Pages

6.6.13

QUIPROQUO AUTOUR DU PRINCE CHARMANT

ryan gosling int



Alors il n'est pas question d'universaliser, vous savez que je n'aime pas ça, mais il se trouve quand même que je suis souvent confrontée (pour les autres mais aussi parfois pour moi) à des histoires fille / garçon / séduction / comportement que je trouve si invraisemblables que c'est peut-être le moment d'en parler avec vous... Avoir des pistes!

 Je regarde pas trop la télé mais si je la regarde je vais systématiquement dans le plus trashos (et Taddeï mais c'est parce que je l'adore et que je trouve son émission vraiment chouette, ça me rassure, étrangement, d'entendre des tas de gens brillants me raconter le monde... Aussi mal parti qu'il soit! Et les docs d'Arte. Tout et son absolu contraire quoi!).

Cette année j'ai regardé l'émission la Belle et ses princes. Comme prévu c'était tout pourri mais c'est pas ça qui m'a arrêté ;)
 
Pour ceux qui l'ignorent, cette émission est une forme de real tv où une nana, bien faite de sa personne cherche l'amour. En face d'elle, 2 catégories d'hommes. De vrais garçons en galère, pas forcément les plus jolis, mais gentils, respectueux, tendres... Tu vois le genre! (Oui la caricature est spécifique à la real tv qui ne s'encombre d'aucune ambiguïté humaine...)
 
Et de l'autre côté, des séducteurs, des mecs, grosses épaules, beaucoup de gel sur les cheveux, des coupes absolument improbables, venus pour pécho la belle. 
 
La belle devra choisir un garçon ( après un système d'élimination ) parmi tous ces mecs. 

Sans surprise (vu que la vie est une pute et c'est pas pas La belle et ses princes qui nous dira la contraire), la belle a choisi un mec, bien fait de sa personne et laissera sur la carreau l'un des seuls vrais mecs, sensible à son charme de l'émission. 

Et sans surprise, le mec avec qui elle est repartie a passé une nuit avec elle et ils ne se sont plus jamais revus -__-

Bon on s'en fout mais il fallait quand même que je vous situe le contexte (ne me traitez pas, je sais que c'est nul de regarder cela, mes amis me lancent à tour de rôle des cailloux ou des regards méprisants, c'est au choix, mais je n'en ai que faire...).

L'émission est une caricature, c'est vrai, mais tout de même, dans mon quotidien, je vois régulièrement (et ça peut être moi, je ne porte aucun jugement) des enflammades féminines pour des garçons qui sont à des milliers de bornes de ce qu'on appelle le bon parti. 
Comme si, pires les signes étaient, plus la nana se disait "ce mec est une putain de bonne idée pour moi. Un garçon gentil, respectueux, agréable, chouette, je n'en ai que faire, un bon gros connard, voilà ce qu'il me faut!".

Dans l'émission la belle (dont j'ai absolument oublié le prénom), s'est amourachée d'un mec, pas mal certes, mais qui s'en contre-carre d'elle (il n'y a aucun doute sur la question, il la calcule à peine, lui répond rien quand elle pose des questions et l'esquive dés qu'il y a moyen). Mieux, le mec lui dit (alors que la nana cherche l'amour, hein!) qu'il se barre la semaine prochaine un an en Australie avec un pote -__-

La meuf, normal, devant tous ces signes plus pourris les uns que les autres se dit "Bonne idée, je fonce, ce mec est fait pour moi". Non parce que la nana tu la vois minauder dés que le mec est près d'elle. Tout le monde lui dit que le mec est craignos, mais elle, non, elle sent un truc...

2 hypothèses: soit elle voit rien soit elle voit et pense que elle, elle le changera( "ah la vanité c'est décidément mon pêché préféré" #PacinoVoice ).

Et c'est là qu'on arrive au coeur du problème, laissons de côté notre Belle et réfléchissons aux vraies filles de la vraie vie. 
Je ne sais pas si vous vous êtes comme ça, si vous savez au fin fond de votre cerveau que les gentils garçons sont les garçons les mieux ou si finalement, votre petit penchant pour le connard envahit parfois votre coeur. 

Moi, j'aime bien les deux. J'aime les garçons gentils mais je ne suis pas à l'abri de me faire tourner la tête par un gros con des fois. 
Et je suis pas la seule... Le nombre de fois où j'entends des trucs improbables racontés par mes copines frôle la centaine ( bon j'en fais un peu des caisses peut-être ). La copine s'emballe pour un mec qui est tout pourri qui s'en fout et qui surtout, ne s'en cache pas... Mais merde, qu'est ce qui nous passe par la tête?

Je n'arrive pas à savoir si c'est une forme de vanité ( genre, moi je vais le changer, il m'aimera... Mon égo hypertrophié penche pour cette hypothèse dans mon cas ) ou une forme de masochisme... Vraiment je sais pas!

En tous cas, voir quelqu'un s'engager dans un truc avec un mec ( qui parfois ne s'engage pas d'ailleurs ) alors que tout clignote pour dire que c'est une très mauvaise idée, a toujours tendance à me fasciner... Même chez moi!

Et le nombre de mes copains qui sont des putain de cadeaux de Noël pour les filles qui sont dépitées par cette préférence pour le gros con est un vrai signe... 
 
Allez dites moi ce que vous en pensez de ce dirty boy...
 
Bise, bonne journée, il fait un temps de fou...
 
 

54 commentaires

Jade Cactus a dit…

Souvent le connard est bien visible, très sociable, très beau parleur, alors que le mec bien sous tout rapport n'est pas envahissant voire même effacé. Du coup on remarque plus le connard, on a l'impression qu'il a de l'intérêt pour nous...
En vrai je rêverais que les mecs bien reprennent le pouvoir, la parole, la place qu'ils laissent aux connards. Parce qu'on tomberait moins dans le panneau...
En tout cas, c'est clairement une question d'égo lorsqu'on s'accroche à l'impossible, il y a forcément une part de nous qui pense que ça va être possible !
bisous

(madein)Faro a dit…

Je suis sortie avec un gros connard pendant 2h (c'est même allé très/trop loin : violent, toussa toussa) et je savais pertinemment au fond de moi que c'était un gros connard.
Je l'ai vu avec une de ses ex, je le trouvais affreusement con mais comme tu dis, je me suis dit que ça serait différent avec moi.
Evidemment, ça ne l'était pas.
Après lui, je suis sortie avec des mecs biens. Pas des sex symbol mais des mecs gentils, travailleurs, amoureux, respectueux et encourageants.

Aujourd'hui, j'ai trouvé un mec que je trouve beau, sexy ET gentil, amoureux, respectueux, ...
Mais c'est pas évident à trouver mine de rien.

Bonne journée Marie !

Manon

Anonyme Amande a dit…

BACK(apres une periode bien foireuse qui m a eloigne d internet).

Je ne peux m empecher de penser que les filles qui cherchent le connard, ou l homme innaccessible qui les rejete, cherchent leur papa quelque part... Je ne suis pas sure que celles qui ont eu la chance d avoir une belle relation avec leur pere soient attire par ces garcons la... Et je sais de quoi je parle ;-)

Psychologie de bas etage me direz vous mais il y a sans doute a creuser de ce cote la !

Je t embrasse bien fort.

Laurie a dit…

Je commente pas souvent (même jamais je pense) mais là je peux pas m'en empêcher parce que c'est vraiment un sujet qui me touche et sur lequel j'aime parler.
Je pense que derrière cette volonté de toujours aller vers les personnes qui ne nous feront pas du bien, il y a une espèce de "refus du bonheur". Attendez avant de me jeter des caillasses, je m'explique.
Je suis du genre "bonne oreille", les gens se confient facilement à moi et donc j'entends de tout. Et ce qui me tue c'est le fameux "il/elle est parfait(e) pour moi, nous deux ça se passe super bien, il/elle est sympa, drôle, sexy, etc. mais je sais pas, ça va pas le faire." (entendu encore cette semaine, hein, c'est dire)
Comme si quand on rencontrait quelqu'un de bien, avec qui tout pourrait bien se passer, on commençait à prendre peur en se disant que, justement, ça pourrait bien se passer. Mince alors. Alors il y a une question de perception de sa propre situation, beaucoup d'entre nous se sentent rassurés lorsque quelque chose cloche dans leur vie (sentimentale de préférence) ce qui permet d'avoir des choses à raconter, des éléments pour se faire plaindre.
Mais il y a aussi toute la société derrière, ultra-paradoxale à ce sujet. On est un loser si on est célibataire trop longtemps, mais en même temps être en couple, stable et heureux, c'est tellement commun, presque ringard.
Je le vis, au quotidien. Je suis en couple avec un gentil garçon, tout se passe à merveille. J'ai perdu toutes mes "amies" qui oscillent entre célibat et relations merdiques. Après s'être permis de juger notre couple et notre relation, elles ont décrété que, en couple, je ne les intéressais plus. Ces filles ne sont pas des monstres, loin de là. Elles ont juste du mal à admettre que parfois, les gens peuvent avoir une vision différente du couple que celle qui est considérée comme "normale" (alors qu'elle ne l'est pas du tout). Oui je suis old school, je vis avec un homme une relation stable et équilibrée, nous avons des projets et nous sommes heureux ainsi. Je suis mille fois plus heureuse que quand je m'envoyais en l'air avec n'importe qui et que je courais après les fameux connards qu'on aime toutes (bon sauf que j'ai plus d'amis ! ;-) )
Bref je pourrai disserter dessus pendant des heures, sur aussi la fin de la distinction entre hommes et femmes, le fait que petites filles et petits garçons sont mis en compétition dès l'enfance ce qui fausse leurs rapports plus tard, les problèmes d'identification liés au manque de repères masculins et féminins clairs.
BON. Fin du roman. Désolée pour ce commentaire fleuve, j'attends avec impatience les autres commentaires voir les analyses des autres lectrices :)
Bonne journée à toutes. Et merci Marie pour toutes ces super pistes de réflexion.

Première a dit…

Je suis pareil mais j'ai décidé de changer mon destin (ouais carrement).
J'ai toujours eu une passion pour les connards. Un jour j'ai rencontré mon mec : le look du connard (belle gueule etc ...), la vie sociale du connard (dit bonjour a 48 personnes dans la rue chaque fois qu'on sort), tableau de chasse de connard (s'est tapé toutes les filles les plus easy au boulot)(on s'est rencontrés au taf), mais finalement c'est un vrai gentil. Du coup je suis encore avec et notre premier enfant est né il y a 2 mois.
Quand je croise un connard de mon époque pure connards, j'ai un pincement au coeur (surtout quand je croise mon pire ex le pire manipulateur qui n'a jamais voulu s'engager mais qui continue de me tourner autours comme un requin)(je resiste). Parce que j'adorais ça les connards. J'ai jamais su pourquoi. Ca me manque mais quand je vois la vie que j'ia, j'aurais jamais pu en esperer autant avec un connard. C'était mort dans l'oeuf. J'ai fait un choix de vie. J'adore mon mec, heureusement il est drole et un peu fou. Le vrai connard me manquera toujours. J'ai choisi de renoncer à lui.

voilà mon histoire !

ps : anonyme amande, c'est pas de bas étage car oh surprise, j'ai jamais connu mon père (il s'est tiré quand j'étais bébé)(voilà voilà voilà...)

Camille a dit…

Le syndrome du bad boy. Pour moi, mais ce n'est qu'un point de vue parmi d'autres, ça correspond à une sorte de stade "adolescent" du rapport de beaucoup de filles à l'amour. C'est un stade où on s'attache encore beaucoup (trop) aux représentations. Ce mec représente la coolitude même, on pourrait faire un beau couple, ou alors : ce mec, par son côté mystérieux, me fait tellement vibrer qu'il correspond exactement à l'idée que je me fais de l'amour, ce truc qui m'emporte et me fait chavirer. Sauf que littéralement, tu chavires et patatra, te prends une bonne claque dans la gueule. Car ce côté fougue, passion propre à la "jeunesse" n'est qu'un mirage et à tendance à être destructeur. (On est d'accord qu'il n'est pas question d'âge dans ce que j'écris). Après, il y a un stade où on cherche un être beaucoup plus bienveillant, on cherche à construire, ce n'est pas toujours l'"amour fou" mais c'est quelque chose de beaucoup plus grand et beaucoup plus fort, une sorte de complicité, bon pas inébranlable bien sûr (car il faut traverser les tempêtes). Ainsi, petit à petit, on fait naître son compagnon de vie. C'est un truc de construction mutuelle, on ne "tombe" pas sur l'homme de sa vie. On tombe sur le mec avec qui cet échange, cette relation va être possible - ça implique qu'il faut soi-même être prêt à ça.
Tout ça se fait de manière très inconsciente car on est pas mal gouverné par nos propres contraintes liées à notre histoire, nos représentations masculines, féminines, etc. Bref, j'arrête là le roman mais je suis évidemment curieuse de lire les autres sur ce sujet.

lunelo a dit…

héhéhé
bon je assez d'acc avec plusieurs choses, l'autorisation aubonheur, le fantasme passionnel...
bon psychologie de bas etage ou non, le phenomene de repetition peut effectivement expliquer pour partie ce comportement maso. On peut faire un sondage car moi non plus pas connu mon pere bio et attirée quasi exclusivement par du bon gros connard de base . Les gentils c'est tellement moins existant (je laisse mon lapsus scriptural en fait je voulais ecrire excitant...)
bon rebondir sur ce labsus je pense qu'il y a un phenomene d'habitude. On a été mal habitué petit (frustration, manque etc...) et en meme temps c'est balisé on connait ce qui fait qu'il y a un phenomenee attraction repulsion dans mon cas en tout cas je veux pas y aller c'est mal en meme temps je suis attirée en meme temps je me demande si je suis vraiment attirée puisque je sais que mec pas pour moi mais que je suis plutot dans la reparation de mon pere pété de la tete mais en meme temps le radar a gentils garçons fonctinne pas
et donc.... le seul moyen que j'ai trouvé pour soritr de ce merdier c'est l'hypnose
attention j'ai pas dit que cela fonctionnait j'essaye!
consequence sur ma derniere (non) rencontre
moi ma specialité c'est le mec qui me drague qui me dit que je lui plait mais que non c'est pas possible et je m'obstine quand meme et il contnue quand meme a me draguer mais sans qu'il ne se passe rien ....(interdit incestueux bref

je disais donc pour la derniere rnecontre pourrie j'ai juste reussie formaliser qu'en fait si cela ne le faisait pas c'est parce qu'en fait lui ne voulait pas vraiment et moi non plus et que ça ne remettait en question ni qui j'etais ni qu'il etait

et ce truc qui boque souvent dans les relations bourreuax victimes c'est a mon sens j'enfonce des portes ouvertes l'erreur de casting de part et d'autre, chacun voudrait de l'autre qqc qui ne lui appartient pas et que pt etre il n'exprime pas (en CNV par exemple on considere que la violence est liée a des besoins non exprimés/non satisfaits
il ya effectivement beaucoup a voir avec le fameux triangle dramatique (bourreau victime sauveur) mais pour l'avoir vecue on a parfois tendance a alimenter le cote bourreau de l'autre ou a se retrouver bourreau/sauveur alors que l'autre n'a rien demandé ou pas ça

je jette peniblement tout ça en mode jaillissant je veux dire que parfois les salauds ne sont pas des vrais salauds et ce n'est pas qu'une histoire de fantasme de crapaud/prince et de syndrome du sauveur
sauf que pour sauver qq1 il faut que la personne soit en demande, qu'on soit assez solide etcc...

e

Apres on pourra dire que "etre egoiste c'est ne pas laisser l'autre s'en sortir seul" ou comme lacan "aimer c'est donner ce qu'on a pas a qq1 qui n'en veut pas"

abiker dans sa rubrique marie claire de ce mois ci a justement ecrit sur le sujet "Attention salaud", il dit la meme chose que toi que ses amies ont pourtant tous les signes et qu'elles s'obstinent... il conclut en disant qu'aimer c'est aussi risquer.

et puis sur tous un tas d'histoires de salauds avortées, certains sont " sauvés" je ne sais pas ce qui statistiquement vaut le coup essayer de sauver des salauds, essayer de se sauver soi? les 2 sont bien difficciles
j'arrete la le flux foutraque;)

Lilypad a dit…

Coucou Marie !

Cet article me parle, sans que pourtant j'ai ce type de problème. Pour moi c'est plutôt l'inverse, le connard de base a plutôt tendance à me faire fuir. Je m'explique: je souffre d'une forme de phobie sociale, du coup, les relations avec les autres j'ai du mal, mais avec les mecs, c'est encore pire. Il me faut du temps pour me sentir à l'aise avec quelqu'un, donc quelqu'un de plutôt patient, du coup un connard qui y va franco, ça a plutôt l'effet inverse sur moi. Bon, le seul problème c'est que même les mecs gentils, intelligents, respectueux ont du mal à le comprendre, ça craint un peu...
En revanche, chez plusieurs de mes amies j'ai pu voir cette attirance pour les mecs qui visiblement sont mauvais pour elles et la plupart du temps, c'était en croyant qu'elles pourraient les changer. En tout cas la réflexion de la place du père dans tout ça est très intéressante. Pour ma part j'ai eu un père plutôt présent avec qui j'ai de bonnes relations (c'est plutôt du côté de ma mère que ça coince).

Bref, je m'arrête là, bisous !

Toph a dit…

Hello ! Comme Laure, je ne commente jamais mais là, chuis trop contente de pouvoir parler de ce sujet qui m'a toujours interloquée. Parce que j'ai connu pas mal de filles dans mon entourage qui me disaient : "ho mais moi, tu sais, chuis pas gentille comme fille en fait (ndrl : heu... ouais. Sérieusement ?), si je me mets avec un gentil garçon, je vais le bouffer en 2/2. Moi, il me faut un mec qui me tienne tu vois. " Si on relève tout ce qui est hypothétiquement faux dans cette phrase, on a :
- "je suis pas gentille" : ce sont souvent de très bonnes potes qui me disaient ça, et de mon point de vue des filles plutôt cool en fait
- "un mec gentil, ça se dompte comme un chiot, or je veux un mec viril, pas un chiot" : non, un mec gentil ne signifie absolument pas un mec soumis.
- "j'ai besoin que de temps en temps on me remette dans le droit chemin" : alors j'hésite, masochisme ? besoin d'autorité paternelle ? Au alors - ce qui serait mon hypothèse favorite - tout simplement besoin du grand frisson. Besoin de me prouver qu'en fait je suis pas tellement une petite fille sage et du coup je me fais des petites peurs en trainant avec des bad boys...

Cela dit, le temps passant (et l'âge faisant ses petites affaires), je trouve que l'excuse du bad boy - la passion, le frisson, tout ça, c'est sensé retomber un peu non après 25 ans ? - est moins vraisemblable et tend à être remplacé par celle de la peur du bonheur.

Anonyme a dit…

salut marie

je devrais absolument pas commenter car je suis au bureau et je devrais finir un truc, mais vraiment procrastination tout ça tout ça.. :)
et le sujet aussi me parle.

J'ai fait des erreurs de casting à quelques reprises, dans les 2 sens : j'ai viré des gentils, j'ai cherché des pas très gentils. Un vrai problème de maturité je pense. En fait, on fait aussi pas mal de raccourcis idiots sur les gens.
J'ai trouvé des gentils auxquels je voulais croire mais qui ne m'attiraient pas.. alors de là à croire qu'on "aime pas les gentils", il n'y a qu'un pas. Et je suis tombée quelques fois sur des types vraiment pas bien, mais je l'ai pas découvert tout de suite.
Le jour où ça a changé pour moi, c'est le jour où j'ai accepté de me rendre compte que j'avais pas besoin d'être attirée par un garçon pour essayer de le connaitre... et qu'au bout du compte soit il me plairait soit on resterait copain. C'est pas très bien expliqué, mais je suis sortie d'une période un peu foireuse en rencontrant un garçon qui était guide de montagne pour un groupe UCPA. Ce type m'a tout de suite plu en temps que personne, j'ai passé beaucoup de temps à me rapprocher de lui, et au bout de plusieurs jours de ce rythme, sans avoir fait de séduction ou autre, on s'est rapprochés. Il ne s'est jamais rien passé entre nous, mais je me plais à penser que grâce à lui j'ai compris que j'avais pas besoin de le chercher, le mec bien, que je le trouverais un peu malgré moi et que si j'étais VRAIMENT sincère, ça marcherait.
ça a marché. Je suis avec un homme merveilleux aujourd'hui, que je connaissais depuis plusieurs années.

sortir de cette idée de "bad boy" pour moi, ça a surtout été sortir de cette idée de "tomber sur un garçon", et plutôt d'essayer d'arrêter la drague qui faussait tout avec des personnes finalement inconnues.

Je sais pas si je suis claire,mais j'aime bien l'idée que tout ne soit pas si noir ou blanc...

en tout cas, c'est passionnant.
Des bises!

emilie a dit…

Hello!

pour avoir été attirée par les bad boys pendant des années, je pense que mon attirance était due à plein d choses mais notamment:
- l'envie d'être la fille qui remettrait le bad boy dans le droit chemin, perso ca n'a jamais marché
- le fait de me dire inconsciemment que je n'avais pas le droit d'être heureuse en amour et donc d'aller vers des relations qui me ferais du mal
- une certaine compétition avec les autres filles, avoir le bad boy/trophée que tout le monde s'arrache à son bras, ca fait des envieuses
- un besoin de se rebooster en ce disant que si le bad boy qui tombe tout ce qui bouge s’intéresse à soit, c'est qu'on est pas si moche/inintéressante...

voila ma petite analyse perso. Au bout du compte j'ai laissé tombé les bad boys quand j'ai rencontré mon mari (qui est gentil, adorable, me respecte, est parfait!), et depuis je suis heureuse et j'ai beaucoup plus confiance en moi!

Anonyme a dit…

Haha, je suis une nana, sauf que il se trouve que je suis dans la situation inverse : c'est moi la "conasse".
Je sors avec un mec bien, je suis toujours attirée par les mecs bien d'ailleurs.
C'est qui suit du côté obscur de la force, on me considère comme inaccessible, mystérieuse, on me remarque toujours, j'ai un plus, et je rajoute que je ténébreuse, que j'ai une histoire personnelle qui fait que j'ai "vrai passé. Je pense que ça doit me donner cette intensité, ce charisme. En tout cas, j'ai toujours l'impression d'être "trop".
Et j'aimerai bien sembler être une fille sage, gentille, dans une robe blanche, qui attend le mec bien, mais je ne serai jamais comme ça.

Ninie Pouce a dit…

Tu as oublié de parler de l'espoir, l'espoir que le connard dont on est amoureuse change parce qu'il nous aime (ça n'arrive jamais). Ou aussi du mec qui parait bien mais qui se révèle ensuite (je suis en train de le vivre).
Je cherche le garçon "bien" mais il faut quand même qu'il fasse battre la chamade à mon coeur. L'alchimie, ça ne se commande pas (mais la Belle est une vraie conne, elle méritait de se manger un râteau)

Emmanuelle a dit…

Parce que les filles n'aiment pas les princes charmants: non non non....elles aiment les pirates!!!

Anonyme a dit…

Coucou Marie,

Je pense qu'il serait judicieux de se mettre à la place du connard.
Comment pense un connard ?
A t-il toujours été un connard ou l'est il devenu ?
Est ce qu'un connard restera connard toute sa vie ?

Je pense que l'on a toute était un connard au moins une fois avec quelqu'un et que ça ne veut pas forcement dire que l'on est une mauvaise personne.
Pour moi, le vrai connard c'est un mec lache . Il n'y a rien de pire que la lâcheté.

Nous sommes attirées par tous ce qui nous parait inaccessible, et je pense que c'est une question d'ego , un chalenge , nous voulons être celle qui le fera changer , qui le fera grandir et qui le fera aimer.

Plus on leur montre de l'intérêt, moins ils ne nous en donnerons. C'est usant, ce jeu , il faut être stratégique, patiente et prendre sur ce soi. ça n'en vaut pas la peine, car au bout du compte lorsqu'on a ce connard, on se rend compte qu'en faite , il n' a rien de plus que les autres . C'est aussi ça de mettre les gens qu'on ne connait pas sur un pied d'estale, à la moindre faille tout s'écroule, bref grosse perte de temps.

L'amour le vrai est simple et ce fait petit à petit, sans réfléchir. Y a pas de galères tout roule, du moment ou galères il y a , j'pense qu'il faut savoir prendre son courage à deux mains et prendre la fuite rapidos!

C'est un peu bref tout ça, juste quelques idées mal structurées :)
Bonne journée à toutes

P.S: Marie ton blog est génial, merci pour tout

Louison


Une Autre Laurie a dit…

AAAAAh la question du connard vs le gentil...
Conversation que j'ai eu mille fois avec des copines, dont une en particulier, et qui aboutissait toujours à une violente envie de les secouer par le col de leur chemise, et de crier en même temps "mais pourquoiiiiiii tu choisis toujours des gros cons???"...
Alors je partage tes interrogations et sur ce coup là je vais juste me contenter de lire consciencieusement tous les commentaires!
Bonne journée sous le soleil breton ;)

zelda a dit…

Je vais juste ajouter une piste aux nombreuses déjà évoquées : l'addiction aux émotions fortes.
Le connard, il va nous en faire baver. On va guetter son téléphone, on va chialer, on va se hurler dessus ... ok, des situations moches, mais intenses. Et on peut développer une addiction à l'intensité émotionnelle (même négative ...)
Alors ça + l'idée déjà évoquée que la gentillesse c'est ennuyeux, on peut fuir les gentils garçons ...

valhefar a dit…

Je ne commente pour ainsi dire jamais car la plupart du temps, même si je me reconnais dans ce que tu dis, je ne pense pas que mon commentaire ajoutera une pierre à l'édifice, alors je m'abstiens. Mais là, je ne pouvais pas passer à côté de ce sujet que je ne connais que trop bien.
J'ai un nombre de connard à mon actif qui dépasse l'entendement. Pour ma part, je pense qu'il y a une grande partie de masochisme, je suis un peu (beaucoup) comme ça, j'aime me faire mal, c'est un mode de fonctionnement chez moi... Enfin bref, j'ai poussé le vice à rester avec l'un d'entre eux pendant 8 ans (c'est long 8 ans, qu'est-ce que je regrette d'avoir perdu autant de temps). Je l'ai quitté du jour au lendemain, réveillée de mon long cauchemar par un autre mec, tout aussi non fréquentable, qui ne cherchait qu'à me sauter, soyons clair, mais qui a eut le mérite de me faire prendre conscience que je méritais mieux (que l'un ou l'autre !). J'ai tenté de laisser cette période de ma vie de côté, pour me reconstruire une vie amoureuse stable et valorisante (parce qu'il faut bien avouer qu'un homme qui aime est le miroir le plus gentil qu'on puisse trouver). Je me suis mariée il y a 1 an avec un super mec, le genre "bon à marié" qui sait tout faire, qui a toujours le mot pour rire et qui ne rechigne jamais à me murmurer des mots d'amour (ok ok il a des défauts, mais si petits qu'ils ne comptent pas !). Alors oui les mecs bien ça existe et oui si on veut une vie amoureuse épanouissante faut s'en donner les moyens et aller à la rencontre de ces mecs qu'on ne remarque pas au premier abord, gênée que l'on est par le beau mâle baraqué ou le bad boy sexy qui nous bouche la vue.

Peregrine a dit…

Je crois qu'il s'agit en grande partie de l'estime que l'on a de nous même, et de ce que consciemment ou non, on pense mériter...
C'est drôle parce que j'ai abordé ce sujet de l'estime de soi dans mon dernier article, dans le lequel je parle de Loana... C'est tout à fait le genre de fille qui a été attirée, selon la presse et ses dires personnels, par des mecs violents, maltraitants, et ce n'est sûrement pas un hasard...
En effet, je ne crois pas vraiment au hasard, et une juste estime de soi permet d'aller vers des gens qui nous conviennent...
Le problème avec l'estime de soi, c'est que c'est variable...

Anonyme a dit…

je vais rester très en surface, c'est juste pour parler de "La belle et ses princes". J'ai aussi regardé cette saison parce que je la trouvais assez cool comme fille, elle était simple et pas trop conne.
C'est clair que c'était gros comme une maison que le mec qu'elle a finalement choisi (Mehdi) n'en avait rien à battre et qu'il allait la jeter le lendemain. Mais le mec concurrent, qui était certes le mieux des "prétendants", lui disait déjà "je t'aime" et était tellement gnangnan et romantique que ça m'aurait faite fuir aussi, c'est carrément pas sexy.

De façon générale,on a toutes envie qu'un mec nous fasse vibrer et vivre des trucs inhabituels. Il n'y a pas que les connards qui procurent cela. Il y a un très large fossé entre un connard et un mec gentil, mou et en admiration béate devant la fille.

Sinon, mon mec me disait (à l'issue du visionnage du dernier épisode de "La Belle") que les mecs aussi étaient plus attirés par les connasses/salopes que par les gentilles.

Caro

Nathalie L a dit…

Coucou Marie!

Oui je ne vais pas être originale en disant que ce sujet me parle!! Moi, j'en ai marre des connards, à presque 32 ans, je VEUX un mec gentil tout plein qui m'aimera telle que je suis. Je n'arrête pas de me faire avoir. Même celui qui paraît tout mignon devient un connard. Ils sont où les mecs tous gentils?? Et on m'a dit aussi que j'étais trop gentille, très tolérante (qui accepte les connards parce qu'il faut de tout pour faire un monde!^^), pas compliquée (il paraîtrait que je suis du genre bonne pote!) et qu'avec tout ça, je suis agréable à regarder. D'après mes potes mecs, je suis la ptite copine idéale!! Oui mais je suis toujours seule!!!!!!!Et comme je fuis les connards, ben ça fait un an que je suis célibataire (oui maintenant je préfère être seule que mal accompagnée!). Que ce soit du côté mec ou nana, on dit qu'on veut des personnes bien, gentilles mais on les fuit car c'est sois-disant tout de suite "sérieux" avec ces personnes!
En même temps c'est un sujet qu'on retrouve régulièrement au ciné (les films pour les midinettes ou pas). Grand exemple qui me vient à l'esprit: dirty dancing ou grease!!!
Bon moi aussi, jraconte un roman et merci à tous les commentaires précédents!! Et Marie, jveux bien rencontrer tes potes tous mimis! ;)
Bonne soirée et super tes sujets!!

Anonyme a dit…

Je me pose justement la question depuis maintenant deux ans. Pour sur, il y a la part "peur du bonheur", et une grande part d'estime ou plutôt de non estime de soi.

Mais au dela du mec bien versus le connard, je me demande...
Pensez vous qu'il faut privilégier l'attirance intellectuel, ou le coup de coeur global, le chabada au moindre regard?
Je m'explique. Il y a un garçon. C'est pas le coup de foudre, ça se fait un peu malgré nous... Mais c'est bien. On discute, et on se comprend. On aborde des sujets que l'on n'aborde avec personne d'autres, et ce garçon là il nous fait cogiter. Il pourrait nous faire grandir, nous rendre plus forte. Par ses mots.
Et puis, il y a cet autre garçon. Qui arrive sans qu'on s'y attende, et qui réveil tout en nous... Qui nous fait nous sentir vivante. Avec qui tout semble tellement possible que ça en est presque irréel. Avec qui c'est magique. Qui nous fait nous dire "Ah c'est ça l'Amour". Mais voilà, c'est ça l'amour? Ou c'est juste la passion? Qui nous enflamme, nous consume, et nous blesse... Est ce qu'on construit sur la passion? On peut tout miser sur un chabadabada? Ne faut il pas privilégier le réel? Le solide.

Je n'ai pas la réponse... Alors, je me demande si vous, vous l'avez. Ou au moins des pistes.

PS: Marie, ton blog je l'aime. Et la fille que tu sembles être aussi. Alors merci d'être là. : ).

Olivia a dit…

bonjour Marie!ha les hommes,pile poil mon sujet de 'souffrance' en ce moment,je sors d'une relation de un an avec un homme que je croyais bien,je croyais même que c'était lui THE homme de ma vie..ouais,et bin constat à 38ans j'en suis toujours au même point hein! mais bon plus envie de me prendre la tête,qui vivra verra,casée ou pas! sinon j'aime les Bad boys gentil moi ;-) bisou Marie ♥

Olivia a dit…

et je rajouterai Ryan I love You! ♥

Nina Nagy a dit…

Salut Marie!

Ça fait une éternité que je ne commente pas, mais juste pour dire que tes copains "cadeaux de Noël" ça m'intéresse! :) :)

Enfin, cette question me fascine aussi, d'ailleurs y a aussi le schéma suivant: le mec qu'était gentil avant de chopper la fille et qui est devenu un connard au fil du temps et la fille l'aime quand-même....

Pas simple l'amour.

La bise.
Nina.

La griffe de Constance. a dit…

Haha c'est tellement vrai tout ce que tu dis!
Personnellement, j'ai longtemps été très "dirty boy" mais depuis que j'ai rencontré il y a deux ans mon si gentil copain, tout ça c'est bien derrière moi. Je préfère la stabilité que m'apporte ce garçon si romantique plutôt que de pleurer des litres de larmes à cause d'un bad boy qui n'en vaut pas la peine :) Mais bon pas facile de décrocher..^^

Elena a dit…

Ah bah non... J'ai 21 ans, et tous mes copains ont été des mecs adorables, respectueux et gentils. La gentillesse c'est le premier truc qui me fait fondre chez un mec. Ce serait même plutôt moi la connasse pour le coup. Et après en avoir bien fait bavé à mon chéri actuel (ouais, il faut l'avouer), je suis finalement avec lui et je me sens tellement bien ! Les connards ça ne dure qu'un temps. Je l'ai remarqué avec toutes mes amies, et j'ai une lueur de fierté quand je dis que je ne suis jamais tombée dans ce piège.

lilo2 a dit…

Je ne vais peut-être pas être très consensuelle mais je crois que c'est une attitude immature que de choisir un "connard" comme tu dis. Il me semble que cela traduit d'un manque de connaissance de soi et de ce qu'on recherche, comme si il fallait encore expérimenter certaines choses des relations amoureuses. Et puis, il faut du lâcher prise pour tomber amoureuse VRAIMENT. Choisir un connard,c'est choisir le cote beau gosse, iinaccessible et pas se laisser aller a ce qui nous fait vraime du bien. Du coup, on ne le perçoit pas, celui qui nous fait vraiment du bien....je suis pas certaine que je suis claire mais, je suis un peu fatiguee ce soir. Désolée. Biz a toi , Marie. Toujours un plaisir de te lire.

f-ming a dit…

le petit mec gentil jusqu'au bout des ongles, attentionné, prévoyant on a souvent un peu peur de le choisir.
Personnellement je crois que cette peur est liée à la peur de l'ennui. Quand on rentre dans un train-train avec un mec gentil, il faut accepter que parfois, on va s'ennuyer, que la passion ne sera plus le feu brulant du début, mais un autre mode d'amour, moins romanesque, peut être plus "vrai", je ne sais pas.
J'ai eu une véritable révélation (particulièrement sur la réflexion amant vs mari) en lisant Belle du Seigneur, mais à toutes celles qui l'ont lu, n'oubliez pas que Solal est un homme et tout intelligent qu'il est, pense comme tel. Je pense qu'il sous-estime souvent l'amour d'Ariane, enfin bref, je pourrais longtemps parler de ce bouquin, mais ce n'est pas le sujet.
Ce que je veux dire c'est L'ennui ne mène pas à la mort des sentiments, il peut amener à quelque chose de beau, le problème c'est que certaines craignent moins la capacité destructrice des orages que la platitude de l'eau tranquille

Anonyme a dit…

Je pense que derrière "connard" il y a bien souvent "beau gosse", et d'après ce que je constate autour de moi, pas beaucoup de filles seraient prête à se mettre en couple avec un mec laid mais super gentil, ce qui est dommage car beaucoup de gens se retrouvent privés de vie à deux juste pour une question de physique. Allez les "Belles", laissez un peu leur chance aux dits "moches"

Marion a dit…

Sujet très intéressant et inépuisable.
Moi même j'ai longtemps connu ce complexe du bad boy, attiré seulement par les mecs beaux, à la démarche et aux fringues, débordants de confiance en soi mais qui finisse par te piétiner le coeur et tout ce qui va avec. J'ai même fais la connasse en rejetant des mecs gentils parce que pas trop ennuyeux ou pas assez vibrants. Et puis après un gros crash dans le mur (je croyais fermement que c'était l'homme de ma vie), j'ai décidé d'arrêté de les regarder ces connards. Et là je suis tombée sur un mec gentil, avec un sourire à tomber par terre, charmant de timidité avec qui je pouvait parler des heures sans aucune contrainte. Alors je me suis laissée aller, on a finit par tomber amoureux, mais même après des mois de relations je n'arrivais pas à le considérer comme autre chose que le "rebound guy". Puis l'ex est revenu m'a refait mal, et j'en ai fait aussi un mon homme si doux et gentil.
Et là j'ai compris: l'ex n'avait RIEN à m'apporter, et ce qui me bloquait tant c'était justement d'accepter ce bonheur qui peut paraître si ennuyant dont certaines on parlé précédemment. Même aujourd'hui alors que je vis pleinement et avec bonheur ma relation avec mon homme si gentil et qui m'aime malgré vents et marrées, je me rends compte qu'au téléphone je n'ai rien à raconter, ni anecdotes hallucinantes ni plaintes, (non pas qu'il ne se passe rien au contraire) mais il est tellement plus facile de parler du bonheur (et de l'accepter) que du contraire. Et puis si on en parle trop de ce bonheur, on de vient la fille qui "se vante" trop. Alors aujourd'hui j'accepte le mien dans l'intimité de mon couple point barre, et les connards même s'ils attirent toujours mon regard, ce n'est plus qu'une question de secondes.

Désolée pour le roman, mais c'est vraiment un sujet passionnant. J'espère que ma (pas si) petite histoire aura contribuer au débat.

Strid a dit…

J'ai une théorie pour le prince charmant (ou la princesse charmante) forever and ever : c'est la théorie du hors profil. Quand une personne que l'on connait et que l'on a toujours vu avec le même type d'amoureux-se se met en couple avec quelqu'un de différent de d'habitude, qui sort du casting habituel, c'est la bonne personne. Pas forcément de complètement différent d'ailleurs, mais d'assez différent pour que ca se remarque quand même. Et le plus marrant c'est que les intéressé-es généralement ne se rendent même pas compte que c'est (subtilement) différent. Testée et approuvée ! :)

Sophie MC a dit…

Et si tout ça n'était juste qu'une question de désir ?
Bien plus désirable le beau mec que l'autre, non ?
Après, comme c'est une fille, elle se raconte une histoire, genre, "j'ai des sentiments" (franchement, qui veut y croire ? C'est une vraie brute !), mais en fait peut être qu'elle est ravie de son one night shoot !
Bises, Marie,

Sophie, contente que tu aies toi aussi halluciné sur cette émission...

Ysabelle a dit…

Ça tombe bien que tu poses la question, justement je me demandais ce que les autres filles pouvaient bien trouver aux gros cons ?? J'ai jamais craqué pour un bad boy, le bonheur m'attire bien davantage que le grand frisson ! Mon mec est un gentil, un vrai type bien, mais pas du tout un homme soumis, effacé ou à mes ordres !
Comme dit plus haut, passé 25 ans et la "rebelle attitude", ça dénote un vrai problème d'estime de soi. Et bien souvent ça ne se résout pas sans un petit travail de réflexion sur soi-même.

Carmen a dit…

Bonjour Marie!

Après avoir lu l'article, direct j'ai voulu le commenté. Mais quand j'ai lu les autres comm j'ai vu que tout ce que j'avais l'intention de dire était déjà là!
Alors merci à toute de me (nous) faire sentir moins seule dans mes (nos) reflexions!
Marie, c'est vraiment sympa de nous offrir ce "lieu" d'échange!

Des bisous indiens

Carmen

Anonyme L a dit…

Eh ben! Merci de soulever cette question qui fait couler beaucoup d'encre Marie! Pour apporter ma petite pierre à l'édifice, je vis actuellement les 2 situations. J'ai ma vie officielle depuis plusieurs années avec mon homme gentil, amoureux, dont je suis très amoureuse. Et depuis quelques mois, je vis en parallèle une relation clandestine avec un bad boy et je n'arrive pas à renoncer à tous ces frissons. Cette histoire d'égo me travaille fort, et cette histoire de père aussi (ouch, le mien a été bad boy ET il est décédé peu avant mes 20 ans). Cette forme d'ennui apporté par une relation stable et paisible vs l'agitation, les palpitations, l'adrénaline apportées par le bad boy... Ici et maintenant, je veux les palpitations. Quand je pense au futur, évidemment je le vois avec mon homme, stable et heureux. Vient alors la question évoquée plus haut de s'accorder le droit au bonheur... Suis-je en train d'essayer de saboter mon bonheur? Je n'ai pas encore la réponse... Désolée c'est brouillon tout ça, en même temps si les réponses étaient des évidences, on serait pas en train d'en parler sur ton blog! Merci de nous offrir un espace de réflexion Marie, la bise!

Mandarinebleue a dit…

Bonjour Marie !

Pour ma part, je rejoins f-ming ! Je me demande si en plus des raisons évoquées précédemment (vanité...), il n'y a pas une part de comportement de "consommation" (ça devrait te parler, vu que tu te poses beaucoup de questions là dessus). Mes copines qui sont attirées par ce genre de mec aiment le côté drama, en fait quelque part elles kiffent de n'être jamais sures de rien, les rebondissements... quitte à souffrir pour ça.

Et je me demande si dans ces cas là on est pas plutôt "amoureuse du fait d'être amoureuse" et on cherche plutôt sa dose de sentiments qu'une vraie histoire !

La peut du vide, de l'ennui nous fait faire des belles conneries quand même !

Anonyme a dit…

Bonjour Marie !
A la lecture de ce post, je te recommande chaudement l'ouvrage «Les femmes mal aimées » de Mariela Michelena, une psychanalyste italienne passionante. Tout le propos du livre est une tentative de réponse à la question "pourquoi sommes nous capables d'aimer ainsi?", "pourquoi nous laissons-nous mal aimer?". En placant la refléxion dans une analyse sociétale large et en se focalisant sur la "responsabilité" des femmes, ce livre nous amène vraiment à nous interroger sur nos propres moteurs, nos propres aspirations et peurs dans nos histoires amoureuses! C'est un livre qui peut faire un peu mal, mais qui fait résolumment grandir.

Camille B a dit…

Ma théorie sur la question: le dirty boy est extrêmement sûr de lui, donc il ose, donc il se récupère des supers nanas. Au culot. Le gentil garçon quant à lui est moins sûr de lui et se dit que cette fille d'enfer ne voudra jamais de lui.
Je ne sais plus ou j'ai lu ceci, mais je l'ai noté et j'y repense régulièrement, ou je le lis aux copines: "Finalement la maturité, c'est peut être d'opter pour l'homme gentil et attentionné qu'on ne voyait avant"

Anonyme a dit…

Tu as tout dit Marie mais finalement cela ne s'applique pas qu'au choix du compagnon de notre vie. Un de nos grand défi sur terre est d'apprendre a voir avec le coeur comme dirait saint exupéry. Essayons d'avancer avec un coeur intelligent et à savoir ce qui est vraiment bon pour nous.
Plus je veillie plus je trouve que ce qui est imparfait est finalement plus beau.
Mille bisous pour toi

Anonyme a dit…

Et s'ils étaient des connards parce qu'en face d'eux, ils trouvent parfois de vrais connasses?

Je ne dis pas par là que toutes les filles en sont, mais j'ai des copines vraiment trashos dans une forme de conassitude très spécifique et je me dis "my god si j'étais un garçon j'aimerai tellement pas être son mec!!!". Le problème, et c'est peut être aussi celui du connard, c'est que la connasse ne le fait pas tout à fait exprès, elle pense qu'elle a raison, elle parle une autre langue que son mec qui est bien obligé de se défendre et de devenir à son tour un conard par défaut. La connasse construit son connard, elle peut s'amuser avec ensuite, se flageller, le flageller, se plaindre, le plaindre etc....

Tous ces trucs de remettre le conard sur le droit chemin....moi personnellement je trouve ça pas très catholique....on est les premières à râler parce qu'on nous trouve trop grosse du ventre ou trop boudiné des joues, mais on fait pas mieux, le connard si on l'a choisi c'est parce qu'on aime ce qu'on a devant les yeux alors pourquoi vouloir le modifier?!! Tenter de le modeler c'est le traiter comme un gosse qu'on éduque, telles de connasses castratrices. Et vas-y que je fouille dans ta boite mail, et vas y que j'essaie de te forcer à habiter avec moi ou de te faire me faire un gosse, et vas y que je t'interdis subtilement de sortir avec tes potes, de rentrer tard, d'avoir des copines filles... pour trépigner ensuite quand les choses ne vont pas dans mon sens...et le traiter lui de connard..

Je n'excuse pas le connard, j'en connais des gros bien gras bien bandants aussi, mais super connards avant tout, avec une piètre opinion de l'éternel féminin, mais aussi de sa fourberie (à la féminitude). Il ne faut pas exclure le fait que sous nos aires de saintes nitouches ni soumises "je fais ce que je veux avec mes cheveux", on est doté d'un coefficient de connassitude pas négligeable.

Aux armes citoyennes!

Sinon j'aime beaucoup tes cheveux Marie!

Anonyme a dit…

J'aime les " gentils garçons ". D'ailleurs, tout n'est pas rose avec les gentils, il peut y avoir des problèmes d'engagement etc aussi ;). Jamais je n'ai été attirée par les connards, car pour m'investir dans une relation, j'ai besoin que l'autre soit à 100 % pour moi.
Par contre, j'ai l'impression que c'est moi la connasse... :/

M. a dit…

Suis totalement d'accord avec le long commentaire d'Anonyme de 4:42 pm, les meufs sont tres souvent les pires connasses qui soient, sans meme s'en rendre compte et en pensant etre dans le ''vrai''.. L'homme que j'aime et qui a a son actif plus d'une centaine de nanas et a rencontre enormement de personnes, m'a dit la meme chose, que les meufs se comportent la plupart du temps en castratrices et ne supportent pas lorsque les mecs aillent a l'encontre de leurs propres projets..

Qlqs anecdotes, une amie qui souhaite se venger de son mec car a parle 2mns avec une autre meuf, c'est plus tard qu'elle l'a su (par son copain meme!)..
Me suis retrouvee prise dans leur conflit, et le mec que mon amie a pris pour un connard a cet instant la, eh bien il etait totalement desemparee de voir sa petite amie lui faire des reproches infondes, me sentait mal pour lui..
Autre anecdote, un ex plan cul de mon mec qui baisait avec un homme marie, qui lui avait dit clairement que c'etait juste pour le cul, aucune promesse de sa part donc.. Eh bien lorsque le mec marie l'a lache car elle etait hyper envahissante, elle a appelle sa femme pour tout lui raconter.. Vengeance idiote faite par une idiote..

En somme les filles (je generalise mais bon!).. Les hommes sont des etres a part entiere, avec leur propre personnalite (comme tout un chacun!), alors arretez de vouloir les changer, si un ne vous convient pas trouvez vous en un autre, mais acceptez les comme ils sont, tout comme eux doivent vous acceptez comme vous etes, c'est ca l'amour!

Ah, et n'oubliez pas que la passion n'est pas que les premiers moments d'une relation.. C'est qlq chose de precieux qui se cultive!! 2 ans que je suis avec mon alter ego, et c'est en crescendo, jamais d'ennui..

Pour finir, commencez deja a etre bien avec vous meme, seule et independante, c'est vraiment la base d'une relation saine, entre deux personnalites qui se completeraient sans s'etouffer..

Bon, j'arrete la mon message de donneuse de lecon mdr, la bise les girls! Et les boys of course:-D

M. a dit…

desempare*, me sentais* desolee!

Anonyme a dit…

Hyper intéressant, comme d'habitude Marie.
Jamais tombée sur des connards mais de vraies crèmes, mais je vois mes copines souffrir de leurs relations en permanence... Ce qui est plus étonnant, c'est que malgré la tristesse que ça ne marche pas, j'ai souvent constaté qu'il y avait vis à vis de mes mecs à moi un genre de mépris du type "bon, c'est un gentil quoi". Comme si gentil voulait dire soumis ou inintéressant. Ca m'a toujours surpris, comment peut-on mépriser la gentillesse quand on se plaint sans cesse de tomber sur des connards ?
BREF. Juste une pistes, qui a été évoquée plus haut d'ailleurs, mais... je ne suis pas vraiment sûre que la plupart des mecs catalogués comme connards le soient vraiment. Certaines de mes copines sont dans un comportement d'hyper consommation, du type "je sors, il faut que je rencontre quelqu'un" et le lendemain elle te raconte la rencontre, la nuit, et tout, et tu demandes ce que fait le mec, ses centres d'intérêt, d'où il vient, et non, ma pote ne le sait pas, ce qu'elle veut c'est juste un mec, pas en particulier ce mec ... Et le mec finalement ne s'attache pas, mais elle, est-elle sincèrement avec lui ? Ou veut-elle juste enfin avoir un mec ?
Evidemment, ce n'est qu'un exemple, mais j'ai une amie spécialiste et à chaque fois qu'elle me dit à quel point c'était un connard, je me fais la réflexion qu'un mec qui sortirait avec moi juste pour être avec une fille, je ne pourrais pas le supporter non plus...

Stéphanie A a dit…

Il y a tant de choses à dire à ce sujet!
mon avis qui n'est que personnel repose sur le fait que l'on reproduit un même schéma, soit de retrouver le premier ex que l'on a eu, ne vous êtes vous jamais fait cette réflexion quand vous rompez avec un mec, oh j'aurai du rester avec lui (le 1er ex), j'aurai été peut être heureuse, que nenni!
ou bien la peur d’être heureuse, car par habitude on a été malheureuse en couple, alors dès que tout va bien, on se dit que c'est pas normal. La peur de la différence, de l'inconnu.
ou bien nous sommes constamment en attente de trouver un homme, et là cette attente nous fait faire des choix que l'on sait dès le départ qu'ils seront pourris!
alors, le mieux n'est pas de vouloir être avec un mec parce qu'il est beau,ou parce que c'est un homme, futilité, mais parce qu'il nous plait tout simplement dans tout et sur tous ses cotés!

mon passage à la trentaine m'apprend à prendre mon temps que plutôt le perdre!

bisous

http://ma-demoiselles.blogspot.fr/

Minhoi a dit…

Hou y'a beaucoup a lire...
Longtemps j'ai fréquenté du tocard du vrai le côté badboy attirant et oui moi je vais le dompter...mais quand on vieillit faut arrêter aussi.
Mon mari est réellement exceptionnel mais lui ça l'emmerde que nos potes le dise comme dit mon mec "la meuf qui gère ses gosses,la bouffe et tout le reste c'est normal moi c'est exceptionnel c'est bien que ceux qui le disent ont un soucis d'équité"
Les copines ou amies qui me dise que mon mec est trop bien une pâte et compagnie franchement je pige pas...parce que de leur côté forcément leur mec est du style à jamais se lever la nuit pour les gosses, a pas toucher a un balai, a pas leur envoyer des SMS dans la journée pour juste dire un je t'aime....mais si la meuf me dit que mon mec qui fait absolument tout ça est génial c'est bien qu'elle est pas super bien dans son couple ?? Ben pourquoi elles restent ?? Pourquoi choisir ce mec qui les fait pas rêver ?? Pourquoi lui faire des gosses et râler chaque matin que encore une fois elles ont gérer la nuit et les maladies ??
On dirait que les meufs ont suffisemment peu confiances en elles pour pas espérer mieux que leur glandeur goujats de mecs !!
Puis moi ça me gonfle quand ça parle mecs au boulot c'est les clichés "ha Ben c'est un mec..." Genre on doit forcément adhérer... Et genre moi je suis la conne chanceuse qui défend le sien...

Mais je pense quand même que beaucoup de meufs aiment a être des super wonder woman admirables comme l'était maman....donc faut pas qu'un mec vienne casser l'auréole.. Parce que part contre j'ai constaté qu'à l'inverse je suis une meuf chanceuse avec mon mec...par contre lui le pauvre ses pairs lui trouve pas la belle vie loool

Alexandra Gvz a dit…

Personnellement je pense que ce qui nous attire chez un "connard", c'est qu'on sait TB comment il se comporte avec toutes les meufs et qu'on a l'espoir que nous il nous traite d'une autre façon :) Ce qui serait le paroxysme de la vanité non ?

PersephoneAJ a dit…

Moi, je dis, tout ça c'est de la faute de Hartley Coeur à Vif. On a toutes kiffé Drazic, il était beau, il sentait bon le sable chaud mais surtout, c'était pas (toujours) un mec bien. Sauf que toutes les nanas arrivaient à le pécho, enfin je crois.
Alors évidemment, on se dit qu'on peut avoir notre Drazic, quitte à en chier un peu.
Je sais pas pourquoi je ramène ça à Hartley coeur à vif, mais ça me parait fort cohérent.
Un jour, parleras tu des Marseillais à Cancun ?

Marie a dit…


Mazette, toute cette lecture a été plus que bénéfique en ce qui me concerne, donc d'abord, merci à tout le monde!

Jade Cactus: Oui c'est vrai, le connard peut -être impactant, mais mon drame c'est que j'aime passionnément les gros égos...
Bise!

(madein) Faro: Mais la question est: est-ce qu'on peut trouver bien le sex symbol?
Bise Manon

Anonyme Amnade que j'aime et qui m'a manqué: J'allais te dire "oh pas de psychologie de bas étage mademoiselle... "et puis j'ai pensé à mon père à moi -__-
Je t'embrasse très fort aussi

Laurie: Ah oui ça se tient, ce qui s'ajouterait à ma peur panique de la réussite...
C'est terrible ce que tu décris de tes amies...
En tous cas, merci pour ton com, passionnant.

Première: C'est bizarre mais moi aussi j'adore! Parce que j'adore l'arrogance... J'suis grave...
T'as été forte!

Camille: C'est clair qu'il y a un vrai truc d'immaturité là dedans! Mais dans le même temps, est-ce que l'amour peut-être mature? Je me demandais...
Merci Camille pour ton commentaire!

lunelo: Je plussoie. Avec tout... Après, en tous cas en ce qui me concerne, j'ai d'abord choisi, ado, le gentil, c'était comme ça, alors qu'en vieillissant, il m'arrive souvent de choisir l'arrogant de service qui m'énerve autant qu'il me plait!
Merci en tous cas!

Lilypad: Alors ça présente au moins ce tout petit avantage, ça fait filtre ;-)
Bisous

Toph: Tu m'as fait trop marrer, tant de lucidité... Mais t'as tellement raison. Mais comme je disais au-dessus, c'est chaud la maturité en amour, c'est même un sentiment qui titille l'absolu contraire, non?

Anonyme: hannn, fat que tu travailles ;)
Je suis comme toi, il y a un paramètre attirance, désir que je ne peux pas le nier
Bise et merci de t'être racontée

emilie: ah oui, la notion de trophée, j'ai jamais trop eu mais c'est vrai que pour frimer, c'est pas mal

Anonyme: :))))) C'est énorme (je suis une bonne grosse connasse des fois)

Ninie Pouce: Ah oui bien sûr l'espoir....

Emmanuelle: Est-ce que je peux te piquer cette phrase que j'adore?

Louison: La lâcheté ça craint, je suis d'accord....
Merci Louison pour tes gentillesses :)

Une autre Laurie: :D oui alors pourquoi elle les choisit tout le temps?

zelda: ah ouais, le coeur en dents de scie, c'est vrai c'est cool, ça secoue :)

valhefar: j'aime bien me faire un peu mal aussi ;) Merci pour ton com, ton honnêteté, ton humour tout ça...
Bisous

Peregrine: Sa variabilité, c'est effectivement le plus relou

Caro: Oui il y a la question du sexy à aborder, mais la nana était en mode "love, amour, stabilité" donc...
Ah les mecs aussi!

Nathalie L: Je préfère le vrai gros con évident, pas de tricherie :D

Anonyme: Duras a dit qu'aucun amour ne pouvait résister à un inconnu dans un bar. Il faut choisir son partenaire aussi avec son cerveau, mais je ne me leurre pas sur la question du désir, il déglingue tout sur son passage! Je l'ai plusieurs fois expérimenté alors même que j'avais un regard plutôt lucide là-dessus. JE ne pouvais pas faire autrement.
Bise et merci!

Olivia: C'est une bonne philosophie, lâcher prise (j'expérimente mais ça a l'air pas mal cette histoire!)
Love Ryan grave! Comme tout le monde...

Nina Nagy: :D je leur transmets le message Bisous

LA griffe de Constance: Pas facile non ;-)

Elena: Crâneuse ;-)

lilo2: Oui je sais mais comme je le disais, tu crois qu'en amour la maturité est naturelle?

f-ming: Oh oui parle encore de Belle du seigneur :) J'adore...
L'ennui, oui, j'ai du mal à croire que ça puisse lutter devant le désir.

Marie a dit…


Anonyme: Excellente idée :)

Marion: C'est drôle cette perception du bonheur lisse et finalement un peu ennuyeux? Je me demande comment on fait ce lien là dans notre cerveau?
Merci pour ton histoire!

Strid: Ah oui? Ca m'intrigue théorie du hors profil

Sophie MC: Oui je crois que c'est précisément cela, la question du désir... Il déglingue tout!

Ysabelle: Un problème d'estime de soi ou une volonté de se faire un peu du mal. Exprès... Ah les humains sont vraiment étranges!
Bise

Carmen: Merci Carmen, c'est aussi riche pour moi... Des bisous indiens? Wahoua la classe

Anonyme L: Je vais dire un truc un peu sale, mais je crois que tu vis le mieux... Le plus équilibrant quand on aime les 2, mais je sais que c'est absolument dégueu ce que je dis... Bise

Mandarinebleue: L'oisiveté, tous les vices il paraît... Et quand on rajoute l'ennui, on est capable de s'inventer n'importe quoi....

Anonyme: Merci du conseil livre, je note, ça a l'air passionnant! Il t'a aidé toi?

Camille B: L'arrogance, ça paye clairement, ne nous voilons pas la face...

Anonyme: C'est vrai, tu as raison... Je t'embrasse aussi...

Anonyme bis: C'est vrai... et en plus de pas être très catholique, c'est malhonnête, finalement choisir quelqu'un c'est choisir ec qu'il est. Il n'y finalement que peu de surprises. Un de mes potes dit qu'on écoute jamais avec sérieux ce que les autres nous disent d'eux, il y a finalement pas de trahison là-dedans. En tous cas rarement!

Anonyme ter: ... On est beaucoup dans ce cas ;)

M.: Ce que tu racontes est édifiant. Balancer le mec, comment c'est sale!
Et oui, j'ai envie de dire amen un peu!

Anonyme: "Et le mec finalement ne s'attache pas, mais elle, est-elle sincèrement avec lui? Ou veut-elle juste enfin avoir un mec"...
C'est vrai, le changement de point de vue est la meilleure des armes, ça permet de faire le point sur ce qui est correct ou pas.

Stéphanie A: Alors moi, c'est tout le contraire du premier amoureux. Mais comme il paraît que le contre schéma est un schéma, ça se tient!

Minhoi: :D C'est vrai, il y a un manque de confiance des nanas.... T'embrasse branleuse du ménage ;-)

Alexandra Gvz: Oui, c'est exactement, la vanité absolue....

Persephone AJ: Et j'étais très amoureuse de Drazic... Comme par hasard... Et oui les marseillais à Cancun ça arrive (ne me juge pas)


Floflo a dit…

Coucou Marie,

Dans tous les commentaires les filles connaissent des filles qui aiment des connards... Je me trompe ou pas?
Perso je suis pas vraiment attire par les bad boys non pas du tout mais les histoires merdiques avec des connards alors oui ca c'est sure. Plus c'est louche et merdique et plus je plonge. Et le connard peut parfois etre aussi gentil.

Anonyme Amande a dit…

;-)
J ai perdu le mien pendant que j etais absente le mois dernier ...

Miss Nahn a dit…

Ma théorie sur le sujet c'est que nous avons toutes besoin d'être avec un connard (ou plusieurs, ça dépend du niveau de bad-boyerie des messieurs) à un moment ou un autre de notre vie amoureuse.
On se casse les dents, on tombe, on se fait mal, on pleure, et puis on apprend à ouvrir les yeux et on regarde enfin le mec bien.
C'est ce que j'ai pas mal vu autour de moi, c'est ce que j'ai vécu, et dieu merci, j'ai épousé ce mec gentil (et sexy, parce que le mec gentil aussi est charmant et sexy).
Et dixit mon good guy, eux aussi vivent la même chose: il faut se faire un peu mal avec une minette très mignonne mais qui fait passer les voyants à l'orange ou au rouge pour apprendre à voir et regarder celle qui fait tout passer au vert.
Bon, nous on a fait ça à 30 ans... on va dire que ça prend sans doute un peu de temps :-)