Pages

21.3.16

AMITIÉS

2cast030




Je me suis rendue compte il y'a quelques temps que je n'avais pas beaucoup parlé d'amitié sur mon blog.
Et c'est assez étrange vu que c'est un truc plus que central dans ma vie.

Du coup je vais vous parler de la manière dont je considère l'amitié et (disclaimer) ça risque de vous paraître un peu bizarre, je ne porte aucun jugement sur ce que les autres pensent de leurs amitiés et de comment ils doivent les vivre.
Il se trouve juste que l'amitié occupe un rôle central dans ma vie et que du coup ça implique des trucs un peu étranges que je ne vois pas si souvent autour de moi. Surtout à mon âge ;-)

Je vis en colocation avec mon meilleur ami, qui se trouve être un homme. Yassine est mon ami depuis 10 ans et j'aime vraiment vivre avec lui (on s'amuse beaucoup, autre pôle central de ma vie).
Je préfère vivre avec lui qu'avec mon amoureux. Pas parce que vivre avec mon amoureux est moins bien, non, mais j'ai toujours trouvé, après expérience et ça m'est spécifique, que le quotidien tout le temps n'allait pas forcément au teint du sentiment amoureux.
Mon amoureux est plutôt d'accord avec ces choses là et est tout à fait tranquille avec mes amitiés... Même si on aime passer des semaines ensemble, ça n'est pas que je vive spécialement dans le fantasme, c'est juste que s'interroger sur le dosage de nos interactions peut être pas mal...


Dans mon entourage, j'ai le sentiment que l'amitié occupe un peu une position de remplacement. Les amitiés ne sont jamais aussi fortes que dans le célibat, une fois qu'il s'arrête, le temps manquant, on traite ses amitiés avec moins d'égard.
Je vais vous dire un truc, même si je suis passionnément amoureuse, je ne peux pas considérer que l'amitié passe après mon amour. Et j'ai l'impression que c'est pas si courant...
En fait l'amour est à égalité, j'aime mon mec, j'aime mes amis.

En plus, négliger l'amitié une fois amoureux, c'est, de mon point de vue, un calcul qui n'est pas très pertinent.

Il m'est arrivé d'être une amie un peu naze, laissant les choses se dégrader, j'ai perdu des choses précieuses de cette manière, mais ça n'a jamais rien eu à voir avec mes amours.


De manière tout à fait réfléchie, je pense que miser sur l'amitié (profonde, sincère dans laquelle on se sent aimé et accepté et dans laquelle on accepte inconditionnellement l'être) est le meilleur des calculs à long terme. Pas de désir qui pourrait s'étioler et un amour croissant.

Yassine, et quelques rares autres, seront pour toujours dans ma vie. Pour toujours. Je souhaite qu'avec mon amoureux se soit aussi le cas mais les ruptures amoureuses étant plus courantes que les ruptures amicales je ne me vois pas les négliger, j'aurais trop à y perdre.
Certaines de mes amies (il se trouve que c'est plutôt féminin, mais encore une fois c'est pas un truc dans les gênes, c'est simplement qu'il y'a un truc dans l'éducation féminine qui dit que sans conjoint, c'est le vide pour la femme. Sans homme, point de bonheur. Ce qui est évidement faux mais c'est tenace dans les comportements) ont beaucoup de mal à gérer le sentiment amoureux, le couple et dans le même temps les amitiés.
Je peux le comprendre, je vois comment elles ressentent les choses mais je serai incapable de prendre cette direction là.


Je ne sais pas vraiment pourquoi je suis comme ça...
Mon hypothèse c'est que étant enfant unique élevée par une mère célibataire j'ai beaucoup investi dans mes amitiés et les ai vécues de manière aussi intense parce que ça ressemblait à l'idée que je me faisais d'une fratrie, un truc fort et invincible qui ferait la nique à ma solitude d'enfance.

Peut-être j'en reparlerai, il est possible que mon positionnement vous semble bizarre voire vous choque (enfin toutes proportions gardées) mais ça me paraissait intéressant de vous parler de mon point de vue qui, après 12 ans, n'est pas vraiment la norme...

Love U et bonne semaine.

19 commentaires

Lucie a dit…

Je ne trouve pas ta façon de voir l'amitié choquante, au contraire c'est très pragmatique !
Par contre, je suis perplexe sur ta préférence à vivre avec Yassinne qu'avec ton amoureux. Je comprends en début de relation, mais est ce que tu figes cette préférence pour toujours, ou c'est provisoire ?
Je me dis que c'est compliqué de fonder une famille, d'avoir une vie de couple, à long terme, sans habiter ensemble. A moins que tu ne veuilles pas de famille, ou alors, t'as un plan bien précis pour que ça marche ? Je suis curieuse ;)
bisou et bienveillance, comme d'hab'

Marie a dit…


Lucie: Et bien rien n'est figé, je ne sais pas comment ça tournera, il ne faut que personne ne se sente lésé, c'est un minimum. Quant à la famille, je ne pense pas vouloir d'enfant ce qui simplifie ces questions là.
J'ai le sentiment que c'est une forme de conditionnement la vie "maritale" ou "en amoureux" et qu'on peut aussi vivre autrement.
Je t'avoue que ma réflexion est pas tout à fait abouti mais c'est en cours...
Je penser avoir répondu à tes questions!

Idoia a dit…

Je suis un peu jalouse, par ce que tu as réussi a exprimer exactement ce que je pense, mais avec de meilleurs termes que les miens...
Et la photo... OMG <3

Anonyme Amande a dit…

Ca me parle aussi tout ca...
J ai ete enfant unique jusqu a mes 11 ans alors l amitie ca a toujours eu un caractere sacre, par contre j ai toujours plus fonctionne en "couple amical" qu en bande de potes. Je vois la meme chose se produire avec ma fille qui n aura ni frère ni soeur et qui est tres focalisee sur sa meilleure amie.

La plupart de mes besta (filles comme mecs) le sont depuis l adolescence ou depuis mes 20 ans, ca fait donc fort longtemps, et je ne les ai jamais neglige meme pendant ma vie de couple, bien au contraire, j ai bcp plus de bienveillance et de patience envers eux qu envers mon copain ou meme ma famille. Ce qui a d ailleurs toujours bcp choque ma mere ou mon frère a qui je ne passe rien alors que je suis tres consensuelle avec mes potes.

Le probleme c est qu en vieillissant la reciproque ne fonctionne pas toujours, j ai ete decue par des ami(e)s qui ont neglige grave notre amitie a cause d une nouvelle vie de coule ou de l arrivee d un enfant... J avoue que je reste preplexe face a ces choix, comme si leur vie de couple etait eternelle et qu elles/ils ne pensaient plus jamais avoir besoin de notre amitie le jour ou ca se terminerait, comme si les enfants (ces petits ingrats ;-)) ne grandissaient pas et qu on aurait pas un jour besoin de retrouver ses potes pour sortir du delire parental...

Anonyme a dit…

Coucou Marie,

C'est drôle car malgré tout je lis dans ton post et dans le commentaire d'anonyme amande une forme d'"opportunisme" à l'amitié et je vois en filigrane "j'investis dans mes amitiés car investir dans le couple n'est pas toujours un bon calcul". Tu dissocies l'amour pour tes amis à ton couple et pourtant ton discours sur l'amitié est rempli de ton couple et du risque qu'il échoue...

C'est un discours que je comprends complètement mais je me dis que c'est drôle de lier les deux comme ça.

Je t'embrasse,

Un lecteur

Cleanettte a dit…

C'est effectivement une vision des choses très intéressantes.
Pour ma part j'ai eu beaucoup d'amitié masculine dans ma jeunesse mais dans la très grande majorité des cas, pour moi c'était bel et bien des ébauches de ce que j'envisageais comme relation avec mon futur conjoint. J'ai par ailleurs été pas mal déçue par mes relations amicales féminines. Du coups mon mari a été d'abord un très bon copain et il est devenu plus. Et il reste un très bon copain avec le reste en plus.
Et c'est vrai que depuis que je suis en couple je n'ai jamais réussi à retrouver de relation amicales aussi forte qu'avant (manque de temps, de disponibilité, etc...)mais je préfère 1000 fois garder mon mari que trouver une amie puisque j'ai nettement plus confiance en la constance de mon mari qu'en celle d'une potentielle amie.
Il parait que dans toute amitié fille garçon(où les 2 sont hétéro) il y en a toujours un des 2 qui espère plus mais qui ne le dit pas pour plein de mauvaise ou bonne raison(comme la peur de perdre cette qualité de relation). J'aurais tendance à penser que c'est vrai.

Pauline a dit…

Bonjour Marie,

Merci de partager ton état d'esprit par rapport à l'amitié. Cet état d'esprit, cette considération de l'amitié qui ne rentre pas dans les "cases" de la société... Je te comprends, je comprends ce que tu ressens et c'est beau de voir quelqu'un en parler.

Quelle belle chose que l'amitié, autorisons nous à en parler. L'amitié entre un mec et une nana ne doit pas devenir sujet tabou à partir d'un certain âge, même si ca devient plus compliqué...

Pauline, en couple et en coloc avec 3 potes

Céline a dit…

Salut,

J'ai l'impression que la tendance à délaisser l'amitié pour le couple vient avec l'adolescence, c'est une phase où j'ai l'impression qu'on se trouve dans une idéalisation totale de ce qu'est l'amour.Finalement l'amitié n'est que le chemin qui mêne à l'amour. Et que du coup on abandonne tout et on délaisse le reste pour le couple. Je crois aussi qu'il y a une forme d'idéal dans le couple, une harmonie parfaite en quasi autosuffisance.
Je crois pour moi que ce son juste des interactions très différentes et que chacune implique et apporte des choses très différentes.

Maud a dit…

Bonjour Marie,

tu dis que les ruptures amicales sont plus rares que les ruptures amoureuses, mais elles n'en sont pas moins douloureuses, au contraire.

J'ai vécu cette rupture amicale et la cicatrice ne s'est toujours pas refermée au bout de plusieurs années alors que celles dues à des ruptures amoureuses ont tout à fait cicatrisées et bien plus rapidement. Cela d'ailleurs permet d'alimenter ton propos sur l'importance et le rôle central des amis.

Par contre j'ai l'impression qu'on a moins de " tolérance" vis à vis de la douleur causée par une rupture amicale. Pour autrui cette " douleur" a moins de légitimité ce qui rend sa guérison longue et complexe. et souvent cela laisse place au regret et à l'amertume.

Souvent ces ruptures sont moins comprises car considérées comme moins lourdes alors qu'au fond, et personnellement, ce fût l'inverse.

Merci encore pour ta réflexion autour de sujets de société.

Sarah Mercoiret a dit…

Bonjour Marie,
Merci pour ce bel article. Je partage complètement ton sentiment d'égalité d'importance entre les sentiments amoureux et amicaux. Je ne comprends ni le "les copines d'abord !" ni le "mon amoureux passe avant tout le reste". Mais je crois aussi que si je me permets cette "liberté" c'est parce que j'ai toujours été entourée de gens généreux, bienveillants et ouverts d'esprit. J'ai toujours eu des amoureux qui me permettaient, comme toi, de vivre avec un ami garçon et des amies qui me laissaient louper des soirées entre filles pour aller au cinema avec mon copain du moment.
Je pense en fait que tout est une histoire d'équilibre et de dialogue. :)
Je me souhaite, et te souhaite, de continuer à vivre comme ça !
Bon printemps !
Sarah

Joanna a dit…

Très belle perception de l'Amitié, qui est élément aussi essentiel que l'Amour dans notre vie. Je trouve ta position vis à vis de celle-ci très intéressante et pas du tout choquante. Chacun doit trouver un comportement qui lui convient, chacun appréhende l'amour et l'amitié de manières différentes ... L'important est d'être fidèle et sincère dans ces différentes relations.
Je n'avais encore jamais posté de commentaires sur ton blog, mais tes post m'inspirent énormément et j'apprécie ta vision de la Vie, et même si l'on ne se connaît pas je t'apprécie toi (haha cela paraît étrange, dis comme cela ...).
Merci pour tous ces partages.
Joanna

Mamzelfrog a dit…

Coucou Marie,
Je pense tout comme toi à la différence que je vie en couple mais j'arrive à conjuguer les 2. Je profite de mes amitiés seule et parfois je les vois avec mon amoureux. Nous ne sommes pas fusionnels. Et j'ai besoin de temps seule avec mes amis, tout comme mon amoureux avec les siens, bien qu'il en ait moins besoin que moi.
J'ai comme toi laissé le temps et l'espace dégrader quelques-unes de mes amitiés (la faute s'il y en a une autant à moi qu'à elles) c'est triste mais c'est comme ça.
Alors non ta façon de vivre l'amitié et l'amour n'est pas choquante, elle est pour pour moi au contraire tres logique, les amis c'est pour la vie, les amours c'est plus compliqué.

Lucie a dit…

Merci pour tes réponses, c'est vrai que ce n'est pas une obligation ce schéma "famille, maison, chien" et heureusement ;)
Je retiens de ce que tu me réponds, que c'est la situation qui te convient pour l'instant, peut être que ça changera, peut-être pas. Tu n'es pas obligée d'y réfléchir de toute façon ! bisou

Anonyme a dit…

Je pense que tout cela dépend surtout des moments de la vie..... Perso je ne mets pas sur le même plan mon mec et mes amis.
Je ne compare pas et ne donne pas d'importance plus grande à l'un ou l'autre.
Ils font partis de ma vie mais ne jouent pas dans la même cour.
Mes amis, comme je le fais parfois, traversent des périodes où ils sont plus investis dans leur relation amoureuse ou dans leur famille pour ceux qui sont parents.
Mais je ne prends pas cela pour de la négligence ou de l'abandon .
pour moi c'est cela l'amitié , une relation élastique , ou parfois on est fusionnel, ultra proche et parfois plus distants....mais ça ne marque pas la fin de l'amitié.
En tant que mère de deux mômes , amoureuse de mon mec et profondément ancrée dans mon clan d'amis , je sais qu'à certains moments de la vie on focalise plus sur son couple ou sur sa vie de parents (qui est chronophage) .....mais à d'autres moments c'est l'amitié qui prend la place.
Voilà, moi je crois qu'on peut tout avoir , et que lorsqu'on est aimé et entouré d'amis , de vrais amis alors ils comprennent avec bienveillance qu'une jeune relation amoureuse peut nous engloutir tout entière et nous éloignée un temps , que le nouveau statuts de maman peut nous emporter dans un tourbillon ou l'espace temps se trouve modifié .....
Les amis qu'on garde toujours savent que cela ne signifie pas qu'ils n'ont plus d'importance.
En tout cas mes amis ont eu cette bienveillance en restant toujours pas si loin de ma vie et je l'ai vis à vis d'eux .
Estelle

elodie a dit…

Je suis tout à fait d'accord avec le com précédent. La plus belle qualité d'une amitié c'est pour moi cette élasticité. Celle qui supporte autant la fusion que l'indisponibilité provisoire. On peut être constant en amitié, même en étant indisponible parfois. Il y a de ces gens qui appellent rarement et qui traverseraient le pays pour nous venir en aide si on le demandait. Un peu comme les amitiés d'enfance un peu superficielles vu les changements de vie qui peuvent désunir les gens, mais aussi très profonde, comme un fil rouge dans la vie.


Effectivement, ta vision de l'amitié ressemble bcp à de la fraternité. Moi, c'est ma soeur cette constante inébranlable.

Mon cojoint, c'est mon ami plus plus. Et c'est peut-être pour cela que je suis parfois moins dispo avec mes amis. C'est comme une nouvelle amitié exclusive, à laquelle on veut tout donner, qui nous semble intarrissable. Et c'est aussi propre aux couples actuels de vouloir trouver en l'autre, à la fois un ami, un amant et un frère. Peut etre que tu ne fais pas cet amalgme

Enfi ne dirai que dans un couple, l'autre se transforme en membre de la famille, plus uniquement une personne extérieure au cercle, en visite. Et donc dans ce cas, on priorise sans le vouloir ce compagnon du quotidien. On s'y investit d'autant plus.....

Anonyme a dit…

Bonjour je suis ton blogue depuis long temps et je le trouve avec le temps de plus en plus profond et intéressant.
Ta vision de chose m'est très proche, j'ai fonctionné même comme ça quelque temps, pour mon mari l'amitié a aussi une grosse importance. On se laisse donc un espace pour nos amis.
Je n'église pas mes amitiés et en même temps je n'en veut pas à mes ami d'être en peu plus distant et à me consacré moins de temps par moment.
Mes vrais ruptures amicales ont était dix fois pire que mes ruptures amoureuses par contre c'était des relations plus longues si on compare...
Ma famille a par contre plus d'importance que mes amis, ma vie ma poussé à réfléchir sur ce sujet et à faire des choix.
Ma mère par exemple ou mon fils passerons bien avant mes amis.
Un équilibre c'est bien mais les priorités sont aussi nécessaires, je parle de moi.
La relation sans enfant à distance je trouve ça top, par contre avec c'est mieux et plus pratique de vivre ensemble.
Je ne voulait pas vraiment d'enfants mais mes fils ont transformé ma vie en plus compliqué mais beaucoup mieux.
Je ne sais pas si tout ça t'intéresse mais j'avais envie de t'écrire car ton blog est vraiment de qualité.

Hélène a dit…

C'est fou ce post qui tombe au moment même où je me pose toutes ces questions! Car pour ma part je suis plutôt le contraire, et ai délaissé beaucoup de mes amis lorsque je me suis mise en couple.
Je m'en veux, mais le problème va plus loin. Ce n'est pas seulement que je prends moins de temps pour les voir ou les appeler, mais les moments passés en leur compagnie me semblent moins fun et moins riches qu'avant.
Cela peut paraitre dur mais c'est ainsi que je le ressens. J'ai l'impression de devoir choisir entre les deux.
C'est pour cela que ta situation et ta façon de voir les choses est finalement très enviable.
Merci pour ce post :)

Anonyme a dit…

Mes amis venant d'autres cultures sont frappés par le surinvestissement amoureux en occident. Les espaces sont ici plus cloisonnés et assez hermétiques(famille-amis-coupe)en général, donc quand tu es en couple, tu ne vois plus personne ou vous avez des amis communs... Chez eux , c'est juste inconcevable de rester dans sa bulle en oubliant potes, famille...Limite malsain pour le couple.

Quand on se met en couple,ici , on oublie un peu le reste. Les gros clash qui ont eu lieu avec mes amis étaient liés au fait que leurs copines les coupaient du reste du groupe. En général, le couple va vers les amis de l'un ou de l'autres, il n'y a pas d'espace médian pour le couple plus les amis , chacun de son côté. C'est rare qu'on choisisse ses amis à son mec, si les amis ne l'aiment pas, on zappe les amis .
Perso, j'aime bien respirer, et ne pas me farcir tout l'univers qui va avec le produit "homme de ma vie" (genre je t'aime toi, tes potes, tes parents, ce que tu lis, bois, je vais aller dans ta salle de sport...) et quand mon mec dit du mal de mes amis, je le laisse faire mais je garde mes potes ( en général , c'est pas méchant,parce que je ne les lui impose pas: untel est élitiste, une telle est très collante).. Après tout, je n'aime pas tous ses potes non plus et il sait pourquoi je ne l'accompagne pas quand 80% des chiants sont là, mais je les accueille chez moi sans laisser paraître, par respect pour l'amitié que mon mec partage avec eux...
C'est important qu'il respecte le meilleur ami par contre, parce que celui-là peut débarquer dans l'appart n'importe quand, si ton mec déteste ton meilleur pote, c'est pas bon signe pour la suite surtout s'il t'impose un choix. Si tu cèdes, prépare toi à devoir céder souvent...
C'est bien quand chacun a son espace, partant du principe que les coucheries se font par le biais du travail (collègues) le plus souvent, ce n'est pas en collant ton mec les soirs et Week_end que tu vas sauver ton couple...
Et puis comme il ne sait pas exactement ce que tu fais et inversement, on a de vrais trucs à partager (partager des choses que l'autre a vécu aussi, ça a ses limites...)

Alexandra :) a dit…

Coucou Marie !!!

ça fait un bail que je n'ai pas intervenu ici, ouahhh ! Mais cet article est juste parfait, merci merci merci mille fois.
Je cogitais là dessus justement dernièrement. L'amitié tient un rôle clé dans ma vie. C'est peut être violent ce que je dis mais certaines de mes amitiés sont plus importantes que ma famille par exemple. Malheureusement, je n'ai pas l'impression que mes amis accordent autant d'importance à l'amitié que ce que je peux faire et c'est ça qui est difficile à encaisser. Je ne peux pas vraiment le leur reprocher, nous sommes tous différents mais c'est quand même blessant.

Je ne suis pas d'accord avec une lectrice, qui plus haut, stipule que l'amitié garçon/fille est difficile à admettre et je trouve franchement dommage qu'encore des gens pensent cela. J'ai plusieurs grands amis garçons, avec qui j'ai pu dormir, boire, manger, faire la fête, discuter pendant des heures, tout cela sans une once d'attraction charnelle ni idée derrière la tête. Et ça , c'est bon !!!!!
Tu as beaucoup de chance de pouvoir habiter avec ton meilleur ami, je suis ravie pour toi et garde ce lien précieux avec lui autant de temps que tu le pourras. Tu as aussi de la chance d'avoir un amoureux qui accepte cela.

Moi j'ai l'impression que les gens considèrent l'amitié comme quelque chose de second ordre, un truc du genre "on verra plus tard" alors que comme d'autres lectrices peuvent le dire avant, il n'y a pas de "plus important", il n'y a pas de choix à faire entre l'amitié et l'amour, on peut j'en suis sûre très bien combiner les deux et garder de la place pour tout le monde. Les gens ne savent juste pas le faire ... C'est regrettable et moi ça me rend triste.