Pages

14.12.15

COMMENT C'EST LOIN

orelsan gringe




Alors que ça soit clair, je suis la première surprise de vous parler ici du premier film d'Orelsan (co-réalisé avec Christophe Offenstein), Comment c'est loin.

Je n'avais même pas envisagé d'y aller, j'aime beaucoup la musique d'Orelsan (depuis le début et malgré les polémiques, je trouve que ce qu'il fait est ultra catchy et vachement bien écrit), mais il se trouve que je suis passée un peu à coté de son projet avec Gringe, Casseurs Flowters et en plus, leur programme court, Bloqués, ne me fait strictement jamais marrer.
Alors le film, tu te doutes bien que j'étais pas super chaude, j'en avais à peine entendu parler.

Mais hier matin en regardant la critique de In The Panda, je me suis dit que finalement, pourquoi pas!



Et dieu que j'ai bien fait d'y aller, Comment c'est loin fait trop plaisir (mais vraiment... Ca faisait un petit temps que j'avais pas kiffé comme ça et que j'étais pas sortie de la salle dans un état d'esprit si chouette. Un vrai feel good movie!)

Je vous raconte.

Hier, texto à Yassine (mon meilleur poto):

- "Et j'ai trop envie d'aller voir le film d'Orelsan. Si t'es chaud je t'attends, sinon j'y vais tout à l'heure"
- "Jamais de la b'vie" (Ouais il a textoté vite et a buté sur le "B" et en plus l'iphone a une passion totale, celle de te foutre la honte en permanence avec ses corrections chelou)
- "T'as pas envie de le voir?" (Marie aka l'insistance qui n'a pas compris ce qui était pourtant évident)
- "Non" (du coup là c'est plus clair)

Ok j'y vais toute seule (vous savez de toutes façons que j'aime y aller seule).

Et on verra bien.

Le film commence et ça part tout de suite bien. Vraiment bien. Je me marre, j'explose de rire régulièrement, je gigote (les sons sont hyper bien), les personnages sont bien écrits, drôles, (la plupart sont de potes des 2 mecs). Y a même Skread, ouais le Skread, producteur de Tallac, morceau grandiose de Booba (un de mes morceaux préférés) qui joue le rôle du producteur (ce qu'il est pour Orelsan ) et surtout, surtout je m'identifie tellement, ça en est flippant.





 Tout dans ce film me parle, l'ennui. L'ennui de la petite ville. Le temps qui passe. Les 10 piges qui passent alors que toi tu te vois toujours comme une ado (alors que, comme tout le monte, t'as vieilli. T'es sensée être un peu une adulte, c'est en tous cas c'est ce que les autres ont l'air de projeter sur toi).
Le temps qu'on remplit de manière étrange plutôt que de faire les trucs qui comptent vraiment, avoir toujours mieux à faire que travailler sur l'important, les journées qui sont longues mais les années qui filent, la procrastination, la peur de l'échec, alors du coup, on ironise, faudrait pas qu'on se prenne trop au sérieux! Et la volonté fragile comme du papier de soie... Tout y est si bien décrit.

Comment c'est loin est un film solaire, drôle qui prend appui sur des problématiques réelles mais pas tant représentées que ça dans le cinéma, français a fortiori. Et vraiment, j'ai trouvé ça fort. Vraiment fort, fin, intelligent.
Alors oui y a des trucs un peu moins bons, en même temps normal, mais il y a des passages tellement justes que ça ne m'a pas dérangé. La réalisation est propre, vraiment c'est pas une comédie sans consistance et sans fond, c'est du vrai travail sérieux qui dit un truc très juste de notre époque.

"A quel moment on a commencé à kiffer la médiocrité comme ça?" dit Gringe à Orel.
Parce qu'à 20 ans, jamais tu te dis que la médiocrité environnante ne t'atteindra, et puis d'un coup comme ça, à force de plein de petites choses comme la paresse intellectuelle, ou affective, la lâcheté un peu molle, des trucs qui sur le coup n'ont pas beaucoup d'incidence sur ta réalité mais qui à force d"accumulation donne lieu à des choses super craignos. Et puis d'un coup, t'y es, ta vie est à des bornes de ce que t'avais prévu dans ta tête, tout ça parce que tu te dis, que c'est pas grave, ta vie peut bien commencer "après-demain". Alors que c'était juste de tout petits trucs sans importance... En tous cas c'est ce que tu te disais au début...

Comment c'est loin est le contraire du cynisme et ça, on va pas se mentir, ça fait plaisir.

J'ai vraiment adoré.

Le film se termine (de manière parfaite à mes yeux).
Le générique démarre, texto à Yassine "Le film d'Orelsan est mortel".
Lui "Arrête tes conneries"
Moi "Mais de ouf. mais vraiment de ouf" (Marie aka 12 ans quand elle parle)
Lui "Allez arrête"...

On en discute le soir, je le chauffe, il veut le voir.

Il y va ce soir et j'y retourne avec lui.





Bisous smack


6 commentaires

Lucie a dit…

Juste par curiosité, j'avais prévu d'aller le voir mais pas trop trop emballée. Du coup tu me motives un peu + là ! :D
( surtout si t'es cap d'aller le voir 2 fois ^^)

LBN de Carmen a dit…

J'ai pris connaissance de ce film qu'hier et franchement il me donne envie d'y aller. "Le temps qui passe. Les 10 piges qui passent alors que toi tu te vois toujours comme une ado" me parle assez et le reste de ta critique m'a vraiment convaincue. Et la Marie aka 12ans quand elle parle aussi ^^
Merci pour ton avis dessus !

Anonyme a dit…

Je suis allée voir l'avant-première il y a bientôt 3 semaines, au cinéma de Saint-Lô. Mes motivations étaient loin d'être objectives : j'aime bien Orelsan, le film est tourné à Caen et j'habite à côté et ça parle de "ma", "notre" génération.
Hé ouais j'ai kiffé, quasiment rigolé (oui, vraiment rigolé, pas seulement "ri") tout le long du film. Et la seule qui a gloussé dans toute la salle sur la blague *attention spoil* "du coin à pédés" bah c'était moi. Et puis c'était drôle de se projeter dans une ville que l'on connaît, avec l'Embuscade qui s'appelle en vrai Le Chef Raide ou d'autres trucs du genre.
Résultats des courses, je retourne bientôt le voir, pour accompagner quelqu'un qui ne l'a pas vu bien sur ;-)

Des bises Marie, et belle journée
Crazy Clemcy (from Normandy)

Mademoiselle Chic a dit…

Je dois dire que je n'étais pas hyper motivée non plus mais ... Je crois que ton article m'amène à changer d'avis. Je vais peut-être y aller finalement.
Kisses
Julie
www.mademoisellegrenade.fr/blog/

The Sheepskin a dit…

Comment ça me chauffe ta petite promo sur ce chouette billet!

Anonyme Amande a dit…

Je l ai entendu 2x en itw orelsan sur son film sur FI, ca m aurait bien dit de le voir parce que des qu il parle, Orelsan me chatouille le bas du ventre (cherche pas).
Alors la en te lisant... si jamais les mecs du Cameo pouvaient te lire pour le reprogrammer quand je serai enfin en vacances, ca serait trop bien !