Pages

15.12.11

DU VÊTEMENT AU MAQUILLAGE


photo





C'est vrai j'achète moins de vêtements.
C'est vrai aussi que ça ne me demande pas plus d'efforts que ça, mais, et je ne peux pas le nier, j'ai comme qui dirait, décalé mes dépenses vers d'autres pôles. J'achète moins et j'achète surtout du maquillage.

Vous noterez que je suis plutôt attirée par les achats dits "d'enveloppe" ou esthétiques dans tous les cas, des achats plutôt du côté de Narcisse.

Mais dans le fond, sapes et maquillages même combat?

Je n'ai plus envie de m'habiller autrement parce que je pense, peut-être pour un temps, peut-être pour toujours, que j'ai trouvé " mon style" .
Des jeans, des t-shirts, du cuir, des petits vestes, des baggys, tout ça ne me prend plus vraiment la tête, je prends, je porte ça me prend rarement plus de 3 minutes, ou alors si ça me demande plus de temps, ça veut vraiment dire que j'ai un moral de merde.

En revanche, dans le domaine de la "beauté" et spécifiquement du maquillage, je suis une jeune pucelle. Je ne sais rien faire, à peine poser correctement une ombre à paupières. Et ça, ça m'excite beaucoup.
Les blogs beauté m'intéressent beaucoup, il sont d'ailleurs devenus mes préférés, aussi parce qu'ils sont hyper frais pour moi. Aussi et donc pas que.

Même si les deux s'intéressent à l'enveloppe, je les trouve dans le même temps, relativement éloignés l'un de l'autre, au moins sur deux points:


Le rapport à la beauté

Je trouve que dans son rapport au beau, la mode s'impose brutalement dans les corps et dans ce qu'ils ont de plus complexé. C'est une des raisons pour lesquelles il faut avoir appréhendé son corps pour être bien dans la mode. Mais, et c'est une des difficultés supplémentaires, dans le même temps, la mode ne s'encombre pas vraiment des contraintes des corps qu'elle habille. La mode s'intéresse de moins en moins aux corps de ses clientes. Alors que notre corps devrait être la contrainte absolue pour nous vêtir, nous passons régulièrement outre et nous retrouvons habillées certes à la mode mais sans s'être mise en valeur.
Tout ne nous va pas et on peut aussi vouloir mettre "ce que ne nous va pas" par choix, chacun fait ce qu'il veut, je crois d'ailleurs que passer outre l'embellissement de soi est une nécessité si on souhaite "rester à la mode".

La beauté dans le maquillage, de ce que j'en perçois, est différente.
D'abord elle est absolument ancrée dans la peau, elle est physique, elle se mélange à la peau. Et, surtout, elle se veut absolument "embellissante". Le maquillage n'est pas comme dans la mode, "supérieure" à son sujet, elle s'adapte, en tous cas je ne sens pas ce type de prétentions.
C'est un peu comme si la mode était "au-dessus" de son consommateur alors que le maquillage est relatif à son consommateur. Et de ce point de vue, je le trouve moins impersonnel et surtout moins snob.

Le rapport au luxe

Il faudra que je vous en parle vite parce qu'ils sont une source infinie de réflexions pour moi, j'adore les podcasts de l'Institut français de la mode. j'adore les écouter dans ma voiture, j'aurais adoré entrer dans cette école, toutes les conférences que j'entends me passionnent.
Il y a notamment une où le philosophe Thierry Paquot se pose la question "le luxe est-il encore luxueux?" que j'ai écouté avant-hier. Alors, même si elle ne parle pas de ce qui va suivre, elle m'y a néanmoins fait penser.

Il y a dans le maquillage une relation "luxe" / prix très différente de celle qui existe dans la mode.
Il est tout bonnement plus simple d'avoir le top du top en make-up plutôt qu'en mode. Le luxe y est moins cher que dans la mode.
Avoir un sublime rouge à lèvres Chanel est plus réalisable pour moi que d'avoir un sac 2.55.

Les premiers cadeaux que je faisais à mes copines, cousines avec mon propre argent c'était du maquillage de marque de luxe. Le vernis "Rouge noir de Chanel" en tête de liste (je trouvais cette couleur splendide même si à l'époque les vernis Chanel étaient nuls à appliquer, je ne sais pas si cela à changer?).
D'un point de vue financier, je pouvais leur offrir le top de ce qui se faisait. En mode je ne pouvais absolument pas.
Je ne dis pas que le maquillage de luxe est donné, je dis simplement qu'il est nettement plus accessible que la mode. Et c'est aussi en ce point que je le trouve plus "démocratique".

C'est la raison pour laquelle maintenant j'achète plus de make-up, c'est mon côté snob qui s'exprime. J'adore avoir de jolis rouge à lèvres et des splendides ombres à paupières parce que je peux me les payer...

Et puis il y a aussi un autre truc, les choses sensationnelles en maquillage s'accommodent, je trouve, parfaitement bien avec les jeans sales, les t-shirts larges et les boots rapées. Ca doit être mon côté contraste.

Je vous embrasse, bonne soirée.

PS: Je suis désolée de ne pas répondre à vos commentaires mais la connexion internet du Mac Do où je suis est absolument dramatique.

22 commentaires

Miss Nahn a dit…

Oui les vernis Chanel se sont beaucoup améliorés. Énormément. Mes derniers chouchous chez eux tiennent très bien sans faillir pendant les 3-4 jours où je les porte (après j'ai envie de changer de couleur).
Et les couleurs sont dingues parce que la couleur et Chanel c'est une belle histoire.

J'évolue de la même manière que toi: moins de fringues (mais plus belles, de meilleure qualité et qui me vont... et tant pis pour la mode), plus de maquillage, parce c'est en effet du luxe accessible.

Et définitivement un sublime rouge à lèvres rouge avec un jean/t-shirt, c'est beau. Très beau.

Tu me fais découvrir les podcasts de l'IFM, je sens que je vais adorer écouter ça!

Smooth a dit…

Je te rejoins tout à fait !
En beauté, tu trouves des produits qui cachent les pores, des produits que t'empêchent de luire, des gloss qui font paraître tes dents plus blanches, des fards qui cachent tes boutons : on est dans l'embellissement de la personne.
Dans la mode, on est plutôt dans la personne porte-manteau (j'exagère le trait, bien sûr).
Même la moins gâtée par la nature peut être passionnée par le maquillage et se faire plaisir.
Plus difficile avec un corps qui ne correspond pas aux diktats de la mode.
Après, les deux s'accordent, peut-être as-tu fait le "tour" de la mode, pour moi, je commence à zyeuter en boutique sur de trop belles chaussures / robes / vestes... ;) (même si je doute me lasser un jour du maquillage !)
PS : les vernis Chanel sont toujours aussi plébiscites, chics et de qualité potable seulement. :)

Smooth a dit…

Je te rejoins tout à fait !
En beauté, tu trouves des produits qui cachent les pores, des produits que t'empêchent de luire, des gloss qui font paraître tes dents plus blanches, des fards qui cachent tes boutons : on est dans l'embellissement de la personne.
Dans la mode, on est plutôt dans la personne porte-manteau (j'exagère le trait, bien sûr).
Même la moins gâtée par la nature peut être passionnée par le maquillage et se faire plaisir.
Plus difficile avec un corps qui ne correspond pas aux diktats de la mode.
Après, les deux s'accordent, peut-être as-tu fait le "tour" de la mode, pour moi, je commence à zyeuter en boutique sur de trop belles chaussures / robes / vestes... ;) (même si je doute me lasser un jour du maquillage !)
PS : les vernis Chanel sont toujours aussi plébiscites, chics et de qualité potable seulement. :)

Agatano a dit…

encore une fois très interessant ton post, notamment le coté contraste entre le make up et la mode... meme si je ne suis pas d'accord à 100%.
Dans les défilés, les maquilleurs utilisent le maquillage comme les peintres le font sur la toile, pour creuser, donner du relief, etc... et pas forcément pour embellir je trouve...
Objectivement, les maquillages de défile de Vivienne Westwood sont-ils beaux? et dans les magazines, est-ce que parfois ce n'est pas juste affreux tout ce fard appliqué sur les yeux...

Parfois le maquillage et la mode se rejoignent.

NathRay a dit…

Moi j'étais une grosse feignasse du make up, je faisais le minimum parce que je trouvais que si je patais dans les ombres à paupière, les ongles et tout ça, ça faisant toc. Je préférais mettre l'accent sur autres choses. Et puis comme la mode, les soins, la beauté sont accessibles dans des gammes de prix très larges, les couleurs les textures aussi ont bien évoluées. Je suis un peu victime des beaux packaging, dans le sac ou dans la salle de bain, ça me plait d'avoir un bel objet qui rend belle. C'est ça peut être la touche féminine ...

severi27 a dit…

Je suis d'un avis différent, il est possible de trouver des vêtements très élégants à très prix peu élevés.
Le sujet du maquillage me semble un mode de contournement, je m'explique, c'est comme les accessoires des marques de luxe, les sacs, les foulards ... ils sont bien évidemment moins chers que les vêtements des mêmes marques mais pour moi, mieux vaut porter une belle robe en soie Circus & Co payée 40 euros en vente presse au lieu de 220 euros en boutique que d'acheter l'équivalent en maquillage chez Chanel ou autre ... c'est un peu comme acheter une reproduction d'un tableau plutôt que l'original inaccessible. Je partage ton avis concernant la mode méprisante du corps des femmes mais voilà pour moi l'original est toujours mieux que la copie.
Un exemple : j'ai une photo noir/blanc qui date de la fac, donnée par une copine photographe, elle est magnifique, et je préfère cette jolie petite photo d'une "inconnue" qu'une copie de Picasso ;-) Étant donné que je ne me maquille pas, c'est évidemment très orienté comme commentaire.

Anonyme a dit…

Une fois de plus je suis totalement d accord avec ton analyse mode de luxe vs maquillage de luxe.
Cette phrase aussi "nous nous retrouvons habillées certes à la mode mais sans s'être mise en valeur" ---> ca me fait penser a cette atroce mode du sarouel(pardon aux afficionados ;-( y en a a qui ca doit aller...) que jamais au grand jamais malgre mon cote mouton je n ai suivie !!!!

Je ne suis pas tres maquillage friendly en fait, ca ne m a jamais passione... enfin si je me maquillage tous les jours, quasi toujours de la meme maniere d ailleurs, gardant les delires fards colores et compagnie pour les grands soirs (et j adore d ailleurs, cette sorte de metamorphose de moi meme en personnage sophistique...).

En fait j en suis restee a qq bases apprises par des plus grandes a mon adolescence, genre j applique tjr le truc du rouge a levre en guise de blush pr coordonner a mes levres et etaler + facilement au doigt (truc appris a 16 ans).
L eye liner a force d en mettre est devenu un bon allie que j arrive au bout d annees a appliquer (enfin) plus aisement...

Donc tes conseils et digressions en la matiere seront sans doute bien venus !

LOVE for ever,

Anonyme Amande

clochette a dit…

Je suis entièrement d'accord avec toi, ça fait longtemps que je me fais cette réflexion sur la mode, c'est même la raison principale pour laquelle je peste contre les mannequins squelettiques, qui sont à mon avis à l'origine de cette mode déconnectée de nos courbes. Difficile de trouver un vêtement simplement bien coupé, ni trop large ni trop moulant/pouffe!
J'adore le maquillage, même si j'aime aussi sortir la peau nue, mais ayant beaucoup observé les maquilleurs pros, j'ai appris pas mal de trucs et de manières différentes de me maquiller, et même si ce que tu dis des produits haut-de-gamme, je trouve qu'on arrive à de beaux résultats avec des produits peu chers aussi, le coup de main peut compenser!

Soniachocolat a dit…

C'est vrai que je trouve passionnants les blogs beauté où les articles beauté de mes bloggueuses modes préférées. Evidemment le problème est un peu le même qu'avec les blog mode: j'ai envie de tout acheter (ou presque...-___-).
Mais ta réflexion est tout à fait juste, je n'y avais jamais réfléchi sous cet angle, mais c'est vrai que le make up de luxe est beaucoup plus accessible que la mode de luxe, et je crois bien que je suis un peu dans la même optique que toi actuellement: moins de fringues, plus de make up...mais c'est vrai que je suis toute excitée dès que j'ai un nouveau vernis....! Folle! :)

Toujours passionnant de te lire!

Garance Désirée a dit…

Je rêve de rentrer dans cette école, je m'y prépare d'ailleurs..
Tout ce que tu dis est terriblement vrai. Cependant je pense que le top en maquillage n'est pas du au même marques qu'en fringues, comme tu l'as dit, les vernis chanel, c'est de la daube.
A ne pas oublier également, des produtis comme les crèmes laprairie à presque 500 boules les 30ml, ça fait rêver.. Le caviar de la peau, qu'ils disent.
Des bisous :)

Alda Mori a dit…

Je viens d'avoir trente ans. Il y a deux mois. La claque !

Après la phase je chiale tous les soirs (une bonne semaine), je suis passée à la phase "je suis femme et j'assume".

Je suis en mode j'achète moins de fringues mais mieux.

Mais surtout, je me suis mise à acheter des crèmes, des sérums et... du make-up.

J'ai encore deux mains gauches, mais j'ai bon espoir.

Mon premier bel objet make-up: le rouge Cambon de Chanel. Un peu cliché, je sais. Mais quand je le porte, je me sens tout de suite plus classe...même avec un simple T-shirt H&M à 5 euros, ce qui n'est pas forcément le cas avec pas mal de fringues taillées pour les cure-dents où tu piques une crise quand ta fesse gauche ne passe pas.

Merci pour ce joli post,

Alda Mori
http://aldamori.blogspot.com/

Aube a dit…

aaah voila un texte qui me parle! Même si je n'adhère pas totalement... Le maquillage,c'est mon truc. Depuis toujours.. j'en ai même fait mon métier.
Par contre le rapport au luxe, je l'ai depuis peu. Je fantasme sur des belles palettes, des belles textures mais je me refuse tout de même à lâcher 35 euros pour un blush. T'imagines ce que tu peux avoir pour 35 euros?? une palette? un produit de soin et une écharpe de seconde main... non je ne peux pas faire ça. Je veux rester dans le raisonnable et surtout a force de mettre mes petits doigts dans les pots, je peux te dire que tu paye la marque et pas forcément la qualité. Un vernis OPI c'est beau. Un vernis CATRICE c'est beau et je peux en avoir 4 pour le prix d'un OPI. Mieux, si je cherche bien (et ça reste pour moi le plaisir: la recherche, l'anticipation, le désir..) je peux trouver une couleur similaire à un OPI dans d'autres marques...

J'ai fait un petit bloc note perdu dans les documents de mon pc. Parfois j'y retourne et regarde ce que j'avais mis dans mes désirables. Si je n'y pense plus, je ne le veux plus autant...

Par contre, quand je craque pour un produit cher (40 euros pour moi c'est cher), je suis ravie. PArceque je l'ai muri ce choix. Et ma naked, je l'ai voulue. Je l'ai eue bien après tout le monde. Et je l'userai... = BOn Achat!

Et je plussoie le style "simple" pas forcément féminin dans la description mais par contre, quand on le porte comme on se sent (bien), la féminité ressort. Moi je crois que c'est ça l'acceptation de la 30 aine....


(ah et tu sais quoi? c'est entre autre de ta "faute"... j'ai repris le sport après 10 ans... ;) tout le monde rit autour de moi... c'est dire si c'est étonnant! mais j'y crois...na!)

Ysabelle a dit…

D'accord pour le maquillage qui sublime le sujet alors que la mode le domine, en revanche je ne partage pas ton point de vue sur le "luxe accessible" du maquillage. Ces produits de grande marque ont justement été créés pour toutes celles qui ne pouvaient se payer les vêtements de mêmes griffes, elles ont l'impression d'avoir acquis leur part de rêve, en réalité elles ont juste payé un logo et pas forcément la qualité qu'on serait en droit d'attendre pour le prix. Parce qu'un couturier n'est pas un maquilleur pro, mais un marketeux sait très bien nous le faire croire...

Porce-laine a dit…

Assez d'accord avec ta réflexion...
Le vêtement habille le corps nu. C'est une seconde peau il faut qu'elle soit en harmonie avec la première pour que le charme opère...Mais surtout que la personne s'habille pour se sublimer et non pas pour se camoufler...pour que la sensation de se sentir bien dans sa peau justement se ressente. C'est à partir de ce moment là aussi qu'on va avoir du style, et que cela va faire son effet... Le rapport à la mode et à son corps implique une dimension psychologique plus forte...ça peut devenir un plaisir comme une torture pour certains avec par exemple l'épreuve du reflet du miroir...

Le maquillage c'est plus simple, plus accessible...il a davantage un rôle sublimateur...il révèle le meilleur. Bon il doit aussi être un minimum harmonieux mais c'est plus facile je dirais comme apprentissage...
Le rapport corps/sapes/beauté peut être tortueux quand même !

Totalement d'accord pour le luxe, en maquillage c'est tellement plus accessible...ça en devient plaisant ! Pour moi le rouge à lèvre Chanel c'est le summum de la classe et de l'élégance j'adore! Pour dire...Le rouge coco c'est le cadeau de Noël de ma maman...

bisous Marie

MY NEW FASHION BLOG a dit…

Article très intéressant :)

Somatine a dit…

C'est drôle comme ce post me parle, tu me parles déjà beaucoup en général, dans ta façon d'aborder les choses, à travers tes sujets, mais là ça me tape en plein cœur tant je me reconnais là dedans. Tu as tellement raison pour ce luxe abordable que propose le maquillage et le bien qu'il peut nous faire comparé aux "contraintes" que la mode peut parfois nous imposer, et d'ailleurs depuis que j'ai découvert le monde des fards (rien que ce mot, si théâtrale, ça vend du rêve) je suis bien mieux dans mes baskets, je n'ai pas acheté de nouvelles fringues depuis des mois, et ça ne me manque pas. J'aime le rapport charnel qu'il peut y avoir avec le maquillage, le fait qu'un rouge à lèvres puisse te transfigurer en quelques secondes, le pouvoir des couleurs en général sur la peau, qui change tout. Un beau rouge à lèvres sur une simple tête sortant d'une bête chemise de jean délavée, ça évoque une féminité un peu candide, un peu insolente, enfin bref, ça raconte une histoire. Une robe aussi peut raconter des choses, mais ça ne colle pas tant à la peau, et le mot est juste ;)

mareme a dit…

moi ça m'a longtemps fait sourire les fans de make-up luxe!!!quand j'étais étudiante, le must était d'avoir une "palette YSL"! cette expression "palette YSL" était tellement chargée de sens, elle disait presque à quelle catégorie t'appartenait: celle des filles qui veulent montrer qu'elles le valent bien...Moi, beurette des cités gauchiste, j'aimais pas trop être copine avec les détentrices de "palettes YSL", je trouvais que ça faisait "snob du pauvre", "esclave de bougeoise attitude", bref, Mais quand mes sous se sont multipliés tels les pains de celui dont l'anniversaire permet aux vendeurs de papier cadeau de faire leur chiffre d’affaire de l'année, j'ai tapé, grande traîtresse à la cause que je suis, dans des produits tout aussi "select", mais juste plus confidentiels...en gros bobo quoi, donc "snob" OUI mais "du bobo"...ça fait la différence!! je consomme comme les bourges mais pas comme le pauvre de base qui connait que Chanel et autres et veut copier le mode de vie bougeois...HONTE à moi de penser ça...moralité?? on veut toutes du luxe, de l'élévation même quand on est super "aware" sur la société , ses codes et ses dérives(parole de femme de sociologue )!!!

Hélène a dit…

Je plussoie tout (et tu penses bien que ce billet me parle ! ;- )

Shampoing a dit…

Tiens, je n'y avais jamais réfléchi...

Finalement, la mode te file les complexes que la cosmétique te promet de réparer. Tes fesses ne rentrent pas dans ton jean? Mets une crème! Tes seins ne tiennent pas tout seuls dans ce chemisier transparent? Mets une crème! Le camel ne flatte pas ton teint?... Vous m'avez comprise.

Et puis, rien que ce mot "maquillage" annonce ce qui t'attend: finis les cernes, le teint gris, les lèvres trop fines. C'est vrai que l'un, le maquillage/la cosmétique en général, te promet d'être un canon quand l'autre, la mode/les vêtements, te rappelle combien tu ne l'es pas.

Dans mon cas, ce qui est fatal ce sont ces millions de vidéos de filles qui osent nous montrer leur tête au réveil et opèrent la transformation devant nous. C'est de la magie pure à portée de clics. (Non mais Lisa Eldridge quoi). Et de porte-monnaie.

Le problème, pour moi, c'est que je n'ai pas davantage besoin de quatre palettes de fards à paupières que d'un placard de chaussures. Et que là, les deux se rejoignent. Je ne suis pas une compulsive des achats de fringue parce que je suis trop difficile. H&M me scandalise autant qu'il me déplaît (éthique pourrie + fringues de merde...), je n'aime pas le color block, les sequins ou les habits d'indiens (non mais franchement, quelqu'un(e) peut-il (elle) m'expliquer?) et, surtout, quand j'aime un truc, je hais que tout le monde l'aime aussi (le camel, justement, les headbands je trouve ça mimi sauf si j'en vois sur plus de 2 têtes sur ma route).

Bref, je pense qu'il y a derrière cette quête de "beauté" version cosméto beaucoup en commun avec celle de la mode vestimentaire: des angoisses (sortir sans mon mascara, vous n'y pensez pas? le monde verrait ma laideur), de la compulsion (je veux la Naked 2. J'ai la 1, j'utilise 3 couleurs sur les 12, mais je veux la 2), et finalement de la culpabilité (je suis superficielle, je suis égoïste).

Alors, vivement la maturité cosmétique en ce qui me concerne, parce que c'est encore plus difficile quand on entre dans ce monde des fards à quelques euros (au secours, je viens de découvrir Kiko).

My Liberty a dit…

:))) moi je suis dans la tendance inverse... Après avoir vendu mes palettes NARS, CHANEL, ESTEE LAUDER sur Ebay, je me suis sentie comme purifiée et maintenant je n'achète que le strict minimum MAIS je me lâche beaucoup plus coté "sape"... Un cercle vicieux?

Delph a dit…

J'ai dédié une partie de mon mémoire sur la démocratisation du luxe, je suis pas mal intéressé par ce sujet, je te conseille de lire "Comment les marques ont tué le luxe ? " de Dana Thomas, il est très intéressant !

mline a dit…

Je viens de découvrir ton blog et j'aime beaucoup ta façon censée de traiter des sujets légers et tellement vrais (dans la vie d'une nana)!!
voilà, alors je te rajoute dans mon marque page! je viendrais te lire régulièrement ;-)

www.mlineproject.blogspot.com
Emeline