Pages

4.1.11

LA MODE PEUT-ELLE ÊTRE HONNÊTEMENT DE GAUCHE?

peril-jeune-1995-07-g



Un soir, en matant l'émission de Taddeï, je tombe sur un débat.
Le thème: Pourquoi la gauche, en France, ne remporte plus de grandes élections?

Les invités ne sont pas tous de gauche, ni même tous franchement politisés mais sont tous d'accord sur le fait que le socialisme (qui n'est pas la gauche au sens large, on est tous d'accord, mais je généralise, par bêtise un peu, mais aussi par simplification, vu que le propos n'est pas là!) a de plus en plus de difficultés à s'imposer en "occident" (simplification encore), parce que la société, dans sa globalité, est contrôlée par des valeurs de droite. Il devient donc, compliqué, de convaincre des citoyens qui sont, consciemment ou pas, des capitalistes en puissance, qu'un modèle sociétal de gauche est une "bonne" alternative.

Je me dis de gauche moi.
Me dire de gauche est pratiquement une évidence, je ne me suis même jamais posée la question, c'était comme ça, une opinion peu réfléchie mais somme toute assez évidente (un peu bête quoi! De toutes façons c'est un peu comme si, avant 35 ans (voire 30), tu ne pouvais être que gaucho et athée... Ou alors tu passes pour un vieux con, non?).

Mon papi était un ouvrier activement communiste, et je me suis largement laissée convaincre que la gauche, en gros, c'était le bien, la morale, une volonté de modeler la société à l'image de l'Homme, de chaque Homme, quand, dans le même temps, la droite n'était qu'absence de morale et une volonté de plier l'Homme et ses desseins au profit désincarné.
Je me disais qu'il valait mieux caricaturer et ne pas faire preuve de trop de subtilité, vous remarquerez.

Bref, on en arrive au moment où le mec, je ne sais plus qui, démontre, le plus simplement du monde que la raison première pour laquelle la gauche ne gagne plus, c'est qu'elle tente de le faire dans un monde où chaque strate est imprégnée des valeurs de la droite.

"Ah oui", que je me dis. Sourcil relevé, je réfléchis. "Oh ben l'autre, qu'est ce qu'il raconte. Non, c'est pas possible, papi n'aurait jamais pu laisser faire ça. Papi ne m'aurait jamais laissé devenir une fille de droite! Ils se trompent chez Taddeï ce soir".

Pourtant le doute s'est immiscé dans mon esprit(Y a un suspense de malade dans ce post, laisse tomber!).

L'émission était terminée, j'avais le temps de réfléchir plus posément à cette question de "valeurs de droite". En plus, je me sentais libre de le faire papi allait sûrement voter Sarkozy aux prochaines élections, il n'était donc plus vraiment en position de me juger ou d'être en colère...


Donc, suis-je, dans le fond, une fille de droite? Pire, une fille fondamentalement de droite mais qui se cache sous un costume de gaucho altruiste parce qu'elle n'assumerait pas?
Se dire de gauche (la conscience restant donc immaculée) et sur-consommer, exploiter, même indirectement les pauvres (9 euros un pull chez H&M, ça cache toujours un truc) c'est tout de même bizarre, non?
Je ne serais donc ni de gauche, ni de droite, mais une lâche.

Serais-je une grosse arnaque?

Réfléchissons:

Admettons, le socialisme c'est la gauche et le capitalisme c'est la droite.
Qu'est ce que me dit Wikipedia quand il m'explique ce qu'est le socialisme (je suis à donf' de références moitié sérieuses et d'arguments limites, je sais, mais laissez moi finir)?:

Socialisme : est un type d'organisation sociale fondé sur la propriété collective des moyens de production (Déjà, l'idée même de mes achats chez H&M et Zara sont super mal barrés!).

Le mouvement socialiste recherche une justice sociale, condamne les inégalités sociales et l’exploitation de l’homme par l’homme, défend le progrès social, et prône l'avènement d'une société égalitaire, sans classes sociales.

Au vu des de cette définition (pas hyper représentative de ce qu'est, à l'heure actuelle le socialisme européen, si je ne m'abuse), le fantasme de ma conscience de gauchiste, a envie de chialer... Quant à mon cynisme, il a bien envie de me "loler" un bon coup!

Après avoir vu le débat à la téloche, je pose la question sur Twitter ("la mode peut-elle être de gauche?") et des filles, aimant la mode, me répondent que "oui bien sûr, on peut être de gauche et aimer la mode!". J'ai été brièvement rassurée, je n'étais donc pas une imposture... Mais 10 minutes plus tard, je devais me rendre à l'évidence, je suis une imposture.

Je me pense de gauche, j'aimerais être de gauche, activement, concrètement, mais les idées ne valent-elles pas surtout par les actes?
Comment pourrais-je être de gauche en sur-consommant? Comment pourrais-je être de gauche, véritablement, en achetant de la sape faite au Bangladesh?

La mode, manifestation de l'éphémère, qui nécessite, un renouvellement régulier (sans aller jusqu'à la compulsion non plus), peut difficilement "être" de gauche, non?


Je vous embrasse, bonne journée.

41 commentaires

LAKIMA a dit…

Hello, ton récit est très intéressant!!!!!! Pour faire bref cette gauche là , c'est la gauche caviar dont je fais partie moi aussi et qu'il faut assumer!!!!!!! ( euh, sauf si mélenchon prend le pouvoir alors là je partage TOUT , pas envie de me faire couper la tête!! ;))Bref, le socialisme c'est aussi faire comprendre qu' à certains français, on refuse d'augmenter de quelques euro leur salaire alors que ces mêmes patrons sont rémunérer des millions d'euro sans que cela ne choque personne? Ils sont trop forts ces mecs!!!!!! lls sont même arrivés à faire supprimer la retraite à 60 ans!!!!!!!!! Si tu veux continuer va sur le blog de paul jorion (d'ailleurs souvent invité chez Taddei ou lis "indignez vous" d'hessel ou offre le à ton papi (le mien aussi avait sa carte du PC lol!!!!!). Et la mode dans tout ça? moi aussi j'adore tout que la science, la culture, la littérature, l'art ... accessible à tous!!!!!!!! bise ma camarade!!!!!!!! ;D

Amd a dit…

Il est clair que que nous sommes face à une réelle évolution, une crise de la gauche aujourd'hui mais peut-on réellement revenir à ces valeurs ? Même les plus engagés n'ont plus autant qu'avant ces valeurs ancrées en eux. On le voit lors des manifs ou des meetings du PS, petites chaussures italienne & polo Ralph Lauren, voilà à quoi ressemble la "nouvelle gauche". Alors oui la gauche revendique des valeurs de partage, éthique, populaires mais qu'en est-il de ceux qui sont censés véhiculer ces valeurs ? Pas grand chose finalement.
Donc don't worry Marie. Je reste intimement persuadée que l'on peut aimer la mode et être de gauche...
Les premiers anti-conformistes qui voulaient justement s'affranchir des diktats étaient de gauche et finalement ils instauraient et suivaient cette mode cool, free et peace...

Bonne journée !

Alexia a dit…

Etre de droite en étant jeune m'a toujours paru paradoxal, parce que la droite se fonde sur le principe du conservatisme. Vouloir conserver des trucs quand on a rien (qu'on est jeune donc) me semble assez marrant. Ou alors on veut conserver ce qu'ont nos parents, pour peu qu'ils aient quelque chose? C'est une triste vision du monde, non?

Acheter chez H&M ce n'est être ni de gauche ni de droite, c'est participer à l'exploitation capitaliste du sud économique. Parce que notre système est effectivement, capitaliste... A l'heure de la mondialisation, les notions de gauche et de droite sont transcendées, et le seul moyen de se donner bonne conscience c'est d'acheter 'handmade', 'secondhand', 'green', etc.

Isis Potins a dit…

Ton post est exellentissime !!!
C'est la question que je me pose depuis que j'ai l'âge de voter... j'ai grandi dans un milieu pro Mitterrand.... mais c'est vrai que j'aime le beau, que je râle contre les 35 heures qui ont plombé les rédactions, donc moins de piges pour les pigistes...
H&M on exploite les petits chinois et on soutient les capitalistes.
Merde tu as raison je suis de droite ????
Tout sauf Sarko car là je le prendrais comme une insulte !
Isis

Oh, les habits ! a dit…

Ça fait plaisir (enfin si on veut) de voir ce sujet abordé dans un blog mode ; je suis moi aussi "de gauche" et surconsommatrice de sapes. Donc une menteuse, une fausse "de gauche". Mais, intrinsèquement, au départ, aimer la sape, le froufrou, la décoration de soi-même, ça veut pas forcément dire qu'il faille les acheter !? Ce n'est pas forcément une envie "de droite", mais peut-être qu'elle est satisfaite dans cette société par un comportement de droite ... C'est la société où on est qui nous le montre, déjà, une méga tonne de froufous, et puis nous dit "ah bin c'est à vendre hein" (et nous on les achète : maaaal. Oui, assumons !). Dans certaines tribus d'Amazonie, c'est les hommes qui se pomponnaient (sans importance ici), et ils fabriquaient leurs parures tous ensembles, à base de bidules ramassés dans la forêt ... En fait, je pense qu'il y a peut-être une alternative : acheter des fringues éthiques, des fringues d'occasion, s'échanger nos fringues, et oui, se les fabriquer.
Bonne journée !

Anne a dit…

J'en sais rien hein, mais si la mode de gauche était celle des riches ? H&M, Zara et consorts, pas bien... Chanel, LVMH, respect de l'artisanat, des créateurs, des petites mains, des travailleurs... je schématise évidemment.
Paradoxal mais au point où on en est du débat, la question se pose : les gens de droite auraient-ils une mode de gauche et réciproquement ?
Ton article était très intéressant. Merci.
Bisous
Anne

shoubbi a dit…

Excellentissime post ! ça m'a fait pensé à une copine qui se revendique de gauche tout en disant "non mais on sait très bien que je vais finir par voter à droite, j'adhère à rien de la gauche, c'est plus le concept". Bah voila le problème! Je trouve ça difficile de se dire de gauche si on aime le concept mais pas les idées proposées/mises en oeuvre...

En revanche le principe évoqué dans les com' plus haut "on peut pas être de droite quand on est jeune" ça me fait doucement rigoler... Dans ce cas la, quand on est vieux on ne pourrait plus être de gauche? Bah non! laissez les jeunes pensez ce qu'ils veulent, et si ils veulent être de droite, c'est eux qui seront obligés de porter des polos et des pulls noués autour des épaules ;)

Et se dire socialiste, c'est quand même croire en autre chose que la société de consommation... Quand on voit un H&M ou un Zara un samedi après midi, ou pire en période de soldes, c'est quand même hyper individualiste, zéro entraide et 100% capitaliste... Pas très représentatif des valeurs de gauches, à mon humble avis ;)

Inès a dit…

Post très très intéressant, je vais essayer d'apporter qq réponses...
En fait, je crois qu'il y a une notion qui manque dans ce post : le capitalisme.
Et effectivement, à notre époque, il est inconcevable pour un pays dans un monde internationalisé comme le notre de revenir à une économie socialiste (regardons la Chine, par exemple, qui se dit à économie socialiste de marché... Purement aberrant). Donc voilà, ce n'est pas un problème de droite ou de gauche, ce n'est pas parce que l'on est à gauche qu'on ne doit pas consommer ; non, l'une des valeurs fondamentales de la gauche se porte sur les inégalités sociales, comme cela est bien expliqué dans ton article. Ce n'est aucunement un frein à la consommation, puisqu'il faut bien différencier économie et valeurs sociales... Donc on peut très bien être de gauche, consommer puisque nous sommes dans une société capitaliste qui "exige" que pour vivre, nous consommions et il est dans la continuité de cette logique d'acheter des fringues, oui. Et cela sans intervenir dans l'idée "gauche/droite", puisque de toute manière, les deux sont influencés par le capitalisme. C'est pour ça que nous vivons une époque de "confusion des genres" : on a beaucoup de mal à savoir quels idéaux porte la gauche, qui autrefois s'était affirmé par la justice sociale (Mitterrand, tout ça tout ça) et qui aujourd'hui ne sait sur quel pied danser face à une droite qui baigne parfaitement dans l'ambiance "économie de marché".

Voilà, j'espère avoir répondu à ces qq interrogations, et j'ai toujours trouvé ce débat très intéressant. Donc la mode peut être de gauche. :)

Anonyme Amande a dit…

Je ne rajouterai rien au propos, les autres filles (en particuliers Ines a mon avis), l ayant tres bien etaye ;-)
Ca me fait juste penser aussi a l ecologie... On est d accord qu aucun d entre nous n est pour la destruction de la planete etc... pour autant, sommes nous prets a faire les concessions necessaires pour se revendiquer comme des humains concernes par la nature ?
Mais je crois que j ai un peu trop devier du sujet de base...!
je t embrasse, ravie de te relire enfin !!!

Myriam a dit…

Ton analyse est vraiment très intéressante personnellement je ressens ce malaise...en lien avec mon histoire familiale et mes valeurs je me sens de gauche mais clairement quand on se pose 5 min pour réfléchir sur notre mode de vie on se rends compte qu'on est loin d'appliquer au quotidien certaines de ces valeurs tellement on est ancrée qu'on le veuille ou non(a moins d'etre vraiment reac et engager) dans la société de consommation...j'ai 23ans et je suis un peu paume sur le plan politique commen pas mal de jeunes on ne sait plus vers quoi ou qui s'identifier...on a pas connu ce combat révolutionnaire,cette importance de s'impliquer et d'avoir une conscience politique comme nos aines...on arrive a un tournant finalement...on vit dans une société individualiste et je crois que ce schéma droite gauche est a redéfinir peut etre...mais je pense s'en prendre conscience et y réfléchir est déjà une étape...bisous et bonne année

Balibulle a dit…

Post et commentaires passionnants ! C'est toujours enthousiasmant de voir une telle qualité de réflexion et d'interaction sur notre bonne vieille blogo 100% futile. Je rejoins particulièrement l'analyse d'Inès. Et comme toi, je me suis moi aussi demandé, en voyant la manière dont je vis, si je pouvais encore, malgré les bulletins que je glisse dans l'urne, me prétendre de gauche...
D'autant que le sujet est touchy sur la blogo. Un post où je recommandais à une étudiante de travailler, comme moi, pour pouvoir s'offrir les fringues dont elle rêve (plutôt que de compter sur la générosité de ses parents ou des marques) m'a valu de me faire traiter de "succursale de l'UMP" par une lectrice. Comme si la "valeur travail" était uniquement une valeur de droite et que pour être de gauche (je schématise) il ne fallait surtout pas chercher à bien gagner sa vie... Alors dans ce beau micmac, j'ai choisi de ne plus choisir... mais j'attends quand même grave DSK l'année prochaine ;)

Amélie a dit…

C'est une question interressante et un débat que j'ai eu avec mon frère il n'y a pas longtemps car lui pense que à partir du moment où tu consommes tu cautionnes le système et tu es donc capitaliste. Je trouve ça un peu réducteur à partir du moment où t'as pas vraiment le choix, on peut pas tous aller vivre dans les bois et se nourrir de baies sauvages en dormant à poil au milieu des fougères! Et on a pas tous les moyens non plus de consommer équitable, local et bio pour tout et surtout pour les fringues!
Personnellement je pense qu'être de gauche c'est avoir une certaine ouverture d'esprit, ne pas penser qu'à sa gueule et prendre un peu ses responsabilités, mais c'est juste mon avis!

BonneAnnée! a dit…

Etre de droite ou de gauche ne veut pas vraiment dire grand chose aujourd'hui. Il suffit de se tourner vers les rouages de la finance mondiale pour se rendre compte que ce n'est pas la politique qui prend les grandes décisions. Finalement la mode comme tout est embrigadé dans le système du profit à tout prix. A mon avis, il la gauche n'existe plus, il y a du libéralisme plus ou moins modéré. D'ailleurs, le marché gagnera toujours, quelles que soient les décisions gouvernementales...

la pie qui chante pour un oui pour un non a dit…

En fait, ce qui est assez paradoxal, c'est qu'on peut aimer la mode et être de gauche si on gagne beaucoup d'argent. En tout cas assez pour consommer local, made in france, etc...
Non?
Si.
J'en sais pas plus, hein.
Mais alors pour être vraiment de gauche, faudrait-il aller élever des chevaux (oui, je préfère aux chèvres) dans le Larzac?

Iris a dit…

Je travaille pour vivre certes, mais dans un domaine qui me donne le sourire en me levant chaque matin parce qu'il est question de créativité et de compatibilité avec ma personnalité et non de carrière et de gros sous...
J'aime les fringues parce que j'aime exprimer mes gouts,mes humeurs, bref encore ma personnalité via elles... Mais je n'ai jamais été fan de mode, magasines, tendances, etc.. je me sens en marge de tout ça...et c'est vrai que tout pousse à la surconsommation..
La solution? les fripes... beaucoup de modèles de toutes époques, beaucoup de marques (et pas des moindres), beaucoup de qualité et des fringues quasi neuves (surconsommation et dc survide-dressing oblige) à des prix dérisoires défiant toute concurrence!!
de quoi satisfaire son gout pour l'originalité et la qualité sans se ruiner et sans participer à une consommation de masse...
de plus, lorsque je fais un peu le vide dans mes armoires, je donne et re-alimente le circuit des seconde mains....
;-)

la pie qui chante pour un oui pour un non a dit…

Oui! Il y a ça aussi!
Merci Iris!!!!!
Vive la fripe!

Marie a dit…

LAKIMA: Mais la gauche caviar elle serait pas un chouïa hypocrite tout de même? Je grossis le trait bien sûr mais c'est tout le propos, comment la gauche peut être, honnêtement bourgeoisie, ou tout du moins en adoptant des comportements bourgeois?
Bise à toi aussi :)

Amd: Non bien sûr qu'on ne peut pas revenir à ces valeurs, pas de doute pour le moment, mais je trouve que le discours est finalement pas très honnête, c'est fastoche de se penser de gauche tout en adoptant, dans le même temps, des comportements économiquement à droite.
Mais c'est vrai, il y a un point que je survole, c'est la distinction qu'il existe entre mode et consommation, elles ne sont pas synonymes.
Bise.
Bonne journée.

Alexia: Ah c'ets marrant cette idée que jeunesse rime avec gauchisme, j'en parlais dans mon post avec distance.
Mon premier amoureux sérieux était à droite, franchement libéral, on se frittait en permanence, mais il était sereinement à droite et dans le même temps assez rock'n'roll... Comme quoi!

Isis Potins: :) t'es comme moi, une fausse gaucho ;)

Oh, les habits!: Exactement ce que je disais précédemment en réponse à un com, oui, aimer la mode et consommer sont deux choses différentes. De manière subtile maintenant, mais tout de même.
Bonne journée à toi aussi. Bise.

Anne: Tu as raison, je n'ai jamais aussi mal consommé que super pauvre. Mal foutu quand même!C'est probable oui, j'ai, pour ma part des idées très arrêtées sur les ultra gaucho et la fashion... Et c'est les pires clichés de la terre.

Shoubbi:" C'est plus un concept", c'est sublime comme phrase... :)
Mais n'y aurait-il pas, finalement, une manière d'assumer plus facilement son mode de vie et son mode de consommation en vieillissant? C'est peut-être pour ça que l'anarchiste citadin cinquantenaire n'est pas si courant.

Inès: Différencier économie et valeurs sociales, bien sûr, c'est ça...
Merci en tous cas, j'ai beaucoup aimé ton commentaire :)

Amande que j'aime: Le parallèle avec l'écologie est vachement bon. Moi je suis craignos comme écolo, mais pour le coup, j'avais rien promis à personne et j'ai jamais fait genre que je ne prenais pas de bain ;-)
Je t'embrasse et merci <3

Marie a dit…

Myriam: ton com est vachement touchant? Oui, où aller, y a du vide identifier à remplir, il passe, pour nous, par la consommation, mais il pourrait être autre que ça serait pareil. Où aller? Qui croire? Quel parti? Quel modèle sociétal?
Pas gagné, mais on va y arriver...
2011 sera spirituel (pas religieux hein!)

Balibulle: La valeur, plutôt à droite, qui est très importante pour moi, c'est le mérite; les choses se mérite. Je réagis à la bête réflexion qu'on t'a fait en com...
Cette idée que la gauche serait le bien, l'amour de l'autre, j'avais grossi le trait dans le post, et la droite quelque chose de suspect, me révolte un peu.
Les choses ne sont jamais si évidentes.
Le travail et, conséquemment, la vertu, sont des valeurs très importantes je trouve.
Mais oui, et le bulletin ne serait-il pas une blague que l'on ferait à notre quotidien?
Bise.

Amélie: Je trouve ça un peu réducteur aussi ;-)
ce que tu dis est juste, quand tu parles e vivre dans la forêt et qu'il n'est pas forcément évident de consommer "correct".
En revanche je pense que l'ouverture d'esprit n'est pas une qualité de gauche. La droite ne ressemble pas à ce que l'on vit en France depuis 3 ans et demi.

BonneAnnée: Oui tu as raison, la politique ne prend plus de décision, les belles idées démocratiques encore moins... "du libéralisme plus ou moins modéré", tu as sûrement raison.
Dommage hein!

La pie qui chante pour un oui ou pour un non: Non je ne pense pas Et puis quand bien même, ce n'est pas forcément mon cas, mais être de droite et humaniste n'est en soi, pas contradictoire...

Iris: Oui la fripe est la plus simple des alternatives... Merci en tous cas de montrer que la mode et la consommation, encore une fois, sont 2 choses différentes.

Alexia a dit…

Je dis pas qu'être jeune c'est être de gauche et vieux de droite, je parle des valeurs de droite (conservatisme) qui me semblent être dépourvues d'élan et d'énergie (ce qu'on trouve chez les vieux, mais encore plus logiquement chez les jeunes).

Ah et je plussssoire BonneAnnée!
Ca me fait pas plaisir, mais je crois qu'elle/il a raison...

fanny a dit…

bonsoir!

super débat,excellent tout ça!
je n'ai pas envie (par paresse)de trop développer,mais je pense qu'on peut être de gauche ET aimer la mode!
à condition de voir la mode comme un simple passe temps...sinon aimer la culture en général pourrait devenir également un "anti appartenance à la gauche"!

pour illustrer mon propos: je boycotte certaines marques pour telles, ou telles autres raisons (que je ne peux exprimer ici)ce qui me permet d’être certes consommatrices mais sans être trop con(so...) non plus ;) et tant pis si cette petite robette dans la vitrine est trop mimi,je ne la mettrai pas un point c'est tout,parce que mes idéaux et ma logique ne pourraient cautionner cet achat!

merci pour ce sujet, j’espère en voir d'autres de cette qualité!

ps : moi les jeunes qui votent à droite me font doucement rigoler,pas tant ceux qui votent ainsi par "héritage familial politique" car là il s'agit d'absence totale de conscience politique,mais ceux qui pensent acquérir un pseudo statut social qualitatif en brandissant leur carte UMP parce que chez eux c'est la "loose" : papa est garagiste et maman femme au foyer (caricature hyperbolique on est d'accord...) ceux là je pense sont de grands complexés,et me paraissent autant pathétiques que les nanas qui achètent des contrefaçons(pour revenir à la mode)

bonne année

Benedicte a dit…

Très intéressant post. Effectivement je suis toujours plus que mal à l'aise devant les bobos parisiens qui se disent de gauche et claquent un smic chez Merci. Moi, je ne me sens ni de droite ni de gauche ; déjà je n'aime pas et n'ai aucune confiance dans les hommes politiques, de quelque bord que ce soit, et en fait, je suis de droite parce que je suis économiquement assez libérale, je n'aime pas l'"assistanat social" pratiqué en France, ni la lourdeur de la fonction publique de notre pays ; mais je me sens de gauche parce que je crois que l'économie doit avoir des garde-fous et qu'il faut accompagner les plus fragiles, entre autre. Mais ce que tu dis est extrêmement vrai , les gens qui se disent de gauche aujourd'hui, ne vivent pas, selon moi, en accord avec leurs convictions, tout simplement parceque notre modèle de société est très ancré à droite (je pense notamment à la consommation, voire même au racisme, qui même s'il est "honteux" et peu exprimé est latent partout). Il est très amusant de noter que les ados notamment sont hyper "réacs".

fanny a dit…

Je suis dans le même cas. Parents et grands parents très engagés à gauche, espèce de tradition familiale qui fait que je ne me suis jamais posé la question de mon orientation politique.
Mi décembre je fais les magasins avec un amis. on rentre dans un magasin et il me dit "ca sent la chine" (comprendre : le plastoc). j'achète une paire de chaussures et on repart. il me sort d'un coup : tu te prétends de gauche mais tu viens d'acheter des chaussures fabiquées à l'autre bout du monde par des gens exploités et sous payés, tu encourages le capitalisme. difficile de répondre à ça, mais j'essaye de lui expliquer que bah ouais mec mais tu vois je suis étudiante et je peux pas vraiment me payer une belle paire en cuir fabriquée en Italie par des mecs payés plus que le SMIC.
D'où l'idée qu'être de gauche et surtout entretenir les valeurs de gauche, ça coûte cher.
pour être de gauche, il faudrait donc être friqué. Pourtant, idée reçue ou pas, ceux qui peuvent se le permettre sont généralement de droite car la droite va encourager l'accumulation de richesses alors que la gauche cherche à les redistribuer.
débat sans fin non ?

Anonyme a dit…

Non mais les filles vous vivez dans quel monde ? Arrêtez de faire semblant de réfléchir. Dernier commentaire, de Fanny, qui n'a pas les moyens de se "payer une belle paire en cuir, etc." - à qui espères- tu faire croire un truc pareil ? À qui espères-tu faire croire que tu n'as qu'une paire de chaussures ?

Iris a dit…

“…with searching, beauty can be found in the most unlikely places,folly is essential, and luxury doesn’t mean spending lots of money.”- Jessica Kerwin Jenkins, Encyclopedia of the Exquisite

minhoi a dit…

tout comme ines !

et puis en ce qui me concerne le métier que je fait plus le fait d'etre très mal payée, milieu hospitalier avec plus de dix ans d'ancienneté et a peine un smic m'aide a garder les pieds sur terre et un lien avec les réalités sociales.

j'aimerai acheter un bon vieux darel fabriqué en france plus souvent mais voila je prefere avoir dix pulls pour l'hiver que seulement deux darels donc je tape chez zara aussi.

le soucis que tu soulève reviendrait a dire que soit :

- seuls les riches ont le droit d'etre de gauche parce qu'ils privilégierons l'achat chanel plutôt qu'un sac chinois

- on choisit de se saper uniquement en vide dressing donc seconde main et on rachète a des riches leurs sapes

- on est un vrai de vrai militant et on se contente de deux pulls, trois futals et deux jupes made in france par an.

je pense qu'on a pas besoin d'etre toujours jusqu'au boutiste pour se qualifier d'etre d'un courant ou d'un autre, comme ça a été dit plus haut pour se dire écolo faut il vraiment vivre en autarcie, produire son electricité, son potager, renoncer au net, au téléphone, a la bagnole j'en passe et des meilleurs ??

on a forcement des comportements qui trahissent nos convictions c'est évident, mais l'essentiel de ce que nous sommes reste le plus important et je pense pas que le fait d'acheter beaucoup de sapes soit représentatif de ce qu'est une personne humainement enfin j'espère pas sinon c'est très restrictif comme jugement.

Alec a dit…

Débat très intéressant en effet. Ma réflexion est que je suis, je pense, plutôt de gauche, dans le sens où je suis pour un monde plus juste. En effet, je suis écœurée de voir les pays riches écraser le pays pauvres pour plus de confort (par exemple, saccager les terres d'Afrique pour cultiver des haricots verts afin que les européens puissent en manger à noël et ainsi les affamer car ils ne cultivent plus leurs céréales pour leur population, la je suis verte). Mais, je suis également écœurée de voir des créateurs ou autres marques vendre avec des marges hallucinantes pour des articles qui ne le valent pas juste pour un nom, surtout quand ils ne rémunèrent pas les salariés y travaillant (par exemple ils me semblent plus juste d'acheter du made in China chez H&M à 10€ que la même chose toujours made in China chez Sandro mais avec un voire 2 zéros de plus). J'espère réussir à trouver le compromis entre vivre hors de la société et vivre en essayant d'être juste. Car quelque soit le régime politique, il y a des limites, le communisme dans les pays de l'est a connu sa limite en 1989 et je pense que le capitalisme va certainement y arriver aussi.... En effet, le souci est que le propre de l'homme est son avidité, en vouloir toujours plus même si c'est au détriment des autres. Dans tout régime, il y aura toujours la perfidie de l'homme pour profiter un max (ex, les personnes qui récuperent des aides sans le mériter...)
Alors, j'essaie de vivre en étant juste et en méritant ce que j'ai par mon travail. Donc, je ne culpabilise pas trop quand je veux m'offrir une sape sympa mais j'espère que les choses changeront en consommant mieux mais aussi en votant et surtout en éduquant mes enfants. En effet, ce n'est plus notre génération qui changera quelque chose mais bien les futurs, c'est pourquoi, je m'efforce d'inculquer à mes loulous dans le quotidien à ce qu'ils deviennent des acteurs de demain dans une société qui je l'espère sera plus juste ;)

Curare a dit…

à Alec :
Qu'est-ce que ça veut dire exactement "récuperer des aides sans le mériter"?

Fashionstyle a dit…

La société gouvernée par des principes de droite ??? moi qui suis apolitique...j'hésite....les syndicats gouvernent beaucoup de choses...et les syndicats...ne me semblent pas trop à droite !!

Et en passant Bonne Année Miss !!! Te souhaitant un concentré de bonheur pour cette année 2011, qu'elle sera de droite ou de gauche ;)

Alec a dit…

à Curare : Ben dés gens qui perçoivent des aides de l'Etat ou autre en grugeant le système ;) attention, pas de méprise sur ma pensée. Je suis pour qu'il y ait des aides, je suis pour une protection des plus faibles mais comme je le disais, hélàs la nature de l'Homme fait que quelque soit le système que tu mettes en place, il y aura toujours des gens pour le détourner à son profit. Et c'est pour ça que la solution est difficile voire inexistante car par exemple lors du communisme, tout le monde devait avoir la même chose. Dans le principe, tout est parfait, tout le monde mange, a un toit, a de quoi s'habiller .... mais hélas, ceux qui font partie des hautes spheres avaient accés à pleins d'autres choses par rapport au peuple, sans compter que la Force de travail était plus que réduite car les personnes ne sont pas motivées si on les paie de la même manière qu'ils bossent dur ou pas ;) A l'inverse mais guere mieux, le capitalisme ne laisse place qu'aux "plus forts" c'est à dire aux "plus riches".... c'est pourquoi, je pense être socialiste dans le sens ou je pense qu'il faut trouver un compromis et un moyen d'être juste.

Marie a dit…

Alexia: En terùme de valeurs, oui je comprends mieux!
Merci toi aussi!

Fanny: Finalement, tu y as déjà réfléchi et tu t'aies déjà posé des limites qui n'étaient pas négociables!
J'aime bien l'idée.
Moi, à ce propos, je ne réfléchis pas toujours et la céder à la tentation ne me parait pas être une alternative,mais une obligation...Conasse de compulsion ;-)
Merci

Bénédicte: Tu es centriste finalement ;-)
Quant aux contradictions de consommations de certains, je pense qu'il fat peut-être aussi regarder du côté des pulsions, celle de l'appartenance par exemple. Lutter contre nos envies est quelque chose de compliqué, et parfois, on cède facilement, même si le coeur dit être à gauche!

Fanny: On réagit quand on se fait gaule avec nos contradictions, non?
Dans une certaine mesure ton pote a raison, comme les miens d'ailleurs, mais il ne faut pas être riche de gauche, mais sûrement revoir nos envies à la baisse... Ce qui n'est pas évident, je te l'accorde!

Anonyme: "Semblant de réfléchir", oh tu sais chacun fait à la mesure de son cerveau, nous on est à donf' là... Mais Kant ne devrait pas venir ici, il a d'autres chats plus érudits à fouetter, non?

Isis: Oui c'est vrai :)

Minhoi: Par rapport à ta consommation, acheter 10 pulls plutôt qu'un Darel, oui c'est un point de vue. C'est ta préférence, pourquoi pas!
Je ne pense pas que réfléchir à la cohérence actions/ réflexions est un acte jusqu'au boutiste! Ni une réflexion restrictive d'ailleurs..


Alec: L'avidité qui finalement est très présente en chacun d'entre nous, je crois?

Fashionstyle: Bonne année à toi aussi.
Et gouvernée dans le sens "valeurs". le monde est plus individualiste, que collectiviste, non?

minhoi a dit…

je n'ai pas dit ça !
je dit que personne ne peux etre totalement cohérent, on peux toujours "mieux faire" dans son courant de pensée.
un écolo même avec sa maison passive, sa voiture électrique pourrais toujours mieux faire en optant par exemple pour le vélo donc le juste au boutiste peux lui dire "au fond tu n'es pas écolo tu pourrais te passer de ta bagnole"

ce que je me demande c'est a quelle moment a t'on une légitimité ? et que determine cette légitimité ??

une personne qui milite dans une assoc auprès des sans papiers mais qui a coté consomme certe plus que la moyenne sans pour autant etre compulsive.
cette personne est elle moins de gauche qu'une personne qui lutte contre la surconsommation mais qui a coté de ça va faire des pétitions pour qu'on ne construise pas de logements sociaux a coté de chez elle ??

pour moi la réponse est très clair sur qui est de gauche, mais voila c'est propre a chacun.

d'où ma reflexions sur le fait d'un jugement restrictif quand il ne se base que sur UN comportement et pas sur une pensée globale de la personne.

Marie a dit…

Minhoi: Quand avons-nous une légitimité, je ne le sais pas. Qui la détermine? Encore moins, c'est un vaste sujet... Mais je pense que qu'on peut déjà avoir un avis à peu près sincère sur soi.

Je suis d'accord avec toi quand tu dis qu'un Homme ne se définit pas uniquement, avec l'un de ses fonctionnements ou une de ses habitudes. Les choses sont plus nuancées, j'espère ne pas avoir été si caricaturale, car ce n'est pas du tout ce que je voulais écrire.

En revanche, l'exemple qui utilise une personne qui milite dans une assoc' de sans papier et qui consomme plus que la moyenne versus une autre personne qui dépense "clean" mais qui semble "peu altruiste", ne me semble pas pertinent dans le cas présent.

Tu sembles vouloir dire, que la première personne, même si elle consomme plus que la moyenne, a une sensibilité plus à gauche que l'autre, c'est ça?


Ce post essayait de définir, économiquement parlant, ce qui différencie la gauche de la droite, sans aborder l'aspect moral.
On pourrait même aller plus loin, la deuxième personne n'a certes,pas envie qu'un logement social se construise près de chez elle parce qu'elle est peu rassurée pour ses enfants (de manière un peu simpliste, je le conçois...) mais va, dans le même temps, militer activement chez Aids ou donner des repas à des sans-abri.
Je ne dis pas que l'un est mieux que l'autre. C'est simplement et tu l'avais précisé, les choses sont plus complexes qu'il n'y parait.

L'exemple que tu utilises, ne se place dans la sphère du politique, mais plutôt dans une sphère plus humaniste.
Il n'est finalement pas question de politique, mais plutôt de morale, non?
Et l'humanisme, ou plutôt la générosité, n'est pas une valeur morale de gauche.
En d'autres termes, je ne pense pas que la gauche ait le monopole du cœur (je copie Giscard mais quand même c'est un peu vrai.)

Je peux, continuer à acheter chez H&M mais je ne fais pas preuve d'une grande cohérence puisque, et je cite, le socialisme recherche une justice sociale et condamne l'exploitation de l'homme par l'homme.
Je me suis simplement mise au clair avec l'idée qu'en achetant
un polo de 9,99 euros acheté chez H&m et fabriqué au Bangladesh je n'étais pas une fille qui condamne ardemment l'exploitation de l'homme par l'homme a fortiori, si j'y retourne souvent (chez H&M).
Mais ça m'est personnel évidemment, je ME suis, moi, mise au clair avec ça mais tu sembles penser différemment pour toi et je le comprends.

Lost in Mexico a dit…

Hola Marie (et bonne année au passage), ton post me laisse pensive... comme beaucoup je me dis de gauche mais après dans les faits... est-ce que je le suis vraiment? Toujours est-il que là précisément je suis en vacances et ce post m'a surtout fait envie de revoir le Péril jeune. je sais c'est nul comme envie... mais ça fait vraiment très longtemps que je ne l'ai pas vu !!! Bises

Anonyme a dit…

J'aimerais ajouter quelque chose: on vit dans un monde ou tout est capitalisé. Est-ce que c'est pour ça qu'on ne doit plus rien acheter ? Gauche ne veut pas forcement dire anticapitalisme, y a confusion entre valeurs politiques et système économique (qui fait d'ailleurs la différence entre une gauche "modérée" et les partis influencés par le communisme.) Moi je vote à gauche et pourtant, ouais, j'achète des fringues, je considère que je n'ai qu'une vie et que je ne vais pas me priver.Ce qui me semble injuste, c'est que beaucoup d'autres personnes aient des soucis un peu plus vitaux, genre s'acheter à manger ou payer un loyer. Et acheter "green" "bio" etc n'est pas forcement une bénédiction, car aujourd'hui, ces systèmes se basent eux même sur du marketing,(même si j'en consomme dans la mesure du possible, car c'est mieux que de rester là à ne rien faire). Continuez de voter à gauche et nos magasins arrêterons de soutenir un capitalisme farouche. Mais à mon sens, s'astreindre à une morale rigide en matière de consommation est un peu "poussé", je me vois mal dire à quelqu'un qui vit avec 900euros par mois d'acheter bio ou responsable vu le prix des produits. L'important, c'est d'éviter le gaspillage, et de METTRE les fringues qu'on achète. D'ailleurs,y a un avantage, j'ai tellement de fringues que je dépanne toujours mes copines qui n'en n'ont pas les moyens, je les donne très facilement et je n'ai besoin de faire tourner qu'une seule lessive par semaine, puisque je met un mois à tout porter (parce que ouais, je porte tout). Donc moins d'électricité, d'eau et de phosphates héhé.

Miss Purple a dit…

Merci pour cet article un peu fouillé, ça change un peu des blogs mode "où on se mouille sur rien".

Je comprends ton interrogation : je suis profondément de gauche, par mes parents, par ma propre réflexion, mais j'avoue que le domaine de la sape est celui où j'ai l'impression de pécher par trahison.

Mais Inès a raison : être de gauche, ça n'est pas que se définir par rapport à sa consommation.

On a tous plusieurs facettes : moi, j'œuvre dans la protection animale et je sais que pour certains, dans ce milieu, c'est moyennement compatible avec mes loisirs de shopping effréné.

J'avais fait un post sur mes angoisses, quand je sortais de chez H&M, les bras plein de robes Made in China, et que je tombais sur les SDF de la rue de Rennes. Ça me fout en vrac.

Du coup, j'essaie de penser ça comme "mon défaut à moi" et d'équilibrer en me montrant généreuse dans le quotidien...

Marie a dit…

Lost in Mexico : J'adore le Péril Jeune... Enfin surtout au lycée, je l'ai revu il y a peu et j'te jure, je me suis un peu ennuyée...
Bise

Anonyme : je peux te piquer l'argument machine à laver, en vrai je l'adore :-)
Tuas raison, oui, je ne cherchais pas une radicalisation morale, je m'interrogeais juste sur la cohérence idées / comportements et sans vouloir me transformer en enragée de la chose, j'ai sûrement des choses à améliorer...

Miss Purple : Mais oui, c'est ça dans le fond, nous et nos contradictions. Ou nos failles plutôt et puis c'est pas maintenant qu'on va renoncer à ça, il reste encore un peu de chemin à parcourir avant...
Bise

Abstand a dit…

J'aime la création, plus que la mode ! J'aime ce qui laisse une empreinte en moi plus que le tourbillon du pret à consommer/pret à jeter !

Anonyme a dit…

très intéressant et génial ce genre de post sur un blog féminin! Bravo et merci!

J'ai une copine qui adore les fringues, se faire belle, les bijoux etc. Elle est très à gauche, forte tendance décroissance et très écolo. Vie en communauté et travail très engagé.
Elle n'achète que du seconde main, et elle fait régulièrement des sessions d'échange de vêtements avec les copines. Elle est tout le temps bien habillée. Voilà je pense qu'en n'y donnant du sien, on peut être coquette et ne pas cautionner le système capitaliste et le made in China par nos achats...

J'ai une autre copine, burkinabé super engagée pour les problèmatiques Nord-Sud. Son boulot est dans ce domaine et elle milite tout le temps. Elle adore les fringues aussi, elle en a des tas et elle est toujours superbe. Et bien elle les fait elle-même... et super bien!

Ceci dit, chacun fait ce qu'il peut à son niveau. On est pas toute couturière dans l'âme. Ce qui est important aussi s'est d'être bien dans sa vie, se priver pour une raison morale et en devenir amère, ça ne fait du bien à personne au contraire... Tout est dans la manière et la mesure et la conscience...

Stroumpf-eight a dit…

Je ne connaissais pas ce blog mais je réagis parce que j'aime bien le sujet du "débat". Je pense que la mode ne peut pas être de gauche, puisque par défintion la mode change tout le temps et qu'il faut donc toujours consommer pour la suivre.
Cependant, je pense qu'avoir du style et être bien habillé n'est pas forcément lié à la consommation à outrance. Je prends l'exemple de la vague hippie : les personnes étaient bien sappées (enfin moi j'ai bien en tout cas) et pourtant elles étaient contre, le capitalisme et la société de consommation (et la guerre aussi, mais ça n'entre pas dans le débat ^^). Être à la mode au cours de cette période n'était donc pas incompatible avec l'idée d'être de gauche ...

Donc je pense que les deux ne sont pas fondamentalement incompatibles mais qu'à notre époque ce doit être assez difficile d'être "hype" sans toujours consommer et donc difficile d'être à la mode en se disant de gauche.

La Vague Bleu Marine a dit…

Bonjour,

Sur la photo qui illustre l'article, nous voyons une scène qui est censée de dérouler au printemps 1976, hors à droite de la photo, nous pouvons tous constater sans sourciller une voiture rouge qui est un modèle postérieur à cette époque, de surcroît, la plaque d'immatriculation correspond aux années 90.
Ils sont beaux les onanistes réalisateurs Français contemporains.

Sade a dit…

Un petit article plein de fraîcheur. J'aime beaucoup.
Il est vrai que de nos jours, être de gauche est plus acceptable. Cela donne l'illusion de se soucier des autres, de ne pas penser qu'à soi.
Ainsi, beaucoup se revendiquent de gauche mais ne le sont pas intrinsèquement. L'exemple de la mode est très bon, surtout qu'ils nous concerne tous. Mais on pourrait aussi citer les artistes moralisateurs et engagés qui se gavent sans jamais faire un geste.
Le socialisme a dû évoluer avec la logique consumériste. Dans une sociétés bien éloignée des idéaux du partage des richesses, la gauche est le parti de ceux qui rêvent à un monde meilleur. Mais parmi ces gens parfois peu avares de belles phrases, rares sont ceux qui font bouger les choses.
Ton texte, au delà de la question d'appartenance à une classe politique, mets en lumière une autre problématique intéressante: Celle de la politique de façade. Ces gens qui aimeraient avoir l'air, mais qui n'ont pas l'air du tout. (mes excuses à Brel)
Bonne continuation
Mat