Pages

28.1.14

BREAKOUILLE

080508wl01


Salut les potos.

Au plus près de l'internet des années 1999, je poste péniblement un petit message du haut de mon débit 56K pour vous dire que... Ben que je peux pas poster.

Je reviens la semaine prochaine, donc ne perdez pas votre temps à venir ;-)

Kiss and doudoune.

Love U

PS: Ouais je sais, je dis rien de rien.

CONTINUER LA LECTURE

23.1.14

NOUVELLE CHANSON THE INTERNET



Bonne nuit les copains

CONTINUER LA LECTURE

20.1.14

LA MUSIQUE EN 2013

Polina-Nefidova-GhettoBlaster-580x386


Bon, je vois que personne n'a remarqué que j'ai pas fini mes rétrospectives de l'année 2013, merci d'être attentif ;-)

Alors aujourd'hui je voulais refaire un point sur mes musiques préférées en 2013. Certaines sont sorties il y a bien plus longtemps que ça, mais vu que je ne les ai connues que cette année, on va dire que ça passe... On va dire.

L'ordre est absolument aléatoire(quoique) ce n'est pas un classement, simplement les chansons de mon année.

FRANK OCEAN, BAD RELIGION




Il y a quand même d'un côté elle, Bad religion et de l'autre côté les autres chansons.
Channel Orange, l'album de Frank my all lover est sorti en 2012 et je ne sais pas pourquoi je ne m'étais pas arrêté sur cette chanson, un oubli ou alors c'était pas le moment.
Après l'avoir saignée (à raison de milliers d'écoutes, je me suis calmée... Et si un jour à force de l'avoir trop écouté, je ne l'aimais plus).
Elle est, de loin, ma préférence à moi pour toute la vie, alors à l'échelle de 2013, c'est peu dire.

THE INTERNET, DONTCHA (MAIS TOUT l'ALBUM FEEL GOOD EN FAIT)



Je vous ai parlé de The Internet pour la première fois en mai 2012. Depuis, ma passion ne s'arrête pas.
(Ce qui vous dit à quel point ma passion pour le collectif Odd Futur résiste au temps (l'album de Earl Sweatshirt, Doris, m'a aussi beaucoup plus)).
J'adore ce clip. On peut y voir, derrière les chaussettes et le t-shirt blanc parfait de Syd th Kid, Chad Hugo, binôme génial de Pharrell époque N.E.R.D (il y'avait un troisième mec avec eux) et coproducteur Neptunes. Mazette...
Tout Fell good, l'album est mortel, genre Red Ballon, Runnin et d'autres. 

EXOTICA, DÉSORBITÉE


J'ai découvert Exotica en lisant un article dans le magazine Paulette. 
Il y a Clara et Julien (un mec des Château Marmont).
Pour une  raison étrange, je suis tombée en amour fou de cette chanson. Je la chante à tue-tête dans ma bagnole. Elle est grave dans mon top 3 (au moins) et je ne m'en lasse pas. C'est d'autant plus étrange qu'elle n'est pas très susurrante, moite ou ces autres choses que j'aime particulièrement. 

DAFT PUNK, GET LUCKY


Quand Get Lucky (enfin la minute de Get Lucky) a été dévoilée, je n'en pouvais plus Bernard.
La chanson dansante parfaite. J'ai traqué tout. Les remix. Les fausses versions longues. Les interviews. Les soupirs de Pharrell. Tout. Et j'ai attendu Random Access Memories avec toute mon excitation et toute ma patience. Je le savais il serait grand. 
Bon finalement j'ai été très déçue (et c'est pas faute d'avoir tenté, je l'ai quand même écouté une quinzaine de fois) mais à part Loose yourself to dance et Contact (le morceau le plus techno de l'album), RAM n'est jamais arrivé à la cheville de Discovery et encore moins de Homework dans mon coeur.
Mais il reste ce morceau.  Et je l'aime toujours.

JULIEN DORÉ, L∅VE




J'aime beaucoup Julien Doré (et je crois ne vous l'avoir jamais dit) , même si parfois il m'énerve, ces fois où je le trouve trop premier degré (j'ai un problème avec ça), mais je dois me rendre à l'évidence, j'aime bien ce que fait ce mec (il a fallu se rendre à l'évidence en constatant que je connais une grande partie de ses chansons par coeur).


SOLANGE, TRUE (EP)

 

Oh Solange, oh Solange, que True est beau est réussi. Que ça te va bien de bosser avec Dev Hynes (Blood Orange).


VANESSA PARADIS, LOVE SONG


Alors qu'on s'accorde, Love Song est une des chansons les plus réussies de toute la carrière de Vanessa. Enfin de mon point de vue. C'est sûrement l'une de celles que j'ai le plus écoutées. Elle est tellement cool. Le clip, elle y est tellement belle. 
Vanessa, elle a ce truc dans le physique que je trouve fascinant, pendant longtemps elle a été pour moi la plus belle. 
Voilà.

VERONIQUE SANSON, BAHIA



Quand je te disais que tout n'était pas de 2013!
J'ai découvert le premier album de Véro, cette année. Je connaissais un peu comme tout le monde ses chansons le plus connues (dont Amoureuse) mais cette année, en matant Un jour, un destin (ma passion) spécial Berger j'ai découvert un peu plus cette fille... Cette fille drôlement rock'n'roll (si vous ne connaissez pas sa vie et ses escapades, je vous invite à mater ça, c'est hallucinant). Quand Bahia a commencé, j'ai tout de suite beaucoup aimé. Je la trouve très belle, c'est une de mes chansons préférés cette année (et qu'elle date de 1972 n'y change rien). Je vous ai mis une petite vidéo live, brushing, flou à la Hamilton, écran splité moitié visage moitié piano pour qu'on soit sûr de ne pas se tromper d'époque.

THE BEATLES, LONG, LONG, LONG



J'écoute les Beatles depuis que j'ai 8 ans et je n'arrive encore pas à comprendre comment j'ai pu passer au travers de certaines (oui parce que tous les ans, des nouvelles prennent place dans mon coeur... N'importe quoi). Comme Long, long, long par exemple texte et musique de George Harrison (comme la célèbre While my guitar gently weeps).
Elle est belle, je l'écoute en boucle.

MOUSTAKI, LES EAUX DE MARS


Pour me concentrer, faire passer le stress, je chante. Au choix, Les eaux de mars ou Down to the river to pray (chanson de O Brother, film des frères Cohen... Attends je te la mets). Et j'aime d'amour Moustaki alors...



PETIT FANTÔME, STAVE (QUE TU PEUX PECHO GRATUITEMENT ET LEGALEMENT ici)



J'ai beaucoup écouté Stave, l'album de Petit Fantôme cet été. Il allait très bien avec les vagues énervées de Quiberon  et avec le vent qui décoiffe...


STROMAE, AVE CESARIA




Qu'est-ce que tu veux que je te dise... Je suis comme tout le monde, Ave Cesaria, je vous l'ai déjà dit est ma préférence...  C'est son année, et ce mec, je l'aime beaucoup. En plus il est drôle (existe-t-il une plus grande qualité) et chouette (enfin de loin, mais des fois même de loin on voit que les gens sont pas super chouette).


BEYONCE, GROWN WOMAN

 

Je l'aime. C'est comme ça. Et à chaque album un peu plus....

MACKLEMORE & RYAN LEWIS, CAN'T HOLD US



J'ai failli l'oublier... C'est un peu mon gros tube de l'année... Putain que j'aime cette chanson (à écouter très, très, très fort et ne pas oublier de taper dans les mains).

Ayé...

Bonne journée...

Love.

CONTINUER LA LECTURE

17.1.14

JEMIMA X JESSA x MINAUDAGE

169003856AS004_ENDGAME_SLEE

( Jemima Kirke, interprète de Jessa dans la série Girls )




(C'est vrai que c'est cool FKA twigs, surtout How's That)

Salut les copains, j'espère que vous allez bien.

Girls a repris dimanche. 2 épisodes diffusés à la suite sur HBO. Trop bien, contente, tout ça!

Bon la série continue à naviguer dans des zones pas toujours très confortables pour les personnages comme pour nous, téléspectateurs, mais je suis malgré tout assez contente de mon inconfort.

Je ne vais ni spoiler ni rien raconter, je voulais, aujourd'hui, vous parler du personnage de Jessa.

Jessa dans Girls (si vous ne connaissez pas) c'est un peu la nana la plus cool de tout l'univers. Elle joue pas le cool, elle l'est. Très belle, mais ça à la télé c'est pas comme si c'était rare, elle a une attitude générale que je trouve très intéressante.

Plutôt névrosée (doux euphémisme), elle passe son temps à disparaître, à répondre de manière assez désagréable, à s'emballer pour des trucs qu'on s'en fout, elle est pas du tout plus en place que les autres personnages. La seule chose c'est qu'elle vit "ça" d'une manière très différente, elle semble, malgré tous ces trucs, assez en place, assez en accord avec elle. Même avec ses trucs les plus pourris.

Bon on s'en fout, c'est pas tout à fait de cela dont je voulais vous parler, c'était plutôt sa manière d'être "fille" et particulièrement "belle fille" à l'écran qui me touche vraiment.

Je suis toujours très frappée de voir certaines jolies (voire très jolies) filles et femmes se comporter avec leur physique. De voir ce qu'elles en font dans leurs relations (au sens général du terme).
La beauté féminine (particulièrement quand elle est relativement jeune en âge) a souvent tendance à minauder (faire certaines mines, affecter certaines manières pour plaire, pour paraître plus agréable) et tout particulièrement à la télé.  On appelle ça "faire du charme", vous voyez ce que je veux dire. Comme si le charme pouvait à ce point être calculé...
Aucune appréciation sexiste, mais dans la perception générale des relations entre les femmes et les hommes, on a dit aux filles que c'était préférable d'être agréable.

Et ce que je trouve dingue avec Jessa ( Jemima donc ) c'est de voir à quel point il y a zéro minauderie chez elle. Jamais. Aussi bombe soit-elle, elle n'est pas du tout dans ce registre. Elle est sexy d'une toute autre manière. Un truc très naturel, un peu hautain, un truc un peu j'm'en tamponne le cul de te plaire, c'est clairement pas mon problème. Et cette attitude, n'est pas feinte, elle s'en fout vraiment d'une certaine manière (oui parce que singer le désintérêt ça n'est jamais que s'intéresser tout particulièrement... Comment je le sais? Ben comme tout le monde, il m'est arrivé de le pratiquer...).

Et je trouve que c'est une des choses (plus le rapport au corps, plus la mise en scène des aspects les plus nazes de la personnalité de Lena dans son personnage de Hannah...) qui me plaisent le plus dans cette série. D'autres m'interrogent plus (le personnage d'Adam par exemple, mais je n'ai pas complètement réussi à comprendre ma gêne sur la question pour vous en parler).

Donc, et je m'arrête là, c'est tellement bien de voir une fille comme Jessa, voir comment une fille dans les rapports de séduction (d'ailleurs l'est-elle vraiment, elle semble même assez indifférente à cela, mais là, peut-être que j'extrapole)  mais de manière plus large, dans la vie, réussit à être... aussi naturelle, je ne trouve pas d'autres mots plus adaptés.

Je vous embrasse.




CONTINUER LA LECTURE

15.1.14

COUPLE X AMOUR X CASE

lovisa burfitt

Illustration de Lovisa Burfitt




(Puisqu'ils chantent à Coachella en avril, on a des chances de réentendre parler d'Outkast. Et ça me ravit fort. Ci-dessus ma sonnerie de téléphone pendant des années)

J'aborde aujourd'hui un thème, et ça va courir sur un paquet de billets, qui me tient vraiment à coeur. 
Un sujet dont je veux parler depuis très très longtemps mais que je ne réussissais jamais à aborder. 

J'aimerais parler avec vous (en commentaires donc), d'amour et de couple. 
Et surtout, surtout, du célibat et de ses représentations sociales. 

Mais d'abord je voudrais vous raconter une histoire. Une histoire qui vaut ce qu'elle vaut puisqu'elle ne concerne qu'un seul événement qui m'est arrivé. C'était il y a très longtemps mais je trouve qu'il est une bonne entrée en matière.

Vous préciser, comme à chaque fois, qu'il ne s'agit que de mon point de vue, qu'il vaut ce qu'il vaut, qu'il évolue chaque jour un peu plus, mais j'en ai tellement marre de lire des absurdités à droite à gauche que j'avais envie d'aborder cela avec vous. 

Comme chacun l'imaginera, ça sera un POST RTT (voire grandes vacances) mais je vais essayer de faire au plus clair (pour vous comme pour moi). 

✔︎ De la manière la plus banale possible, j'avais un jour été au coeur d'une discussion où un homme, en couple, avait été infidèle. Il expliquait qu'au cours d'une soirée très arrosée, il avait commencé à se laisser séduire par une femme. 
Amoureux depuis de nombreuses années, prêt à créer une famille avec elle, il avait complètement basculé dans cette soirée. 
Grosso modo, bourré, il avait couché avec une autre femme que la sienne (et je ne porte aucun jugement sur ce fait là, ce n'est pas la question. Vous savez même que j'ai un rapport idéal assez freestyle avec la fidélité telle qu'elle est représentée et imaginée... En tous cas dans le concept, hors émotion). 
Evidemment sa "femme" l'a appris et a été dévastée. En colère d'abord puis dévastée. 
A priori, il prenait entièrement ses responsabilités, ne se cachait pas complètement derrière son ivresse (oui complètement puisqu'il insistait quand même sur ce point même s'il ne le considérait pas comme une circonstance atténuante, il en parlait. Et en reparlait). 
Et puis, de confidence en confidence, il a commencé à parler de cette femme, l'autre avec qui il avait "fauté". 
Je ne sais pas si c'était la colère, la tristesse, la honte ou s'il le pensait vraiment, mais d'un coup, sort de sa bouche "en même temps, une trentenaire célibataire depuis un certain temps ça aurait dû me mettre la puce à l'oreille!".

On y était... La célibataire a fortiori trentenaire (imaginez la quarantenaire et sa détresse potentielle qui pourrait la rendre encore pire qu'entreprenante). 
Ce mec, disait que s'il en était arrivé là c'est qu'il ne s'était pas assez méfié. S'il en était arrivé là, c'est qu'il s'était fait piéger par cette femme. 

De mon côté, j'avais chaud à cette époque, en couple depuis de nombreuses années (c'était il y a une dizaine d'années), j'avais à peine tilté sur ce qu'il venait de me dire. À peine avais-je trouvé ça un peu fastoche, un peu lâche, mais dans le fond... une partie de moi en avait voulu à cette femme. 

Mais je repensais très souvent à cette histoire et petit à petit, les choses s'installant un peu plus dans mon cerveau (mes changements d'états sentimentaux, mes discussions, mes lectures), j'ai commencé à trouver cette phrase "en même temps, une trentenaire célibataire depuis un certain temps ça aurait dû me mettre la puce à l'oreille" (et faire que je me méfie) de plus en plus... misogyne. Oui parce qu'elle l'est. 
Une femme célibataire passé un certain âge, c'est suspect disait-il (les suspicions étaient moindres avec les hommes).

Fin de l'histoire. 

✔︎ J'ai connu les deux états, installée très tôt dans des histoires longues où j'aimais et étais aimée mais aussi dans des périodes de vrai célibat. Et ça revenait et ça repartait. 
Ce qui était devenu un état, une attente a commencé à être envisagée différemment. Était-ce d'ailleurs une attente? 

✔︎ Ne nous voilons pas la face, le célibat, même s'il est "vécu" par de plus en plus de personnes, est pour autant toujours envisagé socialement comme un état d'attente. Quelque chose avant la vie à deux. En tous cas pas un état permanent, et s'il est envisagé comme tel il devient un dépit, un abandon, une désespérance. Le célibat c'est une amputation sociale. Une suspicion générale, puisque la norme c'est le couple installé, une personne seule (i.e. sans amoureux) n'est pas "normale". Je grossis volontairement le trait, mais... pas tant que ça.

C'est tellement ancré (dans ce qui est dit aux femmes, de manière encore plus brutale) qu'il est très difficile de sortir de cette idée dévastatrice qu'une personne seule, pas aimée amoureusement, a quelque chose qui ne va pas. Imaginez comme ça déglingue l'estime de soi (dans le pire des cas, ça fait qu'on peut se mettre à brader ses sentiments pour, ce qu'on imagine,  son bien).
Même si vécues, les choses sont tout à fait différentes, dans un petit coin de la tête, ça reste là, on ne m'aime pas d'amour, je ne suis pas une partie d'un couple, pour qui je compte alors? 

Le surinvestissement du couple comme garantie au bien-être est tel que l'amour amical, familial, filial n'est pas suffisant. Socialement, ça ne suffit pas d'être aimé comme cela. Ca reste, suspect.

✔︎ Ce qui dirige fondamentalement les choix amoureux adolescents et de jeunesse, c'est l'amour. Rien d'autre. On est ensemble parce qu'on s'aime et on arrête d'être ensemble quand on ne s'aime plus. 
Mes amours étaient fondamentalement versatiles parce que dirigées par un élément profond (qui se distingue parfois de l'amour), le désir. Et le désir, c'est costaud, ça peut tout déglinguer: l'engagement, la tendresse, les principes. Il y a quelque chose d'absolu là-dedans. Immature mais absolu, ça ne transige pas. 

Et puis le temps passe, les gens s'installent, construisent une vie, une famille, les couples se solidifient, deviennent plus "adultes", et ce qui pouvait être vécu comme une insouciance devient plus problématique. 

✔︎ Ce moment où la famille commence à demander "alors t'as un petit copain?" et autres "il va falloir commencer à penser à se caser".
Cette période commence de plus en plus tôt, certaines personnes que je rencontre la vivent à genre... 23 ans... 
Cette angoisse du "célibat", 23 ans bordel. 
 La norme d'être à deux est de plus en plus précoce et si ce n'est pas le cas, voyez comme ça inquiète la société toute entière. 

✔︎ Et puis il y a un âge où d'un coup c'est plus compliqué. Si les femmes veulent des enfants, le sentiment d'urgence s'installe. La norme + l'urgence. 
Les choix amoureux existent encore bien heureusement, mais certaines choses, associations d'individus ne ressemblent plus tellement à nos grandeurs adolescentes. 

Parce que parfois, la solitude est si envahissante, qu'elle prend ses aises. Et la solitude amoureuse qui prend ses aises, elle peut tout décider à ta place. Elle te fait même renier, si elle est très énervée, tes principes les plus profonds. 
À force de penser que sans compagnon amoureux point de salut, t'as commencé à croire qu'effectivement, sans, tu n'avais plus de valeur. 

Et tu te jettes sur le moindre article de Biba te disant comment "avoir un mec". Tu te dis que ce que tu es, comme tu vis c'est... suspect... 

✔︎ Je vais m'arrêter là (mais c'est un début je vais y revenir), mais s'il y a déjà un conseil que j'ai tiré de ces amours, arrêts d'amour, re-amour, c'est qu'il faut apprendre à vivre profondément avec soi même. Je ne dis pas cela pour mettre en avant l'ego et qu'il ne faut croire en rien (en l'amour en l'occurrence), pas du tout, je dis ça parce que ça m'inquiète profondément de voir à quel point tout ceci (la quête, le couple parfois sans amour) semble être le tout des femmes. Ca m'inquiète parce que ça met une pression qui, ajoutée aux autres, n'est pas hyper nécessaire, mais aussi parce que l'amour, n'est pas une évidence. 
De mon côté, si je devais choisir, je choisirais (et de loin) l'amour sans le couple au couple sans amour... Mon côté sentimental et enfantin.

On aime pas n'importe qui, n'importe quand tout le temps. Je crois même que c'est rare (oui rare, rien d'évident donc).
L'amour a aussi besoin de patience, et laisser ses failles et sa solitude nous dominer ce n'est pas la meilleure chose à faire. Être triste parfois est naturel, mais ça ne doit pas nous faire faire n'importe quoi... 

C'est le tout premier post sur la question, je vais cette fois vraiment m'arrêter là. 
J'aimerais savoir un peu ce que vous pensez de tout ça. 
Ce que j'en pense moi c'est que seul l'amour vaut la peine (gnangnan laisse tomber). Et que ne pas avoir d'amoureux ou d'amoureuse ne fait de personne quelqu'un de suspect ou quelqu'un qui a un "problème"... 

Je vous embrasse et ai hâte que vous me racontiez vous, votre regard sur la question. 




CONTINUER LA LECTURE

14.1.14

SHERLOCK



Je ne me remets pas de ce GIF (ouais pour ceux qui me suivent sur Facebook, je suis relou mais alors ce baiser, whaou!).

Je reviendrai demain avec un vrai post, mais là, j'ai fini la saison 3 de Sherlock et je crois bien ne vous en avoir jamais parlé...
Alors que, bordel que cette série est bonne.

Je ne connaissais pas bien Sherlock Holmes (les bouquins de Conan Doyle je veux dire), mais quand j'ai commencé à regarder la saison 1 de cette série anglaise, ça ne m'a pas empêché d'être à fond, à fond, à fond.

La série est un immense succès (9 millions téléspectateurs pour le premier épisode de la saison 3 sur la BBC, rep à sa (sic) Les revenants) et franchement je ne vois pas comment il pourrait en être autrement!

C'est drôle, brillant, joué comme c'est pas permis, les histoires sont super, c'est dense, jamais glauque, ça se moque de la légende, c'est une très très belle série (t'as dû voir que j'étais un peu à fond quand même!). Son aspect cartonnesque est une vraie plus-value. Et puis les super méchants chez Sherlock sont des super méchants qui déchirent tout.

Voilà.

Si tu n'as jamais vu Sherlock, je t'envie un tout petit peu... Il te reste à la découvrir.

Bisou Smack



CONTINUER LA LECTURE

12.1.14

PHARRELL x EUSTACHE

MAM002AA


On va partir dans du lourd, une conférence pas forcément des plus guillerettes du film fleuve (c'est peu dire) de Jean Eustache, La maman et la putain.

Mais avant de se lancer, appuie sur le player Youtube, pousse les meubles, entrouvre ta bouche, plie les genoux, cambre toi, vire tout le monde, tu seras plus efficace toute seule (ou alors fais comme si personne ne te regardait), détache tes cheveux (ébouriffe-les s'ils sont courts), et go. Il faut au moins ça avant de se lancer. Danse, danse, écoute Pharrell stopper la musique avec son souffle (j'adore quand il fait ça). Danse jusqu'au bout.




C'est bon on peut y aller? La conférence est cool, pas tout le temps très gaie, mais vraiment intéressante.

..

À demain.

CONTINUER LA LECTURE

11.1.14

NEWMAN (FORCÉMENT LACONIQUE...)

ss-110822-venice-archival-03.ss_full


Je me suis dit que te souhaiter un bon week end avec ces 2 photos de Paul Newman à Venise en 1962 (l'une d'elles vient de passer dans ma TL Twitter, j'ai bloqué...), ça serait agréable...

Newman et le costard c'est pas possible de beauté.

Marie aka l'adolescente survoltée qui ferait bien de se calmer c'est qu'un noeud pap'... Mais bordel Newman.

newman 2

(Le paquet de clopes qui dépasse *__* . C'est pas parce qu'on arrête de fumer qu'on arrête de trouver ça sexy!)


newman 4

(La dernière est sans rapport, je vous l'accorde... mais je suis tombée dessus complètement par hasard et vu qu'il me manquait une photo pour le post... laisse moi je suis une pré-pubère. NE ME JUGE PAS!)


PS: Demain ça va moins rigoler, petite conférence sur La maman et la putain d'Eustache. Nettement moins beach, mojito et gondole c't'histoire!

CONTINUER LA LECTURE

9.1.14

MADELEINE ET PARFUM

yves-saint-laurent-02


Cette "petite" chose des Roots, boucle samplée d'une chanson mortelle, Everybody is a star, de Sly and the family Stone (tu connais? Si tu ne connais pas, youtube moi tout ça, Family Affair par exemple, une des chansons les plus hot de la Terre) est une de mes chansons préférées...

* POST RTT

Je suis passionnée par les parfums (j'en parle parfois sur ce blog).
Quand j'étais petite je voulais être nez tellement j'étais à fond.

Et puis finalement non, ce qui n'est pas plus mal puisque un étrange phénomène m'a rendu intolérante à la plupart des parfums. Ils m'écoeurent vite. À de rares exceptions près.

Aujourd'hui je voulais vous parler de ma rencontre avec quelques parfums (est-ce que ça intéresse quelqu'un, je n'en sais rien...)

Ce ne sont pas forcément des parfums que j'aime encore mais je me souviens encore précisment du moment où je les ai sentis pour la première fois de ma vie. Et toutes mes madeleines de vie sont olfactives. Enfin quasi.


ptisenbon_de_tartine_et_chocolat_251858805_north_545x

TARTINE ET CHOCOLAT

Il est le tout premier parfum que j'ai eu. Un parfum d'enfant. Je me souviens encore de son odeur parfaitement.
Je voulais avoir un parfum, j'étais en primaire et ma maman n'était pas vraiment prête à ça.
Pas question d'avoir un parfum de jeune fille.
Une odeur d'enfant pour une enfant. Moi qui imaginais que le parfum c'était une manière de me rendre plus fille, plus grande... J'ai finalement dû attendre un peu.


27135-cacharel-perfumes-1987-loulou-sarah-moon-hprints-com

LOULOU, CACHAREL

C'est assez drôle parce que le premier parfum que j'aurais dû avoir (enfin le premier parfum de "jeune fille") ça n'est pas Loulou (oui c'est moi) mais Anaïs, Anaïs de Cacharel également.

Anaïs, Anaïs, c'était le parfum des jeunes filles, quasi de manière universelle, mais je ne l'aimais pas. J'aime pas tellement les parfums "fleuris".
Loulou dans mon nez de jeune fille, c'était la vanille et un truc très enveloppant. Une odeur un peu facile qui m'allait très bien. Je l'ai longtemps porté, quasi tout le collège jusqu'à l'arrivée des machines de guerre olfactives teenage, les Calvin Klein.



angel-mugler-eau-de-parfum

ANGEL, MUGLER

LA machine de guerre olfactive. Tellement senti partout, sur tout le monde qu'on est beaucoup à avoir la nausée rien qu'à l'envisager de loin.
Sauf que Angel, c'est pas rien, ne crachons pas dans la soupe.
Quand il est sorti, j'étais en cinquième. Ma mère avait eu un échantillon, et dés que je l'ai senti je suis tombée dingue amoureuse de son exagération. Tout est trop dans ce parfum, mais je vous jure quand j'avais 12 ans (ou 13 je ne sais plus), ça avait été un énorme coup de foudre. Un truc qui n'existait pas (ce qu'on a du mal à croire maintenant, bien que je le sente de moins en moins).
Angel c'est une putain d'hyperbole, une féminité qui ne sent pas la rose, un truc différent.
Je ne l'ai que peu porté (il m'est très vite monté à la tête, comme les passions), mais je me souviens encore de l'échantillon, à l'arrière de la voiture de ma copine Anne-Lise, que je mettais sous mon nez en regardant les rues défiler.
Et de ma surprise systématique à chaque effluve.



Calvin_Klein-ck_one
CK ONE

Si t'as passé une partie de ton adolescence dans les 90's, t'as porté un Calvin Klein.
Secrètement je voulais porter Obsession, la pub Kate Moss / canapé / vautrée / Noir et blanc / beauté.
Mais j'ai pas eu le droit. On considérait par chez moi que l'odeur était trop femme (si Kate avait su ça), alors je suis allée vers les odeurs plus teenage, propres, pas sexuelles de la marque.
D'abord CK One et puis CK BE.
Calvin_Klein-ck_be

CK BE

Que j'ai plus porté. J'en ai eu plusieurs flacons. L'avantage de ces parfums à l'adolescence était double.
D'abord ils étaient quasi de l'ordre du fait total (Durkheim, j'exagère un peu mais pas tant que ça...). Les porter te faisait immédiatement faire partie du groupe. Une grande majorité des adolescents portaient des parfums Calvin Klein. Et tu sais comme c'est important de faire partie du groupe à l'adolescence.
Et aussi, ils sentaient le propre. Le gel douche Cadum que je prends sent CK Be. Je vous jure que c'est vrai. Un gel douche.
Et comme ils sentaient le propre et guère plus, difficile de les trouver écoeurants.


calvin-klein-eternity-for-p_32708331vb
ETERNITY FOR MEN


Mon amour, lui, portait Eternity for men.
calvin_klein_eternity_eau_de_parfum


Et ma meilleure amie la version femme. Quand je vous disais que c'était totale cette petite chose de Calvin Klein.

201211021765

N°5, CHANEL

Que dire? Ah si je te disais en début de post que je n'aimais pas les fleuris et je là, te claque un festival de roses, de jasmin et de muguet .
Le numéro 5 c'est d'abord le parfum de ma mère (avant celui de Marilyn et de Deneuve je te ferais dire).
Ma mère, quand elle venait me border enfant c'était, Stan Smith, t-shirt blanc, 501 débraillé et n°5 dans le cou.
Ce chic là sur son débraillage à elle c'était trop beau (ce que j'ai gardé comme ligne directrice d'ailleurs, le débraillage mais maquillée luxe ou l'inverse, autant te dire qu'on n'échappe à rien de notre enfance).
Je le porte souvent. J'y reviens régulièrement (j'aime aussi beaucoup la version Eau première que je n'ai jamais porté mais que je trouve hyper réussie).
Ce qui est drôle avec le numéro 5 c'est qu'il est polymorphe. Comme le jeans il s'adapte vraiment à la personne qui le porte. Il ne sent pas tout à fait la même chose même si on sait à chaque fois que c'est lui.
Et puis, aussi commun soit-il, je ne l'ai pas senti tant que ça sur d'autres. 

41o7qfoVpWL

FÉMINITÉ DU BOIS, SHISEIDO (ENSUITE SERGE LUTENS)

En période de Noël, avec mon papi et ma mamie on se ballade à Bar-Le-Duc.
On rentre dans une parfumerie. On est en 1992 je crois.
On erre dans les rayons. Je tombe sur ce flacon et je le pshitte sur mon poignet. Le flacon est tellement étrange, la couleur très belle, je n'avais jamais eu l'impression d'avoir vu quelque chose comme ça.
Dés que j'ai rapproché mon poignet j'ai été subjuguée.
Je savais aussi très bien que ce n'était pas un parfum d'enfant, qu'on n'allait pas me l'acheter.
On est reparti. On a continué de errer dans les rues, et je n'arrivais pas à m'arrêter de le sentir.
Féminité du bois, m'avait presque choqué.
C'était un parfum sublime même dans les rues de Bar-Le-Duc en décembre.
J'ai fait attention à ne pas me laver les mains trop haut pour pouvoir le sentir encore un peu.

10 ans plus tard l'une de mes amies l'a acheté, j'étais folle. Ca voulait dire que pour moi, c'était trop tard.
Je l'ai essayé, malheureusement, sur moi, ça ne marchait pas. Il devenait entêtant.
Il a été l'un de mes chocs olfactifs.
Je n'ai jamais porté de Lutens, presque intimidée à l'idée de le faire (étrange, c'est comme ce truc en littérature qui m'empêche de lire James Joyce en toute décontraction).
Mais si je devais me lancer, Jeux de peau me paraîtrait très adapté.

Guerlain-Jicky

JICKY, GUERLAIN

À 22-23 ans, j'ai eu envie de porter un parfum Guerlain.
Shalimar ou L'Heure bleue. Ca c'était classe. Oui je vous l'ai déjà dit, j'ai envie de porter des parfums dans l'idée et pas qu'à l'odeur (en tête Blenheim Bouquet de Penhaligon's parce que c'était le parfum de Churchill). Ce qui est une idiotie profonde au vu de mes goûts et du fait que je suis très très très difficile en parfums.
Je suis toujours surprise que des gens offrent à d'autres gens des parfums comme ça, sans savoir. Y a quand même rien de plus perso que ça, non?

Donc je disais, L'heure bleue ne me plaît pas du tout. Je trouve qu'il sent la nourriture (étrange).
Shalimar mieux (j'ai dû le porter le temps de 2 flacons)... Mais mieux que tout ça, que tout ceux que j'ai cité, il y a lui.
Mon parfum.
Je ne le porte pas toujours, mais j'y reviens toujours. Il est mon préféré. Masculin / féminin, premier à utiliser des produits de synthèse, vieux, Jicky c'est mon amour.
En vrai, je le trouve plus masculin (en tous cas dans le propositions olfactives que nous fait la parfumerie, je n'aime pas l'idée de genre, mais si on doit expliquer c'est ce que je dirais...).
Il est toujours réussi. Jamais hypertrophié, assez discret, je l'aime beaucoup. Et depuis très longtemps.

Voilà, j'ai fini ce post long long long.

Je voulais aussi vous mettre en lien la  Super conférence d'Anne-Sophie Trebuchet-Breitwiller à l'IFM qui m'a passionnée. Elle y parle des évolutions du parfum, des parfums niches (plus confidentiels) et de plein d'autres choses trop bien (c'est un podcast, on peut le télécharger).

Si vous êtes intéressé par les parfums, c'est passionnant.

Aussi vous dire que dans mes fantasmes olfactifs,  Frédéric Malle se pose nettement en pole position.
Avec en pole position du pole position, l'envie très forte de sentir Dans tes Bras, création de Maurice Roucel.


Post fleuve, c'est peu dire. 

Je vous embrasse fort et bravo si vous êtes allé jusqu'au bout de ce post...

 Bisou Smack (so 2014)

CONTINUER LA LECTURE

7.1.14

DON JON

Don-Jon-Affiche-USA-1

J'ai commencé à regarder Don Jon sans en attendre grand chose. Au mieux, mater le torse de Joseph et regarder Scarlett exceller dans la pétasserie. J'en attendais rien de plus.

Mais je me suis fait cueillir... J'ai adoré Don Jon.
C'est un poil cliché, des fois fastoche mais j'ai trouvé le propos assez beau, quasi poétique (ouais je m'emballe un peu! Je suis bon public laisse moi!).

Vraiment, au cas où tu te demandes, y a pas que le chewing-gum de Scarlett dans Don Jon, y'a tout le film et c'est très agréable.


Bon viens on va écouter Elvis avant de dormir!


CONTINUER LA LECTURE

6.1.14

6 MOIS SANS ACHAT, 2ÈME MOIS

kirsten-dunst-wren-9-568x688

(Kirsten pour la marque Wren)



(Je redécouvre l'album de Kendrick Lamar, et décidément The Recipe (feat Dre) est très efficace...)

Avant de refaire le point sur l'année écoulée (musique, sapes tout ça tout ça...), il faut quand même que je vous fasse un petit point sur mon 2ème mois sans achat.

Alors je vais pas faire genre dans ce post, je vais vous la faire franc du collier.

✔︎ Ce deuxième mois a été ponctué par Noël (comme tout le monde, pas de surprise de ce côté là) et j'ai eu quelques cadeaux.
Ma mère lisant mon blog m'a acheté 3 trucs de make-up (et un Damart. Enfin un Damart de supermarché mais c'est quand même ma révélation de fin d'année l'ersatz de thermolactyl. Je suis vieille et pas sexy, laisse moi...).
3 trucs donc, dont le rouge noir de Chanel, le rouge à lèvres. Et Dieu que c'est beau... Un poil Morticia mais figure-toi que cette petite chose me donne bonne mine! Morticia va à la plage faire du surf... Ou assimilé...

✔︎ Mes cadeaux de Noël m'ont fait plaisir, évidemment.

✔︎ J'ai passé le cap du "Mon Dieu c'est extrême, j'suis con, je vais pas y arriver".

✔︎ En revanche, j'ai aussi constaté  que j'ai ouvert ma grande bouche (oui grande), 6 mois, je constate que c'est trop long... Mais comme j'ai ouvert ma bouche et que c'est une petite expérience, je vais me tenir à ma grande bouche qui se la raconte.

✔︎ Un jour (prépare-toi à vivre une aventure incroyable tu vas voir -__- ), avec ma mère (je dois couper le cordon, c'est ça que tu te dis?) on va à Leclerc.
Elle cherche du shampoing, alors je me retrouve dans le rayon Gemey Maybelline, les yeux au sol pour pas me tenter... Et là, je faiblis. Je lève la tête et tombe nez à nez avec un crayon Master Drama chromatics... Vert le con! J'adore le make-up vert.
6 euros... Mais je peux pas... Et je tente la ruse du siècle, ni vu ni connu je t'embrouille.
Je montre le truc à ma mère, lui dis avec ma voix la plus Pierre Bellememare possible "trop bien le crayon, il m'irait trop bien" (si ta boîte de pub cherche une créative, cherchez plus!) Ne comprenant rien à ma subtilité, ma mère me toise et tourne les talons.
Putain.
Alors je me fais plus brutale. Elle le prend, me traite de tricheuse, je trouve une excuse lamentable que j'ai oubliée.
On le paye, on rentre, j'ouvre l'emballage (j'avais pas dit qu'elle était incroyable cette histoire?)
-__-
Le truc qui arrive jamais, le crayon est cassé. La mine pétée dans l'emballage et même pas de capuchon.
Je te jure que c'est vrai!
C'est pas un signe de fou?

✔︎ J'ai redécouvert plein de trucs que j'avais à peine testé. Le Luminous Silk d'Armani (fond de teint) qui est une beauté. En fait la première fois j'avais pas bien vu, il était de la mauvaise couleur, là, au firmament de l'hiver (bonne mine ta race donc), c'est bien, c'est beau.

✔︎ J'ai rangé mes affaires pour que ça soit plus visible.

✔︎ Je sais pas ce qu'il y a dans les H&M de France et de Navarre...

✔︎ Ne plus acheter de trucs  m'a rendu particulièrement généreuse à Noël. En fait je vais vous dire un truc pas très beau mais sincère.
J'aime bien faire des cadeaux aux gens que j'aime mais je préfère les recevoir. Mon côté conasse enfant unique.
J'ai l'impression d'être la seule à être comme ça vu que tous les gens me disent que ce qu'ils préfèrent c'est faire plaisir aux autres. Marie > L'ÉGOÏSME.
Mais, et c'est pour ça que j'en parle, sinon point de salut, j'ai aimé acheté des choses belles et plus chères aux autres. Leur faire plaisir m'a fait plaisir.


✔︎ Ce qui nous indique que ça ne me fait pas du tout faire des économies cette histoire... Vu que je fais des cadeaux. Pas plus riche mais moins conasse égoïste donc.

Voilà, c'était le deuxième mois...

CONTINUER LA LECTURE

5.1.14

TOUS MES VOEUX

photo-4


Je vous souhaite une très belle année 2014.

Je vous la souhaite grande, bancale, lumineuse, honnête, ambitieuse, immense même tiens, la tête dans les étoiles, le coeur à l'ouvrage, le sens à la vie, l'amour qui palpite, la santé en béton armé, les amitiés solides et remarquables, des fois des ratés, des failles, des trucs tout pourris mais la force inlassable de continuer à y croire avec le même enthousiasme (et non j'ai pas dit naïveté bande de cyniques!).

Merveilleuse année à vous tous et à ceux que vous aimez (parce que kiffer tout seul ça a un intérêt limité).

Y en a qui disent que c'est mal de prendre des résolutions, mal parce que si on ne réussit pas à les tenir, on culpabilise, on se sent mal et on se flagelle avec des branches d'arbre tellement on se sent "mal mal mal" et qu'on a été "mauvaise, mauvaise, mauvaise".
Le mieux, serait donc de s'assumer et de s'assumer aussi imparfaits que nous sommes...

Bon, admettons, mais moi je ne sais pas ne pas prendre de résolution, ça loupe souvent mais des fois, ça marche, j'ai sans arrêt envie d'être une meilleure version de moi (ça loupe souvent et je me flagelle mais c'est comme ça que je fonctionne...)

Alors cette année, ça loupe pas, bim, j'ai une résolution. Une seule mais qui inclut tout un tas de petits moyens que je vais devoir mettre en place pour ne serait-ce que l'effleurer.

Donc pour cette année je me souhaite (et vous souhaite parce que je crois bien que ça déchire) d'avoir LE PLUS CONFIANCE EN MOI.

Croire en moi, en mes possibilités, travailler pour ça, me faire confiance, faire confiance aux autres, à la vie, me respecter, respecter les autres (putain si je me loupe ça craint, on est d'accord). Arrêter de déprécier tout ce que je fais, être JUSTE.

Alors vu que pour le moment c'est pas encore ça, j'ai décidé de faire semblant... De faire semblant d'y croire (comme avec la clope et depuis que j'ai vu cette conférence TED, je comprends un peu mieux comment ça a pu marcher... C'est vrai que je suis très monomaniaque TED en ce moment).


Voilà tout un programme.

Au vu du truc, en 2015 je m'attelle à la paix dans le monde, t'inquiète!

Je vous embrasse (il faut qu'on remplace le "je vous love", so 2013. J'ai un petit "Bisous smacks" qui traîne, pourquoi pas?)

Et puis merci, merci encore de me lire, de raconter votre coeur, de prendre le temps d'écrire, c'est très important pour moi. Je suis très reconnaissante, vous m'aidez, chaque jour un peu plus, à avoir un peu plus confiance.

À demain

PS: Devine c'est qui qui a eu un vrai réflex qui fait des vrais films avec un vrai micro?


CONTINUER LA LECTURE