ÇA...





C'est vrai, j'aurais peut-être dû choisir J'envoie valser de Zazie, mais tu crois pas que ça aurait été trop évident?

Ce soir, en pleine période festive et guirlandes, je voulais simplement me souvenir.
Me souvenir des choses qui m'ont été "coronairement" indispensables. On en parle trop peu hein?
On parle trop peu de ces choses qui nous ont fait palpiter le cœur si fort que ça nous en faisait monter les larmes aux yeux. Pas de peine les larmes, juste une joie infinie et incontrôlable. Cette impression que c'est pas humain d'être aussi heureux. Le fantasme, même instantané, d'être enfin Dieu. Comme c'est agréable de se sentir aussi vivant.
Je suis une incorrigible foule sentimentale à moi toute seule...
Se souvenir de ces toutes petites anecdotes qui ont marqué mon état amoureux et dont j'aime me souvenir...


✔ Regarder avec toi Cuisines et dépendances jusqu'à la nausée. Mais ne même pas sentir que c'était trop. Continuer encore et encore. Connaître la moindre réplique par cœur.
Tu sais, il m'est encore difficile d'entendre certaines intonations de Bacri sans avoir le cœur qui se fissure... Ça sera toute la vie je crois! Et j'aime ça.

✔ Boire du thé aux fruits rouges, pas très bon, on ne connaissait pas encore la délicatesse des Frères Mariage, mais se dire que si c'est pas le paradis, la théine en a quand même le goût.
Et en reboire imaginant que ça allait nous rendre ivre!

✔ Se souvenir de chaque détail de toi. Des détails que sûrement toi tu ne connais pas, tu t'es jamais autant regardé que moi je l'ai fait, j'en suis sûre. Une tâche dans l'œil, une cicatrice sur un bras, vestige d'une pratique vaccinale obsolète. Tout. Se souvenir de tout.

✔ Aller trop au cinéma. Voir tout ce qui sortait, en parler des heures avec les pupilles qui se dilataient...

✔ Chanter. Chanter mal. Chanter fort. Chuchoter. Chanter du r&b mais chanter quand même. Chanter du Marley. Aussi chanter du Balavoine. Chanter tout ce qui nous passait par la tête et par la radio.

✔ Rire. Tellement rire. S'être amusé. Tellement amusé.

✔ Te dire merci. Pour tout ce que ça a été. Sans regret. Sans remords. Simplement avec de la gratitude en la vie d'avoir été si heureuse avec toi.
Te remercier d'avoir eu confiance en moi. De m'avoir permis d'être moi...



Oh la la c'est romantique...

On ne dit jamais aux gens qu'on aime ou qu'on a aimé à quel point on les a aimé...
C'est la trêve, non?
Alors c'est now or never.
Je vous embrasse de toute ma "guimauverie".... Oh si , soyons sérieux, c'était guimauve cette histoire...


PS: C'est parce qu'on ne parle jamais d'amour... C'est bien dommage je trouve.


LE SYNDRÔME COLUMBO...




Quand j'étais petite, j'étais amoureuse du lieutenant Columbo!

Le trench élimé, le basset hound nommé modestement "le Chien", la 403 déglinguée et la coquetterie dans l'œil, j'aimais tout.
Et oui, vous avez parfaitement lu, j'avais un vrai faible pour lui.

Alors comme j'étais petite, et donc pas forcément nuancée du sentiment, je pensais que mon affection vaguement amoureuse pour lui, était due à son physique ravageur... Oh hé ça va, j'avais 8 ans.
Toute fierotte de révéler mon trouble à mes copains et copines, je me suis vite rendue compte que ma tendresse pour lui, n'était pas forcément partagée. Plein de gens aiment Columbo, en revanche peu, c'est le moins que l'on puisse dire, le trouve "attractif".

Quand je disais, "il est trop beau Columbo", je ne récoltais que des mines déconfites et des silences/regards/attitudes gênés... Bizarre je me disais.

Maintenant que ma maturité m'explose à la gueule, je peux enfin nuancer mon propos.
Columbo, si je le kiffe comme ça, c'est pas de la faute à son physique d'athlète (faudrait pas déconner non plus), c'est de la faute à tout le reste.

C'est pas tant son intelligence que je trouve over-classe, mais c'est bien l'utilisation qu'il en fait.



Illustration et contre-exemple:


Il y a quelques semaines, j'ai rencontré un mec. Pas mon mec. Pas un ami. Une vague connaissance qui en restera sûrement une vu le stade embryonnaire d'intimité qu'on a atteint et dans lequel on a stagné.
La soirée commence et on se met à discuter de jeux de société. Jusque là, tout va normalement. On n'en est pas encore à la période où on veut s'impressionner l'un l'autre et où l' on se met fatalement à parler de Kant et, on n'en est pas non plus à un stade qui nous permettrait de parler de cul et de ses petits tracas.

Le mec parle, je l'écoute. Il se met à aborder le sujet ô combien épineux du jeu du "Loup Garou", autant vous dire qu'on était au taquet.
Le mec n' a jamais joué au "Loup-Garou" alors qu'il bosse dans le milieu du jeu... Ça me fait sourire tellement c'est hors norme.
Je lui balance une vanne en lui demandant s'il connait ce petit jeu de l'underground berlinois aka le Trivial Poursuit! Certes cette vanne n'était pas la plus subtile de l'univers, mais là n'est pas le propos et pis de toutes façons moi, elle m'a fait marrer.
Le mec me regarde tout premier degré dans ses yeux et me dit, juré craché,

"Ouais et je suis même en mesure d'exploser pas mal de monde à ce jeu là!".


J'ai hésité entre le vomissement et le fou rire.
J'ai finalement choisi l'ignorance la plus totale. Valait mieux remarquez, sinon ça l'aurait encouragé et puis, a posteriori, vomir en public, ça aurait fait désordre!
Fin de l'histoire...


Alors ce mec, qui n'est pas un cas isolé notez, est l'anti-thèse de Columbo. Tout son contraire. Ce mec il est tout bonnement ÉVIDENT.

Columbo est vachement délicat et subtil dans sa manière de fonctionner. Je déteste l'ostentation intellectuelle, c'est con mais je trouve ça vulgaire.
Je trouve vulgaire le fait de dire qu'on gagne à coup sûr au Trivial Poursuit, je trouve vulgaire le fait que l'on pense qu'on est extrêmement cultivé parce qu'on a vu 4 films, lu 3 auteurs et imaginé 2 ou 3 bricoles dont tout le monde se carre. Je trouve vulgaire le fait d'être si premier degré. Je trouve ça mille fois plus vulgaire que de dire "bite" 10 fois par phrase.

La qualité qui me trouble le plus chez les gens, c'est l'intelligence. Certes, ça fait cucul la praloche de le dire en ces termes, mais par intelligence, j'entends Columbo.
Il en faut de la subtilité pour pouvoir se faire passer pour un con sans une trace d'orgueil meurtri.
Étonnement les gens plus brillants que j'ai pu rencontrer étaient aussi les plus subtils. Il ne s'agit pas d'arriver avec ses gros sabots et le Petit Robert sous un bras et l'Universalis sous l'autre.
Alors, certes, ça fait son petit effet de battre ses congénères au Trivial (pour le coup, on a joué à un jeu de questions et, comme Dieu existe, le dit mec s'est pris une taule... Qui fait le malin tombe dans le ravin...) et? Ben ouais, et rien.
Les gens ont un besoin permanent de prouver, rapidement qu'ils sont plus intelligents que leurs semblables. Il se trouve que Monsieur Trivial le déglingo ne m'a pas impressionné avec ses conneries d'évidences vulgaires, il s'est juste ridiculisé.
Et sans rentrer dans la distinction intelligence / culture, j'aimerai quand même vous renvoyer à la scène jouissive de Will Hunting où le fils de Michael Bolton se fait humilier.


Concluons avec Columbo...

Voir les yeux du meurtrier, qui s'est clairement surestimé et qui a bêtement sous-estimé l'enquêteur, se voiler au moment où il a compris que celui qu'il a pris pendant 90 minutes pour un con est tout bonnement brillant est vraiment ce que je préfère... L'humiliant humilié.
Peu importe que l'autre le prenne pour un idiot fini, la question n'est pas là. La question réside dans la patience de son état et dans l'assurance que l'on a en soi.
Je ne suis jamais impressionnée par un mec qui se la raconte "universitaire brillant", en revanche, un mec à la repartie cinglante, à l'intelligence adaptée à son environnement, ça, ça me trouble... Mieux, ça m'émeut.

Je terminerai là-dessus.
Avant que Columbo devienne une série, il y a eu en 1968, un téléfilm.
Columbo traque un psychiatre qui a tué sa femme.
Le psy lui fait son "analyse" que je vous retranscris ici:

"Vous êtes un parfait exemple de compensation, d'adaptabilité. Vous êtes un homme intelligent mais vous le cachez. Vous jouez les lourdauds et à cause de quoi? Peut-être votre physique. Vous ne pouvez guère impressionner les gens par manque de prestance, alors vous tirez avantage de cette déficience. Vous attaquez l'ennemi par surprise. Il vous sous-estime et résultat il tombe dans le piège à pieds joints. C'est ce que vous attendiez, non?"

Réponse de Columbo:

"Vous alors, vous m'avez bien deviné, même mis à nu."


Je vous embrasse.

CHER PAPA NOËL...





Je tiens d'abord à te dire, espèce de gros radin qui ne respecte rien, que cette année je vais arrêter de compter sur toi!
Si si, souviens toi!
Tu vois toujours pas de quoi je parle espèce d'ingrat?

Laisse moi te rafraîchir la mémoire

Tu m'as rien ramené de ce que je t'ai demandé, comprends ma déception...
Ahah!!! Alors, c'est qui qu'a raison?
Non n'essaie même pas de justifier j'te crois plus... Tu vas me ressortir le fameux argument de l'enfance "oh mais tu sais Marie t'es plus si petite que ça, et pis les petits ils aiment vraiment les cadeaux!!!".
Sache que l'année où j'ai passé ma jolie commande, tu m'as envoyé des casseroles. Tout un lot de casseroles avec le manche amovible alors certes, c'est pratique, mais le cadeau de la ménagère, ça fait pas plaisir à grand monde. En tous cas j'en fais pas partie... Nunuche va!

Donc je te laisse l'occas' de te rattraper. Et je vais demander du lourd. Une voiture de course, voilà ce que je veux...
Et une robe de princesse parce que dés qu'il s'agit de s'habiller élégant, je me retrouve en t-shirt blanc, ça en vire presqu'à l'obsession... Et j'aimerais vraiment que tu me prouves ta bonne foi en me ramenant les deux...
Papa Noël je t'aime tu sais, mais j'ai plus confiance...
Depuis que je suis plus si petite que ça, j'ai l'impression de t'as laissé tombé l'affaire alors moi, je dis non...

Bon maintenant Papa Noël, tu peux te barrer de mon blog, j'ai des trucs à dire pour le 25 décembre aux autres, parce que moi, j'laisse pas tomber comme ça, quand ça m'arrange...

Je te fais quand même un bisou sur ta joue pas bien rasée... Heureusement, remarque, sinon, on ne te reconnaitrais plus.
Marie qui a été gentille cette année

Mes beautés,
je vous souhaite un beau noël. Je ne vous souhaite évidemment pas les casseroles.
Je vous souhaite de beaux repas, de la joie qui pique les yeux tellement elle est violente. Je vous souhaite d'avoir de jolis cadeaux, d'être pourri gâté et de trouver ça normal parce que c'est tellement bon d'être parfois très, trop exigeant.

Je vous embrasse.
Marie qui sait à quel point il y a des vrais combats à mener... Genre contre le père Noël parce que, grandir et ne pas avoir encore d'enfants fait de cette période quelque chose d'un peu flou dans le cœur...



"IL EST EN JEAN DE LÀ, JUSQUE LÀ..."

(Kassedédi à Poupette, la mamie de Sophie Marceau aka Vic', aka Victoire Beretton...)




Je retiendrai deux choses de 2009...

✔ Je n'ai toujours pas acheté de Reflex alors que, Dieu sait que c'est à la mode.

✔ J'aime mettre un haut en jean et un bas en jean aussi... Et ça, c'est très, très récent. Avant trop ça me faisait peur... Encore plus que le bleu marine et le noir que je pratique pourtant activement.

Le revival de la chemise en jean est, de loin, mon préféré de 2009...

J'ai été brève je sais...

Bon week end les beautés.







LA PRINCESSE...




J'ai rencontré tout récemment Capucine. Capucine n'est pas son vrai prénom... (Ceci dit, ça ne change strictement rien à l'histoire que je vais vous raconter...)

La première fois que j'ai vu Capucine, elle était grippée, le cheveu pas au top, la mine un peu grisée, le nez en vrac à force de se moucher... Mais elle était gentille.
Il y a des filles sur lesquelles on bloque, comme ça, la toute première fois, parce qu'elles sont jolies, vraiment et que les dieux ont eu l'air de se mettre vite ok pour aboutir à une perfection...
Capucine n'est pas de celles-là.
Capucine, elle a dû appréhender tout un tas de choses avant d'être, ce qu'on peut appeler, une séductrice.

Il se dit que Janis Joplin était maltraitée quand elle est petite, parce que, disaient-ils, elle n'était pas jolie.
Après elle est décrite comme une mangeuse d'hommes qui séduisait tout ce qu'elle voulait.
Comme quoi!
Je suis sûre que ça n'avait pas qu'un lien avec sa condition de "célèbre".
Et je le sais mieux depuis que j'ai rencontré Capucine.

Capucine, c'est pas une be-bom au sens classique du terme. Pas de bouche charnue, d'attaches fines, grands yeux, cheveux épais et chatoyants...
Non.
Mais au bout de quelques jours de pratique active de Capucine, un truc m'a soudain frappé les yeux et l'esprit, "cette fille, les garçons, des tas, doivent très vite tomber amoureux d'elle".
C'était très évident pour moi.
Capucine est une séductrice fatale mais sans le physique fatal et, c'est marrant, je n'en avais jamais rencontré... En tous cas à ce point.

Alors une vraie be-bom, si ça ne ressemble pas à Angelina Jolie ou à Megan Fox, ça ressemble à quoi?

✓ D'abord Capucine elle est très impliquée dans la vie. Quand les petites be-bom classiques comptent sur leur statut de beauté pour être admirée et désirée, Capucine, elle, elle s'en carre, elle écoute, rit la tête en arrière et est très concernée par ce qui se dit, par ce qui se passe.
Elle est dans la vie, elle se regarde pas de loin pour être sûre d'être la "plus" possible. Elle est simplement.

✓ Au moment où j'ai rencontré Capucine, j'avais un bouton de fièvre (c'est glamour hein...) et j'osais à peine regarder les gens en face craignant qu'on ne voit que ça... Ceci dit, on est d'accord, quand bien même... Capucine, les imperfections, elle semble s'en carrer. Elle pense à l'ensemble, à son ensemble. Et force est de constater que l'ensemble c'est pas l'enveloppe, on a beau se le dire, on le pense pas toujours au fond de nous. Elle s'aime dans sa globalité Capucine. Si son apparence ne l'a pas satisfaite à un moment donné, c'est pas comme si elle s'était résignée dans la tristesse et l'envie d'être autrement. Les choses sont telles qu'elles sont et il n y a pas besoin d'être dans le rêve d'un autre soi. Capucine elle a pratiqué l'optimisation, c'est à dire, être le meilleur soi possible.

✓ Capucine, elle est vraiment intelligente. Une intelligence malicieuse qui fait qu'elle remporte une vraie unanimité. Tout le monde veut parler à Capucine. Tout le monde veut être avec Capucine. Parce qu'elle est chouette au sens stricte du terme. Pas une once d'aigreur dans sa façon d'être. Elle est simplement contente d'être là, avec les gens présents. Elle ne se pose pas de questions et surtout, elle ne pose pas tout court.
Elles est fraîche et douce au monde Capucine.

✓ J'ai aimé rencontrer Capucine, elle est tellement différente de la colère, l'envie, les complexes du monde qu'elle m'a fait voir les choses autrement... Et pis même les vêtements, Capucine, elle s'en fiche un peu. Il faut juste qu'ils ne l'encombrent pas dans les jolies relations qu'elle entretient avec le monde en entier...


✓ Je vous embrasse fort, passez une belle journée.
MAZETTE...


Ouais... Quand même!


Si le Sartorialist était lorrain, mieux nancéen, je serai trop contente, au vu de cette photo, de lui faire un poutou... Trop elle est belle et trop elle fait plaisir... Surtout en ce moment! J'dis ça, j'dis rien.

(NDLR: "poutou" est une expression so 80's qui peut se traduire, si on veut rester dans l'obsolète, par "kiss" et, si on veut plutôt être classique, par "bisous".)

Allez les filles, j'vous kiss, j'vous love.

DE L'AVANTAGE D'ÊTRE PAUVRE...




(Rien qu'avec la musique, on sent que ce post va être enlevé et surtout, surtout, d'un goût sûr... Un plaisir auditif tel que, s'il était né dans les années 80, Bach se serait incliné.)

Aimer la mode tout en étant dépourvu de moyens, ça fait dire "merde, quand je pense à tout ce que je pourrais faire de moi et de mon look si j'en avais les moyens..."

Et c'est là que je vous stoppe tout net, vous et vos lamentations... Parce qu'en vrai être pauvre face à la mode n'est pas un handicap, c'est une vraie force... Et non, il ne s'agit pas que de s'en persuader, on va réaliser ça ici, maintenant, ensemble...

✔ L'autre jour je matais une vidéo où Daphné Burkï, mon héroïne, disait en substance que, la plupart du temps, la mieux habillée dans un magazine de mode, un shooting, un colloque sur l'anesthésie, c'était la énième assistante. Pas la première, pas la deuxième mais plutôt la quatrième voire la cinquième...
La raison à cela est assez simple, quand on a pas la thune d'une rédactrice en chef, il faut se débrouiller. Et si on veut se débrouiller c'est parce qu'on aime la mode, et que ne pas avoir les moyens de se payer du luxe n'est en aucun cas incompatible avec cette passion...

Conclusion: Il est de bon ton d'être pauvre si on aime la mode!!!

✔ Je lisais un article de Fonelle où elle narrait la première fois qu'elle a vu ce clip de Michael. Ce clip où, un peu gauche dans son costard trop grand, Michael transcende toute son allure avec une chose. Rien qu'une chose. Le remontage de ses manches de veste. Rien que ça.
On veut nous faire croire que la mode c'est avoir la bonne pièce au bon moment sauf que... Sauf que non, ça c'est du donjuanisme vestimentaire, c'est pas la recherche du goût ou du beau. La mode, le beau c'est un t-shirt bien retroussé, une épaule savamment dénudée, une manche qui dépasse du manteau et que c'est pas fait exprès. Le style, ce qui fait la différence, c'est un détail. Comme Michael. Michael il a pas acheté du Balmain pour faire plus beau, il a juste coolisé sa veste de smoking.

Conclusion: Il est vraiment de bon ton d'être pauvre!

✔ Quand mon armoire dégoulinait de sapes, je n'ai jamais été aussi peu créative. Ceci dit je les mettais max deux fois, c'est sûr ça me laissait pas suffisamment de temps pour avoir appréhender le coton.
Maintenant je réfléchis un chouïa plus.
J'ai acheté il y a quelques temps un bête t-shirt de chez AA en taille XS. C'était pas joli alors je l'ai coupé. Il fait une jolie jupe (certes ras le bonbon mais si j'étais pudique du tarp', ça se saurait) si je le mets avec une ceinture.
Découper un short, mettre une jupe en robe, superposer ce qui parait insupperposable, ça fait souvent du moche mais parfois, ô miracle, ça fonctionne.
Par exemple, j'aime rarement les cols de mes t-shirts, je les découpe ou les maltraite pratiquement tous. Ça coûte quoi ça? Ben voila...
Ne pas avoir trop de choses permet d'imaginer son armoire autrement.
Pas le choix ceci dit, alors il vaut mieux se dire qu'on est créative plutôt que pauvre.

Conclusion, oh ben laisse tomber comme il est de bon ton d'être pauvre...


✔ Le DIY est très, très à la mode. Ça, c'est la manière qu'a trouvé la pauvreté pour être socialement acceptable. On est pas pauvre malheureuse, on est créative. C'est pas la même chose.
Oui le tricot, le façonnage de bandeaux, la customisation ça prend du temps... Ceci dit, aller transpirer dans des magasins c'est pas comme si ça prenait 8 secondes non plus...
Moi, avec 4 pelotes pas tout à fait complètes, achetées aux Emmaüs, j'ai fait du Rodarte. D'ailleurs j'ai pas vraiment fait du Rodarte, j'ai plutôt copié ma mère qui faisait du Rodarte avant même de savoir que c'était du Rodarte puisque Rodarte ne l'avait pas encore fait... Ça va, ça suit?
Maman a devancé, une fois n'est pas coutume, Park & Cube et Cocorosa.
Je vous montrerai ça et vous expliquerai brièvement comment on fait du Rodarte en moins de 5 heures... Pour une écharpe hein, on va pas faire un plaid de 6 mètres sur 12 non plus!!!
Je pourrais même faire une vidéo...
Bref...

Conclusion: "Mais dis-moi toi, t'es pauvre? trop t'as de la chance"...

✔ Vous avez vu comme les filles cools qui ont de l'argent font toujours comme si elles étaient débraillées...? Ben pourquoi?
Ben simplement parce que porter ses sapes au premier degré avec une révérence toute assumée, c'est pas cool.
Lou Doillon, Kate, Charlotte, et plein d'autres sont certes habillées cher mais font comme si ça n'était pas forcément le cas... Parce que ça fait créative, ça fait j'ai réfléchi à mon allure, j'ai digéré... Nous on a une chance supplémentaire, on a pas le choix, c'est une contrainte donc, une fois qu'on sera riche, on saura comment faire, on aura pratiqué le débraillage cool sans avoir le choix...

Conclusion, être pauvre c'est pas être à la mode, c'est la mode irrévérencieuse! Et si ça c'est pas so 2010, je veux bien vendre mon bras droit sachant que je suis droitière!

Bonne journée les gazelles... Et on pense positif pour l'argent... De toutes façons, notre aigreur et notre envie ne nous achèteront pas un sac Chanel rouge, hein? Alors autant optimiser le moral et l'armoire quand on pas le choix!!!

Je vous embrasse...

La photo est de The Selby.


RÉENCHANTEMENT... OU SKY'S THE LIMIT


(Ce post s'adresse aux chômeurs voire aux rmistes... Rapport à sa longueur...)




Se restreindre? Humm se restreindre! Mmmh, serait-ce le moment...

Mon blog est certainement un bon exemple, malgré les inventions "narratives", de voir la manière dont je m'envisage dans le vrai monde.
Il se trouve que j'avais un peu de mal à trouver ma place dans la blogo, 3 ans après laisse tomber, tout simplement parce que je ne me posais pas les bonnes questions.
Les questions de la séduction que je me posais étaient forcément stériles, parce qu'à force de chercher à plaire, on oublie de plaire à la personne la plus importante. SOI. Tout simplement.
Les restrictions que je me posais, que je m'imposais même, m'emmenaient droit dans le mur. Dans la perte de moi. Alors là, comme ça, ça parait grave, mais dans le fond c'est aussi un exemple de ce que je suis moi, tout au cœur, indépendamment de mon blog. Une chose qui ne se pose pas les bonnes questions.

✔ Les mauvaises questions consistaient d'abord à réfléchir à ce qui "marchait".
L'image marche. L'image marche bien plus que les mots. Les photos de looks parfois approximatives sont l'essence même du blog mode.
Le truc c'est que, hormis quand c'est bien fait et c'est une chose plutôt rare, je ne peux pas m'empêcher de trouver ça inadapté.
Mais il faut bien se rendre à l'évidence, la non-illustration rend mes propos un chouïa moins "percutants".
J'ai donc décidé de braver mon angoisse et de faire des photos si le cœur m'en dit et, il m'en dit vraiment.

Il se trouve que ma seule présence imagée sur ce blog me semble toujours un peu too much, je n'ai pas grand chose à prouver à ce propos, donc si certaines d'entre vous se sentent, je viens, je prends l'amoureux qui vous photographiera et on trouvera de jolies choses à montrer...
Je trouve que la blogosphère est un peu trop "blanche" et le métissage nous ferait grand bien à mon blog et à moi. En vous remerciant...

unechicfille@gmail.com, c'est mon adresse mail... J'dis ça j'dis rien.

✔Constater qu'il ne s'agit pas d'être riche pour être élégante, ne suffit plus. On va le prouver.
Comme vous le savez déjà, je suis une "Epur'girl". Je ne suis pas rock. Pas gothique. Pas bien romantique. Pas girly!
Les dominantes de mon look se placent sous 4 aspects:

✓ Basique, sobre. J'essaie à coup de coton et de couleurs tendrement efficaces d'atteindre mon idéal.
Comme pour mon ami l'architecte fait de sa personne, LESS IS MORE est ma référence ultime. Et c'est pas fait par hasard, les raisons sont diverses, si je vous promets. C'est d'abord un choix lié à mon physique. Je ne suis pas une brunette au corps sensuellement connoté. En tous cas il y a tout un tas de choses que j'ai dû appréhender.

Des gros cheveux + un corps clairement androgyne + un visage allongé = La base sans rentrer dans une analyse pointilleuse de mes forces et faiblesses physiques.

Comme vous, j'ai autant de points forts que de fragilités alors comme vous, qu'est ce qui reste? L'adaptation et l'acceptation. Tant que le cap de l'acceptation n'est pas passé, ça serait comme pisser dans un violon que de rechercher l'élégance et la joliesse.

Les gros cheveux m'ont clairement fait comprendre qu'il fallait que je tempère mon look, je ne pouvais plus faire comme quand je suis arrivée à la fac avec mon goût pour le cheap très voyant dans mon sac à dos Eastpack... J'ai dû m'adapter.

Le corps androgyne me permet le décolleté audacieux sans trop de prise de tête. En revanche il supporte peu la taille marquée que je n'ai pas.

Quant au visage allongé, bon ben là, il s'agit plus de make up, mais pour le moment ne nous dispersons pas, nous avons d'autres chats siamois à fouetter.

✓ Le deuxième aspect, c'est mes goûts tout simplement. Indépendamment de mon goût pour le casual sous toutes ses formes, j'ai une ÉNORME prédilection pour toute la culture hip-hop. J'aime ce qui est street, les gros joggings très taille basse, les sket-bas (avec une très nette préférence pour Nike), les hoodies de toutes sortes (rares sont les jours ou je n'en porte pas un) et mon "goût" pour une certaine forme de bling-bling excessif du coin d'Atlanta pour ceux qui connaissent.

✓ Le Troisième aspect de ma mode à moi, c'est l'accessoire. Bijoux de cheveux, foulards, grosses (très.. voire trop) boucles d'oreilles...

✓ Le dernier aspect, c'est l'argent... Vous ne verrez guère ici de sapes chères, j'ai tout revendu et m'apprête à le faire avec le reste. Ce qui était intéressant au début dans les blogs mode, c'était l'alternative. Se saper du mieux possible pour pas cher. Mais la mode, la "vraie" s'est mise à grignoter les bonnes initiatives. Rares sont les bloggueuses qui sont restées hermétiques à l'appel du luxe (et je le comprends...) mais en même temps, l'intérêt des blogs c'est bien la débrouille non? Quand on commence à se payer du luxe on s'éloigne des vraies filles qui n'ont pas grand chose à mettre dans la mode... Question de moyens!
Je ne promets pas qu'il n'y aura jamais de belles pièces par ici, mais ça restera de l'ordre de l'exceptionnel.
Je ne veux pas de pubs chez moi. Donc c'est sûr, ça limite... Mais tant pis, pour le moment, je trouve que ça crédibilise mon propos, même si je ne porte aucun jugement, ça m'est juste personnel...

✓ Je me suis posée des questions sur la direction que je voulais donner à la chic fille. C'est plus clair. J'aime la mode, j'aime le tricot, je ne m'arrêterai pas d'en parler et j'ai décidé d'en montrer sans crainte de me faire taxer de futile à l'ego démesuré. Je préfère le coloriage de mon blog à la restriction qui me rendait un peu triste.
Mais je n'aime pas que ça. Il faut que je vous parle de films, de musique, de tout, de rien, mais en toute honnêteté.
Je fuis la frustration, les limites, me promets une belle vie heureuse, remplie et veux vous faire part de tout ce qui me traverse l'âme, parce que c'est bien le plus important ici.

Je vous embrasses mes beautés d'amour et garde ma langue bien en place...

PARCE QUE...





✔ Parce que la Terre est déjà bien encombrée de toutes nos envies cotonnesques...

✔ Parce que, avoir du bon argent, peut éventuellement servir à autre chose qu'augmenter le PNB suédois...

✔ Parce qu'acheter ce top en acrylique, certes très à la mode pour le moment, ne nous rendra ni plus jolie ni plus heureuse... Parole de celle qui a tenté d'acheter le bonheur à coup de préférence vestimentaires... Et qui s'est sentie vide et surtout pauvre!

✔ Parce qu'être futile ne veut pas dire docile...

✔ Parce que s'habiller pour et dans la vraie vie, ça ne ressemble pas à Vogue (même de loin, même quand on regarde vite...)

✔ Parce que... Simplement parce que j'ai envie!

✔ Parce qu'être belle, mais vraiment hein, ne nécessite et ne nécessitera jamais d'être riche... Manquerait plus que ça!

✔ Parce que je reviens demain et je m'explique mieux...

✔ Parce que la cla-cla-classe...

✔ Je vous embrasse. Très fort.

FEIGNANTE....

Bonjour...

Merci pour tous vos mots, vos encouragements, ils m'ont fait grand bien... Merci!
Bon fini la chialerie, ça ne nous rendra pas l'Alsace et la Lorraine de toutes façons?

Je vais bien mieux mes beautés.
Je reviens dans bientôt mais bien alors je ne me presse pas vraiment...

Je vous embrasse presque avec la langue!!!
 

Une Chic Fille © All rights reserved · Theme by Blog Milk · Blogger