Pages

24.5.07



PAS LA PEINE D'AVOIR TOUTES LES BARBIES...


Finalement les choses ne changent guère en grandissant. Petite je voulais tous les jouets, tous ceux qui existaient, ils me tentaient tous. C'est pas compliqué dés qu'une Barbie sortait je la voulais, il fallait qu'elle soit à moi au risque de m'ennuyer avec tous les jouets m'appartenant déjà. C'est pas de ma faute, ça s'appelle le désir, et par essence, c'est un puit sans fond. Ingavable, mon désir permanent ne faisait que me frustrer un peu plus.
Sauf que j'avais déjà conscience que rien ne pourrait remplir ce vide en moi. Le vide de la possession fatalement infinie me rendait triste (ben oui dés que j'obtenais un objet voulu, un autre prenait sa place. C'est le désir qui importe, jamais l'objet du désir). Je voulais tout, tout le temps, à la minute où je le demandais... Des caisses gavées de jouets occupées ma chambre et moi je ne jouais même pas avec. Les seuls jouets que j'aimais et qui avaient la capacité de m'occuper des heures ne coûtaient rien. Une ficelle et hop, 4 heures de mutisme. Un Goofy (le copain de Mickey) un peu moche en plastique qui fait de la gymnastique et hop, déglingo pendant des heures... La marelle, l'elastique et les billes autant de jouets pas bien chers auxquels j'ai joué jusqu'à écoeurement.
Donc conclusion des centaines de francs dépensés pour rien. 2 bouts de carton et une planche et hop c'est réglé la dimension ludique... J'vois pas pourquoi on se prend la tête!!

Maintenant je suis grande. Plus trop le droit d'acheter des Barbies (ou en me planquant...), et moyen le droit de dormir avec mon Baloo... Sauf quand je suis malade, là personne ne peut rien me dire!!!

Mais ce principe existe toujours. Je suis une modasse qui veut tout mais qui n'a finalement pas besoin de grand chose...
J'ai déjà bien parlé de mon rapport à la sape. Des moments excessifs où je me mettais dans des situations très compliquées à gérer ou au contraire de la légereté que cette futilité a pu apporter dans ma vie.
La mode c'est bien et en mêmes temps c'est pas très très bien.
J'ai une nette tendance à l'addiction. Il faut que je fasse gaffe, sinon je peux vite basculer. je me refuse beaucoup d'expériences parce que j'ai peur que les choses me plaisent trop. Mieux vaut être ascète que "junkie", c'est ma devise.
Alors comme toute bonne potentielle "junkie" de tout, mes envies de vêtements ont été obsédantes. Dans les moments où ma vie était un peu chiante (hé oui, pas de glamour permanent, ça craint!), je ne pensais qu'à ça ("avec quoi je vais mettre telle jupe???" Oui je sais j'avais des vrais problèmes. Mais l'avantage de la futilité c'est qu'elle empêche de penser aux choses nettement plus importantes et parfois plus graves... La fuite, voilà, c'est le mot que je cherchais.). Mais ça va mieux, ce qui va à l'encontre d'une autre maxime inventée "junkie un jour, junkie toujours...."
J'aime toujours la mode. La regarder, l'envisager dans le quotidien ou dans ma vie de modasse fantasmée (ooohhh, ça va on l'a toutes fait. Mettre des jolies choses chez soi mais être incapables de sortir comme ça dans la rue). C'est juste que je me mets à penser que ça n'est plus central. Que ça ne me fait pas me sentir plus jolie. Ca me fait toujours marrer mais suis de plus en plus feignante pour m'habiller. Ca doit faire 5 mois que je tourne avec 3 jean's, 10 tshirts, 4 pulls et 3 paires de chaussures. Et autant avant je devais me changer 4 fois par jour pour me réactualiser, me réinventer autant maintenant j'aime me ressembler chaque jour. C'est nettement plus confort comme situation, même si mes silhouettes sont bien moins rigolottes et créatives.

Avant je me lassais de mon image. il fallait que je me sois une autre chaque jour (du moins physiquement) tellement j'en avais marre de moi. Et maintenant je ne suis qu'une imposture de bloggueuse de mode pour la simple et bonne raison que j'ai le sentiment que moins je consomme mieux je me porte. Alors attention, il faut relativiser, mon meilleur ami suédois est toujours bien présent dans ma vie. J'achète encore beaucoup mais j'achète plus trop. Plus de compensation.
Moins de désir, du moins pour les sapes.
Ca me fait penser à mon Goofy de quand j'étais petite. Il n'avair rien coûté et il m'a amusé pendant longtemps, plus que mon Amstrad 6128... On veut toujours de belles choses chères, alors qu'il faut se rendre à l'évidence (et là je parle pour moi), je me sens vachement bien en jean's et en t-shirt aujourd'hui. Et pour moi (et ça n'est pas le cas de tout le monde on est bien d'accord!) ça veut dire que moins j'ai de Barbies, mieux ma vie se porte...
Voilà, le jeudi c'est le jour des posts qui rigolent pas tous les jours... Mais un peu quand même!!!

7 commentaires

Brume a dit…

Je rejoins complètement! y aurait-il un retour de la raison? euh...jusqu'aux soldes en tout cas! ;)

frout a dit…

c'est totalement vrai , plus j'avance dans le temps , plus je reve de trucs que je n'achete pas , qui sont remplacés par d'autres et je me dis que finalement je pouvais m'en passer, je ne sais pas si c'est la fuite, le puit sans fond ou tout simplement...la maturité !

minisushi a dit…

moi j'ai des périodes un peu comme toi... sauf qu'en ce moment je suis en phase acsendante niveau achat, ça craint... quand je prend du recul et regarde la situation je me dis que ça dois cacher un grave probleme tant de futilité... j'aime bien me trouver des problèmes aussi!

clo a dit…

Comme je te comprend, ça fait une semaine que je suis en jean, tee shirt et ballerines pourtant ma garde robe regorge de robes, de jupes, de shorts...!

Nine a dit…

moins t'as de Barbie, mieux ta vie se porte ou l'inverse? Méditons sur cette phrase du jour...

wentworthlady a dit…

"Trop d'achat tue l'achat", c'est clair!
Mais il m'est impossible de porter une tenue t-shirt-jeans, tout simplement parce que j'aurai l'impression d'être punie...(comme Paris Hilton quand elle devra très bientôt porter sa combinaison orange) !!!
Je ne m'habille JAMAIS comme ça, (et pourtant j'ai des tas de Corleone, Notify et Blue Cult entre autres dans mon armoire...)car pour moi s'habiller en "fifille" c'est un réel plaisir, c'est ludique aussi, de dénicher chaque semaine la pièce "rare" ou originale, bon, effectivement c'est un peu pathologique à la fin, sûrement compulsif, mais ça fait du bien!
Ne jamais culpabiliser!!!!!

Jane a dit…

Comme je rêve d'avoir un ami suédois à la Réunion!!!
Ici, c'est trop la galère pour trouver des fringues sympas, et les chaussures, j'en parle même pas... Alors je suis contrainte de ne plus vivre au rythme de la mode parisienne et de ne plus faire d'achats compulsifs. Mais bon, on s'en passe plutôt bien! Le seul inconvénient, c'est que quand j'ai un coup de cafard et que je décide de faire du shopping, et ben c'est pire après...
Bref, jamais contentes ces filles, quand y en a trop, elles en veulent plus, et quand y en a pas assez, elles en veulent plein!