Pages

7.10.14

LE SPORT X PROGRESSION X LES AUTRES

J'avais très envie d'aborder cette question autour du sport avec vous, en vidéo c'est toujours plus vivant.
J'espère que ça vous plaira.



PS: Je me galère vachement avec les réglages de mon appareil photo (l'autre, le vrai qui fait net). C'est un Sony Alpha, et en mode vidéo j'ai toujours très mauvaise mine et c'est très agaçant.
Comme je suis néophyte, j'ai juste besoin de savoir s'il y a des choses à avoir ou s'il faut juste faire des tests, peut-être vous pourriez me dire.

Allez, bisous smack. Bonne journée

34 commentaires

Greluche a dit…

Aaaahhhh félicitations !

Pauline - Do you train ? a dit…

Dans le sport, si tu en as fait beaucoup tu le sais, tout se joue finalement au mental (enfin presque..) donc très intéressant que tu interroges ton cerveau pour faire avancer tes jambes :)

Le fractionné c'est dur dur mais n'imagines pas que ta grande carrière de runneuse soit derrière toi, j'ai commencé à courir il y a 2 ans et je me fais toujours balader par les "vieux" sur les courses longues distances. Un jour tu feras un marathon easy !
Bon run,
Pauline

Clemz a dit…

Intéressante cette vidéo et cette idée de courir moins vite. Je vois bien ce que tu entends par l'idée d'être accablée par l'ennui au tout début d'une course et se demander ce qu'on fait là. Pour ma part il y a des périodes où j'arrive à me motiver et d'autres lonoogues périodes ou ce n'est pas possible. En plus maintenant j'habite sur une butte donc se motiver est encore plus dur parce qu'après être descendu il faudra remonter et ça, ça a tendance à couper tout mes élans... Mais j'aimerais bien m'y remettre comme tu dis une bonne fois pour toute, sur du long terme.
Merci pour le partage.

Juju a dit…

Tu as cette faculté à mettre l'auditeur à l'aise et à donner cette sensation qu'on est de bonne copine qui buvons un café en discutant de la vie qui est tout à fait bluffante est très agréable. J'apprécie toujours beaucoup tes post. Et sur ce sujet, je suis moi aussi une sportive de jeunesse, qui a fumé des clopes après le bac et festoyer pas mal, et qui a laissé un peu le sport de côté, pour maintenant faire un peu plus attention à mon corps (yoga, piscine...). Ça fait deux semaines que je cours, et que j'essaie d'apprécier cela (pour le moment ça s'apparente plus à la corvée qui fait du bien à la culpabilité) donc ton post tombe à point: demain je vais courir moins vite!

Anonyme a dit…

Vive les vidéos sportives !
Je te conseille les courses nature (trail) pour un maximum de bénéfices !

Lu

shoubbi a dit…

Je me reconnais tellement ! Je me suis mise à la course à pieds cet été. Et comme toi, je lutte. Mais petit à petit, je vois les progrès, sur mon endurance, sur ma résistance à l'effort, et presque sur ma vitesse. Une bonne part de ma motivation vient effectivement d'internet et des filles archi motivées comme Anne Dubndidu.

Mon seul apport, serait de conseiller un peu de renforcement musculaire en plus. Hors de toute logique de poids (personnellement je ne m'arrête pas à ça, enfin... bien sur que j'aimerais bien perdre un peu, m'affiner, me sculpter, mais je préfère me fixer des objectifs "à faire" pour ne pas me démotiver si je n'ai pas les résultats "visuels" attendus) j'ai constaté que ça m'avait bien aidé à m'améliorer. En renforçant mes muscles, ils me "portent" mieux et donc l'effort passe mieux... voila !

Comme je l'ai dit, je ne me focalise pas sur les résultats "silhouette" (contrairement à ma mère... c'est elle la psy et c'est moi qui vit le mieux mes complexes...), en revanche j'ai constaté suffisamment de bienfaits pour avoir envie de continuer (même si courir c'est chiant comme la mort): je dors mieux, je suis moins stressée, de meilleure humeur. Une meilleure moi !

En tout cas tous mes encouragements pour le sport !!

Elena a dit…

J'ai lu à ce sujet que les personnes qui courent retirent énormément de bénéfices sur la santé par rapport aux personnes qui ne courent pas... mais le plus étonnant est que même les personnes courant pas vite du tout et pas très longtemps arrivent à retirer ces bénéfices pour la santé ! Alors continue, c'est très positif !
Très chouette vidéo !

Camille a dit…

Comme toi, j'essaie de courir le plus longtemps possible sans forcer. Je trouve ça essentiel d'être dans un rythme dans lequel on se sent bien, qui permet de méditer et, en même temps, qui ouvre comme tu dis la voie à la progression sur le moyen-long terme. Je pense souvent à ces hommes d'un peuple qui peuvent courir toute une journée pour chasser un félin, ou encore à ces marathoniens dont l'effort est si beau. mon objectif, courir longtemps et loin, et pas vraiment de mesure de la performance, pas de montre, juste regarder l'heure en partant et en rentrant.

Marie D. (encore une!) a dit…

Des années lumières que je te lis en cachette mais là j'étais obligée de commenter !
Merde, ça fait du bien ce que tu dis Marie !!
Tu m'as grave insufflé de l'espoir pour mes infructueuses tentatives de courir.
Je me suis dit la première fois, bon allez tu cours doucement mais 10 minutes, c'est quand même la base. Force a été de constater que j'en ai pas été capable. Rebelote 1 an plus tard (persévérante la meuf), mais à un rythme tellement lent que même les promeneurs du dimanche me sprintaient. Bref, adieu l’ego et bonjour l'espérance de vie augmentée, je suppose.
Mais là du coup faut que je me remotive de nouveau. Et la progression rapide de la plupart des blogueuses que je lis n'aide pas.
Heureusement, t'es là (même si t'es quand même bien plus balèze que moi).
Des bisous

Clairette a dit…

Ce sujet m'intéresse beaucoup car il me touche comme bcp de filles de notre génération donc ça me plait que tu décides d'en parler, Marie.
Je suis à l'inverse de toi une non sportive-née, typiquement celle que personne ne voulait prendre dans son équipe ; A 25 ans j'ai décidé de me prendre en main en passant par la piscine, la course à pied, puis enfin la salle de sport assez intensive depuis l'an dernier. J'ai découvert l'adrénaline, le dépassement de soi et j'ai bcp aimé ça. Aujourd'hui rien n'est gagné, le sport reste une lutte avant que ça devienne un automatisme, j'ai tendance à retomber dans mes travers où je n'en fais pas pendant 1 mois donc c'est toujours dur de reprendre, mais je sais que je n'arrêterai plus.
En ce qui concerne la course, j'avais tellement pas de souffle au début que j'ai commencé en fractionné pour les losers (à savoir une minute de course une minute de marche puis on augmente), c'était pas glorieux mais au moins je progressais à chaque fois donc c'était très motivant. Aujourd'hui je peux courir 2 tours de parc (8 kms) et j'en suis fière, mais la répétition me fait stagner, et le fait que certains jours sont vraiment durs aussi. Courir c'est une bataille quotidienne quand tu as des jours sans.
Je ne sais pas si tu connais mais j'ai découvert ce blog qui me passionne avec d'excellents conseils à la portée de tous, je trouve Anne très inspirante, la lire me donne envie de déplacer des montagnes :)Même si c'est une ouf et qu'on ne sera jamais à son niveau sans bcp d'efforts, elle ne décourage pas, bien au contraire.
http://www.annedubndidu.com/2014/09/running-fractionne-court-en-distance-les-debutants-119/

Merci Marie !

PoM a dit…

Marie,
Je crois n'avoir jamais écrit de commentaires mais là je suis obligée.
Comme toi grande carrière sportive enfant et puis avec le études tout ça le sport s'efface de nos vies alors qu'il avait toujours été la source de purs kiffes.
Et puis la course à pied. tellement pratique. mais là franchement rapidement c'est que de la souffrance et ça sonne pas comme le sport d'avant.
Et c'est LA en fait que tout commence. Irène t'a bien conseillée. c'est une vraie coureuse (comment je comprends trop ce qu'elle veut dire). Tu es en train de passer de l'autre côté, de comprendre comment la course peut aussi être un Sport (avec un S majuscule).
A la fin de ma première année de pratique j'ai fait 1 marathon. Puis deux ans après un autre. et puis plusieurs 20km etc.
Et depuis quelques mois je ne cours qu'au plaisir, qu'à l'envie 3 fois par semaine c'est mon bol d'air à moi, mon moment de détente et de lâcher prise.
J'espère que tu vas réussir à ressentir ces belles émotions, que tu vas continuer à rencontrer des coureurs cool (parce que oui franchement y'a un super esprit entre coureurs) et que tu nous raconteras tes premières courses.
Jute un conseil de vraie coureuse : cours avec de vraies bonnes chaussures adaptées, consulte un podologue du sport pour éviter les blessures qui ont l'air de rien et qui te bloquent 3 mois et fais attention aux moindres douleurs musculaires, tendons etc
Une suggestion de lecture aussi : Autoportrait de l'auteur en coureur de fond écrit pas un vrai coureur.

Anonyme a dit…

Moi j'aime pas que tu tutois, ça m'aggresse

Marie a dit…


Greluche: Merci :-)

Pauline: Bon run à toi aussi

Clemz: oui c’est ça qu’il faut trouver, l’ambition du long terme

Juju: <3 Merci

Lu: Ah oui j’avais vu un doc, ça donne envie

Shoubbi: Merci pour ton commentaire

Elena: Oui et c’est une raison suffisante…

camille: Comme toi, tout pareil!

Marie D (encore une): Cours encore plus doucement, c’est pas grave, tout le monde s’en fout de ton rythme, calme, c’est le plus important pour progresser
Je t’embrasse

Clairette: J’avais oublié le blog d’Anne, c’est vrai que c’est tip.
Merci pour ton com

PoM: J’ai lu le boudin de Murakami, je l’aime beaucoup…
Tu me motives vachement avec ton com, je prends confiance et voir ta progression m’aide.

Anonyme: Alors vouvoyons-nous… Vous me tutoyez en commentaire… Je parle librement, donc il peut m’arriver d’être familière et que vous le viviez comme une agression est regrettable.

Laetitia faivre a dit…

merci Marie pour ce post qui tombe a pic pour moi car j'ai 38 ans... et je me suis mise a courir avec mes copines 2 fois par semaine depuis la rentrée (oui je sais c'est très récent!). moi qui ne suis pas du tout une sportive je pensais ne pas pouvoir suivre du tout le rythme mais finalement, mes copines et moi avons décidé de courir a notre petit rythme tout en parlant (il parait que c'est pas bien mais tant pis) et c'est devenu notre petit moment à nous ; ça nous fait du bien même si on ne court pas très vite et surtout il n'y a pas de challenge, juste une remise en forme. tout ça pour dire que j'aime beaucoup ton blog et que ta video m'a encouragé dans mes petits efforts sportifs ! merci

PPP a dit…

coucou
juste une petite question, à quelle vitesse tu cours ?
Moi j'ai du arrêter car j'ai une pubalgie et en plus, je déteste ca courir.
Le seul truc qui me plait vraiment vraiment c'est le sentiment de liberté que j'ai quand je cours.
Donc je m'y remettrai peut etre.
Mais déjà que je cours pas vite, je me dis que si je cours moins vite que ça autant marcher nan ?

PPP a dit…

ah oui aussi :
j'ai bien aimé la forme de la vidéo : pas trop de lumière, un peu intimiste...
Ne change rien !

Maeve a dit…

Chouette vidéo! J'ai a peu près le même âge et moi j'étais malheureusement celle que l'on choisissait en dernier en sport... Il en faut bien une par classe! J'ai fait de la rando cet été et j'ai adoré. Depuis cette rentrée, je cumule yoga (oui, c'est du sport), natation et aquagym. J'ai l'impression d'être une boule d'énergie (et de courbatures aussi). La course me fait peur, mais peut-être quand j'aurai retrouvé confiance en moi et en mon corps, je me lancerai! Bonne soirée, Maeve

NAT a dit…

Bonsoir Marie,
Moi aussi je me prends la tête sur la course, le sport en général mais ma problématique est plutôt liée au corps, à l'alimentation; En gros, faire du sport pour pouvoir manger sans trop culpabiliser. C'est dur de se sortir de ce truc-là.
J'aurais donc voulu savoir comment toi, tu vis ça, si ton alimentation avait changé, si tu avais perdu du poids depuis que tu cours...tout ça.... Merci Marie. Bisous

aemi a dit…

j'adore tes vidéos Marie! Merci de partager tes expériences avec nous. Au passage, tes cheveux sont juste magnifiques!!!! tu as fait quelque chose???
Pour moi aussi la course a toujours été un déplaisir, jusqu'à ce qu'une visite chez un podologue il y a quelques années révèle des pieds creux: et là tout s'éclaire! pour moi il n'est pas possible de courir normalement, c'est même plutôt une mauvaise chose pour mes genoux! pour moi il faut trouver autre chose!

Bisous et à bientôt!

glouton barjotte a dit…

Salut Marie,

Je passe par là de temps en temps et j'en profite pour te dire que je m'y sens pas mal, peut-etre bien que je vais squatter un peu si tu permets..et en profiter pour y aller de ma petite histoire avec la course à pied.
J'ai le meme age que toi et je cours depuis 12 ans. J'ai toujours été une buse, n'ayons pas peur des mots, la meuf qui ne progresse pas, que tout le monde dépasse, mais qui fait quand meme ses 1/2 footings hebdo de 5/6 bornes.Ok c'est pas la grande classe mais je n'ai jamais laché malgré 2 pauses bébé dont 1 de 2 ans. A la fois j'avoue, ce n'est pas l'ego qui m'étouffe et meme quand je me suis fait charrier par mon entourage je ne cherchais pas à faire mieux parce-que je n'en avais finalement pas super envie. Pour moi c'était juste une façon de rester en forme, de prendre l'air et de transpirer un peu, basta. Et je n'aime pas me faire mal.
Et puis quand j'ai repris après ma deuxième pause, petit à petit j'ai couru de plus en plus longtemps (toujours très lentement, puis un peu plus vite. J'ai osé m'inscrire à mon premier 10km, puis un deuxième, un troisième et dimanche dernier j'ai fait mon premier semi-marathon..et au 20ème kilomètre j'ai pleuré. Pas parce-que je n'en pouvais plus physiquement ou que mes nerfs lachaient, juste parce-que j'étais émue, j'étais allé plus loin que je n'avais jamais été et maintenant je ne suis plus une buse mais une semi-marathonienne (en 2h12 au bout de 12 piges la classe).
Comme quoi tout arrive pour peu qu'on trouve son chemin adepte de la win ou adepte de la loose.

Des bises

Aurélie a dit…

coucou Marie,
lectrice fidèle mais qui ne commente jamais, je ne pouvais que réagir suite à cette vidéo très intéressante. Je cours depuis l'adolescence, avec des périodes plus ou moins intenses, voir arrêt total quand je n'ai plus envie. J'ai longtemps couru sans faire attention, mais l'âge avançant j'ai commencé à lire des trucs, à avoir des blessures, à en parler avec des "vrais" coureurs 'je rejoins l'avis de ton amie sur les "vrais" coureurs)et j'ai changé ma pratique depuis 4/5 ans. Courir lentement mais longtemps est excellent pour le coeur, d'ailleurs je cours désormais avec un cardio, ce qui m'a fait comprendre que je courais bien trop vite, sans progression possible. J'ai moins besoin du cardio désormais, car je connais mieux mes allures, et j'ai pu allonger mes durées de courses (en alternant aussi avec du fractionné) pour pouvoir faire à l'aise des 10km, des semis, et ... avec plus de difficultés un marathon! Il est vraiment essentiel de ne pas se comparer, surtout avec la mode du running chez les filles actuellement, mais vraiment de progresser à son rythme, sans brûler les étapes. Choisir de bonnes shoes, aller de tps en tps chez un osteo, et y prendre du plaisir! J'ai hâte que tu tiennes au courant de la suite!
C'est vraiment tjrs un plaisir de venir te lire, il y a un ton vraiment différent sur cet espace, et que je suis loin d'être la seule à apprécier: merci Marie
bises

Florence a dit…

Doucement et régulièrement, le corp s'adapte et même plus besoin de se forcer après.

Anonyme a dit…

Je suis une fachiste sur la question de la course à pied, avec des idées très arretées. Mais je déconseille les cardio et autres podomètres. Apprenez à sentir votre souffle, ne vous fiez surtout pas à la vitesse des autres (je cours beaucoup et bien sur course, j'ai un chrono très correct, et pourtant quand je m'entraine je me fais beaucoup doubler, et on s'en fou, ça ne veut RIEN dire, vraiment).
La course apprend la rigueur, jamais besoin de "forcer", apprendre la régularité, ralentissez, ralentissez, ralentissez. Plus on "force" moins on progresse...

Irène

ch3rpy a dit…

Marie, très intéressante cette vidéo. Je m'y retrouve tellement (du moins en partie).

J'ai fait du sport (tennis pendant 15 ans avec un bon niveau - surtout pour le PLAISIR, la compétition n'a jamais été mon truc pour plusieurs raisons, principalement une question de confiance en moi et de regard des autres, adolescence tout ça). Je suis bonne en sprint mais l'endurance c'est mon talon d’Achille (ahah). Au collège lycée je me faisais violence pour courir les 20 minutes de rigueur.

J'ai arrêté le tennis il y a 2 ou 3 ans (mais je ne désespère pas de m'y remettre) et j'ai voulu trouver une activité sportive pas chère et pratique (j'habite à côté d'un parc) et aussi parce que sans être une grande sportive, le sport et la dépense d'énergie me manquait.

Il y a 2 ans j'ai commencé à courir, 20 minutes, lentement (du moins à mon goût) c'était dur de tenir. Manque de souffle. J'ai fait ça un mois. Puis j'ai lâché. Pas de plaisir. Et le regard des autres (qui ne me regardent surement pas mais bon, on en revient toujours là), j'ai du mal à assumer : me prendre pour une "grande" en me mettant à courir alors que je me fait doubler par tout le monde. Je ne me sens pas à ma place, pas "légitime".

L'an dernier j'ai décidé de m'inscrire à la salle de sport. Gros gros challenge. Pour moi le sport c'est en plein air ou au moins dans un grand espace (j'ai pratiqué le tennis à la campagne par 10°c l'hiver mais j'adorais ça). L'idée de m'enfermer dans une salle de sport exiguë avec tous ces gens autour de moi. J'ai réussi à vaincre ça et je m'y plait assez. Je prends du plaisir à y retourner.

Cet été je suis retournée au parc pour courir. J'ai du abandonner au bon d'un tour, j'ai cru que j'allais m'asphyxier et pourtant je ne cours pas vite. Mais peut-être trop vite pour moi, comme toi. Cette dernière "humiliation" m'a un peu vacciné.

Depuis la rentrée à la salle de sport j'ai ajouté aux cours collectifs 45 minutes d'elliptique. Je sais que ça n'a rien à voir avec la course mais on peut avoir un rythme vraiment soutenu et j'arrive largement à tenir. Hier j'ai même battu mon "record" de vitesse. Alors je ne comprends pas pourquoi je n'arrive pas à courir "correctement" mais bon.
Dans mon cas, j'ai je pense un blocage psychologique d'une part (rapport au regard des autres) et je n'ai pas trouvé mon rythme. Quitte à courir encore moins vite (salut l'escargot!).

Enfin le plaisir est essentiel. On est un peu dans un lavage de cerveau avec la course à pied sur tous les blogs en ce moment. ça me fatigue un peu ces nanas qui disent ne pas être sportives et se mettent à courir pendant 1h30 d'un coup d'un seul ou presque... (jalouse moi ?)sans compter les selfies qui s'en suivent (on en parle des selfies ?^^)

Dans mon cas je crois qu'il faut que j'accepte que la course ne me procure pas de plaisir, même si l'idée d'être au grand air me séduit je n'y vois pas d'intérêt, ça m’ennuie.

Ne devrait on pas commencer tout bon cours de sport par une petite introspection (et ça dès l'école) ?

Merci Marie d'avoir soulevé toutes ces questions.

Lili a dit…

Salut Marie,
C'est fou car il y a quelques jours je me suis fait la même réflexion en mode "mais en fait tu pense que t'es une sportive parce que tu FAISAIT du sport régulièrement", il a bien fallut que je regarde la vérité en face : je ne suis plus une sportive! Bon ok pour l'instant je suis surtout enceinte de 7 mois donc c'est pas encore pour demain la reprise mais je sais qu'après cette seconde grossesse je vais avoir (encore) un gros soucis face à mon reflet dans le miroir et je sais que si je ne refait pas vite une activité sportive je n'arriverais toujours pas à apprécier mon corps (oui parce que chez moi le sport ça fait surtout beaucoup de bien à l'estime, et j'en ai bien besoin). Je lit donc beaucoup de chose en prévoyance de ma "reprise", beaucoup de bon conseils notamment ceux de "fitness friandise", je sais surtout que pour deux raison je ne pourrait pas simplement reprendre la course: 1. je me lasse très très vite (surtout que je fait tout le temps le même trajet) 2. je vit au nord du Québec alors comment te dire que passé sous les -10°C impossible de me trouver une seule bonne raison pour allé courir et malheureusement l'hiver est assez long par ici.
Alors voilà tout ça pour dire que cette vidéo fait du bien, que comme le disait très justement une autre dans un commentaire c'est très agréable d'avoir cette impression d'être autour d'un café avec toi, que perso j'adore que tu me tutoie (ce qui fait que je me permet de te tutoyer aussi!), et puis voilà quoi! Continue!

Aude a dit…

Hello!
Je ne concevais pas autrefois le plaisir que pouvait procurer la course. Tout pour moi était obstacle : le mauvais temps, les gazs sortant des pots d'échappement, un rythme ralenti par la circulation ou un passage clouté, l'ennui terrible, le point de côté, la peur d'aller courir seule dans un endroit isolé, les irrégularités de terrain... Bref, le tapis de course devant une série télévisée à réglé les problèmes. J'ai commencé surtout par une marche, de plus en plus rapide, consciente que si je me mettais à courir directement, je serais HS au bout de 500 mètres. Ca a permis d'apprivoiser mon corps, de me mettre en confiance, de le sentir se délier au fur et à mesure pour initier un effort plus grand par la suite. J'aimais m'abîmer dans cette régularité, que rien ne venait freiner ou interrompre. Peu à peu et contre toute attente le plaisir est venu. J'ai même été déçue quand j'ai dû arrêter (problème aux genoux et à la hanche)
Pour moi il ne s'agissait pas alors de progresser (courir vite, faire plus de kms) mais plutôt de conquérir le plaisir du sport, de rechercher et d'atteindre "l'endorphine" qui fait qu'on se sent bien après, que le corps et l'esprit sont fatigués, d'une fatigue saine. Une autre forme de progression en fait.
Que ta journée soit douce.
Aude

Marion a dit…

Il faut s'accrocher tu vas réussir!

lunelo a dit…

le lievre et la tortue? ;)

humiliation, progression.... ok ce sport correspond a ton mode de vie mais pt etre ne s'agit il pas du sport? peut etre pourrait il s'agir d'autre chose. c'est important la pugnacité certes mais pour moi qui me place a l'opposé sur le sport.... (j'ai commencé tres tard en decouvrant pourtant de bonnes aptitudes avec un corps qu irepond bien mais seulment a certaines pratiques, j'etais toujours la derniere a etre choisie a l'ecole je n'aimais pas les psort en general mais certains en particulier....) j'ai mis un peu de temps avant de determiner a quoi mon corps repondait et pourquoi.... et surtout ce que je voulais faire du sport... parce que le sport devait s'integrer a une approche globale...
le sport pour lutter contre la sedentarité pour gagner en confiance, gerer stress et mental omnipresent temperer les effets du temps apprivoiser son enveloppe corporelle(voila mes objectifs) et pour moi c'est passé par le pilates, la barre au sol et aujourd'hui le yoga version non cardio... depuis 2ans je fais du trapeze fixe... Je m'y suis mis comme un defi moi la nulle aux agres, progression minable et pui j'ai testé le cerceau aerien et la l'eclat' debuts d'impro etc... je veux dire ce qui compte c pas de faire du sport en salle ou pas... c de kiffer ou pas, enfin je crois. pour moi tout s'articule mais l'effort seul ne remplit pas... le sens, etre en jeu et non chercher l'enjeu ;)

je ne suis pas d'accord sur cette histoire d'objectif, c'est a toi de le fixer il peut s'agir d'une durée, d'un evenement type marathon, d'une distance...du temps que tu persisteras a cntinuer la course aussi ou pas, que la course soit un moyen et pas une finalité comme le pilates a été une porte pour moi vers le cirque

le plaisir...
qd je fais du pilates ou en ce moment du yoga, je n'y prends pas particulieremnt de plaisir... sinon celui de sentir mon corps qu is'affute, la satisfaction d'observer son intelligence, la reussite a certaines postures et de calmer le mental mais ça reste de l'exercice, avant tout du putain d'exercice pour calmer mon mental

le mental....vexée, humiliation...mental, mental

moi qui ne faisais pas de sport ce que cela m'apprend au final c'est une chose simple, la technique des petits pas ce qui compte c'est de faire au final d'etre dans ce que l'on fait, de la medit active, d'accepter qu'une chose vienne apres l'autre ou pas...

bonne route la chic fille

pitch a dit…

A la différence de toi, même si je pratiquais un sport tous les ans juste une fois par semaine, ben c'était juste une fois par semaine...histoire de, pour mes parents, puis me croyant nulle en sport pendant le collège, je me suis découvert un vrai intérêt par la suite...mais la fac, les clopes, les soirées et 30 piges et me voilà à (re)découvrir le sport, pas hygiéniste, non mais un nouvel aspect plaisir, par l'escalade et un "petit" alpinisme grâce à mon cop's, et alors le footing juste pour espérer retrouver mon boule de mes 18 ans.. bref, lol, je ne l'ai jamais retrouvé évidemment, mais perso ça m'a permis de me fixer mon échelle par rapport à la clope, en espérant sincèrement arriver un jour à arrêter!
Merci pour ta superbe vidéo, ça me motive en tant qu'ancienne camarade choisie "en dernier", bisous

claireh33 a dit…

Comme toi, j'étais une enfant très sportive, toujours en sport co. Comme toi, le basket m'a accompagnée pendant 12ans et avec, au fil des humeurs et des envies, d'autres sports en parallèle comme la danse ou la GRS. J'étais une sportive touche à tout, qui jouait au volley l'été sur la plage (ouais, complètement!) et partait en colos sportives l'été. Et puis l'âge de la fac est arrivé et pour faire vite, je devais changer d'équipe, me manger un entrainement muscu en plus (à 18ans? L'âge où tu cherches à apprivoiser ta féminité tant bien que mal? Sérieusement?!) et je n'avais tout simplement plus suffisamment l'esprit de compétition.
Comme des centaines d'entre nous, passé 20ans, j'avais tout arrêté, je ne faisais plus aucune activité sportive et force était de constater alors, que clairement, ça m'allait très bien. Pire, j'avais l'impression d'avoir gagné une nouvelle liberté. Ajoutons à cela une nature plutôt clémente niveau physique et santé, ainsi qu'une vie plutôt saine, et 10ans plus tard, je ne faisais toujours pas de sport, en vivant dans l'illusion que tu as très bien décrite d'être toujours une sportive.
Sauf que réaliser à 30ans que tu t'essouffles quand tu montes un escalier et q ta masse musculaire s'est réduite au strict minimum vital, ça fout un coup. Alors comme tout le monde j'ai essayé la course à pieds, une fois, deux fois, trois fois. Mais je n'ai jamais réussi à m'approprier ce sport. Je ne parviens pas à dépasser le déplaisir dû à l'effort, je ne parviens pas à me dégager de cette idée obsédante qui s'auto proclame dictatrice de mon esprit dès les premiers cents mètres et qui se résume ainsi "WTF, qu'est-ce que tu me fais? Qu'est-ce que tu fous là à me faire du mal? Arrête ça de suite!!!"
Et pourtant je sais combien ce sport apporte un mieux être, rend addict, te permet de te vider de manière hyper constructive. Alors je me prenais la tête pour y arriver, après tout j'étais une sportive, j'étais une warrior pendant mes années basket, rarement essoufflée sur le terrain, capable de tenir le match entier, Qu'est-ce qui se passait? Je ne comprenais pas, je ne voulais pas comprendre que 10 ans après, évidemment, j'étais au même niveau qu'une non sportive. Et que, oui, merde, j'avais vieillie, mon corps n'était plus le même il ne pouvait plus se mobilisait comme avant, pas avec les mêmes facilités, et que j'étais en train de lui faire violence et de me dégoutais de l'effort sportif.
Ca a été une grande prise de conscience pour moi. Ce n'était pas que mon corps qui avait changé mais, moi, mon état d'esprit, ma manière de voire les choses, tout avait changé en 10ans. J'ai compris que j'avais besoin d'autre chose, de sport qui se font en douceur, qui permettent aussi de se recentrer. Alors j'ai fait du pilates, (du vrai, du bon qui fatigue et file des courbatures) et ça m'a réconciliée avec le sport et l'envie de faire du sport. Aujourd'hui, à 35ans, je fais de l'auquagym en salle de fitness (pas une grande fan non plus du sport en salle mais j'adore être dans l'eau et je vais chercher le sport là où est mon plaisir), et je me réconcilie aussi avec la notion d'effort et de pousser son corps, son cardio, au delà de sa zone de confort. Et je m'y éclate.
Ma conclusion serait celle-là, qu'elle que soit notre histoire avec le sport, le secret le plus fondamental c'est d'aller vers une activité non pas pour suivre notre raison, mais notre plaisir. Et surtout de réaliser que ce qui convient aux autres n'est pas forcément fait pour nous, plus important encore, que ce qui nous convenait hier, ne nous correspond plus forcément aujourd'hui. Il faut être indulgent avec soi-même, se donner le temps, s'écouter, quelque soit le domaine d'ailleurs...
Merci pour ton blog Marie, tes écrits, tes réflexions que je découvre juste mais que j'aime beaucoup.

marie julie a dit…

Hey Marie!!

Tout comme toi, je cours depuis euh...avril (je compte pas il est tard) et j'ai compris il y a peu qu'il fallait que je m'en balance d'avoir l'air d'une tortue qui vient de manger une raclette qd je cours.. je cours une petite heure mais à mon rythme et c'est cool... et les autres bah..déjà ils ne sont pas tant que ça à courir...!
Moi mon corps m'a aussi dit merci quand j'ai racheté des nouvelles baskets...
et moi mon sport de "haut niveau" d'avant c'était la danse classique..dc rien à voir..
bon moi j'arrive tjrs pas à arrêter la clope mais les jours où je cours je limite...
bref on s'en fout...
merci pour ta vidéo, c'est sympa de ne pas se sentir seule ;)
des bisous
Marie-Julie

Anne-Marue a dit…

Chouette vidéo Merci!!!
Fais tu des étirements après la course ? Sans doute mais bon...
Parce que pour moi c'est presque le meilleur moment, comme la récompense ... Et ce moment la aide à la course en elle même et à la suivante...
Qu'en penses tu ?

Sinon les longueurs en piscine c pas mal,aussi ( y'a tjs des piscines un peu partout), le truc c d'avoir un "sac piscine" toujours prêt avec serviette maillot bonnet lunette gel douche/ cheveux, crème hydratante corps et visage, démaquillant, maquillage éventuellement peigne et 1 euro pour le casier....!

Mais pour moi aussi et peut être pour tout le monde tout ça n'est pas si facile... Je crois qu'il y a un fosse entre ce qu'on en dit (surtout sur les blogs) et le vécu intérieur intime profond de soi à soi....

Merci de lever le voile, ça aide tout le monde!

Juri a dit…

Haha, j'ai vingt-trois ans mais je me suis fait la même réflexion il y a peu de temps. Parce que j'ai dix ans de judo dans les jambes et que je mettais des garçons à terre (la grosse fierté), je continue de penser que je suis un as et que si tu m'embêtes, ça finira en clé de bras. Malgré quelques dissonances (je fume, je ne fais pas réellement de sport, je ne suis plus si musclée, je ne suis plus un lascar), j'aime à penser que ouais, je suis une meuf de type physique. Parce que c'est dans l'ordre des choses, tout simplement.
La fable a pris fin un jour, quand j'ai vu que je m'essoufflais en montant l'escalier.
Là, j'ai essayé mille trucs gratuits et réalisables chez soi, rapido : en vain. La corde à sauter a eu raison de mes genoux et le fitness devant Youtube, de ma dignité. (Les squats et les mountain climbers sur la moquette, laisse tomber comment c'est chiant.) Du coup, je vais nager deux-trois fois par semaine parce que j'adore l'eau. Là, pas de timing, pas de comptage des longueurs, vraiment juste l'effort physique et le kiffe.
En tout cas cette histoire de course, moi ça m'intéresse. J'aime bof courir sans but précis, mais les gens qui y parviennent m'intriguent énormément. J'ai hâte de voir tes prochaines vidéos sur le sujet ! Et puis ça me plait que tu parles de sport...

PS : Ton blog est pour moi le truc le plus réconfortant du net. T'es le chocolat chaud d'internet. Sérieux.

Alexandra Morgan a dit…

Hello,
C'est super de t'y être mise et de tenir... Par contre tu nous parles peu de vêtements de sport, c'est dommage car j'adore ça ! J'ai toujours fait du sport mais avec la course j'ai du mal par contre ;)
A+
Alex