Pages

19.10.09


TOUT A COMMENCÉ...




... avec un sweat à capuche, zippé, rose poudré, American Apparel.
Pas parce qu'il était nouveau dans ma penderie. Pas parce que je l'avais enfin lavé, non, simplement parce qu'il a fait subitement froid...
Dit-elle comme tout le monde...

Je parle du temps, comme tout le monde. C'est phatique cette histoire. Crânerie matinale: "Phatique", c'est parler pour ne rien dire... J'ai fait de la linguistique et, parfois, quand j'ai besoin de crâner je ressors un ou deux mots qui font toujours leur petit effet en soirée... Ben oui, dans des soirées avec des gens qui ne parlent que des trucs dont tout le monde se contre-carre. En même temps, en soirée quels sont les sujets vraiment intéressants?
1) Traiter... Mais gentiment. Et discrètement. Avec lâcheté, voilà!
2) Parler de (bon ben là je ne suis pas concernée, je suis la décence incarnée...) cul. Grassement. Avec des rires porcins qui ponctuent chaque blague (rarement drôle).

J'serai pas en train de m'éloigner du sujet? Ah si tiens, ça change.

Donc je disais ça a a commencé par un sweat AA.
Ça fait 2, peut-être 3 ans que la mode m'ennuie un peu pour tout dire. Pas la mode dans l'absolu, non la mode sur moi.
J'suis devenue une grosse feignasse après avoir été la nana qui se change 14 fois par jour tellement elle était assurée.
Oui oui, je sais, j'en ai déjà parlé en long, en large, en travers et en latitude de cette histoire.
Deux secondes, je vais développer...
Donc...
Mercredi dernier ça caille sa mère.
Je constate que lorsqu'il fait chaud, mes complexes m'empêchent d'être parfaitement à l'aise avec mes tenues.
Et quand il fait froid, je ne peux pas uniquement mettre les choses dans lesquelles je me sens jolie. J'ai vite froid avec le petit blouson en jean... Alors je me retrouve régulièrement en novembre, moitié cul nu à me peler mais à me dire qu'il faut souffrir pour être jolie...
Ça c'est mes contradictions, je peux me peler, mais je refuse de marcher en talon en me justifiant en plus, genre "non moi, la mode, tu sais, c'est un truc d'aisance, un truc enveloppant... Pas question..." Pas question de quoi exactement? Pas question d'être cohérente, oui ça, on est bien d'accord...

Mon ami K., a une théorie à propos du non confort vestimentaire que s'inflige la plupart des gens qui ont un avis très arrêté sur l'harmonie. Il a appelé ce concept "la frime et le cul". Ce qui, à brûle-pourpoint, on est d'accord, ne veut strictement rien dire. Il va s'agir d'imaginer.
"La frime et le cul", C'est la fille qui s'habille joli mais qui se pèle grave les miches. Ou, c'est le garçon (oui c'est un concept mixte) qui porte une petit t-shirt col V dévoilant presque ses tétons (ça se généralise pour les mecs...) et qui, au fond de lui, se demande bien ce qui a pu lui passer par la tête et jusqu'où la fashion va bien pouvoir l'emmener...
La frime et le cul c'est nous tous à un moment donné.
La frime et le cul c'est perdre l'aspect fonctionnel au profit de ce qui est "joli"... Sauf que, qui est vraiment joli les lèvres bleues? Qui est élégant le corps tout tremblant? Qui est joli le téton qui pointe (Ah non, là, je ne veux pas de réponse, ça va encore s'emballer...).

Donc je reprends, mercredi, ça caille et, comme j'ai été prise, comme tout le monde, par surprise, je ne sais pas quoi mettre.
Je me rappelle de ce que je ne veux plus, me cailler. C'est pas parce que je ne tombe jamais malade, que je dois narguer la pneumonie... Nan, préservons au maximum le capital!
C'est parti, composition de silhouette devant l'armoire normande défraîchie.

Un t-shirt. Blanc. Whaou la déglingo.
Une chemise à carreau. Whaou so 2008.
Un jean. Whaou, ça change...
Un sweat zippé AA. Des couleurs qui ne vont pas avec le reste, mais j'm'en fous... Ca caille, je vais m'arranger pour rendre le confort joli. C'est juste un peu de travail cette histoire.
La mode ça s'apprend... ? Oui c'est vrai! Le goût ça se réfléchit (quand on a le temps pour hein...) et le confort, élégant, gracieux, adapté à l'environnement c'est pas génétique...
C'est un peu comme les gens qui pensent que les gens talentueux, ils n'ont besoin que de leur talent pour faire beau, pour faire bien.. Non ils ont besoin d'une lichette de talent, mais pour le reste, ça taffe grave. Le contentement, ça se mérite quand même merde!
Sinon à vaincre sans mérite... Tu vois quoi? Oui c'est le Cid! Oh ben vous connaissais la fin quand même... C'est ma phrase préférée et jamais, ô grand jamais (on parle de théâtre classique et tout de suite, je me prends pour Jean Lefebvre...), je n'ai pensé qu'elle pouvait s'adapter à la mode...

La frime ok. Enfin je crois. Enfin de mon point de vue! Enfin j'y bosse quoi!
Le cul. Au chaud, ça c'est bon.
Et la famille? Ça va merci...


Je vous embrasse...

La be-bom en photo, c'est le Kiki de tous les Kiki...

8 commentaires

Rose a dit…

Un post qui tombe à pic !
Moi qui circule tout l'hiver en moto et qui essaie désespérément d'être coquette sur ma motocyclette, je me sens très concernée !
J'ai opté pour la stratégie "pelure d'oignon": des tas de petites couches de petites laines et un blouson sous mon manteau. C'est le prix à payer pour continuer à porter des robettes !
Rose.

MS a dit…

"comme j'ai été prise, comme tout le monde, par surprise." --> Ouais, ouais, et après tu viendras nous dire que c'est pas porno, ici.







:-D

Melle. Marion a dit…

En tant que membre officielle du "tarp' à l'air en été, et rien à foutre, j'aime pas les gros pulls"...t'imagines bien que ton post me parle drôlement (à l'intérieur de mon corps)!

Aujourd'hui encore j'étais un peu cul nul. Je veux dire Bruxelles il pèle sa mère le matin...et bien rien à foutre, no pull, no écharpe, rien à foutre quoi.

J'ai fais un peu ma meuf rock'n'roll ! Depuis j'ai rhume...la maladie la moins rock'n'roll du monde (contrairement à H1N1)!

La bise beautée!

Melle. Marion a dit…

* sinon je voulais écrire "membre officielle du tarp' à l'air en HIVER".

Mais j'ai le rhume, pardonnez moi!

Anonyme a dit…

oh oui de très bon aloi ce post!(un peu jte parle en vieux çai-fran pour que tu te sentes moins seule avec tes grosses références littéraires^^)
j'étais justement en train de me dire que bon là quand même les ballerines et les collants pseudo-opaques c'est pas le top.
alors bravo, tu forces la remise en question.
bonne journée bien emmitouflée!
ps: une photo de ton look du jour, non? vraiment?

Anonyme a dit…

C est aussi ce que je me disais en marchant pendant une heure, apres un taxi vendredi soir a 4 du mat' dans Paris... Pieds nus en sandales gladiators a 9 cm de talons...
Je m en suis voulue le lendemain ;-)

Anonyme Amande

Marie a dit…

Rose:Ah oui c'est sûr que sur une moto, la frime et le cul...;-)

MS: T'es con... Tu m'as fait super rire!

Melle.Marion: Je savais que ça te parlerait... T'es mon double toi, hein!

Anonyme: grosse grosse remise en question...
Du look, t'es sûr? On en voit pas assez comme ça...?

Amande: Voilà! C'est comme un lendemain de cuite, on se dit "plus jamais ça!"

tingting a dit…

sneakers shoes
Nike Tn
he was interrupted,
discount nike shoes
nike shox r4
tn dollar
He replied, "Yes......you are right! I haven't been looking for anyone for the past years."
With that, the man darted across the floor and out the door,
cheap nike shoes
All along he has found his girl.
nike tennis shoes That was why he did not bother to look further when he realized she was not coming back. It was not any specific girl he was seeking!
cheap nike shoxIt was perfection that he wanted, and yes.....perfection!!
Relationship is something both parties should work on. Realizing that he had let away someone so important in his life, he decided to call her immediately. His whole mind was flooded with fear.
free shipping shoes He was afraid that she might have found someone new or no longer had the same feelings anymore..... For once,
Paypal Credit card Accepthe felt the fear of losing someone.
nike shoes
nike discount shoes
,cheap puma shoes
nike shox shoes
chaussures nikeHow he damned the Gods...!!
nike free shoes How he hated himself....for taking so long to realize his mistake!! That was in 1996.
buy shoes onlineYou may painfully regret, only to realise that it is too late.