Pages

3.2.09


JE TRAITE... ÇA FAIT LONGTEMPS EN MÊME TEMPS...

A., guillerette, bronzée avec le porte-monnaie qui brûle ses mimines toutes pleines de sel, se balade dans les rues de la Baule, les cheveux au vent et le jupon qui traîne...

(A. est mon amie... Je n'ai jamais dit que ce blog ne parlerait que de moi, à un moment donné c'est vrai c'est chiant, ça lasse...)

A. reluque depuis longtemps les bottes Marant, très plates, très sobres mais tellement jolies... Elles vont avec tout, rendent roots n'importe quelle robe de princesse, n'importe que jeans trop sobre... La classe des grands espaces pour les petites citadines que nous sommes, voilà ce que c'est le style Marant pour A.
Plutôt tentée, elle rentre dans la boutique, voit les bottes tant désirées, se dit que la vendeuse n'aura pas à beaucoup la convaincre, elle est déjà largement convaincue...
La vendeuse lui donne une paire en 37. Comme elle bien appris son texte et qu'elle sait que Marant est très à la mode, elle se la joue crâneuse la vendeuse. Comme si au bout du compte ces jolies choses "hype" la rendaient un peu "hype" elle aussi.
A. paye rapidement comme elle n'avait pas besoin d'être décidée, ça a dispensé tout le monde des discours marchands insipides...

Elle saute d'un trottoir à un autre tellement elle biche... Enfin elle sautille dans sa tête, A. a une image à maintenir, celle d'une fille toute prête à devenir une femme alors elle ne se met pas des bâtons dans les roues. Pas comme cette gogole de Marie qui n'a pas de surmoi et qui s'en carre pas mal d'être vaguement ridicule (oops, je parle de moi encore... Ah le blog et l'ego c'est une très grande histoire d'amour... Difficile de faire semblant!)

Quelques semaines après, genre deux ce qui est peu finalement, A. se rend compte que les bottes se décollent. Surprise qu'elle est. 400 euros, de la colle, c'est comme s'il y avait un contre-sens dans sa tête. Elle se dit que ça n'est pas possible de payer des bottes chères comme des Weston, avec une piètre colle entre la semelle et la chaussure... C'est bizarre, A. avait espéré mieux...

De retour à Paris, elle se dit qu'elle va aller rue de Charonne, y a une boutique Marant, ils vont pouvoir l'aider, ils ont une image de marque à défendre après tout...
A. ne veut pas les rendre, ni même les remplacer, simplement qu'on lui explique pourquoi et puis, que la boutique s'occupe de les envoyer à un cordonnier.
Après tout, elle sait que j'ai déjà bossé en boutique où les chaussures coutaient quatre fois moins chères et qu'on les envoyaient chez les cordonnier sans poser aucune question...
A. et moi on a dû oublier que ça ne se passait pas toujours comme ça.
Armée de son ticket de caisse, elle va voir la marchande, la larme à l'oeil pour faire genre c'est terrible.
...
...
"Ah ben non on ne peut rien faire, il faut retourner à la Baule, dans la boutique où elles ont été achetées... c'est comme ça.."

Comment te dire madame la marchande qu'elles coûtent un poumon sain tes bottes, qu'elles ne sont que mal collées, qu'elles se décollent en moins d'un mois et, à aucun moment tu sens que ça fait un peu arnaque...? Tu fais exprès ou quoi!
A. reste calme, se dit très clairement que plus jamais du Marant ne passera par elle.
M'appelle.
je suis étonnée, aussi parce que Marant c'est la super classe et que les prix pratiqués m'avaient toujours fait penser que c'était une bonne qualité.
Bon un raté existe, mais pourquoi se faire envoyer balader dans la boutique Marant alors que même pas t'as envie de faire un scandale...
Pas classe hein!!!

Vu chez Marie hier, une bien belle référence à Jérôme Dreyfuss, une qui sait faire plaisir à l'ego...
Je vous la mets en ligne pour avoir tout le concept, c'est mieux comme ça...
Par ici pour kiffer.
Certes les propos sont hors contexte, aucunement relayés au style direct ce qui permet n'importe quelle déformation, alors à prendre avec des pincettes, mais je pense que la substance est là...

"Il ironise gravement sur les blogs des victimes de la mode, prêtes à se damner pour une fringue griffée ou à tromper leur mari avec… un sac Billy !"

Ironiser admettons, c'est vrai que ça peut faire rire... Ironiser gravement c'est du sarcasme, non? C'est tout de suite moins tendre comme humour...
Putain la branchouille se moque de nous...
En ayant un service après-vente tout pourri ou en ironisant gravement... Qu'importe le flacon en même temps...

14 commentaires

minisushi a dit…

je crois que suis super ennervée sur tout ça en fait. j'ai limite envie de revendre mon billy décoloré sur ebay! en fait j'ai l'impression qu'on se fout grave de notre gueule ou alors je me dis que les maisons de luxe ont des attachés de presse plus averti qui empecheraient de dire de telles conneries...

Emiiiiiii a dit…

'tain c'est grave pour les bottes!! C'est vraiment se foutre du monde!

Et pour Jéjé... m'en fous, j'ai mon Twee maintenant. D'ailleurs mon homme a dormi sur le canapé cette nuit. J'avais besoin de place pour mon nouvel amant.

Bises!

Marie a dit…

Minisushi: Moi aussi dans le fond ça m'énerve... Y a un truc qui ressemble au mépris en fait, et de quel droit?
Aucun, on est bien d'accord... C'est pas très très bien tout ça, et il y a fort à parier que ça ne va pas faire du bien à l'image de ces marques...
Non ton sac c'est un cadeau de l'amoureux, on s'en fout pas mal du reste, dis toi que c'est lui qui te l'a fabriqué...

EMiiiiii: Y a combien de "i" à ton nom? Sur l'écran, j'arrive pas à trop bien compter...
Ouais les bottes c'est grave, et pis la nana, bouche en cœur, elle ne comprenait pas comment mon amie pouvait insister...
C'est fou!!
Le twee... Mazette.
Je te fais des bisous... A ton homme aussi, il en a bien besoin!!!

une fidèle lectrice a dit…

- on est bien d'accord pour les bottes...
- Effectivement la phrase de JD est sortie de son contexte et prête à confusion. Je me souviens très bien de cette interview donnée à un magazine. C'était d'ailleurs au sujet des blogs mode, il expliquait comment les blogueuses parlaient de ses sacs et trouvait drôle qu'elles en parlent comme d'un amant. Rien de plus, pas d'égo à la base de son (de ce) propos.

Anonyme a dit…

Eh marie tu connais un truc qui dure 10 ans ? MOI NON c fini les trucs qui reste je caricature mais tout est devenu commercial le beau comme le moins beau tu me diras meme l'instant ne dure pas la vendeuse s'en fout c pas une paire de bottes mal foutue qui empecheront d'autres clientes de les acheter; L'IMAGE DE MARQUE tu sais!!!! originalité,marque hype et prix et QUALITE ne sont pas toujours à la hauteur;remarque avec des bottes petit prix tu risque des brulures alors toi chére cliente tu achétes quoi? bises michelle ps:il reste des trucs VINTAGE ........

delphine a dit…

allez hop, un commentaire, alors que je te lis en silence d'habitude ! j'ai acheté 2 fringues isabel marant dans ma vie, en retenant ma respiration au moment de payer mais en le faisant parce que en fin de compte ses vêtements sont beaux, subtils, etc. Mais le 2ème était le dernier, je me suis promis de ne jamais remettre les pieds dans une boutique am depuis que je suis retournée échanger un très joli haut brodé à manches courtes (un t-shirt à 200 euros on dirait si on était mauvaise langue) après le délai de 2 semaines d'échange (en ayant appelé pour demander la permission, comme à l'école), jamais sorti de son papier de soie, portant toutes ses étiquettes, pour qu'une vendeuse d'au moins 21 ans qui tirait la gueule dans un coin attrape le haut, fasse la moue, et le renifle !!!!! pour s'assurer que je ne l'avais pas porté ! je crois que ça se passe de commentaires...

Vanille a dit…

quand j'ai acheté mes bottes Isabel Marrant à la boutique de la rue de Charonne elles m'ont indiqué qu'il fallait les resemeller direct, ça n'excuse rien mais bon ..
total ben moi je n'en veux plus des miennes, elles sont rouges passées, sublimes, (mais je dois être trop classiques, je n'y arrive pas) donc je les revends un bon prix (pas 400 euros) à peine portées
If anyone is interested please tell me ...
sinon bravo pour ton blog belle beauté ... et tu es sublime.

Olivia (à Paris) a dit…

C'est franchement pas commercial pour les bottes. J'aurais piqué une colère moi!

bulle a dit…

jtai vu chez zara ctaprem! (jtavais laissé un comm ya un moment pr te dire que j'habitais aussi à nancy et que je comprenais pas cette fascination que les gens ont pour SR ici!)

Voila, c'est tout

Melle. Marion a dit…

ooh non je veux pas y croire. Isabelle Marant ils vont pas se la jouer Zadig&Voltaire...
Non car cher + qualité moyenne + vendeuse pas aimable ça ressemble vaguement à Z&V.

Enfin jdis ça, jdis rien héhé !

Marie a dit…

une fidèle lectrice: Oui tu as raison, j'ai pris la phrase hors contexte, mais elle m'a un peu perturbée... je me suis demandé s'il fallait toujours "cracher dans la soupe" pour se sentir crédible...
Merci des précisions.

Anonyme (mais en fait c'est Michelle): oui c'est vrai... Je suis nostalgique de cette époque que je n'ai finalement pas bien connue, celle du commerce "à la papa" où il fallait être proche de son client, d'être sympa et grand dieu commerçant...
Je n'aime pas toujours ce que devient la mode...
Mais il reste le vintage!!!

Delphine: oh la grande classe...
De mieux en mieux! Bon mademoiselle Marant n'est pas responsable de l'humeur de ses vendeuses, mais bon peut-être qu'il est temps de redevenir aimable et arrêter de traiter le client comme un vulgaire animal sans aucune dose d'orgueil... Parce que parfois il est bon d'être orgueilleux et de se barrer en lui pétant les genoux à la miss renifleuse!!!

Vanille: Merci Vanille de tes gentillesses. certes les ressemeler direct c'est bien, mais merde 400 euros, ils pouvaient pas y penser avant et le faire... Non mais si tu connais la faiblesse d'un produit t'anticipes, non? c'est comme si chez Chanel la vendeuse de te disait de bien recoudre les boutons, parce qu'ils se barrent super vite!!!
Pour les bottes, bonnes chance...

Olivia (à Paris): Tu m'étonnes... elle est restée calme, c'est trop une jedi ma copine!!!

Bulle: ben nunuche, t'aurais dû me faire un bisou... Ou un coucou!! Ma mère aurait été fière...
La bise!

Melle. Marion: Non non, tu dis bien... Ça y ressemble en tous cas!!
je te fais des bisous cocotte maligne... Viril le surnom, hein???

diane a dit…

ouaip, les chaussures isabel marant c'est tout pourri, et pas seulement les bottes, les miennes sont dans leur boîte, comme des objets de collection, dommage... mais alors le mépris d'une maison pour ses clients, vraiment, insupportable!!

la quiche a dit…

pas d'accord avec une fidèle lectrice : ce n'était aucunement un sujet sur les blogs mode mais une présentation dans la PQR d'un enfant du pays (il est de Dommartemont....) et ça fait donc plusieurs fois que lui ou Isabel Marant d'ailleurs (impossible de remettre la main sur la référence) sont à la limite du mépris pour leur clientèle...
très limite tout ça même en tenant compte de la possible déformation journalistique...
Allez belle ragazze, des bisous et je vais mettre mon boule au lit (les joies de la grossesse...)

toma a dit…

J'ai bien aimé ton blog donc je te le dis !
bonne continuation !
http://lalignerouge.wordpress.com/