Pages

9.3.10


LA TENTATION DE LA PÉTASSE...




Au lendemain de la journée de la femme (grotesque mais ça n'engage que moi!), je me suis dit qu'il était temps de vraiment parler de l'étonnante alternative proposée aux femmes (souvent proposée par elles-mêmes d'ailleurs!), qui est pour le moins étonnante au même titre qu'elle peut être parfois touchante! La fragilité et le manque d'assurance sûrement.


L'alternative "pétassière".


30 ans (donc ni 15, ni 20 encore moins 10 ans), n'est pas un âge de "vieillerie", soyons sérieux, mais ce n'est pas un âge d'ultra-insouciance ou de néo-jeunisme non plus, restons sérieux.
30 ans c'est 30 ans (efficace comme formule, hein?), ni plus ni moins.
J'ai le sentiment que pour être vécus pleinement, les âges, quels qu'ils soient, nécessitent du renoncement en plus de l'acceptation.

Quand t'es petite, ado, jeune adulte, adulescente (état dans lequel je tends à me maintenir), tu expérimentes la féminité. Tu tâtonnes, tu essaies, tu rates, tu échoues, tu remontes en scelle, tu te cherches, tu te trouves pas encore (sinon quel ennui pour les dizaines d'années restantes) mais tu t'affirmes un chouïa plus chaque jour.

C'est pas si évident que ça de trouver l'état féminin dans lequel on se sent bien, c'est même super relou. Même si on a pas envie de se diriger vers un système de pensées arrêté et évident (i.e les filles ça a des formes, c'est doux, tendre, ça a les cheveux longs et c'est féminin... La femme féminine, je suis au fond du gouffre là!), quelque chose nous y ramène forcément. Ce quelque chose, en ce qui me concerne, ça a été, par exemple, l'appréhension du corps.

L'androgynie recule l'appréhension de son propre corps comme un élément typiquement féminin.

Les petits seins, l'absence de taille, le peu de hanches ne sont pas, en tant que tels, des éléments pénibles à vivre au quotidien, mais dans la connaissance et la construction de sa propre féminité, ils nécessitent un paquet de réglages.

On peut dire ce que l'on veut, dans l'imagerie collective, une femme ça ressemble à une femme, et une femme, on pense naturellement que ça a de formes par exemple.
La photo ci-dessus de Pamela Anderson, est un exemple d'ultra-féminité toute fabriquée, mais ça reste le modèle dominant.

Le contre-exemple de femmes comme Jane Birkin existe mais dans la construction de ma propre féminité, je ne pensais pas à cela. Petite, je ne me disais pas qu'une femme ressemblerait à ce à quoi je ressemble aujourd'hui. Je ne me plains pas, j'explique, hein! Et ce même si je trouve cela joli, le problème n'est pas lié à l'esthétique.

Et donc, (enfin) j'arrive au propos du jour, la pétasse... Sans jugement de valeur, on est toute la pétasse d'une autre et on a toutes, à un moment ou à un autre, expérimenté volontairement, cette étrange expérience qu'est la pétasserie.

La pétasse, dans le cadre type de la séduction, est attractive. De ce que j'ai vu, aussi gracieux et raffinés qu'ils puissent être, les garçons ont une légère prédilection sexuelle pour la pétasse. Pas pour la vie, ni pour la rigolade, ni pour le mariage, juste là, comme ça, dans un échange spontané et bref.
Il existe des pétasses intelligentes, il n'y a pas de lien de cause à effet, mais la pétasse est nécessairement une femme (quoique!) qui va se diriger volontairement vers des attributs dits féminins de la manière la plus grossière et évidente possible.
La jupe sera courte, très.
Les cheveux seront choucroutras (de choucroute, parfaitement) ou en mode Sue-Ellen de Dallas.
Les talons seront hauts.
La bouche sera pulpeuse et mise en avant grâce à cet outil, que nous les filles on peut utiliser à loisir, la moue boudeuse.

Après il y a pire, le string apparent, le décolleté ultra-pigeonnant...

Bref, vous voyez ce que je veux dire????

Après la pétasserie peut être liée à un type de comportements plus qu'à une apparence physique. Ça gossip, ça piaille, ça pouffe, tout ça tout ça...

Donc on a résumé le bordel de manière un peu simpliste, soyons honnêtes.
Alors pourquoi l'alternative de la pétasse est si attractive?

Parce que même à moi il m'arrive d'être tentée par la démarche tout évidente de la pétasserie.
Je ne dis pas "même moi" pour dire que je me sens au-dessus du lot, mais simplement parce que c'est tellement loin de l'éducation féministe, 501-wayfarer-Stan smith de ma mère que même moi, ça me surprend.
Parce que c'est plus simple tout simplement.
À moins de 20 ans, t'as le droit d'être une pétasse, t'essaies, c'est tes parents qui te canalisent.
À 20 ans, c'est rigolo d'être légère de la sape et de la séduction, tu t'en tamponnes, t'as le corps, la fraîcheur qui te permettent de faire passer un paquet de choses"fémininement borderlines" sans une once de vulgarité...
Mais après, c'est clairement plus risqué. Un rien fait vite "mouais...".
Alors 30 ans ça va encore, mais 40, 50, c'est plus difficile. Ca fait vite "sur le retour".
Être pétasse à ses heures, c'est dire que l'on veut et que l'on peut encore plaire. Qu'on est pas encore prête à se faire ranger, calmer, et "des-hormoniser" de sitôt. On a encore des regards qui glissent sur notre corps et sur notre arrogante féminité à prendre et à caler au chaud dans la partie fragilité et amour-propre de notre petit cœur de midinette...

Et c'est ça qui est touchant!
Même s'il y a un refus de passer la main qui peut-être perçu comme pathétique, il y a aussi surtout, le refus d'abdiquer, le refus de mourir peut -être (Marie aka pathos woman)... En tous cas, le refus de voir la femme biologiquement présente en nous, se faire la malle.

Je vous embrasse...

12 commentaires

Anonyme a dit…

'tain, c'est triste :'( ! :o

nina a dit…

j'adore!

angel a dit…

Pffffff ! C'est pas désolant, jamais !!!! jamaaaaaaaaais désolant de te lire !!! J'adore cet article, c'est trop bon ! lol La pétasserie...non mais...fallait le cibler ce truc !! et tu l'as fait ! Encore une fois , bravooo ! D'ailleurs je me suis permise de faire partager ton article sur mon facebook, tellement j'aime !!!
Bonne semaine
kiss

Anonyme Amande a dit…

Oh la la ce que tu ecris bien... Tu fais de la legerete un truc puissant et tellement touchant.
C est ton talent ca, et parfois j imagine que tu vas ecrire un livre d entretiens et d analyse de la femme 2.0 (c comme ca qu on dit nan ?;=))...
Femme et maman que je suis, j ai pas toujours la rigueur d etre la vamp' quotidienne qui m apporterait les regards qui boostent mon amour propre et je ne cours meme plus apres !
Gamine, mon ideal feminin etait Barbie (sans dec', c est a dire mon contraire total !) Et en verite, je ne me sens jamais aussi bien qu en killeuse brune en mini jupe et hauts talons, et c est meme devenu ma tenue de combat les jours trop down, et ca fait du bien !!!

Je te kiffe ma blonde :=)

Anonyme a dit…

En effet, tu cernes vraiment trop bien le sujet !

A 20 ans j'étais pas trop pétasse : j'étais pas assez femme pour ça. A 24, avec l'entrée dans la vie active, je suis devenue classe. Et à 27 je me pétassifie. Parce que maintenant j'assume. Et puis marre d'être tout le temps sérieuse. Et c'est mieux de se faire appeler mademoiselle que madame, faut pas déconner. Ca fait du bien à l'égo.

Sandrine

unefemmestunefemme a dit…

Marie!! Cela fait bien longtemps que je lis ton blog. Bref, c'est bête, mais c'est juste pour te dire que je te trouve magnifique et que j'adore tes articles qui se détachent un peu de la ligne suivie par toute autre blogueuse. Une remise en question sur beaucoup de pré-suppposés modesques est toujours bienvenue.

J'ai pu comprendre au fil de tes articles que tu étais pas mal cinéphile... moi aussi ça tombe bien. Et on est bien d'accord, quand on aura toutes atteint la classe d'Anna Karina ,,, pffff ça n'arrivera jamais ...
Bref, Bravo pour tout ...c'est sincère!

Hakim a dit…

Moi je pense que la tassepé est une conséquence des rapports hommes et femmes.

Par là je veux dire que l'homme a souvent délaissé à la femme la partie captivante ( pas forcément la plus intéressante ) de la séduction, en faisant d'elle une séductrice, plus pour son propre plaisir masculin que par galanterie ( effectivement les hommes sont sournois )
Et nous qu'avons nous gardé ?
La part la plus ridicule, celle du séducteur. Le choix des armes fut donc depuis belle lurette entérinés.

A la guerre comme à la guerre, les relations de séduction,sont des champs de batailles.Tout le monde se bat avec ses propres armes, obus, pétards, bombes et cetera.
Tous les coups sont permis.

Les filles amusantes font de l'humour, les filles intelligentes usent de répartie et personne ne leur en tient rigueur ou trouve à redire à cela.

Alors pourquoi devrions nous mettre en porte-à-faux un nana qui met ses seins ou son cul en avant ? Elle aussi a droit à notre sollicitude et notre sympathie ne serait-ce que pour une nuit.

Finalement faire la pétasse, ça revient un peu à un S.O.S, plus qu'à de la séduction, c'est un cri à l'aide " AIMEEEEZ MOI, REGARDEZ MOI, DESIREZ MOI " , évidemment quelquefois elle est vulgaire,importune et effrontée, mais tellement touchante, dans sa robe moulante.

La pétasse n'est qu'une victime, aidons là, il faut la réconforter !!!

Prenons, Sandrine désormais elle a 27 ans et je cite " elle se pétassifie " et elle assume, car apparemment ça fait du bien à son égo...
C'est vraiment l'exemple à suivre.

Kima :)

emiiiiiii a dit…

J'vais essayer de pas faire un roman sur mon expérience perso...

Ce que je peux te dire c'est qu'en ce moment, la pétasserie, même la putasserie si on va plus loin, c'est hyper loin de moi. La vie avec des mômes de 4 et tout juste 2 ans y est pour beaucoup. Au foyer par choix, un peu coupée du monde, loin d'être sexy tous les jours même si pas en training pour autant. Hormones au point mort, aménorrhée totale...tu penses si je me sens femme.

Alors les jupes ultra courtes les rares fois où je sors et les tendances fausse pétasse je connais. Je pense même comprendre les vieilles qui font la même chose.

Marie a dit…

Anonyme: Ah oui tu trouves???

Nina: :-)

Angel: Oh merci c'est gentil!Tu peux prendre mes textes, no soucy, si la provenance est indiquée... Ben ouais tu crois quand même que j'écris des trucs si c'est pas moi qui peut me la raconter après :-)... Ouais je déconne!!!
Bisous.

Amande que j'aime: Merci ma beauté, c'est adorable. ça me fait chaud au coeur. barbie? Ben moi pareil. De toutes façons j'y ai joué jusqu'à une bonne douzaine d'années avec ma copine Juliette, c'est dire si je te comprends!
Je t'embrasse, prends bien soin de toi!

Sandrine: Ah c'est intéressant... Finalement la pétasse c'est de la légèreté dans ton cas. Presque de l'humour cette histoire de pétasse!!!
Mmmhhh... Bien sûr que c'est bon pour l'ego!!!
Attends, j'adore aussi!

unefemmestunefemme:Merci merci. C'est adorable. Pour tout te dire je me trouve plus cinéphage que cinéphile (sans fausse humilité hein!) mais oui j'adore le cinéma. Et si tu me parles d'Anna tu me prends par les sentiments!!!

Kima aka Hakim: Tu es garçon étonnant...
Oh tu sais, et je sais que tu le sais, les femmes moitié victimes, moitié complices comme tout le monde!
Moi j'aime bien la pétasse, j'la respecte d'une certaine manière, elle fait quelque chose que parfois j'aimerais faire. Elle gué-dra frontalement, pas forcément avec des mots d'ailleurs, juste parce qu'elle assume et qu'elle s'assume!

emiiiiii: C'est touchant ce que tu dis et ça va dans le sens du truc finalement, faire sa pétasse (puisque ce n'est pas un état permanent) c'est prouver et se prouver quelque chose à soi!
C'est reprendre le contrôle quoi!
Je t'embrasse

Anonyme a dit…

Mais comment réagir face à ton homme qui croise une pétasse ?

Parfois, j'ai l'impression de faire ma pétasse, pour l'être plus que les autres, et qu'il me désire et me voit en premier lieu.

aurélia a dit…

ca pourrait ptêt vouloir dire aussi qu'on a encore envie de se marrer un peu, en vers et contre tout(s)? c'est juste une supposition... En tout cas, moi j'aime bien faire ma pétasse des fois (et je fais ma pétasse des chaussures presque tous les jours), je trouve ça plutôt drôle si c'est assumé. Et tant pis pour la trentaine ;-)
des bisous ma belle, prends soin de toi

femme a dit…

Merci pour cet article très intéressant.