Pages

1.6.13

VIDEO DU WEEK-END (SAMEDI 1ER JUIN)

Merci Catherine pour le lien de cette vidéo, elle est mortelle, mortelle, mortelle (et comme toi elle trouve tellement écho).

 Bon samedi les copains, allez faire des couronnes de fleurs, c’est de saison... ouais même toi Thibo, puisque c'est de saison t'as pas ton mot à dire!

17 commentaires

lenna a dit…

hello
je viens de regarder la vidéo, mais je la trouve un peu facile. ce monsieur nous dit qq chose que nous savons déjà, nous fait la leçon mais ne nous donne pas grand chose, à part de la culpabilité et bien peu d'énergie... ça m'a presque fait l'effet inverse que c'est sensé provoquer. je conseille plutôt d'aller faire un tour sur ce site http://www.brainpickings.org/ qui rassemble des idées issues de livres dont certains sont liés à la créativité, etc.
développons nos passions, oui, mais ne nous laissons pas culpabilisés par d'autres idées du succès que les nôtres, que celles que nous construisons à partir de nos buts profonds...
un beau weekend à toutes et tous,
bises
lenna

Clara a dit…

Coucou !
comme Lenna, je suis super gênée par cette vidéo... Déjà le mec a l'air de prendre son pied à culpabiliser les gens, ce qui est toujours suspect... C'est facile de dire à quelqu'un "t'as raté ta vie" : on a tous "raté" un truc dans nos vies, donc en balançant ce genre d'accusation même à tort et à travers on est sûr d'appuyer où ça fait mal. Ca va marcher à fond avec les gens un peu maso ou qui culpabilisent facilement. Donc déjà méfiance. En plus le mec casse plus qu'il n'encourage, alors que son message est sous-disant motivant. Ah oui et c'est sûr que si on met la barre de la réussite au prix Nobel, 99,9999% de la population est composée de nazes.
Ensuite sa logique (très américaine dans l'esprit...) est hyper simpliste : en gros, si on a une grosse passion, on va réussir. Il faut "suivre ses rêves". Si on a pas réussi, c'est qu'on était pas assez motivé. Ou c'est qu'on est un lâche qui se ment à lui-même et qui se cherche des excuses. Mais cette logique c'est un putain de MYTHE !! Il y a MILLE raisons pour lesquelles on va réussir ou pas, à commencer par être bien né, avoir reçu une bonne éducation, avoir un sens pratique très solide, être là au bon moment, faire les bons choix... Son exemple du magicien par exemple : oui, si le mec réussit à vivre son rêve c'est vraiment cool pour lui, mais s'il se plante (qu'il n'est pas assez bon, que le marché n'est pas là, qu'il lui arrive quelque chose) qui va payer le loyer ? Si c'est une fille et qu'elle tombe enceinte ? Qui est-il pour culpabiliser des gens qui cherchent juste, dans l'immense majorité des cas, à composer avec ce que la vie leur a donné ?
Je ne dis absolument pas qu'il faille être frileux sous prétexte de "bon sens", je dis simplement que sa logique est très incomplète, et du coup cruelle envers les "nazes" qui ne "vivent pas leur rêve" -et qui sont obligés de faire la caisse au supermarché par exemple...

Lilypad a dit…

Coucou Marie !

Je dois dire que cette vidéo me laisse très perplexe. Je suis à la fois d'accord et pas d'accord avec ce qu'il dit. D'abord, tout comme Clara et Lenna, je trouve le discours très simpliste et culpabilisant, comme si d'un côté il y avait ceux qui ont réussi, qui ont suivi leur passion et les autres qui ont complètement raté, soit en loupant le coche, soit parce qu'ils n'ont jamais trouvé leur passion justement (ce qui arrive à plein de gens). J'ai particulièrement détesté le moment où il estimait que la famille ou les amis n'étaient qu'une fausse excuse pour ne pas se lancer. Honnêtement, je ne vois pas ce qu'il y a de mal pour un parent (que ce soit le père ou la mère) à vouloir freiner sa carrière pour accorder plus de temps à ses enfants, du moment que c'est un choix avec lequel il est en accord et épanoui. Ca ne veut pas dire qu'il s'est sacrifié ou aura une vie professionnelle complètement ratée. Pour le reste, je suis assez d'accord avec les deux commentaires du dessus.
En revanche, là où je suis assez d'accord avec lui (bien qu'il aurait pu l'introduire autrement), c'est sur le fait que la peur nous empêche souvent de nous lancer dans ce qu'on veut vraiment. C'est vrai que c'est mon cas, j'ai très peur de l'échec et c'est le genre de discours qui m'aide un peu à me ressaisir (même si je ne suis pas naïve au point de croire que je vais réussir simplement parce que j'aurais essayé très fort). Voilà, je trouve dommage en tout cas que son discours soit aussi simpliste et surtout moqueur.

Bisous!

Clara a dit…

PS: en y repensant mon commentaire est un peu trop négatif, un peu rageux... Lilypad a raison de nuancer :)
bises

lunelo a dit…

héhé c'est drole je l'ai maté la semaine derniere et envoyé a une cops qui me disait quand est qu on deviendra adultes,
fo dire qu'on a des grosses veilléites artistiques notamment theatreuses et bien sur on ne fait rien....

la france n'a absolument pas la culture du yes we can et les comments des filles en attestent

moi qui suis en general tres sensible a la culpabilisation, la non,qui effectivement n'apprend rien de nouveau est pour moi un simple gentle reminder...
Son speech me fait penser a "faites vous meme votre propre malheur" et "le manuel du parfait petit masochiste"

second degre quoi ;)

pour contrebalancer tout ça
un feel good book que je viens de debuter
"Vous etes doués et vous ne le savez pas" de barbara sher

tibo a dit…

Ok, je m’exécute alors ;-)
http://tibo.blog.free.fr/rehost/chat-blanc-avec-couronne-fleurs.jpg

Alexandrina a dit…

Bonjour,

J'avoue que moi aussi cette vidéo me laisse un peu perplexe. Bien sûr ce qu'il dit n'est pas faux... on se trouve toujours de bonnes excuses pour ne pas agir, la peur paralyse, etc. Mais il faut aussi être un peu indulgent avec soi même. La réussite (quoi qu'on mette derrière ce mot), ce n'est pas un parcours linéaire. Je suis également un peu gênée par ce que je soupçonne derrière ces mots de "great careers". J'imagine qu'il s'adresse à des cadres d'une grande entreprise d'où le discours très "corporate", les exemples cités (Steve Jobs), mais enfin j'ai l'impression que pour lui une "great career" ça se résume à un poste important, à de hautes responsabilités, à la reconnaissance professionnelle et sociale, ou encore à la réussite dans une carrière artistique. C'est quand même très discutable. Il y a plein de gens qui choisissent en toute connaissance de cause des professions au potentiel de progression limité (je pense par exemple aux personnes qui travaillent dans le social ou dans le domaine de la santé) parce qu'ils veulent être utiles à la communauté. Ils resteront peut-être à la même place et dans l'ombre toute leur vie mais ça ne fait pas d'eux des gens sans ambition. Merci néanmoins pour cette vidéo, c'est toujours bien de pouvoir échanger sur ces sujets. Bises

Alexandrina a dit…

J'ajoute un post-scriptum à mon premier commentaire car après avoir vu la vidéo, j'ai fini par lire le fameux discours de Stanford de Steve Jobs, dont un ami m'avait déjà parlé... C'est intéressant car il y parle justement de ses échecs et de la façon dont paradoxalement ils ont contribué à sa réussite... Du fait qu'il ait quitté l'université avant d'avoir eu son diplôme, qu'il y ait suivi un enseignement (la calligraphie) en apparence inutile (il finira par lui être utile chez Apple), de la façon dont il a failli tout abandonner après s'être fait viré à trente ans de chez Apple... Personnellement ce discours me parle plus de la vidéo, je le trouve sincère (voire touchant) et moins culpabilisant. Je mets le lien pour ceux que ça intéresse : http://www.evene.fr/celebre/actualite/discours-steve-jobs-stanford-2005-672682.php

lenna a dit…

bonsoir Alexandrina,

merci pour le lien vers le discours de Steve Jobs, je viens de le lire et je le trouve en effet tellement plus riche et touchant que la vidéo (bon le contexte de ted où le savoir prend la forme du spectacle, pour le meilleur et souvent pour le pire, n'aide pas). pas tout ne nous motive de la même façon (et c'est tant mieux), chacun-e trouve ce qui lui parle profondément, ce qui aide à la transformation et à passer par delà la peur. pour moi, ce n'est pas le monsieur de la vidéo qui va m'aider à dépasser la peur qui m'étreint (surtout pour un projet pour lequel je suis très en retard, oops, mais je n'ai pas abandonné), mais si ça marche pour qq'un, c'est cool !
courage courage courage !
des bises,
lenna

lenna a dit…

oops pardon, j'ai mal relu, je voulais dire bonsoir à tout le monde et merci à Alexandrina pour le lien. bon je me remets à mon projet en retard au lieu de me reconforter grâce à internet...
bises et courage !
++

laïka a dit…

Je trouve cette conférence consternante. Déjà parce que je trouve son humour pathétique et très cliché de ce genre d'intervention. Ensuite parce que comme ça a été souligné, ici on n’a pas été élevé le regard vissé vers le rêve de la « grande carrière » et dans la hantise de la position de loser.

Et surtout parce c’est d’un réductionnisme crasse. Je serai assez curieuse de savoir quelle catégorie ce monsieur a réservé pour les gens qui ont bel et bien suivi leur passion et pourtant n’ont pas fait une grande carrière. Par exemple mon père a changé de métier et s’est lancé il y a 20 ans dans une branche qui le passionnait, et d’une façon très personnelle. Mais il a fallu finir par mettre la clé sous la porte et revenir à son premier métier. Alors quelle est la cause de cet échec ? Que c’était juste un intérêt qu’il a pris pour une passion ? Les enfants qu’il ne s'est pas résolu à faire crever de faim ? Ne pas aller jusqu’à l’épuisement? A ce train-là c’est sûr, on aura toujours une bonne raison d’échouer pour Larry Smith… La passion est peut-être indispensable à la poursuite d’une carrière, mais elle ne fait pas tout.

« Il y a de grands métiers et de grandes carrières, et il y a les métiers avec une charge de travail importante, beaucoup de stress, des métiers qui vous sucent le sang, détruisent votre âme, et en fait rien entre les deux. » Et puis c'est quoi cette catégorisation à la noix? Comment veut-il qu’on cherche à tirer un sens à ses paroles quand il commence par une phrase aussi creuse que celle-là ?
Si je résume, la seule idée valable de son intervention, c’est de dire qu’on a toujours un « oui, mais » pour justifier la non-poursuite de nos passions. Très, très novateur. Le public « canadien » de bonne humeur est également d’une politesse exemplaire pour applaudir cette conférence.

Marie a dit…


Oh mais je m'attendais pas trop à cet agacement.
Comme quoi le monde est toujours sous le prisme de quelqu'un ;-)
mon côté maso est au contraire plutôt stimulé par ce genre de discours... Mais peut-être qu'effectivement que le fond est craignos, je l'ai pas vraiment perçu comme ça, mais oui, je peux comprendre!
<3

Anonyme a dit…

bonsoir à toutes!

Je suis plutôt de l'avis des filles.

Même si au premier abord, on peut être séduite par le côté "impactant" du discours de Larry S., il est très frustrant, fataliste et culpabilisant (je l'ai un peu vu comme " comment nos choix, même bienveillants, vont inéluctablement nous conduire à l'échec").

Mais ensuite, je ne peux que dire un énorme MERCI à Alexandrina pour nous (re)servir le discours de Steve Jobs. Je crois que je vais programmer mon calendrier pour le visionner ts les mois, tellement j'ai tendance à oublier ce qu'il sous-entend: tous nos choix, même hasardeux, nous mène à qqch de positif.
Alors ok, on ne deviendra pas tous PDG multimillionnaire, mais si on y réfléchit bien, la plupart de nos ratages, "mauvaises passes", "mauvais choix" , si on sait bien les exploiter, peuvent tourner en notre faveur. Rassurant et bienveillant.

Maintenant, chacun trouve le moteur qui le fait avancer où il veut, c'est certain.

Voilà pour ma petite participation...

Et puis Merci Marie pour toutes ces pistes de réflexion, qu'elles portent sur la mode, le maquillage, le cinéma, la culture, la musique, ou la psychologie... Sans être toujours du même avis; c'est très agréable de s'ouvrir à d'autres points de vue!

Bonne soirée

Antonia a dit…

Hello la chic fille, pour faire écho à cette conférence, le très beau discours de David Foster Wallace en vidéo et en traduction sur ce blog:
http://www.girlsandgeeks.com/2013/06/05/discours-joss-whedon-sur-la-vie/
moi aussi, je nous souhaite beaucoup plus que de la chance. je t'embrasse.

Antonia a dit…

Bon, j'ai écrit trop vite, le discours est de Joss Whedon, comme l'indique le titre du post !

Antonia a dit…

Et pour boucler la boucle, voici le discours en anglais de David Foster Wallace
http://www.youtube.com/watch?v=PhhC_N6Bm_s

love

Anonyme a dit…

Hello, cette vidéo ne laisse pas de marbre en tout cas...

Je suis assez d'accord sur la culpabilisation qui émane de Larry Smith.
Je m'arrête là car les commentaires ci-dessus résume assez bien ma visions.

Je me permets de passer, car on m'a linké cette sortie de livre, que je trouve très à propos : http://www.ladifference.fr/-Nouveautes-.html?livre=2942

Bonne après-midi à toutes.

Nominie