Pages

1.6.15

"T'AS TES RÈGLES OU QUOI?"

1


Enorme revival Kate Bush de mon côté ces jours-ci. C'est tellement beau.

Bon je ne vais pas m'éterniser dans ce billet, nul besoin de poser de congé mais j'avais quand même envie de vous parler de ça, parce que je trouve ça important. Et au vu du caractère moyen glam du bordel, on en parle pas si souvent.

Le titre vous a normalement mis sur la piste, non?
Y-a-t-il une phrase plus sexiste que celle-ci? Je crois pas non.

Je voulais vous parler de règles parce que les miennes ne sont pas sans conséquences.
Avant mes règles, tous les mois depuis à peu près 5 ans, oui ça n'était pas le cas avant, j'ai envie de mourir.
Alors là je déconne, le billet est léger, c'est la déconne, mais putain c'est un truc de ouf comme la semaine avant mes règles je suis en mode "ramène ta corde j'ai un crochet".
Tout est noir, le monde est nul, à quoi bon, je ne veux plus continuer, deux ou trois sanglots, toutes de façons personne ne me comprend... Je veux larguer mon amoureux, m'isoler du monde, constatant que ma vie est un truc complètement raté et que y a plus rien à faire. Joie et blagounettes donc, imaginez le type d'amie et d'amoureuse que je suis pendant ces jours-là -__-

Une caricature je suis, le truc le plus dingue avec les SPM (ouais ce truc a un nom, le syndrome prémenstruel) c'est de prendre conscience de l'importance fondamentale des hormones sur soi, ça influe sur tout de manière radicale: la manière de voir le monde, la manière de voir notre vie, tout, nos amis, amoureux, parcours... C'est hallucinant. Ca met comme un filtre devant nos yeux.
Quand j'ai compris que c'était ça, je me suis dit que je n'avais qu'à prendre sur moi pour que ça s'arrête... Mais ça ne marche pas!
Je sais à chaque fois que c'est ça, que le premier jour de mes règles ça sera fini, mais y a rien à faire, je suis au fond du gouffre 4 jours par mois, sans que je réussisse à relativiser ou à passer outre.

(NDLR (moi quoi): Après avoir lu un commentaire sur l'hypothétique lien qu'il existerait entre les spm et le caractère social du truc (peut-être se focalise-t-on  dessus parce que les autres en parle), je tenais à vous préciser que je n'ai pas ces symptômes depuis toujours, ça ne fait que 5 ans, avant je n'avais jamais rien eu, aucun trouble et il m'a fallu un peu de temps pour voir le lien entre les 2. Mais je suis sûre que je n'ai jamais été influencée par comment les autres femmes vivaient leurs règles. Et bien sûr que je ne caricature pas la gent féminine en disant qu'elle est faite d'un bloc et sujette à ses émotions, je sais qu'il existe des femmes qui ne ressentent pas ces choses là mais c'est mon cas à moi. J'ai cru comprendre que les variations hormonales sont tout de même plus fréquentes chez les femmes que chez les hommes, mais si je me trompe, n'hésitez pas à me le dire. Voilà, parce que je me suis demandée si ce que je disais ici était sexiste mais je crois ne dire qu'une réalité, je ne dis pas que les femmes sont des petites choses fragiles incapables de constance mais bien sûr si vous trouvez que c'est le cas, qu'on en discute en commentaires bien sûr. Ayé!)

Le truc c'est que comme c'est "un vrai truc de bonne femme", un truc que la gent masculine ne peut pas, même avec la meilleure volonté du monde, prendre tout à fait à la hauteur de ce que c'est, ça continue à être perçu comme un laisser aller mensuel alors que bon "y a pas mort d'homme". Et j'ai l'impression que c'est finalement un trouble relativement négligé par le corps médical, non?

J'ai envie de trouver une solution, alors j'ai recherché des trucs sur internet, et il semblerait que l'huile d'onagre puisse avoir des effets là-dessus, je vais le tenter!

Je suis sûre que je ne suis pas la seule à être dans cette situation, alors j'avais envie d'écrire ce post d'abord pour en parler tout court (c'est bien de savoir qu'on est pas tout seul) est surtout pour qu'on puisse échanger là-dessus et trouver des solutions qui marchent parce que même si ça dure pas, 4 jours (parfois 5) où j'ai envie de tuer des gens (entre autres) et que je ne suis que complainte et déprime ça n'est pas acceptable.

Allez bisous smack, à demain. 

67 commentaires

Carole (NY etc.) a dit…

Bonjour,
ma gynéco m'avait prescrit de l'homéopathie aussi. Je ne m'y suis tenue que quelques mois mais c'est toujours à essayer...
En tout cas les gynécos devraient être à même de comprendre le problème et d'essayer de faire quelque chose. Bon courage.

Astro a dit…

Bonjour Marie!

c'est exactement pareil pour moi! et quand je sais que je vais avoir un oral, ou des partiels pendant cette période, c'est la cata... ça se ressent vraiment sur mes notes!

Le plus fou je trouve c'est qu'on peut être au fin fond du fond du gouffre, mais quand la période est fini, du jour au lendemain, on a l'impression de revivre, et j'aime bien cet petit moment d'euphorie: "mais la vie est belle, mais en fait t'es pas si laide, mais si tu as des amis et des gens qui t'aiment, les gens ne sont pas tous cons etc."
C'est assez dingue ce changement d'état...!
et effectivement ça rassure de voir que je ne suis pas la seule!
Merci!

Anonyme a dit…

Comment je te love Marie! car ton post tombe à pic! je viens d'avoir mes règles aujourd'hui et quel soulagement!

j'étais d'une humeur déplorable depuis 3 jours avec un sentiment profond de "je ne sers à rien dans ce monde, tout est nul, les gens sont cons" ... s'ajoute à ceci le fait qu'on est à fleur de peau et que chaque réflexion peut te faire chialer...

J'ai aussi essayé de contrôler ce passage avant chaque arrivée de règle... mais rien n'y fait

Je ne suis pas d'une grande aide mais au moins sache que tu n'es pas seule!

SOS les filles, des idées?

Cindy

Perrine a dit…

Pareil pour moi. C'est l'horreur, et ça me fait faire des conneries enormes.
Mais genre enormes. J'ai beau le savoir, j'ai beau me dire que je prendrai sur moi la prochaine fois, j'y arrive jamais.
Je me laisse vivre avec et assumer mes (gros) sauts d'humeur 3 a 6 jours par mois.
Ca fait chier.

Lili a dit…

Je viens également apporter mon témoignage: je vis très mal mes règles, et dans ces moments-là je me sens obligée d'en faire état à tout mon entourage. La durée des symptômes peut varier, mais il ne se passe pas un mois sans que je ne me sente au fond du trou, avec l'impression d'être obèse. Je n'ai pas trouvé de solution. En plus, après avoir été en aménorrhée durant plus de deux ans, le retour des tant redoutées s'est révélé d'autant plus fracassant !

amelstos a dit…

Hello Marie,
Non là, je n'ai plus mes règles depuis 8 mois pour une bonne raison (et c'est cool) mais j'ai la chance de ne pas avoir de SPM. Enfin disons que chez moi c'est surtout physique, j'ai une peau dégueu pendant mes règles et avant (ça fait 10 bons jours par mois quand même) mais pas de sautes d'humeur ou de gros moment de bad. Par contre, je te rejoins sur l'horrible influence des hormones sur nous, mais chez moi ça passe par le corps. Pendant la grossesse, pas de lubie de femme enceinte, pas d'humeur changeante, je suis restée égale à moi même mais alors qu'est ce que mon corps morfle ! Avec mes règles ou la pilule c'est pareil, chez moi c'est le corps qui en prend pour son grade, pas trop l'esprit. Je ne sais pas ce qui est mieux... L'homéopathie est peut être une piste à explorer. Bisous !

Marie a dit…

Bonjour Marie,

En lisant ton article, je me disais "ah bon je vais laisser un commentaire et lui parler de l'huile d'onagre" mais tu as bien fait tes recherches ;)

J'ai découvert ça l'année dernière et vraiment ça a changé ma vie. Ca et la cup (le plus beau jour de ma vie de femme le jour où j'ai essayé ça). Tu prends les capsules 3 fois par jour je crois (moi je le prend matin et soir, avec mon petit dèj et avec ma pilule) et ça me va très bien. Avant ça, j'étais - la semaine avant mes règles - malheureuse, susceptible, en larmes à la moindre émotion si minime soit-elle, affamée, ... Je prenais aussi 10 cm de tour de taille (mesures à l'appui), ceci a été corrigé par une meilleure alimentation (mais peut être que l'huile d'onagre aide je ne sais pas).

En tout cas, je gère beaucoup mieux les sautes d'humeur et les émotions intenses. Effet placebo ou pas je ne sais pas mais sur moi ça marche. D'autant plus que ça aide aussi la peau donc tant mieux j'ai envie de dire.

La cup aide aussi je pense car je ne sens plus mes règles car avant, j'étais "angoissée" à l'idée d'avoir mes règles et de "l'entretien" que cela nécessitait. Aujourd'hui, l'huile d'onagre règle le PMS et la cup règle l'angoisse et la gène qui peut être liée aux règles. Voilà voilà.

P.S. J'achète mon huile d'onagre sur santemoinschere.com mais je pense que dans n'importe quelle parapharmacie tu dois en trouver.

Bonne continuation,

Une ancienne stressée des périodes.

Sekhmet a dit…

Merci pour ce post <3
Alors un truc qui est vraiment top comme régulateur hormonal c'est en effet l'huile d'onagre. Ça booste entre autre la prod de prostaglandine, hormone qui fait contrepoids avec la serotonine en rade à cette période (et sensée équilibrer notre humeur) et la progestérone en roue libre qui amène son lot de désagrément physiques. Tu peux faire une cure de 3 mois. Les 3 dernières semaines de ton cycle tu prends tes gélules tranquilou et ensuite tu arrêtes pendant la semaine des règles et hop tu reprends. Je sais que c'est pas facile à ce moment là précisément, mais limiter le sucre aussi durant cette période c'est bien, parce que ça a tendance à majorer déjà tous les phénomènes un peu inflammatoires, mais aussi le SPM. Je n'ai pas de SPM à proprement parler (ma petite sœur oui et elle vit un enfer, je n'exagère rien...) mais j'avais fais une cure d'huile d'onagre (Melvita trouvées sur Amazon) parce que juste avant les règles et c'est systématiques mes allergies sont décuplées à un point où ça en devient insupportable ! Urticaire + un tas d'autres merdes. Enfin bref ça m'a vraiment bien aidé! Ah oui et un autre truc sympa aussi, si ton SPM t'emmerde surtout au niveau psycho-émotionnel c'est le chlorure de magnésium (autrement appelé Nigari, ça coûte 2balles en magasin bio). J'en prends quand je suis vraiment sur la rupture, stressée, naze avec mal aux muscles ce genre de trucs et c'est top ! http://www.femininbio.com/sante-bien-etre/actualites-nouveautes/syndrome-premenstruel-solutions-naturelles-75373
Voilà, je compatis et j'espère que tu trouveras une solution pour te soulager <3

PS: cette phrase "t'as tes règles ou quoi?" , j'y ai jamais eu droit mais ça me donnerait envie de péter la bouche la personne. C'est déplacé, misogyne, intrusif arrrgh, quelle horreur !
PS: 2 j'ai oublié de préciser que l'huile d'onagre a effet fou sur la peau. C'est un détail qui a son importance

sandrab a dit…

Chic Marie,

le SPM , le truc de nana dont plus de la moitié de la population n'a rien a f----- et qui te pourrie la vie, bienvenue dans mon monde.
Chaque 3 semaines quand tout va bien , s'entendre dire "j'ai mal au bide " non stop et çi et ça , avoir l'impression que l'on incarne une longue complainte du phoque en Alaska, j'ai envie de me tuer ...

Rien de supra foufou mais oui Onagre, et omega 3 /6 m'ont apporté(psychologiquement ?) un mieux, àprès 2 ans de SSPM ( Super SPM)

je les prends chez Solgar, car sans x mille trucs dedans en plus,mais ça coute un demi rein ou un shampoo Leonor Greyl

boire beaucoup d'eau , donc 1l5 d'après mes cops mais ça je fais jamais,

comme tout complément , patiente un bon cycle avant de voir quelconque mieux ,

j'ai 44 ans ,maintenant j'entame la galère de la pré ménopause...
on en reparle quand tu sera vieille ?!

(j'aurai tellement voulu être un mec pour ce côté de la life )

Georges a dit…

Hystérectomie. Je ne vois que ça. (d'ailleurs le cousinage étymologique d'hystérie et d'utérus hein...)
Ben moi tout pareil. Je suis une hyène pendant le PMS. Irritable est un euphémisme, agressive. Comme toi, je vois tout en noir, plus rien n'a de sens (bon je suis pas une youpi de base non plus faut avouer).
Comme si (attention analyse psy à deux balles) la vie que je savais que je n'allais pas donner m'aspirait dans son trou noir. Le néant. La fécondité qui se répand en sang sans faire sens. Inutile de te dire que pendant mes grossesses les premiers mois ont été INFERNAUX, et la chute brutale des hormones post partum je n'en parle même pas. Oui et mille fois oui certaines femmes sont complètement en vibration avec leurs hormones ça en devient flippant. Comme avant les règles où tout se dérègle. Je veux bien tout essayer (sauf les chocs électriques). Onagre, huile de pissenlit, jus de sapin, concentré de bave d'alligator, je m'en fous, si ça marche!!
Merci pour ce post. You are not alone.

Sandy a dit…

Je pense que pour se garder de tout commentaire ou toute réflexion sexiste, il faut d'abord éviter de penser que toutes les femmes sont concernées par ce type de symptômes.
Je réagis notamment à la phrase "prendre conscience de l'importance fondamentale des hormones sur nous [= les femmes], ça influe sur tout de manière radicale: la manière de voir le monde, la manière de voir notre vie, tout, nos amis, amoureux, parcours...".
Il y a des femmes sur qui ça n'a pas d'effet du tout, qui ne changent pas de manière de vivre/de voir le monde au moment ou avant ou après leurs règles.
Je pense que c'est contre-productif de dire "nous", les filles, TOUTES les filles, on est influencées par nos hormones, parce que je pense que c'est justement ça qui est à l'origine de cette phrase "t'as tes règles ou quoi ?", que tu dénonces comme étant sexiste, à juste titre (à mon avis).
C'est considérer que les femmes sont (forcément / toutes) influencées par leurs hormones, que nous sommes des êtres de passion, alors que les hommes seraient des êtres de raison, l'esprit qui l'emporte sur le corps, l'être évolué contre l'être primitif (ce n'est pas ce que tu dis, mais ce sont des clichés sexistes qui partent aussi de là).
Ca ne me gêne pas qu'on dise que les hormones, parmi tout un tas d'autres trucs, peuvent influencer l'humeur / le caractère d'un être humain : homme ou femme (nous avons tous de la testostérone par exemple). Mais de dire que TOUTES les femmes sont sujettes à des hormones spécifiques qui les rendent complètement différentes des hommes, je pense que c'est faux (et un peu dangereux).

Voir tout ce qui a été dit sur l'hystérie (au sens où l'entendait la vieille médecine : maladie ne pouvant toucher que les femmes, car maladie de l'utérus qui devient fou) et le caractère discriminatoire que tout cela révèle.

Moi aussi, je fais partie des femmes qui vivent un vrai changement au moment des règles, je me reconnais un peu dans ce que tu décris. Sauf que moi je ne suis ni triste ni déprimée : je suis en colère, je m'énerve très facilement, j'ai des accès de rage et de pleurs. Et ce n'est pas avant mes règles, mais pendant.
Comme quoi, on les vit toutes différemment ! Et certaines ne voient pas du tout de changement de leur humeur.

Je me demande de plus en plus (mais sans certitudes - ce n'est pas mon domaine de connaissances/compétences) s'il n'y a pas une composante "psychologique"/"psychosomatique" aux règles. A force d'entendre que les règles nous changent, et ce depuis très longtemps (à grand renfort de "t'as tes règles ou quoi ?" ou variantes) : est-ce qu'on aurait pas intégré / exagéré, de manière totalement subconsciente, l'influence de nos hormones sur notre humeur/caractère ? Quelle est la part entre le rôle réel et chimique des hormones, et tout ce que la société a pu construire de mythes autour de ces hormones féminines et rentrer au plus profond de nos subconscients ?
Je ne dis pas que le SPM ne sont pas réels. Je pose la question de leur(s) origine(s). Je n'ai pas du tout la réponse.

Anonyme a dit…

hello!

je souffre également de ce fameux SPM et je confirme: c'est atroce!
Comme toi j'ai juste envie de mourir tellement TOUT me semble noir 3, 4 jours avant mes règles.
Le problème aussi c'est que je deviens invivable pour mes proches, mais vraiment, je deviens une grosse méchante insupportable...
Le pire c'est qu'on ne peut même pas se dire "ça va s'arrêter à la ménopause" car à ce moment là d'autres problèmes apparaissent...

Je n'ai pas de solution à t'apporter si ce n'est peut être le sport ou un petit verre de vin rouge??
je sais pas je propose... mais pour moi rien ne marche...

bises
Léna

Anonyme a dit…

Lors d'une discussion à propos des SPM avec une amie ayant étudié la médecine, elle nous avait justement appris que les hommes auraient chaque JOUR un pic hormonal (dans la matinée). Je n'en sais pas beaucoup plus donc je ne veux pas m'avancer sur la question. Mais le simple fait qu'on n'en parle jamais, alors qu'on nous rabat les oreilles avec toutes sortes de discours sur les hormones les règles et les femmes, je trouve que ça en dit long…

A part ça, je plussoie Sandy qui a exprimé exactement mon ressenti par rapport aux SPM.
Bises.

lunelo a dit…

SPM + dysmenorrhée o joie de l'uterus

alors ce qu iest degueu c'est que les hommes ont aussi des variations hormonales mais on en parle moins

je plussoie oui on est bien peu de choses qd on croit etre au bord du gouffre pour s apercevoir qu on est guidé par les hormones ex je deprime ce matin fatique etc je viens de regarder mon calendrier youhou on est une semaine avant...

le caractere social (mon cul) ce n'est qu un moyen de culpabiliser de la part de gens qui n y entendent rien un peu comme un depressif auquel on dirait de se foutre un coup de pied au cul car bien sur tt n'est qu affaire de volonté.... pas de chimie ni autre

j'ai essayé plein de trucs et rien a fonctionné pour l'instantcomme quoi nous sommes de droles de machines homeo, onagre,phyto pilule... en c emoment je fais une cure de magnesium et j'evite si j'arrive a etre assez forte de manger du gras et du sucre durant cette periode(spirale infernalede la douleur et de la deprime sinon alors que mon corps ou ma tete??? me reclament pourtant de la drogue alimentaire pdt ces periodes chaotiques)

des pistes non encore creusées car il me faudrait acheter les bouquins et je suis super fauchee
http://www.lemilie.org/index.php/ici/256-best-seller-le-manuel-de-savoir-mieux-vivre-de-rina-nissim
http://www.souffledor.fr/boutique/produits_sagesse-et-pouvoirs-du-cycle-feminin_1_3619.html

sinon j'avais cet article et les coms pas mals
http://rue89.nouvelobs.com/2015/02/26/syndrome-premenstruel-croyais-cetait-legende-257912


Geraldine a dit…

Salut Marie, nous ici en pays anglophone les SPM on appelle ça PSM ( et on rigole pas : Please Meet Satan)
Moi aussi je carbure à l'onagre bourrache et au thé pour évacuer :)
Allez courage !

Anaelle a dit…

Me suis dis la même chose récément.. Enfin me suis surtout demandeé quelle était ma vraie personnalité: la dépressive/me cherche pas ( ça dépend des mois parfois je peterais la gueule a tout le monde d'autre fois je broie du noir et je pleure pour un rien) ou si je suis la nana plus cool du reste du mois.. Qui suis je vraiment? Mais oui dingue ce que les hormones influencent la vie d'une femme. Je ne prend plus la pilule depuis quelques mois et c'est assez fort (imagine la période d'ovulation lol).. Pas de miracle, l'onagre ils faut y penser surtout!!

MINA a dit…

Mais non Marie tu n'es pas seule, et au vu des lectures sur internet, les symptomes sont plutot pris au sérieux par la " communauté scientifique".
Je n'aime pas non plus qu'on associe ces maux à des raisons sociales, ou de conditionnement psychologique. Y en a marre du tout-psycho!
Parfois tu oublies dans quelle période du cycle tu es, et tu commences à ressentir cette pronde tristesse, et c'est là que tu te rends compte que ce sont bientôt les règles... L'intensité de cette déprime est en effet assez troublante!

Sekhmet a dit…

Pour réagir très en superficie (pas bcp de temps) à des coms très intéressants lus plus haut, pour moi le SPM va bien au delà d'un conditionnement lié au fait que comme dans toute bonne société machiste, l'on stigmatise les règles et tout et tout (chose que je déplore). Bien sûr que les hommes aussi sont en prise avec leurs hormones, la testostérone peut intervenir dans l'adoption de certains comportements, personne ne le nie (sauf qu'en effet personne ne viendra dire à un homme qui balance son poing dans le mur qu'il le fait à cause de ses hormones, je caricature). Bah les hormones féminines c'est pareil, c'est comme ça. C'est juste le traitement des manifestations liées à ces hormones qui est inéquitable. Mais chercher à nier leur origine hormonale juste pour ne pas donner du grain à moudre aux misogynes de tous poils, pour moi ce n'est pas la solution. Les femmes pour ce qui est des hormones sexuelles sont soumises à des variations ASTRONOMIQUES, et ce de façon cyclique. Et donc conséquemment quand répercussions il y a, ces répercussions sont cycliques également: c’est le SPM. Et c'est juste sans commune mesure avec ce qui est expérimenté par les hommes. Après que ces bouleversements hormonaux engendrent ou pas des effets manifestes, cela dépend des personnes et on ne peut pas généraliser, certes. Mais l'on ne peut pas nier non plus l'implication des hormones dans certains mécanismes psychiques. Même pour servir une idéologie (que je partage au demeurant). Ca ne me paraît pas être très juste, notamment pour celles qui sont au 36eme sous sol durant cette période. Et je suis la première à conchier Freud, l'emploi misogyne du terme "hystérique", les stéréotypes de genre et le sexisme. Mais pour autant dire "Bah ouais mais c'est dans la tête parce qu'on te dis depuis petite que les règles c'est naze" ne fera pas avancer le schmilblick. L'on sait par exemple que la sérotonine intervient dans la régulation de l'humeur... Or cette hormone est mise à mal à ce moment précis du cycle. Ce qui pourrait expliquer que certaines femmes puissent se retrouver dans un gouffre juste avant les menstruations. D'ailleurs en général, chez les femmes concernées, une fois tout le bordel orchestré par les hormones terminé et que la muqueuse utérine "se décharge" tout rentre dans l'ordre. On ne réagit pas toutes pareil ou parfois même pas du tout face à ces fluctuations, et je suis d'accord sur le fait qu'il est préférable d'éviter les généralités. Mais nier le profond ressenti de certaines femmes ou reléguer ça aux conséquences d'un simple conditionnement ne me semble pas servir le féminisme ou la bienveillance. Pas plus que d’attribuer avec condescendance toutes les réactions des femmes à leurs seules et uniques hormones. Dans mon cas, je sais qu'elles arrivent quand tout un tas de petits changements autant au niveau physique qu'au niveau psychologique se mettent en place... Et c'est vraiment systématique, la perception des situations, ma capacité à faire face à un stress quelconque etc. Tout est différent et prend une tournure plus "dramatique". Et je sais en mon intime conviction que ça n'a absolument rien à voir avec quelque chose d'étranger que j'aurais intériorisé. C'est vraiment lié à des phénomène internes que je ne contrôle pas (et que vis assez bien au demeurant, hormis pour la majoration des allergies, atroce). 1/2 (mon commentaire ne passe pas dans son intégralité ouiiiin)

Sekhmet a dit…

2/2 (suite de mon com précédent) Ma petite sœur souffre le martyr tous les mois, surtout au niveau physique. Dans son cas à elle c'est très très handicapant. En plus du moral dans les chaussettes, de la mélancolie chelou et inexpliquée, elle a des douleurs pas possible, tient à peine debout... Et elle a eu envie de tuer chaque praticien sur son chemin (souvent des hommes toute condescendance dehors) qui ont osé insinuer que ça serait psychosomatique. Parce que non seulement pour elle ce n'est pas pas vrai mais en plus quelque part c'est hyper culpabilisant. Parfois l'idéologie utilisée comme un bloc immuable peut se retrouver être un piège qui dessert nos idéaux, d'une certaine manière. Voilà c’est pas bien clair mais j'avais vraiment besoin de donner mon avis là-dessus en particulier.

Sekhmet a dit…

"Parfois tu oublies dans quelle période du cycle tu es, et tu commences à ressentir cette profonde tristesse, et c'est là que tu te rends compte que ce sont bientôt les règles... L'intensité de cette déprime est en effet assez troublante! »
Voilà qui résume exactement ce que je voulais exprimer en ce qui concerne les allégations du genre « Tu souffres de SPM? C’est surement dans ta tête !". Allégations qu’au final je trouve aussi sexistes qu’un « T’as tes règles ou quoi? » balancé par un mec mécontent que tu ai osé ouvrir ta gueule. Fascinant comme sujet en tout cas !

Tomme Cruise a dit…

J'ai découvert le SPM à peu près en même temps que... ma libido ! Bin oui, la pilule ça aplanissait bien tout ça, les hauts, les bas...
Pendant le SPM + les règles (oui parce que c'est pas non plus comme si c'était l'éclate cette semaine-là), je trouve que mon petit pic de libido est bien cher payé, clairement !
Je déteste, déteste, DÉTESTE être aussi assujettie à ce fonctionnement hormonal, l'énergie et le temps que ça me vole. Ça me mine tellement que c'est fou que je n'aie jamais voulu reprendre la pilule (sécheresse vaginale et désir au ras des pâquerettes c'était pas la joie non plus).
J'aimerais bien pouvoir faire la paix, mieux accepter cette inévitable partie de la vie, mais je suis vraiment pas prête, je suis vraiment en colère, de façon tout à fait vaine on est d'accord.
Seule consolation : comme je n'oublie jamais où j'en suis du calendrier, ces jours où l'humeur est au plus bas, je sais que ça va passer, que c'est pas le schéma de base normal. Alors en attendant que ça passe, je m'empêche de trop réfléchir (c'est aussi mauvais que de vouloir courir avec une cheville foulée), je suis très self-indulgent, j'en fiche le moins possible, je fais juste des balades, mais sinon je moule sur mon canapé et j'obéis à mes envies de sucre (on peut pas être sur tous les fronts à la fois).

JulietteVegan a dit…

Bonsoir Marie !

Sujet super intéressant et tellement personnel.

De mon côté, mon symptôme à moi, ce sont les migraines pendant les règles. Je suis migraineuse en dehors de mes cycles, mais plus souvent pendant. La parade que j'ai trouvé il y a presque 10 ans, c'est enchainer les plaquettes de pilules, avec des poses tous les 3-4 mois. J'ai donc mes règles 3 à 4 fois par an, ce qui m'évite une dizaine de migraines.

Pourtant depuis quelques mois, je commence à en avoir marre de la pilule : parait que ça fait baisser la libido, et puis c'est pas très nature, et j'ai envie justement de me reconnecter avec mon cycle naturel, sentir venir les règles (pas forcément avec migraine ou déprime, juste sentir qu'il se passe un truc dans mon corps). Mais la perspective d'avoir mes règles tous les mois avec les migraines qui vont avec, et de ne pas pouvoir choisir quand je les ai (car c'est un autre avantage de la pilule : j'évite d'avoir mes règles pendant les périodes où je dois assurer au taf) me fait reprendre la pilule à chaque fois.

Mon ras-le-bol de la pilule et mon envie d'arrêter m'ont aussi fait réfléchir sur le caractère social, ou le mimétisme mère-fille (ma mère est elle aussi migraineuse, et elle aussi surtout pendant ses règles) des syndromes prémenstruels. Et, bon, je sais pas trop ...

En tout cas, je n'avais jamais entendu parler de l'huile d'onagre. Mon acupuncteur m'avait parlé des graines lin (prendre une cuillère 3 jours avant l'arrivée des règles), mais je n'ai jamais essayé. Je note les bons conseils (naturels qui plus est !) de tes lectrices :)

Bises et MERCI !

Juliette

Chag a dit…

Hey Marie,

Souvent tes posts sont liés à ce que je vis plus ou moins en même temps. Là on est pile dans le souci du moment !
J'ai eu mes règles vers 13 ans, direct elles ont été douloureuses, très. J'ai été "mise sous pilule" quasi directement tellement ça m'empêchait physiquement de vivre normalement pendant 1 semaine ou plus. Je me rappelle que contrairement à mes copines de l'époque, je n'étais pas du tout pressée de les avoir. J'étais même dégoûtée car je savais que ça allait être chiant (les serviettes, les tampons, les douleurs etc.).
La pilule je ne l'ai jamais arrêtée, elle rendait ce moment mensuel moins lourd dans tous les sens du terme.
En grandissant j'entendais de plus en plus de filles, puis de femmes, se plaindre de ce fameux syndrome : "Ah j'ai mes règles laisse tomber mon état (psycho)", "Je suis pas d'humeur j'ai mes règles" et toutes sortes de phrases ayant la même cause = les règles. Qui manifestement rendaientt la vie vraiment reloue à toutes ces femmes. Sincèrement je ne les comprenais pas. Certes j'avais toujours des douleurs mais pas de changement d'humeur, de bad. J'en étais presqu'à dire que c'était des chouineuses...
Plus tard j'ai décidé d'arrêter la pilule, vers mes 28 ans. N'ayant pas et peu de relations suivies et étant taquet sur le préservatif, je voulais ne plus prendre quoique ce soit après 15 ans de pilule. Une sorte de "renaturalisation" de mon corps (c'est personnel, je sais que bon nombre de gynécologues et autres crieront au scandale à lire ce motif mais c'est le cas et ça ne regarde que moi). Bref.
Aujourd'hui je vais avoir 37 ans. Et depuis 5 ans environ j'ai fait connaissance avec ce fameux syndrome... Je n'y croyais pas. D'ailleurs c'est en en discutant avec une amie qui m'y a fait penser. Parce que pour moi c'était peut-être pour certaines mais pas pour moi. Moi qui avait en plus des tendances à voir noir de manière cyclique. Bon en fait oui de manière cyclique et étrangement au même moment du mois, tiens comme c'est amusant. J'ai fini par l'accepter et je m'excuse auprès de celles dont je me suis moquée longtemps, qui pour moi stigmatisaient les femmes et leurs règles.
Aujourd'hui une jolie histoire commence avec un homme depuis 1 mois. Là j'attends les prochaines, sous quelques jours. Je ne sais pas comment ni pourquoi mais je suis en bad sur notre relation depuis 3 jours. Alors que tout se passe bien. J'en pleure. Alors que tout est normal. Qu'il est mignon, attentif. Pour moi il va se tirer alors je pleure.
Pourtant je sais qu'à cette période du mois, je ne dois pas prendre de décision, que je dois lâcher l'affaire sur ce que je vois en noir, que ça va passer, ça n'est que quelques jours. Mais je suis amnésique à chaque fois. N'empêche que là c'est dur. Tu sais quoi ? Je n'ai qu'une envie, qu'elles arrivent enfin ! Alors que c'est bien relou quand on a un nouvel amoureux (et même quand il est moins nouveau :)
C'est comme si ça devenait de plus en plus présent avec l'âge. Je ne sais pas.
Bref merci Marie pour ton article car j'ai mis le doigt sur mon état "sans raison valable" (enfin si je le sais bien mais pas celles que je crois être).
Des bises.

Charlie a dit…

Punaiiiise ça fait plaisir de lire ça parce que je me disais que j'étais la seule. Que les humeurs de chien pendant les règles s'était connu mais que moi, j'étais gonflée en mode à fond les ballons, et surtout, je pleure, mais bordel je pleure pour rien, je pleure si je vois un joli paysage, et aussi, je m'engueule avec mon mec (le pauvre, il supporte ça depuis plus de deux ans), et chaque mois j'ai l'impression qu'on va finir par se quitter, jusqu'à ce que j'ai mes règles et que là, tout aille mieux. (même si douleur au ventre AFFREUSES). Bref, merci, merci de me faire voir que je ne suis pas seule.

Et donc, comme j'ai lu les commentaires, j'ai été très intéressée par cette huile d'onagre, mais en faisait des recherches moi aussi, j'ai trouvé ça : http://www.extenso.org/article/l-huile-d-onagre-l-huile-des-femmes/ et visiblement, ça n'a pas l'air si efficace que ça... Du coup, je serais curieuse d'avoir ton retour si tu test ;)

Des bises tendres pour ces périodes de SPM ! ;)

Anonyme a dit…

Bonjour Marie, bonjour à toutes,

Je suis une ancienne copine de syndrome prémenstruel cataclysmique ! ( colère, profonde tristesse, boulimie, douleur dans le bas ventre et dans les jambes...)

Un ami médecin m'a suggéré il y a près de deux ans d'ARRETER LE SUCRE.

Ce que j'ai fait (vraie cure de désintoxication pour une accro du sucre comme moi)

Dès le second mois d'arrêté du sucre je n'ai plus JAMAIS souffert du spm.

Je ne vous parle même pas de l'énergie retrouvée, ni de l'état de ma peau ou de mon poids: cerises sur le gâteau.

Ma vie a totalement changée.

Bises

Laure



No shopping today a dit…

Comme je te comprends. Moi aussi je dois faire face à ces changements d'humeur et à des migraines au gré des fluctuations hormonales et franchement ça me pourri la vie, parce que je suis à la moitié de mes capacités pendant trois à cinq jours et comme j'ai des cycles courts ça revient souvent. La seule solution proposée par ma gynéco est la pillule, mais ça me tente moyen.
Comme toi ces symptomes sont arrivés aasez tard, jusqu'à 27 ans je n'avais jamais rien eu. J'ai un peu du mal avec l'idée énoncée par certaines que c'est psychologique et culturel, autour de moi on n'a jamais fait un drame des règles et je me sentais aaez peu concernée par les divers articles sur les spm que je pouvais lire (il y en a bcp plus dans les magazines anglais et américains). En revanche je pense que l'hygiene de vie (nourriture et stress jouent un role) quand je suis détendue, j'ai moins de symptomes. Je vais essayer de reduire le sucre et l'huile d'onagre.

Bon courage à toi et merci encore pour tes articles que je trouve toujours passionnants.

Emeline

ClémBo a dit…

Bonjour Marie !
Moi l'homéopathie m'a sauvé la vie ! heureusement car j'avais aussi une belle envie de sauter par la fenêtre à cette période du mois !
je prends donc 5 granules de Gelsemium et 5 granules Ignatia à jeun (le matin avant la douche) pendant 3 à 4 jours avant mes règles et bye-bye les crises de larmes !
La bisette

Bonnie Bulle a dit…

Bonjour marie,
j’ai toujours détesté cette phrase, elle m’apparait comme le sexisme suprême. Ça m’est très désagréable de penser que mes hormones puissent gouverner ou du moins influencer en partie ma vie et mes actes. Et pourtant.
J’ai longtemps pensé que toutes ces filles qui faisaient mine de se tordre de douleurs chaque mois en faisaient des caisses pour esquiver autre chose (la piscine, la gym, une réunion chiante), bref j’étais moi même bien sexiste et hautaine du haut de ma légère douleurs et de ma façon d’ignorer mon cycle tranquillement. On va pas se laisser emmerder quand même. On est pas que des filles.
Et puis il m’a fallu des amies des vrais chez qui je pouvais entendre la réel souffrance ou le réelle troubles pour comprendre à quel point nous ne sommes pas toutes égales à ce niveau, donc qu’il ne fallait pas juger trop vite.
Chez moi, maintenant j’ai réalisé que ça me rendait la digestion plus difficile qu’a l’accoutumé, et une tendance à la migraine plus tenace, genre petite joueuse au final; mais faut que ça arrive pour que je réalise. Plus jeune, c’est là ce moment là, que j’avais envie de mes bols de crousti-miel, matin et soir ou mes soudaines envie de viande rouge…
Malgré tout, cette phrase me reste désagréable. Une condescendance masculine qui me déplaît. Encore une fois, et pourtant.
Une amie me décrivait à peu de chose près les même symptômes que toi. Un regard très noir sur sa vie, envie de tout larguer, quitter son taf, larguer ou tuer son homme selon considération du moment. Bref un ras de marré.
Elle a fait le lien et ça ne fait pas tout. Elle a aussi réaliser que cela collait grosso modo avec la pause de son stérilet est les hormones qui y étaient liés. Intéressant. Fait d'ailleurs confirmé par le gynéco. Après la blague c’est qu’on à pas forcément mille choix de contraception.
Des bises

Marion a dit…

Aujourd'hui c'est le premier jour et ça fait plusieurs jours que je suis irritable, que je n'arrive pas à me contrôler, et que je suis triste pour rien du tout. Je n'avais pas trop ces symptômes avant ou très peu. C'est désagréable, on se sent comme possédée et je déteste donner la raison de ce changement d'humeur, je trouve ça cliché et même trop facile comme raison. Je ne savais pas qu'on pouvait un peu y remédier. Je prends note de tout ça, ça me rassure un peu. Bonne journée et merci.

Hélène a dit…

ahaha Marie, comme je me reconnais dans cet article !
tous les mois, deux jours avant je suis une tornade ! Tout le monde m'énerve, dans le tramway, dans la rue, dans le resto où je bosse etc.
"ma vie est nulle, je suis moche, je sert à rien !". Et le pire c'est qu'on le sait que c'est du à nos règles, mais on n'arrive pas à le surpasser (chose que j'ai jamais compris, vu que je suis plutôt combative comme fille).
Mon chéri à compris le truc depuis qu'on est ensemble (4ans), il me dit : "oh, c'est pas grave, t'es chiante seulement une fois par mois" (oui, il est super) !

allez, la bise de Nantes !

renardeau a dit…

Coucou! Ouai l'homéopathie c'est une solution, et sinon il y a le site de Martin chouchou Winckler: http://martinwinckler.com/
qui est une mine d'or avec des témoignages et des réponses!

Fanny a dit…

Je connais ça, tous les mois, j'ai 2-3 jours où tout le monde m'agace au plus haut point, j'ai des envies de meurtres violents. Et à un moment, je me souviens que je vais avoir mes règles. Je déteste être comme ça, d'autant plus que c'est exacerbé par ma pilule.

meli a dit…

Bonjour
Je n'ai jamais laissé de commentaire ici, et je n'ai pas encore pris le temps de lire toutes les réactions donc désolée si je fais de la redite...
Les règles c'est un peu le truc qui me pourri la vie aussi, une semaine avant j'ai droit à une peau dégueu, de la fatigue et surtout le fameux moral en berne... en plus comme elles sont irrégulières, je mets toujours un peu de temps avant de percuter et de me dire "ah bah oui, tu t'en enguelée avec tout ton entourage en deux jours, t'as menacé dix fois ton mec de rompre parce qu'il a mis 1h à répondre à ton texto... c'est les menstru!
du coup, effectivement l'huile d'onagre c'est super. Je prend des gellules onagre/bourrache comme ça j'ai un petit effet sympa sur ma peau. mais surtout, ce qui a tout changé pour moi c'est la sauge sclarée (il y a une autre espèce de sauge et c'est bien la sclarée pour les soucis hormonaux). Une goutte d'huile essentielle sur un morceau de sucre trois fois par jour et en massage sur le ventre c'est fantastique. Quand je suis au fond du gouffre parfois j'en prends même avant que mes règles n'arrivent, pour les déclencher et être tranquille plus rapidement. C'est très bien pour réguler un peu le flux aussi (stérilet oblige, c'est la cata tous les mois), pour les douleurs et le moral.

Les causettes de Célestine a dit…

Les règles et les symptômes PMS, l'angoisse absolue.
Pour ma part, j'accumule des migraines abominables, des boutons, mal au ventre et une humeur de chien #maviepourrie #jehaislesgens.
Ah, et aussi une envie de sucre irrépressible. Genre je peux pas lutter, elle gagne à tous les coups.

Je trouve ça profondément injuste et pénible et je me demande bien comment, à l'époque où on prépare une migration sur Mars et où on greffe des coeurs artificiels, on n'a pas encore trouvé un remède pour ces maux qui touchent quasi la moitié de la population mondiale, bordel!

C'est quand même hallucinant de se dire que dans nos vies de femmes (pour la plupart, je sais qu'il y a des exceptions), on va passer environ 1.750 jours pourris à cause du syndrome PMS. Et que tout le monde s'en fout et qu'on trouve ça normal, blabla, c'est la nature, c'est les règles.
Mon cul!
Je suis colère, oui, mais franchement, qu'on vienne pas me faire croire qu'il existe pas de solution. 99% des médecins et des gynécos sont juste blasés/fainéants/incompétents et n'ont pas envie de chercher plus loin. C'est vrai que bon, quand on paye 55€ la consultation de 8 minutes chrono, y a juste le temps de faire un frottis vite-fait et basta, ciao.
Colère.

Les pistes envisagées plus haut sont intéressantes, huile d'onagre ça vaut le coup de tenter. Par contre, l'arrêt total du sucre, c'est dur!! Suis pas sûre d'être prête, même si je sais que le sucre est une crasse. ^^

Courage à toutes, je suis sûre qu'il existe une solution pour chacune!
Continuons à chercher :)




Floflo a dit…

Huile d'onagre???? Je connais pas du tout mais du coup j'ai bien envie d'essayer.
C'est pareil que tout le monde en fait mais quelques jours avant mes règles, le pire bineuse étant le jour d'avant, j'ai envie de me prendre. Je suis affreuse avec mes collègues, j'ai envie de pleurer pour rien etc...
Avant 30 ans c'etait des crampes dans le ventre atroce. J'ai moins mal mais tout est tellement noir autour de moi ces jours la.
J'ai l'impression que mon corps me reproche de ne pas être enceinte... C'est surement dans ma tete mais est-ce que le syndrome PMS disparait avec le premier enfant?

Sidharta a dit…

Salut marie,
L´influence des hormones je l´ai toujours ressentie un peu au Moment des regles- je suis plus irritable et aussi plus maladroite, je laisse tomber des trucs, je me tord la cheville, ce qui me rend bien sur encore plus irritable...
Mais les fois où j´ai vraiment senti qu´on est bien peu de Chose face à ses hormones c´est juste après mes deux accouchements : je me suis chaque fois pris une grosse déprime post partum bien dégoulinante dans la face. C´etait d´autant plus déstabilisant que pendant mes grossesses j´étais mega cool, rien ne pouvait m´atteindre, the big lebowsky au feminin.
Par contre, exactement 3 jours après mes deux accouchements, juste au Moment de la montée de lait : pleurs, désespoirs, impression d´avoir gaché ma vie, horreur glauque.
Je te dis ce qui m´a aidée - juste au cas où : le millepertuis, qui est un antidepresseur léger naturel.

Sinon, franchement loin de moi l´idée de te servir de l´optimisme à deux balles tendance "quand on veut on peut", mais je me demande si cette petite faiblesse hormonale n´a pas, quelquepart, du bon : en gros grace à elle, je suis consciente, et pas seulement pendant une semaine par mois, je sais donc, que je ne suis pas infaillible, je sais que la perception que j´ai des choses peut etre biaisée, que les évenements sont toujours à évaluer au travers du prisme de ma subjectivité... et cette conscience-certitude de ne pas avoir toutes les cartes en main m´aide à appréhender les choses Avec plus de recul... ou au minimum elle fait de moi quelqu´un d´un peu moins con

mais bon on savait déjà que les femmes sont supérieures aux hommes - mouhahahaha - blague à prendre au 36eme degré

bobette a dit…

Merci Marie pour ce post, je me sens moins seule. j'ai lu les commentaires intéressants notamment sur l'huile d'onagre. Je souffre depuis 6 ou 7 ans de sueurs nocturnes horribles la semaine qui précède les règles. Alors oui ça peut faire rigoler, ça fait mémé ménopausée sauf que j'ai 44 ans.J'ai noté un mieux avec folliculinum 30 ch à J+10 et J+20 mais est ce l'arrivée de la préménopause, mon syndrome s'est aggravé ces deux derniers mois; Usée j'étais pendant ces nuits à suer alors que j'avais froid... Si quelqu'un connait, se reconnait... Par contre je n'en parle jamais autour de moi. Les femmes ont longtemps été réduites à leurs hormones c'est vrai. En même temps, cela me pourrit tellement la vie ces jours là que ton message est une bouteille à la mer pour moi...

lilu a dit…

La pilule ca anesthésie bien aussi ;-)

Que de commentaires hautement intéressants et si proches....

Moi le chocolat avait un pouvoir de dingue sur moi, je dis avait parce que après 8/9 ans sans aucun contraceptif, je me retrouve à reprendre la pilule sans joie et beaucoup de contraintes mais je n'ai pas trouvé la méthode qui me convient mais ceci est une autre histoire.

Bref, je ne supporte pas cette phrase que je trouve facile, injuste et mysogine. Parce que c'est toujours un mec qui te sort ca genre il en sait quoi lui...

J'adore quand tu poste Marie quelque soit le sujet...

Anonyme a dit…

PFFFFFF
Merci
Humeur suicidaire (mais vraiment ) crises de larmes, tachycardie, crises de panique, fatigue extrème, acné de la mort, insomnies, nausées, boulime, prise de poids maaaaal au seins à pleurer.......et la semaine suivante tout va bien, mais VRAIMENT bien , je kiffe la vie et j'ai la pêche ! mais parfois ça peut durer 10 jours ..........
Le premier qui dit que c'est psy ou social je l'explose.
C'est l'enfer, j'ai tout essayé : homéo, onagre, omega3.....psy pendant 3 ans, arrêter de fumer, de boire,le sucre. Suis devenue végétarienne. BREF
et c'est pas une blague.
HELP.
Et bon courage.
Cécile.

Caroline L a dit…

Salut Marie,

Concernant le corps médical et son rapport aux règles, j'ai fait l'expérience de leur manque d'intérêt pour le truc.

Quand j'étais plus jeune (entre 15 et 25 ans), j'ai souffert de règles extrêmement douloureuses. Pendant deux jours par mois, j'étais plier en deux de douleur dans mon lit, j'avais des vomissements et je tombe dans les pommes dans mes toilettes (coooooool^^). Dès que j'en parlais à un médecin, soit il me conseillais de prendre du paracétamol (genre, comme si j'avais pas déjà essayer) ou alors me prescrivait un traitement hormonale super lourd. Un jour, une amie me conseille de prendre un anti-inflammatoire, l'antadis. J'en parle à mon medecin -- le même que celui qui m'avait prescrit le paracétamol -- qui me dit : "Vous avez mal à ce point". En fait, le mec avait complètement sous-estimer ma douleur, considérant probablement dans une logique très fataliste "Les règles, ça fait mal, c'est normal".

Pour ce qui est des hormones, la volonté ne peut rien y faire. C'est comme de demander à un diabétique d'avoir la volonté de réguler son taux d'insuline, de lutter contre le sommeil quand tu prends un somnifère.

Bises Marie

Caroline

Clue a dit…

Salut Marie

je n'ai pas lu tous les commentaires, je suis preneuse du sujet huile d'onagre (je ne connaissais pas) et finalement, je suis super preneuse d'un post sur le sujet des règles de manière globale parce qu'on n'en parle jamais vriament et que moi les pistes des unes et des autres ça m'intéresse beaucoup!!
Longtemps sujette au spm (moins depuis que je prends la pilule heureusement), j'ai beaucoup négligé l'aspect "mental" car concrètement sur la partie physique je vivais la MISERE pendant 5 jours (sur les 10 de saignements, allez c'est cadeau).

Mais en fait en ce moment je me dis que j'essaierais bien des trucs:
- stopper le sucre en cette période why not (en plus j'ai toujours des envies de sucre plus fortes à ce moment-là)
- une cup - oui j'ai bien envie d'essayer en fait, rapport que qd même j'aime pas balancer tous ces petits tampons dans la nature...
- l'huile d'onagre, pour tenter, parce que j'aime bien l'idée de prendre un peu plus soin de soi dans cette période
- si t'as d'autres idées ou suggestions que tu peux compiler, j'adorerais :)))

Des bisettes
Clue

Charlène Fèvre a dit…

Malheureusement c'est le cas de beaucoup de personnes ... Et il semblerait qu'il y a une cause à cet état de dépression/envie de meurtre : la pilule. A cause d'elle qui nous envoie des hormones, cela renforce notre mauvaise humeur ... (en plus de tous les autres problèmes qu'elle nous cause !)
alors, si je n'ai pas encore passé le cap, je pense que le remède à ces sauts d'humeurs serait de stopper la pilule et de trouver une meilleure contraception sans hormone (bonjour le stérilet ...)

Anonyme a dit…

Je suis comme toi et tant d'autres et le phénomène s'est clairement accentué depuis quelques mois : j'ai 45 ans et je me demande si je ne suis pas en période pré-ménopause (youpi....)
Heureusement ce qui me sauve et qui m'aide vraiment :
L'EUPHYTOSE !!Vraiment je te conseille ce médoc bien connu à base de Valériane et autres plantes.Ca calme sans shooter et cela permet de stabiliser l'humeur, de mieux dormir...
Bises

Mimi a dit…

C'est fou, je suis en plein dans cette période et ton article me réconforte énormément! J'ai lu tous les commentaires également et ai noté pas mal d'astuces, merci les filles!

En plus des symptômes que tu décris, pendant cette période, j'ai une odeur corporelle décuplée, je transpire énormément et ça me met d'autant plus mal à l'aise!

J'ai essayé l'huile d'onagre, bof mais je pense que c'est liée à une alimentation catastrophique pendant cette période (je ne me nourris presque que de gâteaux et autres cochonnerie). Je note la cure de 3 mois, je vais essayer. Mais encore faudrait-il que j'arrive à déterminer quand commence mon cycle, les 10 derniers jours, etc. Un petit tour sur google s'impose, je ne sais plus comment cela marche :)

Cette période me fait penser au mantra "think positive etc", je vois complètement à quel point des pensées négatives peuvent influer sur notre vie. Pendant cette période, non seulement je suis au bord du gouffre mais en plus il m'arrive que des galères, c'est horrible ! Comme si le sort s'acharnait !!

Enfin bref, j'ai bien aimé aussi le commentaire disant que le premier jour des règles procurait un sentiment d'euphorie ! je dois être l'une des seules filles à attendre impatiemment ses règles haha !!

Merci encore,
Bonne journée :)

La Liseuse a dit…

Et tu verrais quand tu es enceinte.... Comme j'ai toujours pris la pilule, j'ai pas vécu les SPM dont tu parles, mais alors le premier trimestre de ma grossesse (je suis enceinte de quasi 7 mois là, donc je te parle des mois de décembre, janvier et février dernier....) j'ai eu du mal à me reconnaître. Je me suis mise à détester absolument TOUT ce que j'avais l'habitude d'aimer. TOUT. Ca me rendait très triste et j'avais plus envie que d'être dans mon lit... (quand, en plus, tout le monde me disait que c'était merveilleux ce qui m'arrivait... (bah non pas vraiment non)). C'est là que je me suis dit "WOUAH, NOUS NE SOMMES FAITES QUE D'HORMONES !". Comme à ce qui paraît y a un nouveau pic post-accouchement, j'ai trop hâte d'être fin août pour recommencer à ne plus me reconnaître. Ah non :).

Marie a dit…


Merci sincèrement pour tous vos retours, conseils, expériences, je pense qu'on a un peu de quoi faire.
Je reviendrai vous parler des effets de l'onagre, je vous embrasse fort

@marjanepire a dit…

L'oeuvre + bourrache est une bonne piste selon moi Et l"arrêt du sucre encore plus.
ça cb est un truc phénoménal !!!!! Et pas que sur l'état du moral pdt les règles mais aussi tout ah long d'un temps... je crois que le sucre est un peu comme une sorte de drogue bonne et moi Si. A la fois.... Après je dis ca mais j"arrête qq semaines, parfois qq mois mais j"en reprend toujours mais de moins en moins... ca serait super d"échangeables les trucs et accueillir arrêter le sucré....

Isa a dit…

Je viens te faire part de ma longue expérience du SPM : il est terrible, me déprime et m'énerve, me fait pleurer et vider le frigo, puis viennent les règles, très douloureuses le premier jour, qui durent une semaine minimum avec un jour d'arrêt (l'avant-dernier). Bref, j'ai essayé l'onagre, le gatillier, la relaxation (un psy de mon entourrage pense que l'anxiété n'arrange pas le SPM) : c'était un peu mieux, mais en gros nada. Mon ex-gynéco (retraitée aujourd'hui) m'a avoué que la ménopause avait été sa libération de ce SPM et de ces douleurs, qui étaient intenses aussi. C'est elle qui m'a sorti de cet enfer en me faisant essayer une pilule en continu, pour supprimer l'apparition des règles : sans règles plus de SPM non plus. Depuis je revis. Ma gynéco actuelle m'a fait changer cette pilule pour du lutéran, toujours en continu et je suis ravie. N'hésitez pas à en parler à vos médecin, ce type de solution n'est peut-être pas pour tout le monde (certaine femmes ont besoin de continuer à avoir leurs règles pour se sentir féminines ou pour d'autres raisons), mais pour moi et d'autres ça a parfaitement fonctionné...A tester .... Merci pour ton blog Marie !

Béné a dit…

Putain, j'aurais pu l'écrire, ce post.
Pareil, depuis 5 ans environ, alors qu'avant, à part les seins à bloc et quelques crampes pas super sympa, je n'avais aucun signe de SPM, pas sur l'humeur en tous cas.
Alors je suis passée du stérilet cuivre au Mirena, en me disant "pas de règles = pas de SPM" ; ça a pas tellement fonctionné ; je suis repassée au cuivre, et finalement ça va mieux. Donc en gros, que te dire ? Je n'ai pas d'explication. Tout ce que je ressens (et encore, c'est très empirique), c'est que depuis que je vais mieux dans ma vie, le SPM est plus léger, alors que quand j'étais mal, il prenait des proportions de dingue. Je ne minimise pas l'impact des hormones et ne dis absolument pas que c'est "tout dans la tête", mais disons qu'elles ont moins d'emprise quand ma vie est bien d'aplomb.

Mirabelle a dit…

ho pu-naise...
tout ce monde, vous toutes, toi, moi, elles aussi
elles aussi !
comme ce billet tombe à pic
la semaine dernière j'ai pensé à bouffer des lames de rasoir, en plus de m'ouvrir les veines (sait-on jamais, faudrait pas rater un truc sérieux comme terminer sa vie)
je sais que ces moments passent
je sais que ça ne dure pas
mais je n'arrive pas à m'en extraire
comme c'est rassurant quelque part de comprendre que je ne suis pas seule
comme cela me touche au premier jour de mes règles (tout va bien, là, je suis redevenue "normale", c'est à dire aimable et souriante...)
je vais tacher de me renseigner sur l'huile d'onagre...

Merci Marie...

Mline a dit…

Sur les recommandations de ma gynéco, je prends depuis plusieurs années Cyclo Norme (laboratoire Monin Chanteaud). C'est très efficace !
Mline

Anonyme a dit…


Bonsoir ,

Contrairement à ce que j'ai pu lire ,il faut en parler et échanger.

je n'ai jamais vraiment senti l'influence des hormones sur moi , genre c'est pas pour moi , j'ai souvent eu des contraceptions qui trompaient le mécanisme , pillule sans régles , sterilet aux hormones sans regles , rien de particulier lors de ma grossesse mais après ,un post partum de dingue , 18 mois d'anti dépresseurs , le père m'avait quittée et mes tendances dépressives ont pris le dessus ,

Il est vrai que chez moi le signe annonciateur des règles c'etait un besoin de faire le ménage alors que je suis bordèlique , très drôle .

Arrive à 45 ans les bouffeés de chaleur que je n'identifie pas vraiment ... ah ah je gére.... pas besoin de traitement ..c'est la nature!....puis risques psychosociaux au travail , ménopause à 48 ans....et là depuis 4 ans je me bats contre moi même , je me force à tout , travail , sortie , ami ,enfant , un vrai concombre des mers +perte de mémoire .

J'ai heureusement discuté avec une femme plus âgée , j'ai finalement filé chez la gyneco pour obtenir le traiement hormonal de substitution ( il faut le demander il n'est pas proposé ?! ).....et là tadam en une semaine je suis redevenue la femme d'avant , avec les mêmes problèmes mais au moins combative. Donc je confirme les hormones nous gouvernent et pour moi les hormones c'est la vie et je n'aurais du les sous évaluer.

Les medecins sont plus attentifs aux phénomènes physiologiques , donc parlez ! échangez !

Je prends aussi de la sauge avec du gatillier , c'est vraiment efficace pour les problèmes de bonne femme :-) testé avant le ths et je continue , onagre bourrache pour l'hydratation

Voilà ma petite contribution , je ne dis pas qu'il faut prendre des hormones , juste je témoigne de leur effet :-)

Laura a dit…

>Bonjour Marie

Malheureusement, j'ai moi aussi des soucis avec ma peau. J'ai 25 ans je ne sais pas si c'est l’âge, ma contraception ou je ne sais quoi en tout cas je ne sais plus quoi faire. Merci pour tes conseils beautés je vais essayer. Ensuite pour la Clarisonic j'ai entendu beaucoup de chose (bonne et mauvaise) mais il y a un petit nouveau (je ne sais pas si tu en as entendu parler) c'est la brosse nettoyante Luna de FOREO (il faut compter 100 euros), je n'ai pas essayé le prix est trop cher pour moi mais il parait que c'est pas mal du tout.

Je viens de découvrir ton blog et j'aime beaucoup, je suis également de Tours donc c'est un plaisir de voir des "blogueuses" prêts de soi.
Désolé de te tutoyer c’est une mauvaise habitude que j’ai prise.
Bonne continuation :D

Anonyme a dit…

Idem pour le SPM :
la veille du 1er jour de mes règles (même quand je ne sais pas quand c'est pour cause d'oubli de comptage...), je suis ultra sensible , sur les nerfs, ça finit quasi toujours en crise de larmes, genre ma vie nulle bououououououhhhh.
+ je suis généralement épuisée la veille et le 1er jour.
Youpi !!!!

Anonyme a dit…

Il paraît que l'acupuncture peut éviter ça. Au vu de mon humeur lors de mon dernier SPM, je vais vite prendre RDV.
Bon courage
Merci pour ce post
Bises

Anonyme a dit…

C'est marrant quand on arrête les hormones à quel point on sent son cycle
Pas forcément le SPM, qui est une calamité, mais je sais exactement quand j'ovule (j'ai le feu une catastrophe, même en rêve c'est torride alors que mes vingts ans sont loin -_-), et quand je suis au max de progestérones (mal aux seins, peau dégueu)..
J'ai même fait un test de grossesse (positif) sans gros retard de règles parceque je sentais une différence

A force on oublie l'importance des hormones sur nous, on se croit au dessus de ça
Et pourtant, c'est une force

Nadj a dit…

Hello !
C'est drôle (ou pas, vu le sujet) mais j'ai lu récemment un autre article à propos de la déprime due au SPM, et il y a aussi des pistes intéressantes dans les commentaires : http://nepsie.fr/leblog/2015/06/10/le-cylce-eternel/
Le mien, je l'ai vraiment découvert en arrêtant la pilule, et d'un mois sur l'autre, il peut être très bourrin ou hyper léger, être entièrement psychologique, entièrement physique (ventre, seins, dos) ou un mix des deux, bref c'est la loterie...
Pour ma part, pour me sentir mieux, je mets des habits hyper larges et doux, une bouillotte sur le ventre et j'essaie autant que possible de me faire plaisir, que ce soit sur la bouffe ou les activités (càd rester à la maison à bouquiner, principalement) et ça m'aide pas mal, mais je sais bien que c'est pas évident pour tout le monde.
Et clairement, comme ça ne concerne que les personnes à utérus, "c'est pas bien grave" alors on va pas essayer de faire des recherches pour nous faciliter la vie, hein...

Lili a dit…

Coucou
Moi aussi je suis en colère que les médecins ne s'intéressent pas à ce genre de problèmes... J'ai parcouru les commentaires, et je vois que nombre de femmes souffrent aussi beaucoup pendant leurs règles. Ce n'est pas normal ! Il existe une maladie méconnue (même des gynécos !) qui touche 1 femme sur 10, c'est énorme ! L'endométriose. Une vraie maladie, qui atteint les femmes de manière plus ou moins sévère, et dont on n'entend presque jamais parler !(malheureusement j'en suis...)
Un petit article pour en savoir plus :
http://www.lexpress.fr/actualite/societe/sante/endometriose-le-plus-dur-c-est-de-souffrir-tout-en-passant-pour-une-comedienne_1665399.html
Merci Marie d'aborder ce genre de sujet... tu nous fera un retour pour le SPM ? Bon courage à toi ! bises

Greluches Fanfreluches a dit…

Enfin! On en parle!

Le SPMD (oui, j'ajoute le "dysphorique" pour accentuer le caractère dramatique de la situation et susciter la compassion de mes proches), je peux t'en parler: je le vis en ce moment (d'ailleurs, tu verras, la façon dont je m'exprime trahira l'état de détresse qui m'habite).
Et tout comme toi, je n'en ai constaté l'existence et les implications qu'il n'y a quelques années. Etrangement, je ne me rends compte de ce que je vis qu'après coup, une fois l'orage passé ou les dégâts causés. Je ne me dis jamais "Attention Falblabla, on entre dans la semaine de la mort, prends du recul, tourne ta langue dans ta bouche et surtout ne tue personne".
Non non, je laisse d'abord le SPMD s'emparer de mon existence, m'aliéner tous mes proches, avant d'agiter le drapeau blanc "C'est mon SPMD, les gars, m'en voulez pas..."
Et puis, c'est moi ou pendant le SPMD on est la personne la plus moche de la Terre?! J'ai l'impression que tout le monde sait que mon taux d'hormones est au plus bas, qu'on me regarde avec dédain, qu'on me calcule même pas... Trop dur!

Je n'ai pas trouvé de solution. Les seules fois où j'ai réussi à contenir le truc c'est lorsque je m'y suis préparée psychologiquement: "Alors là je t'explique, tu vas être moche et méchante, mais t'emballe pas, ça va pas durer".
Mais comme je l'ai dit plus haut, faudrait que ça arrive plus souvent...

Donc voilà, chère Marie, tout ce que j'ai à te proposer c'est d'AN-TI-CI-PER!

Bon, je te laisse, je m'en vais mourir en paix.

- Falblabla

Jennifer a dit…

Même cauchemars pour ma part la semaine avec les rouges.
C'est juste horrible, parce que tu le sais et que tu peux rien faire contre.
Alors, moi, je n'ai rien à conseiller pour arranger le problème, mais je fais tout pour épargner mes proches.
J'essaie de ne pas ouvrir la bouche, je m'isole le plus possible et surtout, je me dis que tout ce que je pense durant ces trois ou quatre jours n'est pas fondé !
Si je me dis que mon copain m'accorde pas assez de lui, que je doute de son amour touça touça... Et bien c'est simple, je lui dis "je sais que ce sont les hormones qui parlent, mais..." et je lui exprime mes doutes. Et il les rassure, simplement.
Avec lui, nous nous parlons de tout et je n'ai pas peur de lui parler de mon cycle (après six ans, c'est normal je crois. non?)
Pour les amis, je ne leur parle pas durant ces jours là pour éviter tout problème. Et puisque ce sont des amis, ils me pardonnent mon absence :)

Voilà, je sais que tu te doutais de tout ça, tu le fais probablement, mais je te fais part de ma façon de luter contre ces maux...

Anonyme a dit…

“Persuasion Extrême” va vous apprendre l’art de la persuasion pour pouvoir vendre ce que vous voulez à pratiquement n’importe qui.
“Persuasion Extrême” est une formation sur l’art de la persuasion mise au point par Sylvain Wealth, expert en marketing et en vente sur Internet.
Il s’agit d’une formation qui vous montrer comment il est possible de convaincre à presque n’importe qui d’acheter ce que vous voulez qu’il achète.
“Persuasion extrême” va vous faire découvrir la méthodologie exacte que les plus grands mentalistes, gurus et politiciens utilisent pour convaincre et manipuler leur entourage efficacement

Comment les multinationales utilisent les messages subliminaux et comment l’appliquer à votre business.
La technique pour communiquer avec l’inconscient de vos lecteurs et les pousser à l’achat.
Le processus pour désamorcer les objections de vos interlocuteurs et les convaincre.
Les types d’images et le style de mot exact que vous devriez utiliser pour vendre.
Les meilleures techniques d’hypnose pour influencer votre audience.
La stratégie subtile et extrêmement puissante pour vendre plus.

La méthode intégrale pour rendre vos offres commerciales complètement irrésistibles.
Le procédé pour trouver des accroches qui scotchent vos lecteurs à tous les coups.
Comment retenir l’attention de n’importe qui avec une simple phrase.
La manière astucieuse de captiver vos lecteurs pour qu’ils lisent tous vos textes jusqu’à la fin.
Les principes clefs pour écrire des histoires qui vendent vos produits et services.
Les formules d’experts en copywriting qui fonctionnent comme un charme.

Les bases fondamentales à connaître pour convaincre n’importe qui de faire n’importe quoi.
La méthode pour deviner ce que les autres pensent et anticiper leur réaction à l’avance.
Les astuces hors pair pour capter et attirer l’attention de votre audience.
La solution complète pour se mettre les gens dans la poche.
Le truc tout simple pour vous faire aimer de votre audience.
La méthode détaillée de négociation psychique pour conclure des partenariats hors pair.
Les techniques de manipulation pour convaincre les plus méfiants.
Comment devenir bon vendeur même si on n’a pas la fibre commerciale et qu’on déteste la vente.
Les principales caractéristiques d’un excellent vendeur.
Comment retourner à votre avantage les plus grandes objections.
Comment vendre davantage et rapidement en jouant avec les émotions de vos prospects.
Les techniques que les meilleurs vendeurs utilisent pour se démarquer des vendeurs moyens.
Les stratégies de vente avancées pour influencer, vendre et convaincre comme un mentaliste.

“Persuasion Extrême” est très certainement une bonne formation, elle est en plus accompagnée d’une garantie de 30 jours satisfait ou remboursé, donc si désirez apprendre à convaincre efficacement et augmenter votre pouvoir de persuasion affin de booster vos ventes et votre business alors “Persuasion Extrême” est surement la solution la plus simple pour y arriver!

Camille Negrier a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Anonyme a dit…

Hello !

Je suis pas du genre à poster des com mais là! Il faut dire que je pourrais en dire long ! Lors de ces périodes là, je suis juste insupportable avec mon entourage mais vraiment, avec tout le monde et le plus avec mon chéri.. Je me dis que j'ai rien a faire avec lui je me remets trop en question, envie de pleurer pour rien envie de crier pour rien, je boude pour rien bref voilà ma vie est génial quand jai mes règles !
D'autant plus que la ca fait 3 semaines que ça dure (oui léger dérèglement... sous pilule hein!) donc j'en peux pluuuuuuuus !
Alors pourquoi pas tester ces gélules, en attendant d'avoir plus d'info sur les bienfaits réels de celles ci..!

La bise, Camille .

Free Bird a dit…

Ca fait des années que je vis ça. Pendant longtemps je me suis crue dépressive et folle. Je n'ai fait le lien que des années après.
Je vous conseille à toute de lire le livre suivant qui devrait être transmis à chaque jeune fille :
"Les trésors du cycle de la femme" de Maïté Trélaün
:)

Sarah a dit…

C'est tellement ce que je me dis quand tout est fini. Ça m'a fait drôle en lisant tes phrases j'ai retrouvé les mots exacts que j'utilise pour me parler à moi même.. Enfin bon là vie continue!
Sarah..

Anonyme a dit…

Bonjour,
Première visite sur ton blog, intelligent et sincère, bien agréable!
Petite contribution rapide: même expérience, depuis 2 ou 3 ans. J'ai 44 ans.
En effet il faut parler à son gynéco, en effet toutes les femmes ne sont pas concernées et tout cela dépend de l'âge, qui influe sur les hormones (moins d'oestrogènes notamment, d'où ces fichus symptômes, à partir de 40 ans).
Le cyclo norme plus ne fonctionne pas trop mal. Je tenterai aussi l'onagre, merci pour vos retours d'expérience à toutes!
Flo

Nesterou a dit…

Coucou !

Je sais que le post date un peu, mais parmi tous les commentaire je ne vois personne parler du gattilier ! Il paraît que c'est très efficace. C'est un peu la star anti-SPM, au même titre que l'onagre/bourrache d'ailleurs :)
Je viens tout juste de tester, mais il ne faut jamais oublier que ça peut mettre 3 mois avant de constater un effet donc je peux encore rien dire. Je suis pas gâtée niveau SPM: 1 semaine parfois plus avant les règles j'ai: mastodynie (mal aux seins), rétention d'eau, migraine, déréalisation, grande fatigue, déprime, irritabilité, sautes d'humeurs... la totale quoi !
Pour celles qui seraient intéressées, ça marche comme ça:
Il faut privilégier les solutions hydroalcooliques, apparemment plus efficaces (éviter les gélules). On les trouve dans des magasins bio (pas toujours), ou dans les herboristeries (de largement meilleur conseil).
Au milieu de votre cycle (uniquement) (15 jours avant les règles globalement, pour des cycles "normaux"), 2 fois par jour, 15 gouttes dans un verre d'eau peu minéralisée (pas d'Hépar par exemple).
Alterner chaque mois entre gattilier, onagre ou d'autres plantes reconnues est très conseillé, pour que l'efficacité soit toujours au top !

Sinon en tout premier lieu, pensez aux vitamines du groupe B !! En particulier B6 et B12. Le Magnésium aussi, de préférence Marin, car mieux assimilé. Ne pas oublier de prendre soin de son Fer, on en perd beaucoup chaque mois et on mange pas toujours de manière appropriée ! Je sais pas vous, mais je suis pas fan de la poiscaille, des fruits de mer, du foie de veau, ni de la viande rouge en général donc je suis à risque de carence bizarrement xD
Tous ces minéraux sont essentiels au bon fonctionnement de nos ptits neurones et de notre chimie Ô combien délicatement chi****.
Sachez au passage, pour les preneuses de longue durée de la pilule, que cette dernière entrave à la bonne absorption de certains minéraux cités...
Bref, faites un bilan sanguin pour être au clair avant toute cure !