LE CAS DE LA CANETTE... ET PAR LE MÊME OCCAS' UNE REFLEXION TELLEMENT PROFONDE SUR LE COMPLEXE!



J'ai un rapport au corps un peu différent de la simple esthétique... Je n'étais pas, en cinquième, la fille en jogging qui était sensée courir dans la cour de l'école mais qui préférait piaffer en insultant discrètement ce connard de prof de sports.
Comme, souvent mais pas toujours, j'étais une sorte de petit mec.
J'ai fait du basket pendant 15 ans, à haut niveau, et mon corps, dans sa construction existait d'abord pour être efficace et endurant bien plus que joli, c'était même pas le propos.
À la fac, j'ai très freiné le basket, j'avais d'autres choses à faire plus importantes que les efforts, genre boire des bières et danser sur du NTM.



Et ce qui ne s'était jamais posé comme un "problème" esthétique est apparu.
Comme il n'avait plus besoin d'être efficace, il a fallu que je change radicalement ma manière d'envisager mon corps parce qu'il était clairement moins docile à mon égard. J'ai pris du poids. La tonicité a changé aussi, alors moi, je ne reconnaissais plus rien.
Je l'avais déjà abordé dans un vieux post, je persiste à croire qu'avoir un corps acceptable pour soi, est le plus important dans le vêtement. C'est un problème de moins, on peut faire comme on veut puisqu'on se plait.




J'ai toujours plutôt aimer mes jambes, elles étaient grandes pour ma taille, un peu maigrichonnes, mais ça m'allait, j'étais pas une plantureuse, alors...
Donc autant vous dire que je me baladais en short très court dés juin, je trouvais ça classe.
Le short que vous voyez sur les photos est une des pièces les plus anciennes et les plus portées de mon dressing, ça fait au moins 10 ans que je ne l'ai pas mis, mais je ne m'en suis jamais débarrassée.
Brillant, du jaune fluo, de l'échancrure sur les cuisses, j'étais bien obligée de le garder!

Quelques années après l'arrêt sport, j'ai "récupéré" mon corps connu, et je pensais que j'allais ré-avoir une affection pour mes canettes.

...

Et c'est là que se pose le problème du complexe.
J'étais extrêmement insouciante par rapport à tout ça jusqu'à un jour, sur la plage, il y a 3 ans.
Une femme dont l'avis m'importait beaucoup, me voit revenir d'un bain de mer et me lâche cette phrase "qu'est ce qu'elles sont moches tes jambes!".
Ni plus ni moins.
Je ne porte pas de jugement direct sur la phrase de la dite femme, qu'importe, ça n'est pas le propos, mais d'un coup, alors que mes jambes n'avaient pas changées, je me suis mise à les détester et à ne plus jamais les montrer. Je ne mens pas, jamais, sauf au creux de l'hiver emmitouflées dans des collants supra opaques!

Voyant ma mine déconfite (après tout, je n'avais rien demandé, même pas le moindre "elles sont belles mes jambes hein?), la femme me dit "que blabla, les jambes très belles c'est rare, que mes attaches ne sont pas assez fines, mes cuisses pas suffisamment galbées, blabla...". Après analyse, ça voulait donc dire que seule la perfection pouvait être dévoilée au monde. Quelle violence pour l'imparfait.
Un peu court comme argument, mais le fait est, c'est que ça m'a vachement emmerdé cette histoire. On nous dit, dans la mode par exemple, qu'il faut connaître ses forces et ses faiblesses et seulement après, passer aux travaux pratiques.
Sauf que moi, j'avais toujours cru que mon point fort c'était mes gambettes et d'un coup on me violentait le cœur en me disant que "même elles", elles étaient vilaines. Qu'est ce qu'il me restait?
Et ben sur le moment, pendant 3 ans, je me suis dit qu'il ne me restait finalement pas grand chose!

C'est terrible je trouve. Pas terrible de se voir entendre ce genre de conneries, qu'on a tous entendu, et de devoir s'envisager avec affection après, non terrible de se dire qu'une parole, par nature même subjective, ai pu m'empêcher d'être comme je l'entendais. C'est terrible de se dire que l'avis, un avis, de l'autre puisse déglinguer 27 années de construction d'image. L'avis de l'autre a été prioritaire au mien.

Qu'importe que mes attaches ne soient pas suffisamment fines, qu'importe que mes cuisses soient maigrichonnes, qu'importe que mes jambes soient bien plus grandes que mon buste, c'est ma disharmonie, et je l'aime.

Dans le fond, je n'ai jamais cessé d'aimer cette partie de mon corps, c'est simplement l'avis de l'autre qui m'a donné l'impression que j'étais la seule à l'apprécier...
Mais ça, c'est peut-être déjà immense.

Je vous embrasse!
_DSC0186

SMILE...





_DSC0157


_DSC0161


_DSC0149


_DSC0165


_DSC0168

J'ai envie de Ked's.
Ça sera la basket sobre du printemps!
Et pis les K.Jacques pour l'été, comme depuis 4 ans... Dieu que c'est original!

Je vous embrasse...

DEVIENS CE QUE TU ES...




Fraîchement bachelière, je m'en vais, pleine d'espérances pour faire mes premiers pas dans la grande ville.
Nancy me paraît immense, tellement différent de ma ville natale où tout était petit, étriqué, gris et un peu triste.

Je ne savais pas bien ce que je voulais faire, je n'avais jamais vraiment eu de difficultés scolaires mais n'ayant pas l'âme d'une ultra-travailleuse, je suis tout naturellement allée à la fac.

Et j'ai continué tant que ça roulait.

La première année de Deug est un virage pour moi. Je découvre à la fac des cours pour le moins exotiques: histoire de la téloche, analyse de l'image, sociologie des médias... Des choses qui, en sortie de terminale, me donnaient l'impression d'être sur Jupiter.

Ma culture populaire, dont j'avais toujours été un petit honteuse, était d'un coup reconnue. Comme ça, dans le prisme universitaire, une partie de ma culture devenait presque légitime. Et ce qui ne m'était jamais apparu comme un travail, un effort, me permettait d'avoir de bonnes notes.

Avoir regardé Buffy, écouté Public Ennemy, vu et revu la Cité des Enfants Perdus me permettaient d'accéder à autre chose que le pur divertissement et la prise de plaisir. Toutes ces choses me permettaient de, pourquoi pas, envisager mon avenir.

...

Le temps a passé depuis. J'ai quitté la fac...

Le non-effort?

Il est difficile d'intégrer mentalement que le travail, celui qui nous permettra de gagner de l'argent, puisse être, indépendamment des responsabilités, des obligations et du reste, un PLAISIR.

Comme tout un chacun j'imagine, je suis pétrie d'orgueil, un orgueil qui me faisait penser enfant que je ne finirai certainement pas à genoux, que je serai digne, grande et lumineuse, quoi qu'il arrive.
Et le temps passe et les promesses que l'on s'est fait aussi se barrent. C'est à ce moment qu'arrive "l'adultie", qui est peut-être tout simplement une invention de l'esprit pour masquer le désir originel et s'empêcher de souffrir.

J'aurais dû me souvenir que l'on est jamais aussi bon et compétent que lorsque l'on est passionnée, enthousiasmé, même s'il faut pour ça, élargir le champ des possibles de son cerveau.

Je me suis longtemps crue insatisfaite, pas remplie (ce qui est une manière améliorée de parler du vide), je n'en suis plus si convaincue!

Dans le fond, il n'a toujours s'agit que de désir. D'un désir pur, qui ne s'est pas encore cogné au monde, qui existe pleinement, sans concession. Même s'il ne reste qu'au stade de désir, il est pleinement nous.
Révélateur de ce qui se passe tout au creux.

Il faut être extrêmement attentif à ses désirs, ils sont nettement plus révélateurs de ce que nous sommes que n'importe quelle colère ou crise de larmes. Peut-être que les crises n'explosent qu'à force de frustration et d'aigreur.
De toutes façons, si on ne se trouve pas à la place adéquate pour nous et juste pour nous, on devient terne de partout.

Réside un problème quand même, sinon il suffirait juste d'appliquer ça au pied de la lettre et tout le monde serait content, non?
J'sais pas moi, par exemple: la société, la maman, le papa, la maîtresse, le prof de français, le J.T de Pernaut, le gouvernement, la Bourse, prennent une si grande place dans la vision que l'on se fait de l'amour, du couple, de la réussite, du travail, de la famille, du voyage, de la grandeur, de la petitesse, de l'ultra lumière, qu'il arrive forcément de s'égarer.

Mais dans le " VRAI" fond:

✓ Qu'est ce que je veux?

✓ Si j'aime telle ou telle chose, j'aurais forcément une prédilection, une aisance pour elle. Déjà parce que je peux y passer du temps, de l'énergie et des nuits blanches, ça, ça aide à être productif!

✓ Pourtant si j'aime le faire et que je je fais bien, c'est sûrement que ça cache quelque chose? Il ne peut y avoir qu'une contre-partie? On nous bassine tout le temps avec la notion de labeur, de tâches à effectuer c'est que ça pourrait pas être si plaisant le travail?

✓ Rêver grand? Pourquoi? Pour échouer pire? Non c'est déjà un peu cassé par endroit, je préfère pas, je vais faire gaffe!

Je sais qu'il existe des gens qui kiffent, sinon on a qu'à tous demander où est le gaz pour en finir.
Pourtant il arrive chez certaines personnes, d'être bloqué. Elles ont des prédilections pour certaines choses mais restent clouées au sol, avec tout le poids de l'apesanteur sur les épaules, alors c'est sûr ça les rapetisse vachement. Sortir de tout ça, se fier à son instinct, arrêter l'analyse à outrance, arrêter le trouille à outrance par la même occasion, ne plus avoir peur de décevoir si ce n'est soi et uniquement soi, devenir quelque chose que je n'ai encore jamais fait...

DEVENIR INSTINCTIF. Qui, hormis moi, sait ce qui est le mieux pour moi...

Je vous embrasse.

La photo est une photo prise d'une oeuvre de l'artiste Audrey Kawasaki.
_DSC0179 3

BOUGRE D'ECTOPLASME DE MOULE À GAUFRES...

(Grosse grosse kassdédi au Capitaine Haddock...)




On pouvait pas partir de Bretagne sans aller à Brest.
J'aime beaucoup Brest, c'est pas que c'est joli, c'est pas qu'il y fait beau, mais j'aime quand même...

Et puis à Brest, il y a le Crabe Marteau, le resto le plus extraordinaire de la Terre et du cosmos. Bon faut aimer le tourteau, la familiarité de service, manger à la même table que celle d'inconnus parce que c'est surblindé, mais c'est de loin, le resto où j'aime le plus aller (ma préférence pour le tourteau n'y est pas étrangère... putain on se croirait dans un guide du routard tout pourri où je me mets à survendre un truc sans âme!)

_DSC0176 3

Il y a aussi un truc vachement bien à Brest quand t'aimes la culture un peu street, c'est que tu peux te dire que t'es dans la même ville que Olivier de Kersauson, le mec le plus ghetto du ter ter!

Blague... Loose de la blague... Gand moment de solitude... Je vais me pendre!

Donc, si t'aimes la culture street et que t'as hyper envie de voir du graff dans la ville et bien à Brest, tu biches, ni plus ni moins. C'est même une vraie fierté brestoise le graff!
J'ai donc pris mon courage à 2 mains pour arpenter le port à 19 heures (hardcore!), même que je suis allée jusqu'à rentrer dans des cabanes prêtes à s'écraser... La dingue! Je suis plus que prête à déambuler, le Nikon sur l'épaule, dans le Bronx. Fastoche!

_DSC0209 3

(NDLR: telle que vous me voyez sur la photo, j'ai demandé à un groupe de mecs qui faisaient trop peur aux vieilles (ils étaient 15, au moins) de me prendre en photo en les menaçant de les déglinguer si la photo était ratée... Personne n'a moufté, j'ai eu ma photo et je suis partie en crachant par terre... Hardcore...)

_DSC0251 2

(NDLR: Je ne connais pas cet homme, j'l'ai pris en photo (malgré la présence d'une lame de rasoir dans sa bouche) sans lui dire s'il te plait, encore moins merci et je suis partie en remontant ma culotte... Hardcore...)

_DSC0273 2

(NDLR: alors elle, elle faisait trop sa maligne avec son sourire, mais dés que je lui ai pété 2 ou 3 chicots (Dieu que j'adore le mot "chicot"), elle a moins rigolé... Hardcore...)

_DSC0226 3

_DSC0228 2

(NDLR: Bien sûr que j'ai tout pompé sur Yokoo pour le bandeau que j'ai fait de mes mains et qui est sur ma tête, c'est du point mousse, j'ai pas peur moi... Hardcore... Bon il faut que je le recouse mieux, il pend trop, mais qu'importe le flacon... Harcore)
_DSC0225 2

LARMOR BEACH & CIE...


(Si vous ne connaissez pas Ellen Allien, écouter Wish est une des meilleures choses qui vous arrivera aujourd'hui... Parfaitement que je m'emballe!)



_DSC0157 2


_DSC0162 2


_DSC0224 2


_DSC0188 2


_DSC0194 2


_DSC0206 2


_DSC0196 2

_DSC0117

J'ai commencé à bronzer...
C'était sublime... Bon, n'oublions pas que je ne suis absolument pas objective en ce qui concerne la Bretagne...
Je vous embrasse...
_DSC0162


PRESQUE SUR LA ROUTE 66...



... Mais en Bretagne...


_DSC0171

_DSC0173

_DSC0181

_DSC0245

_DSC0247

_DSC0251

_DSC0280

_DSC0313

_DSC0321

Dés qu'il y a un Ronald quelque part, ça sent l'Amérique, John Wayne et tous les burgers et Hollywood chewing-gums de la Terre...
Bettina Rheimsvanja

LE ROSE QUI BRILLE SUR LES JOUES...



Rien. je n'arrive à rien écrire en ce moment. C'est dramatique. Je reste des heures devant l'écran à taper des trucs, à me rétracter, retaper, trouver ça lamentable. Il m'arrive même de me dire que je vais digresser sur le printemps, alors que, théoriquement, personne (façon de parler, y en a quand même!) n'est con au point ne pas voir le temps qu'il fait. Et pis c'est le degré zéro de la communication la météo, non?... Donc parler du temps qu'il fait, abstiens toi Marie.

Si, il y a un truc que je pourrai vous dire dans ce post, même si ça n'a à voir avec rien, c'est que j'ai l'intuition que quand on cherche les réponses au creux de soi, il en faut des stades avant d'arriver au fameux "Connais-toi toi même, et tu connaîtras l'Univers et les dieux". Mon cul sur la commode, tu passes par des tas de stades qui n'ont à voir ni avec l'univers, ni avec les Dieux. Même pas à voir avec un dixième du système solaire ou un demi-dieu tout craignos.
Non ce que je maîtrise bien en ce moment, c'est les trucs qui ont à voir avec l'énervement, avec la colère aussi, oh comme j'aime bien être en colère en ce moment. Même que c'est mon hobby.

Je vais à la plage de l'Atlantique demain.
Je vais prendre des photos, ça m'évitera d'être désagréable.
...

La photo est de Bettina Rheims. Je me demande bien ce qu'elle a pu faire cette jeune demoiselle pour être aussi extatique et rouge comme un coquelicot! Ah si j'y suis, elle vient de gagner au Milles Borne. Ça réjouit tout le temps tout le monde la victoire au Milles Borne.
(NDLR: Le Milles borne est un vieux jeu de société... Pas sûre qu'on y joue encore à l'heure d'Heavy Rain!)
ZXWEjgG0Pl995r15AjaDDrxqo1_500


OH LOU...


Je crois n'avoir jamais parlé de Lou Doillon ici.
Charlotte plein, Jane aussi des fois mais Lou jamais.

J'adore Lou Doillon.
Je la trouve très mésestimée en France.
Partout dans le monde (enfin on se comprend...), elle représente une sorte de "déglingade" vestimentaire toute européenne très appréciée.
En France j'ai l'impression qu'on s'en tamponne un peu plus de Lou Doillon.
Certes, la vie ça n'est pas les magazines, mais je n'ai pas le souvenir d'une seule couv' avec elle. Peut-être un vieux DS il me semble, mais pas plus.
Alors que Charlotte toutes les deux minutes... Comment ça c'est nul de comparer, surtout entre elles deux?

Oui c'est pas faux, je me laisse aller à l'évidence, aux clichés,avec un plaisir des plus évidents... Ben ouais c'est plus fastoche! Dans deux minutes, je vais dire que les filles c'est toujours insatisfait et versatile et c'est même à ça qu'on les reconnaît, le genre de conneries qu'on lit, entre autres, dans Cosmo et qui, perso, me surgonfle...
(Merde, je digresse, encore!)

ZXWEjgG0PlyvqcwtCIdQErLVo1_500

Bon je sais, les choix cinématographiques de Lou sont pas toujours bankables, donc peu vus, et que si une chose ne marche pas au mieux, la presse n'a pas besoin, envie d'en parler...

C'est pas pour le travail de Lou que je voulais faire ce post.
Pour sa mode un peu, elle représente pour moi la quintessence du Cool. Ouais le Cool avec une majuscule rien que ça.
Mais pour elle. Pour ce qu'elle dit et pour ce qu'elle est.

Je suis insomniaque. Enfin insomniaque pas vraiment mais je m'endors toujours très tard. J'aime bien la nuit même si ça complique mon énergie pour la journée... Et l'autre nuit je suis tombée sur l'émission Thé ou Café où l'invitée était, j'vous le donne en mille... Hein? Mais non pas Bernadette Chirac! Personne suit ou quoi? Lou Doillon. L'invitée était Lou Doillon...

C'est une émission de 2007, un peu vieillotte donc, mais très instructive!
Alors Lou parle. De l'art, de l'écriture, de la lecture, de l'austérité de son père, de l'élégance de son père, de sa colère, de sa musique, du vieux, du très vieux Paris, de l'incarnation du corps, de l'âme, elle fait des blagues, de la mode, un peu, du restaurant la perouse à Paris, du musée d'Orsay, de Rodin, de Dante, d'autres choses.. De sa mère, de Michel Piccoli en dehors de Sautet...
Je suis suspendue aux lèvres de Lou. Mon Dieu, cette fille, indépendamment de son allure, m'intéresse. Elle m'intéresse vraiment.

Cette fille est remplie. Vraiment. Elle se construit. Se cultive. S'intéresse. Travaille. Ne se sent jamais arrivée. C'est pas si courant.

ZXWEjgG0Pkp0lksvcC3XDk0mo1_500

Elle a un côté old school, pas parce qu'elle aime Apollinaire et la queue de pie, non old scool dans sa manière d'envisager la mode dans une manière d'être, une sorte d'art de vivre.
Elle s'intéresse au monde, à l'autre et conséquemment à la mode. Ni plus ni moins.

J'extrapole là, mais c'est ce qu'elle me fait ressentir, elle dit pas des bêtises à longueur d'interview, elle est pas satisfaite d'elle, de son physique, de son argent, elle est en mouvement.
J'étais allée vers les vidéos de Lou pour ses t-shirts arrachés et je découvre une nana remplie. Je sais j'ai déjà employé ce terme, mais c'est ce qui me va le plus.
À l'heure de la mode désincarnée et de l'auto-satisfaction, cette humilité et cette curiosité m'ont rassurée...

Bonne journée je vous embrasse!
IMG_0353


(Quitte à y aller chaudement du post, autant pas faire les choses à moitié, je mets du ruisselant de chaudasserie, comme ça on est hot-saucisse tout de suite, on perd pas de temps avec la bienséance!!!" I want to fuck you like an animal", au moins les choses sont claires, on y va pas avec le dos de la petite cuillère à café...)

Elles sont rouges les fausses lunettes de vue sur la photo... Mais si la photo faussement brûlée ci-dessus, sur laquelle on voit rien!!! Et ben elles sont rouges!
Voilà pour l'entrée en matière...
Allons-y pour le post (non je n'arrête pas ce blog, de toutes façons, la Chic Fille, elle m'a séquestrée tout le week-end, lundi inclus, pour continuer à crâner! Merci pour vos gentillesses, de tout cœur!).

CHEZ LA DARONNE...

Alors, pour bien me remettre les idées en place, et surtout ré-organiser la vie, l'amour, l'avenir, la création, je suis allée chez H&M. Aux grands maux... Vous voyez quoi!

Il faut savoir qu'avant j'étais une ultra-addict du swedish, j'y allais au moins chaque 72 heures. Au cas où je prenne le risque de louper LE foulard qui tue, je me devais d'être ultra-assidue. Au détriment de la fac ça va sans dire.

Prenez une compulsive, genre moi, elle a cours à 8 heures à la fac, elle prend sa caisse mais, oh quel dommage, ne trouve de place pour faire un créneau ni à droite ni à gauche alors qu'est-ce qu'elle fait? Simple, très simple, elle abandonne le rallye et va acheter des sapes, plein de sapes.... Par assiduité, oui parfaitement. Et par pathétisme, je le confesse. Sachant que j'avais, en maîtrise (l'ancêtre du master), au moins 4 heures de cours par semaine, normal, il fallait bien que je souffle tellement j'étais engluée sous toute cette pression.

Bon attention comme ça, ça fait rêver! Plutôt que d'aller en cours, faire du shopping, ça paraît sympa. Et bien pas du tout, tu rentres avec tes paquets dans tes bras et tu dis un truc... Non deux en fait!
"J'suis vraiment une merde, qui préfère avoir une jupe tutu vert amande plutôt qu'une éducation et, n'ayons pas peur des mots, un avenir? Qui? Hein?".

Ayé, le pathos de ce post se clôt ici et maintenant.


Donc je vais aujourd'hui chez H&M, ça fait genre 3 semaines, peut-être 1 mois (Marie aka la punk) que je n'y suis pas allée. Tout est nouveau. Je reconnais pas les articles. J'ai fait H&M 6ème langue, normalement je connais très bien les rayons, là trop de trucs qui ne me disent rien, les temps changent que je me dis.
Je ne me dis pas ça positivement genre, "Dieu que je deviens grande, mature et autonome de la pensée", non je me dis ça avec une pointe de nostalgie étonnante.

Bon, je prends plein de trucs à essayer:

✔ Un t-shirt très Lazy Oaf. Un truc très Lazy Oaf du pauvre.
Un truc un peu comme ça:

burgergirls_lrg


(Ce sweat est dans un shop à Nancy. Je l'ai essayé, réessayé, et pis ai laissé tomber... Je suis devenue ultra-relou de l'achat. Mais, à ma décharge, le Big mac dégoulinant et rieur au quotidien, pour gué-dra telle une femme fatale en bas nylon, j'ai un doute!)

Alors on s'emballe pas, le t-shirt était nettement moins funky!
J'l'ai pas pris...
J'ai failli, en 42. Ouais chez H&M, je prends que du plus grand que ma taille, c'est mieux, ça fait créateur. Créateur du pauvre, je le conçois. Essayez vous aussi les pauvres, ça marche!!! On met une ceinture, on boule, on fait des nœuds, des épingles, des trucs que tout le monde fait depuis toujours quoi mais des fois, par convention de trentenaire, on oublie...

(Merde, je digresse...)

✔ Une jupe très Rose Laurens Africa. 9,90 euros. Pas pris non plus. Et effectivement, comme l'a dit Fonelle dans un vieux Elle, c'est bien le grand retour des clichés africains sur les sapes. De la panthère, de la jungle, du cocotier dans tous les sens...

✔ Un débardeur bleu lavasse, débraillé, dans le rayon Big is Beautiful (dont j'ai une immense quantité de sapes) très bien. Pas pris!

(Pas la peine de s'emballer (genre), j'ai rien pris... Je mets fin tout de suite à ce suspens insoutenable!)


✔ Le maillot de bain de Wonderwoman. Pour de vrai hein. Même les liens du maillot se terminaient par des étoiles en or massif... Claaassse....


✔ Mais le truc qui m'a le plus tenté, c'est un hoodie Spiderman en taille 8 ans (là pour le coup j'ai vraiment hésité). La classe. Je suis très sérieuse, il était classe et ça faisait créateur. Un côté Jeremy Scott. Un côté Jeremy Scott du pauvre. Et les pauvres (tiens, ça me dit quelque chose cette phrase!), prenez du plus petit, ça fait tout de suite sympa. Pour les hauts j'entends parce que le jeans en 8 ans, restons sérieux. Mais les petites vestes pour le menues du buste, c'est très efficace! J'avais acheté un blazer en 8-10 ans, aux Emmaüs y a quelques années. Un blazer gris en laine, avec un écusson, très très étriqué... Il fait amplement son petit effet. Je vous montrerai. J'l'ai eu avant la déferlante Balenciaga d'il y a quelques années, sinon on me l'aurait piquer avant que j'arrive!

Putain elle boit pas, elle fume pas (...) mais qu'est ce qu'elle cause. Cette phrase est certainement la plus beauf du monde...

Je vous embrasse!!!!

PS: Le titre? Ben quoi? Ah oui pourquoi ce titre... Et bien quand je déambulais chez H&M je me rendais compte que j'y étais très à mon aise. Je peux parfaitement essayer des lunettes de soleil montures léopard, pieds nus en me grattant la culotte tellement, dans ce type de boutiques, je me sens, comme chez ma daronne... Et c'est sûr, comme chez la daronne, il y a parfois du laisser-aller dans l'attitude!
1018DVNcrowdweb

UNE CHIC FILLE SE DEMANDE...



(J'adore cette musique, elle sent le grenier de mon amie Jane dans lequel j'allais jouer à Action/Vérité. À 18 ans. C'est tard pour l'insouciance tactile, non? Nous, on s'encanaillait de la bière en imaginant, avec toute l'assurance nécessaire pour affirmer le plus sérieusement possible des conneries pareilles, que le monde nous appartenait...Et, bien sûr, on était pas les derniers pour se rouler des pelles, en même temps, à quoi d'autre sert Action/Vérité?)

Aujourd'hui il faisait rudement beau. Mais la Chic Fille elle avait trop dormi comme une patate. Depuis qu'elle est dans cet appartement pourtant bien fichu de l'agencement, elle arrive pas trop bien à à faire des beaux rêves. Y a trop de bruits, tellement de bruits que ça fait comme une fanfare dans le salon. Mais une fanfare où tout le monde jouerait très faux alors ça fait capharnaüm dans sa tête, bref, ça pue trop du zizi ces "pin-pons" permanents!

Bon elle est courageuse quand même, elle enlève ses boules Quiès orange fluo qui se voient dans le noir, et elle met ses pieds et ses chaussettes en laine tirebouchonnées par terre.

"Oh la la, qu'elle se dit l'œil gonflé, je vais aller sur mon bel et grand ordi tout blanc, je vais checker mon Netvibes pour voir comment c'est trop beau les blogs. Pour voir ce qui se passe dans la mode aujourd'hui.".
Comme toute geek à l'égo bloggueusement disproportionné, c'est la première chose qu'elle fait tous les matins. Avant même de checker les oiseaux dans le ciel d'ailleurs.

Dans son salon aux murs tellement verts qu'elle dirait en se regardant, dés le matin, qu'elle est en phase terminale d'une maladie trop "pourrite", elle manipule la souris. Un coup à droite. Un autre à gauche. Elle y va de toute sa verticalité et de son horizontalité, bref, la chic fille elle la déglingue dans tous les sens la souris de l'ordi. Depuis presque 4 ans elle fait ça. Autant dire que c'est important si elle y a passé 4 ✕ 12 mois (- 2 mois ✕ 4 ans si on compte les vacances!)= 40 mois.
40 mois ✕ aux environs de 30 jours= 1200 jours.

Elle a la tête qui tourne la Chic Fille tellement ça lui faire des calculs dés le réveil!
Ceci dit, quand on aime on ne compte pas qu'elle se rappelle, alors si on montre pas aux gens qu'on les aime, ça sert trop à rien de vivre. Et ça sert trop à rien de sauter dans les flaques sales de gadoue pour montrer qu'on est heureux, mais là, on est complètement hors sujet.

Un doute assaille la Chic Fille(Intervention du narrateur qui n'est autre que "moi", Marie, l'omnisciente du blog: "elle a du vocabulaire quand même la Chic Fille, hein?").
Et si?
Non c'est pas possible!
Ah si peut-être parce que y a des signes quand même... Et si elle aimait plus trop son Netvibes et ce qu'il y avait dedans?
Le truc c'est que la Chic Fille elle fait que de se plaindre tout le temps, ah ça c'est sûr elle aime bien se la jouer éternelle satisfaite, mais là ça fait longtemps qu'elle trouve que ça devient pourri.
Y en a qu'elle continue à trop kiffer du plus profond de son âme (comme elle y va la bougre, elle peut pas s'empêcher d'exagérer...) des personnes dans le Netvibes, mais y en a plein, qu'elle se demande bien ce qui se passe.
Ça se traite. Ça se la raconte comme si c'était important. Ca se prend au sérieux. Ça s'envie.

Comment elle le sait ça la Chic Fille?
Ben c'est tout simple, elle le sait parce que des fois aussi elle sent monter en elle des sentiments trop bizarres, comme de la colère, de l'envie... Des tas de choses l'énervent, même des gens qu'elle ne connait pas, elle peut pas s'empêcher d'avoir un avis sur la question. Elle est pas très fière de ressentir ça, alors c'est pour ça qu'elle se demande... Et si elle se demande si fort c'est que dans sa vie hors flux RSS, elle ressent pas trop ça. C'est pas qu'elle est un ange non plus.
Et pis elle sait des trucs trop pourris qui lui font penser que ce qu'elle aimait, ben c'était que des conneries, des conneries de grands qui se prennent, comme à chaque fois, pour les meilleurs des grands... Des adultes qu'ils s'appellent entre eux.
Un truc de médiocrité ambiante et la Chic Fille elle a l'impression que la médiocrité c'est bien vu...
En même temps qu'est ce qu'elle croyait, que l'internet c'était mieux que le monde?
Trop elle est cul-cul la praloche la Chic Fille...
Elle, elle aurait bien voulu qu'il n y ait que le meilleur qui ressorte de ça. Et pis elle a parfois le sentiment de participer à cette médiocrité d'ego sur dimensionné et d'en faire partie...

C'est pas qu'elle a perdu la foi la Chic Fille, c'est simplement que la motiv' et ben, elle est moins là.


Mais elle se disait, dans le même temps, qu'elle a envie de continuer à tenir ce blog.
Ça pourrait être comme dans la chanson du belge avec sa grande bouche quand il dit "on a vu souvent rejaillir le feu de l'ancien volcan qu'on croyait trop vieux".
Réessayer de faire palpiter le cœur virtuel ça serait comme résister. Pour ne pas faire comme ces amoureux qui s'aiment jusqu'au moment où y en a un qui fait une boulette, genre oublier de payer un pain au chocolat à sa promise pour le goûter, et là, paf, tout fout le camp, tout l'amour s'évapore.
Aimer c'est aussi traverser des moments moins bien, c'est surtout ça d'ailleurs. Aimer et désirer quand tout va bien, c'est fastoche, c'est à la portée de n'importe qui.
Peut-être que dés-aimer et après ré-aimer, c'est réfléchir à ce qu'on veut et ne plus se laisser parasiter par des trucs trop pourris dans leurs fesses.


Alors peut être que si la Chic Fille elle me sur-gonfle des fois, c'est peut-être parce que je ne sais plus comment la prendre, j'la perds de vue.

PS: Étant une bloggeuse cyclothymique, la Chic Fille se réserve le droit dictatorial de faire état de ses états d'âme... Pour une raison très simple, "sans la possibilité de blâmer, il n'y ait point d'éloges flatteuses"...Et ça ça vaut aussi pour soi. Enfin pour la Chic Fille.

PS2: Ce post frôle la schizophrénie, excusez mon côté borderline...
 

PS3: Et je vous embrasse bien évidemment...

PS4: La photo est de Scott le Sartorialist.
IMG_0345


CERNE BIS ET PIS ENVIES PRINTANIÈRES...

(Oh ce morceau... J'l'ai peut-être découvert sur le tard, genre tout le monde l'a déjà entendu. Le hip-hop transpirant, ça me rend toujours toute chose...)


Post girly. On va pas parler de l'épilation intégrale du maillot (quelle drôle d'idée...) mais assimilé. En moins impudique tout de même.

✔ Vous vous souvenez de mon "oh mon Dieu, j'ai des cernes depuis forever, je suis née avec c'est pas de ma faute..."! Ok tout le monde voit.

Je résume brièvement pour les moins assidus d'entre vous, je suis cernée depuis toute petite, et depuis toute petite, j'trouve ça fin pourrave.
Oui on est bien d'accord, c'est pas un vrai handicap, mais quand t'as tout pour être satisfait de toi (i.e, un corps qui fonctionne, des organes qui font de même, la vue, l'ouïe, tout qui va quoi!), en tant qu'occidentale, sans aucun problème, tu cherches quand même un peu la merde, et quand tu cherches, tu trouves toujours...

Ado j'ai eu ma phase "Mon Dieu j'ai un gros nez, j'ai 13 ans, rien à fout' j'vais me faire opérer, j'suis trop moche avec ce nez, surtout s'il y a des boutons dessus... Pas le temps d'attendre, allons chez Leclerc discount trouver des lames de rasoir rouillées pour que si on se loupe, t'inquiète, on aura au moins un petit tétanos des familles..."
Je ne vais pas reparler pour la énième fois de mon torse... On a fait le tour, non?

Bon les cernes que je disais, depuis que j'ai 15 ans je mets de l'anti-cernes... Que les choses soient claires, faut arrêter de se foutre de notre gueule vous capitalistes mythomanes, l'anti-cerne, c'est jamais très efficace.
Déjà pour que ça soit couvrant, c'est sec, et c'est pas comme si le contour de l'œil était bien pourvu en sébum... Alors ça marque truc de dingue. Soit t'es cernée, soit t'es marquée de toutes façons...
Et c'est là qu'intervient mon cerveau au QI putain d'élevé...
Je me suis dit, si l'anti-cerne c'est tout poucrane, arrête d'en mettre...
Quelle idée!

Plus sérieusement, mon arrêt d'anti-cernes (même pas une lichette de Touche Éclat, ça peu dire donc...) est la meilleure idée que j'ai eu... Plus on en met plus ça se voit de toutes façons, et force est de constater que "less is more"ça marche aussi pour le teint en make-up... Pour les yeux et la bouche, allons y gaiement de la couleur, là on peut, ça nous évitera l'ennui.
Et tac, une économie de maquillage...

✔ Alors de quoi j'ai envie cet été...? Ouais parce que pour ce qui est du shopping je suis en mode carême, nada, rien... Ceci dit mes derniers mois de shopping se résument à "Oh un t-shirt blanc débraillé, en lin...Ou le noir passé, classe!", autant dire que c'est pas très excitant...
Mes envies printanières ne sont pas plus punk ceci dit:

-une paire de Repetto noires, la ballerine la plus sobre possible.
- un panama, le mien ayant été écrasé l'été dernier. Broyé dans le coffre de la voiture, j'ai chialé, maintenant je vais en racheter un...
...
Et pis voilà.
Sage Marie!

Je vous embrasse.
tee16_1


SUSPENDED... Tellement j'ai pas de titre, je prends le titre du morceau de Kelis... Ceci dit, il a un truc de vraiment intéressant ce morceau, il sent le slow des 50's mais comme s'il avait été cassé à la scie sauteuse.

D'abord merci pour vos retours très positifs. Ça fait chaud à nos petits cœurs de midinettes... Et on kiffe particulièrement avoir chaud à nos petits cœurs après, ça fait mouillé dans notre corps...

Aujourd'hui on va être punk de la prose... De manière relative... De la prose bien peignée quoi! De la prose simulée. Comme toutes les nanas qui disent qu'elles ont un look "rock", mais qui portent du gloss... Et bien nous, ça sera tout pareil!

✔ Pour les filles qui se demandent encore dans quel coin nous sommes pour les photos, je re-précise que nous sommes de Nancy (au moins pour le moment, ouais attendez, je vous dis après!) et que si vous venez de plus loin, nous pouvons au moins vous héberger mais pas vous envoyer un chauffeur. Au moins pour le moment... Oh l'autre elle s'emballe!

✔ Il me reste encore quelques semaines, mois à vivre à Nancy. Ayé, je me casse. Comme j'adore l'océan et que c'est la chose qui me fascine le plus sur la terre (après la perfection de volumes chez Balenciaga, quand même, mais ça, c'est hors compèt!), je pars vivre à Los Angeles à la rentrée...
...
Bon d'accord c'est pas vrai, mais je pars conquérir l'Ouest quand même, pas très loin de Nantes, mais plus au bord de la mer, parce que la Lorraine et son climato-environnement, c'est trop téméraire pour moi. Bon je pars pas dans la seconde non plus hein!

✔ Le t-shirt qui illustre ce post je l'ai vu sur le site Bandit-style et c'est sûrement le débraillage du t-shirt avec les épaulettes très tissu de canapé kitch qui m'a plu.
Il est sympa hein! Celui de la photo c'est mon chouchou, les autres, moins, mais vraiment j'ai aimé... (NDLR (oh l'autre, elle se la joue Biba de la prose): C'est pas eux qui m'ont demandé d'en parler, ils ne savent même pas que j'existe...)

✔ Je mets des vêtements aujourd'hui sur Ebay... Dont le t-shirt Garance Doré x Gap en taille M.

gap-garance-dore2

Et pis d'autres trucs... Ça sera en fin d'après-midi ici et après on ne parlera plus de ma vénalité...

Allez je vous embrasse.
À demain les copines!
_DSC0114

ARTISANAT SEXY...


Le mieux serait que je commence par le commencement...

Je suis née le 25 Juillet 1979 dans la ville de... C'est peut-être trop loin, là!
Non, commençons au début du propos et digressons au minimum.

Sur ces photos, permettez moi d'être grossière, il y a moi-même (elle était là la grossiereté, dans la formulation, pas dans une quelconque de mes habituelles allusions salaces! ) et mon amie Angel.
Mais si les cheveux couleur feu, à côté.

_DSC0122

Angel c'est mon poto. On se kiffe, on est un peu comme des Cat's eyes... Sauf qu'on est pas soeurs... Et qu'on est pas brunes... Et qu'on aime moyennement porter au quotidien des combinaisons en latex... Et qu'on ne vole rien dans les musées... Mais pour le reste, tout pareil.. Ah non, aucune de nous n'a un mec qui s'appelle Quentin... Oui enfin bref...

Venons-en au propos, l'artisanat sexy.

Angel et moi, on s'est mise à tricoter il y a un peu près 5 ans.
Et comme n'importe quelle nana qui se met au tricot en autodidacte, on en a passé du temps à faire des écharpes au point mousse.
J'ai commencé avec les kits Phildar, et pis comme une déglingo j'ai continué en improvisant moi-même des modèles d'écharpes. Une dingue, je faisais varier la largeur, la grosseur... Toujours au point mousse. Je me moque là!

Je vous ai parlé il y a quelques temps, de mon manque de couilles qui m'avait fait passer sous le nez cette idée de faire tricoter les mamies... Sauf que ça n'était pas ma seule envie que les mamies tricotent...

Ce que je voulais faire c'était de la laine ultra sexy. Et hip-hop aussi mais ça j'y reviendrai plus tard.

Un peu marre de voir la laine (avant les sublimes créations Rodarte ça va sans dire!) cantonnée à des pièces un peu vieillottes.
J'aimais cette idée de contraste entre le super mega over sexy mother fucker et la laine qui tient chaud.
Ca me paraissait intéressant comme concept.
Et ça me parait toujours très intéressant.
Alors plutôt que de me dire "mon Dieu c'est horrible, je vais rater ma vie, parce que des mamies tricotent déjà pour une autre boîte", j'ai pris le parti de penser que ça n'était pas si grave. Et qu'il est fort probable que je me tourne vers cette solution plus tard je le sais déjà...

_DSC0058

J'en parle à Angel, lui montre des dessins débiles (je ne dessine de rien), on réfléchit et on a commencé à s'y mettre il y a 3 mois. Sérieusement j'entends.
Les modèles (dont je ne vous parle volontairement pas encore) ont commencé à naître et on réussi à élargir notre champ de compétences, et c'est comme tout, quand la technique ne devient plus un vrai problème, on est devenue plus créatives.

On a décidé d'essayer. Essayer de vendre ce qu'on construisait minutieusement. Le support sera virtuel (sur internet), déjà pour jauger, savoir si c'est réalisable, dans quelles proportions, ce qu'il y aura à modifier...

Construire des vêtements de ses petites mimines, a un côté génial et surtout fait prendre conscience. Fait prendre conscience de ce que le vêtement était avant, de ce qu'il faut suer pour ne pas consommer H&M.


_DSC0113

Partant du principe que ce que nous faisons n'est pas de la mode, faudrait pas déconner non plus, on a décidé d'appeler ça de l'artisanat sexy. On revendique pleinement ce concept. L'artisanat pour la galère à le construire, l'artisanat de n'utiliser que des mains, pas de machine, l'artisanat d'avoir tâtonné et d'être bien tombé.

La première pièce que vous pouvez voir de notre artisanat sexy (il y a un nom de marque mais il faut le déposer, c'est Soléa qui m'a dit et on a pas encore fait!) c'est le body que je porte.
Il est en laine élastique et est un prototype, la laine qu'on utilisera ne sera pas celle-ci...
C'est le tout premier body!

Vous savez tout.
Non pas tout à fait!
On a besoin de vous. Et cette fois c'est très sérieux!
On a besoin de modèles pour porter nos pièces. On a besoin de filles quoi!
Evidemment qu'il serait plus simple que les filles soient du coin, au moins pour le trajet, mais si vous venez d'un peu loin, je vous hébergerais.
Et je tenais à vous prévenir, nous payons en nature (rhooo, j'entends déjà 2 ou 3 mots dégueulasses!). C'est à dire qu'on vous paiera en vêtement. Nous n'avons pas assez d'argent pour nous permettre de payer en cash! Mais on a envie de vous remercier chaudement.

Pour de vrai, ne soyez pas timides, ça sera chouette, on boira du Coca pas light, on écoutera du gros gros hip-hop, et on fera les crâneuses sur les photos. C'est moi qui vous prendrai en photo (c'est là que ça risque d'être long, je ne suis photographe de rien!) et on fera tout notre possible pour vous mettre bien!


Envoyez moi un mail à unechicfille@gmail.com


J'en ai fini.
Je vous embrasse très fort...
Vous n'imaginez pas comme je flippe de vos réactions...
PS: Ouais ouais, vous ne rêvez pas,je fais bien 1m32 à côté d'Angel...

_DSC0065

Les photos ont été prises par Yassine. C'est familial cette histoire!

Une Chic Fille All rights reserved © Blog Milk - Powered by Blogger