Pages

19.1.15

LE SPORT EN 2014

Battle Atlanta wand


 « Soyez sportifs assidûment, ça trempe le caractère, ça blinde, ça donne du souffle et de l'endurance, ça fait de l'effort quotidien un ami fidèle et familier qui finit toujours par conduire au succès.»

 Edmond Roudnitska, parfurmeur (Femme, Diorissimo, Eau sauvage ...)



 

Je n'ai encore fait aucun "bilan" de l'année 2014, mais comme j'adore ça, je remédie tout de suite à cela en commençant par un bilan sportif (on fera cinoche, musique, sapes et make up aussi).

J'en ai parlé dans plusieurs billets, 2014 a été l'année de ma remise au sport "sérieuse". Quand je dis sérieuse, je veux dire régulière. J'ai couru cette année (surtout cette fin d'année) 2 à 3 fois par semaine. Après je reste dans ma tête une vraie néophyte et ne pense pas encore à faire une "vraie" course, une compétition, mais je ne sais même pas si j'en ai tellement envie en même temps...

Alors voilà ce que ma pratique sportive en 2014 m'aura appris: 

✔︎ Je suis mauvaise en course, je n'ai aucune aptitude réelle pour cette pratique sportive là. C'est sûrement la raison qui a fait que j'ai eu du mal à m'y tenir pendant plusieurs années, mais maintenant c'est devenue la raison pour laquelle je m'y tiens.
Si vous voulez, de votre côté, commencer le sport, soyons clair, il vous sera plus facile de vous tenir à une activité sportive dans laquelle vous vous sentez à l'aise, dans laquelle vous prenez du plaisir, mais pour une raison qui m'échappe encore, l'avantage principal que je tire de la course vient de ma prise de plaisir relative (et rare) de cette pratique.
J'ai toujours fait des activités, sportives notamment, dans lesquelles j'étais plutôt douée. Pas championne olympique mais avec des facilités qui nécessitaient peu de travail. Et comme j'avais des facilités, ça me coûtait peu de les pratiquer et surtout j'en tirais un avantage "d'orgueil" non négligeable.
Là, c'est autre chose. J'apprends enfin à perdre et à remonter en selle malgré mes résultats aussi très relatifs.
Je continue la course aussi parce que je suis mauvaise coureuse mais j'estime que ce n'est pas une raison suffisante pour ne pas essayer encore et encore. Être une piètre coureuse, l'assumer et pratiquer malgré cela, c'est bon pour ce que j'ai.
Et au bout du compte, j'en retire un truc profond, une fierté de remonter en selle alors même que je casse pas 3 pattes à un canard.
Je sais pas si vous voyez ce que je veux dire...

✔︎ Emballée par une pratique où je suis moitié nulle, tout un champs d'activité s'offre à moi... Le baby-foot, le skate, l'italien, la cuisine et encore plein de trucs en 2015 où je serai débutante donc un peu nulle mais ça sera pas grave.

✔︎ Envisager les activités en dehors du champs de la réussite est un monde tout nouveau pour moi. La mauvaise perdante (je suis super gravos ayant 80 % de mes copains refusant de jouer avec moi voyant comme je suis agréable et sympathique quand je perds) est bien emmerdée, j'ai de moins en moins besoin d'elle... bon c'est pas complètement réglé cette histoire mais c'est mieux.

✔︎ Même si je sais que je suis pas une championne de course, je me laissais facilement démoraliser par des mauvais chronos. Voir que des meufs faisaient un kilomètre en 5 ou 6 minutes et que j'en étais loin avait tendance, malgré ce que j'avais pu dire, à me faire me sentir comme une grosse patate incapable d'activer ses jambes. Sur les conseils de mon mec j'ai arrêté l'appli (Runastic) qui faisait que je sortais de chaque sortie course démoralisée. Je ne faisais jamais assez bien et ça avait l'effet inverse que ce que cela devait provoquait. La course est un outil de fierté, je ne cherche pas à être une championne donc je dégage le moindre truc qui m'éloigne de ces sentiments positifs. Pour le moment, les applis, je les laisse de côté. Ca me laisse dans une sorte de flou artistique qui fait que je ne sais pas tellement à quelle vitesse je cours, donc je crois faire bien mieux que ce qui se passe dans les faits. Après, est-ce important de ne pas bovaryser dans le sport? Non je ne le crois pas, l'important c'est de kiffer.

✔︎ J'ai couru avec des gens cette année. Ca a été une épreuve, sûre d'être trop lente je disais tout le temps que je ne voulais pas... En fait je ne voulais pas courir parce que je n'aimais panse pas  être la meilleure dans une activité (sinon la maturité en 2015 est à mon programme oui... Non parce que là je me rends parfaitement compte du ridicule total de la situation. Ne me juge pas!).
Et ça s'est révélé être une très bonne chose finalement. J'avais anticipé chaque course par un "ouais tu sais je cours doucement, tu risques de t'ennuyer, ça va être nul pour toi" alors quand les gens venaient courir avec moi ils étaient sûrs que je me faisais doubler par les marcheurs tellement j'en avais fait des caisses. 
Et finalement le regard et mots (ceux de mon mec qui a fait beaucoup d'athlé) m'ont vachement rassurés. Il m'a dit que mon rythme était assez bon...  D'un coup tous mes complexes liés aux photos instagram où je voyais des nanas courir beaucoup plus vite que moi se sont évanouis.

✔︎ Le blog de d'Anne Dubnidu toujours aussi inspirant.

✔︎ J'espère garder cette pratique là en 2015. Je n'ai pas d'objectif à proprement parler, simplement l'envie de continuer. Ce qui me paraît déjà pas mal.
Je continuerai à vous en parler régulièrement...

✔︎ Je viens juste de lire le dernier billet de Géraldine et ça me paraissait assez chouette de terminer sur la vidéo dont elle parle. 



Bisous smack et bon lundi


10 commentaires

(les chéchés) a dit…

Si tu savais comme je me retrouve dans tes mots... Bon, je n'ai jamais été une grande sportive (je suis dénuée de tout esprit de compétition... donc le sport, pour moi, c'était cool, mais jamais l'envie de me dépasser...) et depuis 3 mois, je m'y suis remise... piscine et... course. Le genre de truc qui m'ennuyait (je courrais 3 fois et j'arrêtais). C'est la première fois que je m'accroche et que j'y trouve du plaisir! Et que je progresse... C'est drôle, contrairement à toi, runtastic m'a beaucoup aidé. Je me fixe à chaque fois de petits objectifs (selon ma vitesse de progression, pas très folle!) et j'y arrive... souvent! Je en me compare pas aux autres filles... Ca me démoraliserait aussi! Ton billet m'encourage à poursuivre... Juste par ce que c'est bon, pas pour maigrir, ni parce que c'est bon pour la santé... Alors belle année 2015, avec du sport et du bonheur!!!

Anonyme a dit…

Hello Marie,

Je recherche désespérément un post ou tu avais mis ta liste de rap r'nb avec des morceaux bien chauds des années 90...
En vue justement d'élargir ma playlist sportive ;)
J'ai regardé dans macédoine et musique et je la retrouve pas... ca te dit quelque chose ?

Des bibis

Lauriane

marie777 a dit…

Hello, hello Marie,
En fait, je ne comprends pas l'engouement pour la course. C'est assez étrange pour moi qui suis une contemplative de voir courir des gens comme ça par centaines ... Parfois je me dis que les arbres doivent se marrer tellement c'est idiot de tourner comme ça dans un parc. C'est anti physiologique au possible, tout le monde le sait ou pas ???
Mais je pense que le marketing et l'industrie du sportwear a réussi à persuader la masse que courir c'était vraiment le summum de dépassement de soi.... Ce monde m'attriste de plus en plus, en fait.
Plus je le regarde de près plus je me sens cernée par le conformisme et le manque total de recul.
vive le sport :):)
xoxox

Céline / Shalima a dit…

C'est drôle, tu as mis le doigt sur quelque chose que je n'arrivais pas à définir... moi non plus je ne suis pas une "bonne" coureuse, je cours à max 8-9kms/h, ça n'a rien de transcendant, et c'est quasiment toujours difficile. Mais j'en retire quand même du plaisir, et mine de rien j'allonge mes distances (tout en gardant le même rythme, on va donc dire que finalement je progresse, non ?). Je fais des courses, je finis toujours dans les derniers, mais je m'en fiche, pour moi ce qui compte c'est de finir, pas le chrono ni le classement. Et ça pour la TRÈS mauvaise perdante que je suis, c'est nouveau ! Et c'est plutôt cool :)

Anonyme a dit…

Bah allez,vas-y,fais moi chialer avec la video à la fin. Et au fait, je suis très (très) contente de retrouver tes posts. Dingue comme tu nous manque alors "qu'on ne se connait pas"...Bise,olga

Marie a dit…



(les chéchés): Comme quoi une même appui prit aider ou tout le contraire.
Je suis trop dans la complétion de mon côté, et comme je suis plutôt mauvaise, ça me sape.
Bise et bon courage

Lauriane: Oh je ne me souviens plus du tout. je vais regarder.
Bises

marie777: ahahaah j’ai beaucoup ri en lisant ton commentaire. C’est une mode, tout simplement.

Céline / Shalima: Je suis comme toi. Si tu allonges tes distances, bien sûr que tu progresses, c’est ce que je me dis aussi. Après au vu de notre vitesse, faut poser une RTT à chaque jogging ;-)


Olga: Elle est trop kiki cette vidéo …
Bise

,

Contessa a dit…

Je suis devenue très cynique par rapport à ce constant encouragement au sport que pratique notre société.

je trouve ridicule de voir des médias sans cesse nous culpabiliser de ne pas faire du sport, alors que personne ne s'occupe jamais de ce qu'il y a dans nos têtes.

A quoi bon passer ses journées à faire du sport si l'on ne lit pas, si l'on ne réfléchit pas, si l'on ne perfectionne pas ce qu'il y a à l'intérieur de cette enveloppe? Pourquoi cette glorification à perfectionner notre corps, alors que ce qu'il y a dans nos cerveaux est bien plus important?

Rebattre les oreilles des gens avec le sport est une forme d'embrigadement que je ne supporte plus. Et quand qqu'un ose me dire: "quoi? tu ne fais jamais de jogging? " j'ai juste envie de lui répondre que moi, je ne l'emmerde pas à lui dire de relire 1984 de George Orwell par exemple, alors que ça urge bien plus.

Relisons les classiques, apprenosn à réfléchir et à nous méfier des dérives sociétales diverses (en fait, si j'aime ton blog, c'est parce qu'il est une sorte de labo prové d'analyse de ces dérives sociétales) et certes faisons du sport si l'on peut. Mais lisons d'abord, et devenons meilleurs avant de devenir plus beaux, ou en tout cas conformes à un idéal de beauté grec.

Marie a dit…


Contessa: Je comprends ce que tu veux dire, mais dans le même temps, en lisant ton commentaire je ne voyais pas pourquoi tu mettais culture (ou lecture dans le cas précis) contre pratique sportive.
L'un n'excluant pas l'autre on est d'accord. On peut et lire et faire sport.
Dans mon cas à moi, par exemple, je fais les 2.
J'aime le sport pour le rapport au corps qu'il implique et je ne trouve pas que mon corps (dans son ressenti pas dans son apparence) soit inférieur à mon cerveau.
Je milite au contraire pour le contraire, l'un ne prévaut pas sur l'autre à mon sens.

Contessa a dit…

Tu as tout à fait raison de mettre les deux à niveau égal. Mens sana in corpore sano.

Cependant, cette opinion saine ne me semble pas être celle qui est reflétée par les médias, et la société au sens large. Le sport y est généralement présenté comme l'hygiène ultime et suffisante de la personne. Je pense que l'hygiène ultime vient d'abord de l'esprit, et ensuite seulement du corps.

La pseudo-moralisation du sport m'agace... Le milieu du sport est injustement glorifié dans notre société par rapport aux acquisitions intellectuelles. Argent, gloire, et surface.

Je me suis dit ceci après avoir observé bien des gens complètement creux donner conseil à d'autres, moins musclés qu'eux mais bien plus sportifs dans leurs cerveaux.

Combien de fois peut-on lire dans les médias généraux (type 20h) des injonctions du type: "faites du sport?" et combien de fois voit-on "lisez?" ou "allez au musée" par exemple? combien d'injonctions culturelles de ce type? très peu.

L'injonction culturelle la plus pratiquée par notre société est "consommez".

Ce qui va parfaitement avec le culte de l'apparence prôné par le sport en général.

Voilà ce que je voulais dire.
Merci à toi de ces réflexions toujours passionnantes, Chic Fille.

Ma fine bouche a dit…

Bonjour Marie,

Je comprends en partie ce que tu veux dire. En effet je pratique la course à pied depuis quelques temps et mon amélioration en vitesse et distance ont participé à mon enthousiasme face à ce sport.

Je ne cours pas pour être à la mode, ça fait beaucoup d'énergie pour être seulement à la mode. Il faut en revanche reconnaître que la course à pied se pratique partout. Pratiquant un autre sport en club qui nécessite un partenaire et bougeant régulièrement, je suis toujours ravie d'emporter mes baskets avec moi pour courir.

Selon tes "critères" on peut dire que je cours vite, mais maintenant je suis toujours ravie de courir de temps en temps avec quelqu'un. En plus personne n'est jamais mort de courir lentement :-)

Je suis un peu perturbée par la remarque de Contessa, Elle est peut-être tombée sur les mauvaises personnes, mais rien n'empêche de faire du sport et de lire ! Je fais énormément de sport puisque j'ai deux activités sportives, je lis, je vais plusieurs fois par moi au cinéma et tout va bien pour moi. Je ne crois pas que faire du sport ne me rende meilleur que les autres, en revanche ça donne une meilleur version de moi-même.
Comme le dit Contessa, ce n'est pas parce que le sport est mis en avant que c'est mieux ou moins bien que lire ou aller au musée !

Je me sens mieux en faisant du sport que sans sport. Je me sens mieux en lisant, en allant au cinéma. Et pour les autres je crois qu'il faut faire les choses pour se sentir bien et non pas pour que les autres croient qu'on a une vie fabuleuses.

Merci Marie pour cet article et pour les commentaires toujours instructifs.