Pages

20.2.15

MINIMALISME 4 , LA BOUCLE

thesartorialist, superstar

Encore photo du Sartorialist, ma fucking préférence de toutes façons


Maintenant qu'on a déblayé les problématiques liées à la compréhension du phénomène (ici, ici, ici et ou làil est temps d'aller plus loin.

L'une d'entre vous m'avez laissé un commentaire sous l'un des posts en question en me disant que finalement je "tournais en rond" et que mes problématiques étaient plus ou moins toujours les mêmes... Et c'est plutôt vrai, je ne vais pas me cacher derrière un orgueil menteur. C'est vrai parce que finalement, c'est vrai pour beaucoup de gens.
Je n'ai jamais trouvé que les gens changeaient profondément en 10 minutes. Finalement si vous analysez les chose, êtes vous si différents de qui vous étiez il y a 10 ans ou 20 ans (phrase de vieux hein?). Je ne parle pas de votre contexte (enfant, taf, mariage... Un individu n'est pas qu'un contexte on est bien d'accord!) non mais dans le fond je veux dire, ce qui fait que vous c'est vous?

Mais, et c'est je pense important avant d'aller plus loin (parce que le caractère "jugeant" intégré du regard sociétal peut être contre-productif pour avancer sereinement et profondément. La lenteur est aussi un gage de réussite et de douceur), il faut faire attention au rythme d'évolution que le groupe (la société) estime être le bon. Si on se sent décalé de ce rythme dit être le bon (la norme), la dureté de notre jugement sera terrible. On ne peut pas se dresser.Les choses peuvent prendre plus ou moins de temps chez les gens, c'est de la faute à personne et sûrement pas uniquement à une forme de laisser aller ou à une paresse intellectuelle, c'est comme ça c'est tout. Base de base, ne pas se juger, ne pas juger son rythme, ce que vous vivez, votre cadence à vous n'est pas un problème pour les autres donc on se détend.
Donc suis-je en boucle? Sûrement oui. Est-ce que c'est mal? Non je ne le crois pas... On arrête pas les choses à coup de volonté bête et primaire, c'est plus complexe. Mais je ne baisse pas les bras, des changements ont tout de même eu lieu. Pas assez au goût de certains? Peut-être oui... Et?

Et puis qu'est-ce que le bon rythme? Pourquoi parfois on a le sentiment de piétiner? Pourquoi ces retours en arrière?
Je n'en sais tout simplement rien.

Donc, maintenant que vous avez (j'ai) fait un point sur vos raisons qui vous ont fait basculer du côté de l'achat compulsif, il faut trouver des solutions pour arranger cela...

Il y a deux sens au titre du post, la boucle.

1) Celui qu'on vient de décliner, être en boucle, avoir le sentiment de faire 6 pas en arrière en permanence.

2) Revenir au point de départ.

Ce deuxième point m'a toujours profondément surprise.
Ma compulsion vestimentaire (entre 22 et 27 ans) m'a fait partir de jeans t-shirt et baskets pour aller dans les sphères de la "fashion" (On va dire que la fashion c'est d'abord péjoratif et ça serait cette mode qui se renouvelle en permanence à laquelle on se plie sans réfléchir un poil de seconde à se propres goûts et préférences) pour enfin revenir au même endroit.

Mon point de départ a été:

- Jeans
- Baskets, Stan Smith et autre simplicité
- Sweat gris
- T-shirt blanc, noir, gris débraillé
- Sweat à capuche
- Blouson jeans / cuir

J'ai traversé des top chauve-souris, du rose, du violet qui pique, des jupes n'importe comment, des bottes en poil d'un goût douteux, des vestes fleuries, des tricots géométrico-colorés, des tas de fringues que j'aimais pas... Enfin je ne le savais pas vraiment parce que sur le moment j'étais sûre de les vouloir...

Et puis est venu l'apaisement... Et avec l'apaisement est venu le temps de

- Jeans
- Baskets, Stan Smith et autre simplicité
- Sweat gris
- T-shirt blanc, noir, gris débraillé
- Sweat à capuche
- Blouson jeans / cuir
Et UGG

Voilà voilà... tout ça pour ça. Le voyage initiatique qui te ramène à chaque fois chez toi.


Pour les trucs de beauté, tout pareil...
Je suis quasi revenue à un point de départ...

Une putain de boucle, voilà ce que ma compulsion m'aura appris. Je n'y aurais rien trouvé d'autre que moi et mes goûts, farouchement ancrés. Cette boucle m'a montré une chose essentielle, je ne peux pas m'échapper de moi, c'est comme ça.
Et dans le fond, j'ai trouvé ça assez beau et plutôt joyeux.


Bisous smack sur tes joues rougies par le froid.
Bon week-end

16 commentaires

Charlotte a dit…

Bonjour Marie,

j'ai beaucoup le début de cet article.
Chacun avance à son rythme et il n'y a rien de mal à prendre son temps, ou à mettre plus de temps que ce que la société nous vend comme modèle de réussite !
Ton évolution me semble très intéressante et j'aime, justement, te voir prendre le temps et surtout le temps d'analyser tout ça avec nous.
Bon week end.

Sandy a dit…

J'aime vraiment beaucoup la conclusion de cet article.

Anonyme a dit…

très névrotique tout ça ^^

Catherine a dit…

Salut Marie,
Ton parcours est intéressant, même si le contexte est différent, c’est souvent l’occasion d’en apprendre sur soi-même…
En te lisant, j’ai repensé à cette boucle qui semble bien présente pour moi aussi (si on parle de vêtements). Je vis maintenant à l’étranger et au moment de partir, j’imaginais enfin pouvoir me débarrasser d’une pression sociale qui m’étouffait. Cette pression qui m’empêchait d’être ou de faire ce que je voulais réellement. Ce n’était pas du tout le but de mon voyage, mais disons que c’était un point positif. Aujourd’hui, ça fait 7 ans que je vis ailleurs et je ne suis pas encore arrivée à me débarrasser complètement de mes mauvaises habitudes. Ha !
En réfléchissant à tout ça, j’ai réalisé que contrairement à ce que je croyais, la pression sociale n’a finalement rien à voir là-dedans. J’en ai eu la preuve en répétant exactement les mêmes habitudes tout en habitant dans différents pays. Et même si ça peut sembler négatif sur le coup, pour moi ça plutôt été super positif. Simplement parce que, en étant l’unique responsable de mes comportements, je possède du même coup l’entière liberté de les modifier (ou pas). Bref, ça me fait sourire d’avoir le choix.
On peut avoir tendance à mettre la faute sur les autres… et c'est dommage, car il y a des façons très saines de prendre ses responsabilités sans tomber dans la culpabilité.

E. a dit…

Oui. Je me suis fait la même réflexion récemment. Un jour j'ai compris. Avec quelques variables près, plus féminines, plus réfléchies et nettement moins colorée. (Mais pour la couleur, je compte bien y remédier. Parce que cette expérience d'épure, m'a fait un peu perdre l'aspect joyeux et ludique que j'avais avant.)

Mais sinon, je me suis retrouvée au point de départ.

Enfait, j'ai trouvé ça rassurant. Comme si j'étais enfin chez moi.

Marie a dit…


Charlotte: C’ets ccol… Mais c’est vrai que je peux comprendre pour ceux qui sont plus vifs que ça peut être relou…
Bise bon week end à toi aussi!

Sandy: Merci.

Anonyme: C’est clair… Incorrigible je suis ;-)

Catherine: Y a un truc qui fait que malgré, ça nous constitue au-delà du regard de l’autre.
Bien sûr qu’on est responsable, la seule l’unie c’est moi, croire le contraire est dangereux.

E.: <3 C’ets très beau. ET puis l’épure y’a personne qui doit nous dire que c’est que du gris et du blanc… C’est ce qu’on veut, du orange et du vert par ex

Anonyme a dit…

Je me retrouve pas mal dans ce que tu dis, Marie. On pense qu'on va se trouver, évoluer, grandir, en cherchant le graal en fringues, make-up ou et autres, en testant, craquant pas mal de thunes....pour au final se rendre compte que tout ça reste bien superficiel est que c'est bon de se retrouver, bref de revenir aux fondamentaux car en fait, c'est vraiment "nous"....et c'est ça qu'est bon!

lunelo a dit…

boucle...ça me fait penser a l'album de claire diterzi.^^
et à nos boucles capillaires aussi.


en te lisant je ne pense pas à la sape. je me dis que nous passons (pour certains ?) notre vie à apprendre à nous connaitre. Cette connaissance de soi est plus ou moins aisée, immédiate pour certains qui ont une très forte conscience d'eux et de leurs besoins, parfois non, parfois oui et quand bien même nous allons nous laisser nous décentrer et nous rassembler de nouveau par le jeu de la mouvance sociale,des interaction familiales... mais nous réinventer aussi, nous réaccorder, assurer nos acquis. C'est un étrange ballet vraiment.

Vava a dit…

Chasse le naturel et il revient au galop, on est tout à fait dans l'esprit de cette citation, à une petite différence près : la cadence, parfois il revient au trot ;-)

Cécile a dit…

Hello Marie,
Oui c'est très beau cette boucle et je pense que ce n'est qu'en se "re"trouvant soi-même et en s'acceptant que cette belle boucle peut se transformer en belle spirale ascendante pour t'emmener vers les autres sans risquer de te perdre de vue toi-même ou de compromettre qui tu es. Parfois les boucles sont nécessaires à cela, c'est en tous cas ce que je pense pour moi. A chaque moment de sur-place agaçant je n'ai fini par reprendre de l'élan que lorsque j'ai eu mis le doigt sur le truc et intégré ce que j'avais à comprendre. Alors oui cela peut sembler fastidieux dit comme ça mais en réalité c'est aussi vraiment passionnant, pour moi c'est comme une quête de la vie... Bon je suis désolée si je semble un peu perchée mais voilà, ce sont mes petites pensées du matin ;-) Ah oui et surtout ce que j'essaye de ne pas oublier c'est de toujours trouver des petits plaisirs, réels, pas d'illusions, mais qui sont très simples, pour éviter la frustration et les excès qu'elle entraîne.Belle journée à tous/toutes

lilo2 a dit…

Tu me fais comprendre pourquoi, malgré mes achats diverses et variés, je porte toujours les memes choses : c'est chez moi... Par exemple, je m'obstine à acheter des chaussures à talon car je trouve ça superbes mais je ne les mets jamais (je suis pas confort dedans, et du coup, j'ai l'impression d'être presque déguisée...).
Je vais essayer d'aller vers ce qui me correspond vraiment... Par contre, question maquillage, j'ai bien du mal à me raisonner, surtout les produits teint que j'aodre tester.
C'est dur de trouver la "serenité" dans la consommation !!!

Anonyme a dit…

Et bim, dans le mille ! Bien dit Marie.
Puis j'aimais déjà ce post à la simple vue de la photo d'introduction et de la vidéo de Julien Doré <3 (combo barbe/chignon = h.o.t. !)

Des bises, et belle journée.
Crazy Clemcy

Peggy L a dit…

Oh la la.......... BAM la mega prise de conscience, mais oui c'est une evidence.... pareil pour moi je reviens toujours a mes basiques..
je compulse quand je suis mal.. quand je manque d'assurance, je vais la chercher dans les vetements... puis finalement le vetement inconnu etant une prise de risque, ou alors decevants car ne m'apportent pas ce que j'esperais... et bien Back to the basics...
c'est dingue je n'ai jamais pu m'apercevoir que j'etais moi aussi dans cette boucle !!
Merci !!!!!!!!

Sandra a dit…

Cette boucle là, ça correspond vachement à la mode nan ? Je veux dire qu'elle suit les tendances de ces dernières années ? C'est fini les bottes à poil et les trucs improbable, maintenant on revient toutes à nos stan smith et nos sweat gris ... Et quand on en aura marre, on retournera vers des trucs plus dingues non ? Au final, est-ce réellement ton cycle, ou celui de la sphère fashion tout entière ?

Marie a dit…


Anonyme: Oui voilà c’est exactement ça…


Lunelo: ouais c’est assez juste ce que tu dis…


Vava: ahahaah

cécile: Oui des plaisirs, les varier, je suis d’accord.

lilo2: Le classique acheter de stucs beaux sur les autres pour tenter de s’approprier leur truc, leur charisme, leur aura…

Crazy Clemcy: <3 Bise aussi

Peggy L: ah c’ets cool alors

Sandra: dans mon cas non, vu que je porte la même chose depuis toujours (sauf une tranche dans ma vingtaine) donc, c’est pas la mode même si en ce moment c’est à la mode le casual à outrance!

Sophie - Boudu Toulouse a dit…

ça m'fait penser à cette chanson de Francis Cabrel, tu sais...Je ne me rappelle plus le titre, il parle du vieil arbre tordu au milieu. il a beau faire le tour de la Terre, il y revient toujours.

bref, je te lis depuis environ mille ans, j'ai donc l'impression que tu es un peu une de mes meilleures amies, et en plus on a les mêmes cheveux, et j'ai souvent la même routine cheveux que toi : tente la marque Davines, une marque italienne plutôt clean, elle a fait de mes boucles blondes un truc de psychopathe.

plein de bisous,

Sophie