OUILLE-OUILLE-OUILLE OU LA TENUE QUE MÊME SI ON VEUT ME DONNER 4 MILLIARDS DE DOLLARDS ET BEN JE DIS NON...


...Bon je dirai merci quand même parce que ça part d'une bonne intention et que je suis très polie (rapport à mon surmoi très en place qui m'aide dans ma vie sociale)... Au "merci..." j'ajouterai "...Uncle tom. Merci", avec un accent québecois des plus subtils!!
Et je suis sûre que tout le monde comprend mon refus. Bon pas à la seconde même parce que c'est pas un mot qu'on trouve dans le Robert "ouille-ouille-ouille", mais ça va s'éclaircir que dis-je s'illuminer d'une lumière incandescente (ça existe?) dans quelques instants.
"La tenue ouille-ouile-ouille" est un concept inventé, au cas où certains imagineraient que ce sont les académiciens (Non, pas Houssine, les vrais!!) qui submérgés de demandes ont décidé de choisir ce mot ô combien évocateur. Non en fait, mon amie Nine et moi, agressées en permanence par l'approximation des looks teenage environnants, avons eu l'idée (ô combien sublime) de leur trouver un nom (aux tenues pas aux teenage parce qu'on avait réussi à voir sur leur gourmette qu'elles s'appelaient Laurent, Kevin et Christophe. Ben oui, il suffit de lire pas la peine d'inventer). Un truc qui les qualifierait vite et qu'on pourrait répéter à l'envie (l'amitié aime la répétition des blagues. les fameuses Private joke que même des gens qu'on n'a vu que 3 fois ne vont pas comprendre. Non, nous on maîtrise bien le principe du dialecte groupal, pire on l'entretient comme il faut!!! Ah, ça en bouche un coin à tout le monde cette débauche d'expériences amicales en veux-tu en voilà!!! C'est pas beautiful une amitié comme ça!)
je vais mettre fin à ce suspense insoutenable... Une tenue ouille-ouille-ouille est composée de blanc. Quasi-exclusivement. Je détaille: La ouille-ouille-ouille girl a entre 14 et 25 ans. Elle kiffe les bottes blanches à talons bouts pointus. En cuir de skaï c'est mieux, parce que la qualité risquerait d'enlever un "ouille" à "ouille-ouille-ouille" et ça Kevin ne le veut pas. Elle n'a pas le sens de la mesure et c'est pour ça que c'est une vraie ouille-ouille-ouille girl! Elle s'en fout elle, Kevin est une deglingotte du style.
Elle a acheté il y a peu un jean's Le temps des cerises. Un jean's que je ne comprendrai jamais pourquoi ça marche parce que les jean's neige c'était comment dire... En mêmes temps que les chaussures avec un bout de fer dessus et chronologiquement raccord avec l'apogée des sweats Poivre Blanc, autant dire que c'est normalement bien terminé (1989 n'est pas une periode qui revient beaucoup dans le cycle infini du recommencement de la mode qu'on arrête pas de nous répéter pour bien nous montrer qu'on est pas créatives les filles d'aujourd'hui!).
Et comme si le blanc qui ressemble plus à du pipi sur le skaï des bottes c'était pas suffisant pour la ouille-ouille-ouille girl qui sommeille tapie dans l'ombre, hé ben elle nous remet un petit top blanc (et si c'est l'été, elle couvre ses frêles épaules d'un manteau blanc du meilleur effet). Et si on a de la chance le top est strassé. Toutes ces fausses étoiles sur son buste arrogant la font ressembler à... Rien faut être honnête!! Non mais c'est vrai ce blog était trop consensuel, si des fois c'est moche, j'ai qu'à dire "c'est moche... Et ca pue dans ses fesses!(ça c'est si je suis très en colère!)".
Donc résumation de la situation, bottes en cuir de skai, jean's large Le temps des cerises rentrés mal dans les bottes et top blanc.
Et là vous avez un beau specimen de la ouille-ouille-ouille girl dans sa splendeur magnificiante de beauté discrète. Non pas vraiment discrète, c'est juste pour rajouter du pathétique à la situation. Et pis il ne faut surtout pas oublier qu'elle s'appelle Kevin (un prénom que même en Irlande on peut pas faire passer comme mixte et pis en France, c'est connoté, comment dire, séries américaines de l'année 1992... Comme Rick Hunter par exemple, ou Hooker)... Pauvre gamine, y a quand même des parents rudes. On part pas tous avec les mêmes chances dans la vie, ça me fout les boules tiens!
Comme vous pouvez le constater, pas de photo de ouille-ouille-ouille girl, parce que faut pas déconner y en a qui serait cap' de copier la tenue alors qu'ils s'appelaraient même pas Brandon... N'est pas ouille-ouille-ouille girl qui veut, y a des tests à passer et pis il faut prendre strass 3ème langue au bac, alors ça en fait du monde en moins, hein???
On fait moins les malignes les prêtresses du bon goût, c'est Kevin et Jean-Christophe qui vont nous apprendre l'élégance subtile d'une tenue assumée avec naturel! Ca veut rien dire c'est vrai mais putain qu'elle est belle cette phrase!
Je deviens vulgaire, je sais ça craint mais bon "putain" c'est pas un vrai gros mot. Si je remplace le "p" par un "l" ça fait lutin, même si ça marche qu'à l'oral, mais si vous faites que chercher la petite bête on va pas s'en sortir...
PS: La photo c'est Naomi Campbell qui laisse tomber comme elle me gonfle, mais qui est belle là et que oui j'y crois à mort qu'elle mange des hot Dog! Oui je finis ce post en beauté! C'est pas beautiful??? Nan pas question d'arrêter les Têtes à Claques...

48 HEURES C'EST CORRECTE COMME PAUSE OU CA FAIT ARNAQUE????

Ben oui, j'ai jamais dit que cette pause allait durer des mois... Bon au départ c'est un peu ce que je pensais genre, "il faut que je vive ma vie, que je me retrouve, y'en a marre d'être tristoune!!". Alors c'est là que ma stratégie de l'échec entre en jeu: "Qu'est-ce qui continue à me faire du bien?? Ben mon blog et ceux des copines... Bon ben comme j'aime bien, j'ai qu'à arrêter ça aussi"... La déprime appelle la déprime.
Alors traitement de choc:
-Cure de magnésium entamée (je kiffe le magnésium pour aller mieux... notez que c'est mieux que la prise d'héroïne ou de crack!)
-Des smoothies dés le matin, parce que quand je consomme des fruits et des légumes je suis vachement fière de moi ("Humm je kiffe toutes ces vitamines... Qu'est-ce que je suis en forme!!")
-Confessions intimes qui reste la meilleure émission anti-dépressive du monde... Et hier, c'était juste hallucinant... Le fou rire est le meilleur remède contre la déprime ambiante!!!
- Arrêtez de dire à qui veut l'entendre "j'suis qu'une merde hein?? Je suis pathétique hein???"... Mes amis en ont, comment dire, un peu marre...
- Bon et pis se prendre en main... Hop Marie, va te laver (Pffffff!!!!), et habille toi bien (Pfffffff!!! Mon amoureux m'a demandé dimanche si j'allais sortir comme ça, alors que je venais juste de finir de me faire belle... Bon ok, on aurait dit un pyjama ma tenue, mais quand même c'est pas une raison... J'ai finalement remis mon jean's...) et arrête de te moucher et de te plaindre (Pfffffffffffffff), la vie est belle alors s'il te plait, t'as pas de vrais problèmes, n'en fais pas des caisses...

Bon ça c'est pour une partie du remède, sinon j'ai aussi écrit un post, ça m'a fait du bien... Mais j'ai peur de pas être crédible, parce que la fille qui fait une pause de moins de 2 jours ça fait plus genre "houhou, regardez comme je suis pas bien... Aidez-moi, regardez-moi... Allez!!!"
Mais c'était pas ça, c'est juste que je suis versatile... So, I'm back... Même si je suis moyennement partie...


Voilà, pas de titre. Ben c'est simplement parce que j'en ai pas.
Je voulais juste vous prévenir que je vais faire une petite pause blog.
Je ne sais pas trop pour combien de temps, mais ça sert à rien que je me triture les méninges, je suis vide en ce moment. Alors quand on veut écrire avec du vide, ça ne donne rien de bien génial. Il faut juste que je me retape, que je me refasse une santé blogguesque (note pour plus tard, ouvrir une maison de repos pour les bloggueuses en mal d'inspiration!). Brièvement il faut que j'aille un peu mieux, à tous points de vue d'ailleurs.
J'espère revenir vite parce que faut pas déconner quand même, c'est important les blogs...
BEN QUOI...

Moi ce que je préfère, c'est la féminité assumée. Des escarpins vertigineux que même si on portait un jogging Run Up on ressemblerait à Sharon dans ses jours les plus glamours.
Des volumes stricts que même Grace Kelly n'auraient pas renier.
De la soie sauvage en veux-tu en voilà que même avec des cheveux emmêlés on serait quand même rudement élégante.
Comment ça c'est tout le contraire de ce que je dis depuis des semaines. Comment ça je fais que vanter les mérites des looks casual, ceux qui sont sans danger.Ceux qui nous rendent vaguement transparentes mais pas trop (ne pas trop cacher sa belle beauté, c'est important!).
Oui c'est vrai, mais si les filles étaient cohérentes ça se saurait. Alors quoi qu'il se passe mes oestrogènes sont mes meilleurs alibis pour justifier mes changements d'avis ( le prétexte hormonal me plait plus que le fameux "il y a que les imbéciles qui changent pas d'avis".... )

Bref... (comment ça se fait que je ne peux jamais m'empêcher de faire des digressions, c'est pénible quand même!!!)
Je voulais juste parler d'un créateur que je ne connaissais pas. Robert Normand, créateur franco-allemand diplômé du Studio Berçot. J'adore.





je sais que ça n'est peut-être pas le summumm de l'élégance la plus austère, mais la fraîcheur et les escarpins vertigineux me séduisent... Ok c'est des Valenkis les escarpins, mais c'est mes escapins à moi... Presque plus fins que les Ugg... Nan, je déconne. Esmeralde m'avait fait découvrir ces chaussures folles que les russes portent quand ça caillottent dans la campagne. Autant dire qu'ils savent de quoi ils parlent les russes quand ils parlent de froid (plus que les australiens en tous cas!!!).
Le site de vente des Valenkis est fermé, peut-être que j'arrive trop après la bataille et que ça n'existe plus que das les campagnes russes, mais moi j'aime bien les Valenkis, c'est un peu mes Pierre Hardy à moi.



Une chic Fille sait ce que ça veut dire que d'avoir la grâce d'une ballerine sur le macadam...


PAS LA PEINE D'AVOIR TOUTES LES BARBIES...


Finalement les choses ne changent guère en grandissant. Petite je voulais tous les jouets, tous ceux qui existaient, ils me tentaient tous. C'est pas compliqué dés qu'une Barbie sortait je la voulais, il fallait qu'elle soit à moi au risque de m'ennuyer avec tous les jouets m'appartenant déjà. C'est pas de ma faute, ça s'appelle le désir, et par essence, c'est un puit sans fond. Ingavable, mon désir permanent ne faisait que me frustrer un peu plus.
Sauf que j'avais déjà conscience que rien ne pourrait remplir ce vide en moi. Le vide de la possession fatalement infinie me rendait triste (ben oui dés que j'obtenais un objet voulu, un autre prenait sa place. C'est le désir qui importe, jamais l'objet du désir). Je voulais tout, tout le temps, à la minute où je le demandais... Des caisses gavées de jouets occupées ma chambre et moi je ne jouais même pas avec. Les seuls jouets que j'aimais et qui avaient la capacité de m'occuper des heures ne coûtaient rien. Une ficelle et hop, 4 heures de mutisme. Un Goofy (le copain de Mickey) un peu moche en plastique qui fait de la gymnastique et hop, déglingo pendant des heures... La marelle, l'elastique et les billes autant de jouets pas bien chers auxquels j'ai joué jusqu'à écoeurement.
Donc conclusion des centaines de francs dépensés pour rien. 2 bouts de carton et une planche et hop c'est réglé la dimension ludique... J'vois pas pourquoi on se prend la tête!!

Maintenant je suis grande. Plus trop le droit d'acheter des Barbies (ou en me planquant...), et moyen le droit de dormir avec mon Baloo... Sauf quand je suis malade, là personne ne peut rien me dire!!!

Mais ce principe existe toujours. Je suis une modasse qui veut tout mais qui n'a finalement pas besoin de grand chose...
J'ai déjà bien parlé de mon rapport à la sape. Des moments excessifs où je me mettais dans des situations très compliquées à gérer ou au contraire de la légereté que cette futilité a pu apporter dans ma vie.
La mode c'est bien et en mêmes temps c'est pas très très bien.
J'ai une nette tendance à l'addiction. Il faut que je fasse gaffe, sinon je peux vite basculer. je me refuse beaucoup d'expériences parce que j'ai peur que les choses me plaisent trop. Mieux vaut être ascète que "junkie", c'est ma devise.
Alors comme toute bonne potentielle "junkie" de tout, mes envies de vêtements ont été obsédantes. Dans les moments où ma vie était un peu chiante (hé oui, pas de glamour permanent, ça craint!), je ne pensais qu'à ça ("avec quoi je vais mettre telle jupe???" Oui je sais j'avais des vrais problèmes. Mais l'avantage de la futilité c'est qu'elle empêche de penser aux choses nettement plus importantes et parfois plus graves... La fuite, voilà, c'est le mot que je cherchais.). Mais ça va mieux, ce qui va à l'encontre d'une autre maxime inventée "junkie un jour, junkie toujours...."
J'aime toujours la mode. La regarder, l'envisager dans le quotidien ou dans ma vie de modasse fantasmée (ooohhh, ça va on l'a toutes fait. Mettre des jolies choses chez soi mais être incapables de sortir comme ça dans la rue). C'est juste que je me mets à penser que ça n'est plus central. Que ça ne me fait pas me sentir plus jolie. Ca me fait toujours marrer mais suis de plus en plus feignante pour m'habiller. Ca doit faire 5 mois que je tourne avec 3 jean's, 10 tshirts, 4 pulls et 3 paires de chaussures. Et autant avant je devais me changer 4 fois par jour pour me réactualiser, me réinventer autant maintenant j'aime me ressembler chaque jour. C'est nettement plus confort comme situation, même si mes silhouettes sont bien moins rigolottes et créatives.

Avant je me lassais de mon image. il fallait que je me sois une autre chaque jour (du moins physiquement) tellement j'en avais marre de moi. Et maintenant je ne suis qu'une imposture de bloggueuse de mode pour la simple et bonne raison que j'ai le sentiment que moins je consomme mieux je me porte. Alors attention, il faut relativiser, mon meilleur ami suédois est toujours bien présent dans ma vie. J'achète encore beaucoup mais j'achète plus trop. Plus de compensation.
Moins de désir, du moins pour les sapes.
Ca me fait penser à mon Goofy de quand j'étais petite. Il n'avair rien coûté et il m'a amusé pendant longtemps, plus que mon Amstrad 6128... On veut toujours de belles choses chères, alors qu'il faut se rendre à l'évidence (et là je parle pour moi), je me sens vachement bien en jean's et en t-shirt aujourd'hui. Et pour moi (et ça n'est pas le cas de tout le monde on est bien d'accord!) ça veut dire que moins j'ai de Barbies, mieux ma vie se porte...
Voilà, le jeudi c'est le jour des posts qui rigolent pas tous les jours... Mais un peu quand même!!!

PROSTITUTION ORDINAIRE... ET QUOTIDIENNE...

Alors non je ne vais pas rentrer dans le grand débat du "la prostitution c'est mal!". Ni parler du marché sexuel explicite mais plutôt de la vague "prostitution" dont nous, les filles, nous profitons tout aussi vaguement.
Ce matin, j'avais rendez-vous chez le dentiste. Top glamour comme entrée en matière.
Je sors la bouche encore endormie de cette satanée piqûre et monte dans ma voiture pour rentrer. Ca continue à être glamour hein. Je ne vais pas préciser que ma voiture est une Clio sinon, je risque d'émerveiller tout le monde avec toutes ces paillettes qui innondent ma vie.
Sur le chemin du retour, mes yeux tombent sur une voiture de Police. Le monsieur (autrement appelé le policier!) me fait mettre sur le côté... Et c'est parti pour un petit contrôle:

"- Bonjour mademoiselle.
- Bonjour Monsieur (je vais peut-être enlever les pilotes de sur mon nez, ça fera moins princesse lointaine... Ouais mais il y a du soleil quand même! Je les garde!)
- Vous avez vu votre plaque d'immatriculation?
- Ben non, pourquoi? (J'ai menti je savais qu'elle était de traviolle ma plaque, mais j'ai tout de suite vu mon intérêt à faire ma nunuche.)
- Et bien sortez de votre véhicule."

Je sors docilement. Il fait chaud, je suis en jupe un peu courte(j'avais senti le truc venir...).
"-Ah oui elle est drôlement amochée. On a dû me foncer dedans quand j'étais garée! (Oui Bobby!!!)
- Vous pouvez me donner les papiers du véhicule?
- Bien sûr, mon permis aussi.
- S'il vous plait..."

Le deuxième monsieur en uniforme arrive...

"- Elle n'est plus bonne votre assurance!
- J'ai dû oublier la bonne chez moi! (et ça c'est vrai, je suis un peu tête en l'air... oui, je cumule!)
- Ah ben chez vous elle est pas très utile...
- On est bien d'accord, mais j'ai oublié.
- Et votre retroviseur intérieur il est où???
- Ben il est tombé mais je vais le chercher..."

Je ressors de la voiture. les policiers me matent en train de chercher. Les jambes à l'air je me penche, triture, m'agite à la recherche du retro. Et nada. Je ne sais pas ce que j'ai bien pu en faire!!!

Donc je récapitule, plaque d'immatriculation en vrac, assurance périmée et pas de retro intérieur... Je vais prendre cher!!!!
"- Je ne retrouve pas le retro!!!
- Ah c'est pas bon ça!
- Je sais, mais en mêmes temps il doit être chez moi...
- ... Avec l'assurance?
- ... Voilà c'est ça. (Qu'est-ce qu'il est intelligent, et je vais bien le regarder avec mon regard de femelle impressionnée par tant d'intelligence)"

Je me mets un peu à minauder... Mes jambes ont déjà fait un bout du travail... Mes yeux sans les Ray Ban le reste.

"- Bon ben il va falloir penser à réactualiser tout ça!
- je pense qu'il va falloir changer de voiture tout simplement...
- Ah ah ah!!!
- ( Oui je sais je suis trop la plus rigolotte des rigolottes!)"

L'autre policier demande à son collègue de quelle année est mon assurance.
"- Ben 2007, Mars!
- Bon ben ça va alors.... C'est bon!"
Je suis tête en l'air d'accord, mais de là à dire que je suis je suis débile, n'exagérons rien...

"- Vous pouvez y aller mademoiselle!
- Merci messieurs, bonne journée!"

J'allume le contact et démarre, ils arrêtent la circulation pour que je sorte tranquilou... Oui je sais, c'est fou... Aucune contravention!!!!
Pourtant j'en ai pas fais trop, pas de regard et de moue genre "mmmhhh, je suis trop une gourmande! je kiffe!". Non juste polie (et jambes nues oui ça va). et hop rien, pas l'ombre d'une amende.
Et c'est pas la première fois. Même une fois en grillant un feu rouge (j'avais pas bien vu... il faisait noir, non j'essaie pas de me justifier) je me fais arrêter 2 mètres plus loin par une camionnette qui me demande si j'ai vu que j'avais grillé le feu, moi niant ils me répondent que ça va pour cette fois, que c'est leur cadeau de Noël...

Les contrôles de police , c'est un faux problème, non???
Bon ça va je déconne.... Et oui ça s'apparente à une forme subtile de prostitution... Mais subtile hein!!!
DANS TES RÊVES...

Si j'étais fille d'ambassadeur, de pdg multimilliardaire ou de gros dealer de cocaïne en Colombie, je pourrais faire ma belle dans les bals du monde entier.
Je danserais dans les plus beaux endroits en me la crânant avec mes copains chicos. Rire, alcool, beauté (oui, les riches sont toujours plus beaux que les pauvres!), légereté seraient mon quotidien. Il n'y a qu'à voir la vie des starlettes hollywoodiennes pour se convaincre que l'argent fait le bonheur, non?
Et c'est sûr, dans ces soirées je porterais des robes Azzaro...



VERS L'EPURÉ...


J'ai d'abord aimé First De Van Cleef & Arpels et Chanel numéro 5. Odeurs familières maternelles.
J'ai commencé avec Tartine et chocolat, le cheap Naf Naf vendu à Auchan et Loulou de Cacharel. Anaïs Anaïs me paraissait fadasse, trop jeune fille en fleurs alors que moi je grimpais aux arbres les genoux écorchés.
Quand on entre dans l'adolescence, on se dit que pour faire le plus femme possible on a intérêt à avoir le corps qui suit. Plantureux, courbé et volupteux. Si on a pas la silhouette qui va avec, pas la peine de mettre des décolletés, on risque de se faire démasquer. Alors moi, je décidais de me faire sentir femme. Avec du lourd, du capiteux: Angel de Mugler et même Obsession de Klein. Comme il y avait de l'ambre, c'était encore mieux... L'ambre érotise n'importe quelle odeur de peau, et jamais je ne me suis dit que ça pouvait contrarier la naïveté de mes 14 ans.
Le lycée est la période où l'androgynie est la plus palpable. Pas encore femme, pas encore homme, CK one allait bien avec ce concept. Et le concept a duré longtemps. Jusqu'à la fac. Pas encore définie, ce parfum me correspondait bien. Et puis il ressemblait vaguement à de l'eau de cologne, propre, frais et léger.
En grandissant la femme terrée en moi commençait à vouloir dégager la gamine mal finie. Et c'est comme ça que je suis revenue vers le capiteux, Obsession est réapparu. Brièvement. Hypnotic Poison de Dior est arrivé. Je l'ai beaucoup porté, mon amoureux l'adorait... Alors je le gardais. Et puis j'ai commencé à le trouver trop peu discret. Trop évident. Trop de "Mais j'adore ce parfum" autour de mes oreilles. Je n'ai jamais aimé les odeurs récurrentes, présentes à chaque coin de rue. Comme si j'étais comme toutes les autres. Ca me pose moins de problème pour les vêtements. L'odeur est si caractéristique qu'elle ne peut, à mon sens, pas se confondre. C'est la raison pour laquelle j'ai arrêté Angel. L'odeur est si spontanément séduisante que je la croisais toutes les heures. Et je déteste l'évidence.
Au moment où on sort de sa crise d'adolescence, on a fini de rejetter en bloc les fondamentaux familiaux. C'est comme ça que je me suis mise à porter Chanel 5. Et ça a duré longtemps. Des années, j'adorais l'odeur des roses et l'aspect "conventionnel" de ce parfum. Un monument que moi je portais avec mes jean's défraîchis. Ca me donnait l'impression d'être en décalage et en mêmes temps complètement femme.
À la même époque j'ai porté Boucheron (toujours 4 flacons entamés chez moi. J'alterne. Et après je me plains que je n'ai plus d'argent!). Même catégorie de parfum. Classe, élégant, femme distinguée. Et Shalimar aussi... La classe de la classe. De la vanille, beaucoup, mais c'est tellemnt bien fait que je ne m'en lassais pas... Et m'en suis toujours pas lassée d'ailleurs.
Et puis Jicky de Guerlain est arrivé il y a 3 ans. Et là, j'étais sûre d'avoir trouvé le bon. J'aime son côté masculin (c'est un masculin à la base). Il m'allait bien. Discret et en mêmes temps diablement efficace. À cette même époque je suis devenue difficile en parfum. La plupart me donnait la nausée. Je les trouvais tous "trop". Je rêvais de discretion et ne sentais que du chargé, du beaucoup trop féminin.
Des gouttes d'Artemisia de Penhaligon's arrivaient dans mon cou les jours où Jicky n'y était pas.
Plus le temps passait, plus je voulais des parfums légers abandonnant la vanille et le sucré que j'avais tant adoré...
Aujourd'hui je mets White Musk, comme beaucoup de filles je crois. Mais j'adore ce parfum. J'adore le musc. Celui de Kiehl's au moins autant que celui de Bodyshop...

Je suis fascinée par les odeurs. Mon odorat est très développé (pas comme Grenouille, n'exagérons rien!) et je ressens une sorte de fierté à ça. Je me trouve animal quand je sens. Il m'est impossible d'aimer un garçon dont je n'aime pas l'odeur. C'est inenvisageable. c'est de l'ordre de la chimie. Et ça n'a rien à voir avec le parfum. J'adore sentir, renifler, traquer l'odeur de mon prétendant... Je me retrouve vite fait bien fait dans son cou à promener mon nez sur sa peau, même en société oui je sais ça craint (et ça n'a rien à voir avec un surmoi déviant, ça va!) pour le sentir. Mes madeleines à moi ce sont toutes les odeurs, elles sont mes plus fiables souvenirs!
Et s'il y a un point où je suis bien une vraie fille (femelle même au sens tribal du terme, parce que les choses ont évolué avec l'arrivée des metrosexuels sur le marché de la conquête hétérosexuelle) c'est sur le fait que j'adore les poils et la sueur. Je n'ai jamais rêvé d'un torse imberbe et d'une odeur de cocotte. Moi ce que je veux, c'est un truc plus "mâle" (ou mal d'ailleurs, on peut l'écrire des 2 façons) que ça!!!! Un animal je vous dis!!!

J'ai mis quelques vêtements en vente sur Ebay.
Des choses que j'adore mais je suis un peu au bord du gouffre (financier, sinon pour le reste, ça va merci) et dois me débarasser de pièces que j'adore...
Alors en vente mon sac Dreyfuss (je m'en rachèterai un quand je serai plus riche), mes bottes Isabel Marant (trop petites!), une salopette Paul & Joe, mon carré McQueen avec les têtes de mort, Pull Hello kitty en cachemire... Et pis d'autres trucs.
Je vous le dis parce que ça serait vachement mieux si ça partait chez vous que chez des inconnues qui ne vont pas prendre soin de tout ça...
Pour voir c'est ici... j'ai vaguement pensé à vendre de la drogue pour subvenir à mes besoins (ou plutôt à mes compensations de crédit) mais je suis bien trop trouillarde pour ça... Alors on ne me traite pas, c'est vraiment vendu à contre-coeur!!!

PRISCILA ET LUCIE...

* Priscilla est une héroïne de magazine.

Lucie n'est pas vraiment une héroïne, et pis même si elle aime parfois les magazines elle se dit que les magazines, eux, n'aiment pas particulièrement la lire.

* Priscilla adore la mode, les tendances, l'éphémère vestimentaire. Elle adore son corps moulé dans un slim taille 36... Elle s'aime en compensés même si ça lui fait mal aux pieds. De toutes façons est-ce qu'elle peut vraiment faire autrement? Elle se dit que renoncer aux tendances c'est mettre de côté sa féminité, alors non, elle n'a pas le choix.

Lucie, elle, elle s'habille un peu toujours pareil. Elle n'a les moyens ni financiers ni morphologiques de faire autrement. Depuis que sa silhouette s'est alourdie de ces 8 kgs post grossesse, c'est bien simple, rien ne lui va. Tout dans le ventre et les cuisses.... Et comme par hasard, rien dans le décolleté.
Elle se dit qu'en ne faisant pas d'effets de toilette, elle va pouvoir être la plus transparente possible. Lucie préfère renoncer à sa féminité plutôt que d'être taxée de "moche". Et pis elle se dit que la féminité ne réside ni dans le slim ni dans la taile 36, ça la rassure un peu. Mais juste un peu, le temps qu'elle croise trois filles de 17 ans au corps arrogant d'une féminité qu'elles ne sont pourtant pas sensées encore avoir. Ca la gonfle, elle tourne la tête.

* Priscilla a hâte de partir en Sardaige le 15 Juillet... Enfin du repos! Elle attend ça depuis le 10 Juin date de son retour de ses vacances à Miami. Belles vacances. Priscilla ne travaille pas vraiment. Son amoureux oui! Alors elle a le temps de se faire jolie.
La Sardaigne sera l'occasion de montrer à ses copines son nouveau corps modelé par des séances intensives de Pilates... Bon il y a une petite lipo aussi, mais elle se dit qu'elle n'est pas vraiment obligée d'en parler!
Elle est contente en plus parce qu'elle est déjà bien hâlée à force de visites quotidiennes à Bronzing Center le Center où le bronzage tue sa mère.

Même si le magazine Bobu la fait culpabiliser en lui disant qu'il lui reste 20 jours avant l'épreuve du maillot sur les plages de Juan Les Pins (cette année elle a pris ses vacances en Août, elle a pas pu faire autrement... Comme ça, ça lui laisse un peu plus de temps pour ralentir le Coca et le fromage!), Lucie se dit que ça va être un peu court pour avoir la silhouette assortie au maillot Erès une pièce que de toutes façons elle n'a pas pu se payer. Le sublime noir avec ses découpes. L'asymétrie s'assortit mal aux bourrelets et au teint d'endive d'une mère qui travaille trop. Oui, elle a bien fait de ne pas investir, elle se serait sentie grotesque.

* Priscilla est normale. Elle l'a lu. Avec une fréquence de 5 rapports par semaine elle est dans la moyenne. La moyenne des magazines, mais ils reflètent bien la sexualité des femmes, non?
Elle pratique la fellation, la levrette, l'amazone, le missionnaire, l'équerre andalouse, la brouette togolaise et la toupie indienne (et pas forcemment dans cet ordre...)
Elle aime le faire dans un lit, dans les bois, dans un ascenceur, dans les cabines d'essayage, dans les restaurants et les bars.
Seule, à 2, à 3, à 4 et parfois plus. Parce que qui n'a pas pratiqué l'échangisme n'a rien compris à la sexualité féminine, au lâcher prise!
Pour Priscilla, le tout jouissif est la quête abolue. C'est une petite Dionysas (la chérie de Dionysos) hédoniste sur des Jimmy Choo.

Depuis son accouchement, Lucie a du mal à avoir des rapports avec Marc. Elle détèste son corps. Flasque, Mou, elle ne le reconnait plus.
Marc tente de la rassurer en lui disant qu'il l'aime et qu'il a tant envie d'elle que ça le réveille la nuit. Ca le bouffe de la voir si triste.
Elle sait qu'elle n'est pas dans la moyenne avec Marc. Parfois cette "anomalie" la rend malade. Elle n'a que 29 ans et erre déjà dans son propre désert sexuel. Elle se sent misérable quand elle entend ses amies qui, resplendissantes à force de jouir avec leur amoureux, lui expliquent les sensations que procurent le cunilingus.
C'est pas qu'elle n'aime pas le sexe, c'est juste que ça la passionne pas. Uen fois par semaine dans le noir c'est bien. Avant elle préférait la lumière, mais avec ce nouveau corps tout gluglu elle aime plus.
Marc est déçu. Marc aime voir son amoureuse parce qu'elle est si jolie quand elle est nue et qu'elle fait l'amour!



* Marie aime les magazines. Mais des fois elle les aime vachement moins.
Marie rentre maintenant dans du 36 mais ça n'a pas toujours été le cas et elle détestait devoir cacher ce corps qu'elle ne reconnaissait plus... Elle avait envie d'être transparente. De disparaître dans les pires moments.
Marie ne part pas en vacances. Elle n'en a pas les moyens. Même pas les moyens pour le maillot Erès alors c'est pas gagné pour les Bahamas!
Marie est parfois "normale" parfois "anormale" dans un lit... Mais elle se dit que même ce qui est perçu comme "anormal" ne doit pas l'être tant que ça! Les êtres humains varient, ont des états d'âme, des désirs, des envies qui ne peuvent pas être constants... Pas la peine de chercher à la faire culpabiliser ou à la "normaliser"!!!

Marie a 2 autres prénoms. Priscilla et Lucie.

La photo est de Nan Goldin.
TENDANCE MAIS POINT TROP N'EN FAUT...

Alors c'est vrai que les jean's larges taille haute ont le vent en poupe! Toutes au taquet, on cherche, la bave aux lèvres, le modèle qui:

1) Nous fera un cul de déesse.
2) Ne nous ruinera pas
3) Sera tout naturellemnt parfait. Ni trop, ni pas assez! Ca veut rien dire, je sais, je sens que je vais être très pertinente!
4) Voilà, j'ai fini (j'ai prévenu pour la pertinence du propos!)

J'ai trouvé le mien, grâce à Punky B! Parfait! Et laisse tomber le cul de déesse qu'il me fait... Comme ça me gonfle d'être une bombe au quotidien ;)
Je pars du jean's large mais je voulais généraliser en fait!
J'ai remarqué que les tendances avaient la capacité de nous rendre complètement nunuches du jugement.
Je m'explique.
Combien de fois je retombe sur des photos de moi, avec des looks allant de 1989 à 2005, avec la terrible impression de n'avoir rien compris à la vie. L'horrible sensation d'être ma pire ennemie... Comment j'ai pû mettre cette jupe en me disant "quelle bonne idée!!"? Pourquoi mes amis (ou plutôt ceux qui se désignent comme tels si je me fie à ce qu'ils m'ont laissé porter) m'ont-ils permis de sortir dans la rue fagottée comme ça? Si j'avais su, je me serais auto-fait des croche-pieds!!!
Parce que les filles on est bien d'accord, on est parfois victime d'hallucinations...
Le cas du jean's large est flagrant! Bonne idée dans l'absolu, mais en fait pas nécessairement (oui j'en ai déjà plus ou moins parlé il y a 4 mois... je radotte, je suis démasquée). Misha par exemple elle a plutôt un corps de ouf, non? Sauf que la taille haute ça n'est pas ce qui est le plus flatteur pour sa silhouettte...


Alors je me mets à douter aussi pour moi!! Et si finalement je ne ressemblais à rien quand je crois être dans l'air du temps! Et là je ne parle pas uniquement du fameux jean's!
C'est vrai que le sobre c'est bien mais ça a le désavantage de ne pas être rock n'roll...
Mais ça n'est quand même pas une raison pour faire n'importe quoi!
La solution c'est sûrement le juste milieu. Trouver les couleurs et les coupes qui sont flatteuses pour notre silhouette (et ça ne sont pas nécessairement les mêmes que pour notre copine Betty ou que pour Kate Moss)! Ce qui signifie qu'on ne devrait pas être toutes habillées pareil dans les rues... Sauf qu'en fait si!
Ou on est pas objective ou on est aveugle! Je ne sais pas ce qui est le pire.
Heureusement que Jessica a tout compris à l'art du bon porter du jean's taille haute...

Évidemment que je déconne. Est-ce que j'ai déjà dit du bien du look de Jessica Simpson???

I NEED YOU...

Oui, oui, You mesdemoiselles et messieurs. Je suis à la capitale encore pendant quelques jours et je cherche une boutique.
N'ayant que faire de la mode et des tendances (presque crédible hein?), je suis à la recherche d'une boutique, voire plusieurs, qui vendrait encore des UGG. Vous savez les bottes fourrées qu'on a toutes voulues il y a 3 ans...
Alors reformulation claire de question, où, à Paris, puis-je trouver des UGG?????
il y a celles en crochet et aussi les classiques en sable qui me font envie. Et puis comme je mets finalement toujours les mêmes chaussures (et je ne parle pas de Jimmy Choo avec 12 cms de talon), et ben j'ai bien envie de m'en racheter une autre paire...
OUI Je suis monomaniaque!!
Merci de votre aide...

DE L'AVANTAGE D'ÊTRE NÉ EN 1979...

En génétique un individu devient l'individu qu'il est grâce à ses gênes et grâce à son environnement... Evidemment le patrimoine génétique prédispose sur l'environnement mais il n'est pas le seul "décideur" ... Ce qui voudrait dire qu'il n'est pas possible de déterminer si un enfant est suicidaire ou déviant juste en regardant son ADN... Sinon ça serait Bienvenue à Gattaca. Ceci dit, méfiance parce qu'un certain petit brun qui n'y connaît rien en génétique commence à la ramener sur le sujet dans des magazines de Philo... Qu'est ce que je suis subtile de la critique, on ne sait pas du tout de qui je parle!
Bref!
Ceci n'est pas un post politique!!!
Je vais dévier sur Mylène Farmer... Je saute du coq à l'âne, vrai, mais je vais m'expliquer.
Je suis un individu avec un patrimoine génétique déterminé. Je suis naturellement châtain (mais faussement blonde), 1m65, yeux bleus, cheveux bouclés.... Ca, c'est inscrit dans mes gênes! C'est comme ça, mes faiblesses y sont inscrites aussi(peut-être que je suis fragile du coeur!!!). Mes gênes ne me définissent pas entièrement. je suis née en France, fille unique dans une famille monoparentale un peu modeste mais pas trop, j'ai fait jeune du sport... Blabla!
Si avec le même patrimoine génétique, j'étais née dans une riche famille du Sud de l'Espage avec plein de frères et soeurs, je ne serais pas du tout le même individu.
Il en va de même pour les rencontres que j'ai pu faire, mes amis, mes amours, mes passions, mon caractère, ma volonté...
Même en connaissant mon patrimoine génétique à ma naissance (et celui de n'importe quel individu), il aurait été impossible d'anticiper l'adulte que je suis devenue. Même mon physique n'est pas uniquement déterminé par mes gênes ( des vrais jumeaux séparés à la naissance qui se retrouvent des années plus tard peuvent être de taille différente. Alors que seuls les vrais jumeaux ont le même patrimoine génétique).

Alors quel est le rapport avec Mylène Farmer et mon année de naissance... Quel suspense insoutenable!!
En 1988 , je regardais M6 et suis tombée sur un clip qui allait changer ma vie. C'est le clip POURVU QU'ELLES SOIENT DOUCES, tube de Mylène Farmer. C'était l'époque où la petite chaîne qui monte montrait des clips toute la journée. Et moi, nunuche de mon état, je regardais tous les mercredis après-midis pour retomber sur le fameux clip...
Et ça ne s'est pas arrêté là.
Je suis devenue fan de Mylène Farmer, achetant disques, vidéos, magazines et livres. Une vraie deglingo. Fascinée par son univers j'ai commencé à m'intéresser aux réferences culturelles de "ma" star!
En 1988, j'avais 9 ans. Si j'étais née en 1995, j'aurai eu 9 ans en 2004. Et j'aurais été fan de Lorie. Et fatalement, les choses auraient été très différentes.
Mylène Farmer met en musique L'HORLOGE de Baudelaire, je lis LES FLEURS DU MAL (à 10 ans oui oui!! J'ai rien compris oui oui!!).
Elle adore Albert Cohen, Allan Edgar Poe, ben moi aussi!!!
Au contact de Mylène Farmer, je me suis découvert un intérêt précoce pour la littérature, l'écriture, le cinéma.
On a une tendance à sous-estimer l'influence des "idoles" des ados. Pour ma part, j'ai tendance à croire que c'est au contraire déterminant pour la suite des événements.
Avoir 10 ans et aimer Lorie plutôt que Mylène Farmer, et ben ça change beaucoup de choses. Ca change la perception du monde, des gens, de l'âge adulte. J'avais choisi le côté obscur avec une vraie fascination (et en mêmes temps elle me faisait super peur) que j'avais à l'égard de ma rousse préférée!
Elle m'a donné envie de regarder BARRY LINDON, LES LIAISONS DANGEREUSES, ELEPHANT MAN, des films de Grabo, de lire BELLE DU SEIGNEUR, Primo Levi et LES HISTOIRES EXTRAORDINNAIRES.
Si j'avais choisi Lorie, j'aurais tout de suite eu moins envie, hein!! J'ai la certitude que ma rencontre avec l'univers de Mylène Farmer a façonné l'individu que je suis aujourd'hui. Je ne suis plus au taquet, plus fan à mort, mais je garde une vraie tendresse pour elle et son univers (qu'elle ferait bien de réactualiser... Air dit vouloir être sur le coup!! Ca, ça serait pas mal!!! Parce que trop de Laurent Boutonnat tue le Laurent Boutonnat)

Toute cette démonstration pour en arriver à ça... Ben oui, mais je m'arrête jamais de me la crâner!!!
Vous aussi, vous avez fait des rencontres déterminantes quand vous étiez petits????

ON NE NAÎT NI HOMME NI FEMME...

... On le devient! Ah ça, ça en bouche un coin à tout le monde. Surtout comme entrée en matière pour parler de la Nouvelle Star. C'est ça quand on se la crâne comme je me la crâne!!
C'est la première année où je ne suis pas au taquet. Je n'ai vu qu'un prime. La honte pour la suiveuse de niaiseries que je suis! Je crois que je suis arrivée au bout du truc. Depuis mon amoureux vaguement nigaud mais sexy (ce qui n'est pas évident pour le commun des mortels) de l'année dernière (ben Christophe, personne ne suit!), je m'étais dit que ça y'est, c'était le bout du bout pour moi... La fin des clémentines à défaut d'être celle des haricots!!! Oui, je fais des blagounettes!!

Et puis quand même je me jette chaque jeudi matin sur les vidéos d'un candidat... Parce que tout le monde en parle, surtout Caro et que je suis une sacrée suiveuse... Ben oui, c'est de Julien dont je parle pas de Dove qui me fait à chaque fois me demander ce qu'il peut bien faire dans son programme, tellement il est toujours à côté de la plaque!!! Bref!
Je trouvais le petit Julien intéressant depuis le début du programme. je n'avais pas eu de révélation comme j'avais pu en avoir avec Christophe Willem. Je trouvais ses choix audacieux c'est vrai, mais pas l'ombre d'une émotion en moi. Je voyais bien que c'était différent de la variétoche et que c'était bien comme ça. C'est juste que d'un point de vue émotionnel (j'en fais des caisses!) il ne se passait pas grand chose en moi. L'impression de voir Katerine me sussurer une nouvelle fois "Et je vous emmerde..." et de réécouter la version de "Like a virgin" de la compile toute Béatrice Ardissionnienne Paris Dernière. Un peu du réchauffé pour faire son branchouille... Je suis un peu dure, ok, mais l'audace c'est mieux si elle est tout assumée non?
Ca c'était avant hier... Et hier tout a changé!
Julien a chanté Moi lolita... Et c'est là où Simone de Beauvoir entre en scène...
Dans la vraie vie, un garçon de plus de 20 ans ne peut en aucun cas être une nymphette, alors chanter "moi je m'appelle Lolita" est tout simplement surréaliste.
Dans la vraie vie, un garçon avec une barrette dans ses cheveux blonds ne me fait aucun effet.
Dans la vraie vie, un garçon blond tout court ne me fait aucun effet.
Dans la vraie vie, un garçon qui dit en voix de tête "c'est pas ma faute à moi", ben je m'en fous!
Dans la vraie vie, un garçon ne met pas de barrette pour faire son sexy. La barrette rapproche plus de Vincent Mc Doom que de Brando (Finalement la féminité ne se cache pas dans une barrette... Alors que depuis quelques jours, je me demande si ça ne serait pas le cas de la virilité....)


Sauf que voir le petit Julien sussurer de sa voix grave "moi je m'appelle Lolita" dans la vraie vie, ça ne m'a pas vraiment choqué!
Je l'ai trouvé complètement à sa place, plus que crédible... Il est donc possible d'être une lolita et transpirer la téstostérone comme ça...
On peut chanter l'histoire d'une gamine pas farouche avec la sueur d'un cow boy un peu sale... On peut dire qu'on est une collégienne aux bas bleus de méthylène avec une virilité troublante...

J'ai adoré sa prestation transgenre. Ni homme ni femme, mais pleinement les 2. J'adore la barrette virile, j'adore sa voix grave, sensuelle comme celle d'une stripteaseuse, j'adore son regard de biais et sa gueule de merdeux ( sans trop m'avancer, ça doit être un merdeux!!)...
C'est définitif , on ne naît ni l'un, ni l'autre mais on peut finalement être les 2 avec un sex appeal de fou!!!!
Ca c'est la vidéo que Marie au Net m'a fait découvrir!!!
POST À CARACTÈRE INTERROGATIF...

C'est moi ou notre Carrie a une tête de Gwendoline là????

(Je n'ai rien contre les Gwendoline, mais c'est un prénom qui dit bien ce que ça veut dire là!!!)
Oui je sais c'est le meilleur post de toute l'histoire de l'univers des blogs... Et pis cohérent avec ça!!! La grande classe!


LE CAS DU CHAPEAU...

Hier virée H&M parisienne. Alors évidemment, j'ai acheté des trucs introuvables en province... Un t-shirt bleu marine ( Whaou Marie!), des bandeaux noirs (mais t'es une vraie deglingo du style toi?) et un chapeau noir...
Alors je ne vais pas développer mon achat du t-shirt ou des bandeaux (quel pourrait en être l'intérêt???) mais celui du chapeau.

C'est pas que c'est extraordinaire de s'acheter un chapeau de paille noir à 7 euros, c'est juste que j'en achète sans arrêt des chapeaux chez H&M, mais jamais ils ne se retrouvent sur ma tête (ce qui est quand même son utilité première!!) mais toujours rangés dans des paniers en attendant de sortir.
Sans exagérer je dois avoir 40 chapeaux et casquettes. Aperçus en magasins, je me dis que je ne pourrai pas vivre sans eux, qu'eux seuls pourront m'apporter la dose de glamour dont j'ai besoin... À chaque achat je suis sûre de moi... Je le mettrai celui-là (notez l'utilisation du futur et pas celui du conditionnel... Ca prouve ma bonne foi!) c'est certain.
Sauf que quand je m'habille, que je mets le chapeau et ben je l'enlève tout de suite...
J'assume pas vraiment le chapeau, ça fait trop je me la crâne (c'est ma nouvelle expression favorite, un mélange de "je crâne" et de "j'me la pète"... Quelle variété de vocabulaire, je sais!)... Pourtant j'en rêve ( notez le niveau de mes rêves... Ca va je sais...) mais j'ose pas. Je vois des tas de minettes avec des chapeaux fort mignonnes et qui donnent pas l'impression de se la crâner, alors pourquoi moi, je me trouve pas crédible???

La photo est tirée du Face Hunter

IL ÉTAIT UN TEMPS...


Je suis d'une génération amoureuse un peu frustrée. Une génération qui ne peut pas se donner spontanément, avec légèreté .
Je suis d'une génération qui ne peut pas faire l'amour impunément. Qui n'a jamais pu le faire d'ailleurs.
Je suis d'une génération à qui on a bien appris qu'il était dangereux de ne pas mettre de capotes. À cause de lui... Un truc apparu dans les années 80 et qui fait vraiment chier. Un truc qui a tout salit, surtout ce que les humains font de plus beau!
Je suis d'une génération à qui on dira comment pratiquer l'amour sans risque, il en allait de notre vie alors on a fait du mieux qu'on a pu. Mais c'était pas assez... Ca ne sera jamais assez, il faut se battre, et ne jamais oublier!

Je suis d'une famille où le sida était présent. Je suis d'une famille où j'ai vu les ravages qu'il a pu faire. Je suis d'une famille qui m'a bien montré comment je devais ma protéger pour ne jamais me laisser atteindre par ça. Je suis issue d'une famille aimante qui m'a préservé mais qui ne m'a jamais caché la vérité et la réalité des choses.

Je suis une personne qui a vu les ravages du sida. En face de moi. Souvent. Je suis une personne qui a vu mourir des êtres chers. J'ai vu la déchéance d'une beauté arrogante. J'ai vu la faiblesse, j'ai vu les conséquences des traitements originels et actuels. J'ai vu la peur et la tristesse de la vie en sursis...
Je suis une personne qui est intolérante face à la légèreté d'un amour trop vite consommé sans aucune protection caoutchouteuse... je suis une personne qui gueule quand elle entend le fameux "j'y ai pas pensé".!
Je suis une personne qui même pas en rêve peut "ne pas y penser!" parce que je sais que c'est dramatique! Je suis une ultra militante de la capote!!
je suis une personne qui ne comprend pas comment les gens peuvent oublier, penser qu'aujourd'hui, "c'est pas super grave d'être séropo!" ou se dire qu'on ne meurt pas du sida...

Il faut qu'on soit cette génération qui réinvente l'amour... Juste comme ça, parce qu'on ne peut plus faire autrement...
Et aussi parce que c'est offensant pour ceux qui ne savaient pas et qui sont partis...
J'AIME J'AIME PAS...

Au Costume Institute Gala en l'honneur de Poiret à New York y'a des robes de princesses que j'aime bien mais il y a aussi des robes de princesses que j'aime beaucoup moins... Parfois, trop de toilette tue la toilette.

J'aime:









Mais sans collant Scarlett, c'est nettement mieux!!! Et pis j'avais jamais vu que tu chaussais du 48!! Dur!!

Mais en revanche j'aime pas ça... Quelques fois, les robes sont jolies mais alors parfois, trop de gougouttes agressent mes yeux de fille à petits seins... Et puis trop de strass tue le strass, j'ai toujours du mal avec le fait de s'endimancher de manière bien trop flagrante! Si j'étais célèbre et que j'étais invitée à des événements incroybles, je crois bien que je serais cap' d'y aller en jean's t-shirt blanc...






Le meilleur pour la fin... No comment!!!


Je crois que vous n'avez pas bien vu mais depuis qu'elle est enceinte, Salma nous montre un discret décolleté des plus élégants... Salma gougouttes à mort!!!
VULGARITÉ...

1) Caractère de ce qui est courant, commun au plus grand nombre; caractère de ce qui est prosaïque, terre à terre.

2) Caractère de ce qui est vulgaire, de ce qui manque de distinction, de délicatesse, de ce qui choque la bienséance.

3) Et en images "la grande classe", ça donne ça:




À moi...


Je n'ai jamais répondu à un questionnaire, mais sollicitée par Isis, je m'execute docilement... Alors le voilà mon questionaire de Proust qui va en révéler des trucs sur moi...

Ma vertu préférée: le courage (bon sinon il y a la gourmandise, mais un nigaud l'a mis, par inadvertance dans la mauvaise case des pêchés...)

Le principal trait de mon caractère: "Je suis trop la plus belle du monde... ". C'est comment qu'on définit ça déjà? Ah oui, la modestie!

La qualité que je préfère chez un homme: L'ultra intellience

La qualité que je préfère chez une femme: La subtilité

Mon principal défaut: La colère

Ma principale qualité: Ben ma belle beauté!

Ce que j'apprécie le plus chez mes amies: leur intelligence

Mon occupation préférée: Ben blogguer évidemment... J'ai plus aucune vie sociale!

Mon rêve de bonheur: Pas travailler mais gagner plein d'argent... À ce propos si quelqu'un a une idée de rente à part le deal ou la prostitution, je suis preneuse!

Quel serait mon plus grand malheur? Regretter la vie que je me choisirai...

Où aimerais je vivre? Au pays imaginaire (Peter Pan est mon premier amoureux, alors au cas où je peux le pecho, je me rapproche géographiquement de lui...)

A part moi même qui voudrais-je être? Ben personne... J'essaie de me débrouiller avec ce que j'ai, et comme j'ai déjà entamé le chemin, je vais pas faire marche arrière!

La couleur que je préfère: le gris (ouais je suis rock n'roll de la couleur... Et pis gaie surtout!)

La fleur que j'aime: Les tournesols... Ca fait comme si le soleil entrait dans la maison!

L'oiseau que je préfère: M'en fous un peu des oiseaux, je prefèrerai dire quelle est ma race de chien préféré. Alors hop je prends des libertés, le bouledogue anglais!

Mes auteurs favoris: Kundera encore et toujours. Sinon j'oublie les autres...

Mes héros préférés dans la fiction: Peter Pan

Mes héroines favorites dans la fiction: Buffy Summers (ouais je lâche rien, même 8 ans après!!)

Ma nourriture et boisson préférées: Bonbecs (ou chips) et Coca... Équilibré quoi!

Ce que je déteste pardessus tout: L'ignorance

Mon actrice préférée: .Jean-Pierre Bacri ça marche même si c'est pas une fille?

Films cultes: 37°2 le matin, Vertigo et Sunset Bvd (que des névrosées, ça va je sais!)

Mes héros dans la vie réelle: Eve (comme je sais qu'elle me lit je lui passe de la pommade... Mais c'est vrai quand même. C'est un peu mon gourou mais qui est gentil et qui n'essaie pas de prendre tout mon bon argent pour sa secte!)

Le don de la nature que je voudrais avoir: Comme Claire dans Heroes, je voudrai pouvoir m'autoregénérer... Même plus peur de la mort

Comment j'aimerais mourir? Tranquille le chat dans mon lit en faisant des rêves super agréables dans les bras de mon vieil amoureux

Ma devise: "Point trop n'en faut"... Ouais je sais c'est pas la phrase la plus glamour de la Terre, mais elle me fait rire!

LA PHOTOGÉNIE...

1) Production de lumière.
2) Qualité poétique ou esthétique d'une personne ou d'un objet révélée et amplifiée par le cinéma ou la photographie.
3) Qualité d'une personne ayant un physique agréable et séduisant dont la reproduction photographique produit un certain effet esthétique.

4) Ou alors si on veut l'exprimer sans mot, la photogénie, c'est ça... (Ben oui, même moi la grande bavarde qui parle surtout pour ne rien dire, je trouve que les mots sont parfois fort peu utiles!)











 

Une Chic Fille © All rights reserved · Theme by Blog Milk · Blogger