Pages

19.3.14

PROSÉLYTISME BIS

SS_32_PORTRAITS_41


( Très beau morceau ♥) 


« Le drame de cette vie mon cher Octave, c'est que tout le monde a ses raisons»

Extrait de La règle du jeu de Renoir

Vous avez remarqué comme, alors même qu'on se défend quasi systématiquement du contraire, on peut être intransigeant et extrême lorsqu'il s'agit des combats qui nous tiennent à coeur. 
Si un combat nous paraît essentiel, légitime, primordial, on considère nos congénères, s'ils se révèlent être moins intéressés par notre cause, comme "irresponsables" voire "sans coeur". 
C'est mathématique.
On balance à qui veut l'entendre (parce que ces choses se disent par souci de paraître le plus tolérant possible) que chacun ses combats, chacun sa personnalité, chacun ses préférences qu'on ne peut pas tous être les mêmes et c'est même une richesse, mais tout au fond de nous, c'est une autre histoire. Une partie ne peut pas s'empêcher de croire que les bons goûts ce sont les nôtres. La vérité c'est la nôtre. Le bon point de vue, idem (#PatrickSwayzeVoice).


Quand on se retrouve de l'autre côté, le côté de celui qui écoute un autre nous raconter que notre manque d'implication dans le combat pour l'écologie, la souffrance animale, la famine, le cancer, le don de moelle et tout le reste n'est la preuve que d'une seule chose, notre "indifférence", notre irresponsabilité face au monde, ça nous surprend.

Alors, on se retrouve coincé avec une légère forme de culpabilité à, effectivement, ne pas se sentir concerné par ce que l'autre nous raconte. 
S'il est militant et qu'au fond de nous on se sent étranger à tout ça, alors même qu'on peut être habité par d'autres combats qu'on estime légitimes, une partie de nous reste néanmoins surprise de ne pas se sentir envahie, comme notre interlocuteur, par un profond sentiment de responsabilité face à son combat. 

Mais peut-on avoir de l'empathie pour tout? 
J'ai pensé à cela en lisant certains commentaires en-dessous de mon billet sur les UGG.
Je partais légère et inconséquente et quelle surprise de lire certains commentaires insistant sur "ma cruelle ignorance" concernant le sort réservé aux moutons pour que je puisse être chaussée. 
Si vraiment je réfléchissais à tout ça et que je continuais, malgré tout, à porter des UGG ça ne pouvait être le signe que d'une chose, j'étais cruelle et égoïste. 
De mon côté le manque de générosité face au don (sang, plaquettes, et reste) me laisse... perplexe... Si tu n'as pas d'argent à donner, ta santé est un bien précieux, ce don de soi est très représentatif pour moi mais des tas de gens s'en tamponnent et c'est comme ça... Je ne le comprends pas mais le constate. 
Je ne dis pas que l'un empêche l'autre, du tout mais finalement quelles sont les limites à tout ça... Peut-on être impliqué dans tout? 
Mon papi, par exemple, est très surpris de l'attention toute particulière donnée, dans nos sociétés, à la nourriture des animaux domestiques. Il me dit tout le temps "mais pourquoi on fait de pubs Sheba ("pour dire je t'aime") alors que des gens meurent de faim"... 
Chacun ses combats donc, la hiérarchie s'installant malgré nous dans notre cerveau et dans notre coeur.
Mon papi est vieux et il a vraiment crevé la dalle, conséquemment ce truc lui échappe. De son prisme à lui, je comprends. Je ne cautionne pas tellement mais je comprends. 


Pourquoi certains pensent que si leurs combats ne sont pas partagés par leurs congénères, ils deviennent significatifs de ce que l'autre est?  Genre, je suis militante pour une cause lambda, mon entourage ne sent que modérément concerné, cela veut-il dire que mon entourage est déplorable d'humanité? 
Qu'en savons-nous après tout de cette supposée "inhumanité"?
Savons-nous s'il donne son sang, son énergie, son temps, son argent, ses méninges à d'autres choses? 
Un combat même si on le mène, n'est pas plus grand que celui de mon voisin (et croire à cela présente un certain nombres de dangers, non?)

Je dis ça sans jugement, mais je suis toujours très frappée, notamment dans ce blog,  des conclusions hâtives qui peuvent être tirées (c'est heureusement très rare, étant plutôt préservée de ce côté là).
Mais quand cela arrive, c'est la mise en marche d'un prosélytisme éthique (ceux qui savent ce qui est bien, qui sont droits et moraux tout le temps...), comme si certains disaient que leurs combats étaient supérieurs et que le traitement que j'en faisais, sous un prisme futile par exemple, leur semblait inadapté, peut-être même cruel.


Je crois juste qu'on ne peut pas mener tous les combats. 
Je n'en suis pas fière, parfois même je me trouve toute petite à ne pas avoir une empathie plus développée, me sentir concernée par tout, mais il se trouve que ce n'est pas le cas. 
Comme vous j'imagine.

Des choses me choquent en profondeur chez l'autre (parfois chez des gens très proches de moi), mais je me ravise, constatant que mes combats me semblent plus légitimes surtout parce que ce sont les miens. 
Je remballe mon ego, il n'est pas LE point de vue, encore moins LA vérité. 

Y a juste un truc auquel il faut être particulièrement vigilant, c'est le jugement (tiens à ce propos, certains sont un peu énervés dans les commentaires en ce moment, détendez-vous, c'est pas grave, je "grandirai" pas plus (qu'est ce que ça veut dire dans le même temps?), que ça ne devienne pas important pour vous surtout, votre temps vous est compté... pour vos trucs à vous. Vos rêves, l'amour, les rires, la famille, les plaisirs divers et variés).

Donc je disais, de ta fenêtre, c'est légitime, de la mienne peut-être moins. 
Et ce qui est important moi moi, peut, pour toi, ne pas avoir le moindre intérêt. 

Love



33 commentaires

Les M de Marie a dit…

Chacun son prisme, comme tu dis si bien. On n'a pas les mêmes combats, parce qu'on n'a pas les mêmes priorités. C'est ce que dit mon pépé à moi, il a une affiche dans son bureau où c'est écrit "les choses ont l'importance qu'on leur accorde".
Et j'ai mis du temps avant de comprendre ce que ça voulait vraiment dire.
Mais maintenant je fais avec. Voire je m'y réfère très souvent, c'est devenu un peu un leitmotiv.
Et je le sors souvent. J'ai reconnu dans tes écrits une de mes potes à fond dans la cause féministe. C'est pas parce que j'y suis pas autant impliquée qu'elle que ça me touche moins. C'est pas parce que j'en parle pas tout le temps avec ferveur que j'y réfléchis pas.
C'est juste que ma vie est remplie d'autres causes qui me touchent plus. Qui sont plus proches de moi.
Tant de circonstances extérieures font que je suis telle que je suis, que je pense ce que je pense. Tout est une question de priorités.

Je comprends pas les gens au jugement hâtif. Et j'admire tes réactions face à eux.

Chacun son prisme.

Love

Charlotte a dit…

Encore une fois, un très bon article Marie.
Pour ma part, je me définis comme féministe. C'est un combat qui me touche profondément et je dois avouer que j'ai du mal à comprendre que des femmes dans mon entourage, beaucoup !, ne se sentent pas du tout concernées par ce combat. Ce sont quand même les premières victimes !
Sans chercher à les juger (même s'il faut bien l'avouer, c'est le premier réflexe) je pense surtout que c'est parce que je me dis qu'on avancerait bien plus vite, si plus de monde était sensible à cette cause.
Et ça doit faire aussi partie du raisonnement pour d'autres personnes, qui défendent d'autres causes qui ne m'intéressent pas forcément.

Anonyme a dit…

il faut expliquer à ton papi qu'on fait de la pub pour nourriture pour chats essentiellement pour engraisser des multinationales... et pas des chats ! L.

Marie B a dit…

Je remballe mon ego, il n'est pas LE point de vue, encore moins LA vérité. -> oui voilà c'est ça, c'est TON point de vue, TA vérité. Comme tout un chacun.

Moi aussi je me "bats" à ma manière pour les causes qui me touchent mais qui ne touchent pas forcément les autres et il m'arrive parfois d'acheter aussi des chaussures en cuir (d'un animal dont je ne connais pas la vie et comment s'est déroulé sa mise à mort arrg beurk (quand j'y pense, je me sens coupable), ou du maquillage qui a été testé sur les animaux ou avec des matières issues de la pétrochimie et je sais que c'est mal parce que ça tue la planète ....

Il y a de quoi s'isoler au fond d'un bois sans rien du tout pour ne pas déranger les autres et le monde ! Mais je pense qu'on dérangerait les animaux du bois là encore :)

Ca fait un bien fou de te lire encore et encore :)

Bises

Marie

JujuK a dit…

J'ajouterais que certaines personnes qui se disent très engagées (pour une cause comme pour mille), qui se vantent de leurs beaux idéaux, et qui jugent les gens parce qu'ils n'ont pas les mêmes qu'eux, les trouvent finalement un peu inférieurs... peuvent aussi parallèlement être de vrais salauds.

Les qualités humaines, c'est une valeur sûre, il faut investir là-dedans !

C'est très juste ce que tu dis, merci de le dire, parce que tu fais preuve d'humilité, et je pense que c'est la clé de tout. Ceux qui se prétendent être parfaits ou qui défendent le fait que "leur" cause soit au-dessus des autres ont tort, à mon avis, ils se trompent de combat.
Le vrai combat à mener, il est contre les attitudes qui nous minent, les valeurs dégueulasses... Mais on lutte contre ça chacun à notre niveau, parfois juste par un sourire, une phrase qu'on rétorque à quelqu'un qui va trop loin, une phrase qu'on dit pour défendre un ami...

Les vrais "héros" sont des héros ordinaires, malgré eux, ils n'ont pas combattu une cause pour la gloire mais parce que leur vie en dépendait, et il y a beaucoup de héros silencieux que l'on ne connaîtra jamais, et je trouve ça magnifique.

Merci, Marie.
C'est beau ce que tu dis, tu fais preuve d'une sérénité d'esprit (face notamment à ces commentaires à la con qui se multiplient ces derniers jours sur ton blog, bravo !)

Bises

JujuK a dit…

PS : pardon pour ma vulgarité dans le commentaire précédent, c'est pas mon genre ;-)

marie a dit…

Je suis entièrement d'accord avec tout ce que tu dis, avec une nuance.
Je suis vegan, la defense des animaux n'est pas seulement un combat dont je parle, mais qui occupe ma vie, je suis aussi bénévole à la spa, et crois-moi, être vegan, ça demande de l'implication parce qu'en France, c'est pas facile.
Je ne le hurle pas sur tous les toits mais forcement, ça se sait assez vite, et les réactions que j'ai donne vraiment envie d'être vindicative. On me regarde de haut, on me juge, on est condescendants, et on me prend pour une petite gamine un peu emotive, oh comme elle est mignonne. Ce sont ces gens là qui me donnent envie de hurler "Putain mais tu crois en quoi toi, tu fais quoi pour essayer d'être meilleur connard ?!"
Chacun ses combats, c'est vrai. Le mien est général, j'essaye d'être un meilleur être humain dans tous les domaines de ma vie, je donne mon sang, j'ai déjà donné mes plaquettes... Les gens qui me font sortir de mes gonds ne sont pas ceux qui ont des combats differents des miens, ce sont ceux qui n'en ont pas. Qui se foutent de tout, et que rien n’intéresse. Qui croient que rien de ce qu'ils font n'a de conséquences, ou bien qui s'en foutent.
Chacun ses combats, mais quand on a un combat qui nous semble tellement important, c'est bien normal de vouloir le partager. Je ne fais pas de propagande, j'en parle quand on me pose des questions et j'essaie d'y répondre du mieux possible, mais je ne me vois pas partager ma vie avec quelqu'un qui ne partage pas ces valeurs. Et dire ça m'a valu de me faire traiter de pauvre conne intolérante.
Ce sont finalement les gens sans combats qui sont le plus vindicatifs.
Désolée pour le pavé, mais ton article tombe au parfait moment. Alors merci de nous laisse l'occasion d'avoir ce genre de débat !

Camille a dit…

Ton billet tombe à pic. Hier soir au restaurant j'ai fait un crise à mon mec car il m'avouait ne pas comprendre du tout l’intérêt de donner à des associations caritatives, qu'il penserait à tout cela plus tard, dans ses vieux jours. Son discours m'a tellement touchée que je me suis mise à avoir les larmes au yeux (fille sensible bonjooour) et je lui ai fait une sorte de lavage de cerveau pour qu'il change. Résultat des courses, on était tous les deux archi mal. Lui car il avait peur que je finisse par le voir comme un monstre d'égoïsme et que je le quitte ; et moi car j'avais ENCORE essayé de convaincre qqn que s'il ne pensait pas comme moi, il avait tord, sans essayer de prendre de la hauteur.

Bref... y'a encore du boulot.

petitprunier a dit…

salut ma belle

"Pourquoi certains pensent que si leurs combats ne sont pas partagés par leurs congénères, ils deviennent significatifs de ce que l'autre est?"

peut etre justement parce que ces personnes sont ou se sentent entierement définies elles memes par leur combat, que c est ça qui les constitue, les remplit et leur donne de la susbtance (pas forcement en vrai hein, mais dans leur vision des choses et leur facon de les vivre)? dans ce cas, le seul positionnement possible est l opposition : si cette lutte, c est ce que je suis, alors le refus/l indifference que tu y opposes, c est forcement ce qui toi tu es -ou n es pas, en l occurrence

pire, en poussant un peu plus loin : si ma lutte ne t interesse pas, si tu ne la trouves pas legitime ou simplement si le propos t indiffere, alors c est moi, ma personne, que tu nies. et ça c est insupportable

ce type de raisonnement logique (si "A alors B" implique automatiquement "non A alors non B")fait partie des structures logiques les plus simples et est la premiere comprise et assimilée quand on est petit. c est la logique des affects forts et du cerveau primaire, entre autres. et souvent, grandes luttes et emotions/sentiments forts vont de pair :-)

bref ^^

pour etre un peu moins verbeuse, je crois aussi que quand ce pour quoi tu te bats est en prise directe avec ta vie telle que tu la percois (voire la subis), ça devient difficile de ne pas s enflammer et essayer de convaincre.

tu le sais, je lis beaucoup de trucs sur le feminisme, sa necessaire mise en lien avec l histoire et l histoire sociale, avec les autres discriminations, etc.
quand j en parle avec des gens qui ne se sentent pas concernés mais qui sont juste disposés à échanger,à entendre et réagir sur ce que je peux apporter de "théoriquement étayé", ca se passe bien. meme si je ne les convaincs pas. meme si le debat est un peu houleux. et meme si apres, ca ne les interesse tjs pas plus que ca. ca m apporte de nouvelles pistes de questionnements, ca eclaire mes lectures d un regard different, c est cool.
par contre quand je tombe face à quelqu'un qui n a jamais entendu parlé des themes (et qui s en fout) que j aborde mais qui se sent de droit de nier sans autre forme de procès ce que j essaie d expliquer (meme pas de demontrer hein, juste tenter d expliquer comment je sens le truc), de me dire que j ai tort et que lui ou elle sait mieux que moi, là j avoue, j ai du mal. jme sens vite baîllonnée et agressée.
par exemple l autre jour, un "ami" m expliquait que, dans la rue, quand on me siffle ou qu on m aborde ou qu on m insulte quand je suis en short, je ne devrais pas me sentir comme ci ou comme ça, parce tu comprends, ce n est pas le signe de ci ou ça mais plutot de ceci ou cela. que c etait excessif, immature et agressif de reagir comme ça... j ai trouvé ça insupportable... jveux dire, c est une situation qu il ne connaitra jamais, comment est ce qu il peut savoir mieux que moi ce que JE DOIS ressentir? je sais c est un grand classique mais quand meme... un mec pisse à coté de la cuvette, je peux ne pas comprendre et trouver que c est pas cool, mais j ai aucune legitimité à lui dire comment il devrait faire non? ;-)

bon je me suis un peu égarée dans l exemple, pardon :-p

jte fais des bisous biche

petitprunier a dit…

bon je relis mon com et jme dis que c est pas clair... chui d accord avec toi (tout ca pour ca): debattre, tenter d expliquer son point de vue,meme essayer de convaincre les gens, c est pas ça qui me gene. ce qui me derange, ce sont les experiences personnelles erigées comme verites absolues. ce sont les jugements qui tombent quand par malheur ta sensibilite n est pas celle de ton interlocuteur. ce sont les raisonnements fallacieux qu on fait passer pour scientifiques paske c est comme ça, c est la société/l homme/les politiques/les fonctionnaires, etc. c est le fait de ne pas accpeter que l autre s exprime. et qu il s exprime differemment.

des bisous again

Mylad a dit…

Tiens c'est marrant c'est un des rares articles ou je ne me reconnais pas du tout dans ce que tu décris au début ^^
Je suis végétarienne depuis que j'ai 15 ans et j'ai tendance à faire des petits gestes, du genre don du sang, donner des aliments de mes courses quand les associations pour les sans abris font des collectes, etc... Fin voila rien d'exceptionnel mais juste ce qui me fait me sentir mieux

Mais j'ai jamais eu de colère ou de tendance moralisatrice envers mes proches qui ne font rien de tout ça. D'ailleurs certains me font la réflexion que j'ai dans mes amis des gens dont la façon de vivre leur vie diffère radicalement de la mienne ^^ je ne sais pas pourquoi. Je crois que j'ai toujours cherché à connaître des gens hyper différents de moi, j'aime ça en fait. Même quand j'étais super jeune, j'étais excellente élève mais ceux avec qui je m'entendais le mieux étaient ceux qui faisaient le dawa... Ma mère pensait que c'était pour faire ma crise d'ado mais ce n'est jamais passé ;)


Enfin intéressant ton article. Je suis d'accord avec toi sur les jugements hâtifs, ça m'agace. Parce que tout le monde a des choses à se reprocher, on a tous des idées, et y'a pas de loi absolue qui proclame que l'une vaut mieux que l'autre.
L'année dernière j'étais allée au festival visa pour l'image de perpignan - qui est un festival de photojournalisme, qui partent pas mal sur des zones de guerre etc - et ça m'avait touché parce qu'il y'avait des photojournalistes très renommés qui racontaient qu'aujourd'hui c'était très difficile de faire ce métier, car les photos de guerre se vendent plus très cher. A contrario une photo de kate et le royal baby....
Tout ça pour dire que ces mecs disaient que oui, ce n'était pas facile de voir les gens acheter des magazines peoples et que les reportages consacrés aux conflits du monde aient des tirages aussi faibles, d'autant plus qu'ils risquent leur vie pour nous informer quoi... Pour faire bouger les choses... Mais à aucun moment ils n'ont fait de reproches aux gens qui achetaient ces magazines, ou ont parlés d'eux avec condescendance, rien de tous ça. Ca m'a impressionné. (je te file les noms des photojournalistes au cas ou ça t'intéresse, certaines photos sont incroyables : patrice chauvel, john g. morris, don mc cullin --> retourné en Syrie à...77 ans!!)


Bref je vais peut être achevé ici ce pavé en disant quelque chose que j'aime bien dire (mais peu de personne sont d'accord avec ça) : il n'y a aucune loi absolue sur cette terre qui affirme qu'un homme à plus de légitimité à y vivre qu'un autre...

Sabrina a dit…

Moi-même, quand j'ai lu ton article sur les UGG, j'ai frissonné, parce que j'ai lu des horreurs sur la façon dont elles sont fabriquées. Mais je n'ai rien écrit, parce que... je réserve ça à la vraie vie, maintenant, sur le Net, c'est u-sant.

Je pense que l'agressivité est sûrement dû à la superficialité générale et à l'égo-trip des "blogs de fille". Moi-même, ça me rend dingue, parfois : j'ai du mal à piger comment on ne peut parler que de fringues, par exemple. Ne pas mettre ce média incroyable qu'est un blog au service d'autre chose, un peu, aussi. Et comme tu fais partie de ces nanas qui ne sentent pas "le creux", certaines réagissent. C'est humain !

Cela dit, mon conseil, pour elles : faites comme moi videz un peu votre liste de blogs féminins classiques et allez voir du côté des blogueuses moins connues qui partagent vos, préoccupations (la planète, la cause animale, tout ça... il y en a plein !)

Moi qui suis végétarienne depuis un peu, vegan en devenir, je change mes lectures de blogs, parce que c'est pas chez les grosses bloggeuses que je vais trouver des sacs et des pompes en cuir végétal... Et puis du coup, je me sens moins proche de ce qu'elles racontent, j'ai envie d'autre chose, quoi.

Mais toi, je t'ai gardé dans ma liste, parce que t'es chou, intelligente et cérébrale sans être chiante :)

Camille a dit…

Il m'arrive de juger les gens (oui oui...), moins sur les (conneries) discours qu'ils débitent, que par le prisme de tous les petits actes soit-disant insignifiants du quotidien mais qui sont en fait des pachydermes de sens car ils font appel à la spontanéité de la personne : la façon de dire bonjour à l'autre, de sourire, de pas sourire... d'être aux autres... et parfois je me surprends à me demander s'il y a encore quelque chose (d'humain) à sauver dans telle ou telle personne... Les combats c'est bien (quoique qu'il m'arrive d'en douter, surtout quand ils servent un peu trop d'étendard) mais ce qui compte en tout premier n'est-ce pas justement sa façon d'être à soi et d'être aux autres ? Pour avoir travaillé dans des "milieux de combats", j'en ai vu des choses pas belles et pas forcément là où on s'attendrait à les trouver... Ce qui explique sûrement ma vision du sujet.
Quant à l'acte d'achat, il est tellement à des années lumières de la spontanéité, de l'essence de la personne qui le commet, que juger les gens par ce biais c'est grave se planter. Bien sûr qu'on est responsable quand on achète, et c'est à chacun de faire son chemin, mais mépriser l'autre au travers de ce qu'il achète, c'est déjà mépriser l'autre et c'est grave et tout pourri. <3

Gaëlle a dit…

A chaque fois, Marie, c'est super-dur de passer derrière toi...
J'ai aimé lire -encore une fois- ton article. Je ne prends pas le temps de construire mon com', la flemme. Je me défends de juger l'auteur d'un billet ou d'un article sur le Net, parce que je trouve que ce n'est qu'une infime partie de son expression personnelle passée -en plus- par le tamis de l'écrit, et à lire au travers du prisme thématique que son auteur a choisi. J'aime imaginer qu'une Youtubeuse spécialiste de la cosmétique est peut-être chirurgien cardio-thoracique, ou qu'une blogueuse mode passe ses week-end chez Emmaüs... La bannière d'un blog n'est pas le génome d'une personne : elle ne montre que les facettes que cette dernière a envie de mettre en avant.
Bon mercredi, sous le soleil de la Bretagne.

Virginie FALZONE a dit…

Cet article est génial
Evidemment, il tombe à pic, car cette semaine comme toi, j'me posais les mêmes questions, je réagissais avec des proches sur ce même combat
C'est sûr, on a pas tous les mêmes prises, les mêmes points de vue, ni les mêmes envies, on est nés différents et ce n'est pas pour rien d'ailleurs, mais je pense qu'on doit tous respecter l'autre, et donc respecter ce que chacun pense être un combat utile, même s'il ne l'est pas pour tout le monde forcément
Question de sexe, question d'éducation, question de personnalité etc etc
Merci en tout cas, c'est tellement génial de te lire, et ce depuis que je te suis <3
Bisous

Anonyme a dit…

Bonjour Marie,
Alors déjà je suis d'accord avec toi, tout le monde n'a pas les mêmes préoccupations et on n'a pas a blâmer l'autre pour ça. Je pense qu'il faut toujours faire les choses avec respect. Quand on parle de choses qui nous tiennent à coeur à quelqu'un, et que cette personne est totalement fermée par rapport à ça ça peut être frustrant. Mais il ne faut pas oublier aussi qu'avant notre propre engagement nous aussi on trouvait que cette cause n'était pas assez percutante pour que l'on s'y penche.

Je suis vegan, et même si pour moi c'est le meilleur mode de vie pour éviter la souffrance animale, je n'ai aucun droit sur les autres pour les sermonner et leur dire qu'ils ont tord de ne pas l'être. Tout simplement parce que je ne trouve pas ça normal de faire la morale à quelqu'un qu'on ne connait pas, parce que peut être que cette personne fait d'autres choses (et que oui on ne peut peut être pas tout bien faire dans tous les domaines), mais surtout parce qu'une personne agressée a tout sauf envie d'en savoir plus sur le sujet qui vous passionne/vous paraît essentiel.
Par contre je trouve que la plupart des gens sont très critiques alors qu'ils ne connaissent pas vraiment le sujet. Quand je ne connais pas quelque chose, j'essaye d'apprendre, de poser des questions et de voir ce que j'en tire. Mais je dois avouer que j'écoute plus depuis que moi aussi je suis engagée, justement parce que j'ai souvent été critiquée sans pouvoir m'exprimer.

Je rejoins le commentaire de marie qui est vegan un peu plus haut, moi aussi on me prend pour une petite chose fragile parce que je suis sensible à la cause animale, et les gens sont assez moqueurs et condescendants… Je ne m'exprime que quand on me pose des questions et malgré cela, parfois les gens se sentent visés et me critiquent parce que j'ai exposé mon point de vue.

Aussi je crois qu'il faut aussi rester objectif face aux limites de notre cause. En étant vegan, je sacrifie certaines choses comme la laine et le cuir pour les vêtements, ça m'énerve parce que les belles pièces sont souvent faites dans ces matériaux, mais je préfère ne pas les acheter par rapport à mon éthique. Mais du coup quand on me demande si c'est compliqué je ne dis pas, ah c'est trop facile juste pour faire de la "propagande" ! Surtout en France on est quand même à l'opposé de la culture vegan et donc c'est plus difficile que d'être vegan aux Etats-Unis. Cela n'empêche pas que pour moi c'est la meilleure décision que j'ai faite.
Donc je crois que des deux côtés il faut faire un effort. Le problème aussi c'est qu'on est pas toujours bien informés. J'avoue être un peu à la ramasse pour les plaquettes et le don du sang….

C'est d'ailleurs intéressant de parler de ça, justement pour apprendre. J'aimerai bien en savoir plus sur d'autres sujets (les plaquettes je ne sais même pas comment on les donne ahem), je n'ai que 18 ans et du coup il y a plein de choses que je ne connais pas bien et que j'aimerais connaître.

PS: Est ce que tu sais si c'est obligatoire de faire 50 kilos pour le don du sang ? Parce que je voudrais le donner mais je suis à la limite et je n'ai jamais réussi à prendre 1 kilo de toute ma vie alors que je mange tout le temps, c'est juste mon métabolisme… (Et c'est vrai. Je précise parce qu'une fois dans un de tes articles tu parlais des mannequins qui disent ça alors qu'elles ne mangent rien et pèsent 30 kilos mouillées ahah)
Et est ce que tu vas reparler du "bien vieillir" Marie ? Ca m'intéresse !
Maud

Anonyme a dit…

Tu as bien raison on ne peut pas s’intéresser à tout et prendre parti sur tout.
Les personnes qui ont des opinions très arrêtées et qui pensent que leur vision est la panacée universelle, qui essayent en plus dans persuader les autres sont des vieux… dans leur tête, pour moi ! Enfin plus jeune je voyais les vieux comme ça. Mais pour certain ça commence de bonne heure ! C’est la tendance aussi de notre époque, tout monde à truc à dire une opinion du tac au tac, tu es presque coupable de dire je ne sais pas où je m’en fous. Love too Rose

Sophie MC a dit…

Ah mais c'est la rançon de la gloire ça ma bichette !! Plus tu es lue, plus tu es susceptible de tomber sur ce genre de commentaires, disons, limite.
Allez, surtout reste toi même et laisse donc les fâcheux à leur place, je ne vois même pas pourquoi tu prends la peine d'y répondre même si tu le fais avec beaucoup de classe, je trouve : )
Bises

Sophie

lilo2 a dit…

Lorsque je lis ce post, je pense a la chanson de Zazie " j'étais là". Je crois qu'elle a bien résumé ce qui me traverse sur ce sujet, lorsque je constate certaines injustices, certaines douleurs mais que je n'agis pas...
Je fais ce que je peux, a mon niveau, avec mes moyens au sujet des causes qui me paraissent essentielles mais je crois que j'ai toujours été animé par le désir de ne pas rester les bras croisés si je peux agir. Je suis travailleur social pour ça, et je viens de choisir depuis quelques semaines d'être végétarienne pour certaines raisons éthiques et écologiques. Bref, effectivement certaines choses me touchent plus que d'autres mais je crois qu'il faut sans cesse essayer d'être meilleur et pour moi, ça passe par certaines prises de conscience et ensuite des positionnements éthiques. Ceci dit, chacun est libre de s'engager ou non, évidemment !

Julia a dit…

Aucun problème avec tout ça. Moi je suis écolo à fond, et je suis très contente quand quelqu'un de pas spécialement écolo fait un petit geste. J'ai envie d'etre moralisatrice avec personne. Par contre, ce qui me gave intensement, c'est les gens qui viennent ironiser sur mes posts ecolos. Que les gens s'en foutent du combat des autres, ok, mais venir dire à quelqu'un qui est écolo convaincu ou qui donne son sang un truc du genre "ouais bin vous donnez votre sang mais vous donnez pas votre moelle c'est pour avoir bonne conscience" ou autre connerie. Chaque petit geste compte, et les petits geste des gens qui s'en foutent et en font peu comptent tout autant.
Voilà :)

luisasi a dit…

Leo Ferré disait: Ce qu'il y a d'emmerdant dans la morale,c'est que c'est toujours la morale des autres......

Manoushka a dit…

AMEN et Merci ! tu as bien mis de jolis mots sur ce que je n'arrivais pas à exprimer. Et c'est souvent comme ça. Parfois Marie, j'ai l'impression que tu es ma parole en mieux ;) ah ah ah

Laura a dit…

Absolument rien à voir, mais étais-tu à PAris hier soir chez MAx y JEremy?
Si oui, je m'en voudrais toute ma vie de ne pas être venue te voir. Si non, tu as un sosi très réussi!!

Marie a dit…


Laura: Oui c'était moi... t'aurais dû venir

Carole (NY etc.) a dit…

D'accord, chacun fait ce qu'il peut, et ce qu'il peut parfois c'est ce qu'il veut. Cela dit, si certains passaient moins de temps à te juger, (et s'offusquer), parce que ça en demande du temps et de l'énergie, et bien ils pourraient se consacrer encore plus pleinement à leur cause. Gagnant, gagnant. Ils en deviennent plus sympas, leur cause est gagnante, et les autres ne sont pas accusés de je ne sais quelle cruauté. Bref, l'histoire de ton papi me rappelle une manif à New York qui m'avait bien interpellée. Des gens manifestaient contre le gavage des oies et des canards, (oh ces pauv' zanimaux, mais quelles cruauté!!!) devant des sans abris. Aucun des manifestants n'a manifesté d'empathie pour ces gens qui n'avaient rien à manger, ni logement. Mais je ne m'en suis pas mêlée, car qu'est-ce que j'en sais ? Une fois que j'étais partie, peut-être les ont-ils amenés bouffer quelque part. non? non, je ne crois pas, mais bon, ayant été victime de jugement assez régulièrement dans ma vie, j'essaie (et c'est pas toujours facile) de me retenir de juger moi-même. Enfin dans certaines limites.

Les M de Marie a dit…

Miss you.
Love.

Anonyme a dit…

Cette intolérance qu'on peut tous avoir, je ne l'excuse pas mais je la comprends : quand on tient à certaines valeurs on aimerait qu'elles soient partagées par tous.Quand on s'engage et qu'on s'indigne, on cherche ce qui pourrait valoir pour tous et pas seulement pour soi. Ca peut être positif si cette attitude débouche sur la discussion : on a aussi le droit de chercher à convaincre les autres.

Anonyme a dit…

J'espère que tu vas revenir Marie.

:)

Anonyme a dit…

Coucou Marie! J'espēre que tu vas bien et que tu vas vite nous revenir!
Bon concernant le sujet, j'avais évoqué la question de la souffrance animale dans mon com' en disant que je portais encore les UGG et autres chaussures en cuir que j'avais avant ma transition mais que je n'achēterais plus de matière animale vu que je suis devenue flexitarienne depuis 2 ans, et végétarienne stricte (donc ni poulet ni poisson) depuis Noël.
Je voulais te raconter que je ne suis pas d'accord avec ceux qui sont agressifs dans leurs commentaires mais qu'en même temps je les comprends car je te raconte pas ce que tu te prends quand tu es vg, j'ai été stupéfaite, moi quand j'étais carniste, j'ai toujours eu un regard bienveillant sur les vg du coup.
Je trouve ça important par contre de s'investir, éveiller les consciences, moi je suis reconnaissante à ceux qui m'ont amenée à me remettre en question et ouvrir les yeux, doucement ou brutalement, parce-que contrairement à l'écologie ou le don de sang, même quand on s'en fiche on sait qu'il vaut mieux consommer local etc. Par contre pour le végéta*isme, il y a une désinformation hallucinante, les gens croient vraiment que 1/ les protéines animales sont essentielles à un équilibre alimentaire, que protéine et fer= viande, calcium=lait, oméga=poisson 2/ que c'est dans la nature biologique de l'homme de manger de la viande 3/ que les animaux sont élevés dans des conditions acceptables et abattus avec soin. Alors que c'est tout le contraire. Et quand on a vu la réalité en face, ça fait mal. Oui les moutons sont dépecés vivants. Oui la plupart des vaches/cochons agonisent longtemps avant de mourir dans des conditions effroyables, torturés après avoir vécu une vie inqualifiable alors qu'un cochon, par exemple, est beaucoup plus intelligent qu'un chien! Et quand on est conscient de ça, c'est dur de voir des gens jeter de la viande à la poubelle, acheter du cuir alors qu'on a des alternatives cruelty-free ET écolo!
Bref, faut pas en vouloir à ceux qui sont violents, pour faire avancer les choses il en faut pour tout le monde et certains ne prennent conscience que de cette manière-là. Pour l'instant je ne suis pas vegan, juste une végétarienne qui évite un Max les produits laitiers et les œufs, n'achète plus de cuir mais porte encore ses pirates VW et ses UGG, mange des moules et Saint-Jacques sans le moindre souci de conscience (ce qui techniquement fait de moi une non-végétarienne, mais bon ça c'est un autre sujet). Eh bien quand des vegan nous secouent, je les comprends, je les défends même quand autour de moi on me dit " ah mais tu manges des œufs et du fromage, ça va, t'es pas comme ces extrémistes complètement dingues qui mangent rien" et là j'explique. Que non c'est pas extrémiste. Qu'ils ont des raisons sérieuses, que moi je le fais pas parce-que déjà végétarienne c'est super restrictif et parfois frustrant, vegan c'est carrément handicapant socialement. Mais c'est pas juste. C'est pas juste que ces gens soient mis au banc de la société, ne soient plus invités chez leurs potes car ils ne veulent participer à aucune forme de torture animale. Car oui, les produits laitiers sont une source de cruauté incroyable, je suis tombée des nues, je savais pas. D'ailleurs je n'ai toujours pas visionné les images, je peux pas.
Clochette/Mélisande

Anonyme a dit…

Je te conseille quelques lectures et vidéos, Marie, pas pour te convertir, mais parce-que je pense qu'on peut manger de la viande, des produits laitiers, des œufs etc. mais qu'on a pas le droit d'ignorer la réalité de l'industrie, de comment ça se passe. Les gens savent pas!
Pour commencer soft, http://m.youtube.com/watch?v=7vWbV9FPo_Q avec Melanie Joy, qui a écrit le livre "why we love dogs, eat pigs and wear cows". Ensuite le film "earthlings", il est sur youtube. Enfin "le discours le plus important de votre vie" avec Gary Yourofsky. Lui c'est un activiste qui peut parfois être très dur, dans cette conférence il est assez calme. Et bon, "no steak" de Aymeric Caron :)
J'espère que malgré on long commentaire je t'ai convaincue de regarder ces vidéos.
PS: nos grands-parents, c'est autre chose, ils ont connu la pénurie et ne mangeaient pas les quantités astronomiques de viande qu'on s'engouffre. La problématique 2014 c'est tout le contraire. Eux peuvent rester en arrière, mais nous, nous devons évoluer, nous adapter. :)
Clochette/Mélisande

Arie a dit…

Hello Marie, comme il n'y a pas moyen de te laisser un commentaire sur ton dernier article, je voulais ici te dire, n'abandonne pas le plaisir d'écrire, de blogger, parce qu'un troll t'a blessé ou cru percevoir certaines failles...Je te dis ça en connaissance de cause...Il y a quelques mois une personne qui laissait des commentaires sympathiques, s'est transformée du jour au lendemain en troll haineux, me jugeant, me laissant des commentaires désagréables, puis m'agressant par mails....J'ai tout d'abord été choquée, puis j'ai décidée de me"proteger" en supprimant mon blog...Cette part de moi qui me procurait un bien-être, bref, j'ai donc supprimé mon blog, mais j'ai réfléchi et en ai créé un nouveau...Pourquoi se laisser polluer par des personnes (qui se disent toujours bien attentionnés et qui en fait sont là pour heurter, pour quelles raisons? Je l'ignore, les seules choses qui me viennent à l'esprit sont : la jalousie et la bêtise...Bref, ces deux soeurs de l'ignorance qui ne devraient pas nous toucher!
Courage et reviens nous en force!!!! Hugs :D

Anonyme a dit…

Hello,

Il ne s'agit pas seulement de "combats". Ce serait trop beau ! Tu donnes trop de valeur aux commentaires des trolls.

Je ne peux pas m'empêcher de penser que les personnes qui jugent les autres parce qu'elles ont le malheur de porter des chaussures en poils de mouton, jugent tout le monde, tout le temps, pour n'importe quelles raisons et que, quoi qu'on fasse, elles trouveront toujours à redire.

Bref. Si elles ont envie de défendre les moutons, qu'elles aillent manifester chez UGG. Je ne vois vraiment pas en quoi troller ton blog va changer les choses.

Ces personnes qui viennent basher pour un "oui" ou pour un "non", qui vont te reprocher tout un tas de trucs à la écolo-cons, elles ont juste besoin de déverser leur connerie, leur frustration, leur jalousie quelque part. De préférence de manière anonyme. Les moutons, l'avenir de la Terre et de sa couche d'ozone, n'ont rien à voir dans l'histoire.

Je connais tout un tas de gens habités par leurs convictions qui respectent authentiquement celles des autres.

C'est même pas une question de prisme ou de priorités, c'est une question de savoir-vivre et de respect de l'autre.

Jess a dit…

Hello Marie,

Juste pour te dire que tu nous manques!
et aussi, si tu as le temps, regarde ce film:
http://www.primewire.ag/watch-2743303-20-Feet-from-Stardom

très très beau documentaire! je crois que ça pourrait te plaire...

xsmack