Pages

25.2.16

REFLEXIONS AUTOUR DE L'ABSTENTION

jacques chirac


On avait parlé il y'a quelques temps (vaguement) de politique.
Pour être tout à fait exact, j'avais traité de la construction de nos convictions et de la nécessité de les remettre en question.

Aujourd'hui j'avais envie de revenir, en dehors de période d'élections imminentes, sur la question de l'abstention.

J'en ai largement parlé déjà mais revenons sur les faits brièvement.

Aux dernières élections j'ai voté Hollande. J'ai voté Hollande avec conviction, avec joie presque. Et a posteriori, avec une grande naïveté. J'ai toujours voté à gauche, la question ne se posait pas vraiment.
Je suis très choquée de voir que le gouvernement actuel n'a aucune face et ne respecte pas les votes des gens de gauche qui lui ont permis d'accéder à leur fonction. J'ai une grande colère en moi.

Je trouve que c'est une honte et dire que je suis déçue est en dessous de la vérité (la projet de loi sur le droit du travail est encore la preuve qu'ils touchent le fond mais creusent encore mais passons...).

Comme je ne me vois pas voter en 2017 pour un parti comme le PS (qui va encore probablement nous faire culpabiliser sur la montée du FN et en tenir responsables les abstentionnistes sans jamais ô grand jamais se remettre en question) je m'interroge de plus en plus sur la véritable pertinence du vote.

Voter c'est cautionner, c'est même avec ça qu'ils se permettent autant... Même si voter est devenu, pour certains (dont je suis), un acte de dépit. On vote contre quelques chose alors même que le discours est ambivalent ( "c'est un honte de voter pour les extrêmes mais on va bien stigmatiser certaines populations" ), mais voter et encore et encore voter, même par dépit, ça donne de la force au pouvoir en place. Mais je n'avais jamais pensé à ne pas voter, si je ne le faisais pas, je me serais sentie trop coupable au cas où ça tournerait mal...

Je n'avais jamais envisagé l'abstention comme un choix réel, je me disais que c'était facile de râler, de se plaindre et dans le même temps d'être incapable de proposer autre chose. Etre contre c'est facile, mais c'est surtout contre-productif s'il n'y a aucune autre option de proposé.
Et puis j'ai commencé à regarder des trucs, à m'interroger plus, à remettre en perspective, à sortir de la conscience citoyenne telle qu'on me l'avait toujours dictée.

Bref à m'interroger.

Et si s'abstenir était la première phase du rejet, une première étape?
Je ne peux décemment voter pour voter pour aucun parti actuel et je m'interroge sincèrement.

Je vous mets deux vidéos que j'ai trouvées intéressantes bien que partisannes mais je vous laisse seul(e) juge.

Du coup, j'avais envie de parler de ça avec vous. Pour celles et ceux qui votent, êtes-vous satisfaits de ce que l'on fait avec votre vote? Pour les abstentionnistes, j'aimerais connaitre vos motivations?

Ma réflexion n'en est qu'au stade d'embryon, du coup, j'avais envie d'en savoir un peu plus grâce à vous.

Merci, bonne journée à toutes et à tous.




27 commentaires

E. a dit…

Je me permet un petit commentaire malgré le fait que je ne sois pas française. Je suis belge. Et en Belgique, le vote est obligatoire. De part son obligation, je ne me suis jamais poser cette question. J'aime que cela soit imposé. Et j'aime beaucoup l'ambiance des dimanches de votes. Où tout le quartier se rend dans la petite école la plus proche. On a un rassemblement, ça papote. J'aime aussi regarder les gens qui vont voter. J'habite dans un quartier pas trop mal, avec des personnes de toutes horizons et de toutes conditions sociales. Et j'apprécie la proximité et le sens commun de notre quête ce jour-là.
Je trouve ça de ce fait inenvisageable d'aller voter. Même si, en effet, parfois j'ai l'impression que mon vote ne sert à rien du tout. Que les coalisions entre partis sont courues d'avance. Même que parfois le parti "gagnant" se retrouve "perdant" quand les autres partis decident de se mettre ensemble pour faire la majorité. Mais d'une autre part, je me dis que voter blanc (ou ne pas voter) c'est se ranger à la majorité. Et pour ma part, n'étant pas devin. J'ai peur que cette majorité ne me convient guerre. Et je ne suis qu'un grain de sable. Souvent déçue. Mais qui ne peut s'empêcher de se dire que j'ai contribué à l'édifice. Même si, cet édifice se révèle parfois décevant. Quant à mes convictions, elles ne changent pas. Je vote toujours pareil. Et quand je n'arrive pas à y trouver mon compte. Je me rassure, en me disant que je vote pour le parti qui a comme fondation les mêmes valeurs que les miennes.

Fabignou a dit…

En voyant ton titre, je me suis dit "merde, y'a des élections bientôt ?!?" j'ai senti le stress monter : je ne vis pas en France et je n'ai pas la télé, donc je stresse parfois à l'idée de rater ce genre de choses :-)
J'ai réalisé que genre de sujet est tellement un marronnier des périodes électorales qu'on n'imagine pas en parler en dehors : donc merci pour ça, je vais regarder de ce pas les vidéos, et merci pour cette fabuleuse photo de Jacques Chirac ! Toi aussi tu regrettes cette époque où les gens fumaient à la télé et où les journalistes faisaient leur boulot ? ;-)

Charlotte a dit…

Je crois que j'aurais pu écrire la 1ére partie de ton article (pas aussi bien quand même). A la différence prêt que je n'étais pas dupe en votant Hollande, je me doutais bien qu'il allait nous décevoir et qu'il n'allait pas mener une vraie politique de gauche mais malgré tout ça, ils ont quand même réussi à me surprendre et à me décevoir ! Ils sont forts les gars.
Je n'ai pas voté aux dernières élections car pas encore inscrite dans ma nouvelle commune, j'ai fait les démarches depuis notamment pour pouvoir aller voter si la primaire à droite est ouverte, contre Sarkozy !
Comme tu le dis, depuis que je suis en âge de voter, j'ai voté Contre et j'avais pour un-e candidat-e ou pour des idées. Quelle tristesse.
L'abstention et le vote blanc peuvent être des démarches de conviction mais elles ne le sont pas du tout prises ainsi ni par les politiques, ni par les médias. Tout simplement parce que ça les arrange bien de critiquer les abstentionnistes plutôt que de se poser des questions sur pourquoi autant de personnes ne vont pas voter ou votent blanc ! Ca demanderait un peu de réflexion et surtout être prêt à se remettre en cause.

Aurélie a dit…

Bonjour Marie,

Merci pour cette réflexion intéressante, il est vrai que l'on voit de plus en plus de personnalités de gauche promouvoir une forme de refus du pouvoir en place qui passe par l'abstention, de manière à ne pas cautionner un système qui ne leur convient pas. Je suis comme toi, très déçue par Hollande, même si je n'en attendais rien de révolutionnaire mais certainement pas un programme digne du MEDEF. Je suis bien convaincue de ne jamais revoter PS, mais malgré tout je me pose la question du premier tour: ne doit-on pas tout de même tenter de faire entendre la voix qui est la plus proche de nos convictions, ne serait-ce que pour permettre à des nouveaux partis plus sincères de grandir (je pense à Podemos en Espagne)?
Je me pose également la question de l'impact de ce non choix. L'abstention ne fait qu'augmenter depuis quelques années et pourtant les politiques ne s'en émeuvent faussement que le temps de la soirée électorale, le reste du temps cela les arrange bien, leur permettant de conserver facilement leurs sièges. Je n'imagine pas une seconde les politiques actuels se dire avec 75% d'abstention, il y a un problème, il faut revoir nos institutions, au contraire tout passe plutôt par la culpabilisation des abstentionnistes.

Lucie a dit…

Je suis de ceux qui vont voter à tous les coups, soit pour la gauche (à tendance écolo) soit contre le FN. J'ai aussi envisagé l'abstention, mais comme tu le dis si bien, ce serait prendre le risque que ça tourne mal, et je ne suis pas prête à prendre ce risque. Parce que si on regarde dans le passé, heureusement qu'il y a des gens qui ne prennent pas ce risque, sinon ça aurait déjà tourné mal depuis longtemps vu les pourcentages aux résultats.

Alors oui, quand rien ne nous convient, s'abstenir devient un acte militant, mais pour moi, quand il y a un risque défavorable à une catégorie de gens qui n'ont rien demandé, s'abstenir devient un acte irresponsable car ça les condamne.

bénédicte a dit…

Bonjour Marie,

Moi j'ai un problème avec l'abstention parce que je trouve ça trop facile de dire ça ne me plait pas alors je ne vote pas. ça n'a rien d'un acte militant pour moi.
Je vote bien souvent sans conviction mais je vote, je me déplace, l'acte citoyen est important à mes yeux.

J'estime que nous avons la chance de vivre dans un pays où on nous donne le choix, l'opportunité de s’exprimer et pour moi s'abstenir c'est montrer un désintérêt pour ces droits acquis.
Alors je vais voter, blanc parfois, histoire de leur dire "je vous emmerde", mais c'est ma façon à moi de m'engager malgré tout et d'être en quelque sorte active.

Alors tu me diras que mon vote ne sert à rien, et que je suis quand même considérée comme abstentionniste alors à quoi bon me déplacer, mais je trouve que le droit de vote est tellement banalisé, on en a vraiment oublié le sens, c'est grave.
Ne pas oublier que jusqu'en 1944, les femmes n'avaient pas le droit de vote, etc.

Je comprends le désintérêt pour la politique, la désillusion, et je ne suis pas forcément favorable au vote obligatoire comme en Belgique, mais n'oublions pas l'Histoire et regardons un peu plus loin que notre nez, tous ces pays où en 2016 on ne vote pas/le droit de vote est restreint.

Bonne journée :)

renardeau a dit…

Hé, les choix qui se présentent a nous ne sont pas uniquement: soit le PS soit l'abstention (excuse-moi si j'ai mal compris mais c'est ce qui semble se dégager de ton texte).

Moi aussi je suis assez dégoutté de la politique mais il me semble que certains partis n'ont jamais été au pouvoir (contrairement a l'UMP et au PS) et qu'on ne peut pas les juger aussi severement que ceux qui l'ont eu pendant de (trop) longues années.
Alors oui il y a le FN (pas de brame: je ne dis pas qu'il faut voter pour eux, c'est juste une constatation), le front de gauche, les écolos...et tout un tas de micro partis (le parti pirate etc.). Il y a forcément un "petit" parti qui correspond a tes convictions et qui n'a jamais eu l'occasion de confronter ses idées a la réalité du pouvoir.

L'abstention c'est sympa mais ca n'a aucune valeur légale et ca n'est pas ca qui fera changer les choses.
Faire changer les choses, c'est voter, a toutes les élections (meme les locales ou les européennes dont tout le monde se fout) et en se renseignant bien on trouve toujours des gens chouettes et pas corrompus pour qui voter.

Pour moi s'abstenir c'est raler, mais tout en étant un gros flemmard. Genre le systeme est pourri les gars, mais je vais juste dire non depuis mon canapé. C'est un peu contre-productif, une indignation pour se donner bonne conscience mais qui n'aide pas a donner des voix a ceux qui peuvent vraiment changer les choses dans ce pays.


Amy a dit…

Je me retrouve tellement dans ce que tu écris. Chaque fois que je regarde les actualités c'est une telle souffrance, un tel dépits, et une telle haine de ce gouvernement qui n'a rien de socialiste que j'en ai la nausée. Je me suis posée la même question que toi, à quoi ca sert d'aller voter, est-ce que l'abstention n'est pas la solution? Et puis au final, je me suis dit que l'abstention c'était certes une façon de dire fuck à tous ces cons mais que ca ne changeait rien, parce que tout le monde le constate mais personne n'en fait jamais rien de cette abstention ni n'en tire une quelconque leçon voire modestie. Alors même si mon vote n'est qu'une goutte dans l'océan de merde que sont les politiques, je continuerais sans doute à me faire couillonner en votant pour le groupe qui représente mes valeurs même si au fond de moi je sais qu'elles seront toutes bafouées. Et qui sait un jour peut être, le vote blanc sera utile et les contestataires entendus.

Laurence a dit…

Merci pour tes articles toujours pertinents.
Oui, questionnement pour beaucoup d'entre nous que le prochain vote. Sur le sujet des raisons du mélange de discours droite-gauche, je ne sais pas si tu connais cette video d'une chaîne très intéressante d'ailleurs dans son ensemble.

https://www.youtube.com/watch?v=41lAe0mgjjU&feature=iv&src_vid=CQ4BetUQOr4&annotation_id=annotation_4907381

eciheart a dit…

Je n'ai jamais voté pour quelqu'un... Enfin si, mais blanc.
Et ce n'est pas les prochaines élections qui me feront changer d'avis, ni même, peut être me déplacer.
Je ne me résous pas à voter par dépit ou pour faire perdre un parti (même si il m'est arrivé de culpabiliser devant certain discours moralisateur sur le vote nul)
On dit "donner sa voix". C'est quand même pas rien.






isa a dit…

Bonjour Marie,

aux dernières présidentielles j'ai voté Eva Joly au 1er tour et contre Sarkozy au 2ème, donc Hollande, qui m'a bien déçue (euphémisme...).

En 2017 je crois que je vais mettre un bulletin avec écrit dessus Mendes-France.

Le droit de vote est vital et les droits ne s'usent qui si on les utilise pas, alors pour moi impensable de ne pas aller voter, en plus maintenant le vote blanc est comptabilisé, je veux montrer aux politiques que l'avenir de mon pays me préoccupe, mais qu'aucun d'eux ne correspond à mes valeurs.

Anonyme a dit…

Hello,
pour info il y a des initiatives qui se développent pour des primaires citoyennes, democratech notamment: https://medium.com/@democratech/enjeux-et-objectifs-d-une-primaire-d%C3%A9mocratique-ouverte-af6119710757#.u792bhg7x + la transition http://la-transition.fr/Accueil/NouveauPartage.sls + article là : http://www.frenchweb.fr/la-presidentielle-de-2017-peut-elle-etre-uberisee/230198
oui un autre monde est possible :)

cash cash a dit…

Contrairement à Renardeau, je ne pense pas que s'abstenir de voter, ce soit, je cite:
"raler, mais tout en étant un gros flemmard. Genre le systeme est pourri les gars, mais je vais juste dire non depuis mon canapé."

Je pense que s'abstenir de voter, c'est reprendre sa liberté par rapport aux injonctions bien-pensantes. Parce que j'ai le droit de refuser de choisir entre bonnet blanc et blanc bonnet.

Et ce genre de jugement à l'emporte-pièce ne fait que DIVISER les gens, les dresser les uns contre les autres au lieu de les unir, et fait finalement le jeu des puissants qui dirigent (en coulisse).

Anonyme a dit…

J'avoue que j'ai un gros problème avec les abstentionnistes. J'ai l'impression qu'ils tiennent toujours un discours sans fond, sans aucune matière.

Les questions que j'ai envie de leur poser c'est : honnêtement, est ce que vous lisez les programmes des plus petits partis ? Est-ce que vous faites l'effort de vous renseigner sur eux ? Oui, ces partis qui stagnent à 1/2%. Moi même si je n'adhère pas je me force à me renseigner, à lire leurs programmes, et aujourd'hui il existe tellement d'alternatives proposées que j'ai franchement du mal à croire que certaines personnes n'y trouvent leur compte nul part. Pour moi c'est de la paresse, céder à la facilité que ne voir que les 3 premiers partis et dire "tous pourris". Il y'a des militants de plus petits partis qui se démènent, portent de vraies belles idées, mais on a l'impression que ça n'intéresse personne.
De même la politique en théorie tout le monde peut s'y engager. en pratique évidemment c'est moins facile sans les contacts/capital culturel/blablabla mais si personne ne se bouge normal que ça ne change pas.

Ce que je veux dire c'est qu'on est pas en dictature. Il y'a de multiples voix qui s'expriment, de multiples alternatives possibles, mais personne n'écoute.
Le vrai changement se produirait si on décidait tous de se bouger, de voter pour des partis moins conventionnels. Imaginez si ces partis à 2/3% atteignaient 15/20 demain. Mais pour l'instant le seul à avoir accompli cette performance c'est le FN.
Dans ces circonstances, j'avoue que j'ai du mal à avoir de la compassion pour les abstentionnistes ou pour les partisans du vote sanction. Y'a des moyens plus efficaces de perturber l'ordre établi, mais qui demandent aussi un peu plus d'implication et de discernement dans son jugement. Et aussi d'ouvrir les yeux sur ce monde, de quitter la naïveté de l'enfance. Les hommes politiques ne sont pas des surhommes, et ce n'est pas eux qui nous sauveront. Je pense qu'il faut arrêter de voir le corps politique comme les sauveurs du monde mais juste comme des admins chargés de faire en sorte que tout ne se barre pas trop en bordel. Des hommes qui font en sorte que la justice, la police et la loi s'articulent correctement et s'adaptent aux évolutions du monde.

Maintenant Marie dans le fond qu'est ce qui te choque dans les mesures prises par les socialistes pour que tu aies une telle colère en toi ? Est-ce qu'ils ont vraiment fait un quinquennat désastreux, est-ce qu'ils ont mis à mal la France ? Ou tu es plutôt déçue qu'ils ne parviennent pas à gérer les maux auxquels nous sommes tous confrontés, ou bien pour toi ils personnalisent la faillite de la gestion de la crise migratoire, la montée du racisme, les divisions de la société actuelle, la dépression française... ?
Si tu as des faits concrets à donner je t'écoute.
Moi je ne pense pas qu'ils aient fait mieux que n'importe quel gouvernement précédent, mais pas pire non plus. C'est des hommes politiques quoi. J'ai une vision un peu plus anglo-saxonne du sujet, ou l'Etat a un rôle bien plus minime dans la société.

elotarie a dit…

Salut Marie,

Ça fait un petit moment maintenant que je n'ai pas écris un truc...

Je vote blanc depuis que j'ai voté pour Hollande. Je n'arrive pas à ne pas aller voter car papa maman me culpabilisent un peu. Mais je suis d'accord avec toi, voter c'est abdiquer.

Plus personne ne sait comment réagir, on nous parle sans cesse de crise, mais oui, véritablement nous sommes en crise d'idéologie, nous ne savons plus en qui croire, les montées des partis populistes comme le FN le prouvent. Les boucs émissaires se font de plus en plus nombreux, ROMS ARABES ou même MIGRANTS DE CALAIS "qui nous volent notre travail et ne respectent pas notre culture"... J'en ai vu des conneries sur les internets et pire j'ai débattu avec les auteurs en leur apportant du contenu, des faits tangibles, des trucs qui sortent de l'ordre du fantasme (comme toutes les idées que ces gens là font circuler), j'en suis ressortie avec des attaques personnelles ou carrément des gens qui m'ont répondu "je ne vais même pas lire ce que tu as partagé..." Bref une belle perte de temps.

Mais parce que moi aussi je ne sais plus quoi faire. Je m'instruis, je regarde des documentaires, je lis, j'essaye de comprendre, je veux que ça s'arrange, je veux qu'on me considère, qu'on nous considère, nous le peuple, je rêve d'un MAI 2016, j'aimerais pouvoir comprendre tous les tenants et aboutissants de cette mutation sociétale que nous sommes entrain de vivre (subir même).

Je peine à croire que nos politiques regarderont un jour le taux d'abstentionnistes ou de votants blanc. Ils ne nous considèrent pas depuis des années. Enfin, si tu conseilles le documentaire "j'ai pas voté" ce n'est pas à toi que je vais apprendre que nous ne sommes pas véritablement dans une démocratie...
Mais cette nouvelle donne m'a sidéré, après tous les cours d'histoire-géographie et éducation civique, t'as l'impression que ton esprit à été dupé...

Belle journée.
Elo.

Anonyme a dit…

L ABSTENTION EST LE LUXE DE CEUX QUI, QUOI QU IL ARRIVE , NE RISQUENT JAMAIS RIEN. N'AS TU DONC PLUS D HISTOIRE. ES -TU CYNIQUE A CE POINT?
VOTER EST UN DEVOIR , SI VOTER C EST ENCORE DIRE CE QUE L ON REFUSE.
REGARDE AUTOUR DE TOI,ET PENSE....

Elea a dit…

Comme toi j'ai toujours voté à gauche. J'ai été aussi naive en votant Hollande et au moins aussi déçue aujourd'hui. L'Etat d'urgence, le racisme d'Etat, la loi travail, la loi sur le renseignement... déception après déception. J'ai voté au premier tour des régionales pour une liste citoyenne parce que je croyais en eux, je n'ai pas voté au 2nd tour parce que je ne croyais pas en ce qui m'était proposé. Et désormais, ce sera mon mode de fonctionnement, puisque le vote est si important, que les abstentionnistes sont si inconscients, pourquoi donner mon vote à n'importe qui? Tu as raison, c'est les conforter dans leurs positions et leur pouvoir que de continuer à voter pour eux. Je ne vote plus si je ne crois plus.
(D'ailleurs, je quitte la France uniquement à cause de ce qu'il s'y passe aujourd'hui. Les jugements hatifs sont le luxe de ceux qui ne subissent pas de plein fouet ce qu'il se passe aujourd'hui dans notre si jolie "démocratie")

Anonyme a dit…

Le PS est depuis longtemps un parti "centriste"... Et ça ne date pas des dernières élections. DSK et Wals, ils n'ont pas retourné leur veste comme ça... de là à dire que la gauche c'est la droite, faut pas pousser. la gauche n'est pas que le PS... Et si on se dit "de toute façon , c'est la finance et l'Europe (donc la finance) qui décide de tout", autant signer des papiers de propriétés sur nos personnes aux entreprises et se laisser bouffer, non??? L'abstention est le plus dangereux des partis. Car il donne raison à TOUS... Et chacun va de sa petite analyse, en oubliant ceux qui ne votent pas parce que ça les intéresse pas, parce qu'ils ont la flemme, parce que dans leur vie concrète, ils ne perdront pas grand chose... L'abstention n'est pas qu'un fuck au pouvoir, c'est aussi en grande partie,une belle charentaise qui s'en branle...
Le vote n'a JAMAIS CONFORTE un pouvoir en place, les manifs ça existe. Des gouvernements se sont cassés la gueule avec de mauvaises décisions...
"De toute façon ça sert à rien", mais quelle connerie!
Et si un jour ça ne sert plus à rien, bein, tu descends remettre les pendules à l'heure!Ils le font bien , là où l'on risque 2 ans de prison pour une pancarte... En France, il n'y a pratiquement plus de gens syndiqués...On a rendu ça ringard... Rendra -t-on la politique ringarde??? Et donner tout le pouvoir au fric???? ça a l'air de bien prendre en tout cas ces histoire d'abstention, merci les grands patrons de presse pour vos analyses si fines de la situation...vous éveillez les consciences!

lilibulle a dit…

coucou Marie, la politique est un domaine qui m'a toujours intéressé, mes parents étant extrêmement politisés (de droite, bien à droite et nous disant qu'ils nous déshériteraient si nous votions à gauche, ben je crois que je suis déshéritée ;-) ) et j'ai fait sciences po, un endroit où les étudiants se politisent beaucoup. Depuis quelques années, et notamment parce que je lis beaucoup et aussi à cause de mon boulot qui me permet de voir le côté sombre de la société et de la politique, je refuse de cautionner ce système. Je continue à aller voter car pour moi, c'est un devoir mais je vote blanc. Je ne peux plus faire autrement. Par contre, je vote avec mon porte monnaie en soutenant les petits commerces et non la grosse industrie (je n'achète plus sur amazon, je privilégie le seconde main, j'achète bio, local, en évitant un maximum les déchets) et je soutiens des causes qui me tiennent à coeur, comme le mouvement des colibris de Pierre Rabhi ou j'ai également financé avec kisskissbankbank le film demain. C'est ma manière à moi d'être citoyenne, de reprendre le pouvoir et donc, qu'on ne me dise pas que je ne participe pas à la vie politique de mon pays, ce n'est pas vrai, je pense que j'y participe autant que ceux qui votent pour un parti.
Tant que le système restera tel qu'il est (et malheureusement, le pouvoir appelle le pouvoir, l'argent appelle l'argent), je voterai blanc (ce qui risque de durer toute ma vie). Dans le film demain, il y est montré d'autres solutions politiques : des citoyens tirés au sort pour être député, ou en Islande, la population a tenté de prendre le pouvoir pacifiquement (malheureusement pour l'instant la classe politique de métier bloque le système).
Voilà l'état de mes réflexions, je serai ravie de voir si les commentaires te questionnent.

Sib a dit…

Depuis que je suis en âge de voter j'ai beaucoup voté blanc car je ne me reconnaissais nulle part. Et quand j'ai donné ma voix à un parti c'était souvent pour empêcher le pire.... Depuis 2011 je ne vote plus. Je n'ai pas voté Hollande. Sans jouer les visionnaires, je ne le sentais pas. Pareil pour la droite. Et je suis vraiment triste de ne pas m'être trompée :(

audrey sasha a dit…

coucou marie!!!!
Je suis exactement dans le même cas que toi, complètement sidérée par les choix du gouvernement actuel et je me demande bien ce que je vais faire pour les prochaines élections.... Cela a toujours été une honte pour moi de ne pas voter mais j'avoue que je commence également à me poser la question même si j'aimerais trouver d'autres solutions avant d'en arriver à ne pas voter...Il nous faudrait un podémos à la française, mais je pense que c'est loin d'arriver....
bisous marie

Anonyme a dit…

Bonjour Marie,
Si je puis me permettre il existe une solution moins radicale que l'abstention c'est le vote blanc. J'ai tout comme toi voté pour Hollande je suis encartée même au PS depuis de nombreuses années, et bien sûr je désapprouve complètement les,choix adoptés par ce gouvernement, j'ai honte que cette proposition de loi El Komri ait été imaginée par des personnes issues du camp auquel j'appartiens, la droite en a rêvé et n'a pas osé le faire alors là c'est le pompon ! Je ne suis pas en mesure de te dire quel sera mon état d'esprit l'année prochaine lorsque je mettrai mon bulletin dans l'urne mais jamais je n'ai imaginé m'abstenir, j'ai conscience d'avoir la chance de vivre dans un pays démocratique, j'ai le droit de dire ce que je pense sans risquer la pendaison, je peux descendre dans la rue pour manifester mon mécontentement, bref je suis libre. J'ai bien aimé ton article car il a le mérite de poser des questions pertinentes, et si tu décides de t'abstenir, ma foi, ce sera ton choix. Bisous
Caroline

@marjanepire a dit…

Ton questionnement m'intéresse
Je me sens proche du commentaire de lilibulle au dessus

Depuis des années je pense que "le vote" ne se résume pas à un journée de temps en temps et à un bulletin pour un parti... ou une abstention....
Chaque jour ce que l'on fait peut être une forme de vote...
Évidemment ce que l'on consomme ...
Notre façon d'être.... avec soi même et les autres
le boulot que l'on fait (ou pas)
Les bouquins et les films que l'on lit/voit...

Même si bien sur il y a forcément certains compromis inévitables...parfois nombreux et parfois un peu moins...

Car je suppose que si je suivais vraiment ma logique jusqu'au bout qu'est ce que ca donnerais ????
Vivre en camion qui roule à l'huile,
être nomade de zad en zad ???!!!!
Hum... Je reste une éternelle ado attardée !!!!

Au fait tu as lu Vernon Subutex ????

Anonyme a dit…

Bonjour
Je suis toujours très étonnée face à certaines réactions, devant tant de naïveté, et toujours étonnée aussi de voir comme le discours dominant est prégnant et n'est jamais remis en question. Au contraire il est bien relayé.
Je ne vote plus depuis des années, et il n'y a absolument aucune "fainéantise" ou "irresponsabilité" là-dedans.
A ceux qui croient encore que voter fait d'eux des acteurs politiques, la politique, si elle existe encore de quelconques manières aujourd'hui, n'existe plus dans ce qu'on appelle communément "la sphère politique".
Mais elle existe, elle est fervente même, sur les forums, dans les milieux associatifs, au sein de n'importe quel groupe de personnes qui s'entraident, luttent pour des causes (ZAD ou autres), vivent ensemble et non pas à côté des autres. Comme il l'a été dit dans certains commentaires, je pense que nos choix ou de consommation(ou de non-consommation) ont plus d'impact que les votes aujourd'hui dans notre société.
A l'origine la politique, c'est l'action*. Ce qu'on appelle "politique" aujourd'hui n'est qu'une bureaucratie associée à un redoutable appareil médiatique. Les "politiques" font essentiellement de la com'. Et dans un monde capitaliste, nous ne sommes tous que des serviteurs du capital, du +++, produire plus... Dans ce sens, même ceux qui possèdent le plus sont eux-mêmes asservis puisqu'ils s'inscrivent eux aussi dans le cycle sans fin du travail et cette quête du "plus".
Pour moi, ceux qui votent peuvent toujours continuer à croire que voter est une prise de parole, mais personne ne vous entend...
Un des arguments "anti-abstention" qui m'amuse le plus c'est "vous vous rendez compte, tous ces gens qui ont lutté toute leur vie pour le droit de vote!" si cela avait un sens pour eux à l'époque, je crains que si ces personnes vivaient aujourd'hui ils ne soient plus dupes. J'aime bien aussi l'argument "il y a aussi les petits partis". Depuis De Gaulle, seulement deux partis se relayent au pouvoir en France. Et étant donné qu'on nous somme de "voter utile", voter revient toujours à choisir entre l'UMP (enfin LR maintenant) et le PS; c'est à dire à choisir entre un parti social-démocrate et un parti social-démocrate. C'est-à-dire des partis qu'on qualifie de "libéraux" économiquement, des partis capitalistes. On est dans un cas similaire à celui de dictatures où le seul parti pour lequel la masse peut voter est le parti unique au pouvoir. Mais ça il ne faut pas le dire, il faut être bien-pensant et croire en la belle histoire qu'on nous raconte, que le système dans lequel on vit est le seul et unique possible, le plus démocratique, le meilleur. D'ailleurs on est tellement démocratique qu'un Traité de libre-échange (TAFTA) est en train d'être discuté entre l'Europe et les Etats-Unis, dans l'opacité la plus totale. C'est marrant ça, pour les questions aussi importantes, y'a pas de vote proposé? (ah si, parfois on peut proposer des référendums, comme celui de 2005 ^^)
Ne parlons même pas de l'état d'urgence et de son cortège d'assignations à résidence qui signifient la mort de la justice (être condamné à une peine sans avoir été jugé signifie qu'il n'y plus de justice et ouvre la porte à toutes les dérives possibles et imaginables) et l'avènement d'un état policier... Bref je m'arrête sinon ce commentaire va se transformer en quelque-chose de beaucoup trop long pour un commentaire.
* lire la philosophie politique de Arendt!!!

PS: merci Marie de balancer des articles qui changent de ce qu'on peut lire partout...

Anonyme a dit…

Bonjour Marie,

J'ai 25 ans. Bientot 26 en fait. Potentiellement, je pourrais me rendre aux urnes depuis 8 ans... Sauf que non, je n'y suis jamais allée. Je ne suis même pas inscrite sur les listes électorales. Pourquoi? Je ne sais pas... Je n'en ai jamais ressenti le besoin. J'ai toujours pensé qu'une petite nana comme moi se noierais dans la masse, dans les millions de voies existantes. Est-ce que ca à vraiment un intérêt? L'importance de mon vote est-il si grand qu'on veut bien me le faire croire?
C'est peut etre aussi une petite rebellion sur la fameuse "culpabilité parentale" dont tu parles. Mes parents, ma famille se rends chaque dimanche d'election a l'école la plus proche pour voter. Consciencieusement. Depuis qu'ils ont 18 ans. Et moi, je reste dans mon canap' a regardé des séries. J'ai toujours des remarques de leurs parts. Mais je m'en fou, comme une ado qui dit merde!
Et puis, il y a eu la difficulté de travailler. Je travailles en indépendante, alors quand tu donnes plus de 50% de ton chiffre d'affaire a l'état, ca fout les boules.
Et puis il y a eu la vie, et le 13 novembre
Je me suis inscrite le 30 decembre 2015 sur les listes.
J'ai ouvert une porte: je me laisse le droit de voter si je le souhaite, ou non, si je n'en ai pas envie. C'est tout.

Alix a dit…

Merci pour les vidéos que j'ai regardé avec beaucoup d'intérêt. Ça me parle pas mal, moi qui n'ai pas voté aux dernières élections, ne sachant pas vraiment si c'était la flemme de faire une procuration ou un dégoût de ce gouvernement.

Ce que je regrette cependant, c'est que seuls des hommes sont interrogés en tant qu'experts : quand on sait le nombre de filles dans les filières de science politique, ça m'étonne que ça soit juste par manque d'expertes. Est-ce que ça expliquerait pourquoi à aucun moment n'est précisé que les femmes, les enfants et les étrangers ont toujours été exclus des formes de démocratie les plus directes ? Parler de la démocratie athenienne en disant que CHAQUE citoyen participait à la vie publique sans mentionner tous ceux qui en étaient écartés, c'est tellement androcentré que c'est un peu gros.

Critiquer la démocratie représentative et ne pas préciser qu'elle est fondée sur l'exclusion de grandes parties de la population, encore aujourd'hui (non nationaux, enfants, "malades mentaux") me semble être une erreur assez regrettable de la part de personnes qui ne peuvent pas ignorer ce fait.

angelle du sud a dit…

Comme disait Coluche "Si voter changeait quelque chose, il y a longtemps que ça serait interdit."
Bises
Emma