Pages

18.4.11

JALOUSE

Jalouse




Ci-dessus, le tout premier Jalouse que j'ai acheté. Le numéro est de Mars 2006, quelques mois avant que je commence ce blog. Cat Power y est en couverture.

Jalouse c'est le magazine typique qui ne plaît qu'à ceux qui aiment la mode. Ce n'est pas un féminin et il n'est pas généraliste. Il est autre chose.

Mes potes filles, pourtant pas contrariantes sur la qualité de leur passe-temps, s'emmerdent comme c'est pas permis en feuilletant Jalouse. Certaines n'y passent que 4 minutes montre en main, en baillant comme si je n'avais pas suffisamment compris l'allusion.

Elles ne lisent pas Jalouse, elles le feuillettent, me regardent et me demandent si c'est vrai que ce magazine est mon préféré.

Parce que Jalouse, dés le début, est devenu mon magazine préféré. Je les ai tous depuis cette date. Je les conserve, les ai posés sur ma petite étagère et vais souvent les refeuilleter. Il n'a jamais été question, malgré le poids de certains cartons de déménagement, de m'en débarrasser. Tous les autres magazines d'accord, mais pas Jalouse. Et pas Lula non plus mais ça, j'en reparlerai dans la semaine (oui c'est semaine magazines... Et laine mais je ne suis pas prête aujourd'hui...).

Ce que j'aime dans Jalouse c'est la possibilité, certes lointaine, d'avoir accès à un monde qui n'est pas le mien mais dont les codes me séduisent. Ce n'est pas un rapport envieux, je m'en fiche de voir en vrai le monde qui me séduit, l'important n'est pas ce qu'il est dans la réalité, mais bien de continuer à l'imaginer comme quelque chose d'élégant et intelligent.

Je suis une Bovary, à tous points de vue et j'assume.

C'est vrai que ce magazine est un poil snob, un poil crâneur, mais ça je m'en fichais... Oui à l'imparfait... Je m'en fichais parce que Jalouse est certainement ce qui a le plus influencé ma manière d'envisager la mode (avec le magazine 20 ans, mais ça, ça fait longtemps. J'avais le même rapport avec 20 ans qu'avec Jalouse, je les conservais tous, les relisais et pouffais de rire. Dieu que 20 ans était drôle). Quand je relis les "vieux" exemplaires, rien, à de très rares exceptions près, ne fait vieillot dans la mode de Jalouse. C'est rare quand même?

Je ne suis pas une lectrice intransigeante, c'est à dire qu'un numéro un poil raté, un peu en dessus, ne résume pas le magazine, je suis fidèle, achète les magazines sans me soucier de leur couverture (j'en consomme beaucoup) et ai donc mis du temps à comprendre que je n'aimais plus beaucoup lire Jalouse.

Ca fait plusieurs mois que ça dure. Jalouse, je trouve, est passé de snob mais agréable à segmentant. Il ne "me" parle plus et je crois même qu'il s'en tape.

Il y a un truc qui est essentiel et qui, parfois, se trouve aussi dans les objets, c'est l'âme.
Les codes de Jalouse ont tellement changé, que je ne vois pas où le magazine veut en venir. J'ai le sentiment qu'il ne raconte plus grand chose et qu'il, bizarrement, ne vend plus de rêve.

Il y a des choses qui me dérangent plus concrètement, des choses ayant certainement toujours existé mais qui sont de moins en moins masquées. Des séries mode avec une seule marque par exemple. Des séries modes qualifiées en tant que telles alors qu'elles ne sont que de la pub (dernièrement, Paul & Joe et Paul & Joe sister), je sais que ça ne définit pas le magazine, mais, je n'y peux rien, à force c'est devenu rebutant. Sûrement à cause de la malhonnêteté du procédé.

On traite en substance les bloggueuses mode ou beauté d'êtres des vendues mais, dans le même temps, c'est pas comme s'il y avait un contre-modèle.

Et puis voir le groupe The Virgins (Hey Rich girl!) un numéro sur deux ou d'autres choses font que je ne trouve plus Jalouse très à mon goût.

Je me retrouve parfois en milieu de mois, à voir le Jalouse du mois en cours sur ma table de nuit et de me rendre compte que je ne l'ai pas lu... Sachant qu'il était celui que j'attendais avec impatience, c'est vraiment étonnant.

Ceci dit on est jamais à l'abri d'un retournement de situation de dingue et que je sois de nouveau in love 4 ever du magazine Jalouse.

Je vous embrasse, à demain.

12 commentaires

Carlotta Stermaria a dit…

C'est marrant, je me suis souvenu récemment ce magazine était mon préféré pendant mes années lycée (disons entre 2002 et 2004). je le lisais en entier, ne m'y ennuyais pas une seule seconde, découpais les séries mode et les entreposais dans ma boîte à images...

Jusqu'à la lecture des pages de fin, ces chroniques de fêtes privées ou de soirées de lancement où j'ai fini par comprendre que je ne me devais pas exactement de connaître ces gens dont le nom était en légende à chaque numéro, mais qu'ils étaient tous des amis des rédacteurs ou des collaborateurs du journal. J'ai eu le sentiment d'être la spectatrice, non invitée, d'un certain milieu mondain et de soirées où je me serais sans doute sentie godiche. Alors, j'ai arrêté de l'acheter!

Margaux a dit…

C'est marrant, c'est aussi le premier numéro que j'ai acheté. J'aimais tout ce que tu décris dans ce magazine, certains articles hilarants et bien pensés, et toujours ce côté un peu snob et avoir l'impression qu'on appartenait à un certain gang, la bande des filles qui lisent Jalouse. Je suis toujours très fière de ma pile de magazine qui me sert presque de table d'appoint mais c'est vrai. Je ne l'achète plus tous les mois, et il ne me manque presque pas.
Certaines séries modes frôlent le ridicule (notamment celle avec le chanteur des Black Lips il y a un ou deux numéros) et ce côté un peu provoc, je trouve maintenant qu'il sonne très faux.
En espérant que Jalouse se reprendra, car on en trouve toujours pas deux comme lui.

xx

Fashionstyle a dit…

Je l'ai acheté quelques fois...je ne sais pas pourquoi il n'a jamais fait partie de mes classiques et pourtant il ne m'a jamais déçu.

catherine a dit…

Pareil pour moi au sujet de Jalouse (j'aimais bien le Do It Yourself aussi).
Je te conseille de lire Causette (si tu ne connais pas déjà!)ça sort tous les 2 mois et j'attend chaque numéro avec impatience ... surtout pour "on nous prend pour des quiches" juste parfait bon ya pas du tout de mode mais de très belles photos et une chouette mise en page et aussi des articles de société engagés.
Voilà prochain numéro vers juin.

Anonyme a dit…

J'étais abonnée au magazine 20 ans à l'époque où j'étudiais à l'université! J'aimais beaucoup cette publication (qui me coûtait la peau des fesses à faire livrer au Québec!).
Ahhh souvenirs... ;-)

Valérie

Marie a dit…

Carlotta Stermaria: C'est exactement ce que j'ai mis du temps à comprendre ce que tu décris...

Margaux: Ah voilà oui, les filles qui lisent Jalouse, j'adore cette idée du gang.


Fashionstyle: A oui?

Catherine: Ben j'ai déjà vu Causette en kiosque, mais c'est bizarre, j'ai jamais été tentée... Tu me donnes presque envie là!

Valérie: J'adorais 20 ans. Mais d'une force!

Anaelle a dit…

Ah moi c'etait 20 ans et Jeune et jolie.. puis cosmo.. et maintenant je ne loupe plus un seul Marie Clair. Mais Grazia, definitivement, j'y arrive pas..

Anaelle.

Anonyme a dit…

Jalouse c est Tina Kiefer non ? perso je n ai pas le souvenir de l avoir achete ne serait ce qu une fois et pourtant j en consomme du magazine, peut etre parce que contrairement a toi je suis sensible a la couv'...
Mais je me demande, s ils mettent les Virgins et leurs copains de groupes en The "...", c est peut etre qu ils veulent volontairement rajeunir leur lectorat et que tu t y retrouves moins ?

Sinon idem pour 20 ans, et surtout les chroniques de Diasteme, ca c etait de la bombe de magazine !!!!

bisous ma belle

Anonyme Amande

Caroline a dit…

A propos de 20ans, tu seras contente de savoir que ça fait quelque jour qu'une anthologie des meilleurs articles est sortie ! Ca s'appelle "20 ans, je hais les jeunes filles : anthologie". Et depuis que je sais ça, ma vie a retrouvé un sens. Carrément.

Balibulle a dit…

Je n'ai pas lu assez assidûment "Jalouse" pour voir le récent virage, j'en déduis que ça doit être encore pire que ce que j'ai toujours senti en lisant ce magazine. De très très jolies et inspirantes pages mode, mais un ton "happy few" qui m'insupporte, ce mythe de la DJ/créatrice de bijoux/photographe/comédienne/mannequin comme consécration professionnelle ultime et ce manque de naturel permanent. Maladie de certains branchés qui se regardent vivre au lieu de vivre tout court. Qui réfléchissent à ce qui peut faire décalé et être bon pour leur image, plutôt qu'à être eux-mêmes tout simplement. Oui, sacrilège, parfois un peu de premier degré ça fait du bien ! Bon bref je dérive... Tout ça pour dire que quand je lis quelque chose, j'aime qu'on me tende la main, pas qu'on fasse étalage de sa supériorité toute relative... La sérénité d'être soi, pas la démonstration...

Marie a dit…

Caroline: Oui je suis contente :)

Balibulle: Whaou, t'as bien résumé les choses. Je ne le vois que maintenant, mais si je prends un vieux magazine, ça sera le même type de fille.

Anonyme a dit…

Tout à fait d'accord, je me suis fait la même reflexion il y a peu. C'est comme ci une bande de pote faisait un magazine incrusté de private joke, totalement monotone à la longue. Marre des Shining twin et des black lips aussi... Dommage, j'étais aussi vraiment fan à une époque, maintenant, j'oublie même de l'acheter (et apparement je ne suis pas la seule, donc ils vont peut-être se reprendre!)