LE TARP' & LA MODE

30.9.11




Le tarp', c'est le cul, juste au cas où vous auriez quelques hésitations lexicologiques...

Je déménage ce week-end et suis meilleure en cartons qu'en "post à rallonge égocentrés". En plus j'suis claquée, j'ai aucun humour, laisse tomber.

Je n'aurai pas internet dans la minute dans mon nouvel appart, mais, essaierai de poster un maximum. Vive Mac Do et son wifi. Heureusement pour moi, ils ressortent le "M".

Mais je ne pouvais quand même pas vous laisser sans vous montrer les 2 photos postées par le Sartorialist  sur son blog cette semaine.

Le cul, le tarp', le boule, les fesses, la cambrure, appelez ça comme vous voulez (ouais je sais que cambrure n'est pas un synonyme, mais ça faisait bien dans la phrase) reviennent à la mode. Le cul moulé revient à la mode. Je suis ravie.

Hannelore_2470_R4web


Angelika_1541r2web


Je vous embrasse. Bon week-end.




TRANSPIRATION

27.9.11

photo (3)



Vous êtes chauds là?
Le titre de ce post n'est en rien une imposture, on ne va pas titiller le glamour et la grâce, vous voilà prévenus.

On va parler de sport. Vous noterez que c'est un peu la mode en ce moment et que je ne suis pas la première à le faire (il y notamment eu Garance qui nous a raconté son amour du yoga).

J'ai moi aussi repris le sport. J'ai pas pris le sport vu que c'est une vieille histoire lui et moi, non,  j'l'ai repris. Et pas forcément de gaieté de coeur.
Alors laissez moi vous parler de galère, de transpiration et surtout de l'orgueil de l'ex-sportive qui n'a pas voulu admettre que le temps passait pour tout le monde.

photo (2)

Le jour de mes 7 ans, ma mère m'a dit "Marie, t'es grande maintenant, tu rentres en CE1 et il est temps que tu fasses du sport".

Bien emmerdée, je ne savais pas du tout quoi faire. Du sport? Mais quel sport? Merde. J'étais vachement surprise, ma mère c'est pas le genre de mère à imposer des trucs, mais sur ce coup là, j'la sentais pas d'humeur à transiger.

Je lui dis que je sais pas quoi faire, elle me répond que le mieux est probablement d'essayer.

Bonne idée, tiens, mais je ne sais même pas si je veux faire un sport toute seule ou un sport collectif.Pour m'aider, ma mère me dit qu'elle, elle faisait du basket et comme elle connaît plein de gens au club, ça pourrait être un bon premier pas, au moins, je serais pas perdue.

Je ne me suis pas vue imposer le basket par ma mère, si ça ne m'avait pas plu, j'aurais fait de la GRS, ça aurait été pareil, j'en suis sûre.

La seule contrainte était de faire du sport, il n'y avait pas de précision.

Il se trouve que j'ai eu un coup de coeur immense pour le basket.
Le premier entraînement terminé, ma mère me demande "Alors, t'as bien aimé?".
Moi, dégoulinante, rouge (j'ai le sport rougeaud, ça n'a rien à voir avec mes possibilités physiques) lui ai dit, en toute simplicité "ouais, j'en ferai toute ma vie".

J'ai menti.

J'en ai fait 15 ans, des heures et des heures toutes les semaines, considérant que le ballon orange, ma course, l'équipe et le panier étaient les choses les plus importantes au monde.

Le sport, c'était une évidence, la question ne se posait pas.

Evidemment, mon corps d'avant vingtenaire sportive était un véritable avantage. Pas un avantage du type, je suis trop bonne, non, n'exagérons rien, un avantage du type, mon corps n'est jamais un problème. le complexe n'existe pas, le corps est une pensée fluide, jamais butante. Il suit le reste, ne freine rien.

Ca ne dure pas, je ne le savais pas encore.

Arrivée à la fac, je change de vie, de ville, fais la fête, sort avec mon amoureux, suis moins dispo pour mon équipe et puis, ne nous voilons pas la face, je faisais du basket parce que j'aime la compétition, la vingtaine pour les jeunes sportifs est un âge clé, si t'as pas encore percé, c'est chaud.
En plus le sport que je faisais n'était pas le football et, de surcroît, j'étais une fille. Bref, il fallait trouver, vite une carrière alternative.

J'ai choisi la clope, les sorties, la fac, l'abandon de la rigueur, et roule...


photo (1)

Ayant commencé le sport très tôt et le faisant pratiquement tous les jours, je ne m'étais jamais limitée dans ma prise de plaisir. Je parle de bouffe hein!

Je mangeais énormément, sans que ça soit jamais un problème. Peu de temps après avoir arrêté le basket, j'ai arrêté de fumer.

6 mois. 10 kilos. Vite essoufflée, je me demandais bien quel était l'intérêt de l'arrêt du tabac? Si c'est pour être moins en forme, hein, à quoi bon? Oui parce que je faisais le lien avec l'arrêt du tabac, pas avec celui du sport. Étrange esprit.

Je les voyais pas vraiment mes 10 kilos en plus, j'avais toujours été très mince, mon cerveau avait imprimé cette silhouette et c'était plus le regard des autres qui m'a mis la puce à l'oreille.

Bon, évidemment, mes fringues ne m'allaient plus, c'était pas la fête. C'était pas pour ma santé que ça me posait problème, il n'était que question de vanité.

Et puis surtout je n'avais plus rien d'une sportive, mais je restais convaincue que je le serai toujours, il suffisait simplement que je le décide.

VANITÉ ON.

Deux ans plus tard, je refume, je reperds tout le poids pris. Je suis hypocondriaque, j'ai peur du cancer, je veux arrêter de fumer mais je me méfie un peu. Toujours cette histoire de vanité. Je sais c'est tout pourri la vanité, mais que voulez vous, il vaut mieux considérer ses failles avec tendresse plutôt que de n'y voir que les preuves d'un esprit creux.

Il parait que c'est beau de s'accepter peu importe ses variations et ses complexes... Certes, mais si on arrive pas? La jeune vingtenaire arrogante et sculptée que j'étais, était très vexée.

photo

J'ai refumé comme ça, ne prenant pas de kilos mais me réveillant chaque matin avec la sensation dégueulasse de poumon froissé. J'avais horreur de ça m'en voulant chaque jour un peu plus de gâcher mon corps avec des conneries pareilles.

J'ai arrêté de fumer un peu par hasard. Je savais que malgré mes efforts, j'allais grossir. Je le savais. Ca n'a pas loupé. Mes slims étaient chaque jour un peu plus slims.

Mais arrêter de fumer c'est aussi commencer à ressentir les possibilités physiques de son corps. Ca me manquait terriblement.

Mon orgueil d'ex-sportive de haut niveau me disait que je devais refaire du basket là où je l'avais laissé.
Mais physiquement, j'étais limitée.


Il fallait d'abord que je refasse un vrai travail cardio. Course, piscine, vélo, des trucs qui me réhabituent doucement à l'effort. Je m'ennuie un peu, j'ai jamais aimé le sport pour le sport, j'aime avoir des objectifs à atteindre.
Et puis, l'orgueil me fait aller trop loin et trop vite, au bout de 2 semaines après un rythme trop extrême pour une reprise, je me démoralise.

PUTAIN.

VANITÉ OFF

Je commence à réfléchir, à me dire que la clé, comme avant, comme toujours, comme pour tout, c'est LA DISCIPLINE. Y a pas de mystère, c'est comme la clope, tu te réveilles pas un matin en te disant, "je suis enfin chaud patate truc de ouf, pour préparer un marathon".
Non comme tout le monde, il faut que je me chauffe et surtout que je me force. On a rien sans rien. J'suis mal dans mon corps, mal avec mes efforts que j'arrive pas à faire, très bien, au lieu de me plaindre, je fais.

Je me refuse à reprendre le sport avec quelqu'un. Il faut que moi je m'y remette seule.
Pour moi ça a été une clé, on dit qu'il faut avoir un pote pour faire du sport avec régularité, en ce qui me concerne c'est faux. La discipline ne se partage pas, au contraire. Si c'est juste pour faire genre et ne pas décevoir l'autre, on se trompe d'objectif.

J'ai regardé la réalité en face: JE N'ÉTAIS PLUS UNE SPORTIVE.
Qu'importe mon passé, c'était résolu et il était temps de passer une autre chose.

J'ai repris en douceur et j'ai repris dans de la nouveauté.
J'avais plus de 30 ans et n'aurai plus jamais le niveau physique au basket que j'avais, pour ne pas me démotiver, je devais tourner la page et faire autre chose.

J'ai choisi le footing, le plus pratique. J'ai cherché un programme pour débutants ( ici  pour ceux que ça intéressent).

Et je m'y suis tenue, je n'ai pas grillé les étapes et ai laissé tomber toute forme d'orgueil.

6 semaines plus tard, je courrais 30 minutes 3 fois par semaine. J'étais fière.

J'ai commencé cette année les cours de sport en salle. Je réalise un grand fantasme, celui de faire un peu de danse, c'est à l'opposé de tout ce que j'ai pu faire, ces salles féminisées au possible étaient le contraire de ce que je pensais être du sport.

Je m'y amuse beaucoup.

J'y vais tous les jours... Même les jours où je ne veux pas (1 jour sur 2 quoi!), je ne me laisse pas le choix.

Je m'y galère aussi beaucoup, mais le plus important c'est que je ne lâche pas.

Il n y a de miracle pour rien.

Je vous embrasse.

Les photos sont extraites d'un vieux Jalouse, le numéro 85 de Novembre 2005.

BUFFY ET MOI

26.9.11

spike---giles-spike-617224_649_634



Salut les copains...

2 fois dans la même journée s'en est presque trop!

Je vais donc la faire courte.

Le site Cinéflip  m'a permis de faire un truc qui me tenait très à coeur. Il m'a permis de parler d'une série que j'adore, dont j'ai régulièrement parlé sur ce blog (notamment ici ), à savoir Buffy, the vampire slayer (oui parce que quand tu es fan tu es puriste, seule la VO a le droit d'exister à tes yeux et, tu te forces à dire tous les noms en anglais, quitte à mal les prononcer... Mais ça, c'est parce que t'es puriste).

Alors je voulais vous le dire parce que les séries et principalement celle-ci, sont vachement importantes pour moi.

Le premier article du dossier (oui parce que c'est un dossier, un truc spécial pour les chômeurs et pour ceux qui ont le temps), c'est ICI .

J'ai un peu le trac, dites moi ce que vous en pensez.

Je vous embrasse à demain.

Ceci est post sponsorisé de moi à moi.

BIENVENUE DANS MA TÊTE LE DIMANCHE 25 SEPTEMBRE


Après avoir posté samedi, emballée à l'idée d'écouter Nirvana, je tape "Dumb" dans mon Itunes. C'est l'une de mes chansons préférées du groupe.

La version de l'unplugged s'affiche, et juste après, il y a Dumb I sound de Sufjan Stevens qui se lance dans le lecteur.



Sufjan je l'aime beaucoup, je n'ai encore jamais parlé de lui ici. À chaque fois qu'une de ses chansons arrive à mes oreilles, j'ai le ventre qui se serre un peu. Je ne sais pas vraiment ce qu'il dit, mais ce n'est pas très important.

Je vais regarder sa tête dans Google Image. Ce mec est beau en plus. Un poil desaxé, certes, mais vachement beau.

sufjantoomuch

sufjan_stevens-vesuvius


Je zone, regarde des interviews de lui. J'en apprends un peu plus sur la genèse de son dernier album, The Age Of Adz.

Il s'est vachement inspiré d'une artiste américain prophète auto-proclamé (pourquoi on s'emmerderait après tout?), Royal Robertson. Des images d'oeuvres de Royal Robertson illustrent tout l'album.

sufjan-stevens-the-age-of-adz
Royal-Robertson



De fil en aiguille (je fais trop bien la pensée qui vagabonde, hein?) je tombe sur des textes qui parlent d'Art brut. L'Art brut est un terme inventé par Jean Dubuffet, qui désigne les productions artistiques produites par des personnes qui sont exemptes de culture artistique (dixit Wikipedia. J'ai copié collé pour le coup). L'Art brut, c'est, vulgairement, l'art des fous.

Je suis nulle en art. Je sais comme ça à brûle-pourpoint ça veut pas dire grand chose cette phrase, mais c'est un peu vrai. La peinture, la sculpture m'intimident, je peux pas faire genre, il m'arrive même de me dire que je manque de références en la matière et que ma vision, hormis dans son aspect purement esthétique, est bien "pauvre".
Donc je n'ai pas de "goût" formé en la matière, j'ai des réflexes basiques, à coup de beau, pas beau et surtout évident.

Voilà pourquoi je suis pire que néophyte... Mais quand même curieuse.

Un texte parle de Judith Scott. Judith est ce que les américains appellent une "fiber artist". Trisomique, sourde et muette, elle est la soeur de Joyce Scott. Elle est placée en institution à 7 ans, après avoir été déclarée inapte à suivre un quelconque enseignement spécialisé. Elle y passera 35 ans de sa vie. Les conditions d'enfermement de Judith n'avaient rien à voir avec ce que l'on peut imaginer maintenant, il s'agissait plus d'internement psychiatrique. Elle n'était strictement pas en contact avec une quelconque forme d'éducation ou d'enseignement artistique.

En 1986, Joyce, sa soeur jumelle, obtient sa tutelle et l'emmène vivre avec elle en Californie.
 Elle entrera à la Creative Growth Art Center d'Oakland et réalisera, par la suite, ses sculptures, des cocons. 

Judith Scott--Photo 10001


dyn001_original_663_376_jpeg_38687_0622da66bdff189ced8525bda6376ada


j.-scott-2_untitled-548x423



kate_span

jud2


Il y a des tas d'objets dans ses cocons, tout est bouclé, tissé, caché, mais il y a plein de choses à l'intérieur.

Je vous embrasse, bonne journée.

A demain.

FRANCES

24.9.11

FB1 23656




C'est en lisant le dernier Grazia que j'ai pris connaissance des photos de Frances Bean Cobain prises par Hedi Slimane .

J'étais très amoureuse de son père, c'était pas de ma faute mais plutôt celle de cette connerie de génération.

Les photos sont très belles.

Et Frances est vraiment très jolie.

Frances_15_019


Bon week end.

A lundi.


Frances_07_050


Frances_05_132


CF023882


FB1 23715


FB1 23740

LES 10 OBJETS DE MA SEMAINE

23.9.11

essai 1_effected-003



Vendredi émotion. Sortir les kleenex. Le ♥ qui bat.
Je lance une nouvelle rubrique.

Ca s'appelle "Les 10 objets de ma semaine".

Je choisis 10 objets par semaine, des objets que j'ai utilisés, qui résument un peu les jours qui se sont écoulés.

Il ne s'agit ni de nouveautés ni de prosélytisme consumériste (ce qui serait un comble), non, juste des petits trucs que j'aime bien.

La description de la photo se fait de droite à gauche et de bas en haut.

 Carnet Moleskine

Sa couleur  est brut. J'ai longtemps cru que les carnets de cette marque était fait d'histoire avant de me rendre compte que peut-être, Moleskine se foutait de notre gueule .
J'adore les carnets, j'y note plein de trucs.
J'ai trop de carnets. J'sais plus ce que j'y note. Je perds mes notes. Pour quoi me donner un genre alors? Aucune idée... Peu importe, je continue, je continue à perdre ce que j'écris.

 Mes lunettes de vue, pas de marque

Payées rien chez un jeune opticien qui a trouvé de très vieilles montures dans la boutique qu'il venait juste de racheter. Les vieilles montures c'est dangereux, soit ça te fait la gueule d'un oncle dont le climax social et amoureux s'est déroulé en 1974 dans une usine Moulinex, soit ça fonctionne. Pour mon part, les lunettes fonctionnent vachement bien... Sur mon oncle aussi d'ailleurs!

 Autour de Lucie, Faux Mouvement

C'est un CD parfaitement. J'ai un poste CD dans ma salle de bain. J'écoute de la musique absolument partout, tout le temps et ai ressorti ces vieilles choses que sont les CD.
J'adore Autour de Lucie. Notamment les 2 premiers morceaux, "Je reviens" et "Je suis un balancier". L'album n'est pas sur Deezer, c'est pour ça que j'ai mis Sigur Ros dans le lecteur de ce post.

Murakami, Autoportrait de l'auteur en coureur de fond

 Un livre dont ma pote Marie-Cécile m'a parlé. Elle adore Murakami et la course. Je connais peu le premier et m'adapte petit à petit au second. C'est un livre austère, juste et humble. J'ai beaucoup aimé cette autobiographie.

BB Crème Erborian couleur dorée.

Tout le monde vous en parle? Vous trouvez ça relou?
Aucun de mes posts sur ce blog n'a été pour l'instant sponsorisé, si je vous parle de la crème Erborian en la mettant dans les 10 objets de la semaine, c'est qu'elle vaut vraiment le coup.
En la mettant, j'ai compris. Je mettais des produits trop riches sur ma peau et les couvrances étaient trop élevées. J'aime beaucoup, beaucoup, beaucoup (est-ce trop?) cette crème. Je suis très emmerdée, moi qui passais trop de temps à me maquiller, je sais presque plus quoi faire dans ma salle de bain. Je suis versatile du make up, mais là, si je change, c'est pour la beauté du geste et pour ne pas faillir à ma réputation, parce que, soyons honnête, je n'ai strictement rien à dire.

 Pochette en paille tressée

Trouvée sur une brocante, un euro. En la prenant, j'ai tout de suite changé d'allure. Une pochette ça transforme vite en un peu plus élégante quand même.

Lio, Amoureux Solitaire

C'est marrant, j'ai trouvé aux Emmaüs ce vinyle. On en parlait en début de semaine. Je me suis dit que c'était un trésor, qu'il devait être rare maintenant... En fait pas du tout, on peut le trouver sur Ebay à un euro. Je suis toute de même contente.

 Débardeur blanc découpé pour bien avoir les seins à l'air

Je n'ai aucune pudeur avec les débardeurs.

 Iphone 4

Mon téléphone. Que dire d'autre? Sans je suis perdue? Je déteste penser que sans je suis perdue. J'ai honte. Je l'aime. C'est une extension de moi. Faut-il que je me fasse hospitaliser? Ma génération est une conne.

Baskets Blazer, Nike

Ca c'est pour le sport. On en reparle lundi, j'aurai clairement pas assez avec quelques lignes...

Bon week end.

Je vous embrasse.


LE LISSAGE BRÉSILIEN, SES CHEVEUX, LA NORME

21.9.11

Cheveux natte






Hier un tweet de La lionne  me dirige vers un site. Un site promotionnel "vendant" des lissages brésiliens et des lissages japonais. Des trucs qu'on fait normalement chez le coiffeur mais que Jean-Louis David a décidé de vendre en supermarchés. Le site, J'arrête de boucler  (ces communicants sont-ils des gens sérieux?) nous montre deux demoiselles aux cheveux bouclés (mais brossés et c'est important de le souligner, aucun cheveu bouclé ou ondulé n'est à son maximum de beauté une fois brossé) et Emilie Albertini, tergiverser sur les inconvénients des cheveux bouclés, les brushings qui font perdre du temps et les lisseurs de poche.

Bon ça vous me direz qu'on s'en fout, chacun est content de ce qu'il veut, et chacun a le brushing qu'il préfère. En vrai j'm'en tamponne le coquillard.

Mais y a une question de mademoiselle Albertini qui a titillé mon oreille de fille bouclée et susceptible.

Emilie demande à Anna, bloggueuse:

Et toi du coup, ça t'inspire un autre look, ça te donne envie de t'habiller différemment, du coup d'être bien clean (NDLR: "clean" ça veut dire propre en anglais), tu vois d'avoir tes beaux cheveux.

Je ne compte plus les fois où un coiffeur (et toutes les filles bouclées ont vécu ce truc, j'en suis sûre) m'a dit, "on va aller devant pour le brushing....". Dernière provocation esthétique, "non merci, je les laisse sécher à l'air libre. Mes cheveux bouclent et je les aime bien comme ça."

Silence.

Les yeux du coiffeur à cet instant.

Parce que les cheveux bouclés, c'est encore assimilés à pas sérieux, foufou, abusés, pas hyper... Peut-être pas assez "occidental". Je ne dis pas que la raison est "raciste", mais comme il y a une histoire de "norme esthétique", je me demande qu'elle est le point de repère de cette norme.

En tous cas ce qui est certain c'est qu'il y a une volonté de normaliser, homogénéiser les physiques. Et ce site, ces vidéos, vont dans ce sens.

J'ai très souvent parlé de mes cheveux sur ce blog. Jusqu'à 14 ans je les détestais. Je les détestais parce qu'ils étaient différents et les cheveux raides et brillants de ma copine Anne étaient mon rêve absolu. Parce que les moqueries ça allait 2 minutes.

Un défrisage et je me suis calmée.

Quelques compliments plus tard, comprendre que quoi qu'il arrive, mes cheveux étaient plus de mon côté que ce que je croyais, j'en ai fait un point fort de mon physique.

On entend souvent qu'on veut physiquement ce que la nature ne nous a pas donné.

Typiquement qu'une fille à cheveux raides les veut bouclés et inversement.

Il y'a quelques mois, Garance Doré dans ce post appelé Être Soi  parlait de l'après traitement à la kératine et de, finalement, sa préférence à être une fille bouclée. Elle a, de ce qu'elle dit, longtemps voulu avoir les cheveux raides et puis finalement, pas tant que ça. Ses vrais cheveux ont fini par lui manquer.

Même son de cloche hier chez Marion . Alors que tout le monde, je me souviens, lui hurlait de renoncer à ce projet de traitement à la kératine, elle ne voulait qu'une chose. Avoir les cheveux souples et raides. 8 mois plus tard, ses cheveux lui manquent.

Comment on peut souhaiter un truc pendant tant de temps (demandez à une fille bouclée qui déteste ses cheveux, en général ça n'a rien d'une lubie, ça fait des années qu'elle ne veut que ça) pour s'en lasser et revenir à ce qu'on avait à la base? Evidemment, pas pour les cheveux mais pour d'autres raisons, je suis très souvent dans ce cas de figure, celui de vouloir quelque chose très fort pour ne plus le vouloir ensuite.

Je me suis d'abord dit, avec toute la misogynie du monde que ça avait à voir avec le caractère changeant des filles... Je me suis ravisée, j'ai eu un peu honte de penser ça... Alors j'ai arrêté.

Même si c'est pas des plus plaisants, les femmes restent associées, socialement, à un rôle esthétique, nous ne pouvons pas le nier.

Nous nous construisons, majoritairement, sous le prisme esthétique, de bonne présentation et de joliesse. On en a déjà beaucoup (trop) parlé dans ce blog.

Donc, dans sa construction, une fille se posera des questions sur comment elle doit faire pour aller dans sa joliesse à elle. Evidemment, les choses sont plus complexes mais surtout plus frustrantes. Se sentir moche parfois est normal, mais pour une fille, construite sous le prisme du rôle esthétique dont elle a hérité, c'est une souffrance. Parfois une culpabilité. Ca n'est pas qu'elle souhaite ce qu'elle n'a pas physiquement, c'est qu'elle est nécessairement insatisfaite de son enveloppe, alors, elle se dit, logiquement, que si elle change cette enveloppe, si elle se dirige vers un type de physique autre que le sien, elle, deviendra satisfaite.

Alors ça n'est qu'une idée, je me trompe peut-être.

Pour résumer, il ne s'agit pas de se dire que la femme est versatile et imagine toujours que l'herbe est plus verte ailleurs, non, l'idée c'est, encore une fois, une forme d'insatisfaction physique, douloureusement ressentie, auquel on donne une réponse. Le changement. Un changement sensé régler le problème d'insatisfaction de sa propre enveloppe.

Voilà...

Je me suis un peu emballée, mais je sais pas, vous en pensez quoi vous?

Evidemment, ce genre de choses ne s'applique pas à tout le monde, mais la réponse extérieure à un problème intérieur est quand même quelque chose que nous, on aime bien faire.

Je vous embrasse.

Bonne journée.

GARANCE DORÉ

20.9.11

Garance+Dore+Updos+Classic+Bun+W3EGRQJC95Rl






J'aime beaucoup Garance Doré .

Je trouve que le blog de Garance est le blog mode le plus abouti. Personnel sans être nombriliste, pointu, beau, de qualité,les posts y sont réguliers...

Je le parcours très souvent même les vieux posts y sont très inspirants.

Il y a eu des moments dans la vie de cette fille où je me suis perdue en tant que lectrice. Comme si les posts, les gens, les préoccupations s'éloignaient de moi (Mon nombril? Quel nombril!). Un peu comme ce que je raconte à propos de Jalouse. Il m'est arrivée de me sentir exclue de son blog.

Je continuais évidemment à le lire étant toujours, de toutes les manières, heureuse de voir de jolies personnes bien habillées.

Et petit à petit, j'ai recommencé à me sentir à ma place en tant que lectrice.

Le blog de Garance Doré est de toutes façons dans une autre galaxie, je ne pense pas qu'il y ait d'équivalent en France, mais d'un coup, cette fille qui était devenue une star de la blogosphère était redevenue une vraie personne.

Une vraie personne comme moi (ah ce nombril, incorrigible!). Ce n'est pas pour tout ramener à moi que je ramène tout à moi (ceci est une vraie phrase), mais simplement pour mettre l'accent sur l'empathie, le partage de sensations et d'expérience. C'est très important quand on lit un blog, non?

On a longtemps reproché à la blogosphère son indécence. C'est vrai ça, c'est très gênant tous ces gens qui racontent leur vie alors qu'on leur a rien demandé.

Quand on expose son "intimité", on récolte inévitablement des réactions violentes, c'est comme ça. Et, ne mentons pas, ça fait mal au coeur, même si tout le monde l'a compris, c'est le prix à payer. Mais à montrer son intime, on récolte des violences sur sa propre personne. Pas toujours facile à avaler.

Alors pour pallier toute éventualité, on est vite tenté de ne plus raconter grand chose de soi sur son blog. Ou des choses sans valeur, comme ça, pas de sens, pas d'investissement, pas de coeur. En un mot, plus rien d'intime. C'est une réaction normale, au moins elle protège. Mais soyons honnête, si on ne se raconte plus sur un blog, à quoi sert l'auteur?

En reparcourant le blog de Garance Doré, je me suis rendue compte que malgré le succès, l'immense succès (sûrement le plus grand en France), elle n'avait pas transigé. Il y a toujours de l'intime dans ses écrits et dans ses photos.

C'est pour son goût que j'aime cette fille, mais c'est pour son intime, qu'elle est ma préférence.

Ces derniers textes sur son arrivée à NY, son rapport à la bouffe, au corps et au sport (ici , ici , ici  ou ici  ) m'ont rappelée à quel point on pouvait, même sur un blog de "mode", partir de son nombril pour se rapprocher des autres. Qu'importe que cette fille ne soit plus dans la même galaxie, qu'elle ait des sacs Hermès, un appart à NY avec des briques rouges et un 5D collé à son smoking Stella, l'intime de cette fille me parle vachement.

Ah ce nombril...

Je vous embrasse.




BIENVENUE DANS MA TÊTE LE DIMANCHE 18 SEPTEMBRE

19.9.11

Lio



(Ceci est un post communément appelé du coq à l'âne)


Hier soir, dans une brocante, je tombe sur plein de 45 tours (toi, né en 1995, sait-tu au moins de quoi je parle?). Du Stone et Charden, du Bowie et du Michel Sardou.

Devant les t-shirts blancs bien coupés de Sylvie Vartan et les brushing de Diana Ross, j'ai envie d'entamer une toute nouvelle collection, des disques des 80's. J'ai super envie de chercher, de m'enthousiasmer, de chiner la rareté. D'un coup, par je ne sais quel miracle, je redeviens hyper sensible à l'imagerie 80's. J'ai envie de rotin chez moi, de masques vénitiens pailletés d'un goût pire que douteux et des disques que j'aurais trouvés.

J'ai moins de 2 ans, des bras potelés et, mon papi, sûrement par fierté et par nostalgie anticipée, me filme en train de me dandiner le tarp' sur Amoureux Solitaire. Je remue vachement, me marre à l'image et la fin de cette chanson de Lio est la seule chose qui réussira à me faire ouvrir la bouche et prononcer un mot: "encore". On peut pas mieux pour prouver qu'on aime. Le "encore" n'est pas hyper audible, ça s'apparente plus à un "mentore", mais qu'importe, ma mamie, répète après moi, pouffe un peu, par fierté aussi, pour bien montrer à l'assemblée, que diable je suis une enfant précoce...



Si vous cherchez un semblant de modernité à ce post, dites vous que 2011 a été l'année du producteur et musicien Jacno. C'est lui qui a composé avec Elli (Medeiros) le morceau Amoureux Solitaire.

Je rentre de la brocante, de fil en aiguille, je cherche des photos de Lio de 1980, 1982.

Certaines sont vraiment bien. Je découvre aussi son premier album, celui où il y a justement Amoureux Solitaires.

Il y a cette chanson



Ou celle-ci



Yelle n'a rien inventé, et puis j'ai l'impression qu'à se moquer de Lio, on en a oublié des trucs.

J'aime pratiquement tout l'album. La voix stridente de Lio, l'ennui un peu sucré qu'on ressent à son écoute, les paroles légères, vides de sens à première vue. Oui, c'est vrai, en 2011, j'aime beaucoup le premier album de Lio.

Lio13


Lio+zipadoowah

En cherchant, je vois qu'en 1987, elle a fait des photos nues pour Lui. Un magazine français aux mêmes types "d'ambitions" que Playboy, qui n'a pas marché. La publication s'est arrêtée en 1994.
Je vois les photos, l'érotisme des 80's n'avait pas grand chose à voir avec Youporn.

Les photos m'envoient sur un site, Acidpop .

le site est vachement bien, il y a plein de vieilles photos du magazine Playboy. Pas que des photos de Playmate, non des photos de gens que j'aime beaucoup et que je n'avais jamais vues.

J'aimais déjà bien la version un peu pointue de Playboy qui avait été lancée en France il y a 2 ou 3 ans. J'avais même écrit un post sur le sujet en 2008 . Mon côté pré-pubère sûrement. Mais là, j'ai envie de lire tous les vieux Playboy.

Sûrement mon côté pré-pubère, encore...

BarbaraBachPBjan81


(Barbara Bach, Playboy janvier 1981. James bond Girl et nana de Ringo Starr)

mick


(Mick Jagger, bouche des Stones)

Grace Jone Dolph Lundgren PB 1985 7 Juillet


(Dolph Lundgren aka le trop méchant qui a tué Apollo Creed dans Rocky 4 et Grace Jones aka la bombe et muse de Warhol et de Jean-Paul Goude. Culs nus. C'est Playboy bordel)

Raquel Welsh PB 12 DECEMBRE 1979


(Raquel Welsh aka madame "Bonjour toi" en décembre 1979)

Lou Reed PB 1985 8 Aout


(Lou Reed... Ouais le Velvet Underground, la classe en scooter Honda... On a tous besoin d'argent à un moment donné)

marianneFaithfullPBjuillet1980


(Marianne Faithfull... Et ouais. Marianne Faithfull dans Playboy et avec un gilet s'il vous plaît)

boderekpbmars80


(Bo Derek. Ses nattes, ses yeux clairs tout ça tout ça!)

travolta


(De rien. Tout le plaisir est pour moi)

Sylvester Stalone PB 9-SEMPTEMBER 1978


(Et enfin ma préfrence à moi).

C'est quand même pas que du cul du cul du cul Plaboy? Non, je ne cherche absolument à m'extraire de la place de "petite vicelarde du magazine" dans laquelle je suis en train de me mettre doucement, mais sûrement :)

Il commençait à se faire tard.

Deux photos de Birkin et Gainsbourg que je ne connaissais pas.

birkin


birkin7


Et enfin, je clique . Un article où François Lehr, un jeune photographe, raconte sa rencontre avec Peter Falk sur le tournage des Ailes du désir de Wenders, en 1987. L'hostilité de Falk, ses dessins, l'entrevue à Los Angeles avec sa femme. C'est un très bel article. Et puis... Et puis il y a ces deux photos là.

falk100 François Lehr


jumpingfalk par François Lehr


(Des All star. Peter Falk portait des All Star bordel!)

Après je suis allée me coucher.

C'était hier, sur l'internet.

Je vous embrasse.

Bonne journée.

A demain.

LE STYLE OU LA MODE? LA MODE OU LE STYLE?

14.9.11

jeremy-scott-adidas-originals-mickey-hi-2




En photo, notre Jeremy Scott, les baskets Mickey qu'il a créées pour Adidas dans les mains et une moue ultra boudeuse. Jeremy Scott est une star de la mode.

Loïc Prigent lui a même consacré un "Jour d'avant", l'émission dont je vous avais déjà parlé ici . Prigent a réalisé pour la télé américaine plusieurs "Jour d'avant" au format plus court. 25 minutes de moins. Et bien 25 minutes de moins c'est beaucoup "Le jour d'avant" de Jeremy Scott ou encore celui d'Alexander Wang ne provoquent absolument pas le même type d'empathie ou de nervosité chez le téléspectateur que les autres. On ne voit pas beaucoup de petites mains, peu de travail solidaire, les moments de magie qu'on voyait dans les grandes maisons de couture des autres épisodes ne sont pas visibles dans ces courts "Jour d'avant".

Bon, là n'est pas le sujet évidemment, vous aviez quand même pas cru que je ne ferai aucune digression?

Pour commencer je voulais vous citer une phrase de Jeremy (NDLR: familiarité excessive et inappropriée de l'auteur de ce post) tirée de son "Jour d'avant":

L'éternel débat: le style ou la mode? La mode ou le style? C'est un grand classique. J'ai besoin de m'exprimer et j'utilise la mode comme un moyen d'expression.

Jeremy a besoin de s'exprimer alors il a choisi la mode pour le faire. Et pour s'exprimer il fait des baskets Mickey Jeremy. je me moque gentiment, j'aime bien ce mec. Sûrement l'humour, qui peut résister à un mec qui fait des défilés avec ce genre de choses?


adidas-originals-by-originals-aw09-jeremy-scott-intro2jeremy-scott-4

jeremy-scott-bones
Un homme qui met des os sur des escarpins dans un business régit autant par les ventes, mérite tout notre respect.
Au début du reportage Jeremy, assis, éreinté par une nuit blanche explique la dimension du défilé qu'il est en train de préparer.
(Voir la mode, ses acteurs, nous expliquer comment ça fonctionne, malgré un cynisme assez constant, me ravit. C'est ça que j'aime dans la mode, comprendre d'où les choses viennent, comment elles sont réfléchies et construites.)

le défilé que Jeremy Scott prépare est, de ce qu'il dit, une parodie de la mode. une sorte de sketch, quelque chose qui se moque, mais qui, dans le même temps, est voué au même destin que les autres collections présentées cette même saison, être vendu. C'est à ça que sert la mode, non?

On voit une petite robe toute noire sur laquelle est inscrite "little black dress" par exemple ou un top ample, manches chauve-souris (-__-) sur lequel on peut voir écrit recto "style" et sur le verso "fashion". C'est le propos de ce post.

STYLE vs FASHION. FASHION vs STYLE.


Il faut savoir de quoi on parle. Jamais, et je sais c'est la honte, je n'avais catégorisé les choses aussi simplement que Jeremy venait de le faire à l'écran. Mais oui, je tournais autour du pot depuis 10 ans, en opposant Le Sartorialist au Face Hunter, par exemple. Je notais mes préférences, je savais qu'il y avait des choses qui me parlaient plus, mais ça n'avait jamais été aussi clair. Qu'est ce qu'on veut faire avec ses vêtements, avoir du style ou être à la mode?

Le style, sa quête est ce qui est le plus important pour moi. La mode est amusante de loin, mais courir derrière elle est pire qu'essoufflant, c'est un puits sans fond.

La mode m'amuse mais j'ai de plus en plus de mal à m'envisager vêtue sous le prisme de l'humour par exemple. La mode, si on veut s'y consacrer "corps et âme", nécessite plusieurs renoncements, comme le renoncement esthétique notamment(elle est loin d'être tout le temps gracieuse).
Jeremy Scott c'est fun, mais au vu des prix de sa mode, je trouve que ça fait hyper cher la blague.

Dans le "Jour d'avant" de la maison Fendi, Lagerfeld expliquait que tout ce qui était reproché à la mode était ce que lui aimait. Son mouvement perpétuel notamment. Après une sérieuse observation de Karl Lagerfeld, on ne peut que constater qu'il parle de la mode qu'il fabrique, pour les autres. Dans le cadre même de son business.
Non parce qu'il ne nous la fasse pas à l'envers Karl, il est sapé tous les jours pareil depuis 10 ans. Et les 10 années précédentes, c'était plus ample, plus japonais, mais tous les jours pareil aussi. Il se réinvente, certes, mais il prend son temps.
C'est comme si c'était mode pour les autres et style pour moi, non?

Voilà. J'enfonce des portes ouvertes, tout le monde avait probablement réfléchi à tout ça depuis longtemps, mais d'un coup, face à la nuque longue de Jeremy Scott, ça s'est éclairé.

Je vous embrase.

Bonne journée.


RICHARD YOUNG ET BIANCA JAGGER

13.9.11


Serge-Gainsbourg-and-Jane-006 richard young 
(Jane qui porte un pull résille Isabel marant... À moins que ça ne soit l'inverse.)








Richard Young, photographe.

Debbie-Harry-007 richard young

(Debbie Harry, chanteuse de Blondie)


Sophia-Loren-003 richard young

(Sophia Loren, madame grosses lunettes! Mais ça lui va hyper bien)


Elizabeth-Taylor-and-Rich-004 richard young

(Richard Burton qui galoche Elizabeth Taylor)


Dalai-002 Richard Young

(La Dalaï-Lama nettement plus moderne que ce qu'on imagine, imposteur va!)

Bianca Jagger, ex nana de Mick Jagger et maman de Jade.

Andy-Warhol-Bianca-Jagger-001

handbag


bianca3


bianca7


biancajagger

Image-4407 bianca
(Mais qu'est ce que foutait donc Warhol avec ses cheveux?)

Bonne journée, Suck my luv!


Une Chic Fille All rights reserved © Blog Milk - Powered by Blogger