Pages

19.5.09


LES EAUX DE MARS... PRESQU'À TEMPS...





(Sans vous commander, c'est bien d'enclencher le lecteur Deezer, et d'écouter... Non parce que c'est beau hein...)

La Bretagne, a priori pas l'exotisme le plus vendeur de rêves au monde... Et bien les choses sont moins évidentes qu'un catalogue de tourisme faussement ensoleillé...
J'adore la Bretagne.
J'aime son élégance violente. Cette manière qu'elle a de ne pas transiger. C'est hyper rock n'roll cette histoire... À chaque fois elle me fait reconsidérer ma vie, les choix citadins que je peux faire, mes priorités, la vue que j'ai envie d'avoir devant mes yeux tous les jours. Ouais gros big love qui me ferait presque me demander si ma vie ne serait pas mieux si j'étais une étrangère là-bas.

"-La mode tactactac, la mode tactactac, la mode tactactac..." (le "Tactactac", c'est comme des claquements de mains dans une chanson de Queen...)

C'est bon j'y viens (le meilleur moyen de créer de l'hystérie fanatique dans ce blog, je l'ai trouvé. Je le crée moi-même...).
Donc la mode, ouais non parce que faudrait pas voir à déconner, dans "la chic fille", y a "chic" et là aussi, y en a des choses à dire.

La Bretagne, c'est loin de chez moi. Tellement loin que j'en passe des heures au volant de la voiture à rêvasser.
Et c'est là que je me suis téléportée (via l'esprit supersonique) en l'an 2001. Ou 2002, des fois les années se mélangent.
C'était la période des expérimentations sapestes. Laisse tomber comme je me devais d'être à la pointe, de ne surtout pas être fagottée comme le commun des mortels (has-been, ça va sans dire pour l'assurée que j'étais...). Alors fatalement c'était hésitant cette histoire. Voire... Voire cavalier.

Un jour de mars quelconque, je me baladais bien guillerette en direction de Sephora ou de H&M. Là, une dame au volant de sa Safrane, m'arrête et me demande où sont les parkings. Plaçeuse de voiture qu'elle m'a crue alors que moi, le matin je m'étais trouvée bien élégante et audacieuse avec ça...
Je souris, comprends rien, elle louche sur mes coudières (en fait des jambières... Inculte va!) et j'lui dis "on dirait que je place là? Genre? Non mais dites moi madame..."
"- Ben ouais, l'orange sur les bras... C'est voyant cette histoire, ça fait panneau indiquant! Oups j'aurais donc gaffé? Oh c'est tout moi cette histoire... encore hier avec Mireille, alors qu'elle me parlait de Sophie, sa fille...". Bref...

... Je souris... Ben ouais c'est ça ou se pendre. J'ai bien fait, imaginez la lettre d'adieu...

Maman, je t'aime, tu le sais ça. La vie n'est pas toujours nette, il y a des zones d'ombres, je ne peux pas continuer comme ça... Tu as bien travaillé, je te promets, mais là c'est trop dur. Je ne peux plus. Respecte ma décision. Je t'aime. Vis bien. Embrasse Papi. Fais pareil avec Mamie. Et mes amis... Je vous aime si fort... Mais le mauvais goût. Être prise pour un fléchage ambulant, c'est trop dur... Adieu.
PS: Maman t'es belle...
PS2: J'ai pris Baloo avec moi, ne le cherche pas.


...
Alors, 8 ans après, la vive d'esprit que je suis, sur cette autoroute presque ensoleillée (Bretagne oblige...), a commencé à pouffer. Et vas y pas que ça se marrait, s'en était limite à se tapait sur les cuisses. J'ai repensé aux moitié-coudières moitié-jambières orange criard et c'est soudain devenu très limpide cette histoire. Et comme un boomerang, j'ai repensé au pull moitié débardeur moitié col roulé rouge moche. Aux chaussures Jacobs oranges (décidément) jamais portées. La jupe violette en tulle. La veste pomme d'api moitié trench moitié j'sais pas quoi... Et je me suis arrêtée de penser. Mon orgueil m'a forcée, "n'en jetez plus" qu'il me disait... Pas bien téméraire l'orgueil.

La mode. Ah la mode, cette traîtresse, amie de rien qui m'a fait faire n'importe quoi. Surtout le pire, tout ça pour ne pas être has-been. Je préférais moche je crois. C'était mieux dans mon système de valeur. Quelle grande conasse je fais.

Donc, après maturation, réflexion, créneau (à gauche comme à droite, une vraie déesse du volant...), soleil dans l'œil, gouttes de pluie sur le pare-brise, sandwichs triangles mangés à même le péage, je me suis dit qu'il serait temps de re-choper une miette d'orgueil.

Le beau, celui qui nous va, ça serait pas mieux que la mode par hasard?
Non j'dis ça j'dis rien, mais alors des fois je vois des trucs, genre des tenues, qui sont en plein dans la fashion (ça on peut pas leur reprocher...) mais qui me donnent drôlement envie de vomir... Sens de la mesure.
Chacun fait ce qui lui plait, oulalala, je vais pas faire ma commandante encore, mais pour moi, j'vais faire une petite pause dans le mauvais goût... Ceci dit je peux toujours appeler ça de l'humour si je me retrouve avec du moche. Mais le matin, à même le thé, je me demanderai ce que mon moi pensera de cette tenue dans 10 ans. Bon repère, pour éviter au maximum d'avoir honte face à des looks qui me faisaient passer au mieux pour une "audacieuse" au pire pour une "pathétique"... Et puis pas la peine d'en rajouter j'en ai déjà des louches des approximations...

Je vous embrasse fort.

La photo est du Cobrasnake.

9 commentaires

Mash a dit…

Le ridicule ne tue pas !...il faut que jeunesse se passe !nous sommes toutes passées par là avec des expériences plus ou moins chaotiques mais l'âge aidant nous devenons plus sage en matière de mode .

La reine a dit…

la Bretagne me manque tellement en ce moment si tu savais ...

Anonyme a dit…

Coucou Marie ! Heureuse de ton retour, c'est vrai manger des kms (aller) nous sommes dans de bonnes dispositions pour faire voguer notre imagination ou ce que nous avons déja vu ou vécu le fait de se trouver nulle maintenant dans ce que tu portais il y a quelques années alors que cela te rendait fière à un moment donné n'est que l'évidence que tu te construis jour aprés jour et le lacher prise enfin sur ce que l'on a été est l'aboutissement de beaucoup de temps et chacun trouve son moment pour ça et le jour J! C'est le kif le cap de la jeunesse est passé on passe à autre chose et tout devient tendre et émouvant même les trucs les plus impossible !!! Douceur de vivre, lumiére incroyable, mer vivante et le festival de LORIENT J'me souviens d'un truc "jeune fille face à la mer jouant de la flûte traversière pour un concert le lendemain". BISOU.michelle

Marie a dit…

Mash: certes il ne tue pas... mais merde quand même. Mettons ça sur le compte de l'expérience...

la reine: J'imagine oui... je ne suis bretonne de rien et c'est vrai qu'elle a un côté addictif.

Michelle: tu as de vrais souvenirs de Bretagne toi...
C'est peut-être que je grandis oui... Ou que je vieillis en même temps, c'est pour tout le monde pareil hein!
Je t'embrasse

Anonyme a dit…

Salut Marie !
Ben tornata avant tout !
J adore le theme de ce post, moi aussi je me fais bien delirer en revoyant des photos d epoque et en repensant a l idee tres personnelle que je me faisais du "styyyyle" avant...avant ma maturite fashion si je puis dire, encore que y a des rates comme aujourd hui, journee de merde, avec jupe en camailleux de rose et rouge (vendent ca chez H&M), mariniere et boots sandales, je me suis faite peur ds l ascenseur en me demandant ce qui m etait passe par la tete a 8H30 ce matin.....
Je raconterai mes autres delits de mauvais gouts quand on se verra, et on rigolera bien ;=) Comme moi en te lisant !

Anonyme amande

emiiiiiii a dit…

Oué, moi je suis pour le beau.
Par exemple l'orange tu vois, je prends pas, le jaune non plus...ça va pas avec mes cheveux, avec mon teint, tout ça.
Enfin, tout ça c'est en theorie hein... Pcq j'avoue, je craque pour certaines choses bizarres...surtout dans les chaussures...mais ça c'est autre chose les chaussures, non?

Bises la vacancière!

Marie a dit…

Amande: Oh oui tu me raconteras j'ai hâte, si t'es sage je ramène des photos où je suis juste ridicule...

Emiiiii: C'est vrai que les chaussures admettons... Oh quoique je suis d'accord pour le reste aussi. Le vert. moi c'est le vert, il y en a certains qui me rendent super moche... J'ai mis du temps à le comprendre...

Aurore a dit…

Mdr!!
Rha la la je crois que l'on est toutes (et tous aussi) passés par là...çà rassure hein!!!euh quoique pas vraiment car sur le moment çà rassure de rien du tout!!mais on en rigole des années après ou sur le moment pour certaines!!

Marie a dit…

Aurore: Ben ouais qu'on est toutes, même tous, passer par là, c'est ça qui est bon...