Pages

19.10.14

SPORT SEMAINE 1

nathan_sorrell_fyg


Nouvelle rubrique sur le blog.

Après la vidéo sur le sport que j'ai posté la semaine dernière, j'ai eu envie d'aborder le sport et mon entraînement (qui n'est pas du tout professionnel, je précise) de manière plus régulière et plus approfondie.

Si ça ne vous intéresse pas je le comprendrais bien sûr, mais je crois que je créé cette rubrique aussi pour moi. C'est une bonne méthode pour suivre régulièrement et précisément ce que je ferai.

Voilà comment je vais procéder, je vous parlerai chaque semaine de mes entraînements (avant / pendant / après) et du contexte dans lequel ils ont été faits.


Contexte

 Je sors de la période estivale où je peux difficilement m'entraîner. Je pourrais si je me levais très tôt mais j'ai une flemme monumentale pour ce genre de choses. Dans mes rêves d'identité, je serais cette meuf qui se lève à 6 heures et qui chausse ses baskets. En vrai, je ressemble pas à cette meuf.

Avant l'été je courais 3 fois par semaine, très doucement après avoir suivi les conseils d'Irène. Je vois que j'y arrive mieux, je ne suis pas à bout de souffle et finis chaque séance avec de l'entrain et pas trop de fatigue.

L'été arrive et en 6 semaines, je ne cours que 2 fois. La loose.
J'imagine ma régression totale et sais bien qu'une fois que je vais reprendre je vais me galérer ma race et d'avance, ça me déprime.

Un des trucs les plus relous dans le sport c'est la difficulté qu'on a à progresser et la facilité qu'on a à régresser une fois qu'on ne s'entraîne plus. Ca met du temps dans un sens et dans l'autre c'est quasi immédiat (j'en fais des caisses mais il y a de ça). Et putain c'est tellement pas juste (j'ai 5 ans laisse moi).

Comme ça commence à faire longtemps que je ne m'entraîne plus, j'imagine que je vais reprendre quasi du début.
Je me retrouve à ne pas avoir envie d'y aller de peur de voir où j'e suis assez persuadée que ça va être déplorable.
Je fais la  vidéo sur le blog où je vous parle de tout ça mais me sens vaguement imposteur au vu de ma pratique du moment. Vu que je pratique pas difficile de faire plus imposteur.


Dans les commentaires, l'une d'entre vous me parle du blog d'Anne Dubnidu, le blog mode et sport d'une jeune fille qui est devenue ultra sportive après avoir passé une bonne partie de sa vie à ne pas l'être du tout...

Anne est beaucoup (beaucoup) plus jeune que moi (elle a 20 ans). Elle court beaucoup (et bien, ses résultats sont là pour en témoigner), fait des courses officielles, du renforcement musculaire, est curieuse de tout un tas de pratiques différentes, elle est surtout ultra-motivée.
Je dévore son blog, surtout les posts sportifs qui me passionnent.
J'aime beaucoup ce que cette fille dit, ça me parle vraiment. Son côté solaire, ultra positifi, encourageante, "sky's the limit", me plait vraiment.
Plus je la lis, plus j'ai envie d'aller courir. La lire me motive, c'est décidé, le lendemain je vais y aller.

Footing 1

Lundi je remets mes baskets, une paire d'Asics ultra lourdes. Quand je les avais achetées, j'avais précisé au mec que j'étais débutante donc il m'a vendu une paire à grosse semelle sensée amortir mes pas lourds de néophyte. 
(J'ai depuis lu des tas d'articles qui me donnent super envie de tester d'autres baskets pour améliorer ma course mais on en reparlera)

Mon legging décathlon est moche et corsaire (le truc cumule), je sais qu'on s'en fout, mais putain là avec sa couleur passée et son élastique détendu, je ressemble à rien. On sait tous que c'est pas le propos, mais putain ça me motive pas.
T-shirt, banane (ouais je sais c'est la classe) et go. 
Je suis ultra motivée à force d'avoir lu les billes d'Anne. 
Les 6 premières minutes c'est l'enfer sur Terre comme d'habitude, putain que je suis lourde, putain j'ai du mal à délier mes jambes. Bien Marie l'arrêt du sport, tu te galères bien là, contente d'avoir flemmarder?
D'un coup une fulgurance dans le cerveau, si je me sens comme ça, c'est que j'ai 80 ans pas d'autre explication. 
Il faut que je m'échappe de cette sensation de jambes lourdes je vais pas tenir sinon.
Un Podcast devrait faire l'affaire.




Ecouter un vrai propos fait diversion à mon esprit geignant "c'est dur, c'est nul, pourquoi tu cours, ça fait mal. Viens on va boire du coca en se grattant le ventre...Allez s'il te plait qu'est-ce on s'en fout d'être mou".

Je cours 5 minutes. Je m'étire (toujours, habitude gardée du basket, certains disent qu'il ne faut pas s'étirer avant et/ou après course, je ne comprends pas pourquoi... Je le fais avant et après...).
Et je continue comme ça 3 fois 10 minutes à un rythme bas. Entre elles, je marche 1 minute 30.

Après les 6 premières minutes de souffrance, je commence à prendre le rythme.
Ma séance n'est pas glorieuse mais finalement ça se passe pas si mal.
Toujours motivée par les propos d'Anne qui reste dans un coin de ma tête, je me sens moins "seule".

Je rentre contente et assez fière (la course marche vraiment bien comme outil de fierté).
Lendemain, courbatures légères.


Footing 2

Si par exemple à la place de mon footing de mercredi on m'avait proposé de me planter des clous rouillés dans les poignets, ben tu vois j'aurais hésité... C'est dire l'envie que j'avais!

Claquée, je me force (doux euphémisme) à aller courir. Au vu de ma forme, je me dis que tant pis, je ferai que 20 minutes, je peux pas plus de toutes façons, je le sens. 
Je pars en soupirant toute mature que je suis.

Les 5 premières minutes, comme d'hab, qu'est ce que je fous là, pourquoi je me fais du mal, qu'est-ce qu'on s'en fout. 
Et là, histoire de bien me remonter le moral, podcast disco / sexy / Malibu / et short à paillettes / rigolade sur le temps qui passe (la vieillesse donc... Quelle bonne idée remonteuse de morale... je suis nulle en coach c'est évident. Coaching et dépression -__- )



Et puis comme pour tout (notamment la cigarette j'en avais déjà parlé ici), les choses partent dans une direction étonnante. Sans qu'on y croit, les choses se passent bien.
Les 20 minutes se transforment en 45 minutes à un très bon rythme, je suis bien, mes jambes se délient, je me sens, les 5 minutes toutes pourraves du début qui ne veulent rien dire passées, très bien. Très en forme.
J'accélère régulièrement, je sens que je peux le faire, j'écoute ce que je ressens et c'est cool.
Je rentre satisfaite et vraiment fière.

Comme quoi, l'état dans lequel on part courir n'est jamais révélateur de ce qu'on va vivre... dans un sens comme dans l'autre d'ailleurs.


Footing 3


J'en rentre tout juste. J'y suis allée sereine, sans envie particulière ni dés-envie.
Il va bientôt faire nuit, il faut que je fasse vite. Je chausse mes nouvelles baskets, j'avais envie d'une paire plus légère pour me retenir d'écraser mon talon sur le sol. J'y suis allée sans chaussette, à l'italienne ;-)

IMG_3831

 Et Dieu que ça a été chiant. Je me suis vraiment ennuyée tout la demie-heure où j'ai couru.
J'ai balancé un podcast que j'avais dans mon téléphone après avoir tenté de trouver un truc pas trop chiant... Il me restait qu'un truc avec et sur les Frères Dardenne, j'imagine bien que je vais me taper barre sur barre en l'écoutant (en boucle dans ma tête la voix de Joey Starr dans le film Le bal des actrices de Maiwenn, "les frères Dardenne, les frères Dardenne, j'm'en bats moi!")... Bon finalement les mecs sont plus légers que ce que j'imaginais mais je m'ennuie toujours autant.

Je cours dans une espèce de zone indus' qui veut rien dire...
Dernier footing de la semaine, nul.
Je me suis sentie lourde, lente, molle... ce qui était plutôt vrai d'ailleurs.
J'ai réussi à tenir 35 minutes mais je reviens sans entrain particulier ni fierté.
Bref, double nul ce footing du dimanche soir. Sans intérêt. 

(-__-)


Je vous mets ma playlist de la semaine. J'alterne podcats et musique quand je cours.
J'essaierais de le faire à chaque post.

J'espère que ce post vous a plu...

Je vous love, bon début de semaine. 




28 commentaires

Solenn a dit…

Arf j'ai un peu le même souci, l'entrain se dégonfle au bout d'un moment et je n'arrive plus à me motiver. Au début ça allait, puis plus le temps passait, plus je me lassais. Ajoute à ça deux trois frayeurs que j'ai eues en croisant des types hyper chelous qui te regardent et se mettent à courir derrière toi sur un chemin où tu es complètement seule et depuis, je ne cours plus du tout. Non seulement ça m'ennuie, mais en plus j'ai peur (alors que j'avais bien progressé).

Du coup je sais pas vraiment quoi faire.

J'adore ces posts moi, j'me sens moins con :)

Bisous !

Anonyme a dit…

@ Solenn : oui , effectivement, les mecs chelous ça fou les boules. Et malheureusement, on passe toutes un peu par là quand on commence à courir régulièrement.
Pour être tranquille, j'ai suivi les conseils d'une amie triathlète, elle allait courir un peu n'importe ou, et souvent de nuit l'hiver, donc elle a été amené à croiser un paquet de mecs bizarres, exhibitionistes, etc y parait qu'on réveille leur "instinct de chasseur" en courant. Encore un truc qui m'enerve profondement.

Bref, pour toutes celles qui veulent être à peu près tranquille et se sentir sereine même dans des endroits "isolés" moi j'ai acheté une petite bombe qui tient dans la poche, c'est un "jet de poivre pour animaux agressifs" LOL le vendeur m'a fait un clin d'oeil en me disant qu'il n'y avait que des nanas qui achetaient ce produit. Au moins, j'ai ça sur moi, et parfois ça aide a être un peu moins flippée dans les endroits "déserts".
Voila, et contrairement a une bombe lacrymogène , le jet de poivre est parfaitement légal (et efficace car très irritant). Je n'ai jamais eu à m'en servir, mais après une mauvaise rencontre, ça m'a rassuré. L'amie qui m'en avait parlé elle, n'a eu à s'en servir qu'une fois, et rien que le fait de tenir sa bombe lacrymo en main, le mec a flippé et s'est barré dans les bois (courage : courage) !

Irène

Anonyme a dit…

Marie, la meuf qui se lève à 6h et qui enfile ses baskets : t'as trop regardé Rocky toi !!

Irène

Aurore a dit…

c'est relou de se sentir "obligée" de faire du sport... on devrait être programmé avec ce gène et pas celui de la flemmardise. Genre "partir bosser en courant alors que je suis à 10 km? no problemo". Alors que moi je suis du genre à attendre l'ascenseur pour un étage... quand je vois mon fils de 5 ans, que tu lâches dans un espace sans voiture et qui se met à galoper dans tous les sens, je me demande quand on perd ça...

Aurore

Anonyme a dit…

Hello Marie,
Au sujet des étirements : Il ne faut de préférence pas s'étirer avant l'effort car cela "endort" le muscle. ça diminue donc la performance, et ça peut même être dangereux. Pour la course à pieds, le mieux est de faire un petit échauffement à rythme très lent, quelques accélérations, des talons-fesses et autres joyeusetés du genre pas chassés, pour dérouiller les jambes, faire un peu monter l'acide lactique, et les faire travailler un peu dans tous les sens avant de courir pour de bon... Mais les étirements à proprement parler sont à réserver à l'après effort. Et si possible, pas tout de suite après l'effort. Il vaut mieux attendre une demi-heure, une heure, que les muscles soient un peu moins chauds pour éviter les risque de blessure en étirant un muscle trop violemment à chaud (quand le muscle est chaud, on ne sent pas la douleur, donc on risque d'aller trop loin. De toute manière, un étirement ne doit jamais être douloureux).
Pour le reste... Parfois il faut atteindre ce qu'on appelle "le second souffle" ! C'est dur au début, on en est quasi à arrêter, et puis tout d'un coup les jambes continuent seules, la respiration se fait plus facile, les sensations deviennent bonnes... Et c'est le pied !!
Quand on progresse, on court de plus en plus sans musique, sans rien dans les oreilles... Enfin, moi c'est comme ça en tout cas, et tous les coureurs autour de moi aussi... On devient vraiment concentré sur nos sensations, notre respiration, et tout ça... Et la musique devient plus un élément perturbateur qu'autre chose. Tu nous diras dans un prochain poste, peut-être ;)
J'aime beaucoup la manière dont tu parles de ta pratique sportive. Je te souhaite plein de belles choses en course à pieds (et pour le reste aussi bien sur !!).
Pauline

sandrine a dit…

j'ai hallucinée quand j'ai vu les titres des podcasts que tu écoutes pour courir... tu m'étonnes que c'est la croix et la bannière! ça l'air bien, mais putain t'es courageuse dans ce contexte... ou bien un brin masochiste surtout pour le premier la " paresse empêche t-elle la construction de soi" ( le prend pas mal, mais je me suis imaginée la scène, j'ai rigolé).

étrangement, si j'étais une adepte de la course j'aurai tendance à écouter que de l'électro ( pour le côté "informel", machinal, mécanique du truc) du type jon hopkins
http://www.youtube.com/watch?v=acFxRQWiMEQ
mais bon je suis pas sportive. courage

matou a dit…

"Je pourrais si je me levais très tôt mais j'ai une flemme monumentale pour ce genre de choses. Dans mes rêves d'identité, je serais cette meuf qui se lève à 6 heures et qui chausse ses baskets."
=> j'aurais pu l'écrire^^

Bref moi aussi je me suis mise à courir, après avoir dit à tout le monde que cette mode de se mettre à courir était pourrie, courir c'est nul de toute façon. Alors moi aussi je me galère (mais moi de base je ne suis PAS DU TOUT sportive), mais en faisant 2 séances de 15 à 20 minutes par semaine, tout doucement, avec des playlists 'running' etc, j'avoue que même si je n'arrive pas à dire "j'aime courir", disons que j'aime le fait d'aller courir. J'ai été à la piscine régulièrement pendant 1 an et là je compare les 2 et essaye de voir les bons côtés du footing : seul (moi j'adore), avec de la musique, pas de vestiaire, pas de bruits et de cris, pas d'abonnement, pas d'horaires, je fais COMME JE VEUX. Et c'est ça qui me motive le + finalement, en plus de tous ces blogs dont tu parles. Mais ton propos me rassure, ce n'est pas SI simple de se mettre à courir, c'est normal d'être tout essoufflé et tout rouge, de ne plus en pouvoir. J'espère moi aussi réussir à atteindre le stade où je me dirais "oh finalement c'était pas si dur" et où je serai moins en nage. Bisous, plein d'encouragements ;)

Mc a dit…

Hello, Perso j'ai réglé le problème d'impression de jambes lourdes de deux manières. Avec des semelles ortho et des boosters. Je ne sais pas quelle est l'influence de l'une et l'autre car je les ai achetées en même temps. Les semelles ortho se font chez un podologue. En général c'est remboursé par les mutuelles et sécu. Elles corrigent les "défauts" de ta voûte plantaire et te permettent d'avoir moins de douleurs sur l'ensemble de la jambe puisque ça se répercute. Pour les booster, ce sont des chaussettes de contention (on en trouve des jolies!), ça joue sur la circulation et le retour veineux. Depuis que j'ai ces deux "aides" je n'ai plus l'impression d'avoir deux boulets aux pieds quand je cours.
Bises

RENARDEAU a dit…

Bonjour,

Déja, je trouve ca assez rigolo de courir avec une banane (je ne pensais pas que cet accessoire était encore utilisé par les moins de 60 ans).
Ensuite pour le sport, je suis parvenue a la conclusion que (pour les gens comme moi a tendance a la fois psychorigide des regles de vie a suivre ET flemmasse de compétition), ca ne fonctionne que si c'est un sport ou on ne sent pas la douleur. Dans mon cas, la danse marche bien, ou les sports collectifs (type badminton) parce qu'il y a tellement une dimension de plaisir/jeu/joie dedans qu'on ne sent pas la fatigue. Pour moi le footing est le sport le plus dur parce que c'est juste toi contre toi, il n'y a aucune dimension de plaisir dedans je trouve (sauf quelques jours bénis ou on sait pas pourquoi, tout roule). Et puis le footing favorise la rumination mentale; on est vraiment dans sa tete a tourner en rond, on sort pas de son corps. Or le sport est chouette je trouve quand il permet d'oublier sa tete un peu.
Voila, c'est mon laius anti-footing (et puis aussi je suis un peu hypocondriaque et il parait que c'est pas bon pour le dos et les genoux)

Tibo a dit…

Super intéressant de suivre tes impressions car on s'y retrouve... Les moments durs, les moments de "presque grâce" :-p Moi j'ai suivi un programme pour m'y remettre en douceur, ça coïncidait bien avec l'arrêt de mon sport habituel (natation) pendant l'été. Ça se passait bien, je suivais les instructions 3x / semaine, mais depuis que c'est fini le rythme a baissé... Heureusement le sport a repris, depuis j'essaye tant bien que mal de courir au moins une fois + la piscine !
Je trouve aussi que le contexte compte beaucoup. C'est un peu relou de faire les mêmes parcours, alors qu'une course pendant les vacances ou en forêt ça dépayse et ça motive je trouve.

Jess a dit…

super contente que tu fasses cette nouvelle rubrique sport, j'adore te lire et t'écouter sur ce sujet!
(sur d'autres aussi hein, on est d'accord)

je me reconnais beaucoup dans ce que tu racontes, passage du sport collectif au rien en pensant que je suis toujours sportive, puis la course et la galère!
(le coca en se grattant le ventre ça me parle vachement par exemple)
(surtout qu'avant quand je m'entrainais 3 fois par semaine (bon ok et aussi que j'avais 16 ans) je pouvais m'enfiler un paquet entier de cookies trempés dans du lait et même pas mal)
(bref)
en tous cas tes conseils via Irène m'aident beaucoup, j'ai commencé à super ralentir le rythme et pof je cours plus longtemps et je me sens mieux!
bon ce qui aide aussi c'est que la plupart du temps je ne cours pas seule et du coup le fait de se motiver à plusieurs ça aide beaucoup et puis on papote donc on voit moins le temps passé.
mais quand je suis seule, je mets en général une chanson en boucle que je kiffe avec un bon rythme (genre X0 de Beyonce) et je pense que la répétition de la chanson m'aide à être un peu dans ma bulle et donc à ne pas penser à mon souffle, au fait que je me fasse doubler par tout le monde ou à commencer à calculer 1 chanson = 3 minutes donc encore 10 chansons arrrrfffff j'en peux plus!

j'y vais ce soir, je penserai à toi!

xsmack

Marie D. (toujours là!) a dit…

Ah génial une rubrique sport, peut-être que suivre tes progrès m'aidera à me motiver ! Parce que pour l'instant je suis la reine des excuses : trop chaud, trop froid, trop fatiguée, pas le temps...Et là avec la nuit qui arrive super tôt, ça ne va rien arranger !
Du coup je m'auto-exaspère de ma larvitude et me contente de me projeter comme une future sportive... J'ai même acheté "le cahier running des paresseuses", bon non j'avoue c'est ma maman qui a force de me voir essayer de puiser une motivation dans son contenu à chaque fois que j'allais en librairie a dû en avoir marre/ou pitié.
N'empêche que la tenue doit jouer un rôle super important je pense dans la motivation (si on aime la mode) mais bon soit on achète pour se motiver en se disant qu'il faut rentabiliser l'investissement et ça marche (ou pas) soit on attend en se disant que ça sera une récompense...dure dilemne ! Moi j'attends j'attends, c'est à priori ce à quoi je suis la plus endurante !!
Des bisous

anna a dit…

Alors moi Marie, (peut-être que ça a déjà été dit) mais je pense que si tu n'arrives pas à courir c'est que ce n'est pas TON sport.
Moi j'ai fait beaucoup de danse depuis très jeune jusqu'à ado. Puis j'ai arrêté (parce que j'étais une conne d'ado qui veut plus rien faire, bref) et j'ai repris plus tard, vers 22 ans, la danse et ça ne plaisait plus, je ne m'amusais plus, je trouvais ça dur, pas satisfaisant, je me trouvais nulle, mauvais pour l'estime de moi en gros!
Et il y a trois ans, je retente l'école de danse (j'ai 30 ans) et je m'inscris au pif à un cours de Pilates. Et depuis, je ne m'arrête plus, j'ai trouvé MON sport. Je ne le vis jamais comme une souffrance, je ne me demande jamais ce que je fais là, je ne peux pas me payer plus d'un cours par semaine donc j'en fais chez moi dès que je peux, et je connais enfin le "bien-être" du sport (ouais).
En outre, j'ai tenté la course cet été, et j'ai détesté, je ressentais pareil que toi, douleur, lourdeur, manque d'endurance, l'impression de ne pas progresser...on en parle de ta tronche après la course?écarlate et transpirante pendant 1 heure? J'ai ressenti le bien-être une heure apres ma demie-heure de course, mais je trainais les pieds pour y aller, j'ai arrêté, ça n'est pas mon truc.
Bref, en gros je ne conçois pas, plus, de faire un sport qui me remets en question, qui me fais me sentir nulle, etc. Si c'est ça, c'est que ça cloche, ça n'est pas le bon sport.
C'est ma théorie.
Bisou

Anonyme Amande a dit…

Il est bien tombe ce post, je t avoue honnetement qu en voyant le titre, j ai failli passer mon tour comme pour certains autres articles qui me concernent moins, mais j ai vite compris que ca serait la meme situation d evitement que celle que j ai a l egard du sport (la pratique) depuis le mois dernier !

J avais commence a courrir en debut d annee, vite ravie de mon choix (rapport a comme tu l ecrivais, c est le seul sport que l on peut faire n importe ou et qui ne coute pas d argent), la stagnation de mes resultats avait eu raison de ma motivation et je m etais tournee vers la natation ou j avais vraiment des sensations super chouettes.
Puis un demenagement et plein de choses a regler plus tard et patatras, voila quasi 2 mois que je n ai plus rien fait, je ne me force plus, me trouve des excuses... et je me sens tellement pas fiere de moi!

Alors la je lis ton post et j ai envie de t accompagner, j habite a present face a superbe parc le long d une riviere en ville alors je vais rechausser mes baskets, et enfin remettre mon maillot de bain dans le sac a cote des palmes.
Come on !!!

ps : merci pour l idee du pod cast, je n y avais jamais pense je trouve ca genial !!!

Shoubbs a dit…

Hello!

Alors j'ai déja du le dire mais je me retrouve vachement dans ton approche du sport, tes motivations et la flemme envahissante.

J'ai trouvé d'ailleurs l'inspiration aussi sur le blog d'Anne qui est très pedagogue et motivante!

Comme toi je me suis remise au running recemment. Et je traverse actuellement "la crise des 6-8 semaines": demotivation totale, fatigue (flemme?) absolue, et une grosse creve (ce qui n'arrange rien meme si ça n'a pas vraiment de rapport).

En fait je me suis rendu compte que j'avais voulu faire "trop bien" trop vite. Donc je suis redescendue à 2 runs par semaine, avec du yoga quasi quotidien (mais c'est un autre sujet). J'attends que la crise passe sans baisser les bras!

Hate de lire la suite de tes aventures!

Anonyme a dit…

Mais fait être américaine et vivre sur la côté ouest pour se lever à 6 heures et aller courir, non? Si, si!!!!!
Bon pis au vu de tes temps de course, tu n'es pas trop rouillé, ça va! :-)
Alex

Aléa a dit…

Je te rejoins totalement au niveau de la motivation. C'est dur d'y aller surtout quand on n'aime pas le sport. Mais le running c'est définitivement ce qui me coûte le moins tant au niveau de l'investissement financier, qu'au niveau du planning ou qu'au niveau coût physique/fatigue ( en courant doucement bien sûr). J'ai téléchargé l'appli running de Nike avec le coach virtuel c'est une aide en plus pour la motivation. Par contre lorsque je cours j'écoute toujours le même album. C'est mon album running ça doit me conditionner je pense. Je n'aime pas courir avec autre chose.
Comme toi à chaque fois que je commence à courir, je me demande toujours ce que je fous là… Et puis après je suis contente de moi. D'y être allée… Car ça fait du bien physiquement et au niveau psychique aussi. Mais le plus souvent c'est vraiment dur physiquement. Je cours et en plus j'ai l'impression de tirer un poids mort. C'est con de vieillir…

Marie a dit…

Comme je te comprends...
Mon dieu que ce footing est une torture... physique mais SURTOUT psychologique. Pourquoi cette fierté et ce bien-être qu'on ressent après un jogging, ne nous pousse pas à aborder le prochain avec envie ?
Ca va faire un mois que je n'ai pas promené mes running et la souffrance de la culpabilité est bien pire que celle endurée en courant.
Bonne idée les podcasts en tout cas.

Bisous Marie !

Marie

emyb a dit…

Bonjour Marie,

Faut absolument que je te parle d'un truc. Rien avoir avec le sport ou cet article. Si ce n'est peut-être la musique qui se trouve omniprésente sur ton blog. Et que j'adore.

J'ai découvert "Onuka". Connais tu ? Surement. Je suis toujours la dernière au courant. Mais Onuka. Je trouve que c'est de la bombe. Surtout sa chanson "Around Me" ainsi que "Noone". Et puis tout son album, enfait.
C'est de l'électro mais ne me demande pas de définir le genre musicale exacte.
https://soundcloud.com/onukaofficial/around-me

Sinon, connais-tu le groupe belge "Oscar and the Wolf", une tuerie. Son hit notamment, "Princes".
https://www.youtube.com/watch?v=abXzR8J7aHY

Et puis une dernière trouvaille, française, Poom.
https://www.youtube.com/watch?v=m2_iih1U2gk
Si tu aimes, leurs chansons sont gratuites sur Soundcloud, il me semble.

Je sais pas pourquoi, il fallait absolument que je t'en parle.

Bises

Claire a dit…

Salut Marie! je lis et adore évidement tous tes posts mais cette fois ci, je ne peux pas ne pas commenter! Je voulais te dire que tu es courageuse d'aller courir, malgré la flemme etc..
J'ai (re) commencé à courir en tout début d'été, suite à une rupture amoureuse douloureuse. J'habite aux 2 Alpes et rester chez moi toute seule le soir en rentrant du boulot me déprimait plus qu'autre chose et l'autre alternative, c'était aller boire des coups jusqu'à pas d'heure, no way. Alors je sautais dans mes chaussures de running et j'y allais. je te raconte pas comme j'en ai chié la première fois (les 2 Alpes--> 1600 m d'altitude. née et grandie à Marseille, je suis pas vraiment un animal des montagnes!)mais je m'étais fixé un endroit auquel je devais arriver et j'y suis arrivée. et le lendemain un peu plus loin. et c'était parti comme ça.
Le soir je rentrais du boulot et direct, je me changeais et j'y allais. pas motivée, mais pas démotivée, comme une question d'hygiène plutôt, un geste comme se laver les dents après le repas, on n'y pense pas, on le fait par réflexe.
Je sais que ce n'est pas très bien d'aller courir tous les jours, mais c'était au début 10 minutes, pour arriver finalement à 40. Mais je savais que si je n'y allais pas tous les jours, au bout d'un peu de temps, je n'y serai plus allée, le caractère répétitif et routinier m'a tenue!
Dans mes oreilles, il y a de la musique ou des podcasts comme les "là-bas si j'y suis" qui tiennent mon esprit occupé à réfléchir aux thèmes qu'il entend et pas à la flemme qui peut me reprendre parfois.
Au fil des séances, mon corps s'est sculpté(on va pas se mentir, devenir bonne est motivant!), mon esprit s'est éclairci par rapport à la situation de rupture que je vivais et par rapport à ma vie en géneral. Le fait de se donner des objectifs et de les atteindre, ça peut paraitre niais, mais ça aide beaucoup sur l'estime de soi.
Voilà, dimanche pour la premiere fois de ma vie, je me suis levée tôt pour participer à une course officielle, oh pas grand chose, un 5km, mais avec dossard, un gars qui crie au micro, une puce qui compte ton temps, et une musique pleine de suspense au moment du coup de pistolet de départ. il y a 3 mois, je n'aurais jamais imaginé faire ça, maintenant je suis HYPER fière de l'avoir fait, et j'ai envie de recommencer!
Voilà, vive le running et go Marie go! tu tiens le bon bout!

PS: merci pour la découverte du blog d'Anne, que je ne connaissais pas et qui est devenue mon idole!!
la phrase "sky's the limit" résonne en moi: hier une de mes copines m'a raconté que son mec qui ne savait pas nager l'année dernière a fini l'Iron Man d'Embrun cette année.. sky's the limit, vraiment!!
Love sur toi

Gaelle a dit…

Hello :)

Déjà change de pompes, prends des nike, elles sont belles, elles sont bonnes, elles sont douces, et l'amorti te change la vie (+la légèreté). Perso quand j'ai arrêté de cloper, désireuse de surtout pas grossir, je me suis lancée dans le combo gym suédoise yoga running, et bien m'équiper (tee shirt rose & cie) m'a permis de me sentir bonne avant l'effort (héhé).. je sais c'est un peu idiot mais crois-moi, ça compte.
et après une idée de playlist : animals, martin Garrixn rock the house, afrojack, don't stop me now de queen...

Anonyme Amande a dit…

j ai ADORE le post de Claire ci dessus ! en plus je connais bien les 2 Alpes et je peux confirmer que c est pas facile facile !!!

Marion a dit…

Oui c'est top comme article! J'en veux d'autres :) Moi qui était une grosse feignasse il y a quelques mois, le blog d'Anne m'a aussi bien motivé et depuis j'essaye de courir régulièrement (au moins 1 fois par semaine), j'ai fait des courses officiels (we own the night, la parisienne, les 10km Paris Centre) et mes résultats évoluent toujours !
Mais malgré tout, j'aimerais moi aussi être la fille qui se lève à 7h le matin pour faire son sport, et enchaîne avec sa journée de boulot. Mais... je n'y arrive toujours pas! Un jour peut être ;)
En tout cas super enthousiaste pour de nouveaux articles sport :)

Alice a dit…

J'aime cet article, très humble et très réaliste sur les difficultés de la reprise. Je ne suis pas d'accord avec les "c'est probablement pas ton sport" parce que si tu t'y remets après 2 mois de quasi-arrêt, je pense que c'est parce que tu y prends quand même du plaisir - et je conseillerais pas à qqun de se forcer dans le cas contraire. Les gens qui pratiquent des sports co' s'arrêtent souvent l'été et tout le monde trouve ça normal, que je sache. On galère tjs un peu à retrouver nos sensations à la reprise, c'est comme ça, et dès la 2e semaine, en général, c'est mieux. Perso, j'adore courir l'été mais en revanche, l'hiver, quand pour des raisons universitaires ou pro, je ne peux sortir que de nuit par 3°C, y'a pas moyen et je remplace par autre chose.
Autre petite différence amusante : je supporte pas la musique quand je cours. C'était pas le cas quand je commençais et que le moindre footing de 30 min était une torture pour le palpitant mais maintenant je trouve ça + relou qu'autre chose, les écouteurs tiennent pas en place, ... Et chose très bizarre, je me fais rarement chier quand je cours sans musique, je réfléchis à ma journée, je me concentre sur ma respiration, sur le bruit de mes pas dans les feuilles, le paysage (plus facile à faire ds une jolie forêt que dans une zone industrielle, c'est sûr), sur le cardio qui monte pendant l'exercice, sur mes muscles qui se détendent peu à peu, en bref, je prends le temps d'apprécier l'effort en lui-même, le temps que je prends pour moi, mon cerveau est en mode "positif" plutôt que "putain quand est-ce que je finis ?" - bon, à part si j'ai une limite de temps bien bornée du genre "faut absolument que je sois rentrée à telle heure", ça, ça a le don de me stresser. Je te le concède, c'est un peu contemplatif, "zen" comme posture et ça demande d'être travaillé limite au même titre que les tendons, le souffle et le reste, mais depuis que j'ai réussi à faire ça, j'ai tjs envie d'aller courir, bizarrement. Je dis pas que ça marchera pour toi parce que tout le monde est différent mais si tu n'avais pas essayé, ça vaut peut-être le coup ;)

Anonyme a dit…

Bonjour Marie
Je te suis depuis longtemps, j'aime tant tout ce que tu dis, toujours juste, et en plus , tu me fais beaucoup rire. Je voulais non pas parler de sport, mais comme tout ça nous ramène aussi au bien être, et donc au bonheur, je ne sais pas si tu as aussi écouter parfois les grandes conférences sur france culture. Mais il y en a une qui t'intéresserait peut-être (j'ai l'impression que le podcast n'est plus dispo mais j'ai l'émission si ça t'intéresse): Alain Maurois et le bonheur. Malgré l'aspect pontifiant de l'intitulé et du début de la conférence, c'est génial. Super aussi un des derniers "nouveau chemin de la connaissance", sur le luxe... Bref, un vrai pêle mêle ce mail mais quand je les écoute, je pense à la pertinence de tes propos; Bon vent!
une bretonne exilée

Bunny a dit…

Yo Marie !

J'ai chopé le vogue homme hors-série Automne 2014-Hiver 2015 et il y a tout ce que tu aimes en somme.
Du Louis Garrel, du Xavier Dolan et du Jacques de Bascher !

Ciao bella ;)

peachylau a dit…

Salut Marie,

Bravo pour t'y remettre. C'est dur mais je suis certaine que tes progrès vont vite se voir et que cela va t'encourager.

Hors période d'entrainement pour des courses, je ne suis pas souvent motivée pour courir 3 fois par semaine, mais si je le fais, je fais 3 sorties différentes comme décrites dans le lien ci-dessous:
http://runners.fr/la-regle-des-trois-seances/

Sinon j'essaie au maximum de ne pas me mettre la pression, de me dire que c pas grave si je vais courir 10 min seulement ou que je marche car je fais quand même du bien à mon corps.

Marie a dit…


J’ai mis trop de temps à répondre… on est tous d’accord.
merci pour vos commentaires