Pages

12.6.12

ALTERNATIVE

08-ionesco

Eva Ionesco

 

Y voir plus clair est un premier pas, mais il se trouve que dans le cas de la compulsion (mais ça pourrait tout à fait être autre chose), le plus dur est de changer.

Y voir plus clair, c'est pas le pire, changer, faire autrement, ça c'est autre chose. Je suis toujours frappée en analysant certains de mes comportements toxiques de voir comme j'ai du mal à les laisser de côté alors même que j'ai parfaitement conscience de leur toxicité.

 J'y pensais hier en lisant certains de vos commentaires. Vous savez que quelque chose ne va pas, que vous consommez trop, que ça ne vous remplira jamais, que c'est vain, et pourtant, malgré la réelle prise de conscience, vous êtes dans l'incapacité de faire autrement. De renoncer. D'être autrement.

 Il est extrêmement difficile de sortir de certains comportements toxiques, comme s'il était difficile de quitter ce qui nous rend mal. La question de la réussite, c'est à dire sortir de ces comportements qui ne font pas de bien (et entrer dans des sphères autres qui côtoieraient la réussite par exemple), est une piste de réflexion. Pourquoi, si je sais que cela ne me fait pas de bien, ai-je des difficultés à quitter ce qui m'est toxique?

 J'ai la sensation qu'un truc en nous, puissant pour certains, ne veut pas notre bien. Il ne veut pas que l'on aille mieux, il ne veut même pas voir comment ça peut être ailleurs, ça ne l'intéresse pas. Aller hors de la zone de confort n'est pas dans ses projets. Plus haut, nettement plus haut que la zone de confort.

 L'autre raison pour laquelle il est difficile de stopper la consommation excessive de vêtements alors même qu'elle ne nous fait pas du bien, c'est l'alternative. L'autre chose.

 Quand j'ai arrêté de fumer, la plus grande crainte que j'avais, c'était celle de m'ennuyer sans cigarette. L'étrange sensation que la cigarette occupait mon temps et mon espace. L'idée d'avoir les mains vides, les poches vides, la bouche vide, et toutes ces minutes sans tabac me terrorisait. D'un coup, sans cigarette, je me disais que j'allais être à poil. Tellement à poil que seule, dans mon salon, j'allais être face à tout ce temps inexploité, tout ce temps qui m'était imparti et dont je ne faisais rien et que ma cigarette avait pourtant masqué d'une étrange manière pendant toutes ces années. Parce que fumer c'est ne rien faire. Rien de plus en tous cas.

 Pour les sapes c'est pareil. Le vide, on en a déjà parlé, peut être source d'angoisse mais l'angoisse cachée de tout ça, c'est qu'est ce que je vais faire une fois que je ne passerai plus mon temps à chercher ce que je vais me mettre? Parce qu'au vu de mes tergiversations sur internet et en boutiques je vais en avoir du temps... Beaucoup.

Il est, je pense, très difficile de sortir de certains comportements sans avoir d'alternative (une passion naissante pour Eston Ellis, une préparation de marathon, n'importe quoi d'autre). Comme pour n'importe quoi, d'ailleurs. Il faut remplir et si on abandonne tous ces avoirs, il y a fort à parier qu'il va falloir rapidement, tenter d'être quelque chose. La nature a horreur du vide.

 La question de l'alternative est centrale dans l'abandon progressif de l'achat compulsif de vêtements. Parce que c'est chronophage le shopping (surtout s'il est outrancier) alors une fois qu'on se détache de lui, on a tout ce temps devant nous et si on ne sait pas quoi en faire... Forcément. C'est la panique.

Allons un peu plus loin, cet état de frustration permanente ne sera jamais rassasié. Jamais. Il est important pour que l'économie fonctionne que la frustration soit absolue et totale. Pour certaines personnes ça n'est pas bien grave, c'est un petit peu les chaussures et les jolis bijoux, c'est juste du sucre en plus sur la vie, rien de systématique ou d'exagéré. Pour ceux qui, comme moi auparavant, ne sont jamais rassasiés, c'est autre chose que du sucre. Pour ceux là, le manque est important, le vide permanent et même s'il savent qu'il faut qu'ils arrêtent, tant qu'ils ne savent pas quoi faire d'autre, c'est peine perdue.

 Il faut juste trouver, et ne pas se jeter la pierre de manière systématique, parce que c'est pas de ta faute.

Bref, il faut que chacun trouve son alternative.

Je vous embrasse.


37 commentaires

marie a dit…

C est tellement vrai. Le souci c est qu un problème chasse l autre, enfin une obsession est souvent remplacée par une autre.
Moi je parle d obsession plus que de compulsion. Le problème n est pas plus dans le passage à l acte d achat mais plutôt dans le temps et l énergie depensés inutilement à ne songer qu aux objets... On ne pense presque à rien d autre, et ce des heures durant.
Si l'on pense n'avoir qu'un souci avec les sapes on parviendra à se limiter mais on s'intéressera vachement plus au maquillage par exemple et au lieu de se contenter du baume à lèvres teinté on se mettra à collectionner les rouges à lèvres ;)
Être obsédé par l'acquisition de nouveaux livres, objets chinés ou pelotes de laine peuvent paraître moins problématique

marie a dit…

... Mais cela cache le même problème...

marie a dit…

(j'ai un petit souci sur la saisie de mon commentaire, désolée)

Bises marie

Romane a dit…

C'est dingue comme tes articles sont intelligents. Cela doit faire deux ans que je te lis, j'ai du commenter une fois, et je n'en suis même pas sûre.
Mais là, je sais pas pourquoi, j'avais envie de te le dire, que ton blog est génial, que tes réflexions sont pertinentes, que ton style est attachant parce que je te trouve vraie, d'une certaine façon. Plus vraie que d'autres. Enfin c'est con, qui n'est pas vrai ? Je lis tes lignes à chaque fois qu'elles paraissent, et même si ça ne me concerne pas directement la plupart du temps, ou plutôt plus, c'est cool de tomber sur les chroniques d'une chic fille. En effet, j'ai, comme beaucoup, eu une période où l'achat compulsif réglait en partie ma vie, au lycée, à mon échelle (aujourd'hui je n'ai encore que dix sept ans et cette année j'étais en première année à Sciences Po). Mais je n'ai pas vraiment fait de travail dessus, c'est parti tout seul, quand j'ai pu régler la majorité des conflits mentaux qui me bouffaient. Aujourd'hui je fais encore parti des filles qui achètent trop de fringues, mais le trop est largement réduit et c'est un trop qui m'amuse et qui ne me rend pas mal à l'aise. Et je crois avoir trouvé mon style, enfin un style qui me correspond aujourd'hui et dans lequel je me sens tout confort. Les achats qui restent au fond de mon placard ne m'inquiètent pas, ce ne sont que des essais manqués.
Voilà, c'était juste mon coming out de big kiff à Marie la Chic Fille.
Des bisous.

Ah oui, et aussi je trouve la presque marinière Coconut Wool parfaite, vraiment parfaite. Il faudrait vraiment que je pense à en réquisitionner une !

irène a dit…

peut être que la compulsion et autres comportements toxiques ou addictifs cachent un autre problème. Et tant que les problèmes de fond ne sont pas résolus, il est vain de lutter contre.

Il me semble que l'essentiel en toute chose, c'est de trouver le juste équilibre. Ne pas condamner en bien ou mal un comportement. Ne pas être trop sévère avec soi, comprendre ce qui nous fait plaisir, et dans quelle mesure.

Savoir prendre du recul par rapport aux choses, relativiser sur les objets quand on les a "en main" avant d'acheter. Rester pragmatique, ne pas se précipiter, laisser la place à un petit peu de réflexion et de bon sens plutôt que se jeter dans la compulsion.

Je crois que peu de personnes prennent le temps de réaliser la valeur de leur vie, ce qui les fait vraiment kiffer. Ces moments là, de bonheur, sont rarement liés à l'achat d'un nouvel objet. (ou alors c'est un peu triste je trouve).

Je constate que moins j'achète, et plus j'apprécie les choses que j'ai. Qu'elles prennent de la valeur, une valeur quasi affective.
Et alors l'achat peut devenir un plaisir, comme un investissement.

A mon sens, tout cela n'est qu'une question de retour à l'essentiel, d'écoute de soi, et de prise de recul pour arriver au point d'équilibre. Et parfois, les ratés sont possible, il est normal de tatonner.

Faire des erreurs aussi fait parti de la démarche, cela permet de retrouver la bonne route après ...

Anaelle a dit…

C'est très vrai tout ça ma Marie. Quel texte plein de pertinence!! Tu as mis le doigts sur quelque chose de bien précis.

Il me semblait bien que j'achetais moins quand je créais des petit bracelet ou bijoux en pâte FIMO. Il me semblait bien que j'avais pas spécialement envie d'aller chez l'espagnol. Ca me paraissait tellement superficiel.

Maintenant je me dis aussi que quand je retourne faire du shopping et que je vais dépenser pas mal en une semaine, la création de mes bijoux me parait juste une lubie de plus.
Et puis j'y reviens.. et j'en repart..

C'est bien un vide que je cherche a remplir. Est ce pour éviter de faire face a soi même?

M'dame Poule et Môsieur Nain d'jardin a dit…

c'est exactement ce que j'ai voulu retranscrire hier sur mon blog par rapport à ce qui m'était arrivé cette année avec le maquillage..."l'alternative (ego)". Pourquoi je me suis mise à acheter du make-up et comment je vais faire maintenant pour tt terminer ????Je parlais (enfin je crois et trés brièvement) de la société de consommation mais en fait tu as complètement raison. On doit d'abord se raisonner ensuite on pourra remettre tt ça sur le dos de la société de consom...non? et comme tu le dis si bien ça fonctionne sur tout...les sapes, le make-up, les bouquins, les CD...(bref toutes mes addictions lol). bisous Marie la chic fille.

Elisa Boelle a dit…

J'adore tes réflexions... et c'est tellement vrai ! Bisous** et belle journée !

faispastasteph a dit…

L'addiction, les pulsions pour cacher un mal être, un vide comme tu dis! Pas facile ce vide qui fait peur, qui fait te mettre en face de toi meme, mais il me semble nécessaire pourtant pour me se connaitre, mieux comprendre ses envies, ses désirs les vrais!

elodie a dit…

J'avais lu qu'un comportement même toxique est une habitude. L'Homme est façonné par ses habitudes, il n'aime pas le changement. Si on se propose de les lui enlever -même pour les remplacer par un comportement positif, ça reste un changement et donc potentiellement dangereux (reflexe qui remonte aux hommes préhistoriques). Donc, tout changement prend du temps ...

Anonyme a dit…

Remplacer un mal par un mal

severi27 a dit…

Je pense que la complusion masque une névrose plus importante qui se cristallise autour des vêtements car c'est lié à l'estime de soi, ou au manque d'estime de soi. Si tu ajoutes le matraquage publicitaire des magazines féminins et les démarches marketing de l'industrie de la mode, tu peux facilement basculer dans une spirale infernale et en effet, même en ayant conscience de tes dérives, craindre inconsciemment ou consciemment d'ailleurs de ne pas savoir quoi faire à la place. Tout l'enjeu est d'apprendre à se connaître, à s'estimer, à savoir ce qui nous plait indidivuellement de faire, de porter, d'accomplir ...

Holly a dit…

L'ennuie c'est l'ennuie. On le dit, c'est toujours plus facile d'arrêter de fumer quand l'esprit est sollicité par autre chose, autre chose d'autant plus crucial ( c'est comme ça que j'ai arrêté de fumer en prépa, trop de taff, pas de temps pour griller une blonde).

Donc, je suis totalement d'accord avec toi Marie, la compulsion c'est masqué un vide : s'occuper l'esprit, la tête, occuper le temps. Comme les obsessions : avoir la marinière la plus cool de tout les temps et faire 10 000 fois le tour de la ville afin de la trouver ( et la commander sur le net)

La relation au temps est très étrange je trouve au delà de ça, comme ci avoir du temps à soi ou ne rien faire c'était mal vu, ma l perçu ...bref, la faute à la société =)

http://ernestineetcompagnie.blogspot.fr

Ariell Etienne a dit…

C'est pourtant si bon la futilité, pourquoi tant d'abnégation devant la futilité??? C'est une sorte de no man's land reposant...

Pauline a dit…

Ton article est pertinent, mais je doute que cela marche. Cela peut marche un temps, mais on ne peut pas éternellement se distraire

The Bleachy Girl a dit…

L'over consommation de fringues est signe de mal être, c'est certain, on le "sait" (sent) toutes ...
Certaines dealent "facilement" avec ça en se complaisant dans la sur-dépense, et vont pouvoir être relativement heureuses comme ça (en se mentant un peu à elles-mêmes ça c'est sur) mais l'équilibre est possible malgrè ce mensonge.
En ce qui me concerne, je peux pas faire l'autruche, et j'avoue que les choses se tassent d'elles mêmes, j'ai naturellement de moins en moins envie de consommer et franchement, j'en suis ravie !
Pourvu que ça dure !

colibri a dit…

s'occuper à autre chose ce n'est pas forcément se distraire... c'est aller plus loin que ça, trouver, découvrir quelque chose de nouveau,et peut être de meilleur au niveau de son bien être.
Le comportement face au fringues décrit par Marie peut correspondre à n'importe quel comportement. actuellement je suis en "pause" avec mon amoureux, et je sais que je dois en finir avec cette histoire parceque ça me rend mal. mais pour réussir à passer le cap, à ne pas replonger, il est certain qu'il faut s'occuper ailleurs.
cet article est très juste, et valable pour tout.
merci Marie.

Ysabelle a dit…

Le problème c'est que la compulsion ou l'addiction masquent en général un problème bien plus profond. Et comme c'est souvent pire de faire face à ses angoisses, ben on préfère rester intoxiqué !
On a gagné quand on n'est pas obligé de remplacer un excès par un autre, mais d'ici là y'a souvent du chemin...

petitprunier a dit…

cette difficulté à stopper un comportement nuisible et les tentatives pour le réduire ou l eradiquer font partie des marqueurs de la personnalité addictive, c'est ça qui les rend l'une comme l'autre si compliquées à gérer...
j'ai eu du mal à réaliser que la compulsion, ça allait de pair avec l addiction à quelque chose -mon image une fois les nouvelles fringues enfilées, la quantité, le regard des vendeuses face à mes achats... oui c est pathétique et oui, ca allait jusque la. Pire : l'addiction aux situations pourries, au sentiment que, quoi qu'il arrive, j'avais mérité tout ça, à la sensation presque physiquement rassurante qu'au moins, ces situations merdiques, c etait mon connu, je pouvais les gérer (mouahhh)... je sais ca a l air très con, mais dans mon esprit, mon problème était uniquement dans le geste et sa répétition et pas forcement dans sa nécessité, dans son résultat. evidemment, ca m a un peu ralentie dans ma prise de conscience et dans l'arrêt du processus ;-)
mais tu as raison: ca n est pas que notre faute :-)

jt embrasse ma belle

petitprunier a dit…

et effectivement, l'alternative, pourquoi pas, avec le risque que la compulsion et le besoin de remplir du vide s'exprime ailleurs, avec d'autres objets ou d'autres comportements. mais meme si ca ne fait que déplacer le problème dans un premier temps, ca a le mérite de faire prendre conscience du caractère non absolu, non essentiel, non vital de la pulsion. et ca, c'est déjà énorme :-)

Clara a dit…

Bonjour !

Mais Marie, tout ca c'est du Descartes !! Je ne plaisante qu'a moitie, car c'est pratiquement dit texto dans son Traite des Passions : il dit que pour chasser une passion, il n'y a pratiquement pas d'autre solution que de s'en trouver une, contraire. (Et comme on l'aura choisie, avec un peu de chance elle sera plus benefique). Bon, ok, je sors :D

Sinon je crois que tu touches un point tres sensible, Marie. Je me suis moi aussi appercue que durant mes "mois sans shopping", c'etait beaucoup moins l'achat qui me manquait (j'ai resiste, yey !!) mais..... le temps passe a penser aux vetements. Faire les magasins, regarder sur internet, c'est ca a quoi je suis reellement accro. Et je n'ai pas reussi a m'en passer.

C'est tellement triste...

ps: "il est important pour que l'economie fonctionne que la frustration soit absolue et totale"... Cette phrase, je l'ai notee dans mon carnet. MERCI.

Anonyme a dit…

tu es chanceuse marie, à la fois tu écris bien et pense bien (l'alliance des deux est primordial on est d'accord) mais tes lecteurs le sont aussi. C'est un plaisir de te lire et de vous lire. Je pars écrire ma phrase dans mon carnet moi aussi. A très vite Marie

Ama a dit…

Hello Marie,
Perso, je pense que combler un vide pour combler un vide ne sert à rien. On reste dans un cercle vicieux. On ne veut pas voir ce qui fait vraiment mal. Donc souvent, quand on n'arrive pas à se défaire d'une pratique toxique, c'est que sans ça, on pourrait être encore plus mal. ok, on est déjà pas au top avec ce truc toxique, mais on pourrait vraiment être déprimée/angoissée. C'est toxique, mais en fait, ça veut nous protéger... alors soit on est prête pour aller voir ce qui se cache derrière, et donc de souffrir pour un temps plus ou moins long. Soit on ne l'est pas, et on continue de suivre nos pulsions toxiques.
Bises

emyb a dit…

Marie, ...

C'est parfaitement ça ! Le problème, c'est la difficulté d'y arriver et de trouver une alternative qui tienne la route.

Jennifer a dit…

que j'aime tes mots, tes phrases TOUT !!

j'ai arreté de fumer il y a maintenant 3 ans, puis j'ai décidé d'entreprendre un gros régime 15 mois apres l arret de la cigarette, j'en suis à 30 kg ...

j'ai toujours été une acheteuse faible, la grosse qui essaie de s'identifier aux jolies filles, sur les blogs, à la télé ... en se disant que "surement " en achetant les MEME fringues, chaussures, sacs, se faisant les meme couleurs de cheveux, je serai surement un peu jolie comme elle , stylée ...

et puis c'est un cercle vicieux il y a toujours quelque chose que l'on n'a pas .. cette paire de chaussures qui irait si bien avec ce pantalon parce que là vraiment je ne trouve LA paire qui va avec parmis mes 240 paires de pompes ....

Une nouvelle marque que la blogosphère met en avant et hop ça vous rentre dans le cerveau et comme le dit si bien Marie dans le 1 er commentaire, ça devient une obsession, on ne pense plus qu'à ça jusqu'à s'en rendre folle ! Puis on l'a , ça dure 2 semaines de joie et on passe à autre chose, un autre article qu'il nous faut.

Avant j'avais la cigarette qui m'occupait un peu, la nourriture qui m'occupait BEAUCOUP ...

Je sais que mes compulsions viennent de mon poids d avant, le fait de me sentir mal dans mon corps, mais aujourd hui je fais un 38 ce qui est raisonnable, mais maintenant j'ai envie d'avoir les fringues que j'ai jamais pu mettre ... et je ne m'arrete pas dans les achats, ça en devient grave car je depense bien au dessus de ce que je peux ...pourtant j'ai ma fille maintenant, on m'avait dit que ça se calmerai mais non, rien du tout .

Je ne sais pas, je ne sais plus comment m'arreter, arreter de dépenser cette argent que l'on pourrait mettre de coté pour notre maison par exemple, pour rembourser nos dettes ... j'ai toujours quelque chose à acheter ..

Comment as tu reussis à passer ce cap ? j'aimerai tant faire le vide, ne garder que l'essentiel , acheter moi mais mieux, mais ça fini toujours par acheter mieux et autant et là c'est la cata !

je suis devenue aussi accro au maquillage car j'étais tellement enorme pendant ma grossesse que je devais oublier les fringues !

Bref je ne sais plus quoi faire, je me dis qu'il faudrait que j'aille consulter, mais je ne veux pas depenser de l argent dans cela, ironique non ?

Voilà un pavé, ça fait du bien un peu comme si j'ecrivais à un journal, peut etre que personne ne lira ces mots mais fallait que ça sorte ....

Je t'embrasse, si belle et si forte Marie ....

severi27 a dit…

@Jennifer (juste ci-dessus): tu as le droit de te sentir belle en achetant quelques vêtements pour ce nouveau corps que tu dois aussi t'approprier mais attention car en effet il semble que tu aies transposé une addiction par une autre. L'achat compulsif a remplacé l'excès de nourriture, et les 2 masque un mal plus profond, une douleur qui ne dit pas son nom, un mal-être qui te ronge. Pour changer, il faut d'abord le décider, prendre le temps de comprendre ses dérives, et essayer d'identifier l'élément déclencheur, puis de commencer à y remédier en évitant pendant un temps les sources qui pourraient d'amener à dériver (magasins, presse féminine, pub...). Tu le dis toi-même dans ton commentaire, c'est une souffrance et tu as atteint le stade où tu t'endettes donc il faut mettre le paquet pour retrouver ton équilibre. Prends du temps pour toi, fixes-toi quelques petits défis (1 semaine sans ma carte bleue quand je sors, juste un peu d'espèces pour le quotidien...), il faut te prouver que tu en es capable, et tu verras progressivement que tu vas te détacher de tous ces excès. Il faut être un peu patiente mais en venant ici, tu fais déjà une démarche dans ce sens. COURAGE

Anonyme a dit…

Un philosophe dont j'ai oublié le nom a dit : "Il est difficile de résister à ce qui nous augmente".

Anonyme a dit…

Marie, quel blog passionant et qui fait du bien... Pas évident de trouver une activité qui corresponde à un besoin profond et ne soit pas juste un remplissage, mais il me semble que les arts peuvent étancher cette soif en partie. Si je déprime et que je pars faire du shopping, c'est pire. Remplacer le shopping par la visite d'un musée, ça m'aide. Et je prend pour plusieurs mois à l'avance des places de concerts classiques et de spectacles de danse contemporaine. En sortant de ces spectacles, c'est comme si j'avais regonflé mes ballons d'oxygène, avant même d'avoir eu le temps d'arriver au stade déprime de consommeuse sans intérêt, et de devoir noyer ça dans le shopping...

@Jennifer: oui, on te lit jusqu'au bout. Je crois que tu es dejà en train de trouver en toi les ressources qu'il te faut. N'ai pas honte d'utiliser l'aide de Marie, et éventuellement d'un therapeute avec qui tu as un bon feeling! Et bonne chance à toi.

Maha a dit…

A quand une version imprimable de "Marie, la chic fille"?

Love de toi, de ton blog, de ton tout.

Anonyme a dit…

Une fois n'est pas coutume, je suis super surprise par ta réflexion : le problème, ce n'est pas de trouver une alternative, c'est de faire en sorte que tu te débarrasses de cette angoisse et que tu n'ais plus de vide à combler.
Si tu trouves une alternative, elle va elle aussi devenir obsessionnelle et tu n'auras fait que déplacer le problème.
Ce n'est pas normal que ça t'angoisse à ce point d'avoir du temps libre, que tu ais peur de te retrouver un peu toute seule avec toi même, alors que c'est tellement agréable d'avoir du temps !!!
Après, si tu veux vraiment trouver une activité chronophage, j'en ai une (pas la plus easy qui soit, je ne le concède): les enfants. Depuis que j'ai des enfants, je n'ai non seulement plus beaucoup de temps pour faire du shopping, mais surtout plus de temps à consacrer à mes problèmes existentiels qui, du coup, n'en sont plus !

Marie Fournet a dit…



Marie: C'est vrai, certaines "obsessions " valent mieux que d'autres.

Romane: Merci Romane (ton prénom est tellement cool :)) Je t'embrasse

Irène: Bien sûr qu'ils cachent un autre problème, qui parfois n'a rien à voir avec ça!
je suis comme toi, plus elles restent dans mon armoire, plus j'aime ces sapes (ce qui est assez nouveau)

Anaelle: je ne sais pas, peut-être..? Tu penses toi que tu veux pas être face à toi même? Merci en tous cas.

M'dame Poule et Môsieur Nain d'jardin: exactement. Merci bise

Elisa Boelle: Merci :)

faispastasteph: sûrement...

elodie: c'est clair, les circuits de l'habitude peuvent être modifiés à force de répétitions, non?

Anonyme: Non pas un mal par un mal. Le shopping est absolument stérile de ce point de vue là. Tous les "hobbies" ne se valent pas pour moi...

severi27: Je suis complètement d'accord, ça n'est que a partie visible de l'iceberg.

Holly: ouais grave, ce truc avec le temps est tellement vrai!

Arielle Etienne: oui mais comme pour l'alcool, à un mome,t t'as trop fait, donc tu dois te raisonner, parce que seule la futilité compte... Et là, ça craint

Pauline: Se distraire (i.e détourner le regard) d'une distraction c'est quand même très amusant. Le shopping est en soi une distraction pour déshabituer l'esprit, il faut autre chose. quand on arrête de fumer, le temps que l'envie passe, les habitudes et après on ne pense plus à la cigarette. La distraction a gagné :)

The Bleachy Girl: C'est bon ça!

colibri: Voilà, c'est exactement ça :) Merci beauté

Ysabelle: Je suis pas convaincue que ça soit pire de faire face à ses angoisses. Sûrement moins que ce que l'on imagine avant de le faire...

petitprunier: <3
Merci pour ton commentaire, je t'embrasse fortç

Clara: ah oui? :D Mazette Voilà c'est ça dont je parlais, d'une alternative plus bénéfique ...

Anonyme: Merci beaucoup <3 Je t'embrasse

Ama: Je n'ai pas l'impression que toutes les envies, passions, passe-temps se valent.

emyb: Oui je sais...

Jennifer: Ce que je vais dire ne vaut pas plus que ce que je vais dire, mais au vu de ce que je lis, tu as sûrement besoin d'en parler à quelqu'un. Je ne m'en suis pas sortie seule (si tant est que je m'en sois absolument sortie). il faut un professionnel pour que la pensée s'organise. Ton rapport à l'image, l'intégration de ta perte de poids (et conséquemment, une autre image de que tu imagines être la féminité...). Cet argent dépensé dans l'aide le sera de manière efficace. Tu ne le gâcheras pas :) Je t'embrasse

Anonyme: C'est vrai. Et hop une difficulté supplémentaire

Anonyme bis: Oui c'est vrai, je suis comme toi.

Maha: Je suis rouge Gênée. merci.
T'embrasse

Marie Fournet a dit…



Anonyme: Le "je" dans mes posts n'est pas systématiquement un vrai "je". Je ne parle pas de moi icii, encore moins de mon propre temps. J'aime passionnément être seule,ça ne m'angoisse pas et je ne m'ennuie pas , je parlais ici de la compulsion (et aussi et surtout de celle des autres), de ce qu'elle développe et des sphères où elle t'emmène.

marie a dit…

Jennifer : un bon moyen pour contrer ces mécanismes c est effectivement arrêter un moment de lire les blogs et magazines, en tout cas ceux qui te créent des envies. Perso j avais fait ça, mais j avais aussi filé CB à mon homme (2 semaines je crois)... Bref, tu peux y arriver. Tu dois avoir de belles ressources vu ce que tu as accompli jusqu'ici, n'hesite pas à voir un professionnel, vraiment.
Bises

Anonyme a dit…

Quand je lis ton article, je pense à un autre exemple: c'est pareil que de stopper une relation (amoureuse) passionnelle mais toxique, une ration qui ne fonctionne pas mais où on aime l'autre toujours.
Et putain, ça em fait du bien de te lire. C'est quelque chose dont j'avais déjà un peu conscients et que j'avais expérimenté mais de le lire me confirme que c'est la bonne voie.
Merci :)

Anonyme a dit…

coucou marie!!
desolé si on te l'a deja demandé!! jevoulas savoir où tu as achté ton collier en or fin que tu porte tout le temps, j'ai craqu" dessu c'est tout à fait mon style moi qui est discrete niveau bling bling .
merci d'avance.
et gros bisoux.
yamina.

Anonyme a dit…

[/url] apportent un ensemble de garnis similaires envisageables tel que l’UEM mais aussi Bearpaw mais aussi ceux-là fournissent notre issue de la plus haute qualité qui soit peu onéreux mais aissi des ma?trise . “Comment pouvez-vous effectuer UGGs plus? [url=http://www.uggshortsparkles.info]bottes ugg pas cher[/url] laide? Ajouter un outfit p paillettes . La durée pour obtenir écurage se trouvera être un grand nombre par conséquent voir uniquement quand l’UGG dans la derme pour obtenir agneau Prêt-à-monter pour obtenir soins pour obtenir Bonne-vous quand consécutivement suite à [url=http://www.frclassicuggstocker.com]ugg bottes pas cher[/url] leurs divers bureaucratie . Ceux-là se révèlent être bigrement enthousiaste actuellement au sein du secteur du stylisme seulement à peu près tout individu laquelle réfléchit nonchalamment sur internet et aussi au sein des commerces risque voir lorsque notre [url=http://www.pascheruggclassicfr.info]bottes ugg pas cher[/url] double existe mais aussi ce dernier ya de nombreuses possibiltés qu’ils seraient dé?us . Bottes UGG conséquent est généralement porté sans chaussettes, même lors de températures relativement froides . ”
The domaine professeur d’anglais bénéficie de déclaré avec un poele a tribunal qu’elle avait s’est perdu au sein du chemin quant au go back concernant sa ville-centre local concernant Vantage Quay concernant minuit nous avons visité une amie concernant Stretford, lorsque elle bénéficie [url=http://www.uggfr-baileybutton.com]ugg australia pas cher[/url] de perdu the domaine contr?le quant au camion . Le début délivre en outre en tissu laineux à l'intérieur de l'habitacle pour laisser relatives à l'écoulement de l'air en ce qui concerne le montant de l'heure [url=http://www.frclassicuggstocker.info]bottes ugg pas cher[/url] d'été afin que votre pied ne reçoit pas de surchauffe.[/p]
[p]“I disruption grace [url=http://www.uggfrclassictall.com]bottes ugg pas cher[/url] à notre disruption concernant le fibre sheet . D’autres enseignes [url=http://www.uggfr-baileybutton.com]ugg pas cher france

[url=http://www.dyslexiainredbridge.org.uk/cgi-bin/board/messages/58865.html]we are a fashion shop online statement made discount ugg4n[/url]
[url=http://www.3m-team.com/mtc/posting.php?mode=quote&f=10&p=301208]They are a fashion store statement made discount ugg8l[/url]
[url=http://www.cafe-au-lait.info/%7Egekikuri/d/sunbbs.cgi?mode=form&no=169&page=1%3EExample]we are a fashion store statement made ugg1e[/url]

Anonyme a dit…

What's up, I read your blogs on a regular basis. Your writing style is witty, keep doing what you're doing!
My web-site direct download movies