Pages

13.2.14

3 MOIS

tumblr_m2n6s9Rl551r6qeqf


Bon, ben ça y'est, les 3 mois sans achat sont passés.

Le troisième a été plus difficile que les autres, pour tout vous dire, ça me gonfle un peu. Je ne suis plus bien sûr de la pertinence du truc.


Il y a 3 mois, pour voir si j'en étais capable, je me suis dit que je n'allais acheter ni vêtement ni make-up pendant les 6 prochains mois. Même si le plus fort de la compulsion d'achat est derrière moi, je notais quand même une certaine difficulté de résistance à la tentation.
Je suis nulle en frustration, mais genre super nulle. Ca vaut aussi pour d'autres domaines que l'achat, d'ailleurs, j'ai du mal à me dire non. Je tente de m'éduquer, c'est pas toujours facile.
Aussi parce que j'étais lassée et un peu déprimée du discours dominant déculpabilisant, insistant sur "il faut se faire plaisir, la vie c'est dur" (et par le "se faire plaisir" on ne parlait que de s'acheter des trucs), l'idée assez tenace qu'il fallait tout essayer, tout voir, tout tenter et surtout tout acheter...
Un peu marre de m'entendre dire que comme je n'étais ni assez belle, ni assez jeune, ni assez mince il me fallait toutes ces nouveautés...
Je n'arrivais plus à prendre de la distance, alors pour voir si pendant 6 mois, je pouvais être autre chose qu'une frustration sur patte jamais rassasiée, j'ai voulu faire une pause.
Encore cette tendance à être hyper bonne dans l'arrêt total mais nettement moins dans la modération.

Evidement, ça fait vraiment tentative pour la petite occidentale qui ne manque de rien, certaines et certains ont même noté une certaine "indécence" dans le procédé. Quand les gens n'ont pas les moyens, ils n'en font pas tout un foin, et présenter cette "expérience" comme je l'ai fait pouvait être, sous certains aspects, incorrect pour ceux qui le font sans y voir une quelconque expérience puisque, pour eux, c'est une nécessité.
Ca n'empêche que faire ça, je ne l'avais jamais fait et comme je pars de loin (j'ai eu des périodes compliquées pendant quelques années, à acheter outrageusement, pour celles et ceux qui ne me lisent pas  depuis longtemps).

Dans ces 6 mois, j'ai des tolérances, je peux acheter tout ce qui ne concerne ni maquillage ni vêtements et tout ce que j'utilise au quotidien et que j'use.
Je peux acheter livres, disques, magazines, place de cinoche, cadeaux (même à base de vêtements et make-up) aux autres.

2 premiers mois, nickel.
Le troisième est moins enjoué.
C'est pas que je manque du moindre truc (j'ai de l'avance), c'est pas que j'ai de folles envies, non, ça n'est pas ça.
C'est que ma zone achat du cerveau est en manque.
J'en ai marre de pas voir de nouveautés, aussi minimes soient-elles.
Le maquillage me manque nettement plus que les vêtements, ce que je trouve étrange, comme quoi, les désirs se déplacent.
Je me raisonne mais ma raison se galère un peu en ce moment.
J'ai fait la moitié, je suis moins en pêche.

À la différence de la cigarette (j'ai arrêté de fumer il y a plus de 3 ans avec une assez grande facilité (ouais t'as l'impression que je me la raconte, mais du tout, j'avais essayé 5 fois peut-être avant, donc pas de crânerie, ça devait juste être mon moment)) je ne vais pas faire le deuil de l'achat, du plaisir que je peux y prendre, puisque même si c'est une manière de gérer un peu mieux ma frustration, quoi qu'il arrive, je rachèterai des trucs à un moment ou un autre.

Et puis le truc dont je me rends compte c'est que je ne fais pas la moindre économie. Des trucs j'en achète aux autres notamment, putain je crois que j'aime bien acheter...

Je partais en mode Dalaï Lama genre, ouais mais moi tu sais, mes désirs je les gère, je m'en extrais... Sauf que bon, certains trucs sont tellement ancrés en moi (la zone de récompense à l'achat ou le besoin de nouveauté par exemple) qu'il ne suffit pas de vouloir arrêter pour que tout devienne tranquille le chat.
Et c'est la fille qui a arrêté de fumer en se tapant des barres qui vous dit ça (et en prenant du cul aussi, mais ça, je crois bien que c'est difficilement évitable!).

Bon ben, j'ai besoin d'un petit shoot de motivation je crois bien...

Bisou smack.




43 commentaires

estelleblogmode a dit…

Je serais tout simplement incapable de faire ce que tu fais.

J'admire ta volonté, une des qualités qui t'a tjs caractérisée à mes yeux.

Bises ma belle blonde

www.estelleblogmode.com

Marie B a dit…

Salut Marie,

Je fais partie de celles qui ont commencé à consommer moins surtout à cause/grâce à des périples financières assez difficiles.

Avec le temps, je trouve que cette période de disette m'a permis de revoir mes priorités (la nourriture, le logement, c'est con hein) et ces envies, ces compulsions pour conjurer quelque chose d'inconscient certainement, n'existent plus aujourd'hui, ou du moins, moins qu'avant.

La nouveauté, j'arrive à ne pas y céder, j'ai besoin d'une certaine stabilité dans ma personnalité (que ce soit psychique, make up ou fringues, c'est con ce que je dis non ?) et toutes les nouveautés de la société de consommation me laisse indifférente aujourd'hui ! Je sais pas, j'ai réussi à voir dans la matrice peut être ? A voir que tout cela est factice ? Je ne sais pas ! Mais ça ne m'empêche pas de regarder les vidéos des favoris du mois de Coline ou les nouveautés tout ça tout ça.

Le cas de la récompense par contre je l'ai encore celui là ! Que ce soit avec la graille (genre aujourd'hui j'ai bien bossé je mérite (le mérite en fait, plus que la récompense chez moi !!) de manger chinois, ou autre hein (genre m'acheter un livre dont je n'ai pas besoin mais envie) ... même si ça va me coûtait 15 euros. Et du coup après, je culpabilise ... je culpabilise de ne pas avoir pu m'en passer, de ne pas avoir pu me satisfaire juste d'avoir bien bossé.

Je sais pas quoi ajouter. A part, tu vas continuer les 3 prochains mois ? :)

J'ai peut être pas été claire.
Félicitations (encore) pour la cloppe, je connais ça, j'ai arrêté facilement aussi il y a 1 an et demi alors que j'avais teste au moins 5-6 fois avant.

Bise
Marie

Marie B a dit…

Oh pis tiens, j'ai un documentaire à te recommander, je suis sûre que ça pourrait t'intéresser !

Non deux en fait : "Moins c'est mieux", je suis en admiration devant ces gens là mais je pense que je n'en serai pas encore capable ...

http://www.youtube.com/watch?v=vuobax5J-m4

Et celui ci, "Speed, à la recherche du temps perdu", rien à voir directement avec ce dont tu parlais aujourd'hui mais au fond ça se rejoint ...

bise (bis)
Marie

Karine a dit…


Et si je t'offre un soutien du genre…hmmm…voyons voir…hmmmm..plus de magazines pendant 2 mois ( même pas ceux piqués chez le toubib). Je peux pas mieux faire, vu que j'ai arrêté l'alcool il y a 4 mois, et la cigarette il y a 5 jours ( avec substitut, je te rassure)…Bref, c'est tendu un peu.

Marie a dit…


Estelle: Oh si tu pourrais, j'en suis sûre!

Marie B: Merci pour tes deux coms, je vais mater le doc.
Oui je veux continuer...

Karine: Ca c'est une idée les magazines!

Laetitia Deletraz a dit…

Eh ben tu as du courage ! Moi je sais pas si j'y arriverais, (à part quand je suis dans la dèche financière bien sûr, j'achète plutôt à manger que des fringues) déjà que j'ai pas tenu la clope (j'ai arrêté pendant mes grossesses et après j'ai repris) Je te souhaite du courage, tu en es déjà à la moitié tu survivras ! Bisous

http://thefullmode.blogspot.fr/

Jade Cactus a dit…

Mine de rien c'est passé bien vite ces 3 mois je trouve (bon en même temps ce n'est pas moi qui les ai vécus, mais quand même !)
Je ne sais pas comment te remotiver, et encore moins s'il le faut. Tu as décidé 6 mois au début de l'expérience, mais tu aurais très bien pu dire 3 mois, ou un an. A toi de voir, je sais que tu as en toi un truc qui te dit d'aller au bout, que de toute façon tu ne lâchera pas. Alors courage ! ;) bises

Charlotte a dit…

Bon courage pour la suite.
Pour ma part, mon manque de volonté s'exprime surtout vis-à-vis de la nourriture, et notamment des pâtisseries. Tous les jours, je me dis "pas de dessert ce midi", tous les midis je craque dès que je vois un gâteau au chocolat :)
Non pas que je cherche à perdre du poids ou quoi que ce soit, mais ça m'énerve de ne pas être capable de me raisonner sur ce point.

Anonyme Amande a dit…

Merci pour la chanson et pour la photo, 2 trucs que j adore : Grease et MC Solaar a ses debuts.

Tu te rappelles que je te disais avoir fait un tel craquage chez Zara en Janvier que je me degoutais moi meme d etre capable d autant de "n importe quoi" ? Et bien ce mois ci j avais decide de ne rien acheter qui ne soit pas necessaire (on part au ski avec ma petite etoile, donc forcement ca genere de l achat decathlon).
Et bien vois tu, j ai quand meme craque !
Un jour ou je m ennuyais au bureau voila pas que je me retrouve sur ebay, que je tape "isabel marrant" et que je me retrouve avec un robe de la collec H&M persuadee de faire une affaire. Qui n en fut pas une quand il y a 2j je me suis rendue rendue compte qu elle etait bien trop grande pour moi (l idiote que je suis a achete sans verifier si la taille etait la mienne...). Ridicule la meuf. Evidemment elle ne se revendra pas au prix ou je l ai achetee, j etais d ailleurs la seule sur le coup (fail).

Donc si tu craques, fais le au moins pour un truc qui en vaudra la peine je t en prie !

je t embrasse et puis surtout, ne culpabilise pas, quoi qu il en soit ...

Clemz a dit…

Allez Marie, allez Marie, allez !!!
Voilà je fais ce que je peux niveau shot de motivation.
Moi perso j'ai craqué, mais je me pardonne, parce que j'ai acheté de façon vraiment très très raisonnable et réfléchie, et que je ne suis pas douée pour les extrêmes. Je fumotte depuis des années, sans jamais réussir à fumer "pour de vrai", et sans arrêter non plus. Quand je dis fumotte, c'est une cigarette par semaine, parfois pas, parfois 5 dans la même soirée (mais c'est de plus en plus rare). Enfin voilà, quoi qu'il en soit je t'encourage dans ton défi. Et si tu craques, je t'aimerais quand même.
Bizzz et allezzzzz ! ;)

JujuK a dit…

Hello Marie,
Comme ça fait du bien de te lire (pardon, c'est égoïste) et comme je me reconnais dans ce que tu écris (là aussi c'est égoïste).
Parce que moi si je m'interdis d'acheter des fringues, je vais compenser par le make-up, si j'arrête le make-up, je compense par tout un tas d'autres trucs.

Je pense que c'est un peu comme le régime : si tu fais un truc draconien et que tu l'appliques "comme ça" (aucun jugement de ma part), tu peux perdre beaucoup de kilos.... Mais les reprendre après. Parfois même, quand tu t'es frustrée pendant un moment, après tu as envie de te lâcher encore plus.

Peut-être que l'une des pistes pour garder la motivation et le sens de ton expérience serait de se demander "pourquoi" et de se rappeler les raisons qui font que tu as arrêté justement.
Et je trouve qu'il est inquiétant (et je le dis car je m'en rends compte pour moi aussi) de voir que notre cerveau peut être en manque d'achat. C'est une véritable addiction, qui est en plus nourrie par tout ce qu'on croise à longueur de journée... les photos, les pubs, les magazines, les blogs mode et beauté...

Après c'est facile de se dire : ouais je vais acheter moins et mieux, ouais je suis au-dessus de ça... c'est moins facile quand t'es en face de ce joli rouge à lèvres qui n'est finalement pas si cher et qui est tellement beau...

Bref, en tout cas c'est super intéressant que tu parles de la frustration, car je me suis rendue compte, dans ma quête personnelle vers le "moins consommer et surtout mieux" qu'il me fallait faire l'apprentissage (oh, petite fille gâtée que je suis) de la frustration. Savoir se dire non. Résister. Résister pour se dire qu'on est plus fort que ça, que quand même on est pas des bêtes !!!

Cela dit, bien sûr il faut tout de même rester indulgent avec soi-même parce qu'aimer les belles choses c'est une qualité... il faut juste trouver la mesure, SA mesure.

Bon courage pour les 3 prochains mois, je suis sûre que tu trouveras TA façon de faire...
En tout cas, tu m'inspires beaucoup et me motives aussi à faire moins et mieux...

Bises Marie !

PS : je me permets de faire un petit parallèle audacieux entre ce sujet et le sujet de la fidélité (quand est-ce que tu nous refais un post sur l'amour, le couple, l'indépendance, etc ?), parce que je voudrais signaler qu'on est vraiment dans une société schizophrénique qui à la fois nous balance des messages d'hyper consommation (fais-toi plaisir, allez, ça ne te coûtera que si peu, la vie est courte, qu'est-ce que tu as à perdre, le plus important c'est que tu TE fasses plaisir...) et à la fois est baignée de tradition patriarcale, conservatrice et culpabilisante sur le corps, la fidélité, etc.
Je m'arrête là cette fois !

Aude a dit…

Le DIY, ça marche très bien sur moi :)

Yoko and co a dit…

Juste une question Marie : comment envisages-tu l'après ? Une fois cette expérience terminée, songes-tu reprendre tes habitudes, ou envisages-tu ce test comme un sevrage, te permettant de rompre avec tes travers ? J'ai moi aussi freiné mes achats de septembre à décembre, en remettant de l'ordre dans mes armoires. Ma frénésie s'est alors portée sur une volonté de tout réorganiser chez moi : j'ai tout classé, trié, rangé méticuleusement dans des paniers, casiers de toute sorte... Et puis, un petit passage à vide, besoin de changement et nouvelle replongée (achats de 5-6 tenues...). J'aimerais tant devenir raisonnable et cohérente avec ma conception de l'écologie, de la consommation. Seulement, acheter est un moyen facile de se consoler, de tuer le temps et d'avoir une sorte de vie sociale (les vendeuses sont toujours chaleureuses). Bonne journée, tu es courageuse et volontaire. Va au bout de tes idées. A bientôt Marie, et continue de nous aider à y voir plus clair.

Dauphine a dit…

Salut Marie!
Pas le temps de lire les commentaires précédents ou d'en laisser un fort constructif mais comme ça, à chaud, je te conseille le documentaire Moins c'est mieux, visionné pas plus tard qu'hier sur Arte.
Pas forcément innovant mais plutôt motivant et...inspirant! Il est aussi disponible sur Youtube http://www.youtube.com/watch?v=vuobax5J-m4
Bises : - )

Camille a dit…

Et si tu recevais des cadeaux make up et vêtements, tu aurais des petites nouveautés à te mettre sous la dent, sans craquer dans ton challenge ! Non... ?

C'est quand ton anniversaire ? ;)

Emyb a dit…

C'est marrant de voir notre avancée. C'est vrai ça fait déjà trois mois également que je n'ai effectué aucun achat fringues. Et si j'étais fier après un mois et demi. Bah j'ai complètement oublié de compter les 3 mois passés. Je ne peux pas dire que je réalise exactement la même expérience que toi. Car, je ne me suis aucunement fixé un challenge. Fin Octobre, ce fut l'achat de trop. Un achat murement souhaité. Economisé même. Et pourtant jamais mis, car une jupe en cuir, sur moi ça ne tient pas en place.

Cet achat m'a fait pété une durite. J'ai plus rien acheté des fringues et du makeup. Nothing. Et enfait, j'y penses même plus, ca ne me manque pas. J'ai pas arrêté d'acheter pour autant. Depuis juillet, j'ai recommencé à lire plus assidument. Je vais au ciné, je dévore romans et bd. Je m'occupe. Mon compte en banque ne se porte pas mieux. Je ne suis pas entièrement satisfaite de ce point de vue là. Mais ça me fait un bien fou, de me poser dans un bon roman plutôt que sur un blog mode ou site de vente. Moins frustrée également.

Merci Marie, sans toi, je n'aurais certainement pas autant réfléchis sur mon problème à la surconsommation.

Bises

Gweltaz a dit…

Une expérience qui pourrait être sympa, plutôt que de ne rien acheter pendant 6 mois, serait de s'autoriser à acheter une seule chose, et une seule, par mois, pendant six mois.
Ça peut permettre de s'interroger sur ses priorités, ses choix aux moment de l'achat, le moment du mois où tu fais cet achat (le premier jour - trop hâte - ou le dernier - je fais durer le plaisir...). Et du coup acheter une belle chose, qui devient précieuse. Le tout en limitant la frustration, qui ne fait pas bien plaisir dans le vie.

A très vite...

Anonyme Amande a dit…

Super le comm de JujuK :-)

natacha a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
ziloa a dit…

Tiens bon, surtout que tu sais que l'achat make up de plus ne te rendra pas plus heureuse ni plus belle ;-)
J'arrive à relativiser quand je me dis que ça fait plus d'un demi siècle qu'on fait du maquillage et qu'on va pas réinventer une nouvelle couleur de rouge à lèvre.. y'a pas urgence (ok les formules changent, mais rassure toi ça n'a surement pas grandement bougé en 1 an XD). Le pire ce sont les "nouvelles collections" de vernis, toutes les couleurs du monde existent déjà...
Je pense que le maître mot c'est de se dire qu'il n'y a pas urgence! J'habite dans une ville bourgeoise où toutes les boutiques de shoes vendent des modèles à 200€ et +, sauf que pendant les soldes tout ça descend jusqu'à 80 avec encore la blinde de choix.
paaas d'urgence :)

Cynthia a dit…

Hello la Chic fille..
Je me retrouve tout à fait dans le commentaire de Marie B.Moi c'est aussi à cause (ou grâce) à des pépins financiers que j'en suis venu à consommer moins.En quelques mots, y a deux ans encore j'avais un super taff qui m'éclatait et qui surtout rapportait pas mal..puis rupture des croisés..complications..des mois immobilisés et au final mon boulot de rêve qui m'échappe.Bref je suis passée de la vie bien facile et aisée à la galère sans parler de ma patte qui guérissait pas..J'ai eut pas mal le temps de gamberger à défaut de faire les magasins..Et aujourd'hui mon rapport à la conso est tout autre..y a un mélange de l'achat récompense mais aussi de ce que proposait Gweltaz ..En fait j'achète vachement moins mais j'ai des coups de coeur parfois hyper luxe..genre le sac ou la montre de mes rêves et là je suis prête à attendre jusqu’à ce que je le "mérite"..ça a nettement alléger mes armoires..on rejoint un peu la théorie du minimalisme..mais pour moi ça marche..Je suis tellement excitée à l'idée d'avoir le truc qui me plait vraiment que je ne suis plus tenté pas la nouveauté etc..Sinon ça doit faire 5 ans que je me dis régulièrement que je n’achèterais plus de mags et en particulier le "Elle" car je ne suis plus trop en accord avec le contenu et pourtant chaque fin de semaine je le rachète.Il m'arrive même parfois de l'ouvrir à peine..mais je crois qu'il y a un côté sentimentale.."Madeleine de Proust" car déjà ma mère et ma grand-mère le lisait.Mon com est un peu parti dans tous les sens, sorry ..en tous cas bonne chance pour la suite..Bises.

erell a dit…

Bonjour Marie,
A te lire quelque chose m'a frappée. Tu parles de désir, là où il me semble, il s'agit d'envie. On peut maîtriser ses envies comme céder à essayer de toutes les satisfaire... Le désir lui est ailleurs, bien plus inconscient, et peut-être pas (sûrement pas) à exclure, il est d'ailleurs bien assez refoulé comme ça ! Je me pose des questions à ce sujet en ce moment, et j'ai l'impression que c'est cette confusion (sûrement très ancrée dans le consumérisme ambiant...) qui nous empêche, nous entrave. En essayant de combler ses envies, finalement assez vides, est-ce qu'on ne passerait pas, est-ce qu'on ne refoulerait pas nos désirs ? Je continue d'y penser... Désolée pour ce commentaire psychanalytique de série B, je ne suis pas sûre que ce soit très motivant mais bon courage dans tous les cas !

lilibulle a dit…

coucou Marie,
je te lis toujours même si je commente moins souvent ;-)
Depuis quelques mois, je suis en pleine réflexion philo/spirituelle, notamment grâce aux écrits de Pierre Rabhi et de Dominique Loreau, sur la sobriété.
Malgré le fait que je sois tournée vers l'écologie depuis de nombreuses années, je continuais à beaucoup acheter. Certes du coton bio, certes du cosmétique bio ... Donc en gros, je me déculpabilisais en me disant : ben j'achète bio alors c'est écolo (hum hum ...).
En plus des lectures, j'ai fait un gros tri dans les vêtements de mes enfants (je gardais tous les vêtements depuis la naissance si jamais un troisième pointait son nez et j'ai un garçon et une fille. Depuis l'idée du troisième a disparu, d'où le tri) et mes vêtements. Et là, énorme claque dans la figure quand j'ai vu les sacs s'aligner (entre 10 et 15 gros sacs poubelles).
L'écoeurement m'a pris, tout cet argent foutu en l'air pour juste des vêtements qui ont été mis quelques mois pour mes enfants, voire à peine pour moi, l'accumulation de choses chez moi quand d'autres n'ont rien, le gaspillage des biens de la planète ...
Du coup, depuis septembre, j'achète vraiment vraiment moins. Pour les soldes, j'ai acheté un manteau dont j'avais rééllement besoin et un pull et c'est tout. Rien pour mes enfants car leurs placards débordent.
Je ne fais pas le zéro achat parce que j'arrive à me modérer et à le faire dans tous les domaines de ma vie.
Je lis en parallèle zéro déchet par Béa Johnson qui me pousse encore plus dans la voie (même si je pense que je n'arriverai jamais à son niveau) et j'ai complètement changé ma manière de faire des cadeaux aux autres (exemple : je suis bonne cuisinière, donc quand on va manger chez des amis, je ramène un kit petit déj avec brioche maison, confiture maison ... ce qui est écolo et pas dans la consommation, double effet kiss cool ;-) ).
Bon courage à toi.

Anonyme a dit…

Hello Marie,
Je trouve que tu as bien fait de tenter cette expérience, aussi extrême soit-elle. Perso, je me tâte à me fixer un budget "achats pour compenser" pour mieux maîtriser mon budget, sans être totalement frustrée.
Mais j'ai une question. Si tu ne fais pas d'économies, c'est que tu as reporté tes besoins de compensation sur autres choses ?
Bises et bon courage
Alex

Anonyme a dit…

@ Gweltaz: voilà une bonne idée! moins frustrant déjà...

AS

Cla a dit…

Moi j'ai un petit truc pour combattre l'envie de "quelque chose", sans objet précis.

Tu peux te dire mentalement que tu vas craquer sur UN truc, un seul, mais un truc parfait. Là tu te mets à chercher le truc tellement parfait, qui va changer ta vie, LE truc ultime puisque tu n'as le droit qu'à ça. Et si tu penses que tu l'as trouvé tu te donnes une semaine pour tourner autour et être sûre. Ou encore mieux, tu te donnes aussi longtemps que possible jusqu'à ce que tu craques vraiment.

Eh bien je suis prête à parier que tu n'achèteras rien du tout. Et que si jamais tu craques et que tu achètes un truc soit tu en seras très satisfaite et ça te comblera, soit tu seras dégoûtée d'avoir craqué juste pour ça, tu te diras que ça n'en valait pas la peine donc ça affermira encore plus ta volonté.

En réalité c'est une façon de gruger son cerveau pour ne pas qu'il pense à la frustration, mais tu es allée suffisamment loin dans ton expérience pour être pratiquement sûre de ne pas craquer même avec cette "autorisation" !

Prune a dit…

Je crois que le make-up et les fringues (et les buzs "sociaux culturels"…) tout ça a à voir avec le regard de l'autre; être précurseur, différent, pointu aux yeux de ton entourage averti ou non ….
Bref je crois Marie qu'il te faut un projet , et non je ne parle pas de l'achat d'un appart ou de chercher à être en couple ….Juste un nouveau projet
Moi par exemple (qui vit en province ET à la campagne )je me suis inscrite dans une association de ramasseurs de champignons(je rappelle que j'ai 33 ans ); c'est sans doute le truc le moins fun de l'univers et je suis de loin la plus jeune de la troupe ; les autres "champignonneurs" st tous à la retraite . Mais c'est passionnant et surtout je suis loin de la population à risque (jeunes/ entourage qui jugent et à qui je crois devoir prouver des trucs ), ceux là ne savent même pas ce que c'est H et M ni même qui est Isabelle Marant ; Et je vais te dire ça me fait un bien fou :)

Prune a dit…

Je voulais dire ; mes nouveaux amis -les papis -ne connaissent pas H et M et Isabelle Marant….

Anonyme a dit…

Hello Marie,

Encore une fois merci pour ce post et ton authenticité. :)

De mon côté une prise de conscience c'est faite à la suite de gros pépins financiers. Depuis presque 3 ans, suite à une rupture, je suis passé de classe moyenne, à la classe des travailleurs pauvres (3615 ma vie sorry…) Je ne suis pas là pour faire pleurer dans les chaumières, mais au début je dois le dire, j'en ai énormément souffert. Habitué dès mon plus jeune âge au luxe, la vie royale, fille unique et choyée, je pensais que le ciel me tombait sur la tête. Quand on se trouve subitement à se demander comment on va pourvoir bouffer en fin de mois, c'est très étrange. Et mon égo mal placé m'interdit de demander de l'aide. Les crasses s'accumulant, j'ai fait une croix sur la consommation qui n'est pas nécessaire. Et un constat s'est imposé à moi. Je suis heureuse malgré tout. Cela peut sembler très simpliste, mais j'en suis venue à relativiser, et à ne plus être frustré. Cette crise financière sévère a finit par engendrer une crise humaine, si j'ose dire. Comme je te l'avait dit dans un comm' précédent, je suis graphiste pour une grande marque de prêt à porter. Nous sommes, dans mon métier, presque conditionnés à l'achat. Et là d'un coup, tout ça m'apparut sous un angle chiant, presque agressif.
Pourquoi ? Pourquoi pousser à l'achat ? Pourquoi consommer ? Les marques n'ont pas d'états d'âmes, elles parlent de budget et de chiffres d'affaires, et de productions à moindre coût… Les rouages de la communication sont moche.

Tout ça pour te dire, que j'ai pris la décision de tout plaquer et de me lancer dans un métier d'aide à la personne, pour les personnes atteintes de maladies psychiatrique. Alors oui mon histoire est très personnel, mais je suis convaincu que sans cette crise financière, et du coup cette frustration qui m'a rendue malheureuse, je n'en serais pas venue à de telles choix. Je n'ai pas d'avis sur les personnes qui consomment à outrance, je ne me permettrai jamais de poser de jugements. Être économe ne rends pas moins con, par contre consommer en ayant conscience du matraquage publicitaire et des fausses envies, ça fait du bien.

Voilà c'est fini :) Encore un grand merci pour ton blog, tes articles et ta franchise.

Je t'embrasse. Camille.

Amandine a dit…

Bonjour Marie,

Personnellement pour avoir une sensation de nouveauté sans acheter de nouvelles fringues, et comme mon armoire se porte mieux quand elle est moins remplie (bcp plus clair, plus facile le matin!), je mets une bonne partie, genre le tiers/la moitié, de mes fringues dans un sac que j'oublie au fond d'un placard. Puis quelques mois plus tard, quand ma garde-robe m'ennuie, je redécouvre ce qu'il y a dans le sac et en même temps, je refait un nouveau sac avec les fringues dont je me suis lassée, et rebelotte quelques mois plus tard...Parce que en général, il ne faut pas beaucoup pour avoir un sentiment de renouveau, il suffit (en tout cas pour moi), de quelques pièces qui tout à coup (re)deviennent mes préférées...
VOilà je ne dis pas que c'est LA solution, mais si ça peut donner des idées à quelques unes, tant mieux!

Belle journée.

Ma. a dit…

Ce qui est frappant à force de te lire est la sévérité dont tu fais preuve envers toi-même.
Je trouve essentiel d'être critique envers soi, et de ne pas jamais tolérer ses faiblesses au prétexte qu'elles seraient partagées par d'autres. Mais je crois aussi important de ne pas transformer la critique en punition.
D'une certaine façon, peu importe que pendant ces six mois tu parviennes à ne rien acheter qui ne te soit reconnu comme utile ou efficace. Ce qui devrait te rendre fière me paraît ailleurs : dans la mise à l'épreuve à laquelle tu te soumets volontairement. L'objet de cette mise à l'épreuve est presque... secondaire (à savoir : ne pas faire d'achats).
Je pense que l'apprentissage de la modération pour celui à qui elle n'est pas évidente doit en passer par quelques expériences radicales, qui doivent être transitoires, et grâce auxquelles on éprouve physiquement ce que suppose d'être, ou exactement le contraire de soi (ce qu'on imagine être le contraire de soi), ou exactement le pire de soi (ce qu'on imagine être le pire de soi).
À la fin de ces six mois, et aussi parce que tu te seras tenue à ta consigne de départ, je suis certaine que tu te rendras compte à quel point tes envies d'acheter, qui te pourrissent la vie (alors même qu'elles ne représentent en soi rien de vraiment indécent ou disproportionné, sauf dans le cadre d'un relativisme exagéré qui, poussé à l'extrême, revient à dire qu'il est injuste d'être née en France plutôt qu'au beau milieu du conflit syrien), ont une cause au moins double : certes, les influences extérieures que tu subis (publicité, magasines,blogs...), mais le réconfort qu'apporte l'habitude de se définir négativement. Bref, le problème n'est peut-être pas tant d'acheter, mais de devoir arrêter d'être, à tes propres yeux, la fille dont le problème est d'acheter.
La preuve, c'est que tu as beau avoir arrêté d'acheter des trucs pour toi (ce dont tu devrais tirer de la satisfaction), tu t'aperçois que le sentiment d'inconfort persiste, et qu'il est ailleurs (et qu'il s'est déplacé dans le fait d'acheter pour les autres).
J'ai seulement remplacer mon ancien problème par le tien en partant de ma propre expérience pour écrire ce petit machin (je ne fais pas la donneuse de leçons). Tout ça pour dire que peut-être tu tirerais un bénéfice, pendant ces trois derniers mois, d'en profiter pour modifier ta perception de toi-même, en partant de la victoire que, OUI, malgré tout tu y arrives, et que cela ne t'empêche pas de continuer à être Marie pour autant — mais quelle Marie veux-tu être, je crois que c'est la question.
Bises.

Jess a dit…

courage Marie!
et puis surtout merci encore une fois pour ton honnêteté! vraiment j'adore lire tes posts!

et pour t'aider, un petit cadeau made in nostalgie:
https://www.youtube.com/watch?v=tx36WlwBJ1c

smack!

Petitprunier a dit…

Salut ma biche

Quand je te lis jme dis que le souci, il est pas au niveaux des objets mais au niveau de l acte. Tu le dis toi même : tu aimes acheter... Jai eu une ppériode comme ça : je rhabillais ma soeur, faisais des cadeaux outranciers à mes amis et gatais mes parents. Je faisais temporairement la paix avec ma compulsion grâc aux cadeaux. Mais le fond du problème ne changeait pas. Aujourd'hui encore quand je sens la crise arriver j achete pour mon mec ou min meilleur pote. C est un des moyens qui me permet de la juguler (je de pense moins, c est plus raisonné, je sais que ça ne sera pas foutu en l air...) mais aussi, jme leurre pas, de tenir la honte et la culpabilité. C est pas une mauvaise chose en soi : l estime de moi même joue beaucoup dans la reprise de la spirale des dépenses.

Bref, pour la première fois depuis le début de ta réflexion, je reste un peu sur ma faim et ne comprends pas bien la finalité de ta démarche. Se priver d objets c est bien, mais on sait toutes les deux que la pulsion d achat, même sans être addictive, est dans l acte, dans le geste. Ne le prends pas mal, j adore tpujpurs te lire et tes réflexions restent hyper intéressantes. C est juste que je n ai pas compris :-)

Jt embrasse ma belle take care

Anonyme a dit…

Coucou belle Marie,

Y a un truc qui peut peut-être aider ta motivation... Je sais pas, j'ai jamais tenter ce genre d'ascèse-là, et j'ai pas tout tout suivi depuis le début de ta résolution no-shopping. Mais y a pas longtemps j'ai lu un livre de psycho-machin-positivo-zarma, et l'auteur dit que quand on veut mettre le hola ou stopper un truc, il faut déplacer l'énergie vers autre chose que la négation. C'est-à-dire, et peut-être d'ailleurs que tu le fais déjà, qu'il faut "sublimer". Faire autre chose. Tu ne t'interdis plus d'acheter des vanités, mais tu commences à planter tes herbes aromatiques sur le balcon, peindre sur des galets de plage, apprendre la guitare, faire du yoga,lire en anglais, tricoter (ça tu le fais déjà) etc.
Nan, Ça marche pas quand tu t'organises comme ça?

Des bisous.

Charlotte L.

Arie a dit…

Hello! Ma question est pourquoi? Pourquoi se priver (si ce n'est pour faire des économies), je ferai donc le vilain petit diablotin qui te sussurerait à l'oreille :"Mais vas-y lâche toi, achete, profite..."
C'est si bon de se faire plaisir, je suis contre toute forme de frustration (puisque la génération Y, la nôtre a été élevée dans ce concept de No-frustration)...Il ne faut jamais s'interdire de se faire plaisir (à mon avis)

Marie a dit…


Laetitia deketraz: <3 merci!

Jade cactus: C’est sûr, c’est exactement ec que me disent certains de mes amis, la durée, c’est pas le plus important!

Charlotte: Je comprends…

Amande que je love: Oui tu as raison, c’est assez dingue que tu n’aies même pas regardé la taille de la robe, non?
t’embrasse

Clemz: ahahahah je rêve d’être une fausse fumeuse comme toi, je suis tout ou rien malheureusement…
Bisous

Jujuk: Tua s sûrement raison sur les conséquences de ce qui est drastique, j’évite de trop y penser… Ca me fait flipper :D
Merci pour ton commentaire ne tous cas!

Aude:Oui c’est vrai…

Yoko and co: je ne l’envisage pas vraiment… J’ai envie de réajuster, un temps sans rien pour analyser, réajuster une fois terminé, je crois que c’est ce que j’espère idéalement.
Bisou et merci.

Dauphine: Merci je l’ai regardé c’est passionnant.

Camille: en juillet -__- ahahah

Emyb: Ah ouais, genre t’es grave détendue donc?

gweltaz (aka Boueltez): Oui c’est ça le mieux je crois, du beau parfois, et c’est tout!Bise à tout à l’heure <3

ziloa: Tu mets le doigt sur un truc très intéressant, le caractère d’urgence… Je crois tjs au fond de moi que les choses vont disparaître… Je ne sais pas pourquoi, c’est ce qui me fait que je me précipite…

Cynthia: Les magazines, c’est une des pistes les plus sensibles à creuser. Je suis comme toi, je peux pas trop m’arrêter, mais c’est tout pourri (en tête le Elle dont l’intérêt dégringole de fou)…
Bise et merci pour ton commentaire (la piste minimaliste, il faut vraiment que je plonge dedans…)

erell: Tu as raison, étrange de voir comme je confonds les 2 quand j’ai écrit. C’est clairement pas un hasard.

lilibulle: Merci pour les pistes de ton commentaire.
C’est intéressant, je ne suis pas du tout dans cette mouvance écolo, mais avoir une pensée plus grande que soi, aide forcément à envisager sa consommation sous un prisme plus… solidaire. Ca doit aider!
Bise et merci!

Alex: Oui en fait. Des cadeaux, plus de magazines (n’importe quoi…).

Cla: C’est effectivement une très bonne idée…

Prune: Ah oui tiens, des loisirs au-delà de ce type de goûts, c’est une idée… les champignons, pourquoi pas!

camille: Merci camille pour ton commentaire, c’est dès intéressant de voir comment tu as ciblé le superflu et comme finalement tu as vu que ton bien-être n’avait rien à voir avec ce bonheur d’achat.
T’embrasse

Amandine: Ah oui j’ai déjà fait ça… ça marche très bien.
Merci bise

Ma: Merci pour ton commentaire, il m’a tellement plu que je pense le mettre en post (si tu ne veux pas, précise le moi en commentaire). Tellement je le trouve juste et bien argumenté…
Merci.

Jess: <3 trop de love dans ce clip

Petitprunier: Je crois bien que tu as raison, mais tu sais quoi, sans l’avoir fait, je crois que je l’aurais pas compris… Enfin je l’avais compris de manière abstraite, là, c’est empirique.
Merci t’embrasse aussi

Charlotte L: Rien que le mot « sublimer » est parfait. Merci Charlotte.
Bisous

Arie: Je peux pas être décontractée là dessus, j’y vois toujours un excès… Merci pour ton commentaire.

petitprunier a dit…

c est encore moi :-)

tu sais le com anonyme juste apres le mien me fait penser à un truc tres juste que m a dit ma psy.

elle me dit que je suis dans la lutte, tout le temps,et que visiblement cette lutte ne fonctionne pas, qu elle me maintient dans un cercle vicieux plutot que de m en faire sortir (contrairement à ce que j imagine réussir à faire en etant en permanence dans le combat). elle me dit qu au lieu de lutter et rester dans le cercle, ce qui de facon evidente ne me mene à rien, il faut que je fasse un pas de coté, et mette le pied dans un cercle vertueux.

ca a l air con dit comme ca, mais ca a fait echo en moi : plutot que de combattre des demons avec des armes qui ont deja fait des dizaines de fois leurs non-preuves, essayer d engager quelque chose de positif, qui sera dans la construction d un truc bon pour moi, et non dans la destruction d une nuisance (paske ca clairement, j ai essayé et ben... ca a pas marché des masses hein)

peut etre que c est pour ca que c est toujours difficile cette histoire d ascese: parce que tu luttes mais qu il faudrait carrement sortir du cercle et passer sur un autre plan? c est juste un idee bien sur :-)(jme sens un peu donneuse de lecons là, pardon)

voilou!

des bisous :-)

Ma. a dit…

Pas de problème pour poster mon commentaire, je suis honorée :-) Merci beaucoup pour ton retour.

Morgane a dit…

Pendant plusieurs années, j'ai été une acheteuse compulsive. Suite à un épisode de chômage, j'ai expérimenté malgré moi une période sans achats. Ne pouvant pas acheter, j'ai commencé à établir une petite liste des choses que je voulais, en les classant par catégories (vêtements, accessoires, sacs, déco, etc) et en les mettant par ordre croissant d'arrivée (les nouvelles choses étaient inscrites en dernier).

Au fil du temps, ma liste s'est épurée assez facilement, certaines pièces sont restées et 95% d'entre elles ont disparu aussi vite qu'elles sont arrivées. Depuis je continue d'adopter le même système et je n'achète plus rien de façon compulsive, je me laisse toujours un moment de réflexion, qui peut me prendre une semaine comme plusieurs mois. Ça me permet de prendre du recul et de ne pas être dans la compulsion simple.

Je n'éprouve aucunes frustrations puisque je ne m'interdis rien, au contraire je m'autorise tout, mais je n'achète que ce qui me fait vraiment envie et qui me plait toujours, même après plusieurs semaines (bien souvent je me lassais très vite de ce que j'achetais et ce qui me plaisait à un moment donné, pouvait ne plus me plaire deux semaines après).

Ça fonctionne pour moi, je ne sais pas si ça pourra t'aider, je pense malgré tout que se faire violence et ne rien acheter n'est pas la meilleure des solutions. En soi consommer un bien n'est pas mauvais, c'est la surconsommation qui selon moi est malsaine.

JujuK a dit…

Un petit ajout à mon commentaire précédent, et en réaction au très juste et très intéressant commentaire de @Ma et de @petitprunier :
un jour j'ai lu un article (malheureusement, impossible d'en retrouver la référence, désolée...) qui parlait de l'obsession des régimes, et qui disait qu'aujourd'hui dans notre société, on fonctionne énormément sur la culpabilisation.
Et effectivement, dans ton post (et dans d'autres) tu es très dure avec toi, alors que tu as réussi le challenge que tu t'étais fixée. Mais on est tellement habituées à se dire de nous-mêmes "ah là là, je n'ai pas de volonté", "j'ai craqué", et à culpabiliser au moindre écart (que ce soit de la nourriture, des fringues, un jour où on devait faire du sport et qu'on en fait pas, etc.), qu'on fonctionne comme ça PAR DEFAUT.
C'est très intéressant de regarder les choses par ce prisme. Parce qu'en fait, cette démarche est tellement ancrée chez nous que ça devient une habitude : on consomme > pas de satisfaction à part le "plaisir immédiat" > on se dit que c'est mal / on se blâme > on jure qu'on va arrêter > on n'y arrive pas ou pas totalement / on a encore envie > qu'on "craque" ou pas, on culpabilise > on finit par acheter > on se dit que c'est mal, etc.
Or, si on brise le cercle vicieux à un moment, peut-être qu'on peut arriver à se faire du bien, à dire du bien de soi... à se FAIRE CONFIANCE.

Voilà, bon désolée pour ce commentaire pas très clair...
Bises !

MelleCam a dit…

Hello,

Moi aussi j'ai passé deux mois sans aucun achat, mais pour des raisons 'indépendantes' de ma volonté : j'ai été tellement malade pendant mes premiers mois de grossesse, que je passais du bureau à mon lit, et vice-versa ! Du coup, aucune envie de faire les magasins, ni de me concentrer sur les sites de vente en ligne.
Résultat : aucun achat mode et beauté pendant deux mois, et pas mal d'économies !

En revanche, maintenant que je n'ai plus de nausées et que je retrouve mes capacités d'acheteuse, je claque, je claque !
Je ne sais pas si c'est mon inconscient qui essaie de 'rattraper' le temps perdu, ou s'il se raccroche à cet aspect de ma vie d'avant (oui, parce que grosso modo, quand tu es enceinte, t'as l'impression que toute ta vie part en morceaux, tu ne comprends pas qui est cette personne que tu es devenue... En tout cas, ça me fait cette effet-là à moi !). Au final, j'achète plein de fringues, et même certaines que je sais ne pas pouvoir porter avant 4 mois (des vêtements impossibles à faire mixer avec mon ventre de plus en plus rond) !
Voilà pour mon expérience qui rejoint un peu la tienne.
Bises.
Camille

severi27 a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
alex moore a dit…

Êtes-vous un homme ou femme d'affaires? Êtes-vous en toute contrainte financière ou avez-vous besoin de fonds pour démarrer votre propre entreprise? Avez-vous un faible pointage de crédit et vous trouvez qu'il est difficile d'obtenir un prêt auprès des banques locales et autres institutions financières? Notre méthode vous offre la possibilité d'indiquer le montant du prêt nécessaire et aussi la durée que vous pouvez vous permettre de compléter le remboursement du prêt avec un taux de 2% d'intérêt. Cela vous donne une chance réelle d'obtenir les fonds dont vous avez besoin. Intéressé envoyez-nous aujourd'hui à am.credito@blumail.org