Pages

30.4.14

SKY FERREIRA ET SON ÉLÉGANTE MANIÈRE DE ME METTRE À L'AMENDE

Sky-Ferreira-by-Hedi-Slimane03

( Sky par Hedi Slimane )

Le point de départ de ce post n'était pas du tout ce que vous allez lire, c'était même tout le contraire.
Au départ, je voulais traiter Sky Ferreira, vous dire que cette nana sentait l'arnaque et que ce matraquage médiatique autour d'elle sentait le coup de com désincarné et sans intérêt .

Donc y en avait qui disaient que Sky était la nouvelle pop star capable de faire le lien entre la branchouillerie et le mainstream (encore une on n'en peut plus, je suis bien d'accord avec toi). 

Après la lecture d'un autre article (le 23ème peut-être) parlant du talent de Sky, de sa fraîcheur et de son sens de la pop song, je me suis dit, cynique et "traiteuse" que je suis, « Oh ben tiens, encore une bouffonne qui cultive le style mais chez qui il n'y a sûrement rien derrière. Encore un produit et que je suis sûre que c'est bien pourri ce qu'elle chante ».
Oui "bouffonne" reste en 2014 mon insulte préférée. Et oui j'étais un peu énervée et un peu rageuse quand je parlais de Sky. 

J'étais restée à l'extérieur complet de son esthétique, même si elle est chou, le côté blafard, cheveux plats et seins à l'air sur la pochette verte qui donne mauvaise mine à tout le monde, c'est pas mon délire à la base.

J'ai écouté son album, Night time, my time (celui à la pochette verte où elle a encore moins bonne mine que Christiane 13 ans droguée prostituée, c'est dire comme ça nous met en joie cette histoire. La photo est de Gaspar Noé, ceci expliquant peut-être cela si t'as vu, par un beau dimanche ensoleillé et guilleret Irréversible ou Seul contre tous) et même si c'est plutôt pas mal, je n'ai pas été transportée. Je m'en suis tamponnée tout du long, un poil trop anxiogène pour la chochotte que je suis.

J'ai remonté un peu et je suis tombée sur l'EP  Ghost qui précède son album.
Là, ça a pas été la même.
5 morceaux que j'ai tout de suite beaucoup, beaucoup aimé (dommage pour le billet où je m'étais bien chauffée toute seule pour la traiter).

En même temps la chanson (qui date de 2012) Everything is Embarassing est vraiment super bien (production Ariel Rechtshaid et Dev Hynes aka Blood Orange aka le mec derrière l'EP True de Solange (encore avec Ariel) aka le mec que j'écoute beaucoup depuis plusieurs mois).
Genre très super bien. 



(Rapport que le contenu ne s'exporte pas de Youtube, je me la joue patriote aujourd'hui avec le lecteur  Dailymotion)

Le morceau Ghost est joli aussi (ballade d'apparence assez simple produite par Sky et par Jon Brion, un mec qui a notamment bossé pour Fiona Apple).


Tout ça pour dire que c'est bien en fait. Tout ça pour dire que Sky c'est vachement plus qu'un « Tout ça pour ça » en fait. Tout ça pour dire que je mets des morceaux de Sky dans mes playlists. Celles pour courir, celles pour regarder le soleil, celles pour danser, celle pour les soirées.

Pour finir, je vous mets quelques photos de la campagne qu'elle a fait pour Kitsuné, ça ne mange pas de pain (de ma vie entière, c'est la première fois que j'utilise cette expression. J'ai fait un voeu).

sky-ferreira-for-maison-kitsune-spring-summer-2014-01


sky-ferreira-for-maison-kitsune-spring-summer-2014-03


sky-ferreira-for-maison-kitsune-spring-summer-2014-04

 Ferreira, fierotte de m'avoir coupée la chique, fait sa grosse maligne avec ses pouces 

Kiss

CONTINUER LA LECTURE

29.4.14

BANDANA 4 EVER



( Sopakills c'est le premier groupe de Yasmine Hamdan, la sublime chanteuse que l'on voit dans le bar à Tanger dans Only lovera left alive et dont j'ai déjà parlé ici )


Tu le sens toi le retour fulgurant du bandana cet été?

Tu le sens venir le truc hein (peut-être moins violemment que le keffieh après qu'on ait tous regardé amoureusement le défilé hiver 2007 de Balenciaga)?
(Oui c'était beaucoup plus qu'un keffieh ce foulard Balenciaga mais c'était aussi beaucoup plus cher, tout le monde a donc fait avec les moyens du bord... dans les allées du marché du dimanche)

Le grand bandana, long (qu'on va sûrement, intelligemment, nous proposer de porter en guise de paréo en juillet à Cap-Ferret) qu'a créé Slimane Pour Saint-Laurent n'est sûrement pas étranger à ça.

menswear-saint-laurent-ss14_01

Et c'est vrai que dit comme ça Hedi, je suis d'accord avec toi, c'est canon!

2 pac

Pareil dit comme ça je suis vachement d'accord avec l'idée. 

D'ailleurs ça fait des années que je me cache derrière l'image de Tupac quand je mets le mien (de bandana) dans mes cheveux.

Mais le vrai problème c'est qu'il y a aussi Tressia (des cht'is, je sais ne me juge pas, je suis en ce moment en train de me faire la saison des Marseillais, je continue à me respecter mais encore pour combien de temps? Non je déconne, je kiffe, c'est honteusement bon) qui le porte ce bandana.
Alors tout de suite ça interroge, non?
Le chic est-il encore chic s'il existe dans la real tv?
On sait tous que non...

Tressia

Comme tu peux le constater, c'est moins glam que la nuque de la photo de la pub Saint-Laurent.

Donc si t'as les boules de pas pouvoir te payer le bandana Saint-Laurent dis toi que de toutes façons, il est borderline ce foulard... Dis toi qu'il a passé l'été dans les pires boîtes de Mykonos il y a moins de 3 ans, normalement, ça devrait te détendre.

Bonne journée, bisous, smack.

CONTINUER LA LECTURE

28.4.14

UN PEU DE BRENDA WALSH

beverly

( Le magnifique calbard de Steve Sanders )


Ca fait quelques semaines que je porte un blouson en jeans Calvin Klein trop court et un poil trop large que ma grand-mère m'avait donné l'an passé.

Je l'aime beaucoup mais soyons honnête, il me sied modérément (doux euphémisme pour dire que je ressemble un petit peu à rien avec. La plupart de mes autres vêtements me vont mieux. Remarquez c'est pas comme si c'était dur).

Mais je lâche rien, je persiste, mes potos sont dubitatifs, moi aussi notez, peut-être que c'est un truc qui a à voir avec la mode et le retour fracassant des 90's.
Pareil avec un perfecto cuir de skaï que j'ai depuis un an peut--être. Trop court et trop large, je persiste.

Mes blousons un peu cacagnes (i.e « de mauvais goût voire de très mauvais goût de type froufrouté, mal coupé, mauvaise matière, cheap, pas très beau, presque vulgaire ») sont une sorte d'hommage à Brenda Walsh et à toute l'équipe de la première version de la série Beverly Hills 90210.

shannen27

Oui parce qu'il y a des moments dans la vie (sûrement la faute à cette connasse de mode qui ne nous respecte pas) où on se met à porter des vêtements et qui ne nous vont clairement pas.

Mon premier enfilage de slim reste un des souvenirs les plus probants.
C'était en 2007 (mon blog existait déjà) et après avoir été harcelée par toute la mode des bénéfices de ce type de jeans, je suis allée chez le suédois tester le truc.
Je suis passée du baggy au slim et clairement mes yeux n'étaient pas prêts.
J'ai pouffé, me suis dit que c'était pas possible, l'ai reposé en précisant qu'il y'avait des limites à ne pas dépasser et que là, ça allait trop loin. Et puis, au calme, suis revenue 2 semaines plus tard, acheter ce satané slim qui ne m'allait pas plus mais là n'était plus la question.

Dieu que c'était moche... D'ailleurs une partie de moi en est encore restée à ce point là, je ne trouve clairement pas que le slim soit le jeans le plus seyant de l'univers, mais je me suis habituée.

Donc les 90's, bon gré mal gré, se sont imposées à moi mon blouson en jeans trop court et trop large est là pour en témoigner.

Ce post est aussi l'occasion de vous parler du mec que j'ai trouvé le plus hot toute ma pré-adolescence Dylan McKay (Luke Perry) et de vous montrer quelques photos que je trouve vraiment cool (et inspirantes, j'expérimente pour la première fois un turn over chronologique de ma garde-robe. J'étais petite dans les 90's mais j'ai quand même déjà porté certains des trucs que je re-désire alors même que je m'étais jurée, droit dans les yeux que jamais plus jamais, c'était quand même bien moche... La mode n'a pas toujours à voir avec la dignité ;-) ) 

tumblr_lmi88rKS0o1qa61ryo1_1280

( Je ne connaissais pas cette pub Gap, je la trouve dingue. Pour les lectrices les plus jeunes, Dylan, mon émoi de collège, c'est lui et il est resté bien bonne coincé dans les 90's! )


15

( Brandon Walsh aka Jason Priestley à la même époque dans la pub Pépé Jeans )

Luke Perry 2


luke perry jason priestly

( Le jeans qui était à l'époque un 501 quasi exclusivement était sale, élimé et porté à outrance. La jeunesse du show-business, dans les 90's pouvait fumer des clopes à la face du monde... )


Ah oui parce que j'ai oublié de préciser que le blouson en jeans trop large et trop court je le porte avec un jeans en bas, ce qui fait de moi la reine des ringardes, ne me juge pas (« Je suis en jeans de là jusque là » à dire avec la voix de Poupette, l'arrière grand-mère de Vic dans la Boum)

Bise, à demain. 

CONTINUER LA LECTURE

24.4.14

« LE COMPLEXE DE LA PROLO »

young-brad-pitt


(Je me demande si More than this n'est pas une sorte de chanson parfaite. Borderline en terme de goût mais parfaite quand même)

Hier au téléphone,je confie à mon ami Karim que je lis beaucoup en ce moment.
Si je lui confie ça, c'est parce que c'est pas si courant.
Je lis beaucoup de magazines (divers et variés) mais les bouquins c'est une autre histoire.

Si je ne lis pas beaucoup c'est parce que je suis souvent très intimidée par ce qu'on appelle La littérature.
J'avais déjà écrit un post il y a quelques temps sur l'intimidation que j'avais face à certaines oeuvres réputées difficiles (en l'occurrence, L'Ulysse de Joyce) mais en fait, en lui parlant, je me rendais compte que c'était plus global.

Chez moi on lit, beaucoup ( ma famille quoi! ). On lit de tout mais surtout ce qui est facile à lire, pas des « grands livres », plutôt des choses distrayantes et ça vaut aussi pour le cinéma et le reste.

La rapport qu'avait ma famille à la lecture, au cinéma et à la musique était quasi-systématiquement à prendre sous le prisme de la distraction.
En d'autres termes, on ne se fait pas mal, on regarde, lit ce qui est léger parce qu'on est fatigué, qu'on bosse et que ce genre de choses c'est fait pour s'évader en toute légèreté, surtout pas se prendre la tête (ce que je comprends tout à fait).

Ma mère et ma grand-mère lisent beaucoup. Beaucoup plus que je n'ai jamais lu.
Je suis allée à l'université, lisait vaguement ce qu'on devait lire, mais sans entrain ni aisance. J'ai une bonne mémoire et étais capable de connaître bien l'histoire d'un livre sans ne l'avoir jamais lu si peu qu'on m'en ait parlé.

Certains de mes amis, en revanche, lisaient beaucoup et lisaient grand et j'adorais qu'ils m'en parlent.

Quand la compulsion est arrivée, en plus des lipsticks et des t-shirts débraillés, j'ai acheté beaucoup de bouquins.
C'est un problème d'apparence la compulsion, non? Alors avoir des livres remplissant ma bibliothèque et triés sur le volet, cela définissait aussi, en partie, ce que je fantasmais de moi.
Mais rien à faire, ils restaient empilés, comme ça, toujours fermés.
D'autant plus étrange que j'aime beaucoup écrire. Et si on aime écrire, on devrait aimer lire.

Mais en parlant avec Karim, d'un coup ça s'est débloqué dans mon cerveau.
Je lui disais que je lisais un bouquin de Kawabata, Les belles endormies. Que c'était beau et que j'y prenais beaucoup de plaisir. Il était le quatrième livre de ma semaine, et les pages défilaient, j'y prenais un plaisir fou et je me surprenais moi-même.
Et les mots sont sortis simplement «  Tu sais si je lis pas beaucoup, c'est parce que je ne me sens pas capable de comprendre tout ce que je lis. En fait, malgré les études, y a toujours une sorte de plafond de verre dans notre cerveau (uniquement dans notre cerveau). Sky's the limit il paraît, mais avant d'en arriver là, il faut clairement enlever  un paquet de barrières, aussi transparentes qu'elles puissent être».

D'une certaine manière, et je sais que je ne suis pas la seule dans ce cas, c'est comme si je "souffrais" d'une sorte de complexe de la prolo.
Le terme est un peu étrange, mais c'est celui qui m'est venu en premier.

Je me souviens enfant, je ne m'imaginais pas entrer avec ma famille dans certaines boutiques (de luxe, aux vêtements chers). Comme si de fait, certains lieux (géographiques ou dans notre tête) étaient réservés à certaines personnes. Les castes sont invisibles mais bien présentes. Ca va avec l'éducation aussi j'imagine.
Pour les arts c'est pareil (sauf le cinéma qui est un peu à part en ce qui me concerne).
Les castes sont invisibles aussi mais on a l'impression que tout ne nous est pas accessible si peu qu'on ait pas été élevé là-dedans (et oui, ça peut aussi avoir à voir avec les revenus de nos parents).

Donc, en prendre conscience c'est bien, changer c'est mieux.
La plupart des livres n'existent que quand on les lit me disait Karim. Sans moi ils ne sont rien (sans toi non plus remarque), alors je peux me détendre,  pas la peine d'être intimidée, complexe de prolo ou pas, ce n'est pas une excuse et effectivement, c'est pas dur les livres.

Bref, j'ai lu Kawabata (je suis monomaniaque et sa sobriété m'a ravit le coeur... mais c'est triste).

Je t'embrasse.



CONTINUER LA LECTURE

22.4.14

BASKETS (LES, PAS LE DONT J'AI DÉJÀ PLUTÔT PAS MAL PARLÉ)

photo-6




(Notez la présence de Philippe Manoeuvre au violon. J'écoute Bowie à outrance, il va falloir que je vous en parle.)


Devant l'avalanche de baskets sur tous les pieds féminins de mes congénères et sur les miens, j'ai eu envie de faire un point basket.

J'ai 2 ou 3 trucs à vous préciser avant de commencer.

En ce qui me concerne, je n'ai quasiment mis que des baskets dés mon enfance pour 3 raisons:

- Dés que j'ai eu 7 ans, j'ai fait du sport tous les jours et ça simplifiait la vie de tout le monde de me mettre des baskets dés le matin.

- Ma mère n'ayant pas des goûts vestimentaires qualifiés de "féminins" elle portait depuis toujours des tennis à ses pieds et je suis sa fille. Tu vois quoi!

- Je détestais objectivement les chaussures de petite fille, sandalettes en tête, ce truc que je trouvais tellement moche que tenter de m'en mettre (ma mamie aux goûts plus classiques en avait très envie) relevait du défi. Dieu que ces petites choses étaient vilaines dans ma tête. 

Autre chose, je ne porte quasiment QUE des baskets. Depuis... Ben depuis toujours. La raison est simple, je n'aime que le confort, très difficile pour moi d'envisager la vie serrée ou étriquée. J'aimerais être une fille qui supporte plus certaines "contraintes" vestimentaires, mais à quoi bon...
Et coup de bol, je trouve les baskets très jolies, et même si certaines personnes pensent qu'il y a un âge pour tout (notamment pour les baskets), mais comme ma maman déambule en Stan Smith et Converse chaque jour que Dieu fait, ça me donne la permission de ne surtout pas envisager l'âge comme une quelconque contrainte pour me saper comme je veux.

Donc oui, je porte des baskets tout le temps, là ça va c'est la mode donc je peux me fondre dans le truc, ma paresse vestimentaire est tolérée.

LA STAN SMITH , ADIDAS. LA BASE
Stan-Smith-Return-Profile-635

La Stan Smith fait son grand grand retour, elle est partout (t'as pas pu la louper, même mon papi est au courant). Cherche pas elle est sold-out.
Par snobisme, je suis plutôt dubitative de la déferlante, mais ça c'est parce que je suis une connasse.
Et donc la Stan Smith?
J'en ai eu 3 ou 4 paires dans ma vie.
C'est la toute première basket que l'on m'a acheté (non je mens, c'est la première que l'on m'a acheté qui n'était pas pour jouer au basket).
Ma mère (parce que clairement, ça a à voir avec elle) en porte depuis qu'elle a 15 ans et en avait toujours une paire, alors par projection j'imagine, elle m'en a acheté une paire alors même que j'étais encore en primaire.
Enfant je les portais mais n'étais pas forcément très intéressée par elles. Trop blanches, trop sobres, trop épurées, pas assez rose, bleu fluo, truc moche en plastique.
Alors je les ai portées plus comme ça, pas par goût, un peu pour faire plaisir.

J'ai surtout commencé à les apprécier pour ce qu'elles étaient en même temps que mes goûts se sont simplifiés au lycée et à la fac (l'ère de la Gazelle et de la Clyde de Puma, les baskets basses et simples).
Je les portais à outrance, uniquement elles.
Qu'on s'entende bien la Stan Smith est plus une chaussure qu'une basket, je n'ai jamais couru ni fouler le moindre terrain avec.
C'est des fausses baskets, des trucs qui servent à marcher plus qu'à jogger ("jogger" parfaitement mesdemoiselles)

EQUIVALENT = La Converse Chuck taylor qui est aussi dans le même genre. Basses ou hautes, en tissu, sobres à outrance. Très belles. Mais, pas confort je trouve. C'est tout le problème de la Converse pour moi (et c'est peut-être spécifique à mes pieds), je suis pas très bien dedans.


LA TORSION, ADIDAS (LA VERSION DE 1989). LE FANTASME

adidas-1989-torsion-zx8000


On va pas se mentir, les 25 ans qui nous séparent de cette pompe nous auront au moins ouvert les yeux...
Là c'est la version bleue mais elle existait aussi en rose (impossible de trouver une photo convenable sur le net).
Dans mon collège, les filles c'était les roses et les mecs les bleus.

Une bonne partie de ma sixième a été un gros fantasme autour de la torsion.
Tout le monde les avait et moi aussi j'aurais bien voulu goûter à mon moment de hype (-__- laisse nous moi et mon premier degré) avec une paire de Torsion aux pieds. J'aurais été belle, j'aurais été libre, j'aurais été populaire.
J'ai quémandé, ma mère voulait rien savoir ("c'est moche Marie, c'est cher et puis dans 6 mois t'en voudras plus"). J'ai pleuré, des fois ça marchait le sens du drame, mais rien. Ma mère n'a pas cédé.
J'ai menacé de fuguer, ma mère a pouffé (putain mais merde, moi aussi j'aurais pu être une adolescente à problèmes).
Alors je me suis vexée.
Mais comme je voulais être une fille à Torsion (comme tous les gamins un peu riches de mon collège privé) j'ai menti à mes copines "ouais moi aussi j'en ai eu une paire à Noël".
J'étais très très mytho enfant, truc de dingue, je m'inventais une vie. Je me suis inventée des Torsion tellement fragiles que je ne les mettais pas à l'extérieur... J'étais sûre que ça passerait.
Bon c'est jamais passé, je me suis trimballé une réputation de mytho (le collège, ce drame pour l'égo!) pendant quelques temps.
Et puis je me suis résignée pour en arriver à, 6 mois plus tard "Les Torsions? Mais quelles Torsions?"


LA JORDAN 6, NIKE AIR, LA CLASSE

air-jordan-vi-infrared-6-2010-noire-14

Noël de l'année suivante (en cinquième donc), j'ai eu un peu d'oseille par des tatas et je voulais une paire de Jordans.
Les 6 viennent de sortir (celles en photos), je fais du basket et je suis dingue de Jordan.
Là pour le coup c'est surtout pour porter les baskets du mec que j'admire le plus au monde.
Ma mamie complète le montant et je pars dans le magasin pour les acheter.
Les pompes ne commencent qu'au 39 (les pointures filles chez Jordan ça viendra bien bien plus tard) et je chausse du 37.
Elles sont trop grandes, coûtent 1000 francs (dingue!) et je veux les mettre pas pour faire la belle dans la rue, si je les achète c'est pour jouer au basket.
Je mettrais deux paires de chaussettes comme toujours et ça devrait aller.
J'ai porté ces baskets sur le terrain pendant très longtemps, elles n'étaient pas les plus confortables (rapport la pointure, à quoi je m'attendais?) mais elles étaient tellement belles.
Et puis, un jour, un peu agacée par leur esthétique, et comme elles se rappaient de plus en plus au bout (un nubuck fragile), je les ai données à une de mes coéquipières de basket.
Aujourd'hui encore, je pleure des larmes de sang... La première version de Jordan 6 donnée, comme ça, je te jure, j'ai encore envie de me tarter.


HUARACHE, NIKE AIR, MON PRÉCIEUX 

1991-92-Air-Huarache


Ci-dessus la basket la plus confortable de tout l'univers entier.
Là je te parle de la Rolls.
J'ai eu cette paire de Huarache (de cette couleur précisément) à 14 ou 15 ans. Début de saison (en basket), il me fallait une nouvelle paire.
Sans entrain particulier, je les essaie. Elles ne sont pas très belles (que je trouve à ce moment là, maintenant, j'en suis folle) mais le vendeur semble dire qu'elles sont hyper confortables.
La Huarache c'est une basket avec une sorte de chaussette en nylon à l'intérieur,  elle maintient la cheville à mort (le point sensible pour les entorses des basketteurs) et donc sera parfaite pour amortir les chocs.
Effectivement au pied, elles sont hyper confort, je les prends.
Et je vais les porter jusqu'à la corde.
Jamais une pompe ne m'aura fait sauter aussi haut et être aussi bien pour courir.
Des copains qui faisaient de l'athlé, m'ont confié que la version basse de la huarache était aussi la crème pour être bien dans son stade ("Bien dans son stade" -__-).
Mais usées jusqu'à la corde, un jour ma mère, cette traîtresse, les a jetées.
J'ai encore les boules.
J'en ai une autre paire depuis mais vachement moins belles.


LA BLAZER, NIKE. L'ARNAQUE
nike_blazer_noir_375722_001k-z


La Blazer est une très belle basket. Vraiment je l'aimais beaucoup de loin...
Et puis j'en ai eu une paire et alors là, la déroute.
Rarement je n'aurais trouvé une basket aussi peu confortable.
Elles chaussent trop grand (alors que Nike est sensé chausser petit, donc quand t'achètes sur internet, t'es sûr de te planter) mais en plus elles sont nulles au pied ou c'est qu'à moi que ça fait ça? Trop bizarre...
Vraiment très très déçue. Les Baskets c'est confortable, sinon pourquoi?



LA DECADE, ADIDAS. MA PRÉFÉRENCE
adidas-decade-mid-og

J'ai acheté cette paire de baskets l'année dernière après les avoir découvertes sur une photo où on voyait Caroline de Maigret rieuse.
Je n'avais pas eu un tel coup de coeur pour des baskets depuis une éternité.
Je les ai traquées.
Je les ai trouvées.
Je les saigne depuis.
Je les ai mises tous les jours (sans exception) pendant des mois...
Trop de love quoi!

LA PUMP, REEBOK. 2014

reebok-pump-omni-lite-vintage-chalk-1

Et voilà celles que je veux porter cette année. Les Pump. Old school c'est peu dire.
*___*



Je vous bisou snack et espère que vous allez bien. Tu m'as manqué.

PS: Mon double diabolico-mercantile me dit de te dire que je vends des pompes sur une boutique en ligne.

CONTINUER LA LECTURE