Pages

1.3.10


LA MODE, CETTE ÉLITE...





Je me disais qu'il y avait vraiment un truc de très bizarre avec la mode.
Elle clame sur tous les toits qu'elle n'est pas un Art, qu'être artiste ça n'a rien à voir avec la création de vêtements.
Tom Ford vient de réaliser son premier film. Dans ses interviews, on comprend aisément qu'à sa période Gucci et YSL il ne faisait QUE des vêtements et qu'il est inutile de s'emballer et de crier au génie, ça n'en vaut pas la peine.
Karl, tout pareil, il est très affirmatif sur le sujet.
Faire des vêtements, aussi jolis soient-ils, ce n'est pas de l'Art.
Si Gainsbourg avait fait de la mode stricto senso, il l'aurait traité d'art mineur, sûr!!


Alors pourquoi elle est aussi snob la mode? Pourquoi ses non-initiés regardent cet univers avec une fascination envieuse, comme si elle était à part?
Pourquoi la mode nécessite t-elle, semble-t-il, une "éducation" pour être parfaitement maîtrisée et intelligemment traduisible?
Il suffit de voir l'agressivité que récolte ces derniers temps une bloggueuse comme Tavi pour en douter...
La mode ce n'est pas de l'art, alors pourquoi faudrait-il faire partie d'une caste pour en apprécier précisément et globalement ses tenants et ses aboutissants?

Lire Proust, regarder un tableau de Bacon, se vautrer pour apprécier un film de Fellini ne nécessite pas d'apprentissage au sens strict du terme. Ils peuvent émouvoir des tas de non-spécialistes!
Alors pourquoi la mode qui n'a rien de tout ça, se sent tout de même au-dessus de lot estimant que la populace, ces ploucs incultes, n'ont pas leur mot à dire?

Très étonnant, non?
Les paradoxes sont toujours très drôles à observer.
Le snobisme de la mode n'a pas de raison d'être... À la différence de Proust par exemple.
Je n'ai pas de réelles hypothèses sur le sujet... Vous en pensez quoi vous? Pourquoi la mode elle se la raconte alors que certains de ses plus grands représentants ont l'air de penser qu'elle n'est qu'une grande farce?


La photo est une vieille photo de Kirsten Dunst pour la marque Boy by Band of Outsiders.

20 commentaires

Rose. a dit…

J'ai ma petite idée radicale sur la question. La mode se la raconte car, si elle ne le faisait pas, tout le monde (et pas que ses grands représentants) se rendrait compte que la mode, ce n'est rien....

Marie a dit…

C'est effectivement radical, mais c'est une idée... Elle n'est rien, le sait et emballe le tout pour faire illusion...

Maman des villes a dit…

C'est peut-être tout simplement une question d'argent!!!
Marketing, stratégie de coms, faut surtout pas déranger tout ça...
Les élites aiment bien se savoir entre elles...Un parallèle avec le sport, il y a encore 25-30 ans le tennis était réservé au gens "aisés", lorsqu'il s'est "démocratisé", ceux-là ce sont dirigés vers le golf.
Attention, ceci n'est nullement un jugement de valeurs, sur les uns ou les autres,et il ne faut en aucun cas généralisé, mais cela à toujours existé.
Ca me rappelle mes cours de socio au lycée, Boudon, Bourdieu,ect...

Carlotta a dit…

ça n'est pas que la mode soit rien, selon moi, du moins. Au contraire, elle est beaucoup: beaucoup de gens, de vêtements, d'argent. C'est pour ça qu'elle se doit d'être snob: pour pouvoir, en se donnant d'office au sommet, se faire dégringoler jusqu'en bas.

Pour ceux et celles qui ont vu des chaussures Gucci, vont économiser pour les acquérir et comprendre, ou non, qu'elles sont démodées et qu'au sommet qu'ils/elles pensaient avoir atteint, il y a désormais autre chose. Ce n'est pas seulement l'exclusion qui est inhérente à ce cycle, à mes yeux, mais la tension qu'elle entretient avec la diffusion.

Et si Ford et Lagerfeld 'dévaluent' leur travail commercial, j'imagine volontiers que c'est justement pour snober leur clientes...

diane a dit…

peut être parce qu'on confond mode et luxe, parce que lui, oui, il est bien snob! :D
mais je comprends ce que tu dis, ça me fait penser au dernier article de cafémode: http://blogs.lexpress.fr/cafe-mode/2010/03/in-and-out.php

bon maintenant il faut que la mode elle se détende un peu aussi!
comme ici: http://www.misspandora.fr/revolution-love/

:-)

Khaïra a dit…

Je n'ai pas vraiment d'avis sur ce sujet. Ou peut-être que si.
La mode est ce que chaque personne veut qu'elle soit : la majorité est en pamoison devant elle. Et ce à différente échelle, par exemple un blog mode va être à la mode, alors là : effet de mode oblige tout le monde se DOIT d'aimer (je ne cite pas de nom, hein) (et la répétition est volontaire, hein).
A plus grande échelle : on décrète que ce que fait K.Lagerfield est génialissime (attention, je ne dis pas le contraire), et boum, ses collections ne sont jamais décriées.
Moi la mode, je l'emmerde, j'aime pas les snobs, je les ai jamais aimé (syndrome des gens d'en dessous).
J'ai même envie de dire que pour le coup c'est moi qui la snobe la mode : j'ai pas envie de voir que ce qu'on veut bien nous montrer d'elle = fashion week, designers, luxe, haute couture. Je vois la mode dans les mains des brodeuses de Tlemcen et d’Oran, je vois la mode dans les artisans inconnus du Sahara et leurs bijoux en vieil argent pour lesquels je tuerais, je vois la mode dans le pagne que noue ma belle-mère, je vois la mode dans le khôl des yeux de ma mère, je vois la mode dans l’habit rouge et les parures de bijoux des masaï, oué je la vois dans tout ça et même plus. La mode, faudrait qu’elle redescende de son piédestal et qu’elle regarde derrière elle d’où elle vient : elle vient d’en bas. Elle vient du peuple, avant que ses grands représentants n’existent, la mode était (et l’est toujours) pour le peuple et l’ethnie une branche de sa culture, de ses traditions, la mode avait un sens précis : la mode était l’habit coutumier avec ses codes. Faudrait pas qu’elle l’oublie ça, elle risquerait de se perdre.
Je l’emmerde la mode (oué, normal)

Maman des villes a dit…

Kaïra: Tout à fait d'accord avec toi, la mode faut pas oublier qu'elle vient de la rue!!!
Maintenant busness is busness et tant qu'il y aura des gens pour acheter. Moi ce qui me révolte, c'est que des gens triment pour payer une pièce qui vaut trois fois leur salaire, et le who's who est payé pour porter les mêmes pièces.
Y aurait beaucoup à dire sur le sujet.

Maman des villes a dit…

Une dernière chose..
Pour moi pendant des années, la mode elle était faite pour faire rêver.Je pense par exemple aux années 50-60, Audrey Hepburn , Grace Kelly, et toutes les autres.
Il y avait un côté glamour, et même si tu savais que c'était réservé à un élite, y avait un côté magique, contes de fée.
Aujourd'hui, la mode elle ne me fait plus rêver du tout..

Anonyme Amande a dit…

(Back ;-))
J allais ecrire en substance la meme chose que Khaira. Les artistes-artisanes, ce sont les petites mains qui creent ces vetements qui sont de vraies "oeuvre d art" au niveau de la technique et de la retranscirption du dessin flou d un maitre de la mode.
Maintenant, meme si les annees 80' ont permis a la haute couture de devenir un must have inabordable (parce que tout a coup portees par les actrices et chanteuses en vogue - j ai volontairement enleve "a la mode"), c est aussi parce que depuis toujours (bas moyen age ?)la haute couture etait reservee aux elites (t as qu a voir le trafic d etoffes a venise et les robes des princesses et autre dame de la cours), c etait un code social hyper important deja a l epoque.
Je dirais que la mode transformée en machine a snob doit beaucoup a la culture des 80's qui a erige le marketing au service du dieu pognon.

Putain, crampe au cerveau la ...;-) Suis pas sure d etre + en forme que la semaine passee...?!

Sab a dit…

La mode se doit de jouer un rôle, cela fait partie de son essence même. Elle est art si on veut qu'elle le soit. Je crois qu'il s'agit plutôt de comment chaque personne décide de la percevoir. En tant qu'ancienne étudiante de Lettres, je peux t'assurer que beaucoup de personnes lisent Proust en inspirant et en expirant un snobisme puant. Dans le fond, ce n'est pas la mode qui est élitiste, c'est les gens qui la font (ou croient, ou disent qu'ils la font, c'est encore une autre histoire).

C'est mon premier commentaire ici, mais je te lis depuis plusieurs années maintenant et je tiens à te dire que tu es une vraie source d'inspiration pour l'amoureuse peu initiée de la mode que je suis. Tes textes ont le mérite de faire réfléchir à tout ça.

Sab a dit…

La mode se doit de jouer un rôle, cela fait partie de son essence même. Elle est art si on veut qu'elle le soit. Je crois qu'il s'agit plutôt de comment chaque personne décide de la percevoir. En tant qu'ancienne étudiante de Lettres, je peux t'assurer que beaucoup de personnes lisent Proust en inspirant et en expirant un snobisme puant. Dans le fond, ce n'est pas la mode qui est élitiste, c'est les gens qui la font (ou croient, ou disent qu'ils la font, c'est encore une autre histoire).

C'est mon premier commentaire ici, mais je te lis depuis plusieurs années maintenant et je tiens à te dire que tu es une vraie source d'inspiration pour l'amoureuse peu initiée de la mode que je suis. Tes textes ont le mérite de faire réfléchir à tout ça.

Anonyme Amande a dit…

En meme temps Marie, la petite Tavi, elle me fait un peu flipper quoi...

Anonyme a dit…

En même temps, si vous les filles vouliez penser que la mode est un art, beh va zi fais toi plais'....
On s'en fout de Ford et les autres, en vrai...
les arts alternatifs, comme le graff' ou la danse, ces trucs là n'étaient pas de l'art jusqu'au jour où un mec l'a décidé...
Alors je proclame la mode un art.
voilà rectifié...
suivant...

NOelie a dit…

Je pense que c'est simplement que si elle ne se la raconterait pas autant, elle n'aurait malheureusement pas autant de succés auprès d'autant de personnes. C'est peut etre après tout, une sorte de miroir où les gens se retrouvent ou aimeraient se retrouver afin de se donner de l'importance. Pour certains c'est simplement avoir de la personalité, alors que la mode est un petit monde où l'on se copie, où tout revient... Vraiment je ne sais pas, très difficile de répondre tout de meme, c'est très vaste.

Anonyme a dit…

Intéressant sujet, mais très vaste...les origines sont peut-être dans la nature humaine tout simplement...si on voit à quelle point les Egyptiens, Indous, Grecs ou Louis XIV ont fait attention à la mode, difficile de dire que la mode se la raconte plus aujourd'hui qu'auparavant. Avant, elle était même réservée à une élite, aujourd'hui elle se démocratise, c'est un combat gagné, mais le rêve perdu...Aujourd'hui le souci est peut-être la globalisation, la force du marketing, l'uniformisation du monde de la mode...
Après si la mode est un art, je ne sais pas...effectivement il y a qq créateurs qui ont fait rêver, mais le reste, c'est de la pure industrie....En tous cas, continue, j'adore lire de petites réfxlexions que d'aller sur les blogs où on me lave le cerveau avec les toutes dernières tendances.

Anonyme a dit…

...et pour terminer mon post précédent sur le lavage du cerveau...c'était un peu fort, mais à la base, j'adorais aller sur les blogs pour retrouver un autre regard sur la mode, plus frais, plus sincère de ce que je pouvais voir dans les magazines, de mêche avec les maisons de mode. Maintenant, même les bloggeuses deviennent hyper célèbres et nous servent les mêmes "conseils" que Elle et Co. Le fait de pouvoir retrouver quelque part le sens critique, et ça fait du bien. On se copie dans mode, certes, on fait parti du troupeau de moutons inévitablement, mais il est important d'en être conscient et de garder le sens critique. Reste comme tu es "Chic fille", ne perd surtout pas ta fraîcheur! Ljubim

Marie a dit…

Maman des villes: Tu penses à l'hypothèse de la caste qui doit filtrer pour garder de sa classe et de son prestige... Sûrement oui!

Carlotta: le mépris quoi. C'est sûr que créer un tel désir, pour la plupart inaccessible, créé de la frustration et c'est un combat perdu d'avance, ça se démode tellement vite... Encore plus à l'ère d'internet. Pour snober leurs clientes et pour les mépriser également...
Classe hein!

Diane: Oui c'est clair, elle fait plaisir quand elle rigole la mode.

Khaïra: C'est très joli ce que tu dis, et oui, on a tendance à l'oublier mais tu as clairement raison... C'est tout ça la mode, du pratique, des mains qui s'agitent et de la culture, surtout de la culture!!!!

amande adorée: mais ce qui est intéressant c'est qu'elle était destinée à une élite mais même si ça avait à voir avec le rang social, ça ne dépendait de l'argent. Le marketting, la voilà la donnée qui change tout.
la petite Tavi elle fait un peu flipper mais plus dans ce que la mode fait d'elle qu'elle même, suis)je claire? pas certaine.

Sab: C'est les gens oui, clairement. c'est les humains de mode qui se snobise plus facilement que la mode elle-même.
Merci Sab! :-)

Anonyme: Ouais simplement. tac rectifié!

NOelie: Le snobisme servirai alors à lui donner le prestige qu'elle n'a peut-être pas dans son essence, ouais c'est possible!!!!

Anonyme 2 aka Ljubim: La célébrité de certaines bloggueuses est une bonne chose, si elle est utilisée à bon escient et si la fraîcheur perdure. Je vois ce que tu veux dire, c'est aussi cette alternative de propos sur la mode qui me plaisait et qui devient un chouïa plus rare....

Anonyme a dit…

J'crois que vous n'avez pas bien saisi la définition du snobisme. J'vous invite donc à faire une vérification auprès de Wikipédia, Larousse et consort.
Les gens qui imaginent et "ré" inventent la mode, ne sont pas snobs. Pour la simple et bonne raison qu'ils ne sont pas dans le mimétisme, bien au contraire c'est eux qui donnent le ton.
Alors au mieux ils sont indifférents, au pire ils ont des manières méprisantes.
Encore que, je ne crois pas qu'il y ait de la honte à mépriser des gens méprisables. On reste dans la géométrie variable.

Concernant ceux qui font la mode c'est encore autre chose, on peut les taxer de snobisme, ça ne mange pas de pain.
Mais que celui qui n'a jamais péché, jette la première pierre.

Kima

Ps : Il serait aussi bienvenue de faire une différence entre Art et Artisanat,entre création et production et cetera mais là on s'éloigne du sujet de base. Mais cet amalgame est fait dans les commentaires...

christel a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
christel a dit…

Oui, c'est ça, la mode, c'est l'essence même de ce que dit Bourdieu!! L'élite érige les codes sociaux dominants, qu'elle change dès qu'ils sont adoptés par le bas peuple pour en ériger de nouveaux. Ainsi les dominés sont pris dans une course sans fin qu'ils ne peuvent jamais gagner. Cela permet une identification entre les membres de la caste dominante, et une exclusion des dominés (je les déteste, et le pire, pour moi, c'est les fameux "hypsters".)
C'est d'autant plus retors qu'ils reprennent des codes rocks, streets, donc censés être rebels, être issus de l'underground, de la contre-culture, pour ériger leur conformisme d'élite méprisante.
Tout est brouillé, l'anti-néolibéralisme est absorbé par le néolibéralisme. C'est d'ailleurs sa grande force, au néo-libéralisme, d'absorber ses ennemis comme une grosse amybe.