Pages

12.1.09






LE JUSTE MILIEU... PART ONE... (Parce que ça va être long cette histoire...)

Bref retour en arrière. C'est nécessaire. Nécessaire pour mieux comprendre les changements qui s'opèrent maintenant. Et, finalement, un retour sur les évolutions auto-stylistiques, c'est quelque chose que j'ai peu fait sur ce blog. Ou pour me moquer. Ou pour comprendre. Ou pour les deux, ce qui risque d'être également le cas aujourd'hui.

Sifflant mon thé à l'aide de ma main gauche et grignotant mon Prince de la main droite, je suis au cœur, je me souviens...
Quelque chose a évolué dans mon armoire depuis quelques jours...
La maladie, pas très grave mais pénible, m'a obligée à m'habiller chaudement. Certains diront à m'habiller tout court et, certes, je dois m'incliner, ils n'auraient pas tout à fait tort.
Il y a une véritable raison d'être aux doudounes, pulls cachemire pour les douillets du piquage de la laine ou laine qui gratte pour les plus téméraires, aux collants et, dans mon cas, aux superpositions.
Ce qui me plait le plus en terme de "habillée pour l'hiver", c'est clairement les superpositions. Approximatives en plus, les piles de vêtements qui ne sont pas faites pour cohabiter, normalement, ensemble.
Bless fait ça très bien, en hiver et en été, comme ils s'en carrent pas mal de la météo...





Mon approche de la mode s'est faite de manière un peu "expérimentale", à ma mesure évidemment et, j'ai passé bon nombre de soirées, quand ma mère fumait des Dunhill extra light en regardant la télé avec un roman policier entre les mains pour jouer à se faire peur, à tenter des choses. Non parce que l'amour du vêtement passe forcément par des essais et, pour être tout à fait honnête, des ratés.
Son gilet rose Benetton beaucoup trop rose, ces bottes indiennes rouges qui ne seront jamais, même grande comme je suis aujourd'hui, à ma pointure, les jean's trop larges qui tombaient déjà si bien, la robe trop courte parce que c'est un t-shirt portée avec mes Jordan... Inutile de m'envisager girly et romantique, je ne l'ai jamais été. J'ai toujours été influencée par la culture street. Et quand t'es street et que t'essayes des trucs, tu portes tes Jordan avec des jupes.




Elles restent mes baskets de la vie entière... J'ai dû me séparer des miennes, j'ai encore envie de chialer... La photo n'apporte rien au propos, elles sont juste là, pour me faire plaisir à moi, j'adore les voir.

Jusqu'il y a deux ans, je ne portais que de l'excentrique, que du qui se voit, parce que, je ne me l'explique toujours pas, il fallait que cela saute aux yeux.
Tellement excentrique que je me la jouais Paris Hilton, pas dans l'allure faut pas pousser mamie Simone dans les orties, mais dans le strict fait qu'il m'était difficile de porter deux fois la même chose. Snobisme de l'éphémère. Imaginez quelle consommation cela implique et imaginez à quel point, surtout, ça explique ma part d'ombre frénétique. C'est tout de suite plus claire.
Les habits ne devaient pas durer, pas me résumer, pas être des extensions de moi, pour la simple et bonne raison, que éphémère comme je l'envisageais, ils ne résumaient nullement ce que j'étais. ils n'étaient pas là pour donner un quelconque indice. Juste là pour me vêtir, juste là pour me marrer, juste là pour faire marrer les autres, mes amis, tendrement se moquant de mon mauvais goût que moi j'appelais plutôt "prise de risque".
C'était le temps où je n'avais pas encore beaucoup de t-shirts blancs, celui où je ne mettais que des bijoux lourds et plastifiés en forme de fraise au pire, de guitare au mieux, celui où je me suis vachement amusée...
Et puis l'épuré est arrivé...

8 commentaires

Mlle Quincampoix a dit…

bel article
tres inspirant!
merci

Melle. Marion a dit…

Je me suis toujours demandée si c'était une étape obligée: après l'excentrique vient l'épuré? Si tout le monde passait par là? Et ce que ça signifiait?

Je crois que je suis en pleine transition de ce point de vue là. Je fais ça en douceur. Car je veux garder un épuré rock'n'roll. Ca serait drollement chiant un épuré fade je crois.

La bise rock'n'roll pupuce !

la quiche a dit…

Marie, c'est vraiment un immense plaisir de te lire et de te relire tous les jours. Même si tu me fais pester quand je me dis "ha ouais mais c'est trop ça, mais je ne l'aurais jamais aussi bien dit". Et tu m'as tuée avec ton rock'n roll pupuce....

Stephane a dit…

Reste à voir ce que l'épurée a dans le ventre, non?

Si il ne faut plus que ça saute aux yeux, voyons voir le saut dans quel direction il se dirigera.

(belle plume by the way, c'est un revenez-y...)

Buffy a dit…

J'ai envie de te dire que c'est une étape obligée dans la vie d'une modeuse qui grandit (dans le sens de l'âge, hein, croyez pas que vous allez vous prendre 10 cm d'un coup d'un seul, héhé !). Mais tu verras que tu vas passer par une étape épurée sans tomber dans le classique (putain alors là tu nous fais ça : on te mords les gougouttes !) puis tu reviendras au plus excentrique, etc... La mode et la femme sont un éternel recommencement !.

Marie a dit…

Mlle Quincampoix: Oh merci. C'est très gentil.

Melle Marion: Je n'en sais rien, mais les choses évoluent... Avec nous je crois.
Et si tu fais cette transition en douceur, je crois que c'est fort bien, ne brusque rien...
Le bisou à toi aussi...

La quiche: Oh merci Marie d'amour... Dieu que je suis contente avec cette histoire de lardons... T'imagine bien...
Je te fais des kilos de bisous et prends soin de vous, hein?

Stephane: L'épuré a dans le ventre au moins autant de ressources que son double diabolique.
Merci du compliment by the way...

Buffy: Merde pour cette histoire de "grandir" j'ai cru que tu parlais du tour de poitrine, j'étais bien joyeuse...
avec tes conneries de mordage de gougouttes, je vais mettre des paraboots et du cyrillus, ça sera de ta faute...

Buffy a dit…

Alors ça existe aussi de grandir du balconnet mais... souvent ça va avec "grandir" du fessier et des hanches aussi !.

Putain du paraboots et du cyrillus... Tabouret + corde + poutre !!!.

Buffy a dit…

Alors ça existe aussi de grandir du balconnet mais... souvent ça va avec "grandir" du fessier et des hanches aussi !.

Putain du paraboots et du cyrillus... Tabouret + corde + poutre !!!.