Pages

13.8.10

Attente-mannequins-assises_galleryphoto_paysage_std

L'oisiveté est mère de tous les vices...






Quand j'ai commencé mon blog, je vous l'ai souvent dit et répété, j'étais dans un rapport aux sapes qui était, pour le moins, excessif.
Je surconsommais et étais dans l'incapacité la plus totale de me refuser quoi que soit. La frustration, puisque le problème se situe bien là, m'était impensable. Pourquoi me refuserais-je quelque chose puisque de toutes façons, je vais mourir? Mon hédonisme consumériste était, en vrai, la meilleure manière que j'avais trouvé pour pallier à:

1) mes angoisses
2) mon non-amour de moi et de mon enveloppe.

Ca je le savais déjà...

Mais il y a autre chose que je perçois et qui me fait mieux comprendre mon "addiction" (oui parce que c'est comme tous les excès la compulsion, "compulsive un jour, compulsive toujours", c'est sûrement, la raison pour laquelle la fierté nouvelle de certains que de posséder des tas de fringues me met si mal à l'aise. Je ne suis pas à l'abri d'une rechute et moi, pour le coup, je sais à quel point ça n'a rien de glorieux ni de "jouissif", ou alors très vite. Et puis je n'oublie pas que cela précède toujours la honte, qui elle est, non seulement inévitable mais aussi bien plus "accrochante" que l'orgasme de l'achat).

Je suis à Noirmoutier, sur une île, jolie au demeurant, mais je m'y ennuie très fort. Mais vraiment très fort.
Alors comme je m'y ennuie je ne trouve pas la patate nécessaire pour faire tout ce que je dois faire. Je n'ai pas tout le temps l'ennui constructif, c'est fou comme le mien peut parfois être chronophage... Sa race!
L'ennui, le fait de ne pas se sentir en place (pas forcément à sa place d'ailleurs, juste en place) c'est vraiment naze.
Ca rend tout petit mais ça n'est pas suffisamment dur pour vraiment se plaindre... Bref ça nous laisse pareil, mais juste en moins bien pour quelques semaines.

Et c'est là que ce truc d'oisiveté intervient...

Je m'ennuie donc... Donc j'achète, oui!

J'achète et achetais pour une autre raison que "je vais mourir, la vie est une chienne" et "je suis moche, il n y a rien à faire". J'achète parce que je me fais chier.
Y a quand même un truc de cet ordre là dans l'achat important, régulier, l'ennui.
Quand tu t'ennuies, tu surfouilles, tu vas chez H&M, t'envisages des trucs à porter, tu te dis que t'as fait le tour de ton armoire et qu'il te faut de la nouveauté.
Dans le fond, c'est pas de la nouveauté de penderie dont tu as besoin, mais un truc qui bouge qui remue, mais dans ta vie, pas ailleurs... pas la peine de déplacer ses problèmes sur un objet qui ne remplit jamais!
Le shopping excessif, la compulsion est un divertissement.

Divertir, étymologiquement, ça veut dire "détourner". Faire tourner le regard.
Tout est dit, plutôt que de s'occuper de son dessein, de son destin et bien, on achète des nazeries (mot préféré de maman) chères et en plus, sans fond.
Acheter, se dire que c'est fini, que c'était le dernier, mais quand même, trouver une bonne raison pour recommencer... La bonne raison ben elle est claire, on occupe le temps, l'espace, le vide, parce que, putain, qu'est ce qu'on se fait chier des fois...

35 commentaires

Anonyme a dit…

qu'est-ce que c'est bien dit !! bisous

Lionne a dit…

Chez moi c'est vraiment un palliatif à la frustration, au sentiment de non accomplissement. Je me dis que je suis pas allé au bout de tout ce que j'aurais pu faire. Alors au delà de mon amour pour les froufrous et les conneries, je consomme parfois pour remplir un vide, un peu comme quand on grignotte parce que on se fait chier.
Je me reconnais dans tout ce que tu as écris. Moi quand je m'ennuie,la plupart du temps, je ne fais plus rien, je perds un temps précieux, je suis démotivée. Je suis beaucoup plus productive lorsque j'ai 150 trucs à faire, que je me sens investie. Enfin bref je pense que mon com n'est pas bien clair mais ton article là est vraiment GENIAL (comme d'hab' tu me diras...)

Missaudrey a dit…

Je suis tout a fait d' accord et me reconnait dans certains passages

Juliet a dit…

Ton texte est très bien écrit, beaucoup de choses sont vrais.

http://julietblog.wordpress.com

marlène a dit…

Je me retrouve tout à fait dans ce sentiment. Quand on s'ennuie, on dépense. Et le pire, (ou le mieux, ça dépend,) c'est de ne plus avoir d'argent pour dépenser...et donc, s'ennuyer encore plus et en prime, être frustrée ! Résultat, je suis pénible dans ces cas-là....
Bisous et profite en pour te reposer ! L'ennui peut être parfois constructif !

minhoi a dit…

je me retrouve dans ce que tu décrit mais je rajouterai pour ma part surement une trouille énorme fasse au fait que je deviens vieille faut dire que 37 ans dans deux mois ça fait pas du tout rire d'etre plus proche des 40 que des trente et avant ça des vingt.

donc je pense que je veux me prouver que je suis pas encore tout a fait dans la case des vieilles mères de familles qui se doivent de ne plus être a la mode.

Anonyme Amande a dit…

(de retour des vacances dans les landes)
Une fois de plus tres bien ecrit et tres juste.
J ai commence mon shopping compulsif tres jeune car je me sentais vide, car j avais besoin d avoir toujours plus et mieux pour rivaliser avec ceux/celles qui m impressionner.
Puis l age adulte et la confiance en soi est venue mais l ennui est arrive. Je n achete jamais autant que lorsque je suis dans des periodes de lose et de "rien a faire" au boulot, avec le web shopping et les blogs qui te proposaient 1000 trucs c etait devenu du grand n importe quoi...

J avoue que te lire quotidiennement a (entre autre) remis les pendules a l heure !

Plein de bises et de pensees a toi !

Chloelor a dit…

Je suis malheureusement dans le même schéma, je compulse ( shopping ou bouffe... ) mais je suis hospitalisée pour 3 mois alors ou retrouver une certaine forme d'hédonisme dans ces conditions ? Spiritualité peut-être ! Cela dit, c'est toujours un plaisir de te lire ;)

Anonyme a dit…

C'est bizarre en rentrant chez moi avec 3sacs de fringues je me suis fait la même réflexion! Mais pourquoi tout ça? (j'ai même pas de place pour les ranger...) Je suis seule dans une ville où je connais personne et ils laissent ouverts les magasins! Y'a pas à dire les commerçants sont pas aidants non plus...

Suzanne a dit…

MAIS OUIIII!!!! je me faisais exactement la même réflexion, aujourd'hui, avec une énorme envie de shopping. Bilan : je vais faire des crêpes...

Anonyme Amande a dit…

"impressionnaient" hein ! mon dieu mais d ou est sorti cet infinitif ?!!!

Amande, la psycho de l orthographe

Pinasse33 a dit…

ton texte est criant de vérité. Je me reconnais dans ces quelques lignes. Je n'achète pas que je me fais chier, j'ai tendance à acheter quand je suis en conflit. Le conflit ne me fait pas peur, mais pour me défouler (ben oui je vais pas me mettre à hurler en pleine ville au boulot ou chez moi)et bien je vais faire du shopping. Je reviens vidée, exténuée, mal aux yeux tellement ils ont furetés dans tous les sens. Et je rentre sereine. Quelques jours plus tard, je ne comprends pas pourquoi j'ai acheté cette robe qui ne me vas pas ou ces chaussures à talons. Le pire c'est le web : je ne regarde pas les commandes, j'oublie, et quand je recois le colis c'est comme une deuxième surprise un oeuf kinder géant !

flux a dit…

description tout a fais exacte de mon moi de juin , et de mon mois de juillet .
PFFFF!

bonus casino a dit…

Sympa le texte.

Anonyme a dit…

Ben ouais tout pareil sauf que toi tu le dis mieux que moi... Bisettes jolie jolie Marie
Caro.

@nnoushka a dit…

Je ne pense pas avoir de shopping compulsif, mais il m'arrive d'avoir envie de renouveler ma garde robe et de rentrer les mains vide car je n'ai rien trouvé!!!!!! Heureysment ce n'est pas souvent....nan pas que je rentre les mains vide; que j'ai des envies de shopping non mais lol

Khaïra a dit…

(aussi de retour, mais d'Algérie)
Je suis pas encore tout à fait rentrée, un peu ramollie ; je vais donc éviter de commenter. Mais j'ai rattrapé mon retard, et ai enfin pu voir vos créas : félicitations à vous 2, que ce projet vous emmène loin, aussi loin que vous le méritez.
biz

Anonyme a dit…

Magnifiquement formulé. Ce que je ressent souvent sans arriver pour autant à le verbaliser. Merci :)

Marie b a dit…

Tiens, pour moi ce n'est pas tout à fait pareil. Les périodes d'immobilisme (j'en vis une pour le moment) sont aussi des périodes de grandes réflexions sur ma garde-robe... un peu comme si un nouveau départ se préparait aussi dans mon dressing.

Attention, ce n'est pas comme si je n'achetais rien. Mais chaque achat est longuement pensé. Je fais des tas de wishlists et j'ai l'impression que lorsque j'aurais ma nouvelle garde-robe parfaite, je serai de nouveau prête à avancer... Je suis vraiment barjot! (ca me fait peur ce que j'écris)

Blog Mode a dit…

J'adore le titre de l'article, c'est tellement vrai !

splintermuse a dit…

je me suis rendue compte de cette problématique il y a quelques années, mais je n'ai rien fait pour y remédier...

Marion a dit…

Je me reconnais tellement dans ce que tu dis là, c'est hallucinant et rassurant à la fois... (quoique?).

Bises!

M.

Marion a dit…

Je me reconnais tellement dans ce que tu dis là, c'est hallucinant et rassurant à la fois... (quoique?).

Bises!

M.

petitprunier a dit…

hello biche!
j'aime beaucoup évidemment! c est toujours bon de sentir les mots de quelqu'un d'autres déposer un peu de baume sur ses propres écorchures :-)
en tout cas, pour moi, cet été sera celui de la victoire...seules quelques paires de chaussettes en solde chez monop auront eu raison de mon nouveau MÔA... hahahahhaaaa!!! chui sûre que t'es fière de moi là hein ;-)
jt'embrasse ma belle, prends soin de toi sur ton ile

marlène a dit…

Tiens, à ce propos, cette robe blanche à volants, pas du tout mon style et qui ne me va pas alors que franchement, j'avais autre chose à acheter...encore mieux, de l'argent à garder...c'est vraiment typique de l'achat que j'aurais mieux fait de ne pas faire. Et ça m'énerve, cette faiblesse.
D'ailleurs, je ferais mieux de faire gaffe car actuellement, je suis dans une période difficile et je sais que je vais racheter des fringues en tas...alors que je n'en ai pas besoin.
C'est nul, je sais. Mais l'achat compensatoire, c'est un classique, ton papier le prouve.

Anonyme a dit…

Tu es honnête,tu le reconnais et ça,chapeau car on ne lit pas ça sur les blogs mode et pourtant...moi aussi je souffre(et c'est une souffrance)de cette addiction de m...dont je ne peux me défaire car elle me sert de soutien et sans elle....Merci de le formuler ainsi,on se sent un peu moins seule.

petitprunier a dit…

anonyme: tu peux t en defaire, et tu peux trouver un soutien ailleurs que là dedans... le plus dur, c'est d'une part de prendre conscience que non, ce n'est pas normal,et oui, on est malade, oui ca prend toute la place et oui, ca fait tres mal... d'autre part faire le premier pas pour sortir de là... vouloir que ca change, c'est déjà un début! si l'envie te prend d'en discuter, je pense que marie ne verra pas d inconvenient à te filer mon mail. je sais que mon com fait un peu mégalo/sos-détresse-amitié-bonsoir, mais franchement, je te comprends... et t'es pas seul(e) :-)
ma chic file: excuse moi d avoir pris tes coms pour le courrier du coeur ;-) et merci!

Anonyme a dit…

je tombe par hasard sur ton blog et c'est fou comme je me reconnais dans ces théories! bravo pour la mise en mots de ces satanés maux de gonzesses :)

Laurette

www.chezlaure.canalblog.com

Marie a dit…

Anonyme: :-D

Lionne: un palliatif à la frustration? Au sentiment de non-accomplissement? Oui, je suis dans le même type de registre, et je me dis dans le même temps, que c'est un palliatif, un chouïa grotesque... parce que finalement, il ne remplit pas. Et les sentiments restent...
Aimer les froufrous et surconsommer, ça n'a rien à voir. Au même titre qu'aimer la mode et l'acheter, c'est très différent aussi...
Je t'embrasse...

MissAudrey: Cool alors!

Juliet: Merci beaucoup.

Marlène: Et si ne plus avoir d'argent, ne plus pouvoir consommer était la réponse au problème. On s'ennuie encore plus, et à un moment, ça devient plus vraiment supportable, c'est là que l'on prend les choses en main.
Et tu le dis très bien pour moi, l'ennui peut être constructif ;-)

Minhoi: Oh tu sais dans la problématique, pour ma part, je dégage plusieurs cas de figure:
-l'ennui
- l'enveloppe et la construction de ce que je n'aime pas forcément chez moi
- l'occupation du cerveau...
Tu n'es pas dans la case des vieilles mères de famille, à 37 ans , ça serait triste, non...

Amande chérie: Alors les Landes? T'as bronzé?
Les périodes de Loose, pareil pour moi...
Ce que tu le dis me touche, encore, vachement...
Je t'embrasse.

Chloelor: Oh après, il y a des cas de figures où il y a des circonstances atténuantes... ce qui est sûr c'est que l'hédonisme ne peut pas se retrouver dans 3 bouts de chiffon, il me semble...
je t'embrasse et merci.

Anonyme: Pourquoi tout ça oui! Les commerçants, n'ont juste pas d'intentions philantropiques... Les cons!

Suzanne: Avec du Nutella, voilà. Hardcore!


Pinasse33: T'achètes à cause de la colère quoi!!! Ah on est tous différents dans le fond... ce truc de colère, c'est jamais pour ma part...

Flux: Ah merde ;-)

Bonus casino: :-)

Caro: Merci Caro, je t'embrasse...

@nnoushka: Oui mais vu comment tu le décris ça m'a l'air assez sain pour toi!

Khaïra: Oh merci ma doucette, je suis contente que ça te plaise...

Anonyme: Oh je te remercie, c'est très gentil. Bisous.

Marie b: Non pas barjot, quand je lis ce que tu écris, je trouve cela assez sain, tu ne te précipites pas... en revanche, la qualité de la garde-robe, ne changera pas grand chose je crois...;-)

Marie a dit…

Blog Mode: :-D

Splintermuse: Ta réflexion est vraiment marrante... j'adore!

Marion: Quoique rassurant! ;-)
Bise aussi...

Petit Prunier: Sérieux? T'es fière j'espère!!! je t'embrasse, t'es sur le bon chemin... Je t'embrasse.

Marlène: De l'argent à garder, oui...Je ne sais pas si c'est vraiment une faiblesse, une faille plutôt, pas la peine de se dire "je suis incapable de gérer, mon dieu, je suis une merde...".
Je t'embrasse!

Anonyme: Oh ben c'est le minimum, je vais pas faire genre que c'est cool et le faire passer pour une putain de qualité... Restons honnête quoi!
Bise.

Petitprunier: oh mais je t'en prie, c'est fait pour...

laurette: Merci beaucoup!

katiagarcia a dit…

tu ne sais pas lire ???
es-tu aveugle, sourde ?

Anne-Sophie a dit…

Tu sais ce que je crois être le vrai problème, Marie : dans notre société, on confond trop l'être et l'avoir.

Merci pour cet article.

Anne-Sophie.

Marie b a dit…

Pardon Marie je me suis mal exprimé. Plus qu'une période d'immobilisme, je vis une période de trasit (trop long toutefois).

Je commencerai une nouvelle vie en octobre. Et je garde l'exitation des nouvelles fringues pour ce moment là. :-)))

Les petits secrets de Lila a dit…

Love you babe ;)

rachat credit a dit…

Vous avez la classe les filles c'est super