Merci.
La liste des trucs à faire, je t’ai piqué l’idée, c’est génial.
Et alors le truc de « journée » complète,c’est juste génial, j’avais jamais pensé à ça, mas c’est clair que t’as raison.
Merci pour tes trucs Claire, je les rajoute aux miens.

Mafalda: <3 <3 Merci Mafalda.

Lucie: Ouais c’est clair… <3
Je t’embrasse

Anonyme: <3 …

E.: Merci pour le tuyau du film, je vais regarder ça!
Bise

Anonyme: C’est vrai oui, parfois on en sort pas seul(e)

Anonyme: Merci Beaucoup… Grosses bises aussi à toi

Clairette a dit…

Super post qui concerne tout le monde, comme toujours, merci Marie <3
Petite pierre à l'édifice : mon osthéo, qui me trouvait tellement pas bienveillante envers moi-même, m'a conseillée de me "surprendre" en train de me pourrir. Quand je suis dans une phase de négativité extrême, que je me tourne autour du nombril en mode détestation suprême - rien ne va, prendre du recul et rendre ce mécanisme conscient, "se regarder faire", se regarder être méchant et négatif. Et se dire qu'on ne serait jamais assez pute avec quelqu'un d'autre que soi. Ce n'est pas magique, mais petit à petit ça aide à prendre de la distance.
Merci encore pour ce blog si généreux et important !

Lizi a dit…

Bon alors ça me fait toujours bizarre de lire tes posts un peu plus personnels, parce que je me retrouve TELLEMENT dedans. Le rapport à la culpabilité, le passage à l'action, les complexes, le développement personnel l'égo et les relations avec autrui (tout cela construit grâce à tes cheminements et articles philosophiques) sont des questions quotidiennes pour moi.
Donc forcément, ce que tu écris me touche vraiment au plus profond de moi et me pousse à réfléchir également à ces problématiques, pas seulement pour un trip nombriliste mais parce que je trouve ça super intéressant de pouvoir se comprendre, bien que compliqué.
Bref, tu me donnes envie de prendre un carnet et écrire des pensées dedans, alors MERCI <3